Version classiqueVersion mobile

Entre le livre et le journal

 | 
Yannick Portebois
, 
Dorothy Elizabeth Speirs

I. Le recueil périodique du xixe siècle

Vues de l’intérieur

Texte intégral

Cet objet appelé « recueil périodique », venu d’Angleterre

  • 45 Voir Andrew King, John Plunkett, Victorian Print Media. A Reader, Oxford, Oxford University Press, (...)
  • 46 Jean-Pierre Bacot a établi une liste des publications illustrées qui furent créées un peu partout e (...)
  • 47 Voir Kathleen Jones, La Revue britannique, son histoire et son action littéraire (1825-1840), Paris (...)
  • 48 Diana Cooper-Richet a étudié cette « curiosité » des Britanniques pour la France : « La France et l (...)
  • 49 Les auteures remercient Monsieur Hubert Dosseur, descendant de l’un des fondateurs-investisseurs de (...)

1Le produit revue est d’origine anglaise. Les Britanniques avaient tôt compris le pouvoir potentiel d’une publication périodique se situant, précisément, entre l’immédiateté du journal et la durée du livre. Les reviews eurent une influence (politique et sociale) considérable – et reconnue comme telle – sur la vie politique en Angleterre. Henry Brougham, le co-fondateur de la Edinburgh Review et infatigable défenseur de l’instruction publique, associait sans réserve progrès social et diffusion de la presse périodique, opinion partagée par nombre d’autres périodiques45. Les pionniers de ces recueils, les plus respectés et les plus cités, la Edinburgh Review (fondée en 1802), la Quarterly Review (1809), le Blackwood’s Magazine (1817) et la Westminster Review (1824), furent des sources fécondes d’inspiration pour les périodiques français, même si l’impact politique de ces derniers ne fut pas tout à fait aussi marquant que celui des recueils britanniques. Cette réputation s’établit tôt et dura longtemps. Saulnier, le directeur de La Revue britannique, écrivait en janvier 1829 que la presse périodique anglaise était la « messagère du monde », et Joël Cherbuliez, le directeur de La Revue critique des livres nouveaux (en novembre 1843), que « l’Angleterre est le pays des revues ». Charton et nombre des « lanceurs de revues » qui le suivirent ne dissimulaient d’ailleurs pas leur dette de reconnaissance à l’endroit de l’Angleterre46. En font foi les articles repris de publications anglaises et traduits en français, dont l’exemple le plus connu est bien entendu celui de La Revue britannique47. Mais La Revue britannique n’était pas le seul recueil à garder un œil sur l’Angleterre – tout comme les recueils anglais s’intéressaient à la France, d’ailleurs48. Les recueils français se tenaient au courant de ce qui paraissait dans les revues et les magazines britanniques, et en rendaient compte, le plus souvent dans les pages des chroniques hebdomadaires ou mensuelles. La Revue de Paris, par exemple, proposait, le 25 mars 1832, la création d’une nouvelle chronique, intitulée « Magaziniana », recueillant « les faits curieux, les anecdotes, etc. » relevés dans les publications périodiques d’outre-Manche (le label latinisant ne dura guère cependant, rapidement remplacé par la rubrique « Revue des revues »). L’acte de fondation de La Revue de Paris (en date de la fin mars 1829) stipulait d’ailleurs que les fondateurs désiraient « former une Société pour la publication d’un nouveau recueil littéraire dans le genre des magasins ou revues anglaises »49. Ce sont les mots que réutilisera La Revue de Paris, en décembre 1831, au moment de faire le bilan des trois premières années d’opération : « C’est le premier essai, le premier essai heureux du moins, d’une feuille littéraire sur le plan des Revues et des Magazines de la Grande-Bretagne. » Le tout premier numéro du Musée des familles (1er octobre 1833) s’ouvrit par un article de Jules Janin, qui portait précisément sur les « magasins anglais » :

Déjà nous pouvons réaliser pour la France un cours d’instruction familière, amusante, variée, à la portée de tous, presque gratuite tant elle est à bon marché, tel que le font en Angleterre les meilleurs esprits dans tous les genres, unis aux artistes les plus habiles. Chez nous aussi, il est temps que le peuple ait un livre de luxe. Nous allons donc faire un journal à deux sous, journal immense, qui réunira à lui seul tous les journaux de l’Angleterre.

  • 50 C’est ce que rappellent Sylvie Aprile et Fabrice Bensimon dans l’introduction de leur ouvrage La Fr (...)

2Janin promettait au lecteur un voyage en Angleterre (« Suivez-nous en Angleterre. […] C’est une vieille et sainte terre ! Nous verrons donc l’Angleterre en voyageurs ardens et enthousiastes », p. 3-4). La voie de ce voyage avait été ouverte plus tôt, et de nombreux voyageurs français avaient traversé la Manche. Diplomates (Chateaubriand, Lamartine), artistes (Monnier, David), écrivains (Mérimée, Stendhal, la liste est longue…), journalistes (Pichot, Constant, Leroux), savants avaient rendu compte de leurs déplacements en Angleterre50 ; le moment était venu de mettre l’Angleterre, sa culture, son histoire et ses monuments à la portée du plus grand nombre, ce que Le Musée des familles promettait de faire, dans son fond tout aussi bien que dans sa forme. La circulation s’établissait également dans l’autre sens, de Paris vers Londres, par le biais de petits recueils constitués d’articles en français. Le Caméléon était « compilé à Paris » par A.P. Barbieux, à l’intention des jeunes Anglais, afin de les familiariser, sans qu’ils aient à quitter leur foyer, « avec la langue, les idiomes, la haute société, la littérature et les mœurs françaises » (juin 1834). Ce phénomène fut plus rare, mais il mérite d’être mentionné. Le format de ces petites publications était britannique, et le contenu, français.

3Il faut aussi considérer, sur un autre plan, la circulation des gravures entre Londres et Paris, phénomène dont il fut beaucoup question dans les périodiques. Les graveurs anglais jouissaient d’une grande notoriété, notoriété soutenue par la vogue des keepsakes, qui mettaient en valeur le talent de ces artistes tout autant que l’habileté des éditeurs anglais d’ailleurs. C’est ce qui permettait à L’Artiste d’écrire, le 7 décembre 1834 :

On sait toute la perfection et toute la fécondité des gravures anglaises. Les chefs-d’œuvre sont devenus chez eux chose aussi commune que les médiocres estampes dans d’autres contrées. C’est surtout à chaque renouvellement d’année que pleuvent, pour ainsi dire, les keepsakes, les collections en tout genre d’estampes au burin. Les grands éditeurs se disputent à qui publiera l’ouvrage le plus remarquable par le luxe de l’impression, du papier, et surtout des gravures ; leur honneur y semble intéressé. Nous avons vu les ouvrages qui, cette année, ont concouru pour cette lutte d’éditeurs.

  • 51 La situation allait se reproduire un siècle plus tard, lorsque les agences photographiques anglo-sa (...)

4Les recueils illustrés de la monarchie de Juillet utilisèrent abondamment ces gravures51. Cet « engouement pour le pittoresque » (selon L’Artiste du 1er février 1835) suscita de nombreuses critiques : « On sait que nos périodiques pittoresques sont généralement défrayés avec des clichés dont les entrepreneurs de publications de Londres ont tiré tout le parti possible dans leur pays » (L’Artiste, 14 juin 1835). Plus crûment, L’Écho de la Jeune France, l’année précédente, avait accusé Le Magasin pittoresque de n’être « qu’un ramassis de vieilles histoires et de vieilles gravures empruntées à toutes les revues anglaises et américaines » (octobre 1833). La Revue britannique attribuait le succès commercial du Penny Magazine à la vente et à la réutilisation de ses illustrations à l’étranger (janvier 1834), ce que Girardin qualifiait de « balayure typographique » dans La Revue de Paris (17 août 1834) – ce qui n’empêcha pas Girardin d’utiliser ces mêmes illustrations ; elles étaient peu chères et elles étaient immédiatement disponibles.

  • 52 En avril 1857, Le Monde illustré, dans son premier numéro, évoquera encore « l’immense développemen (...)

5Cette admiration ne dura qu’un temps – encore qu’en décembre 1848, La Revue pittoresque souhaitait encore « rivaliser avec les Anglais » sur ce plan52. Au bout de quelques années, les recueils français, dorénavant sûrs de leurs publics et de leur place dans le paysage éditorial, s’affranchirent d’une admiration sans doute encombrante ; les recueils réclamèrent leur indépendance du modèle anglais, n’hésitant pas à affirmer qu’ils l’avaient par ailleurs dépassé. Le Musée des familles écrivait, répondant aux attaques lancées par La Revue de Paris contre les magasins populaires illustrés :

Le temps est passé des magasins pittoresques avec leurs monumens, leurs vues et leurs sujets tirés des magazines anglais. Le goût des lecteurs français est déjà beaucoup formé. Ils en ont assez des images et des traductions britanniques qui vont peu à leur esprit ; ils veulent maintenant des articles qui sentent l’esprit français et qui n’exhalent plus l’odeur d’eau de mer et de fumée de charbon de terre : maintenant ce n’est plus au nombre mais au mérite des vignettes qu’ils attachent du prix ; ils les veulent fines, spirituelles, dessinées pour les articles, et tirées avec soin. (24 septembre 1835, p. 409)

  • 53 Sur ces questions, l’ouvrage de Philippe Kaenel demeure incontournable : Le métier d’illustrateur. (...)

6En 1842, La France littéraire affirmait qu’un bon graveur sur bois gagnait à peu près 10 francs par jour. La profession avait gagné une certaine reconnaissance et la gravure française avait gagné en crédibilité53. De surcroît, elle était dorénavant appliquée à des ouvrages mieux considérés que les magasins pittoresques. La réputation de la gravure bénéficia de la mise en marché des classiques français illustrés, « cette manière de rééditer les chefs-d’œuvre de notre langue, de les rajeunir, de les commenter en quelque sorte par l’art du dessin » (La Revue de Paris, 8 mars 1835, à propos du Gil Blas illustré, lancé par Paulin, et des œuvres complètes de Molière illustrées par Tony Johannot).

Le recueil périodique comme « observatoire du monde de l’imprimé »

7L’attention que portèrent les recueils périodiques au monde de l’imprimé se laisse lire très tôt, dès l’Empire et la Restauration en fait. Les recueils des premières décennies du xixe siècle s’intéressèrent vivement aux questions de censure et aux procès intentés aux éditeurs et aux imprimeurs. L’Ami de la religion et du roi, par exemple, relevait, avec une sorte d’acharnement, les noms des imprimeurs qui avaient été trouvés coupables par les tribunaux et donnait avec délectation le montant des amendes imposées. Le Journal d’éducation (inspiré par les Anglais) détaillait les coûts de production et d’impression de tableaux de lecture améliorés et destinés aux nouvelles écoles que l’on entendait ouvrir à Paris, suivant la méthode lancastérienne. De nombreux articles furent consacrés au fonctionnement d’une imprimerie, par exemple dans Le bon génie du 23 janvier 1825 (description à l’intention des enfants), dans Le Musée des familles (10 octobre 1833), dans Le Magasin pittoresque (29 août 1834 – on y détaillait le travail exigeant du compositeur), dans L’Illustration (2 mars 1844 – les mystères de la fabrication d’un recueil y étaient révélés). Écrivains, éditeurs et journalistes firent l’objet de physiologies. Le métier d’écrivain fut expliqué aux familles soucieuses de l’avenir de leurs enfants ; Mary-Lafon se chargea, dans Histoire d’un livre, de faire la promotion de cette « noble profession » (Le Musée des familles, octobre 1849 ; janvier, février, mars et avril 1850 ; les articles furent repris en volume en 1857, chez Parmantier). En un mot, le monde de l’imprimé était démystifié, au profit d’un public lecteur de plus en plus nombreux. Ni le journal ni le livre n’étaient en mesure de faire de même, ni de la même manière ; le recueil, en cette matière, servait de relais d’information et d’éducation.

  • 54 L’index de fin de volume guidera le lecteur dans sa recherche à travers les dépouillements, que ce (...)

8Il ne faut pas s’étonner de cet état de fait. À partir des années 1830 surtout, l’existence des recueils périodiques, leur multiplication et leur diversité relevèrent certes d’un accroissement du nombre de lecteurs, mais également d’innovations techniques qui permirent l’accélération de la production, l’introduction d’illustrations dans le texte, un meilleur suivi de la distribution, ce qui eut sans doute une influence sur le recueil périodique comme modèle d’entreprise. Cet intérêt pour le monde de l’imprimé couvre un vaste éventail de sujets – les exemples (entre parenthèses) suivant les rubriques ne sont donnés qu’à titre indicatif ; on se reportera à l’index pour tous les compléments54 : articles sur les journaux et les recueils périodiques eux-mêmes, leur fabrication – matérielle et intellectuelle –, leur « sollicitude » à l’endroit de leurs abonnés et l’importance des abonnements ; les problèmes relatifs à la distribution de l’imprimé périodique ; les journalistes et le journalisme ; l’influence des lois, du timbre et des impôts, le plus souvent décrits comme des freins à l’avancement intellectuel ; les feuilletons, « qui se distendent infiniment » (La Revue des deux mondes, 15 septembre 1839) ; la réclame et la publicité, certes fort critiquées, mais largement utilisées par les recueils ;

9• articles sur la concurrence et la contrefaçon, notamment la contrefaçon belge – ce qui ne devrait pas surprendre –, mais également la « contrefaçon intérieure », c’est-à-dire la contrefaçon à laquelle se livraient les éditeurs français eux-mêmes à l’endroit des ouvrages anglais et allemands ;

10• articles sur les libraires et les éditeurs dans leurs diverses incarnations, qu’il s’agisse de l’éditeur de nouveautés ou de celui « qui fait le classique et les morts » (La Revue de Paris, 12 juillet 1835), du commissionnaire, du correspondant étranger, des grands ou des petits libraires. Gras ou maigre, intelligent ou ignorant, riche, trop riche ou au contraire tout proche de la faillite, l’éditeur est l’un des personnages-clés du monde de l’imprimé pour les recueils, plus important encore peut-être que le directeur de journal ;

11• articles sur les formats du livre, publié « en collections, en livraisons, grand et petit format, avec ou sans gravures, édition de luxe, édition populaire, édition de poche, édition compacte » (La Revue de Paris, 12 juillet 1835) ; les améliorations commodes qui lui furent apportées (La Revue critique des livres nouveaux en février 1854 signalait par exemple que les pages des volumes de la Bibliothèque des chemins de fer de Louis Hachette étaient coupées d’avance, ce que Le Musée des familles considérait être un « raffinement de prévenance inouï », janvier 1855) ;

12• articles sur la censure, en France ou à l’étranger (en avril 1843, Xavier Marmier rapportait dans La Revue des deux mondes que le recueil circulait en Russie, mais sous une forme censurée : « C’est une curieuse chose à voir ici qu’une collection de La Revue des Deux Mondes, biffée, couverte d’une épaisse couche d’encre ou scindée à chaque page. J’ai eu la douleur de retrouver deux pauvres articles que je publiai l’année dernière dans cette Revue, et qui, après avoir passé par les ciseaux de la censure varsovienne, ressemblaient à deux malheureux enfants, estropiés, disloqués ») ; primes de librairie ; poste ; propriété littéraire (l’inaction de la Société des gens de lettres et de l’État en cette matière fut souvent stigmatisée – La Revue pittoresque, janvier 1848) ;

  • 55 Les Français « dans leur très grande majorité, ont été, peu à peu, convertis aux chemins de fer et (...)

13• articles sur les transports, les améliorations qui leur furent apportées (canaux, chemins de fer…), et l’impact de ces progrès techniques sur la dissémination des recueils. Les chemins de fer, en particulier, furent l’objet d’une attention soutenue55 :

14La rapidité de nos communications est si grande aujourd’hui, que nous avons reçu hier, au Havre, les journaux de Londres du matin, en moins de douze heures par le steamer le Prince of Wales. Le Times, qui paraît à Londres à six heures du matin, était lu ici entre six et sept heures du soir. Il est bon, pour se faire une idée exacte de cette promptitude de communications, de se rappeler qu’il y a trente lieues par terre de Londres à Southampton, et que ce trajet se fait en deux heures et demie à trois heures, et que les trente lieues par mer, que les bateaux à vapeur de Southampton ont à faire pour se rendre au Havre, se parcourent aujourd’hui en neuf heures. Nous pouvons donc recevoir au Havre des nouvelles de Londres en douze heures, malgré les soixante lieues qui séparent ces deux villes, tandis que nous ne recevons qu’en treize ou quatorze heures de Paris les lettres qui n’ont que cinquante-deux lieues à parcourir. On a la certitude que, lorsque le chemin de fer entre Paris et le Havre sera établi, on se rendra de Paris à Londres, en passant par notre ville, en moins de vingt heures ; soit de Paris au Havre, par le chemin de fer, huit heures ; du Havre à Southampton, par les bateaux, huit à neuf heures ; de Southampton à Londres, par le chemin de fer, deux heures et demie à trois heures. (Le Salon littéraire, 31 juillet 1842)

15• articles sur les vols de livres et de manuscrits, le cas de Libri étant bien sûr commenté (La Revue critique des livres nouveaux, juillet, septembre et novembre 1849), mais évoqués également les érudits qui pillaient les bibliothèques, prenant avantage du désordre et de l’absence de contrôle qui y régnaient (La France administrative, 15 juillet 1841 ; Le Salon littéraire, 23 octobre 1842 ; La Revue des deux mondes, 15 mars 1846) ;

16• articles sur la culture du livre et de l’imprimé : belles éditions ; bibliothèques publiques, cabinets de lecture, qu’on annonce de manière à peine dissimulée (La Revue synthétique, 30 mai 1843, pour le salon littéraire de La Tente) ; les éditions critiques et commentées, les livres rares, la lecture en général et bien sûr les « mauvais livres » (La Bibliographie catholique, comme on pouvait s’y attendre, développa un système assez élaboré de classement et de marquage, en douze catégories, comprenant tout aussi bien les livres convenant « particulièrement aux ecclésiastiques » que ceux qui ne devaient être lus que « pour des raisons exceptionnelles », c’est-à-dire qu’il s’agissait de livres « dangereux »).

17• articles sur les métiers du livre (auteur, bouquiniste, colorieuse, éditeur, illustrateur…), les changements apportés par les techniques nouvelles, l’accroissement de la production, les statistiques nationales et internationales sur la production imprimée ;

18• articles sur les gravures, les illustrations et les affiches (artistes, techniques d’impression) ; concours ; dessinateurs ; illustrateurs ; lithographie ; livres illustrés ; techniques d’illustration ; le lecteur verra par l’index qu’il s’agit là d’un des sujets les plus traités par les recueils périodiques, qu’il s’agisse de se féliciter de ce renouvellement des œuvres et des pratiques de lecture (La Revue de Paris, 8 mars 1835) ou de ridiculiser le livre et le recueil illustrés (La Revue des deux mondes, 28 février 1843) ;

19• articles sur les imprimeurs et les typographes, y compris les tentatives de corruption de certains contrefacteurs belges pour faire passer des typographes français vers la Belgique (Le Voleur, 15 janvier 1839 ; La Revue des deux mondes, 30 novembre 1842) ; associations, conditions de travail et remise en question de l’apprentissage comme mode unique de formation professionnelle (La Science sociale, septembre 1902 et juillet 1903). Quelques recueils relevèrent comment les ouvriers typographes, en février 1848, se tournèrent contre certains ateliers, dont les presses furent détruites (La Revue pittoresque, en mars 1848, déplora la destruction des presses de Plon, son imprimeur, « brisées les premières » ; Le Salut public, dirigé par Baudelaire et Champfleury, rappela à l’ordre les ouvriers iconoclastes : « Vous cassez les outils de la Révolution. […] Toute mécanique est sacré comme un objet d’art », 27 février 1848) ; congrès ; histoire de l’imprimerie, figures marquantes, banquets, célébrations. Les recueils notèrent aussi avec une certaine nostalgie la lente disparition des écrivains publics, leur survivance étant notée surtout dans les marchés, où ces plumitifs pour tous portaient « quelques chiffres menteurs sur le livre des dépenses de la cuisinière infidèle » (L’Illustration, 25 mars 1844) ;

20• articles sur les machines, les technologies et les techniques : ateliers d’imprimerie ; claviers mécaniques ; composition et correction ; encre ; expositions industrielles et internationales ; fonte de caractères ; machines à composer. Il faut signaler que les expositions furent bien couvertes : les inventions nouvelles intéressaient au premier chef les recueils. Les presses mécaniques ou partiellement mécanisées furent tôt utilisées par les recueils (la presse Selligue, pour Le Semeur, 2 mai 1832), qui n’hésitèrent pas à en offrir des illustrations à leurs lecteurs (Le Semeur, 4 et 23 octobre 1846). Les commentateurs continuèrent néanmoins à douter que les autres machines (à composer, à distribuer), qui retenaient l’attention des inventeurs (Young et Delcambre, par exemple), puissent jamais faire à elles seules « le travail si complexe, si précis, de la composition typographique » (La Revue synthétique, décembre 1843). On note aussi l’intégration d’autres techniques, la sténographie par exemple, utilisée par L’Université des annales pour la transcription des conférences publiques au début du xxe siècle, intégration à peine remarquée car la sténographie était entrée dans les mœurs et coutumes des recueils. De même, on en vint à constater, en le déplorant parfois, le lent déclin des techniques de reliure (Journal des travaux de l ’Académie, novembre 1834 ; Le Magasin pittoresque, 13 février 1836 ; Le Monde moderne, janvier 1898) ;

  • 56 Louis André a proposé une excellente analyse de ces rapports financiers complexes entre les divers (...)

21• articles sur le papier : chiffonniers et fabrication industrielle intéressaient les recueils, grands consommateurs de papier ; les entreprises papetières, d’ailleurs, furent associées au développement des recueils et devinrent actionnaires de nombre d’entre eux, garantirent des prêts ou consentirent à des montages financiers, tant avec les recueils qu’avec les éditeurs ou les imprimeurs. Pierre Adolphe Auzou faisait partie de la société chargée de la publication du Magasin pittoresque ; Charles André Cornuault était actionnaire de l’imprimerie Éverat56, imprimeur, entre autres recueils, de L’Artiste, de L’Écho de la Jeune France, de La Lanterne magique et de La Revue critique des livres nouveaux ;

22• articles, enfin, sur les ventes et les catalogues (« Chaque temps a sa marotte ; autrefois, c’étaient les tableaux, aujourd’hui ce sont les livres », notait La Chronique le 1er avril 1844).

23Cette liste, donnée à titre indicatif, révèle combien les recueils périodiques furent attentifs au monde de l’imprimé. Les recueils, peu importe leur lectorat, leur format ou leur orientation, se chargèrent de donner à leurs lecteurs un portrait – évolutif – d’un monde en changement, auquel les recueils eux-mêmes participaient. À cause de son format souple et de sa périodicité (plus lente que celle du journal, mais plus rapide que celle du livre), le recueil périodique du xixe siècle demeura un relais d’information et sut mettre à profit, sur le plan éditorial par le commentaire et la description, les innovations techniques qui permirent à leur tour son expansion.

Le recueil périodique : des lectures multipliées

  • 57 Eugène Hatin faisait remonter l’existence de cette pratique au xviiie siècle (Histoire politique et (...)
  • 58 Ce que rappelait Roland Chollet dans Balzac journaliste, ouvr. cité, p. 71 et suiv.

24Même à partir d’un échantillon comme celui qui est ici proposé, le chercheur ne peut qu’être frappé par la vigueur et l’ampleur de la culture de la réimpression : Le Voleur, Le Cabinet de lecture, La Revue des feuilletons, Le Salon littéraire, pour ne citer que ces recueils-là, n’avaient pas d’autre objectif éditorial, semble-t-il, que de reproduire les textes parus dans d’autres journaux et revues57. La pratique était courante dans les publications périodiques, y compris dans les journaux quotidiens du premier tiers du siècle58. Le Voleur est sans doute le mieux connu de ces périodiques reproducteurs. Il avait été fondé sur la « littérature du ciseau », pour reprendre les termes utilisés par l’avocat de La Revue britannique. Le recueil s’était constitué par le pillage de divers recueils périodiques ou de journaux. Les revues pillées, d’ailleurs, réagirent à ce phagocytage du Voleur (ou de ses imitateurs), par exemple La Revue britannique, qui en octobre 1830 fit condamner Le Voleur et son directeur, ou La Revue de Paris qui obtint gain de cause contre Le Pirate (25 juillet 1830). Mais cette période de brigandage était terminée, annonçait Le Voleur, au début de 1839. Le recueil signa la convention de la Société des gens de lettres, ce qui rendait le recueil « irréprochable », au dire de son comité éditorial, et ce qui, surtout, devait empêcher ses concurrents de voler Le Voleur à leur tour. En avril 1839, Jules Sandeau fut nommé directeur littéraire du Voleur ; l’on constate immédiatement une évolution qualitative des œuvres offertes aux abonnés ; les grands noms s’y multiplient, et remplacent les articles de journaux disparates et les nouvelles à la main réunies au petit bonheur.

25La pratique de la reproduction atteignait tous les genres de recueils : Le Caméléon, revue à mettre entre toutes les mains, « compilait » des textes français à destination de l’enfance britannique. Nombre de ces textes, il convient de le dire, étaient signés des noms de Balzac, Dumas, Sue, Souvestre, Janin, Nodier, ou tirés des grands journaux, dont les titres étaient connus ; des noms familiers, donc, des noms dont le public lecteur ne se lassait pas. Ces revues de reproduction devaient sans doute être rentables, considérant leur nombre. Le Salon littéraire ira jusqu’à imprimer, dans son prospectus, qu’il « a été créé en concurrence du Voleur et du Cabinet de lecture », qu’il offrait 104 numéros par an et qu’il coûtait « moitié moins cher » que ces concurrents-là tout en donnant « le double de matières » (2 janvier 1841, p. 16), abondance mesurée en lignes (600 lignes de plus par numéro), et même en lettres (40000 lettres de plus par numéro), ce qui laisse à entendre qu’il demeurait des parts de marché à prendre et que le public lecteur en voulait pour son argent. Le Magasin littéraire, autre recueil reproducteur de la même période, utilisait une publicité comparable :

Le prix de chaque numéro, qui contient 10,800 lignes (ou 760 mille lettres), c’est-à-dire la matière de plus de cinq volumes in-octavo, est de un franc vingt-cinq centimes. Le prix de l’abonnement annuel est de douze francs. Les douze numéros mensuels qui le composent contiennent de fait et véritablement la matière de plus de soixante volumes in-octavo ordinaires, dont le prix (au prix ordinaire de 7 fr. 50 cent. le volume) serait de 450 francs ! (juillet 1841)

26Cette manière de « mesurer » le contenu des recueils, en nombre de caractères, en nombre de lignes, en nombre de livres même, était fréquemment utilisée dans le discours publicitaire des recueils périodiques, reproducteurs ou non. Le Journal des connaissances utiles fit de ces mesures, y compris les modes de calcul et les équivalences en espèces sonnantes, l’un des fers de lance de sa publicité :

Le dernier numéro de l’année 1831, imprimé par M. Selligue, composé de 32 pages contenait 66,000 lettres. Le numéro du 1er janvier 1832, imprimé avec les caractères et les presses du journal Le Themps, même nombre de pages, contenait 107,000 lettres. Le numéro de ce jour imprimé avec des caractères fondus de telle façon qu’ils prennent moins d’espace sans être plus fins, et sans fatiguer davantage l’attention, contient dans le même espace 80 lettres à la ligne, 56 lignes à la page, produisant, multipliées par 32… 143,000 lettres. Deux livraisons coûtant ensemble 65 centimes (treize sous), équivalent ainsi à un volume in-8°, composé de 400 pages. Les 12 livraisons formant une année se trouveront donc contenir pour quatre francs la matière de six volumes in-8°, ordinairement cotés 6 à 7 fr., ensemble 36 à 42 francs, sans les frais de transport, qui, pour 6 volumes de 25 feuilles chacun, coûteraient seulement de prix d’envoi par la poste 7 fr. 50 c. (février 1832)

  • 59 Isabelle de Conihout, « Police de la librairie et mesure du livre au xixe siècle : le dépôt légal, (...)

27La popularité de la « statistique intellectuelle » au xixe siècle est connue, notamment en ce qui touche la mesure du phénomène imprimé. Cette popularité est confirmée par les dépouillements effectués ici : les articles de recueils calculant le nombre de revues et de journaux publiés en France et ailleurs en Europe, le nombre d’ouvrages contenus dans les bibliothèques publiques, le volume des parutions nouvelles, etc. abondent. Cet intérêt pour la statistique intellectuelle est, « au moins en partie, conséquence du nouveau cadre législatif et réglementaire auquel ont été soumis à partir de 1810 les imprimés », écrivait Isabelle de Conihout59. Mais il apparaît pourtant autre chose de ces articles : toutes ces données permirent à la presse et aux recueils de donner, littéralement, la pleine mesure de leur pouvoir. En offrant régulièrement aux lecteurs un portrait – numérique – de leur situation, les recueils réaffirmaient leur importance et leur influence. La statistique permettait certes au gouvernement de contrôler l’imprimé ; corollairement, la statistique permit également à l’imprimé périodique de ne rien laisser ignorer de ses conquêtes auprès de lectorats de plus en plus larges et diversifiés. La référence au livre était très fréquente, on l’a vu, en tant qu’unité de mesure, et utilisée par tous les genres de recueils de grande diffusion. Le recueil se mesurait à l’aune du livre, en termes de format, en termes de contenu, en nombre de lignes, de mots ou de lettres. En décembre 1832, Le Petit Poucet assurait que chacune de ses livraisons contenait 45000 lettres. Le Magasin littéraire promettait que chacun de ses numéros contiendrait « 10,800 lignes (ou 760 mille lettres), c’est-à-dire la matière de plus de cinq volumes in-octavo » (Prospectus). La Lanterne magique (en juin 1833) s’annonçait ainsi : « Ce Recueil, rédigé par nos hommes de lettres les plus spirituels, paraît tous les mois du 5 au 10, par livraisons de 2 feuilles très-grand in-8, composées de 64 colonnes en caractères très-lisibles, et contenant par an la valeur de dix volumes ordinaires. »

  • 60 La fabrication industrielle du papier permit un abaissement sensible des coûts et amena une plus gr (...)

28À cause de son prestige, le livre demeura l’étalon-mesure du recueil périodique pendant des décennies : une revue sérieuse ou encore un magasin de bonne qualité devaient pouvoir trouver place sur les rayons d’une bibliothèque, tout comme le livre, et au même titre que lui. En janvier 1829, La Revue britannique pouvait écrire avec fierté : « Nos livraisons n’ont pas été traitées comme des pamphlets éphémères, mais recueillies, comme des livres, dans les bibliothèques. » D’où les tables des matières, les pages titres et les couvertures cartonnées offertes en fin d’année aux abonnés, et le soin apporté au choix du papier60. La réunion des numéros et fascicules sous reliure permettait l’insertion de ce nouvel objet au cœur des livres d’une bibliothèque, qu’elle fût personnelle ou publique. C’est ce que promettait Alexandre Dumas aux abonnés de son recueil Le Mois :

Toute personne prenant un abonnement à notre deuxième série, recevra une belle couverture splendidement imprimée pour la collection de la première série, avec une table des matières. Nos abonnés peuvent donc se convaincre que nous ne reculerons devant aucun sacrifice, afin que notre œuvre puisse figurer honorablement dans leur bibliothèque, sous le rapport littéraire et sous le rapport matériel. (30 novembre 1848)

  • 61 Les reliures mobiles apparurent vers le milieu des années 1830, selon Louis Sébastien Lenormand, qu (...)

29Encore à la fin du siècle, L’Illustré pour tous (1886) offrait gratuitement à ses abonnés « le titre, le faux-titre, la table des matières et la couverture » du recueil (mai 1886). Que l’on trouve encore aujourd’hui des jeux annuels reliés et complets de certains recueils témoigne du soin que les lecteurs accordaient à ces publications : les numéros n’en étaient pas égarés sur douze mois61. S’il advenait la perte d’un numéro, les recueils tenaient à la disposition des intéressés des réimpressions d’anciens numéros, afin que les négligences puissent être réparées et que chacun fût à même de compléter ses collections. En cas de succès, les recueils réimprimaient des séries entières, comprenant souvent plusieurs années de publication mises en vente sous reliure. Après neuf ans d’existence, La Revue britannique célébrait son succès tout autant que sa persévérance par une réimpression :

La Revue britannique va entrer dans la neuvième année de son existence. Son apparition et ses premiers succès donnèrent à la presse périodique une activité qu’elle n’avait jamais eue en France. […] Fait sans exemple peut-être dans les annales de la presse périodique, nous réimprimons entièrement la totalité des cinq premières années de La Revue britannique, quoique antérieurement elles eussent déjà été tirées en partie deux ou trois fois. (p. 7)

30En juillet 1838, L’Artiste offrit pour 800 francs une réimpression reliée de ses sept premières années de publication, dont le dernier volume se terminait par des tables générales. L’Écho des feuilletons même réimprima ses trois premières années de publication, « après une révision sévère du texte » (janvier 1844). Les recueils ainsi reliés étaient alors traités comme des livres, portant des ex-libris et des signatures. Par exemple, les exemplaires du Musée français dépouillés par nos soins portent l’ex-libris et la signature de la princesse Antoine Radziwill ; ceux de La France littéraire portent la signature de Van Tenac, le directeur de La France administrative. Les numéros du Semeur provenaient de la bibliothèque Guille-Allès, à Guernesey ; l’ex-libris détaillait les conditions d’emprunt du périodique relié :

  • 62 Selon Henri Boland, la bibliothèque Guille-Alès fut fondée à Guernesey en 1856, par Thomas Guille e (...)

Ce livre peut être gardé deux semaines. Si au bout de ce terme aucune personne n’en a fait la demande il peut être gardé pour huit ou quinze jours de plus ; mais alors il faut qu’il soit de nouveau inscrit dans le registre du Bibliothécaire. Une amende d’un sou par jour sera réclamée de toute personne qui gardera un livre au-delà du terme spécifié. Les Livres de cette Bibliothèque ne doivent pas être confiés à des enfants ; ils doivent être protégés contre la pluie en les prenant à domicile, et en les rapportant à leur local. Dans le cas où un ouvrage serait perdu ou endommagé, on en réclamera la valeur entière62. (nous soulignons)

31Dans les moments difficiles, les pages des recueils pouvaient apporter consolation et évasion puisqu’on en retrouve la trace jusque dans les prisons. La page de garde de notre exemplaire de La Revue synthétique (décembre 1842 - juin 1843) porte une note manuscrite : « Souvenir de la prison de Doullens. À Mr. Vallière. Le 7 octobre 1844. E. Bataille. » La citadelle accueillit, après juin 1848, des prisonniers politiques tels Raspail, Barbès ou Blanqui.

32Le recueil périodique aspirait au statut de livre et désirait être aussi beau que le livre – d’où les nombreux commentaires sur les gravures, leur nature, leur qualité ; sur les reliures, leur beauté, dignes de figurer dans une bibliothèque. Ce rapport de comparaison avec le livre-étalon va demeurer très présent jusqu’à la fin du siècle. Encore en 1895, l’éditeur du Monde moderne rappelait, dans son premier éditorial (intitulé « Pour fonder une revue », en janvier 1895), qu’une attention toute particulière devait être portée à la matérialité de la revue : « Pour une revue qui doit demeurer, il faut le format de bibliothèque. Le bel in-8 s’impose. »

  • 63 À ce sujet, voir l’ouvrage de Marie-Ève Thérenty et d’Alain Vaillant, Presse et plumes : journalism (...)

33Une hiérarchie sensible existait entre les publications périodiques (revues, magasins et journaux) et le livre. Le passage du livre à la revue, c’est-à-dire la migration des textes d’un support à l’autre, s’est fait pour ainsi dire presque naturellement ; les recueils périodiques de grande diffusion (strictement reproducteurs ou non) étaient souvent constitués d’extraits de mémoires, de romans, de récits de voyages. On pillait le livre, source légitime et reconnue, pour alimenter le recueil périodique, forme nouvelle de publication dont le statut demeurait encore à définir. Le mouvement contraire – c’est-à-dire la publication d’un livre constitué d’articles de revues et de journaux déjà parus – mettra un certain temps à être reconnu comme légitime ; il se développera et s’accélérera, suivant la courbe de progression et de développement de la profession de journaliste. La réédition, sous forme de livre, d’articles de journaux est une pratique qui surgira tôt, avant même peut-être que le statut de journaliste ne fût pleinement consacré63. Les recueils périodiques (surtout les revues) signalèrent avec dérision ce phénomène de recyclage, d’abord mal vu, et surtout interprété comme un abus de confiance. Le livre devait être neuf, inédit ; un article de journal ne constituait pas un chapitre de livre sur le plan de la cohérence intellectuelle. Janin fit la difficile expérience de cette réaction négative lorsque Le Petit Poucet de janvier 1832 lui reprocha très vivement d’avoir réuni en volume des chroniques déjà parues dans des revues et des journaux :

[Les acheteurs du livre] enfin crurent de deux choses l’une, ou que l’éditeur les avait trompés en leur vendant pour chose neuve et bien friande un pêle-mêle réchauffé de bribes jetées dans sept ou huit gazettes, ou bien que c’était l’auteur, M. Janin lui-même, lequel s’était raillé de leur bonhomie de souscripteurs […].

34En mai 1833, La Revue critique des livres nouveaux publiait un compte rendu déplorant cette pratique de publier des ouvrages constitués d’articles parus dans les périodiques ou les journaux, attribuant le phénomène à la « paresse » :

[…] une paresse inconcevable semble s’être emparée de tous nos jeunes écrivains. Nul d’entre eux ne songe à entreprendre quelque ouvrage sérieux et de longue haleine ; c’est à peine si quelques-uns s’astreignent à écrire un roman en deux ou trois volumes. « On ne lit plus que les journaux » est leur excuse banale, excuse qui ne signifie rien ; car le public lit toujours volontiers ce qui l’amuse et l’intéresse, et les romans de Scott n’ont jamais paru trop longs. Le même reproche peut être fait à M. Mérimée, auteur de La Chronique de Charles IX, dont le succès aurait dû l’engager à nous décrire de nouvelles scènes historiques, plutôt que de spéculer ainsi sur la publication d’articles que le public a déjà pu lire dans La Revue de Paris, et qui, pour la plupart, ne méritaient pas la réimpression.

35En février 1836, Le Littérateur universel s’en prit à Vigny, à propos de la republication de Grandeur et servitudes militaires, paru d’abord dans La Revue des deux mondes :

Nous nous sommes déjà élevé contre cette spéculation des auteurs, vendant deux fois leurs travaux, et leur donnant deux degrés de publicité, avec des titres différents. Cette amorce du nom et du titre jetée au public peut susciter quelquefois d’étranges colères. En effet, à l’annonce d’un nom révéré, on se dispute le livre précieux, l’éditeur est persécuté de demandes, le lecteur se dévore d’impatience… Déception ! Aux premières lignes la ruse se découvre, la spéculation paraît.

36Encore en juillet 1846, La Revue critique des livres nouveaux estima nécessaire de souligner ce qui distinguait un livre d’un périodique (à propos de la publication du Dix-huitième siècle en Angleterre, de Philarète Chasles) :

Quelques-uns des essais que M. Chasles a réunis sous ce titre ont été lus avec plaisir dans les recueils périodiques. Mais nous doutons que leur reproduction sous forme de livre obtienne un succès aussi favorable. En effet, si l’on est en général indulgent pour des articles de Revue, dans lesquels on ne s’attend à trouver ni un travail parfaitement complet, ni des études bien approfondies, il n’en saurait être de même lorsqu’il s’agit d’un ouvrage qui aspire à prendre place dans les bibliothèques et qui permet de supposer que l’auteur a pu prendre tout le temps nécessaire pour élaborer convenablement son œuvre. Nous ne comprenons pas, en vérité, comment les écrivains, de nos jours, ne sentent point cette différence si facile à saisir. La littérature périodique est de sa nature éminemment éphémère ; une grande partie de son mérite gît dans son actualité ; on lui demande d’amuser plutôt que d’instruire, on exige d’elle moins de savoir que d’esprit, moins de profondeur dans la pensée que de charme dans la forme. Mais un livre proprement dit a de toutes autres exigences ; il doit être écrit avec plus de soin, bien coordonné dans toutes ses parties, présenter un ensemble harmonieux, et, s’il y a de l’érudition, montrer qu’elle repose sur des recherches sérieuses.

  • 64 Ce qui n’empêchait pas les mécontentements et les insatisfactions des libraires et de leurs clients (...)

37Le phénomène allait continuer de s’étendre, malgré la réprobation continue de La Revue critique des livres nouveaux (décembre 1860) : « Ainsi le veut l’usage, nous sommes désormais condamnés à relire en gros ce que nous avons lu en détail. » Vingt ans plus tard, au début des années 1880, Ernest Bazard, le directeur du Passe-Temps (lancé en mai 1856), reprendra en volume ses chroniques (assez oubliées) du Passe-Temps (« Les contemporains en pantoufles »), sans qu’il lui en soit tenu rigueur. Bien au contraire : ce passage de la revue au livre était devenu tout à fait naturel. Cette anthologisation du texte de recueil périodique ne peut guère être comparée à la réunion en volume d’un roman paru en feuilleton. Dans ce cas de figure, le roman avait plus ou moins droit aux honneurs du livre, même après un passage par le support périodique – et en dépit des critiques acerbes faites à l’endroit du feuilleton. Mauvais roman, peut-être, mais roman tout de même64.

« L’annonce, fille aînée de la liberté de la presse » (La Revue britannique, septembre 1835)

  • 65 Corinne Saminadayar-Perrin a proposé une fine analyse du phénomène dans son introduction à Qu’est-c (...)

38Les recueils étaient très désireux d’afficher leur indépendance à l’égard des partis, des tendances et même du monde de l’imprimé en général (du journal surtout). Pourtant, ces publications n’auraient sans doute pu survivre par le seul nombre de leurs abonnés – d’où le fait que nombre d’entre elles relevèrent la présence des publicités dans les pages de leurs homologues britanniques et qu’elles n’hésitèrent pas à utiliser cette pratique à leur tour. C’est bien la naissance et l’implantation de « l’événement littéraire » qu’on peut suivre au fil des mois et des années, à travers les recueils périodiques, grands ou petits ; à peu près tous participeront, de près ou de loin, à la « médiatisation de la vie littéraire »65, monnayée ou non.

  • 66 Remarque citée par Claude Schopp, dans Entre presse et littérature, Pascal Durand, Sarah Mombert di (...)
  • 67 On consultera le Grand Dictionnaire universel, entrée « Annonce ».
  • 68 La même situation prévalait dans les journaux. Selon Marc Martin, « la réclame pour les publication (...)
  • 69 Pour reprendre les termes utilisés par Pascal Durand et Anthony Glinoer, qui rappellent aussi que c (...)

39La distinction est fine entre publicité et réclame, d’abord et avant tout dans le domaine de la librairie et des livres nouveaux. On reconnaît un savon ou un sirop pour la toux ; la nature même du produit annoncé et souvent la typographie de ces publicités détachent ces espaces du reste du périodique : utilisation de gras, multiplicité des caractères typographiques différents, parfois une illustration. Le produit même qui était annoncé ne permettait pas de confusion – en dépit de certaines critiques acerbes relatives à l’emploi des méthodes publicitaires, par exemple dans La Revue critique des livres nouveaux, qui ridiculisa le bruit entourant le lancement de César Birotteau : « Chacun sait qu’on emploie pour l’annonce littéraire les mêmes moyens que pour l’eau dentifrice, la bougie sébaclare ou le savon épilatoire. Nos éditeurs ont même laissé bien loin derrière eux les anciens marchands d’orviétan » (janvier 1838). Mais la distinction à opérer entre la critique bibliographique proprement dite (le compte rendu impartial d’un ouvrage) et la réclame – c’est-à-dire le texte laudateur rédigé par l’éditeur et inséré tel quel dans le recueil – n’est pas toujours très apparente (« réclame complaisante et annonces mensongères », selon la distinction posée par La Revue critique des livres nouveaux, en janvier 1843). Le système était connu et rodé ; Alexandre Dumas provoqua l’étonnement lorsqu’il imprima, dans son Mousquetaire : « Le journal ne reçoit pas de réclames des théâtres ni des libraires. Il paye ses loges et achète ses livres. »66 La réclame pour les livres tenait l’essentiel de l’espace « publicitaire » dans les recueils de la première moitié du siècle. Ce phénomène s’explique en partie par les liens qui unissaient les éditeurs et les recueils périodiques (par le biais des auteurs, ou la propriété des recueils eux-mêmes) et en partie par le fait que les annonces concernant la librairie n’étaient pas soumises au droit de timbre (qui était obligatoire pour les annonces commerciales et industrielles67). La véritable publicité, celle qui se distinguait typographiquement du texte – par des caractères ornés, des illustrations, une mise sous filets, etc., ce que le Grand Dictionnaire universel appelle « annonce clichée ou de fantaisie » –, ne s’installera que progressivement et les annonces (tous produits confondus) se verront avec le temps reléguées en fin de publication68. En 1843, L’Illustration choisira de normaliser le format des annonces et d’imposer son propre modèle : « Les annonces de L’Illustration coûtent 75 centimes la ligne. Elles ne peuvent être imprimées que suivant la mode adoptée par le Journal » (4 mars 1843). Au début de 1848, L’Illustration supprimera entièrement sa page d’annonce (25 mars 1848). L’annonce anglaise, celle qui ne se distinguait pas typographiquement du reste du contenu éditorial (absence de distinction que mettait à profit la réclame), continuera cependant d’exister. La Revue critique des livres nouveaux mettait ses lecteurs en garde, régulièrement, contre « ces éloges à 1 fr. 50 ou 2 fr. la ligne ». L’Écho de la Jeune France dénonçait avec virulence cet état de fait, qui permettait aux « réputations contemporaines » de s’établir, soit par l’achat d’une « annonce » en gros caractères, soit par l’achat d’une réclame, c’est-à-dire « ces quelques lignes flatteuses qui passent dans l’intérieur d’un journal » (5 juillet 1834). D’où confusion et glissement entre commentaires critiques proprement dits, paragraphes signalant à titre informatif les parutions nouvelles et espace de réclame rédigé par les éditeurs… qui ne se privèrent pas d’utiliser ce moyen de promotion. « L’avènement de l’éditeur » était en bonne voie69. Vers la fin des années 1830 d’ailleurs, on note que la réclame pour les livres nouveaux portait souvent plus sur l’éditeur que sur l’ouvrage ou sur l’auteur. Curmer, entre autres éditeurs, sut tirer un excellent parti de la réclame, se servant de ses ouvrages comme d’une sorte d’écran sur lequel son nom se trouvait projeté et donné à lire. La publication des Français peints par eux-mêmes fut exemplaire de ce point de vue ; on en trouve de nombreux extraits dans les recueils, précédés de paragraphes laudateurs sur le maître d’œuvre, par exemple dans Le Voleur (10 juin 1839, p. 503 : « M. Curmer, cette jeune et active intelligence… ») ou dans La Sylphide (1er août 1840, p. 60) :

Il n’existe pas dans la librairie contemporaine de succès comparable aux Français peints par eux-mêmes qu’édite Curmer avant tant de goût et de luxe. Loin de ralentir la vogue de cette belle publication, le temps ne fait que l’accroître, et tous les jours elle gagne sous le double rapport de la littérature et de l’art. Les dessins, les vignettes, les lettres ornées sont d’un style parfait ; la gravure sur bois le dispute au crayon, et il y a presque autant d’esprit dans les types de Charlet et de Gavarni que dans ceux des spirituels écrivains des Français.

40Les recueils moquaient parfois les éditeurs, l’éloge se trouvant alors parfois distribué avec perfidie. La France littéraire annonçait ainsi les publications nouvelles qu’elle n’estimait guère :

  • 70 Selon Nicole Felkay, Henri Delloye cultivait quelques entrées dans les cercles légitimistes (« Henr (...)

M. Edmond Cador veut être lu dans le grand monde ; aussi le papier de son livre est satiné et blanc comme les doigts effilés auxquels il est destiné. Le Dessous des cartes est un chef-d’œuvre d’impression, c’était l’affaire de l’élégant éditeur, M. Delloye70. (24 janvier 1842, p. 126)

41La Revue de Paris avait dès mars 1833 moqué ces aspirations à la gloire de la part de l’éditeur, en proposant d’utiliser « cet éloge qui devrait être stéréotypé dans toutes les feuilles politiques et littéraires : “M. un tel, le plus actif de nos libraires, vient de mettre en vente, etc.” ; ou bien : “L’activité bien connue du libraire un tel ne se dément pas ; en attendant tel livre, il publie tel autre livre.” »

42Le phénomène de la réclame-annonce n’était bien entendu pas tout à fait nouveau : en janvier 1821, les Annales de la littérature et des arts publièrent un compte rendu favorable du Voyage pittoresque et romantique dans l’ancienne France. Une sorte de note-réclame, mettant en valeur le travail de l’imprimeur-éditeur Pierre Didot (et ses distinctions honorifiques) et celui de Engelmann (pionnier de la lithographie), accompagnait le compte rendu :

L’ouvrage entier sera composé de vingt livraisons ; les sept premières qui ont paru en offrent un brillant specimen. Cet ouvrage est imprimé sur grand papier vélin, chez Pierre Didot l’aîné, chevalier de l’ordre royal de Saint-Michel et imprimeur du Roi. Toutes les grandes planches sont tirées sur papier de la Chine, et sortent des presses lithographiques de M. Engelmann ; elles sont exécutées selon le nouveau procédé de la lithographie qui n’a pas encore tous les suffrages, mais qui paraît du moins mieux approprié qu’aucun autre à l’expression rapide et simultanée de la pensée de l’artiste, inspiré par la circonstance et la localité. Les perfectionnemens obtenus d’ailleurs par les dessinateurs habiles qui ont secondé de leurs travaux, qui ont surpassé quelquefois l’espérance et les vœux des éditeurs, ont fait de la lithographie un art nouveau, dont les premières livraisons constatent les progrès. Chaque livraison contient de 8 à 16 pages de texte, de 2 à 8 estampes et une vignette, selon le développement que demande le sujet ou le monument. Les livraisons paraissent de mois en mois. On souscrit chez Gide fils, libraire, rue Saint-Marc, n° 20 ; et chez G. Engelmann, rue Louis-le-Grand, n° 27. Le prix de chaque livraison pour les souscripteurs est de 15 francs 50 cent.

  • 71 Anthony Glinoer a remarquablement analysé cette « connivence », qui occupa beaucoup les milieux lit (...)

43L’Écho de la Jeune France, pourtant tellement critique à l’endroit de la réclame, n’hésita pas à l’utiliser pour ses propres publications ou celles de ses collaborateurs, ou pour les recueils partageant ses vues71. Les cabinets de lecture bénéficièrent aussi de cet espace accordé – contre paiement – par les recueils aux divers acteurs du domaine de l’imprimé. L’Artiste du 18 novembre 1832 vantait ainsi les mérites d’un salon littéraire du Palais-Royal, salon littéraire qui offrait en lecture journaux et recueils :

Nous ne saurions trop recommander à nos lecteurs les salons littéraires situés au-dessus de la Rotondo, au Palais-Royal, n° 88. Ils trouveront dans cet établissement, l’un des plus vastes et des plus fréquentés de la capitale, une bibliothèque de 25,000 volumes au moins, des meilleurs auteurs anciens et modernes ; des collections d’anciens journaux, toutes les revues littéraires et tous les ouvrages nouveaux, aussitôt leur mise en vente.

44Les produits de consommation s’introduisirent aussi un peu partout, et même jusque dans les grandes revues. La Revue de Paris même glissait parfois de la réclame à la publicité sans marquage typographique ; des livres nouveaux, sur la même page, on passait aux chapeaux (17 mai 1835, p. 224) :

Nous ne serions pas irréprochables envers nos lectrices si nous omettions de constater l’existence du beau magasin de modes dont on admire depuis peu l’élégante architecture, sous le n° 106, dans la rue Richelieu. C’est celui de Mme Hocquet, la grande modiste, qui n’a pas de rivale dans la confection des capotes. La forme si aérienne et si distinguée de ces chapeaux justifie la haute renommée où l’on tient son habileté, dans les sociétés fashionables de Paris. Nos soirées et nos théâtres retentissent de son nom.

45Et encore le 10 janvier 1836 (p. 152) :

Pendant que la foule encombre encore les magasins, l’élite des danseuses de nos bals diplomatiques se rend chez Mme Hocquet, dont les belles glaces, les marbres, les granits, décorent la devanture de magasin. C’est chez Mme Hocquet, rue Richelieu, 106, que la mode va choisir ses turbans d’un soir, ses esprits et ses écharpes.

46Le processus de sélection des annonces marquées typographiquement mettra un certain temps à s’affiner : La France littéraire, qui ne cessait de plaider pour une « haute littérature », afferma ses annonces en juin 1842. Dès août 1842, on voit apparaître des annonces pour des boutons, des chocolats, des porcelaines, des cachemires, du linge de maison et des layettes dans les pages de fin de volume. Publicités sans doute rentables, mais dont la présence étonne dans une revue de qualité (elles disparaîtront rapidement, sans que cette disparition soit relevée ou expliquée par la direction).

47Les recueils religieux ouvrirent également leurs pages à certains fournisseurs de services proches de la mission poursuivie. Le Mois religieux et littéraire de janvier 1837 comprend une pleine page de publicité pour « F. Lejeune, graveur-éditeur de sujets de piété aux prix les plus modérés, rue Perdue, 9, près la Place Maubert » ; Lejeune offrait aussi « des saints et des saintes en bustes et en pieds [sic] », des objets de première communion, des gravures pour les cadeaux (images saintes, etc.), que le recueil recommandait à ses lecteurs. Ces publicités-réclames avaient parfois un caractère utilitaire, intéressant directement les abonnés d’un recueil périodique : « M. Alexandre Richman, marchand papetier, rue Saint-Benoît, 19, prévient le public que ce n’est que chez lui que l’on trouve les reliures mobiles propres à conserver les feuilles détachées publiées par livraisons » (Le Cabinet de lecture, 10 janvier 1841).

Notes

45 Voir Andrew King, John Plunkett, Victorian Print Media. A Reader, Oxford, Oxford University Press, 2005.

46 Jean-Pierre Bacot a établi une liste des publications illustrées qui furent créées un peu partout en Europe sur ce modèle (La presse illustrée, ouvr. cité, p. 211 et suiv.).

47 Voir Kathleen Jones, La Revue britannique, son histoire et son action littéraire (1825-1840), Paris, Droz, 1939. Voir aussi Jean-Pierre Bacot (ouvr. cité), qui consacre une partie de son travail à la naissance de ces supports médiatiques en Angleterre.

48 Diana Cooper-Richet a étudié cette « curiosité » des Britanniques pour la France : « La France et les grandes revues intellectuelles britanniques », La France et l’Angleterre au xixe siècle, Sylvie Aprile et Fabrice Bensimon dir., Paris, Créaphis, 2006, p. 315-334. Sur les échanges franco-britanniques dans le domaine du livre, on se reportera à son excellent article, qui trace un vivant portrait de l’anglophilie des Français et de la présence anglaise en France : « L’imprimé en langues étrangères à Paris au xixe siècle », Revue française d’histoire du livre, nos 116-117, p. 203-235. Signalons enfin, toujours au titre des échanges culturels, que les frères Pictet (en Suisse) produisirent La Bibliothèque britannique (1796- 1815), recueil qui précéda La Revue britannique.

49 Les auteures remercient Monsieur Hubert Dosseur, descendant de l’un des fondateurs-investisseurs de La Revue de Paris, de leur avoir fourni copie de l’acte de fondation du recueil périodique.

50 C’est ce que rappellent Sylvie Aprile et Fabrice Bensimon dans l’introduction de leur ouvrage La France et l’Angleterre au xixe siècle, ouvr. cité. Voir également Jacques Gury, Le voyage outre-Manche. Anthologie de voyageurs français de Voltaire à MacOrlan, Paris, Robert Laffont, 1999 ; et Ethel Jones, Les voyageurs français en Angleterre, de 1815 à 1830, Paris, De Boccard, 1930. Il faut noter aussi que les ouvrages de ces voyageurs français en Angleterre furent souvent commentés dans les revues britanniques ; l’ouvrage de Jean-Baptiste Say, De l’Angleterre et des Anglais, fit l’objet d’un compte rendu dans la Quarterly Review en 1816 ; les Voyages dans la Grande-Bretagne, de Charles Dupin, dans la même revue en 1824 ; etc.

51 La situation allait se reproduire un siècle plus tard, lorsque les agences photographiques anglo-saxonnes se trouvèrent à alimenter les journaux français – voir Myriam Chermette, « Du New York Times au Journal. Le transfert des pratiques photographiques américaines dans la presse quotidienne française », Le Themps des médias, n° 11, 2008, p. 98-109, sur cette question qui est aussi traitée par Jean-Pierre Bacot, La presse illustrée…, ouvr. cité. En amont, Michael Twyman rappelait que la réutilisation des bois gravés fut pratique courante dès les débuts de l’imprimerie : L’imprimerie. Histoire et techniques, Lyon, ENS Éditions / Institut d’histoire du livre / Les Amis du Musée de l’imprimerie, 2007.

52 En avril 1857, Le Monde illustré, dans son premier numéro, évoquera encore « l’immense développement qu’ont acquis depuis quelques années en Angleterre les Magazines et les Illustrations » (cité par Jean-Pierre Bacot, La presse illustrée…, ouvr. cité, p. 77).

53 Sur ces questions, l’ouvrage de Philippe Kaenel demeure incontournable : Le métier d’illustrateur. Rodolphe Thöpffer, J. J. Granville, Gustave Doré, Genève, Droz, 2005.

54 L’index de fin de volume guidera le lecteur dans sa recherche à travers les dépouillements, que ce soit par noms propres, par titres d’ouvrages ou de publications ou par sujets.

55 Les Français « dans leur très grande majorité, ont été, peu à peu, convertis aux chemins de fer et convaincus de leurs bienfaits », même si le développement du réseau français fut relativement lent – en 1841, seuls 804 kilomètres de ligne étaient en opération (François Caron, Les grandes compagnies de chemin de fer en France, 1823-1937, Genève, Droz, 2005, p. 14 et suiv.).

56 Louis André a proposé une excellente analyse de ces rapports financiers complexes entre les divers acteurs du monde de l’imprimé, en particulier des papetiers : « Papetiers et éditeurs dans la librairie romantique », Revue française d’histoire du livre, nos 116-117, 2002, p. 5-31. Pour une étude de trajectoires comparables au xxe siècle (par exemple chez certains papetiers, industriels, publicistes), on consultera le Dictionnaire des patrons français, Jean-Claude Daumas dir., Paris, Flammarion, 2010.

57 Eugène Hatin faisait remonter l’existence de cette pratique au xviiie siècle (Histoire politique et littéraire de la presse en France, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1859, tome 3, p. 197-215). Voir les deux articles de Stéphane Vachon, « Balzac dans quelques “journaux reproducteurs”. Répertoire des spoliations » (I et II), publiés dans L’année balzacienne, le premier en 1993 et le second en 1994.

58 Ce que rappelait Roland Chollet dans Balzac journaliste, ouvr. cité, p. 71 et suiv.

59 Isabelle de Conihout, « Police de la librairie et mesure du livre au xixe siècle : le dépôt légal, la Bibliographie de la France et la bibliométrie », Mesure(s) du livre, Alain Vaillant dir., ouvr. cité, p. 23-39.

60 La fabrication industrielle du papier permit un abaissement sensible des coûts et amena une plus grande variété de produits, ce qui permit notamment, selon Louis André (« Papetiers et éditeurs… », art. cité), une meilleure impression des vignettes et illustrations demandées par le public lecteur.

61 Les reliures mobiles apparurent vers le milieu des années 1830, selon Louis Sébastien Lenormand, qui les recommandait pour « toute espèce d’ouvrages publiés par feuilles ou livraisons, au fur et à mesure de leur publication » (Nouveau manuel complet du relieur dans toutes ses parties, nouvelle édition, revue, corrigée et considérablement augmentée, Paris, Librairie encyclopédique de Roret, 1853, p. 205 et suiv.).

62 Selon Henri Boland, la bibliothèque Guille-Alès fut fondée à Guernesey en 1856, par Thomas Guille et Frédéric Allès. Elle offrait surtout des ouvrages et des périodiques en français. D’abord constituée comme bibliothèque circulante pour toute l’île, ses collections furent réunies sous un même toit en 1867 (Les îles de la Manche, Paris, Hachette, 1904, chapitre XVI).

63 À ce sujet, voir l’ouvrage de Marie-Ève Thérenty et d’Alain Vaillant, Presse et plumes : journalisme et littérature au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2006, et celui de Marie-Françoise Melmoux-Montaubin, L’écrivain-journaliste au xixe siècle : un mutant des lettres, Saint-Étienne, Éditions des Cahiers intempestifs, 2003, qui ont étudié ce passage de « l’écrivain-journaliste » à celui de « journaliste écrivain ». De même, les articles de Marc Martin sur les journalistes du xixe siècle (qui portent sur la presse quotidienne plus que sur les collaborateurs de revues). Il convient également de noter, outre le prestige lié à la publication d’un livre, que ce passage de la revue au livre, c’est-à-dire la réunion d’articles sous forme de livre, permettait au journaliste-homme de lettres de toucher des droits d’auteur (qui s’ajoutaient ainsi aux émoluments déjà reçus pour l’article publié dans la revue).

64 Ce qui n’empêchait pas les mécontentements et les insatisfactions des libraires et de leurs clients. Au début des années 1840, les libraires de province se plaignirent de recevoir ce genre d’ouvrages, ce qui provoqua, dans le Feuilleton du Journal de l’imprimerie d’avril 1842, un échange entre divers commissionnaires parisiens. Certains d’entre eux, dont Victor Magen, s’engagèrent « à ne plus publier à l’avenir aucun roman, de tel [sic] auteur que ce soit, inséré comme feuilleton dans les journaux quotidiens » (23 avril 1842, p. 7).

65 Corinne Saminadayar-Perrin a proposé une fine analyse du phénomène dans son introduction à Qu’est-ce qu’un événement littéraire au xixe siècle ? Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008, p. 7-28.

66 Remarque citée par Claude Schopp, dans Entre presse et littérature, Pascal Durand, Sarah Mombert dir., ouvr. cité, p. 229.

67 On consultera le Grand Dictionnaire universel, entrée « Annonce ».

68 La même situation prévalait dans les journaux. Selon Marc Martin, « la réclame pour les publications nouvelles tenait dans les quotidiens parisiens, sous la monarchie de Juillet et encore dans les premières années du Second Empire, le premier rang, loin devant celle pour les pommades, tisanes et remèdes miraculeux » (« Journalistes et gens de lettres, 1820- 1890 », Mesure(s) du livre, Alain Vaillant dir., ouvr. cité, p. 109). Pour un historique de la difficile cohabitation de la nouvelle et de la réclame, voir Gilles Feyel, « Presse et publicité en France (xviiie et xixe siècles) », Revue historique, n° 628, 2003, p. 837-868.

69 Pour reprendre les termes utilisés par Pascal Durand et Anthony Glinoer, qui rappellent aussi que ces stratégies avaient été mises en œuvre par Ladvocat et Gosselin (Naissance de l’éditeur. L’édition à l’âge romantique, Paris/Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2005).

70 Selon Nicole Felkay, Henri Delloye cultivait quelques entrées dans les cercles légitimistes (« Henri-Louis Delloye, éditeur de Chateaubriand, Balzac, Victor Hugo et al. », Nineteenth Century French Studies, nos3-4, 1990, p. 336-347).

71 Anthony Glinoer a remarquablement analysé cette « connivence », qui occupa beaucoup les milieux littéraires (La querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz, 2008).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search