Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

III. Dominations, disqualifications et résistances sur les marchés du travail

9. Pluralisation des économies et compétences migratoires en Europe et en Chine

Laurence Roulleau-Berger

Texte intégral

1La question migratoire a pris une importance de plus en plus grande dans la sociologie économique internationale pour comprendre les transformations des marchés locaux et globaux liées aux mobilités internes et transnationales. Les recherches sur les migrations internationales et les migrations internes en Chine, dans leur diversité et leur complexification, permettent de comprendre comment se pluralisent les économies, comment les migrants, notamment les moins qualifiés, sont objets de dominations et de disqualifications, mais développent aussi des compétences sociales, économiques, morales, le plus souvent invisibilisées. La question migratoire est devenue centrale pour voir comment se forment de nouveaux espaces productifs situés à différentes échelles, comment se construisent de nouveaux assemblages économiques entre des lieux multisitués produisant alors des économies polycentrées. On verra comment la circulation du capital social et du capital spatial produit des parcours biographiques organisés autour de bifurcations productrices d’inégalités multisituées et de compétences migratoires (Roulleau-Berger 2010). Nous regarderons aussi comment la pluralisation des économies influe sur les transformations des systèmes de stratifications locale et globale.

Migrations, emploi et discriminations

2Dans les pays de l’Union européenne, on peut parler d’un double processus de précarisation et de discrimination ethnique qui assigne des places disqualifiantes aux migrants, notamment les moins qualifiés. Ce double processus favorise la diversification de statuts d’emploi qui ne cessent de se hiérarchiser en marquant les clivages entre travailleurs autochtones et travailleurs étrangers ou d’origine étrangère, clivages qui participent à la survisibilisation d’une appartenance ethnique et l’invisibilisation d’une qualification professionnelle. Les hiérarchies établies entre les nouvelles formes de contrats de travail font naître des processus de surexposition, de désignation, de stigmatisation sociale des migrants. Les modes d’accès à l’emploi sont sexués, ethnicisés. Plus on va vers des niveaux scolaires bas, plus les migrants se trouvent sur des contrats peu légitimés quand ils y ont accès. L’origine culturelle, en venant se combiner à l’origine sociale, au sexe et à la position générationnelle, contribue activement à définir des formes d’accessibilité différenciées et hiérarchisées aux marchés de l’emploi. Ces formes d’accessibilité se construisent à coups de « discrimination systémique » (De Rudder, Poiret et Vourc’h 2000), laquelle se traduit par une épreuve de déclassement social et par un traitement inférieur des migrants par rapport à leurs homologues autochtones malgré une instruction, des qualifications et une expérience comparables, voire supérieures ; les migrants sont embauchés dans des conditions défavorables à qualification égale, le plus souvent sur des contrats précaires, les possibilités de promotion et de mobilité professionnelle restent limitées, les conditions de travail éprouvantes.

3En Chine, l’obtention d’un hukou (certificat de résidence) s’impose pour accéder à un emploi urbain officiel et bénéficier des droits sociaux. Avec le déclin des institutions socialistes, nous assistons à un processus de décollectivisation et d’individuation qui prive certaines catégories de travailleurs migrants peu qualifiés, dont les nongmingong (ouvriers-paysans), de droits sociaux, juridiques et économiques. Les sociologues chinois soulignent le développement des emplois informels sans contrat de travail auxquels accèdent les travailleurs migrants peu qualifiés mais ne peuvent faire valoir une diversité de formes de contrats de travail dans un contexte où le droit du travail est en réelle élaboration. En revanche, ils insistent sur le traitement inférieur que subissent les migrants par rapport aux autochtones, sur les mauvaises conditions de travail. Par exemple les migrantes employées comme ouvrières dans les usines (dagongmei) vivent des injonctions à une flexibilité contrainte ; elles sont l’objet d’une grande marchandisation par les employeurs qui les voient soumises et corvéables à merci (Tong Xin 2008 ; Angeloff et Lieber 2012).

4L’invisibilisation/survisibilisation des migrants peu qualifiés se produit dans les deux cas : au cœur de ce processus est posée la notion de discrimination, qui signifie dans le cas européen discrimination ethnique et dans le cas chinois mise à distance sociale des lieux producteurs de reconnaissance sur les marchés du travail. Est posée la question des modes d’accès à la citoyenneté des migrants peu qualifiés. Si, en Chine, les situations de discrimination sont analysées comme résultant d’un conflit, d’un choc entre régime socialiste et régime capitaliste, la question de la discrimination ethnique en Europe est pensée en lien avec l’accès à la citoyenneté et à l’espace public.

Segmentation des marchés du travail et production de niches économiques

5Roger Waldinger (Waldinger 1994 ; Waldinger et Bozorgmehr 1996) avait défini les niches ethniques comme diversifiées et hiérarchisées sur les marchés du travail américains. Cette notion de niche ethnique a été transférée en Europe, puis a été transformée en niche économique en Chine (Li Chunling 2013) pour rendre compte de processus de structuration des marchés du travail proches mais dont les formes sociétales restent tout à fait distinctes.

6En Europe, nous savons que les marchés du travail contiennent une multiplication hiérarchisée de niches ethniques occupées par des travailleurs migrants faiblement qualifiés dans les secteurs de l’agriculture, l’industrie lourde et l’industrie textile, et les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie (Tripier et Rea 2008). Les travailleurs migrants plus qualifiés sont surreprésentés dans les secteurs de la santé et du travail social, les services à la personne… où se trouve une majorité de femmes ; ils sont sous-représentés dans les secteurs de l’éducation et de l’administration. On peut donc observer une hiérarchie ethnique entre les migrants sur les marchés du travail européens (Ambrosini 2007) ; par exemple, en Italie, les migrants originaires des pays d’Europe de l’Est sont très présents dans les secteurs de l’agriculture, la restauration, l’hôtellerie… alors que les Roumains et les Albanais occupent les secteurs de la construction et de l’industrie. En Finlande les Russes sont employés dans les secteurs de la santé, le transport, le nettoyage, les Estoniens dans la construction et les Vietnamiens dans le secteur industriel… Les processus de segmentation des marchés du travail européens sont définis comme situés et différenciés selon les pays et l’origine géographique des migrants. En revanche, en Bulgarie, les migrants connaissent des conditions de travail proches de celles des Bulgares ; des travailleurs migrants chinois embauchent des Bulgares (Krasteva 2007) et, en Hongrie, ils embauchent des Hongrois. Les différentes niches ethniques se forment à partir de solidarités ethniques mais aussi interethniques. Cependant la notion de solidarité interethnique opère jusqu’à un certain point dans le sens où les migrants sont embauchés mais le plus souvent sans contrat de travail pour faire des travaux difficiles. On peut alors noter de fortes stigmatisations ethniques et de genre, créant des segmentations partielles (Roulleau-Berger 2004) qui viennent renforcer et complexifier les insertions dans l’accès à l’emploi. Les niches ethniques le sont de moins en moins pour devenir des niches pluriethniques où travaillent successivement des migrants originaires de différents continents. L’accès aux niches ethniques ou le passage de l’une à l’autre définissent des mobilités horizontales sur des segments de marché disqualifiés et disqualifiants qui ne permettent pas l’accès à un statut d’emploi stable sur les marchés du travail.

7En Chine, les travailleurs migrants occupent différents types de niches économiques. Selon les statistiques nationales de 2011, 36 % de travailleurs migrants travaillaient dans le secteur de la fabrication industrielle, 17,7 % dans le secteur de la construction, 6,6 % dans le secteur des transports, 10,1 % dans la vente, 5,3 % dans l’hôtellerie et la restauration et 12,2 % dans les services. Ces pourcentages varient évidemment selon les régions, les âges, les niveaux de diplôme et de qualification, le sexe. Dans le secteur des activités de service en pleine expansion les migrantes se trouvent reléguées à des travaux serviles comme les services à la personne où les femmes faiblement qualifiées sont nombreuses à occuper ce secteur. Comme dans le cas européen, le care work recouvre certaines activités relevant traditionnellement de la sphère domestique ; les migrantes peu qualifiées, très jeunes, accèdent généralement à l’aide à domicile, qui peut prendre la forme de garde d’enfants, soin aux personnes âgées, ménage… (Zhou Jianxin et Zhou Daming 2009). Avec le processus rapide de stratification sociale de la société chinoise les femmes des classes moyennes font appel à des femmes moins qualifiées pour la prise en charge de leurs enfants. Il s’agit ici d’un phénomène nouveau en Chine. Les nannies constituent une catégorie importante de travailleuses temporaires dans les villes chinoises (Angeloff 2010).

8Dans les niches ethniques et économiques, les migrants sont définis comme objets d’une double disqualification sociale : une disqualification horizontale dans le sens où l’accès à certains métiers leur est fermé, une disqualification verticale liée à une assignation aux emplois peu qualifiants situés au bas de la hiérarchie sociale. Mais souvent contraints à des mobilités géographiques multiples, ils développent une diversité de parcours professionnels de plus en plus différenciés et complexes en fonction de leurs ressources sociales, économiques et symboliques, de leurs réseaux sociaux et familiaux.

Dominations et disqualifications sur les marchés du travail

9Les migrants peu qualifiés sont l’objet de dominations, de violences symboliques et identitaires, de discriminations voire de racisme sur les marchés du travail chinois et européens. Les violences symboliques se construisent par des phénomènes de disqualification sociale horizontale et verticale, des altérations des identités, des mépris et des humiliations.

10Par exemple, nous avons analysé comment des migrantes en Europe sont confrontées à des situations de domination sociale, ethnique et sexuelle, comment la plupart d’entre elles sont contraintes à des situations de déclassement social et deviennent objets de déni de reconnaissance et de disqualification par l’invisibilisation de leurs expériences, de leurs qualifications et des compétences antérieures (Roulleau-Berger, 2010). Nicolas Jounin (2009) montrent comment la présence de sous-traitants et d’intérimaires maltraités dans le secteur du bâtiment, qui ont souvent moins de droits que les travailleurs de l’entreprise générale, provoque un éclatement du collectif ouvrier. D’autres travaux comme ceux de Sébastien Chauvin (2009) ont analysé à la fois la montée de la flexibilité, le travail journalier et l’ethnicisation des marchés du travail. La précarisation de la condition salariale conduit à l’affaiblissement des solidarités et des capacités d’action collective, à la marginalisation du syndicalisme des salariés ; la précarité professionnelle divise et affaiblit le salariat, elle n’annule pas toutes les solidarités entre dominés. Les individus les mieux nantis en ressources et en biens sont devenus de moins en moins nombreux et les moins nantis toujours plus nombreux, de moins en moins couverts par les systèmes de protection. L’institutionnalisation du précariat (Castel 2009) montre que les inégalités sociales, économiques et ethniques ne cessent de se multiplier avec de nouvelles formes de domination liées à la flexibilité du travail, des mises à distance et des stigmatisations des plus faibles.

11Nous pouvons considérer que la présence des nongmingong sur les marchés du travail chinois est tout à fait comparable. Travailleurs migrants du bâtiment sur les marchés du travail français et nongmingong dans le même secteur sur les marchés du travail chinois peuvent être licenciés à tout moment.

12Dans les deux cas on observe une dénégation du travailleur effacé derrière la force de travail qu’il vend. En Chine les nongmingong sans hukou urbain sont l’objet de dominations et de violences sur les marchés du travail, privés des droits de citoyen. Les systèmes de relations professionnelles se développent à partir de situations où les travailleurs n’ont pas accès à des droits sociaux et s’organisent à partir d’arrangements institutionnels et de la force des relations sociales.

  • 1 « Les guanxi jouent un rôle majeur dans la société chinoise. Le capital relationnel possédé consti (...)

13Quand nous parlons de loyautés incertaines sur les marchés du travail européens, Shen Yuan et Wen Xiang dans le chapitre 7 parlent d’arrangements institutionnels sous-tendus par des guanxi (relations interpersonnelles)1. En effet il est difficile de comprendre l’incapacité des travailleurs migrants à réclamer leurs droits sans intégrer la fonction des guanxi (relations interpersonnelles) liés à l’ancien système d’organisation des relations traditionnelles de parenté et des appartenances géographiques. La force des guanxi des migrants sur les marchés du travail chinois met au jour des réseaux qui se construisent dans des transferts et des échanges de ressources économiques, symboliques et marchandes. Ces échanges de ressources se construisent à partir de loyautés d’appartenance et de relations de confiance dans le cadre de réseaux d’interconnaissance et familiaux qui jouent un rôle fondamental dans l’accès aux marchés du travail chinois. Mais la force des guanxi ne favorise pas de solidarités de résistance à des situations de domination dans le monde du travail ; en effet ces guanxi peuvent créer une relation de dépendance, voire de captivité avec l’employeur et le contremaître, qui empêche la production d’actions collectives et casse des solidarités. Le concept de régimes hégémoniques de Michael Burawoy dans la mise en place d’un ordre productif fondé sur le consentement et la contrainte des ouvriers a été repris par Shen Yuan (2006) pour analyser les rapports d’exploitation sur les marchés de l’emploi chinois, notamment entre les employeurs et les nongmingong. Les notions d’hégémonie et de despotisme permettent d’analyser les relations professionnelles sur les marchés de l’emploi chinois et de rendre compte d’un contexte de flexibilité toujours accrue qui produit des situations de disqualification sociale à partir de formes de contrôle et de violences très fortes sur les marchés du travail.

14À partir de la question de la disqualification sur les marchés du travail chinois et européens, il n’est pas possible d’envisager la question de la domination au singulier qui présupposerait l’existence d’un système social unifié ; les sociologues chinois et français pensent les dominations plurielles, ordinaires (Martucelli 2006) et moins ordinaires, moins visibles. Les modalités de domination, qui peuvent être qualifiées de complexes, sont toujours associées à l’entretien durable d’une ou plusieurs asymétries profondes (Boltanski 2009).

« Petite production » et économie de bazar internationalisée

15Les migrants peu qualifiés occupent aussi dans les villes européennes et chinoises des enclaves économiques qui produisent des « économies de bazar » (Geertz et al. 1979) enchâssées avec des économies marchandes et non marchandes ; les Chinatowns en sont l’exemple le plus immédiat. Dans les villes chinoises, les anciens villages urbains qui existent notamment dans les villes du Sud comme Canton ou Shenzhen, et les nouveaux villages urbains appelés quartiers de fourmis qui apparaissent à la périphérie des métropoles et où vivent une majorité de migrants précaires, contiennent des enclaves économiques. Si comme le montrent Zhang Wenhong et Lei Kaichun dans le chapitre 8 les migrants peu qualifiés sont souvent survisibilisés comme étrangers de l’intérieur, ils sont aussi invisibilisés quand ils vivent dans les anciens et nouveaux villages urbains ou dans les souterrains de certaines villes chinoises aujourd’hui occupés par des populations très paupérisées, notamment des migrants. Cette économie de bazar prend des formes de plus en plus diversifiées dans les villes internationales.

16Dans les villes européennes les migrants peu qualifiés peuvent devenir des vendeurs ambulants, créer des microentreprises ou des petits commerces, voire développer des petits métiers urbains, des activités économiques majoritairement informelles. Si l’expérience migratoire peut signifier d’abord la production de pertes de savoirs et de qualifications, elle donne aussi l’occasion de réutiliser et de mobiliser des ressources diverses autour d’activités diverses ; les migrants produisent des micro-espaces économiques peu légitimés où naît de la « petite production urbaine » (Roulleau-Berger 1999). Par exemple, en France, quand des migrants pauvres ne peuvent accéder à des emplois, certains pratiquent la vente à la sauvette ou le commerce à la valise pour écouler des marchandises diverses comme les jouets, des contrefaçons de sacs à main… En Chine des migrants pauvres vont faire du commerce de gingembre, de grillons, de vannerie, de piles, de graines…

17Ces micro-dispositifs économiques peuvent être liés entre eux en restant associés aux mondes de la grande production dans les contextes locaux. Dans ces mondes de la petite production naissent des économies peu légitimées qui s’organisent autour de capacités à bricoler, à récupérer, à troquer un service contre un autre service, ou un bien contre un autre bien. On voit donc comment se tissent des macroéconomies et des microéconomies qui ne cessent de s’encastrer et de se désencastrer dans les villes européennes et chinoises.

Circulations migratoires et économies polycentrées

18Les migrants peuvent vivre dans des niches ou des enclaves économiques mais peuvent aussi devenir de petits ou moyens entrepreneurs. Dans les circulations transnationales se croisent des mondialisations par le bas et par le haut, où les entrepreneurs et commerçants tracent les contours de nouveaux marchés globaux. Par exemple des migrants chinois créent des agences de voyages, des entreprises d’informatique, de prêt-à-porter dans les grandes villes européennes… qui participent aussi à l’intensification de nouveaux échanges économiques. La présence des migrants dans le commerce international est largement invisibilisée, telles ces Sénégalaises qui prennent des routes transnationales pour faire du commerce de bijoux, de vêtements… qu’elles vont chercher en Arabie saoudite, font passer par l’Italie et viennent revendre en France et au Sénégal. C’est le cas aussi de ces migrants d’Europe centrale et orientale, d’Afrique centrale et d’Afrique du Nord qui participent activement à des échanges économiques transfrontaliers et assurent une présence forte dans ce contexte d’internationalisation des échanges, notamment en Chine (Bredeloup 2013).

19En Chine nous avons rencontré des migrants petits commerçants qui ouvraient des boutiques et de petits entrepreneurs qui mettaient en place des agences intermédiaires pour l’emploi, de nouveaux services urbains, des salons de coiffure, des commerces et des restaurants… Parvenus au statut de patrons, ils embauchent des migrants originaires de leurs provinces, qu’ils intègrent dans leurs réseaux économiques. Ces migrants développent des dynamiques commerciales et entrepreneuriales dans un contexte de grand développement économique (Roulleau-Berger 2009). Les plus diplômés, notamment les jeunes, les développent à un niveau plus individuel quand les moins qualifiés activent des réseaux familiaux ou d’interconnaissance à un niveau collectif. En effet à l’échelle collective le sentiment d’appartenance à un même village et la chaîne de confiance que celui-ci sous-tend assure les conditions de succès de l’activité économique dans le cadre d’activités commerciales ou entrepreneuriales (Steiner 1999). Ces entrepreneurs créent leurs règles, conventions et normes sur des segments de marché qu’ils investissent, développent de nouveaux savoir-faire dans la création de nouvelles filières, déploient une grande capacité à développer des réseaux de coopération économique et sociale qui relient des marchés locaux entre eux à partir de circulations sur le continent chinois.

20Migrations internationales et migrations internes en Chine participent à l’élaboration de « dispositifs économiques polycentriques » (Roulleau-Berger 2010) qui résultent d’assemblages d’activités et d’espaces et se construisent à partir des circulations, des régimes économiques et juridiques, des réseaux de coordination courts et longs plus ou moins ramifiés, des circulations de ressources matérielles, sociales et morales au cours d’expériences migratoires. Ces dispositifs économiques contiennent des hiérarchies et des ordonnancements qui assignent des places et des rôles au sein d’une division sociale, ethnique et sexuelle du travail.

Carrières migratoires et bifurcations biographiques

21La question de la carrière migratoire s’impose largement pour comprendre comment se forment de nouveaux espaces productifs. Les carrières des migrants se construisent à partir de bifurcations (Grossetti 2006) qui correspondent à la conjonction d’étapes migratoires, c’est-à-dire des changements de régimes spatiaux sous forme de mobilités géographiques, et de changements de régimes économiques, sous forme de mobilités professionnelles.

22Les bifurcations peuvent être imposées, négociées, contrôlées. Par exemple, les carrières des travailleurs migrants d’Europe centrale et orientale ou chinois qui viennent travailler dans le cadre de contrats de sous-traitance d’entreprises en Europe de l’Ouest évoluent à partir de bifurcations imposées. Dans le processus biographique ces bifurcations peuvent favoriser l’accès à des places dans les sociétés d’accueil, ou des mises à distance. À chaque bifurcation les lieux, les événements influent sur les répertoires de ressources individuelles, qui se réagencent pour recomposer les statuts, places et identités sociales des individus.

23En Chine, dans les migrations internes, les carrières se construisent aussi à partir de bifurcations sous forme de mobilités professionnelles. Incertitudes et réversibilités de situations économiques se structurent souvent autour de bifurcations qui s’enchaînent plus ou moins vite, il y a rarement de temps morts dans les cheminements de ces migrants qui s’engagent dans des parcours de plus ou moins forte pluriactivité selon leur niveau de qualification. Cette succession de bifurcations traduit les processus structurels à l’œuvre dans la société chinoise, notamment les évolutions des politiques migratoires et les dynamiques de concurrence sur les marchés du travail. Les structures des marchés du travail, les régimes politiques, les contextes locaux jouent sur le rythme d’apparition des bifurcations. En Chine l’intensité de la flexibilité du travail, l’affaiblissement du système politique du hukou, l’attractivité des villes des régions côtières de l’est de la Chine produisent de nombreuses bifurcations biographiques dans les carrières des migrants, des commerçants et des entrepreneurs, notamment des jeunes exposés à de nouvelles formes de chômage. La multiplication et la fréquence des bifurcations varient en fonction des répertoires de ressources sociales, économiques et symboliques ; les plus faiblement qualifiés sont doublement contraints aux mobilités géographiques et professionnelles et leurs parcours apparaissent souvent construits autour d’une pluriactivité ou d’une polyactivité économique forte et d’une multiplicité de bifurcations rapprochées. Par exemple la fréquence des bifurcations dans les parcours biographiques est plus faible chez les commerçants et entrepreneurs qualifiés qui anticipent des changements de situations dans l’expérience mobilitaire ou migratoire.

24Apparaît alors un principe de différenciation sociale qui rend compte de la discontinuité des expériences liées à des régimes économiques différents. Une fréquence rapide des bifurcations signifie souvent qu’il y a discontinuité entre les expériences dans des activités économiques très différentes. Les capitaux sociaux, culturels et symboliques jouent un rôle dans les effets de discontinuité biographique et dans la façon dont les répertoires de ressources s’ordonnent ; plus les répertoires de ressources sont larges, plus ils sont ordonnés et plus les individus peuvent gérer les effets de discontinuité biographique.

25Les inégalités sociales se renforcent et peuvent être définies comme multisituées du fait des mobilités répétées des migrants, commerçants et entrepreneurs, elles signifient des accès discontinus et hiérarchisés aux marchés du travail dans les différents contextes sociétaux. Les plus dominés circulent plutôt sur des lignes de réseaux horizontales quand les mieux dotés en ressources personnelles et sociales se déplacent plutôt le long de lignes de réseaux verticales. Les inégalités se construisent dans des invisibilités graduées compétences qui peuvent être rapportées aux formes de discriminations sociales, ethniques, de genre dont sont l’objet les migrants dans les différents contextes sociétaux.

26Et l’amplification ou la réduction des inégalités sociales, ethniques et de genre impose à chaque étape migratoire une recomposition du répertoire de ressources personnelles. Si, au cours des étapes migratoires, les migrants ont pu saisir les opportunités offertes par les espaces migratoires, leurs ressources économiques, sociales et symboliques ont pu se développer et les inégalités s’affaiblir dans le passage d’un lieu à un autre, d’une ville à une autre, d’une société à une autre. Dans un contexte d’intensification des migrations les parcours biographiques ne cessent de se diversifier en produisant des itinéraires complexes. Les carrières migratoires rendent compte de la pluralisation et de la hiérarchisation des espaces économiques à la fois locaux et globaux en produisant de l’individuation, en révélant un processus de formation de classes partiellement dénationalisées. Ulrich Beck (2006) parle de la « cosmopolitisation des biographies » et de « polygamie géographique » qui s’organisent autour de différences culturelles, d’inégalités sociales et de genre en produisant ce que nous nommons de « l’individuation globalisée » (Roulleau-Berger 2013).

Migration et stratification sociale locale et globale

27Dans ce contexte de pluralisation des économies, la diversification des biographies des migrants met en évidence l’émergence de « classes partiellement dénationalisées » (Sassen 2006), notamment avec la formation des élites transnationales, des nouvelles classes moyennes et des travailleurs migrants disqualifiés ou pauvres. Ce sont les populations les plus nanties et les moins nanties qui apparaissent particulièrement visibles dans cette construction d’une stratification sociale globalisée.

28Certains migrants internationaux européens et chinois ont accès à des métiers prestigieux ; ils ont entre 30 et 40 ans, sont cadres supérieurs dans des entreprises internationales ou chefs d’entreprise. Ils sont tous très diplômés et très qualifiés et ont saisi des opportunités diverses. Généralement dans les carrières de prestige social, il y a un réel maintien des ressources sociales et culturelles dans les parcours migratoires. Ces migrants apparaissent porteurs de valeurs transculturelles et de pratiques économiques transnationales dans des réseaux de coopération ouverts et multiplexes. Depuis la fin des années 1980 le commerce mondial, les investissements à l’étranger, la circulation des capitaux s’accélèrent et les dynamiques migratoires ne cessent de se multiplier et de se diversifier. Les migrations des élites économiques, scientifiques et techniques expriment les formes de renouvellement de ces nouvelles mobilités. En Europe, dans la formation des nouvelles bourgeoisies cosmopolites (Wagner 2008), les migrants disposant d’un fort capital social et spatial développent des parcours de mobilité ascendante. La mondialisation par le haut montre comment se forme une fraction de la nouvelle bourgeoise cosmopolite d’aujourd’hui, résidant pour partie en Europe et composée de migrants très diplômés et très qualifiés originaires de Chine continentale, d’Europe centrale et orientale, du Maghreb et du Moyen-Orient.

29Parmi la population de migrants nationaux et chinois en situation de très grande insécurité sociale, certains apparaissent engagés dans un processus de désaffiliation très fort. La figure du hobo est présente chez ceux qui n’accèdent pas ou refusent une inscription dans les niches économiques. Émerge ici une nouvelle figure globalisée du hobo (Anderson 1993) qui apparaît dans les interstices sociétaux où des migrants deviennent des oubliés de la mondialisation ou des nouveaux surnuméraires, objets d’invisibilité et de non-reconnaissance publique et sociale, contraints à des vies perdues. On peut parler d’une nouvelle underclass partiellement nationalisée.

30Les migrants investis dans le commerce international accèdent à des positions intermédiaires en participant à la formation d’une nouvelle classe moyenne. Mais les communautés d’origine orientent les moins qualifiés, les plus démunis vers des filières où ils feront l’objet d’une véritable marchandisation.

31Les classes moyennes s’internationalisent mais restent nationalisées quand l’upper-class et l’underclass peuvent d’abord être définies comme dénationalisées. Les oubliés de la globalisation, sans voix, sans place, sans reconnaissance positive, restent contraints à être eux-mêmes contre et envers des dominations réticulaires, des racismes sourds et puissants, des assignations à l’invisibilité, à la relégation dans des espaces de non-droits. Nous sommes alors invités à mettre en valeur d’une part les variétés d’un capitalisme globalisé et d’autre part les effets de contextes sociétaux sur les processus d’ethnicisation et de pluralisation économique des sociétés contemporaines.

32La question migratoire a pris un statut très important dans les sociologies économiques chinoise et française. Elle contraint les chercheurs à ouvrir des espaces théoriques et méthodologiques liés à une forme de cosmopolitisme méthodologique pour rendre compte du processus de pluralisation économique des sociétés locales en contexte globalisé. Plus précisément elle permet de penser des connexions, des assemblages, des superpositions, des disjonctions entre des espaces économiques d’inégale légitimité souvent pensés en sociologie économique comme dissociés les uns des autres tandis que des phénomènes de territorialisation, déterritorialisation et reterritorialisation reconfigurent les économies locales. De même la figure du migrant permet de comprendre dans les sociétés contemporaines, ici européenne et chinoise, comment se construisent des acteurs individuels et collectifs confrontés à des situations de domination, de disqualification, de mise à distance des espaces de travail pourvoyeurs de reconnaissance sociale mais aussi les révèlent comme capables de mobilité, d’action, de réflexivité. Les carrières économiques de ces migrants inégalement qualifiés montrent comment se tissent des lignes de réseaux entre des territoires productifs multipolaires, comment circulent des ressources matérielles, sociales, morales et symboliques, comment des transmigrants, selon les termes d’Alain Tarrius, Lalia Missaoui et Fatima Qacha (2013), « notamment des migrants internationaux pauvres, transmigrants du poor to poor, deviennent des colporteurs du capitalisme marchand », en favorisant la formation de dispositifs économiques polycentriques. Simultanément se déplacent aussi de nouvelles élites de la mondialisation des grandes firmes internationales qui font appel à ces migrants pauvres. La question des superpositions, des cohabitations, des disjonctions entre des espaces économiques de faible, moyenne, ou forte légitimité repose celle de l’accès aux places et aux position sociales dans des systèmes de stratification sociale à la fois situés et globalisés.

Bibliographie

Ambrosini Maurizio, 2007, Employment and Working Conditions of Migrant Workers, Report to European Foundation for the Improvment of Living Working Conditions.

Anderson Nels, 1993, Le hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Nathan.

Angeloff Tania, 2010, « La Chine au travail (1980-2009) : emploi, genre et migrations », Travail, genre et sociétés, no 23, p. 79-102.

Angeloff Tania et Lieber Marylène éd., 2012, Chinoises au xxie siècle. Ruptures et continuités, Paris, La Découverte.

Bauman Zygmunt, 2006, Vies perdues, Paris, Payot.

Beck Ulrich, 2006, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? Paris, Aubier.

Boltanski Luc, 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Bredeloup Sylvie, 2013, « New African traders in China », China’s Internal and International Migration, Li Peilin et L. Roulleau-Berger éd., New York, Routledge.

Castel Robert, 2009, La montée des incertitudes, Paris, Seuil.

Chauvin Sebastien, 2009, Les agences de la précarité. Journaliers à Chicago, Paris, Seuil.

De Rudder Véronique, Poiret Christian et Vourc’h François, 2000, L’inégalité raciste. L’universalité républicaine à l’épreuve, Paris, PUF.

Geertz Clifford, Geertz Hildred, Rosen Lawrence, 1979, Meaning and Order in Maroccan Society. Three Essays in Cultural Analysis, Cambridge, Cambridge University Press.

Grossetti Michel, 2006, « Trois échelles d’action et d’analyse. L’abstraction comme opérateur d’échelle », L’Année sociologique, vol. 56, no 2, p. 285-307.

Jounin Nicolas, 2009, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte.

Krasteva Anna, 2007, « L’immigré chinois en Bulgarie. Le “protestant” de l’économie post-socialiste », Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe, L. Roulleau-Berger éd., Toulouse, PUM, p. 71-88.

Levy Jacques et Lussault Michel, 2003, Dictionnaire de la géographie, Paris, Belin.

Li Chunling, 2013, « Institutional and non-institutional path : different processes of socioeconomic status attainment of migrants and non-migrants in China », China’s Internal and International Migration, Li Peilin et L. Roulleau-Berger éd., New York, Routledge.

Li Peilin, 2008, « Les villages urbains de la Chine en mutation : le cas de Yangcheng à Canton », La nouvelle sociologie chinoise, L. Roulleau-Berger, Guo Yuhua, Li Peilin et Liu Shiding éd., Paris, CNRS Éditions.

Martuccelli Danilo, 2006, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin.

Roulleau-Berger Laurence, 2013, « Migrations, plural economies and new stratification in Europe and in China », China’s Internal and International Migration, Li Peilin et L. Roulleau-Berger éd., New York, Routledge.

— 2011, Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

— 2010, Migrer au féminin, Paris, PUF.

— 2009, « Circulation, disqualification, autonomie des migrants en Chine continentale », Espaces, populations et sociétés, no 3, p 419-438.

— 2007, « Les oubliés de la mondialisation à Shanghai et Pékin : captivités et résistances des migrants peu qualifiés sur les marchés du travail urbains », Villes internationales : entre tensions et réactions des habitants, I. Berry-Chikhaoui, A. Deboulet et L. Roulleau-Berger éd., Paris, La Découverte, p. 245-262.

— 2004, « Insertions segmentées, travail et discriminations des femmes migrantes et de leurs filles », Femmes, travail et discriminations, Paris, La Documentation française, p. 17-42.

— 1999, Le travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Sassen Saskia, 2006, Territory, Authority Rights : from Medieval to Global Assemblages, Princeton, Princeton University Press.

Scardigli Victor et Mercier Pierre-Alain, 1978, Ascension sociale et pauvreté. La différenciation progressive d’une génération fils d’ouvriers, Paris, CNRS Éditions.

Sen Amartya, 2000, Repenser l’inégalité, Paris, Seuil.

Shen Yuan, 2007, Shichang, jiejie yu shehui : zhuanxing shehuixue de guanjian yiti [Marché, classes et société : des sujets clés pour une sociologie de la transition], Pékin, Social Sciences Academic Press.

— 2006, « Shehui zhuanxing yu gongren jieji de zaixingcheng » [Transformation de la société et reformation de la classe ouvrière], Sociological Studies, no 2.

Shen Yuan, Guo Yuhua, Lu Huilin et Fang Yi, 2009, « Nongmingong and dust pulmonary disease in Shenzhen » [Les nonmingong et les maladies pulmonaires à Shenzhen], 21th Century International Review, vol. 1, no 1.

Steiner Philippe, 1999, La sociologie économique, Paris, La Découverte (Repères).

Sun Liping, 2003, Duanlie : Er shi shiji jiushi niandai yilai de Zhongguo shehui [Fractures : la société chinoise depuis les années 1990], Pékin, Social Sciences Academic Press.

Tarrius Alain, 2010, Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels, Perpignan, Trabucaire.

Tarrius Alain, en collaboration avec Missaoui Lamia, 2000, Les nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, identités, territoires, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Tarrius Alain, Missaoui Lamia et Qacha Fatima, 2013, Transmigrants et nouveaux étrangers, Toulouse, PUM.

Thireau Isabelle, 2006, « Migrant », Dictionnaire de la Chine contemporaine, T. Sanjuan éd., Paris, Armand Colin.

Tong Xin, 2008, « Xingbie yu xing » [Sexe et genre], Shehuixue he zhongguo shehui [Sociologie et expérience chinoise], Li Peilin, Li Qiang et Ma Rong éd., Pékin, Social Sciences Academic Press.

Tripier Maryse et Andrea Rea, 2008, Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte.

Wagner Anne-Catherine, 2008, Les classes sociales dans la mondialisation, Paris, La Découverte.

Waldinger Roger, 1994, « The making of an immigrant niche », International Migration Review, vol. 28, no 1, p. 3-30.

Waldinger Roger et Bozorgmehr Mehdi, 1996, Ethnic Los Angeles, New York, Russell Sage Foundation.

Zhou Jianxin et Zhou Daming, 2009, « An investigation into the group characteristics of casual construction workers », Chinese Sociology and Anthropology, vol. 41, no 3.

Notes

1 « Les guanxi jouent un rôle majeur dans la société chinoise. Le capital relationnel possédé constitue en effet un critère d’identification des individus en tant que membres de la société. Il révèle leurs compétences, souligne leur capacité d’action et atteste leur dignité dans l’espace public. Posséder un réseau étendu de relations, qu’il soit fondé sur des liens de parenté par définition irréversibles ou sur une confiance longuement testée et éprouvée, et être capable de le maintenir dans le temps et dans l’espace procurent ainsi de la “face”, soit de la considération sociale. » (Thireau 2006) Ce terme ne recouvre donc qu’en partie la question des relations interpersonnelles en Chine, et occulte, par sa dimension instrumentale, un processus aujourd’hui nécessaire mais difficile : la formation de liens de confiance à la fois généralisés et particuliers.

Auteur

Sociologue, est directrice de recherche au CNRS, membre de Triangle, École normale supérieure de Lyon. Elle a développé ses recherches en sociologie urbaine, en sociologie économique et en sociologie des migrations en Europe et en Chine. Elle a ouvert une réflexion épistémologique sur la désoccidentalisation de la sociologie. Elle a publié un nombre important d’articles et d’ouvrages dont les plus récents sont : La nouvelle sociologie chinoise, avec Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding éd., Paris, CNRS Éditions, 2008 ; Migrer au féminin, Paris, PUF, 2010 ; Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2011 (traduction chinoise : Pékin, Social Sciences Academic Press, 2014) ; European and Chinese Sociologies. A New Dialogue, avec Li Peilin éd., Leyde-Boston, Brill Publishers, 2012 ; Sociologies et nouveaux cosmopolitismes, Toulouse, PUM, 2012 ; China’s Internal and International Migration, avec Li Peilin, Londres, Routledge, 2013. Elle dirige deux collections : De l’Orient à l’Occident, ENS Éditions ; Post-Western Social Sciences and Global Knowledge, Brill Publishers.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540