Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

III. Dominations, disqualifications et résistances sur les marchés du travail

8. Travailleurs migrants dans les villes chinoises : des « étrangers de l’intérieur »

Zhang Wenhong et Lei Kaichun

Texte intégral

1L’intégration sociale est un processus qui concerne l’individu, les relations entre les individus, entre différents groupes d’individus, entre différentes cultures, et les processus d’adaptation mutuelle (Yuan Ren et Wu Minle 2006). Dans les années 1890, l’universitaire américain Robert E. Park, représentant de l’école de Chicago, a commencé à étudier la façon dont les nouveaux immigrants européens aux États-Unis s’adaptaient à un nouvel environnement de travail et de vie (ibid.). Considérant l’intégration sociale des migrants internationaux, les études occidentales privilégient généralement l’analyse des relations entre les immigrants et les normes dominantes de la société d’accueil. Deux orientations fondamentales peuvent être distinguées : l’approche en termes d’intégration et l’approche multiculturaliste (Marger 2007). L’approche assimilationniste est l’expression de l’universalité de la théorie du melting-pot, notamment celle de Hector Saint-John de Crèvecœur et celle de la frontière de Frederik J. Turner, celle du triple melting-pot de Ruby J. R. Kennedy, la théorie de la distorsion de Stuart, etc. Les principaux auteurs de la théorie assimilationniste ont tendance à mettre l’accent sur l’identification des migrants à la culture dominante de la population locale, ainsi que sur l’abandon des traditions et habitudes sociales et culturelles originelles. Par exemple, Milton M. Cordon (1964) a proposé sept indicateurs pour mesurer les relations ethniques : le contact culturel, l’assimilation structurelle, les mariages mixtes, l’identité ethnique, les préjugés, la discrimination et les conflits liés aux valeurs et au pouvoir. Park (1925) a quant à lui plutôt pensé l’intégration ethnique comme un processus d’interpénétration et de fusion des groupes et des individus, dans lequel chacun des individus partage avec autrui des mémoires, des émotions, des attitudes, des expériences et une histoire, et s’intègre progressivement dans une vie culturelle commune. Cependant, comme Horace Kallen l’a dit, « la relation entre l’individu et les communautés ethniques dépend des ancêtres, de la parenté et de la famille, ce qui est indivisible, et donc immuable ». L’approche pluraliste s’appuie sur une conception de l’intégration sociale qui se fonde sur l’importance du droit du maintien de la différence entre les différents groupes ethniques ou sociaux (Li Minghuan 2000). Par exemple, Won Moo Hurh et Kwang Chung Kim (1984), à travers l’étude des communautés coréennes aux États-Unis, ont proposé le concept d’assimilation à somme nulle. Ils ont relevé, notamment à travers l’étude des médecins et d’autres personnes de condition supérieure, qu’un statut socio-économique élevé n’impliquait pas automatiquement une forte intégration sociale. Bien que, sur un plan culturel, les immigrants coréens se soient adaptés à la société américaine, ils ne peuvent pas, sur un plan social, intégrer tout ce qui caractérise la société américaine. Hurh et Kim soulignent que, tout en s’adaptant aux États-Unis, les immigrants coréens conservent une forme d’adaptation liée à leur propre culture d’origine. Les auteurs parlent d’« adaptation persévérante » (Hurh et Kim 1984).

2Zhou Min et Lin Mingang (2004) ont découvert, à travers l’étude des conditions d’intégration sociale des nouveaux immigrants chinois, que ceux dotés d’un fort capital humain pouvaient mieux s’intégrer dans la société américaine. Cependant, les immigrants chinois sont encore réticents à abandonner les habitudes de vie en communauté. De toute évidence, parce que la plupart des théories existantes sur l’intégration sociale ont pour but de résoudre les contradictions et les conflits sociaux rencontrés aux États-Unis en tant que pays classique d’immigration (Li Minghuan 2000), que l’on soit dans une approche assimilationniste ou dans une approche pluraliste, on a toujours tendance à réduire la question complexe de l’intégration sociale à une question d’intégration culturelle. En ce qui concerne l’accès à un statut économique pour les migrants une fois arrivés dans le pays de destination, les économistes sont plus préoccupés par l’intégration économique des immigrants, notamment en ce qui concerne l’importance donnée au style de vie et au travail après le processus migratoire (Zhao Yandong et Wang Fenyu 2002). En 2006, le secrétaire général des Nations unies, dans le rapport « Migrations internationales et développement », propose un point de vue avec une approche plus systématique de l’intégration sociale des migrants, en indiquant :

  • 1 Rapport du secrétaire général des Nations unies « Migrations internationales et dévelop (...)

Le succès de la migration dépend de l’adaptation mutuelle des migrants et de la société d’accueil. Il est de plus en plus reconnu que l’intérêt bien compris des migrants comme de la société d’accueil recommande d’amorcer l’intégration dès le début du séjour dans le pays d’accueil. L’égalité de traitement et l’interdiction de toute discrimination sont la clef de voûte de l’intégration. Celle-ci dépend de nombreux facteurs, dont l’aptitude à communiquer dans la langue du pays, l’accès au marché du travail et à l’emploi, la connaissance des coutumes et le respect des valeurs de la société d’accueil, la possibilité de se faire accompagner ou rejoindre par les membres de sa famille immédiate et la possibilité d’obtenir la naturalisation.1

3En bref, les études des sociologues étrangers sur l’intégration sociale des immigrants utilisent principalement deux perspectives théoriques, une approche assimilationniste et une approche pluraliste, dont les principaux objets d’étude sont les migrants internationaux.

Comment les sociologues chinois pensent-ils l’intégration sociale et urbaine ?

4De leur côté, les études chinoises s’attachent, pour une majeure partie d’entre elles, à l’examen des processus migratoires des ouvriers-paysans vers les villes. En prenant pour base des théories étrangères ainsi que des éléments qui ont émergé lors d’études sur le terrain, de nombreux chercheurs élaborent ensuite leurs propres théories. Par exemple, Tian Kai (1995) fait remarquer que le processus d’adaptation à la vie urbaine pour la population flottante est en fait un processus de resocialisation. Pour lui, l’adaptation à la vie urbaine pour la population flottante suppose trois conditions fondamentales :

  • la première consiste à trouver en ville une occupation professionnelle relativement stable ;
  • la deuxième impose que cette activité professionnelle procure un revenu et une position sociale permettant d’avoir un style de vie qui peut prendre une forme équivalente à celui des autochtones. Ainsi le migrant peut avoir des relations sociales avec eux et de cette façon participer à la vie sociale locale ;
  • enfin, troisièmement, en raison de l’influence du style de vie et grâce aux liens avec la société locale, les nouveaux migrants peuvent adhérer à des valeurs nouvelles et proches de celles de la société locale.

5Par conséquent, l’intégration sociale des migrants doit être pensée au niveau économique, social, psychologique et culturel. Ma Xiheng (2001), à partir d’une étude qualitative sur la question de l’intégration sociale des nouveaux migrants dans les villes, constate une évolution dans les relations d’échanges entre les nouveaux migrants et les habitants. De relations fondées sur l’isolement, le rejet et l’opposition, on passe à des relations d’échanges caractérisées par des formes de coopération, de compatibilité et de rationalité. L’auteur met en avant l’idée que l’intégration sociale des nouveaux immigrants en milieu urbain peut passer par trois étapes : la double appartenance, la volonté de promouvoir des relations amicales et une identité reconfigurée. La volonté de développer des relations amicales est une phase clé de l’intégration sociale des nouveaux migrants en ville ; durant cette période, le gouvernement, les communautés urbaines ainsi que les nouveaux migrants doivent déployer des efforts conjoints.

6Zhu Li (2002) pense que les niveaux psychologique ou culturel, social et économique d’intégration sociale s’agencent progressivement. L’adaptation économique est la base de l’installation en ville. L’intégration urbaine correspond à l’étape suivante. L’adaptation psychologique se traduit dans les manières de participer à la vie urbaine. On peut considérer que les migrants trouvent leur place dans la ville seulement lorsqu’il y a eu adaptation psychologique et culturelle.

7Feng Xiaotian (2004), à travers une étude sur l’intégration sociale des migrants des campagnes de la région des Trois Gorges, avance l’idée qu’elle doit être analysée à partir de cinq dimensions : l’économie familiale, la vie quotidienne, les relations avec les résidents locaux, le travail productif et l’identité communautaire. Zhang Jijiao (2004) choisit comme angle d’approche l’adaptation urbaine des migrants entrepreneurs. Il avance que l’intégration sociale doit être analysée à partir de différents critères tels que les sentiments vis-à-vis de la vie urbaine, la vie économique, le style de vie, les interactions sociales, l’amour et le mariage.

8Yang Liyuan (2006) s’appuie sur les données d’une enquête empirique réalisée dans plus d’une dizaine de villes de la région de Ningbo. Il propose d’analyser les conditions de l’intégration sociale des individus non originaires de cette région à travers huit éléments : les habitudes et coutumes, le mariage, les relations des travailleurs, les relations de voisinage, les difficultés d’aide mutuelle, la gestion communautaire, les choix d’installation et le sentiment de sécurité.

9À partir des études précédemment citées, on peut constater qu’il existe des différences avec les études internationales sur l’intégration sociale des migrants. Les chercheurs qui étudient l’intégration sociale des migrants en Chine accordent peu d’importance à la culture pour se focaliser davantage sur les relations interpersonnelles et la participation sociale.

10Parmi les études sur les facteurs d’intégration sociale des migrants, qu’il s’agisse des migrations internationales ou des migrations internes, de nombreux chercheurs ont fait valoir le rôle des relations issues du réseau d’immigration dans l’intégration sociale des migrants (Wang Chunguang 1999 ; Zhao Yandong et Wang Fenyu 2002, 2004). Cependant, les relations interpersonnelles liées aux réseaux sociaux renforcent, notamment dans les migrations de travail (comme c’est le cas pour les travailleurs migrants), les capacités de survie sans toujours favoriser le sentiment d’être intégré dans la ville (Zhu Li 2002 ; Lu Qing 2005), alors que les nouvelles formes de capital social acquises par le statut social des travailleurs migrants peuvent améliorer l’intégration urbaine (Zhao Yandong et Wang Fenyu 2002).

11Par ailleurs, l’exclusion sociale produite par le système du hukou (certificat de résidence) constitue un obstacle majeur à l’intégration sociale des travailleurs migrants. D’une part, ce type d’exclusion sociale joue comme une sorte de bouclier social du système, empêchant une partie des citadins d’accéder aux ressources de la ville (Li Qiang 2002), notamment pour l’emploi. D’autre part, les migrants risquent également d’être exclus par les citadins et de se tenir à distance de la société (Li Qiang 1995). D’autres auteurs soulignent le poids des obstacles institutionnels, les barrières économiques (Ding Xianhao 2006 ; Zhang Guosheng 2007), le capital humain, notamment l’éducation (Wang Rui et Xiao Liang 2003).

12Un état de l’art nous permet de constater que la plupart des études tendent à confondre les éléments constitutifs, les facteurs d’influence, les situations et les processus de l’intégration sociale. S’agissant du choix des populations-cibles, les études étrangères privilégient les migrants internationaux, volontaires ou involontaires, et notamment ceux issus des classes moyennes et inférieures, tandis que les études chinoises s’attachent davantage au cas des ouvriers-paysans, et principalement aux migrants cols blancs issus de la classe moyenne.

13Traiter d’intégration sociale et urbaine nous conduit de façon générale à faire une sociologie des groupes sociaux vulnérables, qu’il s’agisse des migrants internationaux ou des migrants à l’intérieur de la Chine. Bien qu’il y ait de grandes différences entre eux, ils sont par la suite confrontés à un environnement nouveau, et aux difficultés d’intégration sociale. Cependant, les études nationales et internationales sur les migrations se sont plutôt intéressées aux comportements migratoires et à leurs interactions avec les communautés locales, peu se sont intéressées au statut d’intégration des migrants après la migration.

14Cette contribution s’appuie sur des études en Chine et des recherches internationales longitudinales sur l’intégration sociale des nouveaux immigrants appartenant aux classes moyennes urbaines. Nous utiliserons les données de l’enquête quantitative de la ville de Shanghai sur les migrants en 2007, afin d’explorer la structure interne de l’intégration sociale urbaine des nouveaux migrants.

Approche méthodologique

15La méthode utilisée dans notre étude est celle de l’analyse factorielle, par laquelle nous déterminons la structure de l’intégration urbaine des nouveaux migrants. Dans le choix de notre population-cible, nous examinons l’intégration sociale des migrants internationaux mais considérons également la dimension propre constituée par les ouvriers-paysans migrants chinois. Nous étudions le cas de ces migrants cols blancs qui mobilisent le capital produit par leur force physique et leurs savoirs techniques spécialisés afin de trouver à Shanghai des opportunités de développement, qu’ils disposent ou non d’un hukou. Il s’agit ici de cols blancs âgés de plus de 18 ans, ayant emménagé à Shanghai après 1992 et exerçant des activités techniques spécialisées, des activités d’enseignement, de gestion ou toute activité supposant un certain niveau d’études au sein d’entreprises. Afin d’établir une comparaison avec les autres études nationales, nous avons également examiné le cas des ouvriers-paysans occupant un emploi stable à Shanghai (notamment les cols bleus exerçant des activités techniques ou non techniques). Nous avons constitué un échantillon (Zhao Yandong et Perdersen 2007) et obtenu les matériaux à partir de questionnaires systématiques, d’entretiens ou d’interviews téléphoniques. Nous avons distribué 600 questionnaires en avril et l’enquête s’est achevée en mai 2007. Les populations sont présentées dans le tableau 1. En plus des informations de base contenues dans le tableau 1, il est à noter que la moyenne d’âge de l’échantillon est de 28,62 ans, le temps de séjour moyen de 4,64 ans, et le revenu moyen mensuel de 4719,64 yuans.

Tableau 1 Analyse descriptive des variables basiques de la population

Indicateur

Fréquence (%)

Indicateur

Fréquence (%)

Sexe (N = 600)

Lieu de vie avant la migration (N = 600)

Hommes

323 (53,83)

Ville

544 (90,67)

Femmes

277 (46,17)

Campagne

56 (9,33)

Situation maritale (N = 600 )

Appartenance au PCC ( N = 600

Célibataires

383 (63,67)

Oui

202 (33,67)

Mariés

217 (36,33)

Non

398 (66,33)

Type de hukou ( N = 598)

Occupation professionnelle (N = 600)

Hukou de la ville

234 (39,2)

Entrepreneurs privés

38 (6,33)

Permis de résidence

114 (19,1)

Managers

57 (9,50)

Certificat de résidence temporaire

148 (24,7)

Techniciens spécialisés

188 (31,33)

Autre

102 (17,1)

Col blanc ordinaire

274 (45,67)

Ouvrier col bleu

43 (7,17)

Niveau d’éducation (N = 600)

Nature de l’unité de travail ( danwei ) ( N = 600)

Collège et moins

48 (8,0)

Organes du parti et du gouvernement

30 (5,0)

Lycée / lycée professionnel / école technique / école secondaire technique

55 (9,2)

Entreprises publiques (grandes)

50 (8,3)

Spécialité technique à l’université

81 (13,5)

Entreprises publiques (taille moyenne)

117 (19,5)

Licence à l’université

278 (46,3)

Entreprises collectives

13 (2,2)

Master et au-delà

138 (23,0)

Auto-entrepreneuriat

54 (9,0)

Entreprises privées

164 (27,3)

Joint-ventures

140 (23,3)

Autre

32 (5,3)

Moyenne du nombre d’années d’éducation

15,56 (2,98)

Résultats de la recherche et discussion

16On observe à partir de l’analyse matricielle de la corrélation entre les divers critères de l’intégration sociale que trois caractéristiques ne sont pas appropriées pour définir des critères structurels de l’intégration des nouveaux migrants dans les villes. Par conséquent, ils sont exclus de l’analyse plus approfondie des différents facteurs. Nous avons ensuite utilisé l’analyse factorielle exploratoire sur les onze variables de l’intégration sociale afin de réaliser une analyse en composantes principales. L’utilisation de la méthode de maximisation de la variance sur la saturation factorielle va nous amener à une rotation orthogonale. Les résultats permettent de définir quatre statuts pour lesquels la valeur est supérieure à 1, et qui rendent compte de l’intégration culturelle, l’intégration psychologique, l’intégration identitaire et l’intégration économique (voir le tableau 2).

17Dans une approche en termes d’intégration, le migrant est pensé comme devant préalablement étudier, puis s’adapter et se conformer au style de vie, aux conceptions et aux valeurs culturelles de sa société d’accueil, avant d’abandonner ses coutumes et traditions d’origine et trouver sa place. À l’inverse, l’approche fondée sur le multiculturalisme souligne que lorsque la culture du territoire d’accueil produit un effet d’absorption, les migrants inclinent au maintien de leurs valeurs culturelles d’origine ; ils peuvent y redéfinir une identité culturelle, des valeurs et des conceptions propres, et ce faisant, participer à la constitution d’une société et d’une économie plurielles.

18À partir de la seconde moitié du xixe siècle, Shanghai est devenue une ville d’immigration, et sa capacité d’absorption des sous-cultures n’a cessé de croître. Comme le formule la théorie des sous-cultures de Claude S. Fischer :

Le taux élevé de comportements déviants ou désorganisés dans les grandes villes n’est pas le fait, par exemple, de la distance entre les individus, de l’anomie, ou de rapports désindividualisés, mais plutôt la conséquence d’une importante capacité d’assimilation de personnes développant des sous-cultures autonomes, ce que l’on peut appeler sa « masse critique » […]. Les villes produisent des sous-cultures à mesure que croît leur masse démographique […]. Lorsque sa population est importante, une ville tend à exercer son attraction dans un périmètre plus large, les individus y apportant leur culture propre ; à travers l’économie, l’espace, leur organisation et leur culture spécifiques, ils y développent de plus grandes différences, c’est pourquoi les grandes villes accueillent plus d’ethnies différentes, de professions, de loisirs, autant de spécificités manifestes qui donnent naissance à des sous-cultures. (Fischer 1975)

19Précisément parce que les grandes villes offrent une importante capacité d’absorption des sous-cultures, le choc culturel des migrants internes y est moins important que pour les migrants internationaux. Par conséquent, l’analyse structurelle de leur intégration sociale impose une autre analyse factorielle distincte qui ne saurait traiter que de la question de leur intégration culturelle. Au sein de notre analyse, nous examinons donc également les trois formes d’intégration psychologique, identitaire et économique, qui suscitent un intérêt particulier chez les économistes (Zhao Yandong et Wang Fenyu 2002). Nous nous appuyons sur Tian Kai (1995) pour qui l’intégration institutionnelle est en étroite interaction avec les autres dimensions sociales ; elle distingue les aspects psychologiques des aspects culturels, dépassant de loin les précédentes études qui confondent ces deux aspects.

Tableau 2 Analyse des résultats des déterminants de l’intégration sociale des nouveaux migrants dans les villes

Variables indépendantes

Nom du nouveau facteur

F1

F2

F3

F4

Degré commun

Intégration culturelle

Intégration psychologique

Intégration institutionnelle

Intégration économique

Degré de stabilité de l’activité professionnelle

-.126

-.111

.787

-.088

.655

Degré de maîtrise de la langue locale

.698

.087

.092

.040

.505

Degré de familiarité avec les coutumes locales

.807

.068

.069

.033

.661

Degré d’acceptation des valeurs locales

.702

-.059

-.027

.020

.498

Nombre de parents accompagnant

-.014

-.047

.004

.870

.758

Degré d’approbation de l’identité

.425

.203

.509

.264

.551

Volonté d’acquisition de biens immobiliers

.219

.169

.464

.638

.698

Situation de possession du hukou

.162

-.014

.795

.153

.682

Degré de satisfaction sociale

.062

.849

.068

.043

.731

Degré de satisfaction vis-à-vis de l’emploi

.029

.805

.007

-.167

.677

Degré de satisfaction vis-à-vis du lieu d’habitation

.030

.629

-.150

.354

.544

Valeur propre

1,908

1,864

1,767

1,422

Taux de contribution variable

17,342

16,950

16,059

12,927

Taux de contribution variable cumulatif

17,342

34,292

50,351

63,278

Analyse en composantes principales et méthode de rotation Varimax.

20L’analyse matricielle des relations de dépendance entre chaque variable d’intégration sociale indique que trois d’entre elles ne correspondent pas à des variables structurelles d’intégration sociale et peuvent, à ce titre, être écartées de notre analyse factorielle. Ensuite, l’analyse factorielle, si on utilise l’analyse en composantes principales avec les onze autres variables et la méthode de rotation orthogonale avec les coefficients de saturation, laisse apparaître quatre composantes principales ayant une valeur propre supérieure à 1, qui représentent l’intégration culturelle, l’intégration psychologique, l’intégration identitaire et l’intégration économique. Pour une valeur numérique entre 1 et 100, trois nouveaux facteurs effectuent une rotation identique, il en résulte que le niveau global d’intégration sociale des nouveaux migrants urbains est bas, le rythme de leur intégration psychologique et culturelle est assez rapide, celui de leur intégration institutionnelle et économique assez lent (voir le tableau 3).

21Le niveau global d’intégration des nouveaux migrants dans les villes est faible, qu’il s’agisse des migrants intérieurs ou internationaux : les différences d’ordre psychologique, culturel, identitaire ou économique à l’égard des résidents natifs sont importantes et nécessitent des interactions sociales et une adaptation dans la longue durée avant qu’elles puissent s’estomper. Les raisons de cette faible intégration peuvent être diverses :

  1. quelle que soit la volonté d’échange entre nouveaux arrivants et résidents locaux, la pratique réelle révèle de profondes divergences ;
  2. les nouveaux migrants subissent concrètement et à des niveaux différents de nombreuses expériences de discriminations ;
  3. la durée de résidence des nouveaux migrants est assez courte ;
  4. le système de certificat de résidence et les mesures politiques afférentes constituent un frein à leur intégration sociale.

22Comme l’indique Wang Gengwu (2002), les pôles de prospérité et de développement économique constituent autant de territoires attractifs pour les migrants. L’attrait exercé par Shanghai sur de très nombreux migrants internes s’explique par le fait que la concurrence y présente un caractère équitable, qu’il existe des normes au sein de cet environnement, que la marge de développement y est relativement importante, enfin, que les opportunités d’ascension sociale y sont nombreuses.

23Deuxièmement, l’identité sociale des migrants reste liée à l’exercice d’un travail stable et l’appréciation portée par chacun sur son statut au niveau administratif. Notre enquête révèle que 75,2 % des personnes interrogées n’ont pas connu de mobilité professionnelle après leur emménagement à Shanghai, ce pourcentage s’élevant à 65,2 % avant cet emménagement. Ces chiffres indiquent par conséquent une relative stabilité dans les emplois occupés par les migrants, étroitement liée au niveau de satisfaction à l’égard de leur activité. Si l’on considère à présent l’identité sociale dans un sens restreint, la proportion d’individus se décrivant comme « Shanghaien », « nouveau Shanghaien » ou « à la fois Shanghaien et d’ailleurs » s’élève, respectivement, à 23,8 % et 21 %.

24Troisièmement, les subtilités du dialecte ainsi que les traditions, valeurs et conceptions locales apparaissent comme des causes directes du faible niveau d’intégration culturelle des migrants. Au cours de notre enquête, selon qu’il s’agit du lieu de travail, des espaces sociaux et de la famille, le mandarin est parlé dans les proportions suivantes : 93,7 %, 94 % et 69,8 %, tandis que le shanghaien n’est utilisé dans les trois espaces susmentionnés que par 2,8 %, 2,8 % et 2 % des personnes. C’est là probablement l’effet des mesures promouvant l’usage du mandarin dans les transports, l’éducation et le monde du travail afin de favoriser l’image de Shanghai comme pôle international majeur. Le nombre de jeunes personnes natives de Shanghai et pouvant s’exprimer couramment en shanghaien est de moins et de moins important, ce qui reflète l’évolution actuelle des dialectes.

25Quatrièmement, l’écart entre les besoins fonciers des migrants et leur niveau d’acquisition de logement exerce une influence directe sur le niveau de leur intégration économique. Il apparaît selon notre enquête que les migrants projetant de vivre et de travailler durablement à Shanghai représentent une proportion de 51,6 % tandis que parmi ceux qui se considèrent subjectivement comme shanghaiens, 28,5 % estiment qu’« il faut posséder un logement à Shanghai ». Cependant, seuls 29 % ont à ce jour effectué l’achat d’un logement. Aujourd’hui, parmi les migrants n’ayant pas acquis de logement, 57 % projettent d’en acheter un d’ici trois à cinq ans. On peut donc observer un écart important chez les migrants entre l’aspiration à la propriété d’un logement et le niveau réel d’accession à celle-ci.

Tableau 3 Statut de l’intégration sociale des nouveaux migrants en ville

Déterminant de l’intégration psychologique

Déterminant de l’intégration identitaire

Déterminant de l’intégration culturelle

Déterminant de l’intégration économique

Déterminant de l’intégrationsociale

Moyenne

54,73

48,25

37,45

35,32

42,94

Écart type

13,99

23,60

18,31

16,56

18,00

Degré notable du test statistique bilatéral : * p < 0.05 ; ** p < 0.01 ; *** p < 0.001. a Sexe, en référence aux femmes. b Marié, en référence aux célibataires. c Membre du parti, en référence aux non-membres du parti. d Lieu de la migration, en référence à la campagne. e Statut social, en référence aux ouvriers cols bleus.

26De plus, notre étude utilise huit variables (le genre, la situation maritale, l’appartenance au parti, le nombre d’années d’études, le salaire mensuel, la durée de résidence, le lieu d’origine et la classe sociale), qu’elle prend en compte dans le niveau global d’intégration pour étudier les facteurs spécifiques de l’intégration des nouveaux migrants urbains. Notre étude constate que la variable démographique exerce une influence manifeste sur l’intégration urbaine des nouveaux migrants.

271. Le processus d’intégration économique diffère de façon évidente selon les sexes, se révélant plus achevé pour les femmes que pour les hommes. Les femmes ont un plus fort besoin de sociabilité et de compagnonnage. Par comparaison avec les hommes, les femmes accroissent directement, à travers le mariage, leur possibilité d’intégration économique et leur confort.

282. L’intégration économique et institutionnelle des migrants mariés apparaît supérieure à celle des migrants non mariés, de même que leur intégration culturelle. Notre enquête révèle que les migrants urbains mariés perçoivent des revenus économiques supérieurs aux autres : qu’il s’agisse de l’acquisition d’un logement ou de la réalisation d’objectifs communs, ils disposent d’un pouvoir d’achat supérieur. Par ailleurs, du fait de nécessités pratiques, les migrants mariés sont plus attentifs à la stabilité de leur emploi ; leur loisirs sont également plus orientés vers leur famille, ce qui limite les possibilités d’échanges avec les habitants locaux.

293. L’intégration sociale est plus importante chez les migrants appartenant au Parti communiste. De façon évidente, elle leur permet d’occuper plus facilement un emploi au sein du système. Compte tenu des politiques actuelles concernant les certificats de résidence à Shanghai, elle confère également un avantage lorsqu’il s’agit de travailler au sein d’une administration publique ou d’une entreprise d’État grande ou moyenne.

304. L’éducation exerce également une influence majeure dans l’intégration institutionnelle des migrants, cet aspect étant lié très directement au niveau élevé d’études que requiert actuellement l’obtention d’un certificat de résidence. Lorsque les individus sont en mesure de faire valoir un nombre élevé d’années d’études, ils bénéficient de plus de chances pour obtenir non seulement un certificat de résidence, mais également un emploi stable. Par conséquent, ils sont moins susceptibles de rencontrer des difficultés sociales.

315. Le revenu économique occupe un rôle tout à fait important dans l’intégration psychologique des migrants urbains. L’accroissement du revenu, l’élévation sociale et l’amélioration des conditions de travail constituent les principaux motifs de migration vers Shanghai, tandis que le revenu est une condition préalable à la satisfaction des autres exigences. Une fois satisfaites ces exigences au sein de la société d’accueil, il devient possible naturellement de porter une appréciation positive sur sa propre situation dans son ensemble.

326. La durée de résidence joue également un rôle décisif dans l’intégration économique, sociale et culturelle. Si l’on s’appuie sur l’étude des émigrés juifs aux États-Unis conduite par Barry R. Chiswick (1984), plus la durée de résidence d’un migrant dans la société d’accueil est longue, plus il peut acquérir une expérience professionnelle, des compétences linguistiques constitutives de son capital humain, et ensuite accéder à une réussite économique. Intégrations économique, sociale et culturelle restent intimement liées ; dans le même temps, l’augmentation du capital humain importe autant que le niveau d’éducation dans l’accès à un emploi stable et la reconnaissance des natifs.

337. L’intégration sociale et économique des migrants issus des zones urbaines est plus forte que celle des migrants ruraux. Si on considère la position sociale, les dirigeants d’entreprises privées, les cadres, les techniciens spécialisés ou les individus exerçant une activité intellectuelle connaissent une meilleure intégration économique que les cols bleus. Par rapport aux ouvriers, les membres des autres couches sociales disposent d’un capital humain plus important et peuvent donc obtenir des emplois plus stables, ils expriment alors de plus fortes aspirations dans la société d’accueil et dans leurs ambitions. À l’exception des techniciens spécialisés, les autres catégories de migrants apparaissent moins intégrées que les ouvriers. Les dirigeants d’entreprises privées ou les cadres, du fait des exigences liées à leur activité, ont plus d’opportunités d’échanger avec des natifs que les ouvriers spécialisés et cols bleus, ce qui peut développer chez eux le sentiment d’être des étrangers de l’intérieur. L’espace des échanges sociaux chez les ouvriers spécialisés et les cols bleus, contraint par la nature de leur activité, peut être limité à un cercle étroit. Du point de vue psychologique, seuls les dirigeants et les cadres d’entreprise donnent un sens plus positif à leur situation que les « cols bleus », sans établir de distinction évidente entre ouvriers spécialisés, cols blancs généralistes et cols bleus. Si l’on considère les revenus, du fait de leur plus haut niveau de rémunération, les dirigeants d’entreprise et les cadres éprouvent une plus grande satisfaction à l’égard de leur profession, leurs conditions de résidence et la société d’accueil, tandis que les migrants des autres catégories voient d’abord l’accroissement de leurs revenus altéré par l’augmentation du coût de la vie.

Tableau 4 Facteurs d’influence de l’intégration sociale des nouveaux migrants en ville

Déterminant de l’intégration économique

Déterminant de l’intégration institutionnelle

Déterminant de l’intégration culturelle

Déterminant de l’intégration psychologique

Degré d’intégration sociale

Sexea

-3.744**

-.033

-.170

.271

-1.956

Mariéb

18.197***

4.530**

-6.599***

-1.164

7.624***

Membre du partic

-1.869

10.222***

.410

-1.818

1.916

Temps limite d’éducation

-.156

2.694***

.133

-.184

.890***

Revenu mensuel

.557

.366

.019

2.770**

2.233*

Temps de résidence

1.063***

1.818***

1.876***

.168

2.301***

Lieu de la migrationd

1.456

2.925

5.757*

-.990

4.100

Statut sociale

Entrepreneur privé

9.098**

-26.533***

4.370

9.292**

2.947

Manager

6.383*

-12.513**

6.716

10.030**

8.448*

Technicien

6.339*

-4.631

2.552

4.987

6.139*

Activité intellectuelle

7.321**

-12.255**

6.238

4.188

5.063

Terme constant

16.441

-2.890

19.073

30.915

-11.173

F Valeur de test

42.421***

32.894***

9.454***

4.090***

34.319***

R2 après ajustement

.432

.369

.134

.054

.380

Degré de liberté

11

11

11

11

11

N

600

600

600

600

600

Degré notable du test statistique bilatéral : * p < 0.05 ; ** p < 0.01 ; *** p < 0.001. a Sexe, en référence aux femmes. b Marié, en référence aux célibataires. c Membre du parti, en référence aux non-membres du parti. d Lieu de la migration, en référence à la campagne. e Statut social, en référence aux ouvriers cols bleus.

34En résumé, le niveau d’intégration urbaine des nouveaux migrants reste faible et reflète le fait que, dans les migrations internes comme dans les migrations internationales, certaines barrières doivent être franchies afin que les migrants accèdent à une vraie place dans la société d’accueil. Quand l’intégration sociale et psychologique est forte dans une ville comme Shanghai, le statut socio-économique des nouveaux migrants peut s’améliorer et peuvent s’ouvrir de nouveaux espaces de développement économique. Par ailleurs, un faible niveau d’intégration économique et culturelle reflète des formes d’intolérance urbaine, de non-acceptation des différences culturelles, et une augmentation rapide du coût de la vie. Par conséquent, une forte intégration urbaine des nouveaux migrants avec les citadins nécessite des actions conjointes entre plusieurs acteurs, à savoir les nouveaux migrants, les citadins, les administrations locales et le gouvernement central.

Bibliographie

Chiswick Barry R., 1985, « The labor market status of American Jews : patterns and determinants », American Jewish Year Book 1985, New York, American Jewish Committee, p. 131-151.

Cordon Milton M., 1964, Assimilation in American Life, New York, Oxford University Press.

Ding Xianhao, 2006, « Nongmingong shehui rongru wenti fenxi » [Analyse de la question de l’intégration sociale des travailleurs migrants], Caijing kexue [Sciences économiques et finance], no 10.

Feng Xiaotian, 2004, « Luodi shenggen ? – Sanxia nongcun yimin de shehui sheying » [S’ancrer ? L’adaptation sociale des migrants des campagnes de la région des Trois Gorges], Shehui yanjiu [Recherches sociologiques], no 5.

Fischer Claude S., 1995, « The subcultural theory of urbanism : a twentieth-year assessment », American Journal of Sociology, vol. 101, no 3, p. 543-577.

— 1975, « Toward a subculture theory of urbanism », American Journal of Sociology, vol. 80, no 6, p. 1319-1341.

Hurh Won Moo et Kim Kwang Chung, 1984, « Adhesive sociocultural adaptation of Korean immigrants in the U.S. : an alternative strategy of minority adaptation », International Migration Review, vol. 18, no 2, p. 188-216.

Li Minghuan, 2000, « 20 shiji xifang guoji yimin lilun » [Les théories occidentales sur les migrations internationales au xxe siècle], Xiamen daxue xuebao [Revue académique de l’Université de Xiamen], no 4.

Li Qiang, 2002, « Zhongguo shehui fenceng jiegou de xin bianhua » [Nouveaux changements dans la structure de la stratification sociale en Chine], 2002 nian : zhongguo shehui xingshi fenxi yu yuce, Zhongguo shehui kexueyuan shehuixue yanjiu suo bian [Analyse et prévision de la situation sociale chinoise. Compilation de l’Institut de sociologie de l’Académie chinoise des sciences sociales], Pékin, Social Sciences Academic Press.

— 1995, « Guanyu Chengshi Nongmingong de qingxu qingxiang ji shehui chongtu wenti » [Questions concernant les conflits sociaux et les prédispositions émotionnelles des travailleurs migrants en ville], Shehui yanjiu [Recherches sociologiques], no 4.

Lu Qing, 2005, « Xin shimin de shehui rongru yu chengshi de hexie fazhan » [L’intégration sociale des nouveaux citoyens et le développement harmonieux des villes], Jiangnan luntan [Forum du Jiangnan], no 2.

Marger Martin N., 2007, Zujun shehuixue [Sociologie des groupes ethniques], traduction Zuliyati Simayi, Pékin, Huaxia chubanshe [Maison d’édition Huaxia].

Park Robert E., 1925, « Community organization and the romantic temper », The City : Suggestions for Investigation of Human Behavior in the Urban Environment, R. E. Park et E. W. Burgess éd., Chicago, University of Chicago Press, p. 113-122.

Tian Kai, 1995, « Guanyu nongmingong de chengshi shiyingxing de diaocha fenxi yu sikao » [Analyse et réflexions sur l’adaptation des travailleurs migrants en milieu urbain], Shehuixue yanjiu [Recherches en sciences sociales], no 5.

Wang Chunguang, 1999, « Wenzhou ren zai bali : yizhong dute de shehui rongru moshi » [Les gens de Wenzhou à Paris : un modèle d’intégration sociale unique], Zhongguo shehui kexue [Sciences sociales chinoises], no 6.

Wang Gengwu, 2002, « Yimin jiqi diren » [Les immigrés et leurs ennemis], Wang Gengwu xuanji [Anthologie de Wang Gengwu], Shanghai, Shanghai jiaoyu chubanshe [Presses de l’Éducation de Shanghai], p. 159-182.

Wang Rui et Liang Xiao, 2003, « Wenggehua huaren xin yimin de shehui ronghe » [Les immigrés chinois à Vancouver et l’intégration sociale], Shejie minzu [Nations du monde], no 4.

Yang Liyuan, 2006, « Waila renjun de shehui ronghe tantao – jiyu dui ningbo shehui diaocha de fenxi » [Analyser l’intégration sociale des populations étrangères. Analyse de l’enquête sociale de Ningbo], Zhongguo Shehuixue wang [Institut de sociologie], Académie des sciences sociales de Chine. En ligne : [http://www.sociology.cass.net.cn/shxw/shld/P020061120233280629394.pdf].

Yuan Ren et Wu Minle, 2006, « Social inclusion and social integration of floating population in urban China : a literature review », Population Studies, no 3.

Zhang Guosheng, 2007, « Nongmingong shimin hua de chengshi rongru jizhi yanjiu » [Étude de l’intégration urbaine et de l’accès au statut de citoyen des travailleurs migrants], Jiangxi caijing daxue xuebao [Revue de l’Université des finances du Jiangxi], no 2.

Zhang Jijiao, 2004, « Chaxu geju : cong “xiangcun ban” dao “chengshi ban” – yi qianyizhe de chengshi jiuye weili » [Du modèle du village à celui de la ville. Le cas des migrants face à l’emploi urbain], Minzu yanjiu [Études ethniques], n6.

Zhao Yandong et Pedersen Jon, 2007, « Shoufangzhe tuidong chouyang : yanjiu yincang renkou de fangfa yu shijian » [Méthodes et recherches sur les populations invisibles], Shehui [Société], no 2.

Zhao Yandong et Wang Fenyu, 2004, « Guanxi de meili yu yimin de shehui shiying : zhongha yimin de yi ge kaocha » [Entre adaptation sociale des migrants et plaisir de vivre : une étude des migrations entre la Chine et le Kazakhstan], Shichang yu renkou fenxi [Analyse de la population et du marché], no 4.

Zhao Yandong et Wang Fenyu, 2002, « Chengxiang liudong renkou de jingji diwei huode ji jueding yinsu » [L’accès à un statut économique des populations flottantes rurales et urbaines], Zhongguo renkou kexue [Sciences de la population chinoise], no 4.

Zhou Min et Lin Mingang, 2004, « Zushang ziben yu meiguo huaren yimin shequ de zhuanxing » [Le capital ethnique et la transformation des communautés de migrants chinois aux États-Unis], Shehui yanjiu [Recherches sociologiques], no 3.

Zhu Li, 2002, « Lun nongmingong jieceng de chengshi shiying » [Adaptation en milieu urbain de la classe des travailleurs migrants], Jianghai xuekan [Revue académique de Jianghai], no 6.

Notes

1 Rapport du secrétaire général des Nations unies « Migrations internationales et développement ». En ligne : [http://www.un.org/chinese/focus/migration/103.htm] (consulté le 16 juin 2014).

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540