Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

III. Dominations, disqualifications et résistances sur les marchés du travail

7. Recherches sociologiques sur les transformations des marchés du travail chinois : théories et méthodes

Shen Yuan et Wen Xiang
Traduction de Lucie Modde

Texte intégral

Les études du travail, un domaine en plein essor

1Depuis 2005, la sociologie chinoise a beaucoup fait parler d’elle à la suite d’une très forte augmentation des études sur la classe ouvrière. Pour exemple, trois revues spécialisées – Chinese Social Sciences, Sociological Studies et Society – ont commencé à publier à partir de cette période toute une série de textes s’intéressant aux études du travail à partir de la sociologie du travail. À titre indicatif, on peut citer les études expérimentales sur les ouvriers en entreprise publique et sur les travailleurs migrants (Zheng Guanghuai 2005 ; Tong Xin 2006 ; Ren Yan et Pan Yi 2006a ; Wu Qingjun 2010 ; Zheng Songtai 2010 ; Zhou Xiao 2011), les résumés de textes relatifs à ce sujet et les comptes-rendus théoriques (Shen Yuan 2006a ; Yu Xiaomin 2006 ; Wu Qingjun 2006 ; You Zhenglin 2006 ; Wen Xiang et Zhou Xiao 2007 ; Zheng Guanghuai 2010), ainsi que quelques critiques d’ouvrages (Tong Genxing 2005a ; Li Jie 2005 ; You Zhenglin 2005 ; Lü Peng 2006a ; Liang Meng 2007 ; Zheng Guanghuai 2007 ; Lu Heng 2008).

  • 1 Joe R. Feegin et Hernan Vera, 2008, Liberation Sociology, Boulder, Paradigm Publisher.

2Les études sur le travail sont donc bel et bien en train de devenir un sujet-phare en même temps qu’un nouveau domaine à explorer dans la sociologie chinoise. Deux raisons ont favorisé l’apparition d’un tel état de fait : il s’agit d’abord de la réintroduction de l’analyse des classes sociales dans le langage de la recherche ; après bien des années d’absence pour les raisons historiques que l’on connaît, on a à nouveau recours à la théorie marxiste pour expliquer la structure sociale actuelle de la Chine (Chou Liping 2006). L’autre motif concerne la question de la classe ouvrière qui, face aux processus d’industrialisation et de libéralisation du marché et aux conséquences que cela implique pour elle, requiert une attention toute particulière de la part des sociologues. Les grandes tendances dans les recherches sociologiques se définissent autour du retour de la classe ouvrière et l’analyse des classes sociales et du travail (Shen Yuan 2006a ; Tong Xin 2006 ; etc.). Face à ce renouveau, certains se sont réjouis de voir à quel point cela en disait long sur les valeurs et l’intérêt que l’on concevait pour les classes défavorisées, et ont voulu y voir l’avènement d’une recherche en sociologie empreinte de telles valeurs, comme l’avaient fait quelques années auparavant aux États-Unis les partisans de la Liberation Sociology1. Il va de soi que nous reconnaissons l’existence d’une telle tendance ; pour autant, il ne faut pas s’y arrêter. L’éminent sociologue du travail américain Michael Burawoy a ces dernières années mis en avant l’idée d’une « sociologie publique » en insistant sur la responsabilité de la sociologie à l’égard de tout un chacun et sur le plan moral, sans pour autant oublier de préciser que la sociologie du travail est à la base de toutes les autres sociologies (Burawoy 2007).

3C’est pourquoi, s’il est important d’avoir en tête les valeurs de tel ou tel courant au sein d’une discipline ou de tel ou tel domaine d’étude avant de pouvoir juger de ces derniers, notre questionnement et l’analyse qui en découlera doivent avant tout se fonder sur notre spécialité et sur des principes scientifiques. C’est ce que nous avons essayé de faire dans ce texte en offrant un aperçu organisé, à partir du point de vue de cette sociologie de la transition, de quelques travaux sur les études du travail parus au cours de ces dernières années. Afin de limiter sa longueur, ce texte mentionne principalement des travaux de professeurs et d’étudiants de l’Université de Tsinghua, proches des auteurs, en retenant la prise de conscience des problèmes, l’attachement à la théorie et les méthodes de recherche.

« Derrière l’usine, la société » : une prise de conscience

4Dans un texte de 2005, Sun Liping explicite de manière systématique comment dans « la sociologie de la transition » est posée l’hypothèse de départ de la formation d’une nouvelle sous-discipline ayant pour objet d’étude la transition amorcée après les réformes d’ouverture chinoises depuis un système de redistribution vers un système de marché. Il indique que cette sociologie de la transition doit diriger son regard vers les classes défavorisées et s’intéresser à la vie quotidienne ainsi qu’aux logiques pratiques de ces milieux. Si l’on suit son raisonnement, le travail s’insère naturellement dans l’horizon d’étude de la discipline.

5Shen Yuan (2006a) est allé plus loin en situant cette transition de la société chinoise au « point de convergence de deux changements majeurs » : d’une part, l’influence notable de l’idéologie néolibérale et la marchandisation guidée par les capitaux de la mondialisation ; d’autre part, le fait que la société chinoise doive faire face à une transition depuis son système de redistribution vers un système de marché. Or, ce point de convergence évoque le phénomène suivant chez la plupart des gens : une nouvelle industrialisation et la reformation de la classe ouvrière.

À l’heure où la société internationale et l’ensemble des économistes répètent à qui veut l’entendre que la Chine est en train de devenir « l’atelier du monde », ce qu’implique cette affirmation d’un point de vue sociologique tient en une phrase : en Chine est en train de se former la classe ouvrière la plus importante du monde. La sociologie chinoise a le devoir de s’intéresser au premier chef au destin et au rôle que cette population jouera dans les transitions sociales, ainsi qu’à l’influence qu’elle aura sur le développement futur de la Chine. (Shen Yuan 2006a)

6Du point de vue d’une sociologie de la transition, la prise de conscience que doivent déclencher les études du travail, grâce à des recherches sur les processus de mutations, de formation ou de reformation de la classe ouvrière, est celle d’une vision globale de la transition entre système de redistribution et système de marché. Le titre d’un article de Sun Liping paru il y a quelques années en résume assez bien l’idée : « Derrière l’usine, la société » (1995). Plus précisément, cette prise de conscience peut se penser en deux temps : il faudrait d’abord étudier ce que signifie cette transition sociale pour la classe ouvrière, pour ensuite pouvoir s’interroger sur le rôle possible joué par cette classe et sa formation ou reformation sur la transition, et plus particulièrement sur les mutations de la structure sociale.

7Il est important de noter que c’est en mesurant la valeur et en s’inspirant des deux grands domaines traditionnels contemporains que sont la sociologie néoclassique et la sociologie marxiste, respectivement initiés par des figures comme Ivan Szelenyi et Michael Burawoy, qu’une telle prise de conscience a progressivement vu le jour. Ces deux auteurs sont des spécialistes de la transition vers un système de marché en Europe orientale, et incarnent deux voies différentes au sein des études de l’après-communisme dans le monde de la sociologie américaine. La sociologie néoclassique essaie de reconstruire la théorie classique de la sociologie à partir d’une étude des mutations survenues dans l’Europe de l’Est après la chute du communisme (King et Szelenyi 2004). Pour ces auteurs, l’image univoque que les sociologues classiques avaient du capitalisme n’existe pas : comme la transition n’a pas commencé au même moment dans aucun des pays d’Europe de l’Est, aujourd’hui, chacun en est à un stade différent et a développé sa propre forme de capitalisme, d’où l’intérêt de créer une « typologie du capitalisme ». La sociologie néoclassique n’a pourtant pris en compte dans son étude des différentes transitions à l’œuvre en Europe de l’Est que le rôle joué par les élites, sans s’intéresser un seul instant à la classe ouvrière. En effet, ses défenseurs considèrent qu’il s’agit de la lutte des classes au sein de ces élites qui a déterminé la voie suivie par ces pays, et non la classe ouvrière.

8En Europe de l’Est, c’est la classe des intellectuels qui représente les capitalistes de la culture, alors que la classe ouvrière n’a jamais eu un rôle d’acteur collectif poussant aux changements sociaux, raison pour laquelle les chercheurs s’en sont désintéressés (Eyal, Szelenyi et Townsley 1998, 2001). Burawoy a pour sa part critiqué cette orientation élitiste de la recherche ; pour lui, les transitions des marchés d’Europe de l’Est auraient pu se faire sans capitalistes mais pas sans ouvriers. En réalité, en abandonnant toute analyse de classe, la sociologie néoclassique rejoint le chœur victorieux des néolibéralistes (Burawoy 2001). Face à cette sociologie néoclassique héritière d’une tradition wébérienne, Michael Burawoy, Erik Wright et d’autres mettent en avant l’idée d’un « marxisme en sociologie » en soulignant à quel point le rôle qu’a joué la classe ouvrière a été déterminant dans l’écriture de l’histoire (Burawoy et Wright 2000). Ce « marxisme en sociologie » prolonge ainsi une tradition importante du marxisme, à savoir la recherche d’une possibilité de changements sociaux radicaux générés par autre chose que le capitalisme, en même temps que l’espoir que la classe ouvrière soit un acteur influant sur le cours de l’histoire (Guo Yuhua et Shi Yuntong 2008). De ce point de vue, les études menées sur le travail ne sont pas uniquement motivées par le souci qu’auraient les chercheurs à l’égard des couches les plus défavorisées, mais plutôt par un intérêt envers « le destin historique de la classe ouvrière dans une période de transition ainsi que sa capacité à impulser des changements historiques » (Shen Yuan 2006a). En réalité, du point de vue d’une sociologie de la transition, « produire la société », et non « protéger la société », constitue une tâche de premier ordre pour la Chine du post-totalitarisme ; la production d’une société civile doit quant à elle prendre en compte les deux notions de classes et de citadins (Shen Yuan 2007a). Ce qui revient à dire qu’en dehors des nouveaux mouvements sociaux initiés par différents groupes de citadins, la production de la société repose principalement sur la classe ouvrière. C’est ce que Karl Polanyi souligne en disant que « le destin du travail est ni plus ni moins celui de la société ».

9Pour autant, il faut garder à l’esprit que la transition du marché chinois n’obéit pas aux mêmes logiques que celle des marchés d’Europe orientale, qui fait l’objet des études de Burawoy, Szelenyi et d’autres. La transition du marché chinois a été initiée à partir du principe qu’aucun changement ne surviendra, pas plus dans le cadre du système social fondamental que dans les principes idéologiques ; elle présente ainsi des caractéristiques comme une forte continuité politique et idéologique, ou l’apparition d’élites au sein du système officiel sur fond d’utilisation officieuse et de continuité du pouvoir (Sun Liping 2005). En d’autres termes, l’originalité de la transition chinoise consiste en l’alliance du pouvoir et du marché :

[…] les réformes d’ouverture ont donné le jour à une situation singulière en Chine, à savoir la coexistence d’un système étatique très général et d’un développement accéléré de l’économie de marché qui s’entretiennent l’un l’autre. Une relation aussi étroite entre ces deux éléments constitue un fait sans précédent dans l’histoire de l’humanité. (Shen Yuan 2006b, p. 1)

10La marque laissée par des logiques de transition aussi particulières sur la situation de la classe ouvrière chinoise à l’heure actuelle est dès lors tout aussi particulière, comme certaines recherches sur le travail ont pu le montrer. Zheng Guanghuai a choisi comme angle d’attaque les actions de défense de leurs droits entreprises par les travailleurs migrants handicapés du delta de la rivière des Perles : il a ainsi pu mettre en évidence qu’au moment où le travail et le capital entraient en conflit, le gouvernement local s’entendait avec les détenteurs du capital industriel pour que les textes de loi concernés correspondent à un mécanisme « retireur de droits ». Il recense avec beaucoup de pertinence les quatre types de procédés adoptés par le système des pouvoirs locaux alliés au capital pour confisquer ces droits, à savoir la « dé-légalisation », l’« augmentation du coût de la défense des droits », le « recours aléatoire au système », et l’« affaiblissement du soutien de la société », dénonçant ainsi le paradoxe d’une situation où, alors que les moyens de protection légale des travailleurs migrants sont de plus en plus au point, ces derniers, et plus précisément ceux qui souffrent d’un handicap, ne voient pas le bout du tunnel (Zheng Guanghuai 2005). Si Zheng Guanghuai s’est intéressé au droit du travail dans le cas des travailleurs migrants handicapés pour illustrer cet écart entre les textes et la pratique, Guo Yuhua et d’autres ont préféré se tourner vers l’analyse du système d’assurance sociale censé venir en aide aux ouvriers licenciés. Dans leurs recherches sur les licenciés de la zone 4050 de la région du Dongbei, elles ont découvert que les perturbations du cycle de vie des employés de 4050 liées à la transition sociale ont fait que le système d’assurance sociale initialement prévu pour des parcours normaux n’a pas pu jouer efficacement son rôle auprès des travailleurs licenciés. En faisant ressortir cette incohérence, leur analyse a eu un effet réel sur l’application de ce système (Guo Yuhua et Chang Aishu 2005).

Processus de travail et « régime d’usine »

11Cette prise de conscience dans les recherches sur le travail du point de vue d’une sociologie de la transition requiert de notre part une analyse minutieuse à la fois de la vie quotidienne, des politiques de production et des actions collectives de protestation de la classe ouvrière chinoise, qui constituera notre volet empirique, ainsi que la mise en place d’un dialogue entre les deux traditions théoriques majeures de la sociologie du travail, à savoir la théorie des processus de travail et la théorie de la formation des classes sociales.

  • 2 Le terme de travailleurs migrants aurait été utilisé la première fois par M. Zhang Yulin, chercheu (...)

12En Chine, la sociologie s’est intéressée assez tôt aux travailleurs migrants ; dès les années 1980, l’étude de ce groupe et des migrations représentait un sujet de recherche à part entière – il semblerait même que le terme de travailleurs migrants ait été créé et utilisé en premier lieu par des sociologues2. Ces études, à force d’enquêtes expérimentales, ont ainsi réussi à attirer l’attention des universitaires en même temps que celle du public et du gouvernement. Aujourd’hui, si l’on cherche à faire le bilan de cette discipline, on peut s’apercevoir que deux points faibles demeurent : le premier, que l’on pourrait appeler le contournement de la question, consiste en ce que ces recherches « décrivent souvent dans les moindres détails la vie communautaire de ces travailleurs migrants sans jamais s’attarder sur leurs activités de production » – qui n’entrent même pas dans le champ de vision du chercheur (Shen Yuan 2006a, 2007a, 2007b). Le second, qualifié de glissement théorique, voit les chercheurs préférer aux théories sociologiques sur les classes de travailleurs des modèles théoriques, comme celui conçu en termes de classification et de flux, ou encore en termes de problèmes sociaux. Il va sans dire que ces deux approches ont considérablement diminué l’intensité théorique de la recherche sur les travailleurs migrants, en réaction de quoi l’« étude des processus de travail » a été progressivement intégrée au domaine.

  • 3 Depuis quelques années, le monde de la sociologie chinoise s’inspire beaucoup des travaux de Micha (...)

13L’étude des processus de travail constitue un pan important de la sociologie du travail ; cinquante ans de cette pratique (elle a été créée dans les années 1970) ont donné le jour à une documentation abondante en la matière. Des universitaires ont déjà eu le loisir de revenir de manière très systématique sur le développement des différentes théories des processus de travail développées par Karl Marx, Harry Braverman ou encore Michael Burawoy pour ne citer qu’eux (You Zhenglin 2006 ; Wen Xiang et Zhou Xiao 2007). Le Capital de Marx a établi les bases de la recherche en matière de processus de travail, tandis qu’en 1974 Braverman publiait son célèbre ouvrage Travail et capitalisme monopoliste, dans lequel il évoque la formation officielle d’une théorie des processus de travail ; son œuvre a révélé comment le capitalisme monopoliste créait une fracture entre la pensée et l’action dans les processus de travail, conduisant ainsi à une dé-spécialisation du travail. Pour Burawoy, s’intéresser uniquement au travail ne permet pas de comprendre pourquoi les ouvriers travaillent avec autant d’ardeur ; il préconise d’enquêter sur les expériences vécues lors des processus de production, à savoir le consentement des ouvriers à se faire exploiter. Il estime qu’un tournant majeur a eu lieu au sein des processus de travail capitalistes sitôt qu’ils ont été sortis de cette phase monopoliste : alors que la relation exploitant-exploité dans les relations travail-capital était clairement exprimée, les processus de travail capitalistes veulent aujourd’hui produire tout en dissimulant la valeur ajoutée. Dans la mise en place d’un ordre de production au sein des ateliers, le consentement des ouvriers et la contrainte imposée par le capital sont tout aussi importants. Burawoy qualifie ces régimes d’usine où l’on met l’accent sur le consentement des ouvriers à leur exploitation de « régimes hégémoniques ». Ces régimes d’usine qu’il décrit font principalement intervenir quatre dimensions : les processus de travail, le modèle de reproduction de la main-d’œuvre, la concurrence du marché et l’intervention de l’État. Il développe par la suite un idéal-type dans lequel il fait apparaître les termes hégémonique, despotique et hégémonico-despotique3.

14Pour autant, bien que Burawoy ait pris en compte la subjectivité des ouvriers, il la cantonne à une subjectivité de classe, sans y inclure des facteurs sociaux tels que le sexe, l’appartenance ethnique ou les droits civiques ; elle mérite donc d’être complétée. Si l’on suit ce raisonnement, incorporer ces facteurs sociaux participant de la subjectivité à l’étude des processus de travail devient la stratégie commune à la nouvelle génération de chercheurs. Sous l’influence d’œuvres majeures comme celles de Li Jingjun ou d’Arlie Russel Hochschild, He Mingjie (2009), à partir de nombreuses études de terrain réalisées dans un grand restaurant de Chengdu, a interrogé la notion de travail émotionnel auprès de serveuses travailleuses migrantes, et proposé l’idée d’âge sexé. Elle a en effet remarqué qu’au sein d’employées travaillant dans un même restaurant existait une distinction entre les plus âgées et les plus jeunes. On pourrait penser à première vue qu’il s’agit simplement d’une différence d’âge, alors qu’il s’agit ni plus ni moins de la construction du rapport de sexe dans la société par l’âge ainsi que de l’écart qu’elle produit sur la responsabilité sociale et le rôle des femmes dans la sphère familiale. Cette construction met en place une différence fondamentale entre jeunes et moins jeunes dans leur rapport à l’employeur, aux clients ou aux gens de leur famille ; en étant intégrée par les employeurs à leurs stratégies de recrutement, elle creuse la différence entre jeunes et moins jeunes aussi bien dans la concurrence sur le marché de la main-d’œuvre que dans le degré de dépendance à l’employeur de la reproduction de la main-d’œuvre ou dans la division sexuée du travail, donnant ainsi naissance à une domination despotique des employeurs à l’égard des plus âgées et à une gestion hégémonique à l’égard des plus jeunes. C’est ainsi qu’au sein d’un même groupe de travail se forment différents régimes d’usine.

  • 4 Voir le résumé que Tan Shen (2003) a fait de son étude sur les flux de travailleurs migrants.

15Si He Mingjie a intégré l’âge et le genre dans l’étude des processus de travail, Wen Xiang et Zhou Xiao (2007) y ont quant à eux apporté le concept sociologique éminemment chinois de guanxi (réseau) avec leur étude des travailleurs sur les chantiers. De nombreux chercheurs ont étudié à la loupe le rôle de ces réseaux sur les flux des travailleurs migrants et même sur la vie des citadins4, mais rares sont ceux à s’être penchés sur la question de savoir comment ils avaient pu affecter les processus de travail. Il faut bien comprendre que ces réseaux ne disparaissent pas avec l’accès d’un travailleur migrant à un emploi ; il les amène avec lui sur son lieu de travail, et les valeurs ou éléments de culture qu’ils renferment apposent leur marque sur les mécanismes et les stratégies de contrôle et de résistance qu’on retrouve dans les processus de travail, ce qui donne lieu à des systèmes d’usines et à des processus de production fondamentalement différents de ceux qu’on peut observer dans les pays occidentaux. Les recherches menées par Wen Xiang et Zhou Xiao prennent pour exemple les migrants enrôlés sur les chantiers et décrivent comment les réseaux structurent les processus de travail. Sur un chantier, les travailleurs (ouvriers comme contremaîtres) peuvent être de la même région, de la même famille, ou simplement amis ; l’omniprésence de ces réseaux est le résultat de la mise en relation des marchés de main-d’œuvre qu’ont effectuée les travailleurs migrants. En revanche, le statut social de citoyen de seconde zone qui est le leur ainsi que le caractère spécial des groupes de production dans le domaine de la construction, loin de disparaître au cours des processus de travail, se sont au contraire vus renforcés. C’est pour cette raison que Wen Xiang et Zhou Xiao ont recours à la notion d’hégémonie des réseaux dans ce cas de figure. L’hégémonie des réseaux est un régime de production spécial, au sein duquel les stratégies relationnelles des travailleurs saisonniers, comme l’amabilité, le sens de la mesure ou l’entretien de leurs relations, créent une sympathie, une reconnaissance voire une fidélité réciproque, en même temps qu’elles font taire les mécontentements. Bien que les ouvriers soient rarement satisfaits lorsqu’ils font l’objet de mauvais traitements, ils sont souvent contraints de supporter ces derniers, au mieux d’en parler en termes choisis, tant les contraintes liées aux réseaux sont fortes. Ces réseaux deviennent dès lors une source de contrôle puissante, qui à la fois préserve l’ordre de production sur les chantiers et pousse les ouvriers à contribuer activement à leur propre dépossession.

16Dans son étude de 2011 sur les ouvriers de chantiers de construction, Qi Xi s’est intéressé aux causes historiques de l’élaboration d’un système de retard de paiement. À l’inverse de chercheurs attribuant ce phénomène à la transition vers un système de sous-traitance ou contractuel, Qi Xi souligne l’importance de la perpétuation de la tradition d’une culture socialiste. Il découvre en outre que la première génération de paysans à travailler sur des chantiers aux temps de l’économie planifiée, forte de son expérience du système de communes populaires, a reproduit les habitudes du collectif paysan sous le socialisme et mis en place les systèmes de points de travail et de bilan annuel. Cette méthode de gestion des travailleurs avec retard de versement des salaires a survécu aux réformes de marché alors même que l’union des pouvoirs et des capitaux donnait l’occasion de tout repenser, au point de devenir la règle dans le milieu.

17Par rapport à d’autres recherches effectuées dans l’industrie des services et de la construction portant sur le même domaine, Tong Genxing ou encore Wen Xiang ont fait apparaître dans leurs études sur les travailleurs domestiques un autre type de régime d’usine. Tong Genxing (2005b) s’est intéressé au cas de l’usine de maroquinerie Beizhen dans la province du Hebei ; il a noté que le village avait suivi une voie assez originale pour s’industrialiser, celle du modèle de production de l’usine familiale. Le patron aussi bien que les employés de l’usine sont tous des paysans : ils prennent leur repas, vivent et travaillent ensemble, se comportant un peu comme une grande famille. Dans de telles conditions, le système traditionnel familial l’emporte sur la relation capital-travail du capitalisme ; les ouvriers ignorent tout de leur exploitation et ne développent pas une conscience de classe unifiée. Il est important de noter que Tong Genxing lie dans son travail la formation des classes à la question des droits populaires, chose rare dans cette discipline en Chine. Il note que, dans ce type d’usines familiales, les réseaux de recrutement du personnel ne s’embarrassent pas de contrats ou de négociations, ce qui bloque l’entrée d’intérêts extérieurs en même temps que l’accès des ouvriers à la conscience de leurs droits en tant que citoyens modernes. C’est pourquoi aussi bien la formation des classes que celle d’une citoyenneté sont fortement limitées à l’usine Beizhen. Trois ans plus tard, à l’occasion d’une nouvelle visite, Wen Xiang (2008) s’est rendu compte que le lieu de naissance des ouvriers de Beizhen avait joué un rôle subtil sur les politiques de l’usine. Sa notion de culture unifiante doit se comprendre dans ce type d’environnement où le discours sur les classes ou les droits est inexistant ; c’est leur origine géographique commune qui forme l’unité au sein des ouvriers. À l’inverse, l’ingéniosité du patron réside dans la politique de rupture qu’il mène, où, en se servant de cette même appartenance géographique, il divise pour mieux régner. C’est ce qui a donné naissance aux mécanismes de contrôle et de résistance spécifiques au régime d’usine de maroquinerie de Beizhen.

Résistance, associations et formation de la classe ouvrière

18Les recherches menées sur les processus de travail et les régimes d’usine ne visent qu’à éclairer en quoi la transition du marché a influencé la classe ouvrière, ce qui ne correspond qu’à un aspect de la question. S’interroger sur l’influence et le rôle des ouvriers sur la transition est un autre aspect qu’il nous paraît important de traiter.

19Au vu de la sociologie néoclassique, les ouvriers d’Europe de l’Est ne recouraient pas à l’action collective ; de ce fait, ces individus isolés, atomisés ont été exposés aux desiderata de leurs employeurs, et leur chance d’exercer la moindre influence sur la transition à l’œuvre s’est envolée tant ils étaient encore loin de se constituer en tant que classe. Cela nous apparaît comme une représentation holiste et réductrice de la société. Des études sur l’histoire des mouvements ouvriers en Chine montrent depuis longtemps que la classe ouvrière chinoise n’est pas un groupe à l’intérêt et aux actions unifiés ; elle est divisée en autant de sous-groupes qu’il y a de régions, de secteurs et de factions politiques : « À ouvriers différents, politiques différentes » (Pei Yili 2001). Avec les processus de libéralisation à l’œuvre depuis la mise en place des réformes d’ouverture, la reformation de la classe ouvrière chinoise se manifeste également à l’aide de types et de fractions singulières avec leur conscience et leurs actions propres, qui influencent plus ou moins les changements de la structure sociale chinoise, voire le processus de transition dans son ensemble. S’attacher à cet aspect de la situation renouvelle l’intérêt que le chercheur peut avoir à l’égard de la résistance face au travail et des associations, et fait dès lors émerger un intérêt à l’égard de la théorie de la formation de la classe ouvrière. Il nous faut revenir un instant sur le point suivant : nous avons aujourd’hui abandonné la vision optimiste des auteurs classiques qui attribuaient une mission historique à la classe ouvrière pensée comme homogène, dans la mesure où il est aujourd’hui évident que libérer l’humanité dans son ensemble est un fardeau bien trop lourd à porter pour une seule classe. Nous continuons cependant à croire que la classe ouvrière n’est pas seulement un « groupe faible » avec qui l’histoire n’a pas été tendre, mais qu’elle est en passe de devenir une force importante capable de jouer un rôle conscient sur l’histoire à venir.

20Shen Yuan a comparé les processus de formation d’ouvriers d’entreprises publiques et de travailleurs migrants au cours d’une période de transition, qu’il a ensuite analysés en les rapportant aux modèles de Marx puis de Polanyi. Il a donné à ces travailleurs migrants qui ont quitté le monde rural pour celui de la production industrielle le nom de nouveaux ouvriers, et, dans la mesure où ils obéissent à la logique typique de relations travail-capital dans un contexte de marchandisation, il a utilisé la notion-clef marxiste d’exploitation, pour poursuivre son analyse. À l’inverse, il a qualifié les ouvriers des anciennes entreprises d’État de vieux ouvriers ; après que l’État les eut privés de la protection dont ils jouissaient sous le système d’économie planifiée et de sécurité sociale, ils ont commencé à sentir le joug du capitalisme sur leurs épaules, et, sous l’effet de la marchandisation, se sont éveillés à une conscience de classe. Shen Yuan (2006a) a dès lors eu recours au concept de marchandisation de Polanyi pour poursuivre son analyse.

21Si Shen Yuan explique par la théorie les différents modèles de formation de classes pour les travailleurs migrants et pour les ouvriers d’entreprises publiques en période de transition, Wu Qingjun, Xia Xue, Liu Jianzhou en ont étudié le versant pratique. Wu Qingjun (2010) a choisi le cas d’une grosse entreprise publique du nord de la Chine pour explorer les processus de transition à l’œuvre dans la transformation d’une unité de travail à l’époque de l’économie planifiée en un marché de main-d’œuvre. Ses travaux montrent qu’à la désintégration du système des unités de travail et des statuts sociaux a fait écho, avec les réformes de l’économie de marché, celle des principes gouvernant le système économique au temps de la planification, à savoir l’unité de travail comme organisation de base, l’identité assignée comme critère de distinction de rang, et la rigidité organisationnelle des groupes ouvriers travaillant dans les secteurs traditionnels. Est alors apparue sur le marché du travail une nouvelle classe défavorisée citadine. Le paradoxe est que les groupes ouvriers travaillant dans les secteurs traditionnels ne se sont pas reconnus comme tels ni éveillés lorsque s’est mise en place l’exploitation par le capital sur le travail, mais plutôt lorsque les réformes introduisant la libéralisation économique les ont tenus à l’écart d’intérêts et de bénéfices sans aucun rapport avec les processus de travail. L’auteur conclut en expliquant que les ouvriers des secteurs traditionnels ont connu le baptême de la reformation de leur classe du fait des transformations dans les relations de travail, ainsi que dans les systèmes salariaux, d’assurances ou encore de sécurité sociale. Dans ses travaux sur les ouvriers d’entreprises publiques, Xia Xue met davantage l’accent sur la formation d’une identification et d’une conscience de classe dans la mémoire sociale. Grâce à ses enquêtes sur le terrain dans deux usines de Zhengzhou, dans la province du Henan, ainsi qu’à des recherches sur l’histoire orale, elle établit une comparaison entre deux générations d’ouvriers d’entreprises publiques autour des quatre axes suivants : l’acquisition d’une identité, le travail à l’atelier, le régime d’usine et la vie quotidienne. À partir de là, elle montre comment le sentiment d’appartenance des ouvriers évolue en fonction de leur âge depuis une totale dépendance à l’entreprise jusqu’à une prise de distance progressive. Elle propose ainsi de repenser la théorie de la formation des classes d’un point de vue plus pratique, en s’efforçant de ne pas s’attacher au côté abstrait de la notion de classe, mais bien plutôt aux expériences et aux différences propres aux ouvriers, surtout lorsqu’il s’agit de différences d’âge. La classe des ouvriers d’entreprises publiques a vu le jour pendant la mise en pratique du socialisme en Chine, et présente dès lors des caractéristiques bien différentes de celles d’une classe ouvrière ayant vu le jour dans une société capitaliste (Xia Xue 2007).

22Les études des deux auteurs cités ci-dessus portent sur les ouvriers d’entreprises publiques ; Liu Jianzhou a pour sa part cherché à analyser la formation de la classe des travailleurs migrants à partir des différents types de résistance. En partant du niveau d’organisation (individuel ou collectif) et de la nature de la résistance (active ou passive), il a créé une typologie des actions de résistance de ces travailleurs migrants, grâce à laquelle il met en lumière le fait que, indépendamment de la donnée collective, individuelle, passive (dans son seul intérêt) ou active (contre le capital), toute forme de résistance nourrit la conscience de classe du groupe ; les changements structurels pourraient en ce cas être impulsés par ces actions de résistance menées en toute conscience par cette nouvelle classe ouvrière (Liu Jianzhou 2011).

23Hu Lina s’est intéressé à un aspect plus concret dans son étude de la classe des travailleurs migrants : à partir de données recueillies à Beizhen sur les cours du soir mis à leur disposition, elle a cherché à rendre possible l’autoformation pour les paysans, qui travaillent en tant que sujets opprimés. Elle a pour ce faire eu recours à la « sociologie de l’action » du sociologue français Alain Touraine, qu’elle a mise en relation avec la « sociologie publique » de Burawoy, établissant un précédent dans le monde de la sociologie chinoise (Hu Lina 2007). Les associations de travailleurs sont un autre domaine important dans l’étude de la formation de la classe ouvrière. Sans surprise, les syndicats sont les associations les plus importantes ; pour autant, le système chinois fait qu’ils se situent à l’heure actuelle en marge de l’échiquier travail-capital et des politiques sur le travail (Feng Gang 2007). De ce fait, les études sur les syndicats se situent elles aussi en marge des études sur le travail. En outre, la plupart d’entre elles participent d’une idée managériale de la Chine, et ne négligent pas les questions sociologiques. Les recherches menées par Wu Qingjun (2008) sur le syndicat de Wall-Mart constituent une exception en la matière : il a ainsi découvert que l’entreprise avait posé des conditions préalablement à la création légale du syndicat, à savoir que ce dernier ne pourrait pas affecter le pouvoir de monopole de l’entreprise en matière d’organisation et de gestion, pas plus que les syndicats supérieurs ne pourraient investiguer ou contrôler si les syndicats de l’entreprise sont réellement en mesure de protéger les intérêts des employés ou pas – il s’agit là d’un compromis face à la soumission de l’entreprise à la loi. Les deux parties se sont donc mises tacitement d’accord en interprétant ce que recoupait l’idée de légalité : au moins en apparence, les entreprises appliquent bien la loi et les syndicats supérieurs protègent bien les droits des travailleurs. Cette étude met en lumière les différentes formes de syndicats d’entreprise ainsi que les logiques présidant à leur constitution. Les chercheurs dans le domaine du travail sont peut-être un peu plus enclins à s’intéresser aux ONG du travail. À l’inverse du caractère officiel des syndicats, la plupart des ONG présentes en Chine – notamment dans des endroits comme le delta de la rivière des Perles – ont vu le jour localement, dans le but de protéger les droits des travailleurs.

24Les chercheurs se sont posé la question de savoir si, en l’absence d’un syndicat à proprement parler, une ONG pouvait véhiculer une conscience de classe et promouvoir la cohésion au sein de cette même classe. Les recherches de Li Jingjun et Shen Yuan ont voulu élucider ce point central, et ont découvert que, dans certaines conditions, alors qu’elles devaient servir d’outil à l’unification de la production, les ONG étaient devenues l’instrument de la dissolution de l’unité des travailleurs. Avec la transition, les ONG chinoises sont soumises à deux forces différentes : la tendance à la marchandisation, qui voudrait que les ONG soient gérées comme des entreprises dont l’objectif serait l’obtention d’aides financières pour leur survie, ainsi que la tendance à l’absorption par l’État à la suite de pressions réitérées à leur égard, les assimilant ainsi à des associations nationales. Ces deux tendances écartent les ONG de leur objectif initial et les éloignent du corps social. C’est pourquoi les deux auteurs concluent en disant que si les ONG ont pu à un moment donné symboliser l’espoir de voir les ouvriers s’organiser d’eux-mêmes en associations, et ont de ce fait beaucoup contribué à leur lutte, l’environnement post-totalitaire qui est celui de la Chine à l’heure actuelle nous empêche d’être trop naïfs (Lee Shen 2011).

25À la suite de Li Jingjun et Shen Yuan, Lü Jialing (2012) a enquêté sur une ONG pékinoise luttant pour le respect des droits des travailleurs migrants ; il a découvert qu’alors même que cette ONG leur enseignait leurs droits lors des cours de droit qu’elle dispensait, elle se servait davantage de ses pouvoirs dans sa lutte pour la préservation de ces mêmes droits, obtenant ainsi la résolution rapide de conflits se rapportant à la relation travail-capital grâce à sa relation avec les pouvoirs publics. Cela n’est pas anodin : les ONG sont à l’origine une force indépendante de l’État et du marché ; pourtant, dans ce cas précis, c’est seulement en travaillant en étroite collaboration et sous la protection de l’État qu’elles peuvent survivre et atteindre leurs objectifs. Des ONG de ce calibre auraient bien du mal à façonner des citoyens ouvriers éveillés à ce que sont leurs droits dans la société moderne.

26Afin de pousser plus loin leurs études sur les ONG, les chercheurs ont eu recours à des méthodes d’intervention diverses et variées. Son travail a amené Wang Chi à filmer un programme audiovisuel de formation des ONG du travail animé par Li Jingjun et Shen Yuan, dans l’optique de voir si le recours à un support documentaire pouvait initier, via un dialogue renforcé entre les membres d’une ONG et le groupe précis de travailleurs qu’ils défendent, une réflexion sur la pertinence des actions de l’ONG, et aider à réaliser la mission historique qui consiste à organiser l’inorganisable, à savoir les travailleurs migrants (Wang Chi 2008). Elle a ainsi montré que le fait d’utiliser un support audiovisuel pouvait permettre aux chercheurs d’examiner les groupes et associations de travailleurs depuis le point de vue interne aux ONG. En outre, tous les petits documentaires réalisés par chacune des seize ONG contactées à Pékin et Canton montraient une façon différente de réagir et de définir sa stratégie d’action face à la pression combinée de l’État et du marché.

Un nouveau champ et de nouvelles questions de recherche

27Au fur et à mesure que la Chine est emportée dans le tourbillon de la mondialisation, et par l’élan de transition sociale, la classe des travailleurs adopte elle aussi de nouveaux modes d’action, attirant à elle l’attention des chercheurs en sociologie du travail, qui doivent, pour étudier, inventer de nouveaux domaines et de nouvelles problématiques. Ainsi, depuis l’entrée dans le nouveau millénaire, les chercheurs s’intéressent tout particulièrement aux deux domaines suivants : la nouvelle génération des travailleurs migrants et l’école pour les enfants de travailleurs migrants.

28Cet intérêt des chercheurs pour la nouvelle génération des travailleurs migrants a été relancé par deux événements datant de mai 2010. Il s’agit pour le premier de la grève décidée par des associations récentes de travailleurs migrants de l’usine Honda de Nanhai, et pour le second du fameux incident Fu Shikang où plus de dix jeunes ouvriers ont mis fin à leurs jours en sautant du haut d’un immeuble. Le contexte sous-tendant ces deux affaires est celui d’un pays en proie à une forte agitation ouvrière, agitation qui ne s’est pas calmée depuis ; elles annoncent le début d’une nouvelle ère dans la résistance ouvrière.

29Face à cet état de fait, les chercheurs doivent répondre à deux questions : Pourquoi une résistance d’une telle ampleur a-t-elle attendu cette époque pour se manifester ? Et pourquoi les jeunes ouvriers ont-ils eu recours à des moyens d’action aussi différents pour manifester leur mécontentement – autant Nanhai est le théâtre de moyens d’action classiques, autant Fu Shikang voit l’émergence de modes d’action individuelle extrêmes ? Un article récent de Shen Yuan (2011) essaye de trouver dans les modèles théoriques une réponse à ces deux questions. Pour expliquer la première, il a recours à la théorie défendue par Pan Yi et d’autres d’une « prolétarisation inachevée ». La difficile situation sociale des travailleurs migrants s’explique par le fait qu’ils sont face au dilemme de ne pouvoir ni s’intégrer aux villes ni retourner dans leurs campagnes. La nouvelle génération en souffre tout particulièrement, et l’énorme pression que cela engendre est vouée à éclater à leur entrée dans le monde de l’industrie. En parallèle, la théorie des régimes d’usine de Burawoy peut apporter un outil de compréhension à la seconde question : dans un « régime despotique d’usine conventionnelle » comme l’est celui de Honda à Nanhai, les relations sociales préexistant entre les ouvriers peuvent les pousser à avoir recours à toutes sortes d’actions, par exemple se rassembler sur Internet, pour lancer une grève générale. À l’inverse, Fu Shikang renvoie au modèle d’un « régime despotique d’usine de type militaire », où les ouvriers sont privés de la moindre occasion de se socialiser et sont ainsi complètement isolés. Ces individus atomisés n’ont donc pas d’autre recours que celui de choisir un mode d’opposition individualisé à l’extrême. Ce cas précis vient compléter la théorie du « despotisme des usines », dont l’orientation devient d’autant plus évidente dans sa relation avec l’analyse de Pan Yi et celle de Burawoy. Par la suite, un article de Guo Yuhua introduit la notion de « système de production des travailleurs migrants » :

[…] la formation de cette catégorie de population et les difficultés auxquelles elle doit faire face n’est pas le fruit du hasard, elle a été voulue et pensée dans les moindres détails par le système. C’est pourquoi la condition sine qua non si l’on veut régler le problème des travailleurs migrants est de se débarrasser une fois pour toutes du système de production qui est le leur. (Guo Yuhua et al. 2011)

30Une phrase célèbre de Burawoy dit : « Nous commençons avec la production, et finissons avec la politique. » Il met l’accent sur les politiques de production. L’autre aspect de la question, qu’il n’a jamais considéré comme crucial bien qu’il ait souligné son importance, est les politiques de la vie. Cet aspect fait intervenir à la fois le thème de la reproduction de la main-d’œuvre, ainsi que les conditions et les mécanismes inhérents. Dans une Chine en transition, c’est une question fondamentale qui mérite d’être traitée par les études du travail. Il semblerait que nous ayons parcouru un grand cercle qui nous a ramenés à notre point de départ : l’étude de la vie communautaire et quotidienne des travailleurs migrants. Mais c’est cette double négation qui nous a permis d’y revenir avant de commencer notre synthèse : nous avons critiqué les descriptions trop éloignées des processus de travail, et maintenant que nous y avons intégré une analyse de ces processus de travail, il nous reste à mettre l’accent sur la vie communautaire et quotidienne des travailleurs migrants dans la mesure où elle est inséparable de ces mêmes processus. Les politiques de la production et celles de la vie sont liées, qu’on le veuille ou non.

31Pan Yi a la première posé la question de la reproduction de la main-d’œuvre des travailleurs migrants dans ses recherches sur le « système de dortoirs ». Pour elle, ces dortoirs sont un déploiement connexe du despotisme des usines : non seulement les ouvriers y reproduisent leur force de travail propre, mais ils y ressassent leur mécontentement et leurs velléités d’action. Le système communautaire est assimilable à ce système de dortoirs. Dans le système actuel, le quartier attribué aux travailleurs migrants est au mieux une campagne urbaine, concentrant tous les travailleurs migrants de la ville en question.

32Depuis quelques années, la sociologie du travail de la transition se focalise sur les écoles d’usine, si bien que le nombre d’ouvrages disponibles sur ce sujet en sciences sociales aussi bien qu’en science de l’éducation défie toute concurrence. Pourtant, à l’inverse de la sociologie de l’éducation et de la recherche sur la stratification sociale, qui considèrent toutes deux l’éducation comme un moyen d’accès aux classes supérieures pour l’individu, la sociologie du travail aborde le sujet d’un point de vue beaucoup plus critique, et voit l’éducation comme un outil de reproduction de la structure des classes (notamment dans le cas des écoles d’usine).

33Les recherches de Liang Zicun ont pris pour objet une école professionnalisante dédiée à l’accueil des enfants de travailleurs migrants ; elles révèlent comment des facteurs comme l’emploi du temps, l’incitation à travailler dur, l’environnement, ou encore les attentes de la famille peuvent à la longue faire disparaître la volonté de se hisser dans l’échelle sociale (notamment au moyen de l’examen de fin d’études secondaires dans ces écoles). L’école finit par diriger ses élèves vers des postes de service municipal comme garde, électricien, serveuse…, qui sont déjà ceux occupés par leurs parents (Liang Zicun 2009). Les recherches de Jiang Fawen et Zhou Xiao comparent les enfants de travailleurs migrants ayant suivi leurs parents dans les villes et ceux laissés à la campagne, afin d’explorer les différents chemins empruntés par la reproduction des classes de travailleurs (Jiang Fawen 2011 ; Zhou Xiao 2011). Zhou Xiao fait remarquer que le système d’éducation des enfants de migrants est organisé soit sur la base de l’externalité, soit sur celle de la marginalité. Dans le premier cas, il s’agit de l’assimilation par des écoles situées en ville d’enfants ayant suivi leurs parents dans leur migration ; dans le second, il s’agit du recrutement d’enfants laissés par leurs parents migrants depuis leur école de campagne. Dans les deux situations, les enfants sont intégrés au niveau éducatif le plus bas, et ainsi privés de la possibilité d’ascension sociale que le système universitaire en quatre ans devrait pouvoir être à même de leur offrir. Zhou Xiao a complété son analyse en étudiant les différences entre ces enfants de travailleurs migrants et les « gars » (lads) décrits par Paul Willis, mettant au jour les divergences entre la « contre-culture scolaire » qui se forme en Grande-Bretagne chez les descendants d’ouvriers et l’atmosphère culturelle présente dans les écoles pour enfants de travailleurs migrants, ainsi que l’influence qu’elles pourront jouer sur l’avenir de ces « gars » et de ces « enfants » (Zhou Xiao 2011).

34Une des études actuelles les plus importantes en matière de sociologie du travail est celle menée par le département des sciences sociales de Tsinghua sur le développement du travail temporaire des travailleurs migrants. Un récent rapport sur ce sujet analysant les données de plus de 2000 travailleurs migrants montre la généralisation de ce phénomène, et ce particulièrement au sein des nouvelles générations communément appelées post-80 et post-90. Deux aspects majeurs y sont attachés : une forte mobilité, c’est-à-dire des changements d’emploi plus fréquents, ainsi qu’une nivellisation, c’est-à-dire une plus grande difficulté à s’élever dans la hiérarchie sociale. Au sein de la nouvelle génération, les deux groupes les plus touchés sont ceux des diplômés et des femmes. Bien que les conditions structurelles présidant au développement du travail temporaire fassent encore l’objet d’une analyse, l’influence que ce phénomène peut avoir sur les entreprises (par exemple sur les formations techniques), sur les structures sociales (comme les difficultés que peut entraîner la mise en place d’un système de protection sociale) ou encore sur l’opposition ouvrière (comme l’occurrence de grèves sauvages) est facile à démontrer (Shen Yuan et al., 2012).

Débat sur les méthodes de recherche

  • 5 Nous empruntons ici l’idée de « nouvelle sociologie économique » de Mark Granovetter.

35En bref, les études du travail telles qu’elles sont envisagées par une sociologie de la transition doivent, du point de vue de la prise de conscience, être liées à la question de la transition, et viser, à travers l’analyse de la classe ouvrière, à comprendre les logiques sous-tendant toute transition sociale ainsi qu’à anticiper la direction qu’indiquent les mutations de la structure sociale. Sur le plan théorique, elles cherchent à établir un dialogue entre les théories des processus de travail, des régimes d’usine et de la formation de la classe ouvrière, tout en essayant de mettre au jour la complexité et la partialité des processus de formation et de reformation de la classe ouvrière en période de transition. Ce faisant, elles s’efforcent en dernier lieu de jeter la lumière sur l’aspect multiforme des différents régimes d’usine au point de vue micro. Si l’on ne se préoccupe ni de prise de conscience ni de théorie, un autre problème qu’il convient de traiter séparément est celui des méthodes de recherche. Développer les études de cas : il s’agit d’une méthode souvent recommandée dans le cadre d’études du travail. Si nous la préférons, c’est parce que cette méthode veut pallier les deux faiblesses majeures des premières études du travail, à savoir une trop faible conceptualisation avec une recherche circonscrite à la description de données empiriques sans qu’en soit déduit le moindre concept théorique à valeur explicative, ou bien une trop forte conceptualisation avec la fabrication de concepts à partir de très peu de données avant même que les enquêtes n’aient donné suffisamment de résultats. En cherchant à développer les études de cas, nous pouvons éviter une trop forte ou trop faible conceptualisation5 ; il faut revenir aux données disponibles et en accumuler le plus possible avant de pouvoir élargir petit à petit pour finir par traiter de la structure. Comme nous l’avons déjà indiqué, la sociologie du travail a une dimension publique et une autre critique ; pour autant, elle repose avant tout sur la sociologie spécialisée. En tant que branche issue des sciences sociales, elle doit toujours chercher un principe universel ; en partant d’une étude de cas, il lui serait impossible de généraliser sans établir des comparaisons et confronter des théories.

36La plupart des recherches mentionnées dans ce texte s’appuient sur une ethnographie en usine, avec comme terrain d’étude le lieu de travail et comme position celle d’observateur participant ; elles sont ainsi devenues des œuvres ethnographiques introduisant une prise de conscience sans se départir de leur aspect théorique. Cette méthode a commencé à se développer dans les années 1980, et a toujours été en conflit avec celle traditionnellement utilisée dans les enquêtes sur les travailleurs migrants, un sujet qui occupe une place considérable dans la discipline. La méthode traditionnelle a principalement recours à des questionnaires, et éventuellement à des interviews. Si nous lui préférons la méthode ethnographique, c’est tout d’abord parce qu’elle limite les répétitions de peu d’intérêt, mais aussi parce qu’elle offre cette possibilité :

[…] se défaire de l’ordre établi par les questionnaires au fort parti pris que l’étude des travailleurs migrants affectionne traditionnellement, redonner couleur et matière aux ouvriers, opérant ainsi la transformation d’un groupe abstrait en un groupe concret. (Shen Yuan 2006a)

37Il est bien sûr important de préciser que cette méthode se sert elle aussi de questionnaires ; à vrai dire, qu’il s’agisse de recherches menées sur un chantier ou au sein d’un foyer, le recours aux questionnaires est plus que fréquent. Ainsi, le phénomène de développement du travail temporaire dans les pratiques de travail des travailleurs migrants mentionné précédemment est un cas d’école pour une enquête par questionnaire. Cependant, les questionnaires ne fournissent rien d’autre que des informations sur l’arrière-plan d’un sujet, et ne peuvent constituer la source principale de documentation pour une recherche.

38La méthode de l’intervention sociologique est une autre des approches amorcées par les études sur le travail. Le sociologue français Touraine, que nous avons déjà cité, a été le premier à mettre en pratique cette méthode dans ses recherches sur les mouvements ouvriers en Pologne et les mouvements contre le nucléaire en France. De notre point de vue de chercheur en sociologie du travail, cette méthode acquiert un sens tout particulier dans le cadre de la transition que vit actuellement la Chine : elle permet d’aller au-delà des limites fixées par les conventions sociologiques, et ainsi d’explorer plus profondément les groupes de travailleurs en recueillant des informations sur la réalité de leurs pratiques. Mais cette méthode présente des limites, comme l’atteste lui-même Touraine : elle sort l’individu étudié de son environnement concret de travail et de vie, et applique mécaniquement ses conclusions sans distinguer entre différents individus. Face aux limites que lui impose la transition chinoise, le chercheur doit procéder à de nombreux ajustements : il doit calibrer son intervention de manière qu’elle intègre le lieu de travail et de vie des groupes de travailleurs, et diversifier ses approches autant que possible afin que chacune corresponde à un cas de figure particulier. Shen Yuan (2006b) introduit l’idée d’une intervention « faible » ou « forte » et explore les logiques opératoires d’un tel choix. Les cours du soir pour les ouvriers de Beizhen ainsi que le « programme audiovisuel de formation des ONG du travail » sont deux initiatives qu’il a mises en place.

39Ces dernières années, une autre méthode que celles évoquées ci-dessus a fait son apparition : il s’agit de l’étude de l’histoire du travail, en d’autres termes une recherche sur le travail s’appuyant sur des sources historiques. Il est vrai que cette branche existe depuis longtemps chez nos collègues occidentaux, comme peuvent en témoigner les ouvrages classiques d’Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, d’Elizabeth J. Perry, Shanghai on Strike, ou de Hagen Koo, Korean Workers (2004). Il est cependant regrettable que du fait de la séparation des tâches entre sociologie et histoire, les recherches sur les questions relatives au travail en sociologie historique au sein de la sociologie chinoise soient peu nombreuses. Or, selon nous :

[…] l’histoire du travail et l’ethnographie d’usine ont toutes deux leurs avantages et leurs inconvénients. La première cherche à établir un récit historique de la formation de la classe ouvrière et des mouvements ouvriers, adoptant ainsi souvent une vision structurée qui lui permet d’observer des changements de grande ampleur sur le long terme ; en revanche, elle verse souvent dans un déterminisme a posteriori et un structuralisme. L’ethnographie d’usine enregistre quant à elle par le menu tous les faits survenus sur le lieu de travail, et s’intéresse au contrôle du capital et à l’opposition des ouvriers au cours des processus de production ; le danger pour elle est de rester trop près du terrain sans jamais réussir à prendre de la hauteur, négligeant ainsi les mutations au niveau macro de la structure extérieure. (Wen Xiang 2012)

40Alors qu’il s’interrogeait sur la pertinence d’une de ses études ethnographiques les plus connues effectuée dans une usine mécanique de Chicago, Burawoy a reconnu s’être trop focalisé sur les changements survenus au sein du groupe de travail, sans prendre en compte dans sa vision les mutations historiques du capitalisme monopoliste à l’œuvre sur le marché et dans la société. La vision historique sur le long terme que pratique l’histoire du travail peut à ce titre nous être d’une grande aide.

41Nous sommes partis du point de vue d’une sociologie de la transition en reprenant l’angle d’attaque des recherches menées à l’Université de Tsinghua par des collègues afin de classer les œuvres des dernières années consacrées aux études du travail. Il nous apparaît que, si cette discipline a pu récolter quelque succès en Chine, elle en est encore à ses balbutiements, et présente un certain nombre de points faibles et de lacunes. Parallèlement, les transitions à l’œuvre sur le marché chinois font sans cesse apparaître des nouveaux problèmes pour les chercheurs. Au fur et à mesure de l’industrialisation et de la libéralisation, « l’apparition de forces et d’intérêts nouveaux aussi bien sur le marché intérieur qu’extérieur s’accompagne de la production et de la reproduction de classes et de relations de classes, à l’intérieur aussi bien qu’à l’extérieur de l’atelier » (Li Jingjun 2006). Face à cette réalité de la transition chinoise, les chercheurs doivent affronter une urgence pratique. La tâche qui leur revient est donc de parvenir à relever au mieux ce défi qui se pose. Nous souhaiterions évoquer trois problèmes en guise de conclusion, que nous estimons être les questions auxquelles nos spécialistes doivent s’atteler au plus tôt. Nous cherchons ici seulement à ouvrir le débat, et n’avons pas la place ni le temps d’interroger plus avant d’autres aspects de ces problèmes.

42Les recherches sur le travail ont besoin d’élargir leur point de vue à l’international. Cela signifie qu’elles doivent adopter comme toile de fond l’histoire du développement du capitalisme dans le monde. En effet, sous l’influence d’une mondialisation toujours plus affirmée, le capital a favorisé la délocalisation de la production et la restructuration de la classe ouvrière. Les mouvements ouvriers aussi bien que les études du travail peuvent y voir une double signification : dans un premier temps, tandis que la vague de l’industrialisation a ralenti dans les pays occidentaux, elle s’est intensifiée dans les pays du tiers-monde et ceux en développement. D’après Beverly J. Silver, la célèbre spécialiste américaine en sociologie du travail, les flux de capitaux qui parcourent la planète vont mettre en place et renforcer une nouvelle classe d’ouvriers dans ces nouvelles zones industrialisées, dont la Chine fait partie. Dans son livre Forces of Labour, dont la réputation n’est plus à faire, Silver (2003) formule une hypothèse à partir des mouvements ouvriers survenus entre 1870 et 1996, qui défend l’idée que la Chine, du fait de son industrialisation rapide et de sa prolétarisation, pourrait devenir le terrain de mouvements sociaux d’une grande ampleur. De nombreux passages de son livre sont discutables, dans la mesure où elle n’a pas pris en compte la spécificité de la transition du marché chinois ; pour autant, les études du travail telles qu’elles sont pratiquées en Chine ont beaucoup à apprendre de sa vision globale fondée sur le temps long de l’histoire. Dans un deuxième temps, il nous faut aussi prendre en compte le fait que les capitaux, les entreprises et les travailleurs chinois vont tous en direction de l’Afrique, l’Europe et l’Amérique. Les régimes d’usine et la culture d’entreprise que nous cultivons depuis une trentaine d’années ont à cette occasion pu entrer en conflit ou fusionner avec les traditions culturelles, les groupes de travailleurs, ou encore les organes gouvernementaux présents dans les pays d’accueil. Il s’agit là de l’autre sujet d’étude qui mérite d’être traité au plus vite. Pour ces deux raisons, il nous faudra sans faute à l’avenir inclure dans nos considérations ces deux dimensions de la mondialisation.

43Il nous faut également rappeler que les recherches sur le travail ont besoin d’être plus structurées, ce qui signifie être sûr d’avoir bien authentifié les réseaux avant de pouvoir étudier la classe ouvrière. Le concept de classe a toujours été fortement structurant et intrinsèquement lié à l’idée de réseaux : l’existence d’une classe haute implique celle d’une classe basse, qui dit ouvrier dit capital, etc. L’idée que nous nous faisons de la classe ouvrière chinoise à l’heure actuelle ne peut en aucun cas se passer de l’idée d’une structure sociale, et encore moins de celle d’élites de pouvoir et de capital. De ce fait, le chercheur ne doit pas seulement orienter son regard vers le bas et s’intéresser à la vie et aux processus de production des classes défavorisées, il doit également être capable de s’en éloigner et d’aborder les problématiques du travail d’un point de vue structurel.

44Enfin, les chercheurs ne doivent pas avoir peur de revenir aux traditions de la discipline telle qu’elle a été pratiquée en Chine. Sous le règne des nationalistes, de nombreux sociologues se sont penchés sur ces questions, laissant derrière eux un héritage riche. Citons par exemple Tao Menghe (1925) et Li Jinghan (1925), dont l’étude porte sur les conducteurs de pousse-pousse de Pékin, ou encore les travaux de Chen Da (1929) sur les grèves, les réglementations et les systèmes de production, ou encore ceux de Shi Guoheng sur les travailleurs en usine. Ces études, bien que portant toutes sur des problématiques du travail de l’époque, ont donné lieu à d’importantes compilations ainsi qu’à l’émergence d’une vision théorique unique, qui sont à la source de la discipline actuelle et qu’il faut de ce fait prendre en considération. Il est cependant regrettable qu’une telle tradition n’ait pas été perpétuée. À bien des égards, la discipline telle qu’elle existe actuellement s’incline trop devant des pratiques occidentales. Les étudiants se doivent de parler de Burawoy ou de Thompson en termes élogieux et de les citer comme points de départ de leur réflexion, alors qu’ils n’ont le plus souvent pas même lu, quand ils les connaissent, les œuvres les plus connues d’anciens sociologues chinois. La tâche historique qui incombe à nos chercheurs et dont ils ne peuvent se dédire est donc de remettre à l’honneur les traditions que la discipline a pu développer en Chine et de s’interroger sur le rapport qu’elles pourraient avoir avec la recherche actuelle.

Bibliographie

Burawoy Michael, 2008, Manufacturing Consent : Changes in the Labor Process Under Monopoly Capitalism, traduction Li Rongrong, Hong Kong, The Commercial Press.

— 2007, For Public Sociology, traduction Shen Yuan, Pékin, Social Sciences Academic Press.

— 2005, « For public sociology », American Sociological Review, vol. 70, p. 4-28.

— 2001, « Neoclassical sociology : from the end of communism to the end of classes », American Journal of Sociology, vol. 106, no 4, p. 1099-1120.

Burawoy Michael et Erik Wright, 2000, Sociological Marxism, no 3. En ligne : [http://www.ssc.wisc.edu/~wright/SocMarx.pdf] (consulté le 16 juin 2014).

Chen Da, 1929, Zhongguo laogong wenti [La question des travailleurs en Chine], Hong Kong, The Commercial Press.

Chou Liping, 2006, « Huidao Makesi : dui zhongguo shehui fenceng yanjiu de fansi », [Retour à Marx : réflexion sur la recherche chinoise en matière de division de la société], Shehui [Société], no 4.

Eyal Gill, Szelenyi Ivan et Townsley Eleonor, 2001, « The utopia of post-socialist theory and the ironic view of history in neo-classical sociology », American Journal of Sociology, vol. 106, no 4, p. 1121-1128.

— 1998, Making Capitalism Without Capitalists, Londres, Verso.

Feng Gang, 2007, « Qiye gonghui de “zhiduxing ruoshi” ji qi xingcheng beijing » [Faiblesse systémique des syndicats d’entreprise et contexte de leur émergence], Shehui [Société], no 3.

Guo Yuhua et Chang Aishu, 2005, « Shengming zhouqi yu shehui baozhang : yi xiang dui xiagang shiyeren shengming licheng de shehuixue tansuo » [Cycle de vie et sécurité sociale : une exploration sociologique des parcours de vie de chômeurs xiagang], Social Sciences in China, no 5.

Guo Yuhua et Shi Yuntong, 2008, « Marxism and society », Open Times, no 3.

Guo Yuhua, Shen Yuan, Pun Ngai et Lu Huilin, 2011, « The struggle of migrant workers and the tranformation of industrial relations in contemporary China », Twenty-first Century, no 124.

He Mingjie, 2009, « Laodong yu jiemei fenhua » [Travail et division entre femmes jeunes et moins jeunes], Sociological Studies, no 2.

Hu Lina, 2007, Baigou nongmingong yexiao : shehuixue qiang ganyu de changshi [Cours du soir pour les travailleurs migrants à Baigou : tentative d’intervention forte de la sociologie], mémoire de master de sciences sociales, Pékin, Université de Tsinghua.

Jiang Fawen, 2011, Shuang chongbianyuanhua yu zaishengchan : nongmingong zinu jiaoyu tuozhan gean yanjiu [Marginalisation duale et reproduction : analyse de cas de la scolarisation des enfants des travailleurs migrants], mémoire de master, Pékin, Université de Tsinghua.

Ju Haigen, 2004, Hanguo gongren : jieji xingcheng de wenhua yu zhengzhi [Ouvriers coréens : culture et politique de la formation de classe], traduction Zhang Jing et Liang Guangyan, Pékin, Social Sciences Academic Press.

King Lawrence P. et Szelenyi Ivan, 2004, Max Weber’s Theory of Capitalism and Varieties of Postcommunist Capitalism, first draft paper presented at the 2004 Annual Convention of the American Sociological Association, San Francisco, 30 juin.

Lee Shen, 2011, « The anti-solidarity machine ? Labor NGOs in China », From Iron Rice Bowl to Informalization : Markets, Workers, and the State in a Changing China, S. Kuruvilla, C. Kwan Lee et M. E. Gallagher éd., Ithaca, Cornell University Press.

Li Jie, 2005, « Chongfan shengchan de hexin » [Revenir au cœur de la production], Sociological Studies, no 5.

Li Jinghan, 1925, « Beijing renli chefu xianzhuang de diaocha » [Enquête sur les tireurs de pousse-pousse de Pékin], Shehuixue zazhi [Revue de sociologie], no 4, t. 2.

Li Jingjun, 2006, « Zhongguo gongren jieji de zhuanxing zhengzhi » [La politique de transition de la classe ouvrière chinoise], Sun Liping, Li Youmei et Shen Yuan éd., Dangdai zhongguo shehui fenceng [Les divisions sociales en Chine contemporaine], Pékin, Social Sciences Academic Press.

Liang Meng, 2007, « Zai shengchan tizhi zhong faxian gongren jieji de weilai – du Buluowei laodong guocheng lilun san bu qu zhi yi “Huihuang de guoqu” » [La découverte d’un avenir pour la classe ouvrière au sein du système de production. Exploration de l’idée de « passé glorieux », une des trois notions introduites par Burawoy dans sa théorie du procès de travail], Sociological Studies, no 3.

Liang Zicun, 2009, Jiao zuogong : nongmingong di er dai ruhe biancheng gongren ? [Apprendre à travailler : comment les migrants de la seconde génération deviennent-ils des travailleurs ?], mémoire de master, Pékin, Université de Tsinghua.

Lin Chaochao, 2010, « Xin guojia yu jiu gongren : 1952 nian Shanghai siying gongchang de minzhu gaige yundong » [Nouveau pays, anciens ouvriers : un mouvement de réforme démocratique dans une usine privée de Shanghai en 1952], Sociological Studies, no 2.

Liu Aiyu, 2005, Xuanze : guoqi biange yu gongren shengcun xingdong [Choisir : transformer les entreprises d’État et agir pour la survie des ouvriers], Pékin, Social Sciences Academic Press.

Liu Jianzhou, 2011, « Nongmingong de kangzheng xingdong ji qi dui jieji xingcheng de yiyi – yi ge leixingxue de fenxi » [Les mouvements de résistance ouvrière et leur incidence sur la formation des classes sociales. Analyse typologique], Youth Studies, no 1.

Lu Heng, 2008, « Richang shenghuo yu diceng de zhenshi biaoshu – ping “nügong 1970 : tamen de fanlishi” » [Réalité de la vie quotidienne et du prolétariat. Contre-histoire des femmes des années 1970 »], Sociological Studies, no 6.

Lü Peng, 2006a, « Shengchan diceng yu diceng de zaishengchan – cong Baoluo Weilisi de “xue zuogong” tan qi » [Production et reproduction du prolétariat. État des lieux depuis le « Learning to Labour » de Paul Willis], Sociological Studies, no 2.

— 2006b, « “Quanli jingying” wushi nian : yuansqi, zhenglun ji zaichufa – jianlun “quanli jingying” de zhongguo xushi » [Les « élites au pouvoir » pendant cinquante ans : origines, débat et réapparition. La Chine et l’acceptation de ses élites], Open Times, no 3.

Lü Jialing, 2012, « Quanli haishi quanli ? Laogong NGO weiquan celüe yu jizhi de ge’an yanjiu » [Pouvoir ou droit ? Étude de cas des stratégies et de la défense des droits mis en place par les ONG], Qinghua shehuixue pinglun (Tsinghua Sociological Review), no 5.

Pan Yi, 2005a, « Jieji de shiyu yu fasheng – zhongguo dagongmei yanjiu de yi zhong lilun shijiao » [Perte et prise de parole. Étude sur les jeunes femmes et le travail temporaire], Open Times, no 2.

— 2005b, « Quanqiuhua gongchang tizhi yu “daode linian chonggou” – kuaguo gongsi shengchan shouze yu zhongguo laodong guanxi » [Système des usines à l’ère de la mondialisation et « définition d’une nouvelle moralité » : règles de production des entreprises transfrontalières et liens avec le travail en Chine], Open Times, no 2.

Pan Yi, Lu Huilin et Zhang Huipeng, 2010, « Jieji de xingcheng : jianzhu gongdi shang de laodong kongzhi yu jianzhu gongren de jiti kangzheng » [Formation des classes sociales : contrôle du travail sur les sites de construction et résistance collective des travailleurs de chantier], Open Times, no 5.

Pei Yili, 2001, Shanghai Ba Ggong (Shanghai on Strike), traduction Liu Ping, Nankin, Jiangsu renmin chubanshe [Éditions populaires du Jiangsu].

Perry Elizabeth J., 2001, Shanghai on Strike : the Politics of Chinese Labor, traduction Liu Ping, Nankin, Jiangsu renmin chubanshe [Éditions populaires du Jiangsu].

Pun Ngai, 2005, Made in China : Women Factory Workers in a Global Workplace, Durham, Duke University Press.

Qi Xi, 2011, « Jianzhuye qianxin jizhi de xingcheng yu zaishengchan fenxi » [Analyse de la mise en place et de la reproduction du système de retenue des salaires pratiqué dans le milieu de la construction], Sociological Studies, no 5.

Ren Yan et Pan Yi, 2006a, « Kuaguo laodong guocheng de kongjian zhengzhi : quanqiuhua shidai de sushe laodong tizhi » [Politique spatiale des processus de travail transfrontaliers : le système des dortoirs pour travailleurs à l’ère de la mondialisation], Sociological Studies, no 4.

— 2006b, « Gongren zhutixing de shijian : chongshu zhongguo jindai gongren jieji de xingcheng » [Mise en pratique de la subjectivité ouvrière : reparler de la formation de la classe ouvrière chinoise moderne], Open Times, no 3.

Shen Yuan, 2011, « Nongmingong jieji de lishi mingyun » [Le destin et l’histoire des travailleurs migrants], Gonggong shenghuo pinglun (Public Life Review), no 2.

— 2007a, « Shehui de shengchan » [La production de la société], Shehui [Société], no 2.

— 2007b, Shichang, jiejie yu shehui : zhuanxing shehuixue de guanjian yiti [Marché, classes et société : des sujets clés pour une sociologie de la transition], Pékin, Social Sciences Academic Press.

— 2006a, « Shehui zhuanxing yu gongren jieji de zaixingcheng » [Transformation de la société et reformation de la classe ouvrière], Sociological Studies, no 2.

— 2006b, « Qiang ganyu yu ruo ganyu : shehuixue ganyu de liangtiao tujing » [Intervention forte et intervention faible : deux voies possibles pour l’intervention sociologique], Sociological Studies, no 5.

Shen Yuan et al., 2012, « Duangonghua : nongmingong jiuye qushi yanjiu » [Précarisation : une tendance récente de l’emploi des travailleurs migrants], Qinghua shehuixue pinglun (Tsinghua Sociological Review), no 6.

Silver Beverly J., 2002, Forces of Labor, Cambridge, Cambridge University Press.

Sun Liping, 1995, « Cong gongchang toushi shehui » [Derrière l’usine, la société], China Book Review, no 1.

— 2005, « Zhuanxing shehuixue – fazhan shehuixue de xin yiti » [Sociologie de la transition. Un nouveau sujet pour développer la sociologie], Sociological Studies, no 1.

Tan Shen, 2003, « Rural workforce migration : a summary of some studies », Social Sciences in China, vol. 24, n4, p. 84-101.

Tao Menghe, 1925, « Beiping renli fuche zhi shenghuo qingxing » [Les conditions de vie des tireurs de pousse-pousse de Pékin], Menghe wencun [Anthologie de Menghe], Shanghai, Éditions Dongya Tushuguan.

Tong Genxing, 2005a, « Gongshixing gongren de shengchan – cong xin zhiduzhuyi kuangjia kan Buluowei de “zhizao gongshi” » [La production d’ouvriers dociles. Le « manufacturing consent » de Burawoy du point de vue du néo-institutionnalisme], Sociological Studies, no 1.

— 2005b, « Beizhen jiahugong : hongguan zhengzhi jingjixue luoji yu richang shijian luoji » [Les travailleurs domestiques de Beizhen : les logiques de la science économique au niveau macro-politique et celles de la pratique quotidienne], Beida Qinghua Renda shehuixue shuoshi lunwen xuanbian [Anthologie de mémoires en sociologie de Beida, Tsinghua et Renda], Deng Yefu et al. éd., Shandong, Shandong People’s Publishing House.

Tong Xin, 2006, « Yanxu de shehuizhuyi wenhua chuantong – yi qi guoyouqiye gongren jiti xingdong de ge’an fenxi » [La tradition culturelle du socialisme se perpétue : étude de cas de mouvements ouvriers collectifs dans une entreprise d’État], Sociological Studies, no 1.

Tong Xin, Dai Jianzhong, Wang Chunlai, 2006, « Jiang jieji fenxi dai huidao laogong yanjiu de zhongxin » [Replacer l’analyse de classe au centre des études du travail], Zhongguo shehuixue nianjian 2003-2006 [Annuaire de la sociologie chinoise 2003-2006], Pékin, Social Sciences Academic Press.

Wang Chi, 2008, Jilu pian yu nongmingong [Film documentaire sur les travailleurs migrants], mémoire de master, Pékin, Université de Tsinghua.

Wen Xiang, 2012, « Gongyehua, jieji xingcheng yu laodong yanjiu de liang zhong xiefa » [Deux écritures de l’industrialisation, la formation de classe et les études du travail], Guowai shehui kexue qianyan [À la pointe des sciences sociales étrangères], Shanghai, Shanghai People’s Publishing House.

— 2008, « Xiangbao gongchangli de “zuqun” : chongfang Beizhen jiahugong », [« Population » travaillant dans les usines de maroquinerie : nouvel entretien auprès des travailleurs domestiques de Beizhen], Beida Qinghua Renda shehuixue shuoshi lunwen xuan [Anthologie de mémoires en sociologie de Beida, Tsinghua et Renda], Deng Yefu et al. éd., Shandong, Shandong People’s Publishing House.

Wen Xiang et Zhou Xiao, 2007, « Xifang laodong guocheng lilun yu zhongguo jingyan : yi ge pipanxing de shuping » [Théorie sur les processus du travail occidentaux et expérience chinoise : compte-rendu critique], Social Sciences in China, no 3.

Wu Qingjun, 2010, Guoqi gaizhi yu chuantong chanye gongren de zhuanxing [La réforme des entreprises d’État et la transformation des ouvriers des secteurs traditionnels], Pékin, Social Sciences Academic Press.

— 2008, « Shoufa yu weiquan de bianjie : waiqi gonghui zujian yu yunying moshi de fenxi » [La frontière entre le respect des lois et le maintien des droits : analyse de la création de syndicats dans des entreprises étrangères et de leur modèle opératoire], Xuehai, no 5.

— 2006, « Xifang gongren jieji xingcheng lilun shuping » [Compte-rendu sur la théorie de la formation de classe chez les ouvriers occidentaux], Sociological Studies, no 2.

Xia Xue, 2007, Yifu yu shuli : liang dai guoqi gongren guishugan bijiao yanjiu [Dépendance et distance : étude comparée du sentiment d’appartenance ressenti par deux générations d’ouvriers d’État], thèse de doctorat en sciences sociales, Pékin, Université de Tsinghua.

You Zhenglin, 2006, « Guanli kongzhi yu gongren fankang » [Contrôle et résistance ouvrière], Sociological Studies, no 4.

— 2005, « Ye tan guoyou qiye gongren de xingdong xuanze » [Des choix d’engagement effectués par les ouvriers travaillant en entreprises publiques], Sociological Studies, no 4.

Yu Xiaomin, 2006, « Jingji quanqiuhua beijing xia de laogong yundong : xianxiang, wenti he lilun » [Mouvements des travailleurs à l’époque de la mondialisation de l’économie : état des lieux, problèmes et théorie], Sociological Studies, no 3.

Zheng Guanghuai, 2010, « Mai xiang dui yuansgong jingshen jiankang de shehuixue lijie » [Vers une compréhension sociologique du bien-être mental des salariés], Sociological Studies, no 2.

— 2007, « Shehui zhuanxing yu geti tongchu – ping “zhongguo zhizao : quanqiuhua gongchang xia de nügong” » [Transition sociale et douleurs individuelles. Un commentaire de « Made in China : les ouvrières des usines de la mondialisation »], Sociological Studies, no 2.

— 2005, « Shangcan nongmingong, wufa bei fuquan de qunti » [Les travailleurs migrants handicapés : une population privée de ses droits], Sociological Studies, no 3.

Zheng Songtai, 2010, « “Xinxi zhudao” beijing xia nongmingong de shengcun zhuangtai he shenfen rentong » [Reconnaissance sociale et conditions de survie des travailleurs migrants dans le « monde de l’information »], Sociological Studies, no 2.

Zhou Xiao, 2011, « Fan xuexiao wenhua : xiaozi yu zidi zhi bijiao » [Culture contre-scolaire : une comparaison des « gars » et des enfants], Shehui [Société], no 5.

— 2007, Guanxi baquan : dui jianzhu gongdi laodong guocheng de yi xiang tianye yanjiu [Le règne des guanxi : étude sur le terrain des processus de travail à l’œuvre sur les chantiers de construction], mémoire de master de sciences sociales, Pékin, Université de Tsinghua.

Notes

1 Joe R. Feegin et Hernan Vera, 2008, Liberation Sociology, Boulder, Paradigm Publisher.

2 Le terme de travailleurs migrants aurait été utilisé la première fois par M. Zhang Yulin, chercheur à l’Institut de sociologie de la Chinese Academy of Social Sciences (CASS).

3 Depuis quelques années, le monde de la sociologie chinoise s’inspire beaucoup des travaux de Michael Burawoy. Deux de ses œuvres les plus importantes, For Public Sociology et Manufacturing Consent ont respectivement été traduites aux Social Sciences Academic Press et The Commercial Press (Burawoy 2007, 2008). La plus importante des revues spécialisées chinoises, Sociological Studies, avait également publié plusieurs comptes-rendus à visée informationnelle et polémique de sa trilogie dans le domaine des études du travail, qui s’étend sur près de dix ans (Tong Genxing 2005a ; Li Jie 2005 ; Liang Meng 2007).

4 Voir le résumé que Tan Shen (2003) a fait de son étude sur les flux de travailleurs migrants.

5 Nous empruntons ici l’idée de « nouvelle sociologie économique » de Mark Granovetter.

Auteurs

Professeur et directeur du département de sociologie de l’Université de Tsinghua. Il est également membre du comité de rédaction de Critical Sociology. Ses études portent sur le travail, les mouvements sociaux et le marxisme sociologique. Depuis 2012 ses principales publications sont : Social Transformation and the New Generation of Migrant Workers, Pékin, Social Files Publishing House, 2013 ; « Worker-intellectual unity : trans-border sociological intervention in Foxconn », Current Sociology, vol. 62, no 2, 2014 ; « Unstable working : a feature of the employment of young Nongminggong », Tsinghua Sociological Review, vol. 5, 2013 ; « Actions and dilemmas : the conflicts between new generation of nongminggong to the migrant labor regime », Tsinghua Sociological Review, vol. 5, 2013 ; « The politics of residence. Positive research on the protests movements of Homeowners in B city », Opening Age, vol. 2, 2012 ; « Labor studies under the perspective of social transformation », Tsinghua Sociological Review, vol. 5, 2012.

Assistant de recherche à l’Institut de sociologie de l’Académie chinoise des sciences sociales. Ses domaines de recherche concernent la sociologie industrielle et la sociologie historique. Il a publié plusieurs articles sur les politiques du travail dans la Chine contemporaine. Sa dernière publication examine l’histoire des études sur le travail en Chine avant 1949 dans une perspective de la sociologie du savoir.

Lucie Modde (Traducteur)

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540