Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

II. Gouvernements locaux, réseaux sociaux et régulations intermédiaires

6. L’action publique locale face aux « vols » économiques : une affaire de tontines dans le bourg de Chunfeng

Zhang Xiang et Zou Chuanwei

Texte intégral

  • 1 Ce texte est une version réduite d’un article publié en 2009 dans Journal of Financial (...)
  • 2 En 2009, 1 million de yuans équivalait à environ 100 000 euros.
  • 3 Afin de protéger la vie privée des personnes impliquées, les noms des lieux et personn (...)

1La tontine de crédit (héhuì) est une association financière permettant à ses participants d’emprunter et de prêter de l’argent à tour de rôle1. À l’appel d’un tontinier (huìshǒu : tête de tontine), les participants achètent une part, se rassemblent régulièrement, et versent une partie du montant de la tontine à l’un des membres en fonction du nombre de parts qu’ils détiennent. Les membres peuvent remporter le montant de la tontine autant de fois qu’ils détiennent de parts. La tontine avec levée par enchères (biāohuì) est une association où l’ordre d’attribution des fonds se décide en fonction des intérêts que les membres souhaitent verser au moment d’effectuer une levée (tóubiāo). Les affaires concernant les tontines sont le signe de l’écroulement d’un grand nombre d’entre elles sur une période définie, ayant entraîné de nombreux litiges économiques pouvant aller jusqu’au pénal. Les petites affaires de tontines impliquent souvent des millions de yuans, tandis que les grandes affaires engagent souvent plusieurs centaines de millions de yuans2. Ce chapitre présente une étude de cas portant sur le processus d’apparition d’affaires de tontines. À travers l’analyse de la production et de la résolution de l’affaire des tontines du bourg de Chunfeng (municipalité de Wenzhou, province du Zhejiang) en 20043, nous avons essayé d’observer le rôle qu’y jouent le coût de sortie et le système d’informations, ainsi que le processus d’intensification et d’apaisement des conflits sociaux (Zhang Xiang 2008).

Contrôle des risques dans les tontines

  • 4 L’arbitrage est une opération financière destinée à assurer un gain positif ou nul d (...)

2Le contrôle du risque dans une tontine est le résultat de plusieurs mesures : au préalable, une sélection rigoureuse des membres et des tontiniers (Geertz 1962), en cas d’incident, la surveillance mutuelle pendant toute la durée de la tontine (Gugerty 2003) et l’interdiction de participer à une autre association ainsi que d’autres sanctions sociales pour le membre ayant rompu son engagement et même pour ses parents proches (Geertz 1962). Ces études concernant le mécanisme de prévention des risques dans les tontines sont liées à l’apparition de litiges, mais il existe très peu d’études portant directement sur les affaires elles-mêmes, et encore moins sur des cas concrets. Ke Rongzhu et Ye Min (2004) ont examiné le phénomène des enchères avec un montant très élevé en utilisant la théorie des jeux (xìnrèn bóyì móxíng), mais ils n’ont pas évoqué la relation entre les actions d’arbitrage4 (tàolì) et l’augmentation des intérêts, ni le problème des systèmes d’information dans les actions d’arbitrage. Qiu Jianxin (2005) a proposé l’étude d’un cas détaillé d’une affaire de tontines, mais il n’en a pas déduit une explication généralisable sur l’apparition des affaires de tontines. Zhang Xiang et Zou Chuanwei (2007) en ont fait au contraire une étude assez complète ; ils considèrent que les actions d’arbitrage de tontiniers professionnels équivalent à celles d’intermédiaire entre prêteurs et créditeurs (jīnróng cúndài zhōngjiè). Ces tontiniers attirent des dépôts dans quelques tontines, et prêtent dans d’autres pour gagner la différence d’intérêts.

3Ces tontiniers professionnels vont très peu « dire ce qui va mal » (shuō huàihuà) par crainte d’une « panique bancaire » (jǐdui). Au contraire, ils sont probablement enclins à dissimuler des informations non favorables, et c’est ce que nous avons appelé le système de dissimulation d’information. Les tontiniers professionnels peuvent attirer des membres en envoyant des signaux de consommation ostentatoire, ils peuvent aussi faire jouer leur réputation. Le vide législatif concernant les conditions de sortie d’une tontine et la façon de tenir ses engagements vis-à-vis de plusieurs personnes, sur plusieurs versements et plusieurs levées, augmente le coût de sortie des participants. Quand les intérêts dépassent un certain montant, leur choix rationnel est de « voler l’enchère » et d’organiser une nouvelle tontine. En raison de l’existence du système de dissimulation d’information, les membres manquent d’informations sur les actions d’arbitrage dans une tontine, et ont une mauvaise connaissance des risques, ce qui est la raison profonde de l’explosion des affaires de tontines. Zhang Xiang (2008) a mené une première étude sur le mécanisme d’intensification et d’apaisement des conflits sociaux sous l’angle du coût de sortie et du mécanisme d’information. Nous allons examiner dans ce texte s’il existe des actions de dissimulation d’information des membres dans les tontines avec levée par enchères, et nous allons faire une analyse préliminaire des mesures adoptées par le gouvernement local lors du règlement de ces affaires dans le bourg de Chunfeng.

Coût de sortie, dissimulation d’information et émergence des affaires de tontines

  • 5 Les associations tontinières du bourg de Chunfeng sont toutes des associations tonti (...)

4Le bourg de Chunfeng se situe dans la région montagneuse du comté C de la ville de Whenzhou. C’est un vieux bourg qui existe depuis plus de six cents ans : il compte dix-sept villages administratifs, neuf zones résidentielles, et deux bureaux de représentation (bànshìchù). La population totale est de 43 000 habitants, dont 54 % ne travaillent pas dans le secteur agricole. L’affaire du bourg de Chunfeng prend sa source au sein de tontines populaires. Parmi la population du bourg de Chunfeng existe la tradition d’organiser des associations de financement à l’occasion des noces et des funérailles. Au début des années 1990, les tontines ont servi à financer le développement de travaux de forage. Vers 2001, quelques-uns ont commencé à faire de l’arbitrage au sein des tontines, ce qui a beaucoup augmenté le nombre de ces dernières, conduisant à une forte mobilisation de capitaux et à une augmentation des intérêts. En 2003, ont commencé à apparaître des signes d’effondrement des tontines. Dans les faits, beaucoup de tontines ont été créées, les intérêts ont de plus en plus augmenté, les sommes collectées par les tontines se sont accrues, mais leur durée de vie s’est réduite. Il est même arrivé que le tontinier lui-même n’arrive plus à payer les intérêts en temps voulu. En octobre 2004, est apparu dans certaines tontines le phénomène de « payer au lieu d’être payé »5 (dào tiē biāo) : le membre qui remporte les enchères doit verser une somme aux membres restants. À l’époque, alors même que les participants continuaient à remporter les enchères, les tontiniers n’arrivaient plus à payer leur part. Certains grands tontiniers ayant lancé plusieurs tontines sont même partis se cacher dans les montagnes pour échapper aux poursuites des participants. Le 20 octobre, une partie des grands tontiniers se sont rassemblés dans un temple local pour discuter des moyens de liquider les tontines, mais aucun résultat n’en est sorti jusqu’au 22 octobre. Certains membres des tontines ont alors appelé la police, dénonçant un supposé complot des tontiniers, et ont demandé au gouvernement de prendre des mesures. L’après-midi du 22 octobre, la commission du parti et le gouvernement du comté ont placé sous contrôle plus de soixante-dix participants pour organiser la liquidation des tontines. Le gouvernement du bourg a établi un « Bureau de règlement des contentieux liés aux tontines », qui a recensé 1213 tontiniers, 3854 participants, et 5750 associations tontinières. Parmi les tontiniers, 147 avaient organisé plus de 10 tontines, et parmi eux, 3 en avaient organisé plus de 100. Celui qui avait organisé le plus de tontines en avait créé 123.

5Au cours des six mois suivants, les participants se sont rassemblés plusieurs fois devant le siège du gouvernement du bourg, demandant au gouvernement d’arrêter les tontiniers, de vendre leurs biens aux enchères, et de les rembourser. Certains ont même proposé que le gouvernement avance les sommes réclamées par les membres en lieu et place des tontiniers. Les rassemblements de protestataires pouvaient réunir plusieurs centaines de personnes, et des pétitions collectives ont été lancées. Afin de résoudre les affaires de tontines, le gouvernement de Chunfeng a adopté des mesures différentes selon les situations, obtenant de bons résultats : il n’y a eu dans l’affaire des tontines de Chunfeng aucun cas d’homicide des personnes impliquées, très courant dans ce genre d’affaires. Il n’y a pas eu non plus de cas de détention illégale, d’enlèvements, de coups et blessures, de dommages corporels ou matériels. Les mesures du gouvernement local ont donc été appropriées.

6Nous allons maintenant examiner le rôle du coût de sortie et du mécanisme de dissimulation d’information à travers l’analyse approfondie de cinq tontines organisées par Liu Xianhua. Mme Liu est l’une des rares tontiniers qui ont accepté de rembourser intégralement les participants de leur tontine. Nous l’avons rencontrée au Bureau de règlement des contentieux, où elle a accepté de s’entretenir avec nous et de nous fournir des informations importantes, comme les comptes falsifiés des tontiniers. Bien qu’elle ne soit pas une tontinière professionnelle typique, nous pouvons voir dans sa façon d’organiser les tontines l’action typique de tontiniers d’importance moyenne à grande. Le mari de Liu Xianhua est un géomancien localement célèbre ; le statut social de sa famille est donc convenable. Entre mars et juillet 2003, Liu Xianhua a organisé cinq tontines, qui ont rassemblé un grand nombre de participants. Voici la liste réelle de la première association tontinière que Liu Xianhua a organisée le 13 mars 2003 :

Tableau 1 Comptabilité établie pour une tontine

Rang

Nom et prénom

Montant de la mise

Montant de la levée

Date

Ordre d’obtention de l’enchère

Tontinier

Liu Xianhua

500

1 500

mars 2003

Participant no 1

WYZ

Participant no 2

YRH

Participant no 3

LJH

Participant no 4

QNC

Participant no 5

XLZ

Participant no 6

GHW

310

12 160

oct. 2004

19

Participant no 7

CZC

Participant no 8

QS

121

12 991

sept. 2003

4

Participant no 9

QS

198

11 550

nov. 2003

8

Participant no 10

LQ

220

12 100

avril 2004

13

Participant no 11

LQ

Participant no 12

XH

213

12 027

mars 2004

12

Participant no 13

XH

213

12 666

juin 2004

15

Participant no 14

YJ

105

13 245

mai 2003

2

Participant no 15

YJ

269

12 465

sept. 2004

18

Participant no 16

YL

145

12 440

août 2003

5

Participant no 17

YL

268

10 336

janv. 2004

10

Participant no 18

LXW

200

11 300

oct. 2003

7

Participant no 19

LXW

238

10 788

déc. 2003

9

Participant no 20

CXX

Participant no 21

CH

110

12 980

avril 2003

1

Participant no 2

CH

220

11 660

févr. 2004

11

Participant no 23

YYZ

107

13 290

juin 2003

3

Participant no 24

YYZ

243

12 369

juill. 2004

16

Participant no 25

LX

158

12 234

sept. 2003

6

Participant no 26

LX

197

12 757

mai 2004

14

Participant no 27

LH

Participant no 28

CHC

Participant no 29

QJH

230

12 820

août 2004

17

Participant no 30

CXX

Participant no 31

QXX

Participant no 32

ZKW

Participant no 33

RJW

Remarques : Cette tontine est partagée en 33 parts (tontinier non inclus). Chaque part se monte à 500 yuans. La tontine a été lancée le 13 mars 2003. Les réunions sont organisées le 13 de chaque mois à 13 h 40 rue X, no X (tél. : XXXXXXXX). Les personnes n’arrivant pas à l’heure sont considérées comme abandonnant l’enchère. Les membres doivent régler leur part entre le 13 et le 18 de chaque mois. Le participant obtenant l’enchère vient retirer le montant de la levée chez le tontinier le 19 du mois muni de son tampon. Veuillez respecter les règles afin de réussir notre association.

7Cette tontine est divisée en 33 parts, d’un montant de 500 yuans chacune. Une enchère est organisée chaque mois. Dix-neuf enchères ont été organisées avant l’effondrement de la tontine, vingt si l’on ajoute la première obtention de la tontine par le tontinier. Dans cette association, neuf participants détiennent deux parts. Ci-dessous, la situation de base des cinq tontines que Liu Xianhua a organisées :

Tableau 2 Liste de cinq tontines

Tontine

Date d’organisation

Montant d’une part

Nombre de parts

Enchères emportées

Nombre réel de membres

Tontine n° 1

13/03/2003

500

33

19

24

Tontine n° 2

13/05/2003

500

38

17

26

Tontine n° 3

13/05/2003

500

38

17

26

Tontine n° 4

13/07/2003

1 000

27

15

27

Tontine n° 5

13/07/2003

1 000

28

15

28

Total

-

-

164

83

131

8Ci-dessous, la situation au sein des cinq tontines concernant la participation des membres, l’organisation de tontines et l’obtention des enchères :

Tableau 3 La situation des participants dans les cinq tontines

Participants

Nombres de parts

Enchères remportées

Nombre de tontines organisées

Participants

Nombres de parts

Enchères remportées

Nombre de tontines organisées

Participants

Nombres de parts

Enchères remportées

Nombre de tontines organisées

1

3

0

0

21

9

5

63

41

2

2

29

2

3

0

0

22

8

7

58

42

2

2

31

3

3

0

0

23

8

7

37

43

2

1

45

4

2

0

0

24

8

6

54

44

2

0

7

5

2

0

0

25

8

6

31

45

1

1

0

6

1

0

1

26

8

6

10

46

1

1

23

7

1

0

0

27

8

5

23

47

1

1

13

8

1

0

0

28

8

4

51

48

1

0

13

9

1

0

0

29

6

5

59

49

1

0

12

10

1

0

0

30

6

4

113

50

1

0

2

11

1

0

0

31

6

3

33

51

1

0

2

12

1

0

0

32

4

3

24

52

1

0

0

13

1

0

0

33

4

2

21

53

1

0

0

14

1

0

0

34

4

2

27

54

1

0

0

15

1

0

0

35

4

1

9

55

1

0

0

16

1

0

0

36

4

1

46

56

1

0

0

17

1

0

0

37

2

2

14

18

1

0

0

38

2

2

28

19

1

0

0

39

2

2

22

20

1

0

0

40

2

2

24

9Au cours de l’entretien qu’elle nous a accordé, Liu Xianhua considérait les participants 1 à 20 comme « population extérieure » (wàiwéi qúnzhòng), désignant ainsi les membres qui « participent occasionnellement à la tontine et qui en organisent rarement ». Nous pouvons observer d’après ce tableau qu’aucun des membres 1 à 20 n’a organisé de tontine, hormis le membre 6 qui en a organisé une. Aucun de ces vingt participants n’a remporté l’enchère une seule fois. Les membres 21 à 44 ont participé à plus de deux enchères, et en ont obtenu au moins une, hormis le membre 44. Parmi les membres 45 à 56, seuls trois ont remporté l’enchère une fois. Les membres 46 et 47 ont organisé respectivement 23 et 13 tontines, ce sont donc eux qui ont organisé le plus de tontines parmi ces douze membres. La participante 45 n’a pas organisé de tontines, et elle n’a remporté une enchère que le 13 septembre 2004, soit un mois à peine avant l’effondrement de la tontine.

10Nous nous sommes aperçus que les membres qui sont aussi les tontiniers d’autres tontines remportent plus facilement les enchères avant l’effondrement de la tontine, alors que les membres qui n’ont organisé que très peu voire aucune tontine ne remportent que rarement les enchères.

  • 6 Les informations principales concernant les tontines proviennent des données enregis (...)

11Pour réduire la subjectivité du jugement de Liu Xianhua sur l’appartenance de la « population extérieure », nous avons défini deux variables à partir des actions de participation, d’obtention de l’enchère, et d’organisation de tontines par les membres. La variable expliquée est un coefficient d’obtention d’enchères. Ce coefficient est un rapport entre les enchères remportées par les membres avant l’effondrement de la tontine, et le total de celles auxquelles ils ont participé au sein de toutes les associations tontinières. La valeur se situe entre 0 et 1. Plus cette valeur est importante, plus les membres considèrent que la probabilité d’effondrement est élevée. La variable explicative correspond au nombre de tontines organisées par les membres en tant que tontiniers. Ces données proviennent du Bureau de règlement des contentieux6. Si nos calculs montrent que le vol d’enchère et la sortie des membres sont en corrélation positive avec l’action d’organiser des tontines parallèles, nous aurons alors la preuve que les membres concernés dissimulent des informations.

12Les deux variables sont décrites dans les statistiques ci-dessous :

Tableau 4 Calcul de variables en vue de déterminer la dissimulation d’information

Variable

Valeur moyenne

Erreur type

Valeur minimum

Valeur maximum

Coefficient d’obtention d’enchères

0,35

0,41

0

1

Nombre d’associations organisées

16,52

22,86

0

113

13Nous avons utilisé deux modèles de régression, l’un est linéaire, l’autre est logistique. Le résultat se trouve ci-dessous :

Régression linéaire

Régression logistique

Constante

0,1680***

– 3,3207***

(0,0546)

(0,9476)

Nombre d’enchères remportées

0,0108***

0,3294***

(0,0019)

(0,0977)

0,3649

0,7592

Valeur P

0,0000

0,0000

14Les résultats entre parenthèses représentent les erreurs types estimées par le coefficient. Le rapport de la régression logistique est un faux R². Les deux modèles de régression sont généralement évidents en dessous d’1 %. On estime que les paramètres sont évidents en dessous d’1 %. On estime également que le coefficient du nombre de tontines organisées est positif, prouvant que plus les membres organisent de tontines, plus ils ont de chance de remporter l’enchère.

15Nous observons que les grands et moyens tontiniers agissent souvent en dissimulant l’information, en raison de l’existence du coût de sortie : en proposant des prix élevés afin de remporter l’enchère en priorité (ce qu’on appelle « voler l’enchère »), ils anticipent un effondrement. En parallèle, ils organisent de nouvelles tontines. Lors du lancement de ces nouvelles associations, ils ne préviennent pas les nouveaux membres qu’ils sont en grand besoin de liquidité, mais affirment au contraire que la nouvelle tontine est sûre et qu’elle leur rapportera de superbes profits. C’est la preuve la plus solide de l’existence du mécanisme de dissimulation d’information.

Sélection d’informations et résolution des affaires de tontines

16Face aux centaines de personnes rassemblées devant le siège du gouvernement du bourg, le gouvernement se trouvait face à une question difficile mais importante : comment faire comprendre que le préjudice avait déjà eu lieu et calmer les esprits, tout en mobilisant les énergies pour recouvrer les pertes autant que possible ?

17Le 3 novembre 2004, le gouvernement du comté C a annoncé que « les tontines en chaîne » étaient illégales. En décembre, certains participants ont bloqué la route principale de la province, entraînant des peines de détention pour trouble à l’ordre public de la part du gouvernement local. Ces mesures gouvernementales montrent clairement l’attitude du gouvernement : les droits des créanciers et des débiteurs dans les tontines ne sont pas protégés par la loi, les tentatives pour faire pression sur le gouvernement par des rassemblements de masse n’aideront pas à la résolution des conflits. Cette attitude réduit en grande partie les attentes des participants, en particulier ceux qui espéraient une indemnisation du gouvernement, de façon à diminuer le coût d’abandonner la confrontation (et donc le coût de sortie de la tontine).

18Parallèlement, le gouvernement local a beaucoup travaillé pour récupérer les pertes des participants. Dans un premier temps, il a placé sous contrôle la plupart des grands tontiniers ; il a ensuite consigné toutes les affaires et identifié les dettes et les droits des créditeurs ; enfin, il a proposé plusieurs catégories de mesures pour résoudre les affaires, à savoir : « liquider les comptes et indemniser », « regrouper et contrôler », « sanctionner par la loi », « soulager et apaiser ». Ces mesures ont joué un rôle important dans la résolution des affaires de tontines.

19À travers les mesures placées sous l’appellation « liquider les comptes et indemniser » (qīngsuàn qīngcháng yī pī), le gouvernement a encouragé les créanciers et les débiteurs à trouver un accord à l’amiable : le tontinier faisait la promesse de rembourser en une seule ou plusieurs fois une partie des dettes. Une fois les deux parties mises d’accord, les sommes en jeu dans la tontine ont été incluses dans les dépôts collectés par le tontinier si elles ne dépassaient pas le seuil toléré par la loi, sinon elles ne l’étaient pas. Si le montant des dépôts atteignait le seuil de la « levée illégale de fonds », le gouvernement poursuivait le tontinier en justice. Si celui-ci était condamné et jeté en prison, les poursuites pour le recouvrement des dettes étaient suspendues. C’est ce que signifie la formule « sanctionner par la loi » (fǎlǜ zhìcái yī pī). D’un autre côté, si le montant des fonds collectés par le tontinier ne dépassait pas le seuil fixé par la loi, le gouvernement bloquait et vendait ses biens aux enchères, surveillait ses retraits et ceux de ses principaux proches, et encourageait les membres n’ayant jamais remporté d’enchère à le surveiller. C’est le sens de la formule « regrouper et contrôler » (jízhōng kòngzhì yī pī).

20De plus, le gouvernement du bourg a rappelé régulièrement que le taux d’indemnisation des affaires ne dépasserait pas 15 %, et que même si les troubles se poursuivaient pendant un ou deux ans devant le siège du gouvernement, les pertes ne seraient pas mieux compensées. Il a donc encouragé les personnes lésées à retrouver du travail par leurs propres moyens. Le bourg de Chunfeng étant une zone minière, les personnes ayant de l’expérience dans les travaux de forage peuvent gagner de 4000 à 6000 yuans par mois. En confrontant les deux alternatives, beaucoup de gens ont été convaincus d’abandonner le siège du gouvernement du bourg.

21Les mesures placées sous la rubrique « soulager et apaiser un groupe » (wèiwèn ānfǔ yī pī) regroupent les aides que le gouvernement a accordées aux participants de tontines handicapés, au chômage, ou en difficulté. Un an après l’explosion des affaires, le gouvernement local a débloqué plus de 500 000 yuans pour leur venir en aide, et 100 000 yuans en nature. Des dizaines de participants en condition de pauvreté extrême ont obtenu un revenu minimum mensuel. Ainsi la question du groupe ayant le « coût de sortie » le plus élevé a été réglée.

22Il est possible d’analyser le règlement des tontines à travers le modèle de sélection d’informations (Rothschild et Stiglitz 1976). Si la compagnie d’assurances ne peut connaître l’état de santé de l’assuré, elle ne peut que fixer les frais d’assurances selon le niveau moyen de santé. Les assurés potentiels ayant une meilleure santé que la moyenne vont quitter ce marché, conduisant l’assureur à augmenter le prix de sa police d’assurance, aboutissant finalement à la suppression de celle-ci. Joseph Stiglitz et Michael Rothschild proposent que l’assureur résolve ce problème en offrant deux types de contrats : les assurés avec un haut niveau de risque choisissent le contrat d’assurance au coût le plus élevé mais à fort taux d’indemnisation, et les assurés avec un faible niveau de risque optent pour les contrats à coût faible mais à taux d’indemnisation plus réduit. Pour le gouvernement du bourg de Chunfeng, l’important était également de différencier ces populations : les membres ayant le plus perdu et ayant tendance à entrer en conflit violent avec les tontiniers ; les membres ayant des pertes moyennes et se montrant peu vindicatifs ; les membres ayant une forte capacité à s’en sortir ; et les membres les plus faibles, ayant besoin de l’aide du gouvernement. Le problème est que ce dernier souffre d’un manque d’informations pour discerner ces différentes catégories de populations.

23Les diverses catégories de mesures proposées par le gouvernement offraient finalement différents contrats que pouvaient choisir les créanciers : ou bien ils trouvaient un règlement à l’amiable et répartissaient les pertes ; ou bien les tontiniers allaient en prison mais le règlement des dettes était alors repoussé ; ou encore ils plaçaient le tontinier sous surveillance afin de récupérer une partie des dettes. L’essentiel était donc de centrer l’attention des créanciers sur la récupération des pertes. Les membres ayant de bonnes relations avec les tontiniers ont souvent choisi de régler les affaires à l’amiable. Ceux dont la relation avec les participants était passable ont souvent échoué à trouver un accord, et les tontiniers ayant accumulé moins de dettes ont été placés sous la surveillance des membres. Les tontiniers ayant accumulé des dettes importantes ont souvent été violement pourchassés par les membres et condamnés à la prison. Le gouvernement du bourg a encouragé les personnes capables de s’en sortir par elles-mêmes à partir travailler en publiant le taux réel d’indemnisation. Les participants aux tontines qui ont continué à faire le siège du gouvernement étaient souvent ceux dont les capacités à s’en sortir étaient plutôt faibles et qui avaient le plus besoin d’aide gouvernementale.

24Au cours du processus de règlement des affaires de tontines de Chunfeng, le gouvernement a donc utilisé consciemment ou inconsciemment le mécanisme de sélection d’informations proche du marché d’assurance, baissant le coût des informations relatives à la catégorisation des groupes rassemblés pour protester, ce qui fut à la base de la résolution fluide des affaires de tontines.

25Cette contribution a montré l’existence de dissimulation d’information chez les membres des tontines, à travers l’analyse de la participation, de l’obtention d’enchères et de l’organisation des tontines. Nous nous sommes aperçus que le nombre de tontines organisées par les membres était en corrélation positive avec leurs actions de vol d’enchère. Cela prouve que certains membres ont volé l’enchère dans leur propre tontine afin de contourner le risque d’effondrement, et organisaient de nombreuses tontines parallèles afin de réduire leur pression financière. Leurs actions de dissimulation d’information ont retardé l’explosion des affaires, mais en ont augmenté l’importance. Nous avons également analysé les mesures adoptées par le gouvernement local lors du règlement des affaires de tontines à travers l’angle de la sélection d’informations. Nous avons découvert que le gouvernement local a réussi à catégoriser les participants et réduire leur coût respectif de sortie en adoptant des mesures particulières. C’était la clé de la résolution fluide des affaires de tontines du bourg de Chunfeng.

Bibliographie

Geertz Clifford, 1962, « The rotating credit association : a “middle rung” in development », Economic Development and Cultural Change, vol. 10, no 3, p. 241-263.

Gugerty Mary Kay, 2000, « You can’t save alone : testing theories of rotating savings and credit associations », mimeo, Boston, Havard University.

Ke Rongzhu et Ye Min, 2004, « Biaohui he lunhui de lilü jueding – jian lun lilü shichang gaige » [La détermination du taux de tontines avec levées par enchères. La réforme du marché des taux], Imprimé de la conférence du Centre de recherche sur l’économie privée Unirule de l’Université du Zhejiang.

Qiu Jianxin, 2005, Xinren wenhua de duanlie : dui chongchuan zhen minjian « biaohui » de yanjiu [Rupture de la culture de confiance : recherche sur les « tontines » populaires du bourg de Chongchuan], Pékin, Social Sciences Academic Press.

Rothschild Michael et Stiglitz Joseph, 1976, « Equilibrium in competitive insurance markets : an essay on the economics of imperfect information », The Quarterly Journal of Economics, vol. 90, no 4, p. 630-649.

Zhang Xiang, 2008, « Tuichu chengben, xinxi he chongtu – yi yi biaohui hui’an de fasheng he jiejue weili » [Le coût de sortie, l’information et les conflits. Un exemple d’apparition et de résolution d’une affaire de tontines], Sociological Studies, no 1.

Zhang Xiang et Zou Chuanwei, 2007, « Biaohui huian de fasheng jizhi » [Processus d’apparition des affaires de tontines], Journal of Financial Research, no 11.

Notes

1 Ce texte est une version réduite d’un article publié en 2009 dans Journal of Financial Research, no 12.

2 En 2009, 1 million de yuans équivalait à environ 100 000 euros.

3 Afin de protéger la vie privée des personnes impliquées, les noms des lieux et personnes ont été modifiés.

4 L’arbitrage est une opération financière destinée à assurer un gain positif ou nul de manière certaine en profitant d’écarts temporaires de prix constatés entre différents titres ou contrats (source : Wikipédia).

5 Les associations tontinières du bourg de Chunfeng sont toutes des associations tontinières « avec réduction » (zhékòu biāohuì), le montant de l’enchère peut être calculé avec cette formule : montant de l’enchère = montant d’une part × nombre de membres ayant déjà remporté l’enchère + (montant d’une part – prix fixé) × nombre de membres n’ayant jamais remporté d’enchère. Le personnel du Bureau de règlement des différends affirment que le coût le plus élevé d’une part de 1000 yuans était fixé à 1060 yuans, signifiant que le membre ayant remporté l’enchère doit rembourser 60 yuans aux membres restants.

6 Les informations principales concernant les tontines proviennent des données enregistrées par le Bureau de règlement des différends. Ces informations sont issues des feuilles de compte vérifiées par les créanciers et les débiteurs.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540