Version classiqueVersion mobile

L’hébreu dans le livre lyonnais au xvie siècle

 | 
Lyse Schwarzfuchs

L’hébraïsme chrétien à Lyon au xvie siècle

Texte intégral

  • 1 L. Schwarzfuchs, Le livre hébreu à Paris au xvie siècle : inventaire chronologique, Paris, Biblioth (...)

1Lors des recherches qui devaient aboutir à mon ouvrage Le livre hébreu à Paris au xvie siècle1, je perçus toute l’importance que tenait l’édition lyonnaise dans la diffusion des études hébraïques au xvie siècle. C’est ainsi que je fus amenée à préparer un nouvel inventaire, consacré cette fois-ci à L’hébreu dans le livre lyonnais au xvie siècle.

  • 2 Moses Marx (1884-1973) a déposé son manuscrit au Hebrew Union College de Cincinnati, où il était bi (...)
  • 3 Mon inventaire en comporte 200, celui de Marx une trentaine.
  • 4 H. et J. Baudrier, Bibliographie lyonnaise, recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et f (...)
  • 5 S. von Gültlingen, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, Baden-Baden et Boux (...)

2La préparation d’un tel inventaire m’a de nouveau été facilitée par l’apport du manuscrit de Moses Marx, History and Annals of Hebrew Printing in the Fifteenth and Sixteenth Centuries2, dont un microfilm se trouve déposé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Jérusalem. Très utile, ce manuscrit s’est cependant révélé très insuffisant étant donné le nombre des nouveaux textes et des éditions recensés ici3. Les grands répertoires de Baudrier4 et de Gültlingen5, ainsi que plusieurs catalogues du xvie siècle de différentes bibliothèques, mentionnent rarement la présence de l’hébreu, s’il existe dans un livre, ce qui ne facilite pas la tâche.

3Il a donc fallu progresser pas à pas, selon le sujet du livre, le nom de l’imprimeur, ou les éditions semblables à celles déjà repérées à Paris et dans lesquelles j’avais déjà pu découvrir de l’hébreu. Des recherches sur internet m’ont souvent fourni des indices précieux. Une telle enquête étant presque sans fin, je ne prétends pas que mon inventaire soit exhaustif. J’espère cependant qu’il pourra donner une image assez précise de l’importance relative de l’impression hébraïque à Lyon au xvie siècle.

  • 6 Dans les commentaires des Psaumes, par exemple.

4Cet ouvrage se présente sur le même modèle que celui consacré à Paris. Je me suis efforcée de noter les renseignements essentiels contenus dans les ouvrages relatifs aux imprimeurs, dédicataires, et à leur présence à Lyon ou en France. La foliotation n’est indiquée que dans le cas d’une « disposition hébraïque », c’est-à-dire de droite à gauche. Les notices seront sous l’entrée « Bible… » dans le cas où un texte entier ou un extrait en est cité6.

  • 7 La collaboration de Gérard Morisse, vice-président de la Société des bibliophiles de Guyenne, et re (...)

5Le recours aux ressources internet7 a permis la découverte de très nombreuses localisations aussi bien en France qu’en Europe et dans le monde entier. Elles permettent d’une certaine manière de suivre la diffusion des ouvrages recensés.

Les débuts de l’imprimerie hébraïque en Europe

  • 8 L’expression est employée par A. Lorian dans son article « L’imprimerie hébraïque 1470- 1550 : atel (...)
  • 9 Ce sujet a été développé dans Le livre hébreu… p. 17-19.

6L’impression hébraïque a fait ses débuts dans le dernier quart du xve siècle, avant tout en Italie : la première impression de Reggio de Calabre date en effet de 1475. À Rome il semble que l’impression hébraïque ait commencé un peu plus tôt. Elle apparaît ensuite en Espagne, au Portugal et à la fin du siècle à Constantinople. Il s’agissait alors uniquement d’ateliers juifs8 qui utilisaient déjà des caractères mobiles9. Dans les pays germaniques, notamment en Alsace (qui à cette époque ne faisait pas partie de la France), l’imprimerie hébraïque n’a débuté qu’au tout début du xvie siècle.

L’hébreu sans juifs : l’imprimerie hébraïque en France

7La présence séculaire des juifs dans la France médiévale avait pris fin sous le règne de Charles VI avec leur expulsion définitive en 1394. Ils restèrent jusqu’en 1501 en Provence et furent constamment tolérés en Avignon et dans le Comtat, états appartenant au pape.

  • 10 À La Rochelle entre 1590 et 1597 furent publiés en tout quatre ouvrages, tous de Pierre Martini, im (...)

8Les juifs expulsés, il ne pouvait exister que des ateliers chrétiens. Ils se multiplient très vite au xvie siècle, mais uniquement à Paris, Lyon, et à la fin du siècle à La Rochelle10.

9La connaissance de l’hébreu était un instrument indispensable à la recherche de l’Hebraica veritas. Il fallait pouvoir accéder aux textes hébraïques et pour cela livres et enseignement étaient indispensables afin de fournir des arguments aux différents commentateurs chrétiens de la Bible et aux polémistes qui entouraient la Réforme. En effet le retour aux études classiques qui marqua la Renaissance s’étendit non seulement au latin et au grec, mais également à la langue de la Bible. Des « collèges trilingues » s’ouvrirent notamment en France, avec le Collège royal à Paris, et aux Pays-Bas, avec le Collège trilingue à Louvain. À Lyon, l’Italien Sante Pagnini en collaboration avec les imprimeurs Antoine Du Ry et surtout Sébastien Gryphe a grandement contribué à la création des instruments nécessaires à ces études en France.

Lyon, première ville de France où l’on trouve des caractères hébreux11

  • 11 Lyon aurait aussi été – avec Bordeaux et Arles – un des « ports » d’accostage d’un bateau de captif (...)
  • 12 Imprimé par Jacques Heremberck et Michel Topié.
  • 13 Les numéros entre parenthèses renvoient à ceux de l’inventaire.
  • 14 Imprimé par Conrad Feyner et Erhard Reuwich. Reuwich, artiste originaire d’Utrecht, avait accompagn (...)
  • 15 Opus epistolarum diui Hieronymi, … una cum scholiis Des. Erasmi, Bâle, Johann Froben, 1524-1526.

10Au début, nous trouvons avant tout des caractères gravés sur bois et non des caractères mobiles. Dès 1488, apparaît dans un ouvrage de Bernhard de Breydenbach12, Des sainctes peregrinations de Iherusalem (1)13, un alphabet hébreu figuré sur deux planches de bois, copiant le même alphabet représenté sur un seul bois dans l’édition de Mayence de 148614. C’est la planche même de Mayence qui est réutilisée en 1488-1489 dans la seconde édition lyonnaise de Breydenbach (2, voir illustration 3 page 50). Puis à partir de 1507 apparaissent des caractères hébreux gravés sur une représentation de saint Jérôme. Chose extraordinaire, l’Opus epistolarum de saint Jérôme (8), trois tomes en un volume, imprimé en 1525-1526 par Jacques Mareschal, contient beaucoup de mots hébreux, chacun étant gravé sur bois. Il suit l’édition que Johann Froben venait de publier à Bâle15, dans un atelier qui possédait des caractères mobiles hébreux depuis 1516. Dans les Colloquia d’Érasme publiés en 1527 chez Laurent Hyllaire et Jacques Moderne, deux versets bibliques ont été gravés sur bois. Ces mêmes versets gravés sur bois se retrouvent chez Thibaud Payen en 1534, successeur de Hyllaire. L’usage de caractères gravés s’étant prolongé pendant une durée relativement longue, on peut penser que les caractères mobiles étaient rares à Lyon dans le premier quart du siècle.

11Les premiers caractères mobiles se rencontrent chez l’imprimeur Antoine Du Ry en 1526, dans une grammaire hébraïque en latin de Pagnini, et un peu plus tard, vers 1528, chez Sébastien Gryphe.

1526-1550 : l’âge d’or de l’imprimerie hébraïque à Lyon

Sante Pagnini16 et Antoine Du Ry (1526-1536)17

  • 16 Sur Pagnini, voir T. M. Centi, « L’attività letteraria di Santi Pagnini (1470-1536) nell campo dell (...)
  • 17 Contrairement au plan que j’ai adopté pour Le livre hébreu… je n’ai pas pu dissocier les imprimeurs (...)
  • 18 E. Kammerer, « Deux témoignages sur Sante Pagnini, de Lucques : les éloges de Bartholomeus Ruffus e (...)
  • 19 G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France : le collège de la Trinité au xvie siècle à Lyon, (...)
  • 20 Sur la vie de François de Clermont-Lodève (1480-1541), cardinal depuis 1507, nommé légat du pape en (...)
  • 21 Léon X, décédé à Rome en 1521, date à laquelle Pagnini avait achevé ce travail (la traduction de l’ (...)

12S’appelant de son vrai nom Antonio Pagnini, Sante Pagnini naquit à Lucques en 1470, et entra dans l’ordre des Dominicains en 1486, sous l’influence de Jérôme Savonarole. Il fut l’élève d’un juif espagnol converti, Clemens Abraham, qui enseignait au couvent Saint-Marc à Florence. Il fut prédicateur apostolique et enseigna le grec et l’hébreu à Rome, puis en Avignon18 et également à Lyon19. Il avait déjà publié en 1523, à Rome, un abrégé des explications du vocabulaire employé dans les textes hébreux bibliques et midrashiques – c’est-à-dire comprenant un ensemble d’explications homélitiques et exégétiques – : Enchiridion expositionis uocabulorum Haruch, Tharghum, Midrascim, Berescith, Scemoth, Vaicra, Midbar Rabba, et multorum aliorum librorum. Cet ouvrage était dédié au cardinal de Clermont-Lodève20. Protégé du pape Léon X, Pagnini espérait pouvoir publier ensemble le texte hébreu et sa traduction latine de la Bible21, à laquelle il a travaillé durant vingt-cinq ans, avec l’aide de son maître Clemens Abraham. Il avait aussi composé d’autres ouvrages pour lesquels il ne trouvait pas d’éditeur en Italie et c’est pourquoi il s’expatria, en 1523, pour suivre son mécène, le cardinal François de Clermont-Lodève, légat du pape en Avignon. N’y trouvant ni imprimeurs, ni moyens financiers suffisants, il part pour Lyon où il arrive au début de 1526. Là il espérait pouvoir compter sur la riche communauté florentino-lucquoise.

  • 22 Moïse Qimhi (vers 1120 - 1190) : commentateur et grammairien juif, originaire d’Espagne, il a vécu (...)
  • 23 David Qimhi (1160-1235 ?) : frère cadet et élève de Moïse, connu par son acronyme Radaq, il est un (...)
  • 24 Ils étaient restés chez les dominicains de Lyon, où Pagnini demeurait, et se trouvent à présent – p (...)
  • 25 Sur son séjour en France, voir plus loin.
  • 26 Voir n° 9, f. [A1v˚].
  • 27 T. M. Centi, « L’attività letteraria di Santi Pagnini… », op. cit., p. 48-49. Ce texte a été perdu.
  • 28 Renseignements donnés par William Kemp.

Sa première publication lyonnaise fut celle de Habes hoc in libro… Hebraicas institutiones… (9), imprimée aux frais du cardinal par Antoine Du Ry, comme nous le précise son colophon : Expliciunt quatuor libri institutionum Hebraicarum, impressi Lugduni per Antonium Du Ry impensis reuerendissimi domini Francisci de Claromonte episcopi cardinalis auxita. legati Auinionensi anno M. D. XX. VI. die I. mensis Octobris. C’est la première grammaire hébraïque en latin importante publiée en France. Celles de François Tissard publiée à Paris par Gilles de Gourmont en 1508 et de Moïse Qimhi22 Liber uiarum, éditée par Agostino Giustiniani vers 1520, étaient assez rudimentaires. La sienne, qui était fondée en grande partie sur leImage 100000000000002E0000001CC689C2C92C0F5311.jpg(Mikhlol) de David Qimhi23, était également inspirée – sans les mentionner – des Rudimenta de Johannes Reuchlin. Un exemplaire de cet ouvrage de Reuchlin annoté en hébreu de la main de Pagnini se trouve encore à la bibliothèque municipale de Lyon (Rés. 105462), ainsi que bien d’autres Hebraica, fort rares, qui faisaient partie de sa bibliothèque et qu’il avait emportés avec lui de Rome24. Pagnini dédicace son livre à Federico Fregosio, archevêque de Salerne25. Il lui offre cette grammaire – qu’il a réécrite (quas olim elucubraui) – pour pallier le fait que ce dernier n’avait pas de précepteur pour l’hébreu (quod idoneo carebas præceptore)26. La disposition de l’ouvrage est hébraïque et les caractères, de type séfarade, ne se retrouvent plus dans aucune autre publication, ni lyonnaise ni française – peut-être ont-ils été importés d’Italie pour cette seule publication ? L’iconographie est intéressante. Au recto du folio a2, une gravure sur bois représente Pagnini de face entouré de ses élèves. Les lettres ornées, notamment le O et le Q (un singe à tête humaine, au nez busqué, et au sexe circoncis en érection), nous dévoilent les sentiments antijuifs de Pagnini, qui a sûrement été impliqué dans le travail d’impression de ce texte. N’était-il pas l’auteur d’un Libellus contra Iehudæos27 et le pape Clément VII ne l’a-t-il pas appelé à Rome pour y prêcher et convaincre les chrétiens de la perfidie des juifs ? Cet alphabet ne se retrouve plus dans d’autres publications de Du Ry, mais il apparaît à la même époque chez Pierre de Vingle et Jacques Myt28.

  • 29 Dates de leur collaboration. Gryphe continuera jusqu’en 1556 à imprimer avec de l’hébreu.

13Sante Pagnini chez Sébastien Gryphe (1528-1536 ?)29

  • 30 F. Geldner, Die Deutschen Inkunabeldrucker, Stuttgart, Hiersemann, 1968, p. 224-225.

14Pagnini est arrivé à Lyon en 1526 et Sébastien Gryphe quelques années auparavant (la date exacte de son installation reste incertaine, mais ses premières publications datées sont de 1523). Le premier avait déjà 56 ans, le second à peine 30. Ce dernier était né à Reutlingen en Allemagne sous le nom de Greyff. Il était le fils de l’imprimeur Michael Greyff30, et c’est vraisemblablement chez son père qu’il a appris le métier. Il a séjourné à Venise où il a dû se perfectionner dans l’art de l’imprimerie et est peut-être passé par Bâle où il s’est procuré des caractères hébreux ne demandant pas mieux que de les utiliser. La rencontre Pagnini-Gryphe a donc été un événement décisif pour l’impression hébraïque à Lyon.

15Sur les quarante-deux ouvrages comportant de l’hébreu imprimés par Gryphe entre 1528 et 1554, les plus importants sont ceux qui résultent de sa collaboration avec Pagnini.

  • 31 Cette édition a été reprise à Paris par les Estienne en 1546 et 1556. Voir Le livre hébreu… nos 185 (...)
  • 32 Je remercie mon amie Marie-Josèphe Beaud-Gambier, qui s’est donné la peine de traduire ce texte dif (...)

Vers 1528 il imprime en premier lieu une méthode de lecture destinée à la jeunesse studieuse (Studiosis iuuenibus) (15). Puis la même année des Precationes (13) et un abrégé des Hebraicas institutiones publiées deux ans auparavant chez Du Ry. Les Precationes sont un recueil de prières tirées de différents textes bibliques, dans les trois langues : le texte hébreu et sa traduction latine par Pagnini, et la Septante dans une traduction anonyme. Gryphe s’adresse à nouveau aux jeunes étudiants (Studiosæ iuuentuti salutem) et souhaite que ce recueil contribue à leur érudition et à leur piété. L’abrégéImage 10000000000000280000001A9FB9218FD98EE610.jpgInstitutionum Hebraicarum abbreuiatio (17), un volume in-octavo de 304 pages au lieu de l’in-quarto de 438 pages de la première édition chez Du Ry, est édité par Thomas Sertini31. Cette fois-ci c’est l’éditeur, originaire de Florence et élève de Pagnini, qui s’adresse à tous les lecteurs studieux, même aux débutants (omnibus Hebraicæ linguæ studiosis). Au titre, une incitation à l’étude de l’hébreu et un éloge de l’ouvrage en trois langues (hébreu, latin et grec) sont à attribuer auImage 100000000000002200000014732035DEF9AD1F17.jpg(propriétaire), dans ce cas Pagnini, l’auteur. En hébreu :Image 10000000000001BA000000209CEBAE0AB3E012C6.jpg(C’est pourquoi écoute-moi donc, prends ce livre dans lequel se trouvent le langage du vrai Dieu et toute la grammaire) ; en grec32 : « Ce que les tablettes des Hébreux donnèrent auparavant çà et là, d’un seul reflux, je le transmets très facilement. » L’explicit Expliciunt… (quod Hebræo uocabuloImage 100000000000002600000016C0EF814DD9F05306.jpgappellari libuit), suivi du colophon et de deux versets en hébreu « Louange à Dieu, Amen, dira chaque homme à tout jamais », permet de supposer que Gryphe savait l’hébreu.

  • 33 Avec des citations en grec et en hébreu.
  • 34 Ibn Ezra (1089 Tudèle - 1164) : auteur d’un commentaire de la Bible.
  • 35 Rashi (1040 Troyes - 1105 Troyes ?) : s’appelant de son vrai nom Salomon ben Isaac, il fut le plus (...)
  • 36 Traduction faite par Anne Bouscharain. Qu’elle en soit vivement remerciée ici. Voir le texte origin (...)

En 1529 paraît l’œuvre majeure de Pagnini et par conséquent aussi celle de Gryphe. C’est le Thesaurus linguæ sanctæ appeléImage 100000000000002D00000018EA4F340043066CE3.jpgqui se prononce « Otzar » et signifie « trésor », un volume in-folio de 1412 pages imprimées sur deux colonnes (21). Ce dictionnaire hébreu-latin est fondé sur leImage 10000000000000620000001823C31565A83A5307.jpg(Livre des racines) de David Qimhi. Pagnini s’adresse de nouveau à Federico Fregosio33 ; après lui avoir expliqué la méthode qu’il a employée (ordre alphabétique, classement par racines, avec les différents temps pour les verbes, citations de versets, de chapitres), il donne aussi ses sources, entre autres : saint Jérôme, David Qimhi, Abraham ibn Ezra34, Rashi35. Il lui rappelle qu’il lui avait déjà dédié les Hebraicas institutiones, la traduction des deux Testaments ; voici à présent un Lexicon avec une quantité de mots telle qu’on n’en a jamais vu aux siècles précédents, les juifs pouvant en être jaloux : encore une fois, il se compare ainsi aux juifs et s’estime supérieur. Il remercie Fregosio de ses largesses, également financières semble-t-il, déclare que ce livre lui doit beaucoup, c’est un Trésor, car il est plus précieux que l’or et les pierres précieuses. C’est aussi un trésor de la typographie hébraïque, avec un superbe alphabet en lettres ornées. À la suite de cette épître Pagnini publie son autobiographie en vers latins, dont voici la traduction36 :

  • 37 En grec dans le texte.

Lucques est ma patrie, ses murs élevés la font resplendir,
Lucques est entourée de tours guerrières,
Des monuments resplendissent, dans Lucques, comme diverses merveilles,
Ma plume ne suffirait pas à les décrire.
Paulinus est mon père, ma mère est fille de Lucques,
C’est elle, la digne Margaris, qui m’a donné le jour.
J’ai choisi l’ordre saint, choisi ses soutanes,
Et surtout j’ai choisi la vie claustrale.
Une chandelle allumée toute la nuit, c’est avec une ardeur tenace
Que j’ai étudié les lettres grecques, ma page en est remplie ;
C’est ici que j’ai étudié des sources variées dans la langue des Grecs.
J’ai enseigné, écrit, et restitué beaucoup du savoir appris,
Pendant diverses années, Rome écouta mes leçons publiques ;
Quant aux sources hébraïques et aux textes grecs,
Je les ai enseignés à diverses personnes. Si le sort d’un pouce exigeant, file
Gravement ma destinée, je les restituerai,
J’ai écrit et j’écrirai ; les clairs dogmes des savants
En langue hébraïque sont là, parés de la lyre,
Ils sont venus sous ma conduite jusqu’à la belle lumière, ces leçons
Que tu peux désormais lire assidûment de ta bouche,
Et divers discours viendront encore, si le Christ de l’Olympe,
Créateur des astres, m’en donne le temps.
« J’ai déjà la tête grise et les articulations roidies
C’est le déclin vers le soir de ma douloureuse vie »37
Je vous chante donc, mes frères, vous qui portez
Sur votre corps la parure d’un noir habit,
Vous qui, de vos prières incessantes, apaisez chaque jour
L’Olympe, vous qui offrez l’encens sabéen au ciel
Rempli d’astres ; en mon nom, je vous en supplie, présentez
Au dieu bienveillant des prières et, par des flammes ardentes, implorez-le.

16En 1530, les Psaumes en hébreu paraissent pour la première fois en France dans deux Psalterium, l’un quadruplex (22), l’autre sextuplex (23).

17Six ouvrages importants ont donc été publiés en l’espace de deux ans (1528-1530), mais la carrière de Gryphe et de Pagnini ne s’arrête pas là.

Image 100000000000029D0000013A047642D7AC670F39.jpg

1. Pièce de vers de Pagnini (Notice 21, traduction page précédente)

  • 38 Voir M. Engammare, « Sante Pagnini, traducteur Ad litteram et exégète Secundum Allegoriam de l’Écri (...)
  • 39 À Paris, pour cette concordance, Robert Ier Estienne utilise déjà des caractères hébreux dès 1527-1 (...)
  • 40 Santis Pagnini Isagogæ ad sacras literas, liber unicus. Eiusdem Isagogæ ad mysticos sacræ scripturæ (...)
  • 41 M. Engammare, « Sante Pagnini… », op. cit. Dans son Thesaurus, Pagnini a aussi constamment mêlé gra (...)
  • 42 N. Zemon Davis, « Poor, relief, humanism, and heresy : the case of Lyon », Studies in Medieval and (...)
  • 43 E. Kammerer, « Deux témoignages sur Sante Pagnini… », op. cit., p. 646.

18Celle de Pagnini, hébraïsant, se prolonge jusqu’à sa mort en 1536. La Bible latine dont il avait commencé la traduction à Rome paraît chez Antoine Du Ry, en 1528. Contrairement à saint Jérôme il fait une traduction Ad litteram38 en conservant les hébraïsmes. Il est marquant qu’on n’y trouve aucun caractère hébreu, ni accompagnant le Psaume 118, ni même avec la Hebræa, Chaldæa, Græca et Latina nomina… interpretatio, concordance des mots hébreux, chaldéens, grecs et latins qui accompagne l’édition de la Vulgate39. Les caractères hébreux utilisés par Du Ry en 1526 auraient-ils été récupérés par leur propriétaire ? En 1536, François Juste imprime son dernier ouvrage40, lequel ne contient pas non plus le moindre caractère hébreu. Cet ouvrage nous révèle que Pagnini n’était pas seulement un philologue, mais également un exégète41. Dans la lettre que Symphorien Champier adresse au cardinal François de Tournon, en tête de l’ouvrage, il énumère tous les écrits – non publiés – de Pagnini et insiste sur son caractère charitable : n’avait-il pas fondé en 1531, avec Jean de Vauzelles, l’Aumône générale à Lyon42 sur l’initiative de Thomas Gadagne ? Champier a probablement collaboré à cet ouvrage, car il termine cette lettre ainsi : « Nous t’adressons donc, très sage prélat, les réflexions mêlées de Sante Pagnini, homme très pieux, et de Symphorien Champier… »43 Pagnini meurt avant la parution et c’est peut-être la raison de l’intervention de Champier.

19Gryphe, quant à lui, continue à imprimer avec de l’hébreu à Lyon, jusqu’en 1556. S’il ne donne plus rien de Pagnini, les éditions de Calepino et de Steuco doivent retenir notre attention.

Les autres auteurs de cette période

  • 44 A. Labarre, Bibliographie du Dictionarium d’Ambrogio Calepino : 1502-1779, Baden-Baden, V. Koerner (...)

20Ambrogio Calepino44 (Bergame 1440 - Bergame 1510)

  • 45 T. M. Centi, « L’attività letteraria di Santi Pagnini… », op. cit., p. 30 et note 96.

21Son dictionnaire latin-italien, publié pour la première fois à Reggio Emilia, a été réédité et augmenté de plusieurs langues au cours du xvie siècle. Gryphe l’a publié de 1533 à 1540 sous le titre de Lexicon, puis dès 1544 sous le titre de Dictionarium. La première édition lyonnaise imprimée par Gryphe en 1533 (29) contient des termes hébreux, lorsque la racine du terme latin est hébraïque. Elle fait suite à quarante-six éditions antérieures qui, elles, ne contenaient pas d’hébreu. Calepino est mort depuis fort longtemps et le nom de l’éditeur scientifique n’est pas mentionné. Dans les éditions suivantes, soixante-dix en tout, Gryphe ne réutilise plus d’hébreu et il n’y en aura plus dans les éditions de Calepino, ni à Lyon, ni ailleurs, jusqu’en 1570. À cette date il réapparaît à Lyon (128) dans une édition partagée entre plusieurs libraires sous le titre de Dictionarium. Dans la préface de l’imprimeur au lecteur, il est mentionné que l’hébreu a été introduit par Corneille Bonaventure Bertram. Étant né en 1531, il ne pouvait être responsable de l’hébreu chez Gryphe en 1533 ! Pagnini, qui n’avait pas grande estime pour Calepino qui ignorait l’hébreu45, aurait-il été impliqué dans ce travail ? Son décès en 1536 pourrait expliquer que les éditions suivantes chez Gryphe aient été composées sans hébreu.

  • 46 Gubbio faisait partie du diocèse de Salerne dont Fregosio était l’archevêque. C’est peut-être lui q (...)

22Agostino Steuco (Gubbio46 1497 - Rome 1548)

  • 47 Très riche en ouvrages hébraïques. Voir G. Tamani, « La bibliothèque hébraïque du cardinal Domenico (...)
  • 48 Son commentaire de la Bible a été utilisé – entre autres – par Olivetan. Voir M. Engammare, « Olive (...)
  • 49 À part un seul ouvrage imprimé auparavant à Venise : Recognitio ueteris Testamenti ad Hebraicam uer (...)
  • 50 Le cardinal avait fait la connaissance de Steuco, qui lui avait été présenté par le cardinal Griman (...)

23Évêque de Kisamos en Crète, il fut directeur de la bibliothèque du cardinal Domenico Grimani à Venise47 et, en fin de carrière, bibliothécaire au Vatican. Contrairement à Pagnini qui ne savait pas l’arabe, il était arabisant et hébraïsant48. Il plaida pour une réconciliation ou du moins pour une coexistence harmonieuse des grandes religions. Presque tous les ouvrages de Steuco49 ont été imprimés par Gryphe entre 1531 et 1548 : parmi eux, cinq comportent de l’hébreu entre 1531 et 1548. De même que Pagnini, Steuco soumettait des textes prêts à l’impression. Pour le dernier ouvrage, Enarrationum in Psalmos, pars prima (66) paru en 1548, Gryphe, dans son épître dédicatoire au cardinal Jean Du Bellay50, exprime son regret d’avoir tant tardé à réaliser cette publication, bien que l’auteur l’ait pressé de terminer. Cet ouvrage n’a pas connu de pars secunda.

  • 51 Ces publications suivent toutes des éditions frobeniennes de Bâle. Cela établit incontestablement l (...)
  • 52 L’Adagiorum opus est imprimé sept fois à Lyon par Gryphe et ses héritiers.
  • 53 L’attribution de Baudrier, suivie par Gültlingen, à Gryphe pour l’édition de 1550 est erronée. Voir (...)

24Outre Pagnini, Calepino et Steuco, Gryphe imprime beaucoup d’ouvrages contenant quelques phrases d’hébreu, surtout des ouvrages d’Érasme51 tels les Adagia52 et les Colloquia. Ceux-ci ont été imprimés à Lyon dix-sept fois entre 1527 et 1562, dont dix fois par Gryphe entre 1529 et 154553 avec chaque fois deux versets en hébreu tirés de la Bible, dans les Convivium religiosum. Quelques mots se trouvent dans trois éditions des Proverbia Salomonis, et un alphabet dans les éditions des commentaires aux Psaumes de Jan Van Campen.

  • 54 Biblia. Voir Le livre hébreu… n° 111.

25En 1550, Gryphe imprime une superbe Bible in-folio (70) en deux volumes. Elle ne présente aucune originalité quant à l’hébreu : un alphabet avec le Psaume 118, comme il est de coutume, et les Interpretationes Hebraicorum nominum qui suivent entièrement celles de la Bible latine de 1540 de Robert Ier Estienne54.

  • 55 Baudrier VIII, p. 23, cite A. Du Verdier, La prosopographie ou description des personnes insignes, (...)

26Pour Gryphe, comme pour Pagnini, Lyon devient une seconde patrie. Il y fut naturalisé. Humaniste distingué, il devait savoir l’hébreu, bien que, contrairement à Robert Ier Estienne, il ne l’ait jamais utilisé dans ses préfaces et dédicaces. Il meurt en 1556, à Lyon. Parmi les éloges écrits après sa mort, je retiendrai celui d’Antoine Du Verdier55 qui concerne notre étude : « Sebastien Gryphius, natif de Reuthlingen en Sueve [Souabe] près d’Auguste [Augsbourg] a restauré à Lyon l’art de l’imprimerie […] l’a restitué en son entier & décoré de neufs et forts beaux caractères aux trois langues hebraïque, greque & latine esquelles il estoit grandement versé… » Suit l’épitaphe de Conrad Gesner :

  • 56 Le sens du dernier vers est mystérieux : « mort en rivalité avec Cicéron ».

Sebastianus Gryphius
Germanus ac typographus
Tri linguis et uir optimus
Climace Tulli mortuus56

27Bien qu’ils n’aient pas eu un rôle comparable à celui de Gryphe, il serait injuste de passer sous silence certains autres imprimeurs de cette période glorieuse de l’imprimerie hébraïque à Lyon : Guillaume Boulle, Jean Crespin, François et Jean II Frellon, Jacques et Jean Senneton. Tous ont publié des Bibles, ou parties de Bible, contenant des caractères hébreux.

Les dédicataires57

  • 57 Je ne cite que les dédicataires des éditions lyonnaises, et non pas ceux des éditions reprises par (...)

28Jean Du Bellay (1492/1498 - 1560)

29Cardinal, archevêque de Paris, homme d’Église, homme d’armée et diplomate, il fut notamment chargé des affaires de France auprès du pape Paul III, qui le fit cardinal en 1535. Ses services auprès de François Ier lui valurent en 1541 l’évêché de Limoges et l’archevêché de Bordeaux, et en 1546 l’évêché du Mans. Toutes ces faveurs lui permirent de protéger les lettres. Après la mort de François Ier il se retira à Rome où il mourut. Gryphe lui a dédié le dernier ouvrage de Steuco, qu’il a imprimé en 1548 (66).

30Federico Fregosio (vers 1480 Gênes - 1541 Gubbio)

  • 58 L. Chomton, Histoire de l’église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon, Jobard, 1900, p. 253-259.

31Il fut nommé archevêque de Salerne par le pape Jules II en 1507. Partisan de François Ier, il prit part aux combats contre l’invasion de Gênes par Charles Quint. Blessé, il fut ramené en France en 1522. François Ier lui donne en commende l’abbaye de Saint-Bénigne à Dijon en signe de reconnaissance. Il y institua une école de grammaire pour les novices. Certains sujets (les meilleurs ?) étaient envoyés à Paris pour y acquérir les sciences sacrées et les enseigner par la suite. Homme d’une grande culture, il savait l’hébreu – et aurait voulu qu’on l’enseigne à Saint-Bénigne –, l’araméen et le grec, et s’intéressait à la Cabbale. Au bout de dix années il dut quitter Dijon où il y fut très regretté. Également évêque de Gubbio, il retourna dans son diocèse pour y mourir en 154158. Pagnini lui a dédié ses deux ouvrages importants pour l’étude de l’hébreu : la grammaire en 1526 (9) et le Lexicon en 1529 (21).

32Marino Grimani (1488-1546)

  • 59 Selon le terme de R. Cooper, Litteræ in tempore belli, op. cit., p. 261.

33Ce cardinal italien était « francophile »59. Son oncle Domenico Grimani lui avait cédé le patriarcat d’Aquilée. Steuco, qui a dirigé la bibliothèque de son oncle, lui dédie un ouvrage (27).

34Julius Pflug (1499-1564)

  • 60 J. V. Pollet, Julius Pflug (1499-1564) et la crise religieuse dans l’Allemagne du xvie siècle, Leyd (...)

35Homme d’Église et diplomate, il a reçu sa formation humaniste en Italie. Successivement prévôt de Zeitz, doyen de Meissen et évêque de Naumburg60, il a œuvré pour le rapprochement entre catholiques et luthériens. Steuco lui a dédié un commentaire aux Psaumes en 1533 (32).

1550-1565 : les hébraïsants protestants61

Auteurs et imprimeurs

36L’étude de l’hébreu chez Gryphe nous révèle qu’émerge assez tôt un intérêt pour les idées nouvelles, qui va se préciser dans les publications des imprimeurs Jean Ier de Tournes et Macé Bonhomme.

  • 62 Cartier, p. 119-122.

37Jean Ier de Tournes (1504 Lyon - 1564 Lyon)62

38Il a travaillé dans l’atelier de Gryphe dès 1530, avant de s’installer à son compte à partir de 1542. Ce n’est qu’en 1549 qu’il imprime pour la première fois avec de l’hébreu. Il s’agit d’un Alphabetum Hebraicum (67), qui suit de très près le texte de l’Introductio utilissima imprimée environ vingt ans auparavant par Gryphe, son patron. Ce même alphabet sera réédité avec quelques petites différences en 1574 par son fils Jean II (1539 Lyon - 1615 Genève). Hormis un alphabet ajouté au Psaume 118 d’une Bible latine (123, 126), c’est la seule publication de Jean II avec de l’hébreu. Les de Tournes étaient une dynastie – semblable à celle des Estienne – portant le même nom de père en fils. En 1585 ils quittent définitivement Lyon pour Genève.

  • 63 Imprimées pour Antoine Vincent, qui vivait tantôt à Lyon, où il est mort en prison, tantôt à Genève (...)

39Certaines publications de Jean Ier de Tournes où apparaissent des caractères hébreux, tels l’ouvrage de Johannes Reuchlin et des Bibles françaises (qui suivent la version de Genève avec la préface de Calvin), ainsi que les premières éditions partielles du Psautier huguenot (118, 119)63, sont intéressantes dans le contexte religieux de la ville de Lyon et de la période concernée. Dans ses Bibles latines l’Interpretatio y figure parfois avec des caractères hébreux.

40Johannes Reuchlin (1455-1522)

  • 64 J. C. Saladin, « Lire Reuchlin, lire la Bible : sur la préface des Rudimenta Hebraica (1506) », Rev (...)

41Hébraïsant allemand, il a publié le premier manuel d’hébreu destiné aux chrétiens en 1506 à Pforzheim, et le premier traité entièrement consacré à la Cabbale, De verbo mirifico, en 1494 à Spire. Jean Ier de Tournes imprime cet ouvrage à Lyon en 1552 (77). Reuchlin n’a jamais été imprimé à Paris : sa relation à la Bible et aux juifs pouvait sembler provocatrice à cette époque64.

42Le Florentin Gabriele Simeoni (1509 Florence - vers 1570 Lyon)

  • 65 Page 156 dans l’édition italienne de la même année (100).

43Dans son ouvrage Les illustres obseruations antiques publié par Jean Ier de Tournes en 1558 (99), il écrit page 13065 : Finalement sur toutes les médailles rares que j’ay peu recouurer en ceste ville, je fay grand compte de cette Hebree d’argent, tirée parmi le sable du fond de la riuiere de la Saone car il y a d’un costé la teste de Salomon & de l’autre son temple, ainsi que chante l’escriture, laquelle auec medaille est telle… Les médailles y sont reproduites avec leurs inscriptions hébraïques.

  • 66 Baudrier X, p. 185.

44Macé ou Mathieu Bonhomme66

  • 67 Plusieurs imprimeurs-libraires parisiens portent ce patronyme. Voir P. Renouard, Répertoire des imp (...)

45Il vient d’une famille d’origine parisienne67, mais connue depuis le xve siècle à Lyon. Imprimeur-libraire, il travaille successivement à Lyon (1540-1542), puis un temps très court à Vienne, puis à nouveau à Lyon (1542- 1569), et simultanément à Avignon (1552-1557). Les ouvrages contenant de l’hébreu qu’il a publiés sont parfois partagés avec Pierre Davantès.

46Pierre Davantès, dit Antesignanus

47(Rabastens 1525 - Genève 1561)

  • 68 Le 28 janvier 1561 il demande à être déchargé de la tutelle des enfants de l’imprimeur Du Bois, et (...)
  • 69 P. Chaix, Les livres imprimés à Genève de 1550 à 1600, Genève, Droz (Travaux d’humanisme et Renaiss (...)

48Après des études en Avignon, il a enseigné à Lyon le latin, le grec et l’hébreu. Personnage extrêmement doué, il était à la fois imprimeur (?) - libraire, enseignant, grammairien – il a édité et commenté les œuvres de Térence et la grammaire grecque de Clénard –, musicien, éditeur. De cet hébraïsant protestant, très peu d’éditions lyonnaises portent l’adresse et toutes sont partagées avec Macé Bonhomme. Il possédait cependant une marque avec sa devise en hébreu. Dans l’ouvrage rédigé en 1554 (87) par son ami Pierre Coustau : Typus Messiæ… Accessit Targum Kohelet…, se trouve en postface, sur quatre pages, une lettre de Davantès à Coustau, Petrus Antesignani ad Petrum Costum epistola, entièrement en hébreu. Cette lettre, signée de Lyon le 8 décembre 1553, rédigée dans un hébreu très littéraire, avec des références à la Bible, sans aucune faute, nous donne aussi quelques détails sur son ami et ses déplacements. Davantès émigre à Genève où il est inscrit comme habitant le 6 mars 1559. En 1560 il y imprime, en collaboration avec Michel Du Bois68, Les Pseaumes de David, mis en rythme françoise par Clément Marot & Theodore de Besze, avec nouvelle et facile méthode pour chanter…69 C’est l’une des dernières éditions partielles du Psautier huguenot avant son achèvement en 1562.

  • 70 Je suis reconnaissante à Monique Hulvey de m’avoir dirigée vers Valérie Hayaert, à qui je dois tout (...)

49Pierre Coustau70 (fl. 1550-1566)

  • 71 Traduction araméenne, parfois paraphrasée de la Bible hébraïque.
  • 72 Autre appellation de l’araméen : « Nam & uasta illa Talmudæorum compages, & magistrorum commentaria (...)
  • 73 Chaldæa interpretatio Prouerbiorum Salomonis…, Paris, 1561, et Chaldæa interpretatio Ecclesiastæ…, (...)
  • 74 Hormis une dédicace entièrement en hébreu de Sébastian Münster à Pierre Du Chastel, publiée d’abord (...)
  • 75 Avec lequel il avait conclu une « alliance » pour traduire tout le Targum, comme il est mentionné d (...)
  • 76
  • 77 Six semaines avant la lettre de Davantès à Coustau qui avait été précédée par une lettre de Coustau (...)
  • 78 Où il publie De pace carmen, en 1559, chez Anet Brière.

Jurisconsulte parisien et avocat au Parlement, il écrit sous divers pseudonymes : Petrus Costus (87), Petrus Costalius (86 et 88). Il s’agit bien d’une seule et même personne : en effet il signe Petrus Costus ses ouvrages d’exégèse biblique, et Petrus Costalius ses ouvrages d’emblématique et traités juridiques. Sa culture hébraïque, acquise peut-être au Collège royal, puis en Avignon auprès de Davantès, est d’un très bon niveau. On peut suivre ses déplacements entre 1553 et 1555 grâce aux lettres qu’il adresse à ses frères Jean et Antoine : Avignon en 1553 (87), Vienne en 1554 (86) où il a vraisemblablement connu Servet, et Lyon au début de 1555 (88). Son ouvrage Typus Messiæ est un ouvrage de polémique critiquant la conception juive du Messie, qu’il dédie au vicomte de Cadenet, baron d’Oraison, à qui il précise qu’il lui offre ce texte en traduction latine, sachant que l’hébreu ne lui est pas familier. La connaissance de l’hébreu et de l’araméen que possédait Coustau lui a permis de nourrir le projet d’une traduction du Targum71 de tous les livres de la Bible. Il commence par celui de l’Ecclésiaste qui paraît à la suite du Typus Messiæ (87). Dans cet ouvrage il s’adresse longuement à son frère Jean et lui vante la langue chaldéenne72, que même les commentateurs du Talmud employaient. Contrairement aux traductions faites par Jean Mercier à Paris de différents Targumim73, le texte araméen n’est pas reproduit. Sa préface au lecteur y est entièrement en hébreu, phénomène très rare, que je n’ai relevé dans aucune édition parisienne74. Il y fait espérer la traduction d’autres livres :Image 10000000000000F900000016356B797C0FDC9538.jpg(Je continuerai à commenter et traduire d’autres livres). Il ne donnera malheureusement pas suite à son projet et Davantès75 le déplorera en ces termes76 : « Je ne peux que me lamenter et pousser des cris au sujet de ce que tu m’as écrit, à savoir que la nécessité t’oblige de laisser tout et de retourner dans le pays de ta naissance. » Davantès date sa lettre de Lyon troisième jour du mois de Teveth de l’an trois cent quatorze du petit comput, soit le 8 décembre 1553. Que s’est-il passé entre le moment où il rédige sa préface et la lettre de Davantès ? Et quelle est la raison de cette décision subite ? Michel Servet venait d’être condamné au bûcher comme hérétique par le Grand Conseil de la république de Genève le 27 octobre 155377, peu après avoir publié sa Christianismi restitutio en réplique au livre de Calvin l’Institution chrétienne. C’est peut-être à cet événement qu’il faut attribuer la volte-face de Coustau et son retour à Paris78.

Image 1000000000000295000003DDC338B999CA9D56FA.jpg

2. Préface de Pierre Coustau. Lettre ornée des Estienne. Caractères de Macé Bonhomme. (Notice 87)

50Le juriste Coustau, et surtout son ami Davantès, tous deux excellents hébraïsants, peuvent être considérés comme des gloires de l’hébraïsme lyonnais et français, même s’il est vrai que ces gloires restent méconnues car elles ont été éphémères pour deux raisons : Davantès est mort fort jeune et Coustau abandonne l’exégèse biblique.

  • 79 Voir F. Secret, « Les jésuites et le kabbalisme chrétien à la Renaissance », Bibliothèque d’humanis (...)
  • 80 Aucun exemplaire n’a été retrouvé. Il leur est peut-être arrivé un sort semblable à celui de l’ouvr (...)

51Le cabbalisme chrétien, mouvement complexe dont on ne peut comprendre le développement que dans le climat des études hébraïques79, persiste durant cette période de forte influence protestante avec la publication de Christianismi restitutio (80) de Michel Servet en 1553 et de L’interpretation du candelabre de Moyse, ecrit en Hebrieu, Latin et François de Guillaume Postel (105) en 155980.

  • 81 Villanueva de Sijena, d’où son nom espagnol, Miguel de Villanueva.

52Michel Servet (1509/1511 Villeneuve81 d’Aragon - 1553 Genève)

  • 82 Postel lui a dédié un ouvrage imprimé à Paris en 1538. Voir Le livre hébreu… n° 83.
  • 83 De Trinitatis erroribus liber septem, [Haguenau, Johann Setzer].
  • 84 Certains le soupçonnaient même de « judaïser ».
  • 85 Voir A. Gordon Kinder, « Michael Servetus », Bibliotheca dissidentium : répertoire des non-conformi (...)
  • 86 Les trois exemplaires qui subsistent se trouvent respectivement à Édimbourg, Paris et Vienne. Celui (...)

53Il voyage entre Bologne, Bâle, Augsbourg, Strasbourg, et Paris, où il reçoit son diplôme de médecin en 1538. Après avoir exercé à Charlieu, il est attaché à l’archevêque de Vienne, Pierre Palmier82. Ayant déjà nié en 153183 le dogme de la Trinité, il développe dans la Christianismi restitutio des idées anabaptistes84 et accuse Rome autant que les réformateurs d’avoir falsifié la doctrine chrétienne originelle. Calvin, qui avait eu connaissance du manuscrit, le dénonça aux autorités lyonnaises. Servet, arrêté à Vienne, s’enfuit à Genève où il fut à nouveau emprisonné et finalement exécuté le 27 octobre 1553, tandis que l’ouvrage était détruit à Lyon, à Vienne et à Genève85. Les huit cents à mille exemplaires ont été détruits, même ceux vendus au comptoir de Gryphe à Francfort. Trois seulement ont été retrouvés86.

  • 87 Les citations en hébreu qui s’y trouvent témoignent d’une très bonne connaissance de cette langue. (...)
  • 88 Guillaume Guéroult (Rouen 1507 - Lyon 1569), éditeur, traducteur et poète, a dirigé l’atelier d’Arn (...)

54Son ouvrage majeur reste sa Christianismi restitutio (80)87 qui a été imprimé dans un atelier clandestin par Balthazar Arnoullet assisté de son beau-frère Guillaume Guéroult88. Servet a payé les frais d’impression, leur a donné en « bonus » cent écus et s’est chargé lui-même de la diffusion.

55Guillaume Postel (1510 Dolerie - 1581 Paris)

  • 89 Le livre hébreu… p. 28-29.
  • 90 L’arrestation de Postel à Lyon aurait été relatée par lui-même dans une lettre restée manuscrite. V (...)
  • 91 S. Stahlmann, « Die Stellung Guillaume Postels in der religiösen Propaganda : ein Leben zwischen de (...)

56Il enseigne les langues orientales et les mathématiques au Collège royal89, voyage beaucoup, en Orient et en Autriche, se rend à Bâle, Venise et Rome où il est emprisonné, puis à Lyon où, jugé dangereux, il est mis sous surveillance. Libéré en 1562 par le gouverneur de Sault90, sympathisant de la Réforme, il retourne à Paris. Enfermé, dans des conditions honorables au prieuré de Saint-Martin-des-Champs, il y meurt en 158191. À Lyon il a publié un seul ouvrage, qui n’indique pas le nom de l’auteur (105) et dont aucun exemplaire n’a été retrouvé.

Les dédicataires

57Pierre Labadens

58Il est l’ami intime et l’homme de grande culture à qui Davantès dédie en 1557 une édition annotée de la grammaire grecque de Clénard (85), mais n’a pas encore été identifié. La fin de l’épître, inter hostium iste uersari possit « que [ce livre] puisse être feuilleté au milieu des traits des ennemis », peut nous faire comprendre que Labadens était aussi un partisan de la Réforme.

59Antoine-Honoré d’Oraison, vicomte de Cadenet (mort vers 1586)

60Conseiller au Parlement, il a pour fils un des plus puissants seigneurs de Provence. Les régions de Cadenet (Vaucluse) et d’Oraison (Alpes-de-Haute-Provence) étaient acquises à la pensée luthérienne. Pierre Coustau lui a dédié le Typus Messiæ en 1554 (87).

61Charles de Lorraine et Alfonso II d’Este duc de Modène et de Ferrare

62Tous les deux étaient des cardinaux. Ils étaient très recherchés pour leur générosité, raison pour laquelle Simeoni leur dédie à chacun un ouvrage en 1558 (99, 100).

1566-1600 : les hébraïsants catholiques

Auteurs et imprimeurs

  • 92 A. Kleinclausz, Histoire de Lyon, t. 1, livre V : le seizième siècle, Lyon, P. Masson, 1952 ; réimp (...)
  • 93 P. Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien, Institut sup (...)
  • 94 Ils en seront expulsés en 1595 et y reviendront en 1604.

63L’accalmie qui fait suite à la domination protestante des années 1562-1563 donne le champ libre aux jésuites pour reconquérir les âmes des fidèles92. Le collège de la Trinité93 avait été fondé par le Consulat en 1527, afin que les jeunes gens qui voulaient étudier les lettres et la philosophie ne soient plus obligés de se rendre à Paris, Bourges, Montpellier, Toulouse, ou même de s’expatrier à Padoue ou Pavie. Il avait d’abord été un centre favorable à la Réforme. Désormais sous la direction des jésuites94, après l’assassinat en 1560 de son principal Barthélemy Aneau, soupçonné de protestantisme, il retrouve le calme et pourra favoriser l’essor intellectuel de la Contre-Réforme. Les publications de cette période, contenant de l’hébreu, nous confirment cette activité.

64Les imprimeurs et libraires les plus importants sont : Thibaud Ancelin, Antoine Gryphe, Pierre Landry, Charles Pesnot, Jean Pillehotte, Barthélemy Vincent. De nouveaux hébraïsants occupent la scène : Roberto Bellarmino, Gilbert Genebrard, Jansenius, et Sisto, da Siena. Dans le même temps Pagnini et Calepino sont réédités.

65Roberto Bellarmino (1542 Montepulciano - 1612 Rome)

  • 95 Plus tard Université pontificale grégorienne.
  • 96 S. Kessler-Mesguich, Les études hébraïques en France…, op. cit., p. 99.

66Jésuite, il fut ordonné prêtre en 1570. Il a participé avec plusieurs autres hébraïsants à la commission qui révisa la Vulgate à l’initiative de Sixte V auquel il dédie un de ses ouvrages (164). Il fut professeur puis recteur au Collège romain95. Sa grammaire Institutiones linguæ Hebraicæ, imprimée en premier lieu à Rome en 1578, est rééditée pour la quatrième fois à Lyon en 1596 (189) et simultanément à Anvers et Cologne, et le sera souvent au xviie siècle. Ce n’est pas une œuvre bien originale, et elle ne saurait être comparée à celle de Pagnini qu’il copie à l’occasion96. Elle a cependant l’avantage d’être concise, claire, dans un format de poche. Ses autres ouvrages traitent de controverses sur la foi chrétienne et ont été réédités nombre de fois à Lyon entre 1587 et 1599, avec bien des fautes en hébreu dues très certainement au manque de compétence des imprimeurs, car la translittération est correcte. Tous suivent l’édition publiée la première fois à Ingoldstadt, par David Sartor, en 1586.

  • 97 Déjà mentionné p. 22.

67Ambrogio Calepino97

68Son Dictionarium est publié dix fois avec de l’hébreu entre 1570 et 1598, par différents libraires. L’ éditeur scientifique reste toujours anonyme.

69Gilbert Genebrard (Riom 1537 - Semur-en-Auxois 1597)

  • 98 Voir Le livre hébreu… p. 46-47 et illustration n° 28.
  • 99 G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France…, op. cit., p. 163, n. 345.
  • 100 Le privilège accordé par Pierre Bullioud à J.-B. Regnault, qui dirige la maison des Giunta, mention (...)

70Bénédictin et archevêque d’Aix-en-Provence98, il fut également professeur au Collège royal. Retiré à Semur-en-Auxois, il se trouvait à mi-chemin de Paris et de Lyon, et a dû se rendre de temps en temps dans cette dernière ville. On note, en effet, sa présence, ainsi que celle de Bellarmino, en 1589, au banquet offert par Pierre Bullioud, procureur du roi99. Ses ouvrages publiés auparavant à Paris, notamment ses commentaires aux Psaumes Psalmi Dauidis, sont réédités en 1592 (177) et 1600 (200) à Lyon, revus et augmentés par lui-même. Une des pièces liminaires Bibliopola lectori beneuolo vante les mérites de Genebrard et précise que, vu la pénurie de ce genre d’ouvrages à Lyon, il se voit forcé de reprendre des textes imprimés auparavant à Paris, mais qui n’ont pu être transportés100. Il le fait avec le plein accord de Genebrard et son aide.

  • 101 Biographie nationale, Bruxelles, E. Bruylant, 1868-1985, t. 10, p. 103-105.

71Cornelius Jansenius (Hulst 1510 - Gand 1576)101

  • 102 Celui-ci n’existe plus.
  • 103 À présent collège du Saint-Esprit, transformé en musée de Spoelberch.

72Il entreprit ses études à Gand, et les poursuivit à Louvain au collège du Château102. Il reçut une solide formation aux trois langues : hébraïque, grecque et latine. Au grand collège de Théologie103 qu’il fréquente ensuite, il s’absorbe tout entier dans la science de l’Écriture sainte. Ses ouvrages, des commentaires de la Bible, sont imprimés vingt-trois fois à Lyon de 1577 à 1597. Toutes ces éditions suivent celles de Louvain, publiées auparavant. Il a souvent recours au texte hébreu qu’il suit comme le seul authentique. En 1568 il fut promu évêque de Gand par Philippe II, auquel il dédie son commentaire sur l’histoire évangélique (138).

73Sisto, da Siena (1520 Crémone - 1569 Crémone)

  • 104 Encyclopaedia Judaica, Jérusalem, Encyclopaedia Judaica, 1971, vol. 14, p. 1641.

74Italien et juif converti, il entre chez les Franciscains et s’adonne à l’étude de la Bible. Accusé d’hérésie il est condamné à mourir sur le bûcher. Sauvé par le pape Pie V qui le transfère chez les Dominicains, il lui dédie sa Bibliotheca sancta, une importante introduction aux Écritures, en huit livres et avec quatre index fort utiles : locorum diuinæ scripturæ ; locorum ambiguorum ex patrum commentariis ; hæreticorum ; rerum memorabilium. Publiée pour la première fois à Venise en 1566, elle est rééditée quatre fois à Lyon de 1575 à 1593. ÀCrémone, Sisto, da Siena prêchait avec un autre juif converti (Filippo Moro) et a collaboré au brûlement du Talmud – contre lequel il s’exprime dans sa Bibliotheca sancta –, mais il a sauvé le Zohar dans l’espoir que la Cabbale ramène les juifs au christianisme104.

75John Hay (Écosse 1547 - Pont-à-Mousson 1607)

  • 105 Baudrier II, p. 249.
  • 106 G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France…, op. cit., p. 125 et Oxford Dictionary of Nationa (...)

76Il a été l’éditeur de la Bibliotheca sancta à partir de 1591 (175). Arrivé d’Écosse en 1562, il a dû être d’abord étudiant, puis plus tard professeur en « l’Université de Tournon »105. Il va à Rome en 1566 et rejoint la Société de Jésus à l’âge de 19 ans. Il sera également professeur en théologie et philosophie au collège de la Trinité106 de Lyon, et terminera sa carrière comme recteur du collège de Pont-à-Mousson, en Lorraine. Il semble avoir été un hébraïsant médiocre malgré la mention à mendis expurgata ( !) aux titres des ouvrages de Sisto, da Siena qu’il a édités.

77Corneille Bonaventure Bertram, Antoine Rodolphe

78Chevalier, Jean Mercier

79Annotateurs du Thesaurus linguæ sanctæ en 1575 et 1577 (136, 139), ils ne peuvent pas être classés dans la même catégorie que les hébraïsants précédents.

  • 107 The Jewish Encyclopedia, New York et Londres, 1925, vol. 3, p. 109.
  • 108 (...)

80Bertram (Thouars 1531 -Lausanne 1594) a étudié à Poitiers, Paris, Toulouse et Cahors. En 1567, lorsque les autorités ont eu ordre de massacrer les protestants107, il a fui Cahors, pour Genève, où il a enseigné l’hébreu. Il était élève de Mercier et deviendra le neveu par alliance de Théodore de Bèze. Bon hébraïsant, il a été responsable de la partie hébraïque – de très bon niveau et sans fautes – du Dictionarium de Calepino à partir de 1570 et aussi dans les éditions suivantes, bien qu’il ne soit plus mentionné dans les préfaces. Il a également été l’auteur en 1574 d’une grammaire comparée hébreu-araméen108.

  • 109 Près de Vire dans le Calvados. Voir E. Frère, Manuel du bibliographe normand, Rouen, A. Le Brument, (...)
  • 110 Paul Büchlein devient Paul Fagius (1504 Rheinzabern - 1549 Cambridge) : hébraïsant, pasteur, enseig (...)
  • 111 Immanuel Tremellius (1510 Ferrare - 1580 Sedan) : juif italien converti au catholicisme, il devient (...)
  • 112 (...)

81Chevalier (1507 Montchamp109 - 1572 Guernesey) était l’élève de François Vatable au Collège royal, et de Paul Fagius110. Il devient le gendre d’Immanuel Tremellius111. Il a enseigné l’hébreu à Strasbourg, Caen et à l’Académie de Genève, et fut l’auteur d’une grammaire hébraïque publiée à Genève112.

  • 113 Voir Le livre hébreu… p. 29-30.

82Mercier est né à Uzès où il est mort en 1570. Professeur d’hébreu au Collège royal, hébraïsant de grande renommée, il collabora aux deux éditions de la Bible de Robert Ier Estienne, et s’intéressa au Targum. Il se retira à Venise auprès d’Arnaud Du Ferrier, légat du roi et lui-même hébraïsant, lors de la seconde guerre de Religion113.

  • 114 Le temps des Réformes et la Bible, G. Bedouelle et B. Roussel dir., Paris, Beauchesne (Bible de tou (...)
  • 115 Les annotations sont en italique dans le texte et signées en exposant M (Mercier) ou C (Chevalier) (...)

83Contrairement aux auteurs précédents et suivants de cette période, ces trois annotateurs du Thesaurus linguæ sanctæ, réédité d’abord en 1575 puis en 1577, sont tous acquis aux idées de la Réforme. La phrase concernant Marie a été retirée de l’invocation de Pagnini dans les deux rééditions, ce qui prouve que les annotateurs refusaient le culte marial et que Lyon était une ville de tolérance (voir illustrations 12 et 13, page 65). Cette publication était pour eux l’occasion d’une « circulation » du savoir d’une génération à l’autre114. Les annotations les plus nombreuses sont de Mercier115, ce qui peut expliquer que dans l’édition de 1577 seul son nom figure sur la page de titre. Ce sont deux superbes publications avec un alphabet en lettres ornées. Au verso du titre de l’édition de 1577 figure un bel éloge en vers à la gloire de Pagnini, rédigé par Genebrard (voir illustration 24, page 129), dont voici la traduction :

  • 116 C’est ainsi que son nom est orthographié par Genebrard.
  • 117 (...)

Sur le Thesaurus de la langue sacrée
Qu’a composé le grand sage
Sanctes Pagnin116, paix à son âme117
C’est un admirable auteur
Et encore plus admirable éditeur :
Pointilleux il assigne une finalité aux livres
Honoré parmi tous :
Peu nombreux ceux qui aux trois langues
S’adonnent, et lui est le plus grand :
C’est pourquoi parmi les maîtres de la sagesse
Il lui sera conféré honneur et louange :
C’est toi Pagnin qui dans tes livres
As introduit à jamais les trois langues :
Tu es le premier des Romains
À avoir rédigé un dictionnaire :
Les racines de la langue sainte et leurs dérivés
Le premier parmi nous tu les as rédigés :
Les secrets infinis de la langue
Le premier parmi nous tu les as publiés :
Tes successeurs pourront
Publier un dictionnaire plus concis :
Plus exhaustif ils ne le pourront pas
Car il est vraiment un Trésor complet.

84Deux textes publiés durant cette période doivent encore être signalés.

85Antoine Emmanuel Chalom, alias Chalon

  • 118 Honneur accordé chaque année à un orateur particulièrement estimé lors du renouvellement par moitié (...)
  • 119 Ces textes, sans grand intérêt mais d’un hébreu correct, sont une preuve de l’enseignement de l’héb (...)

86Ancien élève du collège de Tournon, official de l’archevêque de Lyon qui prononce l’oraison à l’occasion de la Saint-Thomas118 de l’année 1571. Celle-ci est publiée en 1572 par Michel Jouve, parsemée de mots d’hébreu (132). En 1583 des pièces de vers en hébreu de quatre étudiants du collège de Tournon119, composées en l’honneur de Magdeleine de La Rochefoucaud, paraissent dans un ouvrage d’Honoré d’Urfé publié par Jean Pillehotte (154, voir illustration 25, page 136).

Les dédicataires

  • 120 Oxford Dictionary of National Biography, op. cit., vol. 11, p. 492, et G. de Groër, op. cit., p. 16 (...)

87William Chisholm (1525/1526 - 1593)120

88John Hay dédie à ce jésuite écossais la Bibliotheca sancta (175) de Sisto, da Siena. William Chisholm, évêque de Dunblane, fut envoyé par Marie Stuart auprès du pape Pie V. Le collège de la Trinité, dont le recteur était le père jésuite William Crichton, également écossais, constitua une étape de son voyage : à l’aller vers Rome et au retour vers l’Écosse. Quelques années plus tard, exilé d’Écosse, il devient l’évêque de Vaison-la-Romaine.

Les hébraïsants qui n’ont pas laissé de traces imprimées en caractères hébreux

  • 121 Biblia sacrosancta…, 1532, in-8°. L’Interpretatio y est différente de celle des Estienne et ne cont (...)

89L’hébraïsme ne se manifeste pas uniquement par l’emploi des caractères. La translittération de termes hébreux et d’autres critères prouvent aussi, chez leurs auteurs, une certaine connaissance de la langue. Les imprimeurs Melchior et Gaspar Trechsel, dans une Bible latine, avant les Interpretationes nominum Hebraicorum121, s’adressent au lecteur et précisent « ut sciat me uertere nomina iuxta Hebraicam ueritatem. »

90François Rabelais

  • 122 Les détails biographiques sont tirés de l’« Introduction » de Jacques Boulenger dans Rabelais, œuvr (...)
  • 123 Voir K. Campbell, « Du vraix et du faux hébreu chez François Rabelais », I. Zinguer éd., op. cit., (...)
  • 124 M.-L. Demonet-Launay, « La désacralisation de l’hébreu au xvie siècle », ibid., p. [154]-171.

Parmi les hébraïsants je me dois de débuter par le célèbre François Rabelais. Né en Bas-Poitou vers 1494, d’abord moine chez les Franciscains, puis chez les Bénédictins, il quitte le Poitou en 1528 pour Paris où il se débarrasse de son habit de moine pour revêtir celui de prêtre séculier. Il se rend ensuite à Montpellier où il étudie la médecine. En 1532 il est à Lyon et commence à publier chez Gryphe. Le 1er novembre il est nommé médecin à l’Hôtel-Dieu. Il se déplace beaucoup, souvent en Italie. Mais son siège reste Lyon, et on avance même qu’il y aurait été mis en prison122 en 1552. Il meurt en 1553 à Paris. Il savait, semble-t-il, l’hébreu suffisamment pour trouver par ses propres moyens son chemin dans une Bible hébraïque123, mais ne s’en est servi qu’en translittération dans ses ouvrages. Cela sera surtout le cas dans Pantagruel et le Quart Livre. La Briefve déclaration (commentaire et glossaire) nous donne leur signification. Pour exemple : « BacbucImage 10000000000000400000001A50E10409F41076E6.jpgbouteille en hébrieu, ainsi dicte du son qu’elle faict quand on la vuide. » Rabelais fait de l’hébreu une exploitation littéraire124.

91Symphorien Champier

  • 125 Qu’il a accompagné en Italie à la suite de Louis XII. Sur ses relations avec l’Italie, voir R. Coop (...)
  • 126 F. Secret, « Notes sur les hébraïsants chrétiens », Revue des études juives, fasc. 1-2, 1964, p. 14 (...)
  • 127 G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France…, op. cit., p. 10.
  • 128 Voir plus haut, p. 21.
  • 129 F. Secret, « Notes sur les hébraïsants chrétiens », p. 149-153.

92Lyonnais (Saint-Symphorien-sur-Coise 1471 - Lyon 1538), médecin du duc Antoine de Lorraine125 et médecin à l’Hôtel-Dieu de Lyon126, ce contemporain de Rabelais a étudié comme lui à Montpellier. Il devient consul en 1527 et il est le principal instigateur du collège de la Trinité127. Proche de Pagnini, il semble avoir collaboré à son dernier ouvrage Isagogæ ad sacras literas et Ad mysticos sacræ scripturæ sensus128. Il est le premier Français à tenter de préciser ce qu’était la Cabbale129. Sa connaissance de l’hébreu – malgré l’absence de preuves directes – ne fait pas de doute.

93Antoine de Gouveia alias Gouvéa

  • 130 R. Francisque-Michel, Les Portugais en France, Paris, Guillard - Aillaud, 1882, p. 106.
  • 131 Baudrier VIII, p. 131.

94Né à Beja (Portugal) en 1505, il meurt en Piémont en 1565. Il appartient à une célèbre famille de juifs portugais installés en France130. Après ses études à Paris et à Avignon, il s’adonne à la littérature, puis professe le droit à Toulouse, Cahors, Valence et Grenoble et publie plusieurs ouvrages dans ces deux domaines. Il compte parmi les familiers de Gryphe, loge chez lui et participe à la correction – peut-être aussi pour l’hébreu – de plusieurs publications131. Comme pour Champier, sa connaissance de l’hébreu ne fait aucun doute.

95Charles de Sainte-Marthe

  • 132 C’est la première mention « officielle » de l’enseignement de l’hébreu à Lyon. Cet enseignement int (...)
  • 133 Il a aussi été enseigné au collège de Tournon, à partir de 1552. Voir P. Delattre, Les établissemen (...)

96Heureux d’échapper au parlement de Grenoble qui l’a fait emprisonner à cause de ses sympathies réformées, il se rend en 1540 à l’appel du collège de la Trinité et y enseigne le latin, le grec et l’hébreu132. C’est ainsi que, malgré le décès de Pagnini en 1536, l’hébreu continuera d’être enseigné133.

97Philibert Sarrasin

  • 134 Davantès leur dédie une édition de Térence (110).
  • 135 Certains renseignements fournis d’une part par N. Z. Davis, « The Protestant printing workers of Ly (...)

98Il ouvre une école à Agen, puis s’installe à Lyon où il devient médecin à l’Hôtel-Dieu. Sa réputation lui vaut de prononcer l’oraison de la Saint-Thomas en 1543. Il adhère à la Réforme. Alors que lui-même enseigne l’hébreu à sa fille encore très jeune, il prie Davantès d’être le précepteur de ses deux fils134. Il émigre à Genève où il est reçu « bourgeois de Genève » en 1555 et y meurt le 5 mars 1573135.

99Florentius Volusenus alias Florens Wilson

  • 136 Voir Le livre hébreu… nos 40, 46 et 79.
  • 137 D. Baker-Smith, « Florens Wilson and his circle : émigrés in Lyon, 1539-1543 », Neo-Latin and the V (...)
  • 138 Peut-être aussi l’hébreu ?
  • 139 Baudrier V, p. 124.

100Humaniste écossais, il savait l’hébreu, le latin et le grec. On le trouve à Paris dès 1531 où il publie deux commentaires des Psaumes, avec des caractères hébreux, chez Louis Blaubloom136. Il serait passé par Avignon et Carpentras avant de s’établir à Lyon137 en 1538. Il enseigne au collège de la Trinité138 et en 1551 c’est lui qui prononce l’oraison de la Saint-Thomas. Il publie chez Gryphe en 1543 son De animi tranquillitate, sans un seul caractère hébreu, et aurait été correcteur dans plusieurs imprimeries de Lyon139. Il est resté à Lyon jusqu’à sa mort en 1557.

101Pierre Bullioud et Jean Maheu

102Des marques de provenance trouvées sur des Hebraica du xvie siècle conservés à la bibliothèque municipale de Lyon nous révèlent certains hébraïsants locaux de cette époque. Il s’agit de Pierre Bullioud (mort en 1597 à Lyon), procureur du roi, « très versé dans les langues hébraïque, syriaque et grecque », et de Jean Maheu (1514-1577), prieur des dominicains de Lyon et « savant des langues anciennes ».

  • 140 Au moment de mettre mon ouvrage sous presse, je découvre dans une édition genevoise ( H. II Estienn (...)

103Ces quelques noms ne représentent sûrement qu’une partie infime du public hébraïsant, qu’il soit français, lyonnais ou étranger, se trouvant alors à Lyon140.

  • 141 A. Péricaud, Notes et documents pour servir à l’histoire de la ville de Lyon, 1547-1559, 1838-1846, (...)

104La présence de juifs à Lyon ne doit pas être occultée. En effet dans la séance consulaire du 6 septembre 1548 il est question de « certains juifs qui se sont venus accaser et résider en cette ville depuis un mois […] et qui sont fort scandaleux pour la religion chrétienne, vu même qu’ils se sont logés au cœur et milieu de la ville savoir en la maison de Jacques Pinatel, sur le pont de Saône, du coté du Change ». On ne sait pas quand ils sont repartis, bien qu’à la séance du 16 septembre suivant, ils aient été condamnés à fermer leurs boutiques et à sortir de la ville141.

Analyse des différentes fontes

105Les caractères hébreux se divisent en trois catégories : carrés de type ashkénaze, carrés de type séfarade, caractères rabbiniques ou semi-cursifs, ces derniers étant plus communément appelés caractères Rashi.

106Le caractère carré de type ashkénaze est d’origine germanique (le terme hébreu ashkénaze désigne l’Allemagne). Le caractère carré de type séfarade a été importé en Italie par des juifs venus d’Espagne (le terme hébreu séfarade désigne l’Espagne), après leur expulsion en 1492. En effet, les graveurs de caractères mobiles ont imité l’écriture des scribes qui ont copié la Torah (Rouleau de la Loi, ou Pentateuque) dans leurs pays respectifs.

107Les caractères rabbiniques, ou semi-cursifs, se trouvent pour la première fois sur l’édition hébraïque d’un Pentateuque à Reggio de Calabre, en 1475, pour y imprimer les commentaires de Rashi. Ils sont par la suite utilisés pour l’impression des commentaires rabbiniques.

  • 142 Je n’ai trouvé qu’une seule fois des caractères rabbiniques, ou semi-cursifs, fort mal faits (130).

108Les caractères employés à Lyon – contrairement à ceux employés à Paris – sont en majorité de type ashkénaze. Ces caractères ont été utilisés d’abord par Gryphe, puis par d’autres imprimeurs auxquels ils ont été transmis. L’importance de leurs publications explique cette prépondérance. Cependant on trouve également des caractères de type séfarade, souvent typiquement lyonnais. Je vais les énumérer et les décrire de façon chronologique. Ce sont toujours des caractères carrés142. L’hébreu peut être écrit ou imprimé avec ou sans voyelles. Ces dernières font partie de fontes différentes que l’on ajoutait aux consonnes. Les capitales sont utilisées pour les titres, ou les débuts de chapitres et paragraphes. J’ai donné en millimètres la hauteur du Aleph א , première lettre de l’alphabet. Dans le dernier quart du siècle, des fontes de type différent sont parfois employées dans le même ouvrage (par exemple 130).

109Antoine Du Ry

110En 1526 (9), il utilise une fonte de caractères carrés de type séfarade, avec voyelles : 3 (illustration 4, page 53).

111Sébastien Gryphe

  • 143 Pour la notice 15, seuls les caractères du texte (2,5) sont employés.
  • 144 Identiques à ceux employés par Froben. Le professeur Vervliet m’a communiqué que ceux-ci ont, sembl (...)
  • 145 Les grands caractères du Thesaurus linguæ sanctæ (21) sont des bois.
  • 146 Qui a aussi employé des caractères séfarades (181).
  • 147 Dans mon inventaire ce sont les ashkénazes.

112En 1528 (14)143, il a recours à deux fontes de caractères carrés de type ashkénaze d’origine bâloise144, avec voyelles : 2,5 pour le texte et 6 pour les capitales. Ces deux fontes sont constamment utilisées par Gryphe145. Les caractères employés pour le texte (avec ou sans voyelles) le seront encore par les de Tournes et par d’autres imprimeurs de Lyon : Thibaud Ancelin146, Jacques Roussin et d’autres non identifiés, jusqu’à la fin du xvie siècle à Lyon147 (illustrations 6, 12 et 13 pages 58, 65 et 67).

113Guillaume Boulle

  • 148 Dans mon inventaire ce sont les « séfarades de Boulle ».

114En 1537 (40), il imprime une Bible avec une fonte de caractères carrés de type séfarade, sans voyelles : 2,4 (?). Cette fonte sera utilisée sporadiquement jusqu’en 1599 par différents imprimeurs à Lyon148 (illustration 15 page 77).

115Jean II et François Frellon

  • 149 Jusqu’à cette date ils ont employé des caractères ashkénazes (46, 55). Dans mon inventaire ce sont (...)
  • 150 Voir Le livre hébreu… p. 56 et illustration n° 32. Le professeur Vervliet suggère une nouvelle attr (...)

116En 1545 (59), ils emploient une fonte de caractères carrés de type séfarade149 : 1,6. Cette fonte sera utilisée à Lyon tout au long du xvie siècle par divers imprimeurs. Elle semble être la même que celle employée à Paris, dès 1546150 (illustration 16, page 86).

117Macé Bonhomme

  • 151 Attribuée également par le professeur Vervliet à Michel Du Bois. Dans mon inventaire ce sont les «  (...)

118En 1554 (85), et dans toutes les éditions partagées avec Pierre Davantès, il utilise une fonte de caractères carrés de type séfarade151 (illustration 2, page 29), sans voyelles : 3. Lorsqu’il ne collabore pas avec Davantès, il utilise la fonte des Frellon ou de Boulle.

119Charles Pesnot

120En 1575 (137), il emploie une fonte de caractères carrés de type séfarade : capitale 6 (illustration 22, page 125).

121Antoine Gryphe et Barthélemy Vincent

  • 152 Dans mon inventaire ce sont les « séfarades des Estienne ». Toutes attribuées par le professeur Ver (...)

122Dès 1575 (136), dans le Thesaurus linguæ sanctæ apparaissent deux fontes de caractères carrés de type séfarade, avec voyelles : 4 et 1,8. En 1577 (139) il y a dans le même ouvrage deux fontes supplémentaires de caractères carrés de type séfarade, avec voyelles : 2,5 et capitale 6152. Certaines sont à nouveau utilisées en 1596 (189, illustration 12 page 65).

Devises et marques153

  • 153 Dans l’ordre alphabétique hébraïque.
  • 154 Elle se trouve aussi dans les éditions parisiennes de Clénard. Voir Le livre hébreu… p. 49, I.

123René Guillon — Sa devise154 se trouve à la fin des annotations de Guillon ajoutées à la grammaire grecque de Clénard. Sa devise latine Bene uiuere & lætari hoc est est proche de l’hébreu (Manger et boire, faire le bien et se réjouir). Elle apparaît en 1543 (57), 1548 (65), 1552 (74), 1553 (79).

Image 100000000000011E0000001E1A30202100BAAECB.jpg

124Pierre Godefroy — Sa devise, d’après Psaume XL, 8 et 9 (Dans le rouleau du livre se trouve ce qui m’est prescrit, accomplir ta volonté, mon Dieu), figure au titre de deux ouvrages dont il est l’auteur, en 1552 (75 et 76).

Image 100000000000012A0000001DD2A2037ED4C6FB81.jpg

125Michel Servet — Au titre de son ouvrage Christianismi restitutio…, en 1553 (80), sa devise « À ce moment se lèvera Michael le chef [et pas le serf] » constitue un jeu de mots sur le nom de l’auteur.

Image 10000000000000D30000001AF9BBF79ED31E4BEA.jpg

Pierre Davantès — Sa marque et sa devise (2e partie du Psaume IV, 7 : « Fais lever sur nous la lumière de ta face, ô seigneur ! ») apparaissent en 1554 (85 et 87) et en 1557 (92), dans des éditions partagées avec Bonhomme. En 1557 (93) le texte se termine avec le verset entier :Image 10000000000000CA00000018F73224285A2134B7.jpgImage 1000000000000096000000165B4718F8102776A6.jpg(Beaucoup disent : « Qui nous fera voir le bonheur ? » Fais lever sur nous la lumière de ta face, ô seigneur). Voir illustration 19, page 99.

Image 10000000000000A00000001D671FADE1CEA578F4.jpg

126Corneille Bonaventure Bertram — Sa devise se prononce « Karné El » (paronyme de son prénom : Corneille) et signifie : « Rayons de Dieu ». Elle se rencontre en 1575 (136) et 1577 (139). Voir illustration 21, page 123.

Image 10000000000000420000001CCAA76AB9C01C23A2.jpg

  • 155 Baudrier III, p. 457.

127Benoît Rigaud — Sa marque n˚12155 est un bois gravé représentant le roi, à sa droite les Tables de la Loi, et à sa gauche le tétragramme divin en hébreu. Trois éditions la comportent : en 1563 (120), 1567 (124), 1574 (135).

Conclusion

  • 156 Paris n’a commencé qu’en 1531 avec le Cantique des cantiques : Canticum canticorum Selomonis nuper (...)
  • 157 Dictionnaire latin-italien avec les racines soit grecques soit hébraïques.
  • 158 La demande devait être moins importante qu’à Paris. Voir N. Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie (...)

128La ville de Lyon a été la pionnière de l’imprimerie hébraïque en France : premiers caractères gravés en 1486, première impression d’un texte biblique – les Psaumes – en 1530156 (22 et 23), première grammaire importante de Pagnini en 1526 (9), premier dictionnaire hébreu-latin de Pagnini en 1529 (21), première édition du Lexicon157 de Calepino avec de l’hébreu en 1533 (29), première traduction d’un Targum en 1554 (87). Toutes ces premières auraient pu laisser espérer une suite plus glorieuse. Malheureusement le décès de Pagnini et, vingt ans plus tard, la disparition des hébraïsants Coustau et Davantès ont provoqué un ralentissement de ce début très prometteur. À part le Dictionarium de Calepino, dictionnaire de six langues (hébreu, grec, français, italien, espagnol, allemand) auquel l’hébreu a été ajouté pour la première fois en 1570 à Lyon, les autres ouvrages qui y ont été publiés sont des rééditions. Il ne faut cependant pas les sous-estimer. La Bibliotheca sancta de Sisto, da Siena, qui n’a pas été publiée à Paris durant le xvie siècle, est un ouvrage majeur de référence des commentaires bibliques ; les commentateurs juifs y sont classés par ordre alphabétique. C’est une véritable encyclopédie du savoir des Écritures saintes. Les ouvrages de Pagnini, Calepino, Sisto, da Siena ont contribué à une culture didactique de l’hébreu dans une ville où l’enseignement, bien que dispensé par quelques maîtres dont le plus illustre fut Pagnini, n’était pas vraiment institutionnalisé. Elle n’avait ni collège royal, ni parlement, mais possédait une élite judiciaire158 et également médicale, qui voulait sûrement connaître l’hébreu pour accéder aux Écritures saintes.

  • 159 Le nombre de publications évaluées à Paris au xvie siècle est de 80 000, quant à Lyon il est de 20  (...)

129Le graphique qui suit nous montre à quel point la production parisienne est plus importante que la lyonnaise, sauf pour les dictionnaires et ouvrages de référence159. Pour 200 éditions lyonnaises répertoriées, il y a 3 alphabets (également traités concis de grammaire), 2 Bibles (les Psaumes), 3 grammaires, 20 dictionnaires ou ouvrages de référence. Pour 450 éditions parisiennes répertoriées, il y a 30 alphabets, 104 Bibles (ou parties de Bible), 60 grammaires et 6 dictionnaires. N’ont pas été pris en compte les textes mêlés d’hébreu qui, représentant la majorité de la production lyonnaise et parisienne, ne rentrent dans aucune des quatre catégories étudiées, ni les textes contenant des pages entièrement en hébreu comme la lettre de Davantès à Coustau et l’éloge de Pagnini par Genebrard.

Image 1000000000000242000001EA2D1448B0ABD285E7.jpg

  • 160 À ce sujet, voir G. Morisse, « Pour une approche de l’activité de Sébastien Gryphe… », op. cit., p. (...)
  • 161 Pour certains de ceux qui nous intéressent : Gryphe à Francfort, Pesnot à Genève, Francfort, Milan (...)
  • 162 Pour les ouvrages étudiés il semble que Lyon ait surtout exporté vers l’Espagne et l’Italie. Par ai (...)

130Il est difficile de tirer un enseignement de leur diffusion car, à part les ouvrages de Pagnini, les acheteurs ne devaient pas savoir quels étaient les textes qui contenaient de l’hébreu et l’intérêt qu’ils leur montraient n’en dépendait probablement pas. Il est cependant impressionnant de constater que pour le Thesaurus de 1529 (21) une centaine d’exemplaires ont été retrouvés dans le monde entier. Le marché de Lyon160, situé sur la route du Sud, la proximité de l’Italie, ses quatre foires annuelles, ainsi que les comptoirs de plusieurs libraires et imprimeurs lyonnais161 favorisèrent aussi bien l’exportation162 que l’importation des livres. Il se peut que grâce à ce marché, Bibles, alphabets et grammaires imprimés à Paris aient pu combler une pénurie relative à Lyon.

  • 163 Deux d’entre eux, Chevalier et Mercier, ne vivaient plus au moment de la publication.

131Contrairement à l’hébraïsme parisien, presque exclusivement catholique, l’hébraïsme lyonnais est également un hébraïsme protestant, parfois même presque judaïsant. En 1575 et 1577 les annotateurs du Thesaurus de Pagnini sont des hébraïsants163 acquis aux idées de la Réforme, ce qui nous prouve la tolérance qui devait régner à Lyon. En effet Lyon, plaque tournante au centre de l’Europe, favorisait les apports des pays voisins. Ville accueillante, elle peut presque être qualifiée de cosmopolite.

132Même si nous pouvions espérer des publications plus savantes, l’importance de Lyon pour l’imprimerie hébraïque et pour le développement de l’hébraïsme chrétien fut très grande. La personne de Pagnini qui aura marqué les études de l’hébreu, aussi bien par ses écrits que par son enseignement, ne saurait être dissociée de l’histoire de cette ville. Gryphe restera l’imprimeur qui a frayé la voie de l’humanisme hébraïque à Lyon et en a procuré les instruments. Il n’a malheureusement pas eu de successeur digne de lui.

  • 164 N. Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », op. cit., p. 255.

133Quand les échevins de Lyon proclament en 1540 que « l’art de l’imprimerie est le plus beau et le plus grand en cette ville qu’il soit en la chrétienté »164, ils ont sûrement inclus l’impression hébraïque. Par la suite, elle sera moins importante qu’à Paris, vu le manque de nouveaux hébraïsants de talent, et c’est ainsi qu’on s’attachera à republier des ouvrages imprimés auparavant à Paris, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et à Genève, plutôt qu’à innover.

Notes

1 L. Schwarzfuchs, Le livre hébreu à Paris au xvie siècle : inventaire chronologique, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2004.

2 Moses Marx (1884-1973) a déposé son manuscrit au Hebrew Union College de Cincinnati, où il était bibliothécaire.

3 Mon inventaire en comporte 200, celui de Marx une trentaine.

4 H. et J. Baudrier, Bibliographie lyonnaise, recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au xvie siècle, Lyon et Paris, 1895-1925 ; réimpr. anast. Paris, F. de Nobele, 1964-1965, et Genève, Slatkine, 1999, 12 vol.

5 S. von Gültlingen, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, Baden-Baden et Bouxwiller, V. Koerner (Bibliotheca bibliographica Aureliana), 1992-2007, 11 vol.

6 Dans les commentaires des Psaumes, par exemple.

7 La collaboration de Gérard Morisse, vice-président de la Société des bibliophiles de Guyenne, et responsable de la Revue française d’histoire du livre, a été précieuse. Qu’il soit encore une fois remercié ici.

8 L’expression est employée par A. Lorian dans son article « L’imprimerie hébraïque 1470- 1550 : ateliers chrétiens et ateliers juifs », Le livre dans l’Europe de la Renaissance : actes du XXVIIIe colloque international d’études humanistes de Tours, [juillet 1985], P. Aquilon et H.-J. Martin dir., Paris, Promodis - Éditions du Cercle de la Librairie, 1988, p. 219-229.

9 Ce sujet a été développé dans Le livre hébreu… p. 17-19.

10 À La Rochelle entre 1590 et 1597 furent publiés en tout quatre ouvrages, tous de Pierre Martini, imprimés chez Jérôme Haultin, imprimeur étant passé par Lyon. À Orléans en 1537, un ouvrage de Jean Chéradame, Introductio alphabetica sane quam utilis Græcarum musarum adyta compendio ingredi cupientibus, imprimé à Lyon par Thibaud Payen pour lui-même et pour François Guyard à Orléans, contient un alphabet et quelques mots d’hébreu (42). Dans cette même ville, en 1592, une pièce de vers de C. de Massac, en caractères hébreux gravés, se trouve dans l’ouvrage Reuerendi in Christo patris… Michaelis Violaei… Tumulus, Aureliæ, apud Saturninum & Fabianum Hotot, fratres typographos, 1592. Tout cela nous porte à croire qu’aucun imprimeur d’Orléans ne possédait de caractères hébreux au xvie siècle.

11 Lyon aurait aussi été – avec Bordeaux et Arles – un des « ports » d’accostage d’un bateau de captifs juifs, poussé par le vent, après la prise de Jérusalem, au Ier siècle. En fait, Lyon est une des premières implantations juives en France. Voir B. Blumenkranz, Juifs en France : écrits dispersés, Paris, Commission française des archives juives, 1989, p. [143]-153.

12 Imprimé par Jacques Heremberck et Michel Topié.

13 Les numéros entre parenthèses renvoient à ceux de l’inventaire.

14 Imprimé par Conrad Feyner et Erhard Reuwich. Reuwich, artiste originaire d’Utrecht, avait accompagné Breydenbach dans son pèlerinage.

15 Opus epistolarum diui Hieronymi, … una cum scholiis Des. Erasmi, Bâle, Johann Froben, 1524-1526.

16 Sur Pagnini, voir T. M. Centi, « L’attività letteraria di Santi Pagnini (1470-1536) nell campo delle scienze bibliche », Archivum Fratrum Prædicatorum, n° 15, 1945, p. 5-51.

17 Contrairement au plan que j’ai adopté pour Le livre hébreu… je n’ai pas pu dissocier les imprimeurs des hébraïsants. Les dates entre parenthèses sont celles de la collaboration de Pagnini et Du Ry. Pour l’hébreu seule la date de 1526 doit être retenue.

18 E. Kammerer, « Deux témoignages sur Sante Pagnini, de Lucques : les éloges de Bartholomeus Ruffus et de Symphorien Champier », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, vol. 64, n° 3, 2002, p. 639-651.

19 G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France : le collège de la Trinité au xvie siècle à Lyon, Paris, Publisud (La France au fil des siècles), 1995, p. 27.

20 Sur la vie de François de Clermont-Lodève (1480-1541), cardinal depuis 1507, nommé légat du pape en Avignon et dans les provinces de Vienne et d’Embrun en 1514, voir Dictionnaire de biographie française, Paris, 1927-1928, vol. 8, col. 1507.

21 Léon X, décédé à Rome en 1521, date à laquelle Pagnini avait achevé ce travail (la traduction de l’A.T. selon l’hébreu était terminée déjà en 1518). Celle-ci fut en fin de compte publiée – sans le texte hébreu – grâce à la générosité de Jacques Giunta et de proches de Pagnini : Biblia. Habes in hoc libro prudens lector utriusque instrumenti nouam tranlationem æditam [sic] à Sancte Pagnino… Lyon, A. Du Ry, 1528. Voir Bibles imprimées… 814.

22 Moïse Qimhi (vers 1120 - 1190) : commentateur et grammairien juif, originaire d’Espagne, il a vécu à Narbonne.

23 David Qimhi (1160-1235 ?) : frère cadet et élève de Moïse, connu par son acronyme Radaq, il est un exégète et grammairien célèbre.

24 Ils étaient restés chez les dominicains de Lyon, où Pagnini demeurait, et se trouvent à présent – par confiscation révolutionnaire – à la bibliothèque municipale de Lyon.

25 Sur son séjour en France, voir plus loin.

26 Voir n° 9, f. [A1v˚].

27 T. M. Centi, « L’attività letteraria di Santi Pagnini… », op. cit., p. 48-49. Ce texte a été perdu.

28 Renseignements donnés par William Kemp.

29 Dates de leur collaboration. Gryphe continuera jusqu’en 1556 à imprimer avec de l’hébreu.

30 F. Geldner, Die Deutschen Inkunabeldrucker, Stuttgart, Hiersemann, 1968, p. 224-225.

31 Cette édition a été reprise à Paris par les Estienne en 1546 et 1556. Voir Le livre hébreu… nos 185 et 247. À la fois savant et marchand, Sertini servira la puissante famille florentino-lyonnaise Gadagne, à partir des années 1530.

32 Je remercie mon amie Marie-Josèphe Beaud-Gambier, qui s’est donné la peine de traduire ce texte difficile.

33 Avec des citations en grec et en hébreu.

34 Ibn Ezra (1089 Tudèle - 1164) : auteur d’un commentaire de la Bible.

35 Rashi (1040 Troyes - 1105 Troyes ?) : s’appelant de son vrai nom Salomon ben Isaac, il fut le plus grand commentateur juif de la Bible. Voir Le livre hébreu… p. 21, et S. Schwarzfuchs, Rachi de Troyes, Paris, A. Michel (Spiritualités vivantes, 217), 2005.

36 Traduction faite par Anne Bouscharain. Qu’elle en soit vivement remerciée ici. Voir le texte original en illustration, page suivante.

37 En grec dans le texte.

38 Voir M. Engammare, « Sante Pagnini, traducteur Ad litteram et exégète Secundum Allegoriam de l’Écriture (1520-1536) », Philologie et subjectivité : actes de la journée d’étude organisée par l’École nationale des chartes, D. de Courcelles éd., Paris, École des Chartes, 2002, p. [41]-52.

39 À Paris, pour cette concordance, Robert Ier Estienne utilise déjà des caractères hébreux dès 1527-1528. Voir Le livre hébreu… n° 26.

40 Santis Pagnini Isagogæ ad sacras literas, liber unicus. Eiusdem Isagogæ ad mysticos sacræ scripturæ sensus, libri XVIII, Lyon, (François Juste) pour Hugues de La Porte, 1536.

41 M. Engammare, « Sante Pagnini… », op. cit. Dans son Thesaurus, Pagnini a aussi constamment mêlé grammaire et exégèse. Voir S. Kessler-Mesguich, Les études hébraïques en France, de François Tissard à Richard Simon (1508-1680), thèse, Université de Paris VIII, 1994, p. 186.

42 N. Zemon Davis, « Poor, relief, humanism, and heresy : the case of Lyon », Studies in Medieval and Renaissance History, n° 5, 1968, p. 175-217.

43 E. Kammerer, « Deux témoignages sur Sante Pagnini… », op. cit., p. 646.

44 A. Labarre, Bibliographie du Dictionarium d’Ambrogio Calepino : 1502-1779, Baden-Baden, V. Koerner (Bibliotheca bibliographica Aureliana, 26), 1975. Il n’y étudie pas l’hébreu.

45 T. M. Centi, « L’attività letteraria di Santi Pagnini… », op. cit., p. 30 et note 96.

46 Gubbio faisait partie du diocèse de Salerne dont Fregosio était l’archevêque. C’est peut-être lui qui a fait le lien entre Gryphe et Steuco.

47 Très riche en ouvrages hébraïques. Voir G. Tamani, « La bibliothèque hébraïque du cardinal Domenico Grimani », Actes du 29e congrès des orientalistes, Paris, L’Asiathèque, 1975, p. 40-45.

48 Son commentaire de la Bible a été utilisé – entre autres – par Olivetan. Voir M. Engammare, « Olivetan et les commentaires rabbiniques : historiographie et recherche d’une utilisation de la littérature rabbinique par un hébraïsant chrétien du premier tiers du xvie siècle », L’hébreu au temps de la Renaissance, I. Zinguer éd., Leyde, E. J. Brill, 1992, p. 36.

49 À part un seul ouvrage imprimé auparavant à Venise : Recognitio ueteris Testamenti ad Hebraicam ueritatem… Venise, Héritiers d’Aldo Manuzio, Andrea Torresano, 1529, tous sont des premières éditions. Je n’ai pas trouvé mention d’un passage de Steuco à Lyon.

50 Le cardinal avait fait la connaissance de Steuco, qui lui avait été présenté par le cardinal Grimani, à la cour palatine. Il a dû être son mécène, ce qui explique – Steuco ne vivant plus – l’épître de Gryphe. Voir R. Cooper, Litteræ in tempore belli : études sur les relations littéraires italo-françaises pendant les guerres d’Italie, Genève, Droz (Travaux d’humanisme et Renaissance, 308), 1997, p. 261.

51 Ces publications suivent toutes des éditions frobeniennes de Bâle. Cela établit incontestablement les rapports entre Gryphe et Froben.

52 L’Adagiorum opus est imprimé sept fois à Lyon par Gryphe et ses héritiers.

53 L’attribution de Baudrier, suivie par Gültlingen, à Gryphe pour l’édition de 1550 est erronée. Voir n° 72.

54 Biblia. Voir Le livre hébreu… n° 111.

55 Baudrier VIII, p. 23, cite A. Du Verdier, La prosopographie ou description des personnes insignes, Lyon, Antoine Gryphe, 1573, p. 497-498 [p. 505-506]. La transcription exacte est due à Gérard Morisse. Voir G. Morisse, « Pour une approche de l’activité de Sébastien Gryphe, libraire-imprimeur lyonnais du xvie siècle », Revue française d’histoire du livre, nos 126-127, 2007, p. 13-68.

56 Le sens du dernier vers est mystérieux : « mort en rivalité avec Cicéron ».

57 Je ne cite que les dédicataires des éditions lyonnaises, et non pas ceux des éditions reprises par les imprimeurs lyonnais.

58 L. Chomton, Histoire de l’église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon, Jobard, 1900, p. 253-259.

59 Selon le terme de R. Cooper, Litteræ in tempore belli, op. cit., p. 261.

60 J. V. Pollet, Julius Pflug (1499-1564) et la crise religieuse dans l’Allemagne du xvie siècle, Leyde, E. J. Brill, 1990.

61 Ou sympathisants de la Réforme.

62 Cartier, p. 119-122.

63 Imprimées pour Antoine Vincent, qui vivait tantôt à Lyon, où il est mort en prison, tantôt à Genève. Les Psaumes se chantaient à Lyon, le soir en bande. C’était un instrument de la propagande protestante. Voir N. Z. Davis, « The Protestant printing workers of Lyons 1551 », et E. Droz, « Antoine Vincent : la propagande protestante par le Psautier », Aspects de la propagande religieuse, Genève, Droz (Travaux d’humanisme et de Renaissance), 1957.

64 J. C. Saladin, « Lire Reuchlin, lire la Bible : sur la préface des Rudimenta Hebraica (1506) », Revue de l’histoire des religions, n° 3, 2005.

65 Page 156 dans l’édition italienne de la même année (100).

66 Baudrier X, p. 185.

67 Plusieurs imprimeurs-libraires parisiens portent ce patronyme. Voir P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d’imprimerie, Paris, Lettres modernes, 1965, p. 43-45.

68 Le 28 janvier 1561 il demande à être déchargé de la tutelle des enfants de l’imprimeur Du Bois, et meurt le 31 août 1561 à l’âge de 36 ans. Voir P. Pidoux, Le psautier huguenot au xvie siècle, Bâle, Baerenreiter, 1962, p. [175].

69 P. Chaix, Les livres imprimés à Genève de 1550 à 1600, Genève, Droz (Travaux d’humanisme et Renaissance, 86), 1966, p. 165-166.

70 Je suis reconnaissante à Monique Hulvey de m’avoir dirigée vers Valérie Hayaert, à qui je dois toutes mes connaissances sur Pierre Coustau. Celle-ci m’a transmis en « avant-première » quelques extraits de sa thèse Mens emblematica et humanisme juridique : le cas du Pegma cum narrationibus philosophis de Pierre Coustau (1555), Florence, Institut universitaire européen, 2005. Cette thèse lui a valu le premier prix Alumni.

71 Traduction araméenne, parfois paraphrasée de la Bible hébraïque.

72 Autre appellation de l’araméen : « Nam & uasta illa Talmudæorum compages, & magistrorum commentaria tam multa a Caldæis mutuarunt, ut potius Babyloniis quam Hebræis scripta esse uideantur. »

73 Chaldæa interpretatio Prouerbiorum Salomonis…, Paris, 1561, et Chaldæa interpretatio Ecclesiastæ…, Paris, 1562. Voir Le livre hébreu… nos 268 et 273.

74 Hormis une dédicace entièrement en hébreu de Sébastian Münster à Pierre Du Chastel, publiée d’abord à Bâle dansImage 1000000000000061000000113123728F7E0F6D07.jpgCompendium Hebraicæ grammaticæ, ex Eliæ Iudæi uariis & optimis libris per Sebastianum Munsterum…, Basileæ, Froben, 1529, et reproduite à Paris dans le même ouvrage en 1537. Voir Le livre hébreu… n° 78.

75 Avec lequel il avait conclu une « alliance » pour traduire tout le Targum, comme il est mentionné dans sa lettre en hébreu adressée à Coustau, publiée en postface au Targum.

76 Image 10000000000001DA000000135F78504A6978B31F.jpg

77 Six semaines avant la lettre de Davantès à Coustau qui avait été précédée par une lettre de Coustau à Davantès.

78 Où il publie De pace carmen, en 1559, chez Anet Brière.

79 Voir F. Secret, « Les jésuites et le kabbalisme chrétien à la Renaissance », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, vol. 20, 1958, p. [542]-555.

80 Aucun exemplaire n’a été retrouvé. Il leur est peut-être arrivé un sort semblable à celui de l’ouvrage de Servet.

81 Villanueva de Sijena, d’où son nom espagnol, Miguel de Villanueva.

82 Postel lui a dédié un ouvrage imprimé à Paris en 1538. Voir Le livre hébreu… n° 83.

83 De Trinitatis erroribus liber septem, [Haguenau, Johann Setzer].

84 Certains le soupçonnaient même de « judaïser ».

85 Voir A. Gordon Kinder, « Michael Servetus », Bibliotheca dissidentium : répertoire des non-conformistes religieux des seizième et dix-septième siècles, A. Séguenny éd., Baden-Baden, V. Koerner (Bibliotheca bibliographica Aureliana, 116), 1989, t. 10, p. 9-13.

86 Les trois exemplaires qui subsistent se trouvent respectivement à Édimbourg, Paris et Vienne. Celui de Paris a appartenu au juriste Colladon, qui a assisté Calvin lors du procès de Servet. Voir A. Charon, « Michel Servet », Treasures from the Bibliothèque nationale de France, Paris - Washington, Bibliothèque nationale de France - Library of congress, 1995, p. 197-198.

87 Les citations en hébreu qui s’y trouvent témoignent d’une très bonne connaissance de cette langue. Il a aussi été l’éditeur en 1542 de la Biblia sacra ex Santis Pagnini tralatione…, Lugduni, excudebat Gaspar Trechsel apud Hugonem à Porta. Et en 1545 de la Biblia sacra cum glossis…, Lugduni, [Gaspar Trechsel pour Antoine Vincent].

88 Guillaume Guéroult (Rouen 1507 - Lyon 1569), éditeur, traducteur et poète, a dirigé l’atelier d’Arnoullet à Vienne pour l’impression de cet ouvrage.

89 Le livre hébreu… p. 28-29.

90 L’arrestation de Postel à Lyon aurait été relatée par lui-même dans une lettre restée manuscrite. Voir F. Secret, « Notes sur Guillaume Postel », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, vol. 23, 1961, p. 134-135.

91 S. Stahlmann, « Die Stellung Guillaume Postels in der religiösen Propaganda : ein Leben zwischen den Konfessionen », Aspects de la propagande religieuse, Genève, Droz (Travaux d’humanisme et de Renaissance), 1957, p. 294-307.

92 A. Kleinclausz, Histoire de Lyon, t. 1, livre V : le seizième siècle, Lyon, P. Masson, 1952 ; réimpr. Marseille, Laffitte, 1978.

93 P. Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien, Institut supérieur de théologie, Wetteren, De Meester, 1949-1986, t. 2, col. 1502-1522.

94 Ils en seront expulsés en 1595 et y reviendront en 1604.

95 Plus tard Université pontificale grégorienne.

96 S. Kessler-Mesguich, Les études hébraïques en France…, op. cit., p. 99.

97 Déjà mentionné p. 22.

98 Voir Le livre hébreu… p. 46-47 et illustration n° 28.

99 G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France…, op. cit., p. 163, n. 345.

100 Le privilège accordé par Pierre Bullioud à J.-B. Regnault, qui dirige la maison des Giunta, mentionne : « […] veu la nécessité du temps, on ne peut recevoir aucuns livres de Paris, il fust permis aux marchans libraires de ceste ville, faire imprimer livres, servant à piété et dévotion ». Sur les mauvaises communications dues aux luttes intestines, voir D. Pallier, Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue : 1585-1594, Genève, Droz, 1976, p. 139 et suivantes.

101 Biographie nationale, Bruxelles, E. Bruylant, 1868-1985, t. 10, p. 103-105.

102 Celui-ci n’existe plus.

103 À présent collège du Saint-Esprit, transformé en musée de Spoelberch.

104 Encyclopaedia Judaica, Jérusalem, Encyclopaedia Judaica, 1971, vol. 14, p. 1641.

105 Baudrier II, p. 249.

106 G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France…, op. cit., p. 125 et Oxford Dictionary of National Biography, H.C.G. Matthew et B. Harrison éd., Oxford, Oxford University Press, 2004, vol. 25, p. 1009-1013.

107 The Jewish Encyclopedia, New York et Londres, 1925, vol. 3, p. 109.

108 Image 100000000000001E0000000FC9E68BCB847A5F24.jpg[monument] Comparatio grammaticæ hebraicæ et aramicæ…, Genève, E. Vignon, 1574.

109 Près de Vire dans le Calvados. Voir E. Frère, Manuel du bibliographe normand, Rouen, A. Le Brument, 1858, p. 233, et E. et E. Haag, La France protestante, Genève, Slatkine, 1966, vol. 3, p. 440.

110 Paul Büchlein devient Paul Fagius (1504 Rheinzabern - 1549 Cambridge) : hébraïsant, pasteur, enseignant et aussi imprimeur, il vivait en étroite connivence avec le monde juif. Voir The Jewish Encyclopedia, op. cit., vol. 5, p. 325.

111 Immanuel Tremellius (1510 Ferrare - 1580 Sedan) : juif italien converti au catholicisme, il devient plus tard protestant. Hébraïsant, il est le successeur de Paul Fagius à Cambridge. Voir The Jewish Encyclopedia, op. cit., vol. 12, p. 240, et S. Kessler-Mesguich, Les études hébraïques en France…, op. cit., p. 64.

112 Image 100000000000004F0000000F4A5FB31E7C1BEA2B.jpg[La porte de la tente d’assignation] Rudimenta Hebraicæ linguæ… authore Antonio Cevallerio eius linguæ professore…, [Genève], Jean Crespin, 1560.

113 Voir Le livre hébreu… p. 29-30.

114 Le temps des Réformes et la Bible, G. Bedouelle et B. Roussel dir., Paris, Beauchesne (Bible de tous les temps, 5), 1989, p. 270 et suivantes.

115 Les annotations sont en italique dans le texte et signées en exposant M (Mercier) ou C (Chevalier) ou MC. Je n’ai pas trouvé B (Bertram).

116 C’est ainsi que son nom est orthographié par Genebrard.

117 Image 10000000000000670000000EDC59F1CEC52D51CB.jpgtraduction littérale : « La paix sur lui » (expression utilisée pour les morts).

118 Honneur accordé chaque année à un orateur particulièrement estimé lors du renouvellement par moitié des conseillers échevins. Voir G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France…, op.cit., p. 20.

119 Ces textes, sans grand intérêt mais d’un hébreu correct, sont une preuve de l’enseignement de l’hébreu dans cette institution.

120 Oxford Dictionary of National Biography, op. cit., vol. 11, p. 492, et G. de Groër, op. cit., p. 169- 170 (sous le nom erroné de Chilsholm).

121 Biblia sacrosancta…, 1532, in-8°. L’Interpretatio y est différente de celle des Estienne et ne contient pas de caractères hébreux.

122 Les détails biographiques sont tirés de l’« Introduction » de Jacques Boulenger dans Rabelais, œuvres complètes, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade, 15), 1962. Voir également Dictionnaire des lettres françaises : le xvie siècle, M. Simonin éd., Paris, Fayard, 2001, p. 976 et suivantes.

123 Voir K. Campbell, « Du vraix et du faux hébreu chez François Rabelais », I. Zinguer éd., op. cit., p. [197]-210.

124 M.-L. Demonet-Launay, « La désacralisation de l’hébreu au xvie siècle », ibid., p. [154]-171.

125 Qu’il a accompagné en Italie à la suite de Louis XII. Sur ses relations avec l’Italie, voir R. Cooper, Litteræ in tempore belli, op. cit., p. [287]-302. Il a également pu y apprendre l’hébreu.

126 F. Secret, « Notes sur les hébraïsants chrétiens », Revue des études juives, fasc. 1-2, 1964, p. 148, l’accuse « d’un venimeux antisémitisme médical ».

127 G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France…, op. cit., p. 10.

128 Voir plus haut, p. 21.

129 F. Secret, « Notes sur les hébraïsants chrétiens », p. 149-153.

130 R. Francisque-Michel, Les Portugais en France, Paris, Guillard - Aillaud, 1882, p. 106.

131 Baudrier VIII, p. 131.

132 C’est la première mention « officielle » de l’enseignement de l’hébreu à Lyon. Cet enseignement interrompu un certain moment a été rétabli plus tard par les jésuites, puis supprimé faute d’élèves. Voir G. de Groër, Réforme et Contre-Réforme en France…, op. cit., p. 27 et 133.

133 Il a aussi été enseigné au collège de Tournon, à partir de 1552. Voir P. Delattre, Les établissements des jésuites en France…, op. cit., 1955, t. 4, p. 1408.

134 Davantès leur dédie une édition de Térence (110).

135 Certains renseignements fournis d’une part par N. Z. Davis, « The Protestant printing workers of Lyons 1551 », Aspects de la propagande religieuse, Genève, Droz (Travaux d’Humanisme et de Renaissance), 1957, p. 253, et d’autre part par une liste généalogique diffusée sur le site internet des Huguenots de France sont légèrement contradictoires. J’ai opté pour ceux d’internet qui précise que son 5e enfant, une fille, née à Genève à la fin de l’année 1555, était filleule de Calvin.

136 Voir Le livre hébreu… nos 40, 46 et 79.

137 D. Baker-Smith, « Florens Wilson and his circle : émigrés in Lyon, 1539-1543 », Neo-Latin and the Vernacular in Renaissance France, T. Cave et G. Castor éd., Oxford, Clarendon press, 1984, p. 83-97.

138 Peut-être aussi l’hébreu ?

139 Baudrier V, p. 124.

140 Au moment de mettre mon ouvrage sous presse, je découvre dans une édition genevoise ( H. II Estienne, Hypomneses de gallica lingua… [Genève, Henri II Estienne], 1582), les noms de deux hébraïsants, de Lyon et des environs : Claude Mitalier et Jérôme de Chatillon.

141 A. Péricaud, Notes et documents pour servir à l’histoire de la ville de Lyon, 1547-1559, 1838-1846, p. 3.

142 Je n’ai trouvé qu’une seule fois des caractères rabbiniques, ou semi-cursifs, fort mal faits (130).

143 Pour la notice 15, seuls les caractères du texte (2,5) sont employés.

144 Identiques à ceux employés par Froben. Le professeur Vervliet m’a communiqué que ceux-ci ont, semble-t-il, été gravés par Peter II Schoeffer, le fils de Peter Schoeffer, qui a assisté Gutenberg pour l’impression de sa Bible à 42 lignes.

145 Les grands caractères du Thesaurus linguæ sanctæ (21) sont des bois.

146 Qui a aussi employé des caractères séfarades (181).

147 Dans mon inventaire ce sont les ashkénazes.

148 Dans mon inventaire ce sont les « séfarades de Boulle ».

149 Jusqu’à cette date ils ont employé des caractères ashkénazes (46, 55). Dans mon inventaire ce sont les « séfarades des Frellon ».

150 Voir Le livre hébreu… p. 56 et illustration n° 32. Le professeur Vervliet suggère une nouvelle attribution à Michel Du Bois, imprimeur et graveur, qui travaillait à Lyon à cette époque.

151 Attribuée également par le professeur Vervliet à Michel Du Bois. Dans mon inventaire ce sont les « séfarades ». Sur ce sujet, voir H.D.L. Vervliet, French Renaissance Printing Types : a Conspectus, Londres, The Bibliographical Society, 2008 (sous presse).

152 Dans mon inventaire ce sont les « séfarades des Estienne ». Toutes attribuées par le professeur Vervliet à Jean Arnoul. Voir H.D.L. Vervliet, « Robert Estienne’s printing types », The Library, 7e serie, vol. 5, n° 2, juin 2004, nos 24, 25, 26, 28. Elles pourraient avoir été achetées à Genève, à Henri II Estienne. Les mêmes caractères, plus une fonte nouvelle avec un aleph א de 10 mm (hauteur), apparaissent au titre du Nouveau Testament polyglotte de 1571 (129), qui est une nouvelle émission d’une impression de Henri II Estienne, Genève, 1569.

153 Dans l’ordre alphabétique hébraïque.

154 Elle se trouve aussi dans les éditions parisiennes de Clénard. Voir Le livre hébreu… p. 49, I.

155 Baudrier III, p. 457.

156 Paris n’a commencé qu’en 1531 avec le Cantique des cantiques : Canticum canticorum Selomonis nuper ex hebræo in Latinum per Agathium Guidacerium, Parisiis, ex officina Gerardi Morrhi, 1531. Voir Le livre hébreu… n° 37.

157 Dictionnaire latin-italien avec les racines soit grecques soit hébraïques.

158 La demande devait être moins importante qu’à Paris. Voir N. Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », Histoire de l’édition française, t. 1. Le livre conquérant : du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, H.-J. Martin et R. Chartier dir., Paris, Promodis, 1982, p. 255.

159 Le nombre de publications évaluées à Paris au xvie siècle est de 80 000, quant à Lyon il est de 20 000. Donc un rapport de 1 à 4. Dans ce cas le rapport des ouvrages avec de l’hébreu imprimés à Lyon serait de 1 à 2,3. Cependant la supériorité de Paris est indéniable, vu le nombre de textes entièrement en hébreu qui y sont imprimés.

160 À ce sujet, voir G. Morisse, « Pour une approche de l’activité de Sébastien Gryphe… », op. cit., p. 13-68, et Ian Maclean, « Concurrence ou collaboration ? Sébastien Gryphe et ses confrères (1528-1556) », Quid novi ? Sébastien Gryphe à l’occasion du 450e anniversaire de sa mort, actes du colloque 23-25 novembre 2006, R. Mouren dir., Villeurbanne, presses de l’Enssib, 2008 ; G. Morisse, op. cit., p. 13-68, et « Les circuits de diffusion du livre en Espagne au xvie siècle », Des moulins à papier aux bibliothèques : le livre dans la France méridionale et l’Europe méditerranéenne (xvie-xxe siècle), R. Andréani, H. Michel et É. Pélaquier éd., Montpellier, Publications de Montpellier III, t. I, p. 217-232.

161 Pour certains de ceux qui nous intéressent : Gryphe à Francfort, Pesnot à Genève, Francfort, Milan et Rome, Rouillé et Landry à Medina del Campo où ce dernier a séjourné vingt ans, Giunta et Trechsel à Salamanque.

162 Pour les ouvrages étudiés il semble que Lyon ait surtout exporté vers l’Espagne et l’Italie. Par ailleurs, la copie d’un encadrement de titre de l’imprimeur Jean Ier de Tournes de 1555 sur les Euures de Louïze Labé lionnoize se retrouve sur des ouvrages en hébreu, imprimés par Eliezer ben Isak Ashkenazi (de Prague) d’abord à Lublin en 1573, puis à Constantinople en 1575 (il se dirigeait vers la Palestine) et enfin à Safed en 1578. Je remercie Isaac Yudlov de me l’avoir signalé.

163 Deux d’entre eux, Chevalier et Mercier, ne vivaient plus au moment de la publication.

164 N. Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », op. cit., p. 255.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search