Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Remerciements

p. 5-6


Texte intégral

Pour Simon

1Mes remerciements vont avant tout vers Yves Jocteur Montrozier, conservateur en chef au fonds ancien de la bibliothèque municipale de Lyon. J’expliquerai plus loin, dans mon introduction, comment, après avoir achevé mon ouvrage sur Paris, j’ai entrepris spontanément, et sans aucune garantie de publication, de travailler sur le même sujet pour la ville de Lyon. Lors d’une de mes visites au fonds ancien, et à la suite d’une conversation amicale, Yves Jocteur Montrozier, encouragé par Monique Hulvey, administrateur des bases documentaires, a pris l’initiative de proposer mon travail à l’Institut d’histoire du livre qui l’a accepté dans le cadre de ses publications.

2Mais ce travail n’aurait pu aboutir sans la collaboration dévouée d’une véritable équipe d’amis anciens et nouveaux. Ils s’y sont tous investis de tout leur cœur. J’espère n’omettre personne, car la liste est longue. Monica Breazu, Marie-Josèphe Beaud-Gambier, Geneviève Guilleminot-Chrétien, Denise Hillard, William Kemp, Renata Segré, Hendrik Vervliet, tous mes « anciens » amis. Et les « nouveaux », Monique Hulvey et Gérard Morisse. Ce dernier, amoureux des éditions lyonnaises, a droit à une mention spéciale. Depuis près d’une année, il m’a consacré une grande partie de son temps, constamment « on line » pour répondre à mes questions, me suggérer des modifications, me corriger. Tous ont contribué à améliorer la qualité de mon ouvrage. Je me dois aussi de ne pas oublier l’équipe des magasiniers du Fonds ancien, en particulier Gilles Caillat, qui se sont toujours mobilisés lors de mes passages à Lyon. Ils savaient que je venais de loin et que le temps était court.

3Et encore et toujours Simon Schwarzfuchs, qui m’a encouragée tout au long de ce travail.

4Toute ma reconnaissance va aux bibliothécaires, de France et de l’étranger, dont certains ont inlassablement répondu à mes demandes de renseignements :

5Abbeville (Marie-Noé Hue) ; Alençon (Catherine Pionchon) ; Amiens (Anne-Bérangère Rothenburger) ; Auxerre (Mia Michaut) ; Avignon (Émilienne Molina) ; Beaune (Clarisse Meunier) ; Besançon (Marie-Claire Waille) ; Bourg-en-Bresse (Françoise Ferrand) ; Bruxelles, Bibliothèque royale (Renaud Adam) ; Caen (Noëlla du Plessis et Laure Jestaz) ; Cambridge, University Library (Nicholas Smith) ; Châlons-en-Champagne (Chantal Husson) ; Florence, Biblioteca nazionale centrale ; Francfort-sur-le-Main, Bibliothèque universitaire (Anneliese Becherer) ; Gérone, Biblioteca pública ; Grenoble (Marie-Christine Hébré et Monique Samé) ; Huesca (Rosario Fraile Gayarre) ; Lyon (Monique Hulvey) ; Madrid, Biblioteca complutense (Pilar Moreno Garcia), Biblioteca historica municipal (Barrio Cuenca-Romero et Luis Maria Miguel) ; Le Mans (Didier Travier) ; Milan, Università cattolica del Sacro Cuore (Paola Ventrone) ; Montpellier (Gilles Gudin de Vallerin et Elisabeth Prost) ; Nice (Maryvonne Pesteil) ; Orléans (Marie Maignaux, Anne Monginoux) ; Paris, Bibliothèque Mazarine (Isabelle de Conihout), Bibliothèque nationale de France (Monica Breazu, Geneviève Guilleminot-Chrétien et Denise Hillard), Bibliothèque Sainte-Geneviève (Yann Sordet et Maryse Viviand) ; Poitiers, Université (Jean-Pierre Bonnet) ; Rennes (Sarah Toulouse) ; La Rochelle (Valérie Denier) ; Rodez (Nicole Lançon) ; Rome, Biblioteca Pio IX ; Tonnerre (Marie Christine Beccavin et Joëlle Grigor) ; Toulouse (Jocelyne Deschaux), Université (Agnès Bach) ; Troyes (François Berquet) ; Valognes (Laurianne Thual-Tarin) ; Versailles (Elisabeth Maisonnier).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.