Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

I. Institutions économiques et ordres productifs

3. Diffusion technologique et clusters de production en Chine

Li Guowu

Texte intégral

1Dans le processus d’industrialisation et de mutation du marché dans les campagnes chinoises, de nombreux districts ruraux ne disposant pas de ressources naturelles ni d’une localisation avantageuse ont néanmoins développé à grande échelle des clusters d’industries primaires et des réseaux commerciaux. Les clusters que l’on peut trouver en Chine sont très semblables à ceux du nord-est de l’Italie, qui se constituent en groupements de PME ; le chercheur italien Giacomo Becattini (1990) y voit « un système territorial de production créé par des individus issus d’un même milieu social et des entreprises sur un site donné ». À l’inverse des « clusters en transition », qui reposent principalement sur les investissements directs étrangers, ce type de cluster se développe avant tout sur la base d’entreprises montées par les résidents locaux. Ce type de cluster industriel repose essentiellement sur des forces endogènes, et ne doit pas son développement à des investissements extérieurs via l’implantation de filiales. Par exemple, la circonscription de Qinghe au Hebei était encore il y a une trentaine d’années une zone agricole pauvre, sans ressources en bétail ni tradition dans les activités de production du cachemire ; elle est néanmoins devenue dans ce domaine le plus grand centre de production et de vente des produits en cachemire. Il existe de nombreux autres exemples très semblables à celui de Qinghe, comme la circonscription de Leqing (Wenzhou, Zhejiang), connue pour sa production d’appareils électriques à basse tension, ou encore celle de Beidian (Baoding, Hebei), réputée pour sa production de maroquinerie, etc. Comment se sont formés ces clusters industriels, dans quelles conditions et à l’aide de quelles institutions ? J’essaierai ici de répondre à ces questions en analysant des matériaux recueillis auprès des clusters de production textile (cachemire) de la circonscription de Qinghe.

2Les économistes se fondent souvent sur les dotations initiales d’un territoire donné et la stratégie des grands groupes industriels pour expliquer l’apparition des clusters. L’analyse des dotations initiales tend à démontrer que les entreprises se concentrent dans les zones présentant des avantages naturels, disposant de matières premières en abondance ou d’un vaste marché (Weber 2010 ; Christaller 2010). La théorie de l’agglomération postule que pour cumuler les avantages liés à la proximité géographique, les entreprises s’agglomèrent. Ces avantages incluent la formation d’un marché du travail commun, le développement d’activités complémentaires, l’utilisation d’institutions hautement spécialisées, la diffusion et la production de connaissance spécifiques liées au type d’industrie concerné, etc. (Marshall 1964 ; Krugman 1991 ; Arthur 1994). La prémisse essentielle de la théorie de l’agglomération est que les entreprises peuvent choisir librement leur lieu d’implantation. Cependant, il est évident que cet angle théorique est insuffisant pour l’analyse de la formation des clusters d’industries primaires en Chine, d’une part parce qu’un nombre important de ces clusters n’est pas situé à proximité de lieux de production de matières premières ou d’un marché important, d’autre part parce que la majorité des clusters d’industries primaires se développent dans un contexte où les entreprises ne peuvent pas choisir librement leur lieu d’implantation. De ce fait, cette étude part de l’hypothèse d’une combinaison de processus de diffusion technologique et d’agglomération d’industries pour expliquer la formation de ces clusters, dans un contexte institutionnel chinois en mutation, en l’illustrant au moyen des matériaux provenant du cluster de production de produits textiles en cachemire de la circonscription de Qinghe.

Implantation industrielle et diffusion technologique

Créer une usine dans un contexte réglementaire contraint

3Les clusters d’industries primaires en Chine sont pour la plupart la conséquence de l’industrialisation des campagnes dans un contexte institutionnel particulier. Ils se sont généralement développés à partir des communes de production héritées de l’économie planifiée, se formant dans le contexte d’une mutation progressive du système d’économie planifiée vers celui du libre marché. Dans l’économie planifiée, la Chine mettait en œuvre un système où les villes et les zones rurales étaient séparées. Le pays ne permettant pas les activités commerciales privées, c’est seulement à travers une organisation collective que les districts ruraux ont pu s’engager dans des activités de production complémentaires, alors dénommées communes. Celles-ci devaient respecter le principe des « trois sur place » (sanjiudi) : utilisation des matériaux disponibles sur place, production sur place, vente sur place, et il leur était par ailleurs interdit d’aller dans un autre district pour fonder une entreprise. Dans le système de production collective, les entreprises fondées par les gouvernements locaux des bourgs et communes ou les organisations villageoises n’étaient pas complètement motivées par la maximisation du profit, mais par le maintien de l’emploi et la satisfaction des besoins collectifs, les entrées fiscales ou les objectifs assignés permettant la promotion des fonctionnaires locaux. Fei Xiaotong avait noté à ce sujet :

Du fait du contrôle strict des flux de migration entre villes et campagnes, et de la distinction claire entre permis de résidence (hukou) citadins et ruraux, un surplus de main-d’œuvre était caché dans les zones rurales. La réglementation stricte des permis de résidence a forcé les paysans à chercher une autre voie, qui a consisté à industrialiser les campagnes au lieu d’aller vers les villes, permettant de mobiliser cette main-d’œuvre supplémentaire. (Fei Xiaotong 1998)

4L’économie collectiviste des campagnes et les restrictions aux mobilités humaines villes-campagnes ont forcé les résidents des zones rurales à mettre en œuvre les « trois sur place » pour lancer le processus d’industrialisation.

Aux origines de l’industrie : héritage historique et aléas spatiaux

5Les activités mises en œuvre par les communes de production ou les entreprises des bourgs et communes étaient dans certains cas liées aux traditions locales, par exemple la production de chaussures pour la ville de Lu à Wenzhou, les vêtements à Ningbo, la machinerie à Yongkang, le tissage de la soie à Wujiang, spécialités ayant toutes de longues traditions historiques. Malgré les changements d’époques, les habitants de ces lieux ont préservé leur savoir-faire de différentes façons, en gardant leur caractère local. Lors de la période de gestion de la production agricole par quotas, ce savoir-faire est devenu superflu, mais a retrouvé une nouvelle vie au moment où le gouvernement a assoupli sa politique en permettant aux familles de paysans d’avoir des activités complémentaires. Les résidents des zones rurales ont alors commencé à étudier localement les techniques de production auprès d’enseignants. Mais beaucoup d’activités de production innovantes se sont développées de façon aléatoire dans les zones rurales au moment où le pays cherchait à s’industrialiser. Par exemple, la production de laine dans la ville de Qinghe au Hebei a été lancée sans plan préconçu par deux employés de la commune de production d’alors, Xu Shouxiang et Dai Zilu. En 1977, ils sont allés à l’usine de laine Dongsheng en Mongolie intérieure acheter des équipements de tissage au rebut, et se sont aperçus qu’était entassée dans un coin une grande quantité de rebuts contenant des poils fins inutilisés. Dai Zilu, qui avait une expérience dans le tissage, a pensé qu’en adaptant la cardeuse au démêlage de poils fins, il serait possible d’extraire les filaments laineux de ces pièces au rebut. Il entreprit alors de procéder à cette transformation dans la commune de production de Daijiadun de Yangerzhuang du district de Qinghe, avec succès. Bien entendu, ce type d’expérience était lié aux paysans ayant un exceptionnel esprit entrepreneurial et une grande sensibilité aux opportunités offertes par le marché.

La diffusion de l’imitation et des techniques

6Après que des activités profitables furent importées dans les zones rurales par des entrepreneurs doués, le procédé fut imité, ouvrant la voie pour les activités innovantes, qui allaient se diffuser dans le cadre social et spatial établi. La raison pour laquelle les résidents ruraux imitèrent les techniques de production était liée, d’une part, à l’amélioration du statut du district que provoquait la diffusion d’innovations dans un contexte de compétition accru, d’autre part, au fait que l’imitation réduisait l’exposition au risque et le coût de la recherche d’informations. Dans certaines zones rurales relativement isolées où les échanges se font en cercle fermé, les comportements s’inspirent les uns des autres et se répètent. En se lançant dans une activité de production innovante, un membre de la communauté voit son statut s’élever au sein de celle-ci, et devient par voie de conséquence une référence pour ceux qui veulent suivre son exemple, voyant dans son succès une façon de les priver de leur mérite. Afin de regagner l’équilibre social initial, ces derniers cherchent donc à leur tour à se lancer dans une activité de production afin d’augmenter leurs revenus et de retrouver la place qu’ils occupaient auparavant au sein de la communauté. Pour qu’une réelle émulation voie le jour, le premier entrepreneur doit avoir réussi grâce à des investissements risqués, et ses profits doivent être connus de tous au sein de la communauté. Investir dans quelque domaine que ce soit est un acte risqué, dans la mesure où l’on n’a jamais en main à l’avance toutes les informations relatives au domaine que l’on choisit ni sur les profits qu’on pourra en tirer. L’entrepreneur, s’il veut réduire la part de risque, doit essayer de rassembler le plus d’informations possible. Reproduire l’exemple d’un autre est un moyen efficace de limiter les risques encourus et de recueillir des informations pertinentes. Aucun entrepreneur ne voit les choses de la même manière, chacun a sa façon propre de prendre le moins de risques possible ; c’est pourquoi il existe deux types d’entrepreneurs : ceux qui innovent et ceux qui imitent. Les premiers sont peu nombreux, tandis que les seconds sont légion. Les entrepreneurs innovants doivent faire face à davantage de risques et à des coûts de production plus élevés. Quand ils n’empêchent pas la diffusion d’informations concernant leurs activités, les imitateurs peuvent collecter des renseignements sur tous les aspects de leur entreprise, investissements et autres. Grâce à l’expérience de leurs prédécesseurs, ces derniers sont en mesure de juger avec une grande précision du résultat que risque d’avoir telle ou telle action d’investissement qu’ils souhaitent entreprendre. Ils réduisent ainsi considérablement leurs coûts de recherche d’informations et de formation, n’ont pas besoin de tâtonner et limitent ainsi les risques et coûts liés à l’activité entrepreneuriale. Du fait de ces mécanismes d’émulation et de recherche d’information, toute personne sachant reproduire l’exemple d’autres entrepreneurs peut se lancer dans une activité de production qui lui sera profitable ; c’est ce qui explique la diffusion de cette technique de production par des repreneurs potentiels vivant dans un système social donné ainsi que sa mise en pratique à grande échelle.

Diffusion des techniques et distribution spatiale d’une industrie

  • 1 Selon l’interview du 21 juillet 2003 réalisée auprès de Duan Ruitang.

7La formation des clusters d’industries primaires consistait donc initialement en un processus incrémental d’imitations d’activités productives et de transformation dans des domaines proches, selon des logiques très localisées. Le processus de formation des clusters était donc celui d’une diffusion d’industries spécifiques par contiguïté spatiale. Du fait des restrictions apportées à la mobilité villes-campagnes, et du retard des techniques de diffusion de l’information il était à l’époque très difficile pour les paysans de trouver l’occasion de s’enrichir. Les coûts étant élevés, les sources d’informations restreintes, le nombre de possibilités était réduit. De ce fait, la famille proche ou les amis de confiance jouaient le rôle d’informateurs fiables, mais étaient également porteurs de modèles à reproduire. Ainsi, les relations interpersonnelles sont devenues le principal canal de diffusion des techniques productives innovantes vers les zones rurales. Hormis les réseaux de relations personnelles, la mobilisation des cadres des gouvernements locaux et les influences réciproques des communes de production ont également constitué des canaux de diffusion importants. Une fois les communes de production démantelées, de nombreux paysans maîtrisant les techniques de production ont commencé des activités d’industrie familiales. Au tout début de l’industrie du cachemire à Qinghe, le modèle et la mobilisation mis en place par les cadres et les personnes les plus aisées de la communauté ont joué un rôle capital. Le réseau administratif dont disposaient les cadres ajouté à celui plus informel des proches et amis a accéléré la diffusion de cette industrie dans un certain nombre de villages de la circonscription. Une fois les profits avérés, beaucoup de cadres ont encouragé les équipes de production dont ils avaient la charge à se tourner vers ce secteur. L’exemple de Yang Jinrui, vice-secrétaire du parti de la commune populaire du village Yang Er est parlant : il a été l’instigateur de la diffusion de ce type d’industrie depuis Daijiatun jusqu’à son village, et a continué son travail de dissémination au sein de la commune populaire, afin que les entreprises collectives de la brigade de production et des autres équipes ne soient pas en reste. En janvier 1982, Yang Jinrui a été envoyé occuper le poste de secrétaire du parti dans le village voisin de Huangjin ; là aussi, il a réorganisé la commune populaire de manière qu’elle se lance dans la production de cachemire, et a encouragé des cadres de la brigade de production à suivre son exemple1. Parmi les cadres et les saisonniers interrogés, la plupart ont confirmé le fait que leur réseau d’amis a également beaucoup aidé à en diffuser les techniques de production. Les voies de diffusion des techniques de production ont déterminé la distribution spatiale des industries. Étant donné que les techniques de production ont été principalement diffusées grâce aux réseaux de relations personnelles, ces réseaux de relation étant eux-mêmes concentrés dans des espaces géographiques confinés, la diffusion des techniques a eu pour conséquence une concentration des industries productives par contiguïté entre districts ruraux voisins. Par exemple, la production de textiles en cachemire à Qinghe s’est diffusée par le biais de relations personnelles, rayonnant du lieu d’origine, le district de Yangerzhuang, vers les districts environnants, avec au final sept à huit districts à l’est de Qinghe ayant lancé une activité de ce type. Des chercheurs ayant étudié les clusters de production à Wenzhou ont observé un phénomène similaire :

[…] comme à Wenzhou il est courant à la campagne de choisir ses colocataires en fonction du nom de famille, certains villages sont presque exclusivement composés d’habitants du même nom, faisant des liens de sang un vecteur privilégié de diffusion des techniques productives, avec pour conséquence une spécialisation territoriale des industries particulièrement frappante. (Zhu Kangdui 1999, p. 37)

Les conditions de succès de la diffusion de techniques productives

8Les clusters d’industries primaires ne se sont pas formés par la diffusion aléatoire de techniques productives vers les districts ruraux, une série de conditions étant prérequises. Le premier cardeur a fonctionné dans la circonscription de Qinghe en 1977, tandis qu’en 1984 on en dénombrait 660, puis 15 000 en 2003. D’après les statistiques de 2002, 260 villages s’étaient spécialisés dans la production et la vente de produits en cachemire dans l’ensemble de la circonscription, 4500 microentreprises se consacrant au démêlage de ce matériau, pour un total de 100 000 personnes employées par cette activité. La diffusion réussie à Qinghe de la technique de démêlage des poils fins de la chèvre du Cachemire a un lien direct avec la spécificité de cette industrie et du territoire.

Spécificité de l’industrie

9Par comparaison avec d’autres territoires, les zones qui sont par la suite devenues les clusters d’une industrie donnée sont celles qui étaient pionnières dans cette industrie, ou qui ont été en pointe en termes d’innovation. Cet avantage initial a donné l’impulsion pour la diffusion de techniques dans le territoire concerné. Par exemple, dans le cadre de l’économie dirigée, les habitants de Wenzhou se sont appuyés sur les industries légères pour produire des articles qui se sont révélés par la suite extrêmement compétitifs sur le marché. D’une façon similaire, la circonscription de Qinghe au Hebei s’est lancée de façon précoce dans la production de produits en cachemire, devenant leader en termes d’innovation dans ce secteur. Hormis l’avantage conféré par l’entrée précoce dans un secteur donné, la spécificité des industries a eu une influence sur la possibilité de diffusion des techniques de production associées. Les techniques productives diffusées avec succès sont généralement celles qui, relativement simples, convenaient à un mode de production familial. Le fait que les normes de protection de la propriété intellectuelle pour ces techniques étaient à l’époque pratiquement inexistantes était également un facteur déterminant. Par ailleurs, un investissement de départ faible assurait une diffusion à grande échelle. L’industrie de démêlage des poils fins de la chèvre du Cachemire rassemblait l’ensemble de ces caractéristiques. L’équipement requis pour le démêlage des poils fins de la chèvre du Cachemire n’est ni plus ni moins qu’une machine à carder le coton (aussi appelée cardeuse) améliorée ; son coût est peu élevé, son utilisation aisée, elle occupe peu de place, ce qui facilite son intégration dans les foyers. En comparaison des infrastructures géantes que doivent actuellement mettre en place les usines de production de cachemire, ces cardeuses améliorées sont bien plus efficaces et nuisent beaucoup moins à la qualité de la laine. Elles sont également à usage multiple, et permettent à la fois de traiter le poil de la chèvre du Cachemire mais aussi celui du yack, du chameau, du lapin et du mouton. Des inventeurs comme Dai Zilu ont non seulement permis à la technique de production du cachemire de se greffer sur d’autres techniques déjà existantes, mais ont aussi transmis gratuitement une façon de faire aux générations futures.

Spécificités territoriales

  • 2 Les « recommandations » stipulent : il est autorisé aux employés agricoles et aux industries famil (...)

10Une organisation territoriale efficace constituait une condition nécessaire pour la formation de clusters industriels. Au cours des réformes visant à mettre en œuvre l’économie de marché en Chine, certains territoires ont évolué plus rapidement en termes d’organisation, expérimentant précocement l’industrialisation et l’économie de marché, ce qui a constitué un avantage en comparaison des territoires moins réactifs dans ce domaine, eu égard à la diffusion des techniques de production et à la formation de clusters. Par ailleurs, dans le cadre d’une économie de marché, les politiques fiscales à l’échelle locale ont également eu une influence à cet égard. En 1984, afin d’encourager le développement de l’entreprise privée, le comité du parti et le gouvernement de la circonscription de Qinghe et l’ensemble des cadres locaux (au niveau des villages, des bourgs et des communes) ont attribué à 64 personnes ayant démontré leur compétence dans les activités manufacturières familiales le titre d’ouvriers modèles de la circonscription, de sorte qu’ils ont promu l’industrie familiale en lui donnant un certain prestige. Le 1er mai de la même année, le comité du parti et le gouvernement local ont publié « 24 recommandations pour la mise en œuvre de la politique de promotion du commerce des produits de l’économie rurale »2. Après l’année 1984, l’industrie du démêlage des poils fins de la chèvre du Cachemire est entrée dans une période faste. Par la suite, tous les gouvernements de Qinghe ont fait du développement des entreprises privées individuelles leur politique centrale, et ont prêté une attention toute particulière à la cohérence des mesures relatives à l’industrie. Ils ont même à l’occasion guidé les entreprises de production de cachemire dans les différentes phases de leur production afin de créer un environnement séduisant pour les investisseurs potentiels. Les clusters industriels se sont souvent développés dans des zones agricoles spécialisées avec une forte concentration de la population. Du fait de la forte densité de population, des tensions apparaissaient souvent autour de l’espace disponible, mais avec les réformes un important surplus de main-d’œuvre s’est dégagé, s’orientant vers les activités productives non agricoles. Dans les zones agricoles spécialisées à forte densité de population, l’espace entre les villages était plutôt réduit, ce qui favorisait les échanges économiques et sociaux. Cette forte concentration a constitué une des conditions permettant la diffusion à grande échelle des techniques de production.

Diffusion technologique et concentration industrielle

11En prenant le point de vue de la diffusion technologique, nous n’avons pas cherché à réfuter la théorie de la concentration, mais nous avons essayé de compléter sa vision simplificatrice, qui ne suffit pas à expliquer le mécanisme de formation des clusters d’industries primaires en Chine. En fait, l’effet d’agglomération a joué un rôle dans le processus initial de formation de clusters d’industries primaires, mais la spécialisation économique est en premier lieu due à la diffusion technologique par contiguïté géographique.

Facteurs extérieurs dans le processus de diffusion technologique

12La formation des clusters industriels est un processus d’entrée ininterrompu de résidents locaux dans différents secteurs d’activité, et également d’agglomération de facteurs extérieurs dans les zones concernées. Concernant la formation des clusters industriels, comme il était interdit d’aller ouvrir des usines dans une zone différente, les usines embauchaient principalement des travailleurs locaux, les fonds provenant du propriétaire de l’usine ou des prêts des banques locales. Mais certains éléments étant difficiles à trouver à l’intérieur de la zone concernée, il fallait se les procurer à l’extérieur, par exemple les matières premières, les équipements, etc. Avec l’agrandissement des clusters, la demande en main-d’œuvre extérieure s’est faite plus pressante. Dans le régime d’économie planifiée, presque tous les biens étaient alloués par l’État, les biens productifs étant destinés à satisfaire les besoins des entreprises d’État. Dans ces conditions, les entreprises des communes de production utilisaient les rebuts des entreprises d’État, les équipements usagés, ou passaient par les entreprises d’État pour obtenir les biens nécessaires, ce qui permettait d’industrialiser les campagnes en mobilisant des ressources initialement réservées aux villes. Par ailleurs, étant donné les différences de prix des intrants entre différentes industries de différentes zones, beaucoup de gérants d’entreprise eurent recours à toutes sortes de méthodes pour contourner les obstacles à la circulation des intrants, amenant ceux-ci de zones de production vers les clusters industriels où la demande était forte et leur prix plus élevé. D’après l’analyse des documents obtenus sur le cachemire dans la circonscription de Qinghe, ses habitants se consacraient principalement à l’achat de rebuts ou de restes de matériaux dans différentes zones, puis mobilisaient leurs relations personnelles pour obtenir la laine fine des lieux de production. À tel point que les autorités s’aperçurent que la laine de la chèvre du cachemire s’échangeait librement le jour où elles levèrent les restrictions sur le commerce de cette laine.

Développement des clusters d’industries et diffusion technologique

  • 3 Selon l’interview du 15 juillet 2003 réalisée auprès du chef du bureau de développement de l’indus (...)

13Les différents types de diffusion technologique par contiguïté spatiale provoquent l’augmentation des activités de transformation et d’entreprises du même secteur industriel. Une fois atteint un certain niveau de concentration dans une zone donnée d’industries du même type, des externalités d’échelle se sont produites, et le seuil de formation des clusters a été atteint. Des industries de type proche ayant des relations économiques et technologiques avec ces industries sont apparues, permettant une division du travail de plus en plus fine. Les produits et services des entreprises se lançant dans des activités proches pouvaient trouver un marché, économisant des frais de transport et des coûts de transaction. Ainsi, des activités secondaires venaient compléter une industrie leader dans une zone donnée, en constituant un cluster où une division coopérative du travail était en place. On peut voir que la diffusion des activités de production par contiguïté spatiale a provoqué des effets d’agglomération dans le sens où elle a attiré davantage de résidents locaux dans ces industries, accélérant la diffusion d’industries proches dans les zones voisines, et entraînant la venue d’intrants et d’entreprises de l’extérieur. La diffusion technologique par contiguïté spatiale et la densification industrielle se complétaient et se renforçaient réciproquement, agrandissant la dimension du cluster industriel, et maintenant son avantage compétitif. Pendant les vingt à trente années où l’activité de démêlage de laine de la chèvre du Cachemire s’est répandue parmi les résidents locaux, cette industrie se développait de manière ininterrompue à Qinghe. Les industries de type proche et le marché se développèrent progressivement, faisant de la zone un système industriel complet incluant notamment l’achat de la matière première, des activités de transformation de base, le commerce d’équipements et de produits finis, la récolte d’informations, le commerce de rebuts et les activités de transformation avancées, les services financiers. Parmi ces activités, la vente du matériau de base et le commerce des produits finis ont lieu à l’extérieur, la circonscription de Qinghe se consacrant principalement à la transformation et aux équipements. Dans ce qui suit, nous allons revenir sur les infrastructures et la transformation avancée nécessaires à la production de cachemire, afin d’explorer plus avant le processus de regroupement à l’œuvre dans les industries de Qinghe en lien avec cette production. Avec la multiplication des foyers s’attelant à cette production, la circonscription a commencé par avoir besoin de cardeuses, puis de techniciens chargés de la maintenance, puis elle s’est mise à la vente d’accessoires, à la fonte, à la production de cardeuses ; c’est ainsi que s’est créé un secteur d’équipements auxiliaire en même temps qu’un marché pour ce dernier. On peut sans peine trouver sur place une solution à tout problème lié à l’acquisition ou au dysfonctionnement d’une cardeuse. Une seule famille s’occupait en 1982 de la vente de machines et accessoires et de celle au détail pour réparations ; en 2000, elles sont 94. Depuis 1995 environ, le gouvernement de la circonscription de Qinghe pousse les entreprises au-delà d’une certaine taille à se spécialiser dans les procédés de transformation avancée du cachemire. En 2000, elle était en possession de 150 000 fuseaux, de 4250 métiers à tricoter rectilignes, de 53 métiers à tisser, produisait 2000 tonnes de fils de soie fine par an, dont 1100 tonnes de fils de cachemire, 5 millions de pulls tricotés, et pouvait produire jusqu’à 1 million de mètres de coton tissé. Près de 100 entreprises travaillaient à la production de ces fils de soie fine et de cachemire et de ces pulls tricotés ; 6 entreprises de fils de cachemire avaient des immobilisations d’une valeur de plus de 50 millions de yuans, et 18 de plus de 10 millions de yuans. C’est ainsi que Qinghe est devenu un des lieux de production d’articles en cachemire les plus connus de Chine. Jusqu’en 2000, il existait plus de mille sortes d’articles, réparties entre plus d’une soixantaine de marques, depuis le pantalon jusqu’au manteau, en passant par la veste, la jupe, l’écharpe, le châle, la chemise, le maillot de corps, le costume ou encore les sous-vêtements qui tiennent chaud. En 2003, les produits en cachemire représentaient 20 % de la valeur brute de la production de l’industrie du cachemire de Qinghe3.

De la diffusion par contiguïté spatiale au libre choix de la concentration

14Du fait de l’approfondissement des réformes économiques en Chine et de la disparition des cloisonnements territoriaux qui entravaient le marché, tous les intrants ont pu librement circuler et s’implanter vers les zones où leur vente permettait de maximiser les profits. Par la suite, ces zones de clusters industriels ayant connu précocement la diffusion technologique par contiguïté spatiale ont certainement bénéficié d’un avantage dans la compétition avec d’autres zones, en termes d’attractivité vis-à-vis des investissements extérieurs. Il s’agit précisément d’un effet de concentration, qui tend à attirer les entreprises menant des activités de type proche. De surcroît, afin de créer un environnement encore plus favorable à la concentration, les autorités locales de ces zones précocement développées ont renforcé ces avantages, par exemple en améliorant les infrastructures et les transports, rendant la zone plus attractive pour les investisseurs. Au fur et à mesure de l’incursion des entreprises et des capitaux étrangers, l’avantage compétitif de ces clusters s’est renforcé. Bien sûr, certains des endroits dans lesquels se sont implantés des clusters, obéissant à l’injonction « Délocalisez-vous dans les limites de votre région d’origine », n’étaient pas idéaux ; une fois les barrières à la libre circulation supprimées, la concurrence interrégionale s’est renforcée et les inconvénients des sites d’implantation choisis ont petit à petit fait surface. Ces endroits pouvaient par exemple manquer de personnel hautement qualifié, de main-d’œuvre spécialisée, d’infrastructures de communication ou de transport, etc. Face à de telles difficultés et dans l’idée de remédier à l’inefficacité des sites occupés, certaines entreprises du groupe ont pu choisir de relocaliser la totalité ou une partie de leur secteur de production. Cette relocalisation leur permettait de compenser les inconvénients du premier site choisi ; pour autant, elles ont dû réfléchir au coût que cela impliquait. Ce type d’action pouvait en effet porter atteinte à l’ensemble du cluster, autant qu’il pouvait renforcer les échanges commerciaux et la circulation des techniques entre les deux zones concernées. Pour la circonscription de Qinghe, la levée des barrières à la mobilité entre territoires et l’homogénéisation croissante des institutions locales accroissent l’exposition de l’industrie du cachemire à la compétition. Il s’agit principalement en l’espèce des zones de production de laine et de celles ayant une industrie du tissage d’un bon niveau, même si l’avantage compétitif de la circonscription de Qinghe a été peu affecté par cette situation. Depuis les années 1990, des entrepreneurs et des investisseurs toujours plus nombreux sont venus à Qinghe d’autres parties du pays. En 2000, 21 joint-ventures étaient enregistrées à Qinghe dans des activités liées à la production du cachemire (Comité d’édition du Magazine du cachemire de la circonscription de Qinghe, 2001, p. 382).

15Les économistes considèrent que la localisation d’industries spécifiques s’explique par le fait que les entreprises, pouvant librement choisir leur lieu d’implantation, recherchent les avantages liés à la proximité géographique. Bien que les économistes aient remarqué l’influence réciproque des choix d’implantation d’entreprises, ils n’ont pas pris en considération les caractéristiques sociales de l’espace, négligeant le fait que l’espace créé par les activités économiques constitue un système social, les réseaux d’acteurs qui y évoluent et les institutions locales y exerçant de fortes contraintes. L’histoire des clusters industriels dans le contexte de l’industrialisation des campagnes chinoises ne peut s’expliquer simplement par le choix d’implantation d’acteurs théoriques mus par les principes de coût et de gain, mais par une logique issue des institutions et de l’environnement social qui se retrouvent dans des exemples concrets. Il ressort de la présente étude que les clusters d’industries primaires chinoises se sont formés dans le cadre d’un environnement institutionnel et une structure sociale spécifiques et que, compte tenu de ces contraintes, les résidents d’une zone donnée ont imité les entrepreneurs innovants venus y lancer une nouvelle activité industrielle, s’y intégrant de ce fait. Du fait de la spécificité des industries et de l’influence des structures sociales, ces activités industrielles se sont diffusées par contiguïté spatiale dans des territoires spécifiques. À partir d’une certaine fréquence de diffusion, le seuil du cluster a pu être atteint, provoquant des externalités d’échelle, permettant à des activités dérivées d’apparaître, avec une division de plus en plus sophistiquée du travail. La proximité d’activités de type proche dans une zone donnée a entraîné des effets de concentration, avec pour conséquence un renforcement par contiguïté spatiale de l’attractivité pour les entreprises, mais également les intrants. Tout en se diffusant par contiguïté spatiale, les entreprises ont suivi les flux d’intrants s’agglomérant dans la zone ; cela concernait d’abord des matières premières et des équipements, puis une fois les barrières à la mobilité levées, par suite de l’effet d’agglomération, la main-d’œuvre, les investissements et les entrepreneurs sont arrivés progressivement. Après le phénomène de concentration, la diffusion par contiguïté spatiale des techniques industrielles et les effets de concentration se sont renforcés mutuellement, permettant au cluster industriel de se développer davantage.

Bibliographie

Arthur Brian W., 1994, Increasing Returns and Path Dependence in the Economy, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

Becattini Giacomo, 1990, « The Marshallian industrial district as a socio-economic notion », Industrial Districts and Inter-Firm Cooperation in Italy, F. Pyke, G. Becattini et W. Sengenberger éd., Genève, International Institute for Labour Studies, p. 37-74.

Christaller Walter, 2010, Die zentralen Orte in Süddeutschland, traduction Chang Zhengwen et al., Pékin, Shangwu yin shuguan [Presses commerciales].

Comité de rédaction du Magazine du cachemire de la circonscription de Qinghe, 2001, [Magazine du cachemire de Qinghe], Pékin, Éditions Fang Zhi.

Fei Xiaotong, 1998, Cong shiqiu zhilu [À partir de la connaissance de la réalité], Pékin, Éditions de l’Université de Pékin.

Krugman Paul, 1991, « Increasing returns and economic geography », Journal of Politics Economy, vol. 99, no 3, p. 483-499.

Marshall Alfred, 1964, Principles of Economics, traduction Zhu Zhitai, Pékin, Éditions de l’Université de Pékin.

Rogers Everett M., 2002, Diffusion of Innovations, traduction Xin Xin, Pékin, Zhongyang bianyi chubanshe [Centre de compilation et de traduction de la presse].

Weber Alfred, 2010, Über den Standort der Industrie, traduction Li Gangjian et al., Pékin, Shangwu yin shuguan [Presses commerciales].

Zhu Kangdui, 1999, « Jingji zhuanxing qi de chanye qunluo yanjin - wenzhou quyu jingji fazhan chutan » [L’évolution des communautés industrielles en période de mutation économique. Enquête préliminaire sur le développement des zones économiques à Wenzhou], Zhongguo nongcun guancha [Observation de la Chine rurale], vol. 3, p. 35-41.

Notes

1 Selon l’interview du 21 juillet 2003 réalisée auprès de Duan Ruitang.

2 Les « recommandations » stipulent : il est autorisé aux employés agricoles et aux industries familiales d’obtenir un certificat auprès des entreprises d’État et des entreprises collectivisées, afin d’entrer en relation avec une zone extérieure pour une activité commerciale ; de recourir à de la main-d’œuvre extérieure pour les activités d’industrie familiale, d’employer des apprentis, de simplifier l’octroi des licences professionnelles ; les ouvriers ou les familles associées sont autorisés à se porter garants pour une usine, un commerce, etc.

3 Selon l’interview du 15 juillet 2003 réalisée auprès du chef du bureau de développement de l’industrie du cachemire de Qinghe, Sun Lianling.

Auteur

Professeur dans le département de sociologie de l’Université centrale des finances et d’économie en Chine. Ses recherches sont centrées sur les clusters industriels, les zones de développement économique et les organisations non lucratives. Il a publié dernièrement : « Social demand, resource supply, institutional transition and the development of civil organizations », Chinese Journal of Sociology, vol. 31, no 6, 2011 ; « The tournament system and the growth of provincial development zones in China », Chinese Journal of Sociology, vol. 31, no 2, 2011 ; « Research on organizations of network forms : reviews and prospects », Chinese Journal of Sociology, vol. 30, no 3, 2010 ; « Relational embeddedness and the cooperative behavior of family workshop », Jilin University Journal Social Sciences Edition, vol. 50, no 4, 2010.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540