Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

I. Institutions économiques et ordres productifs

2. Entreprises familiales rurales et gestion économique en Chine : le cas de Baiyangdian

Liu Yuzhao

Texte intégral

1Le modèle de l’exploitation agricole familiale, élaboré par Alexander V. Chayanov, et celui de la fonction de production domestique de Gary S. Becker fournissent à l’étude des entreprises familiales son cadre théorique classique (Chayanov 1996 ; Becker 1965, 1991 ; Ellis 1988). Dans cette contribution, nous examinons quelles logiques sont à l’œuvre dans la comptabilité des entreprises familiales de plasturgie de Baiyangdian (Hebei) ainsi que leur processus décisionnel de gestion. Bien que ces entreprises en phase d’industrialisation produisent un bien marchand ordinaire, les imperfections du marché des facteurs de production et l’organisation propre à ces entreprises familiales entraînent plusieurs conséquences. Non seulement les choix de production et les choix de consommation de ces entreprises sont indissolublement liés, mais ils sont également influencés par la structure familiale propre à chaque étape du cycle de vie familiale. Cette dernière exerce une influence déterminante sur l’allocation des facteurs de production (main-d’œuvre, logement, capital) et contribue à la façon dont s’articulent production et consommation au sein de la famille. Cet aspect influe non seulement sur la logique qui préside au calcul des coûts de production, mais également sur la gestion de l’entreprise.

2Notre terrain se situe dans un village lacustre du district de Baiyang, nommé ci-après Dian. Sa population y vivait principalement de la pêche et de la vannerie de roseau jusqu’en 1988, date à partir de laquelle la fabrication de sacs plastiques se développe au sein du village. Au terme de l’année 2001, 221 familles sur les 362 que compte ce village travaillent directement dans la transformation et la vente de sacs plastiques, utilisant au total 120 machines-outils. Leur réseau commercial s’étend aux villes de Pékin et Tianjin ainsi qu’aux provinces de Hebei, Shanxi, Shandong, Mongolie intérieure, Jiangsu, Ningxia et plusieurs villes ou villages du Nord-Est. À partir de la synthèse des cas étudiés, notre texte examine comment les facteurs de production que constituent le logement et la force de travail sont utilisés, puis comment leur coût est subjectivement évalué.

Entreprises familiales rurales et coûts de production

3Le logement et la force de travail sont les deux principaux facteurs de production des entreprises familiales. Il apparaît que la disponibilité d’un espace de travail et de la main-d’œuvre décide fréquemment de l’engagement d’un ménage dans une activité de production et d’exploitation. Elle contribue également, de façon décisive, au choix des productions. Enfin, il ressort qu’une majorité des ménages procède à un calcul du coût de production et d’exploitation qui ne correspond nullement aux modalités décrites par la théorie néoclassique de l’entreprise, lesquelles incluent ces facteurs de façon directe dans le calcul du prix de revient.

Habitat et investissement économique

4La disponibilité d’un espace de travail apparaît comme primordiale pour ces ménages, dans un contexte où le marché locatif est de surcroît peu développé : nombre d’entre eux sont écartés de cette activité par ce simple fait. Deux modèles d’entreprises familiales peuvent alors être distingués, selon leur utilisation du logement : dans le schéma le plus classique, la production est effectuée directement sur le lieu de résidence, au sein de la cour destinée aux activités domestiques ; l’activité peut également être effectuée dans une vieille maison aménagée à cet effet, et l’espace de travail est alors distinct de celui réservé à la vie familiale. En pratique, ces deux modèles s’appuient sur une pluralité de situations concrètes : selon les cas et en fonction du niveau d’investissement dans l’activité, l’influence du travail sur la vie domestique varie tandis que la ressource que constitue l’habitat pour l’entreprise peut être comptabilisée de différentes manières. Pour résumer, la prise en considération de l’habitat par ces ménages s’appuie sur trois éléments principaux.

L’impact sur la vie quotidienne

5Dans une majorité de cas, lorsque le lieu de production correspond à un espace inoccupé ou simplement aménagé au sein de la cour, celui-ci exerce une influence marginale sur la vie domestique : l’impact de l’activité de production sur la vie quotidienne ne suscite alors aucune considération particulière. En revanche, lorsqu’il exerce une pression considérable sur l’espace réservé aux activités familiales, le coût de renoncement au bien-être domestique est pris en compte. Dans une très large mesure, l’allocation de l’espace entre travail et domesticité est liée à celle du temps : en période d’activité intense de l’entreprise, cette allocation s’effectue au profit de la production et en dépit de l’encombrement de l’habitat par des matériaux plastiques. Inversement, à l’occasion d’événements majeurs, ces ménages privilégient le bien-être familial : le travail cède alors le pas à la vie familiale, comme c’est le cas au cours de la fête du Printemps, durant laquelle il est fréquent que la production soit interrompue et l’espace de travail réaménagé afin d’accueillir les festivités.

L’investissement

6Logement et investissement sont considérés séparément par ces ménages, de même que sont distingués les investissements à grande échelle et à petite échelle. Par ailleurs, ces investissements peuvent être exclusivement consacrés à la production, réservés à l’activité domestique, ou concerner l’une et l’autre. Enfin, un investissement peut être apporté sur fonds propres ou issu de l’emprunt.

7Du point de vue de ces familles, le logement apparaît comme un coût cumulé et son non-emploi un gaspillage. Par conséquent, lorsqu’un ménage dispose d’un espace vacant au sein de son logement, celui-ci n’entre pas dans la comptabilité des coûts de l’entreprise, et constitue, à l’inverse, un facteur d’incitation à s’engager dans la production. Dans le cas où l’espace consacré à la production requiert un investissement mais n’exerce aucune influence sur l’activité domestique et peut redevenir un lieu de vie familiale lorsque cesse l’activité, l’investissement n’est pas inclus dans la comptabilité de l’entreprise.

8Dans le cas d’investissements à grande échelle, il convient de les distinguer selon qu’ils concernent l’activité domestique, l’activité de production ou l’une et l’autre à la fois. Dans le premier cas, bien que certains ménages réaménagent leur vieille maison afin de libérer un espace de travail, ces dépenses ne sont que très rarement incluses dans le calcul des coûts de production de l’entreprise. Lorsqu’elles concernent à la fois la vie domestique et l’activité de l’entreprise (construction d’une maison par exemple), une part importante du capital peut être investie dans l’acquisition d’un terrain de grande taille ou dans la construction d’un logement dont les dimensions ne répondent pas à une nécessité (le mariage du fils se situe encore dans un horizon lointain, par exemple). Toutefois, ces dépenses restent incluses de façon marginale dans le calcul du coût de production.

Le coût d’opportunité du logement

9Au sein de la société rurale, le logement ne constitue pas une marchandise ordinaire : il ne peut être ni vendu ni loué librement. Les familles mettant en location une cour inutilisée sont rares, et cette pratique, dictée par le besoin, n’est pas encouragée. Autrement dit, un locataire potentiel en quête d’un espace pourra rechercher un propriétaire, mais la simple disposition d’une cour inutilisée ne conduit pas son propriétaire à sa mise en location. Bien qu’un tel espace puisse constituer une source de revenus supplémentaires, son coût d’opportunité ne constitue pas, en pratique, l’objet d’un calcul anticipé.

10Naturellement, tout élément relatif au logement n’est pas absent du coût de production. Lorsqu’un atelier est construit au sein de la cour en vue de l’acquisition d’outils de production et que l’espace de travail exerce une pression importante sur celui réservé à la vie domestique, la cour est débarrassée aussitôt l’activité interrompue. Dans ce cas, la construction de cet atelier, qui permet seulement d’écarter de façon provisoire une réflexion sur la production, peut être partiellement intégrée dans la comptabilité de l’entreprise. Le cas de ménages louant chez d’autres leur espace de travail existe également : le loyer, comparable alors aux dépenses d’électricité ou à l’achat de matières premières qu’effectuerait une entreprise, peut être inclus dans le coût de production.

Utilisation de la main-d’œuvre et comptabilité de l’entreprise familiale

11À l’instar du logement, les dépenses de main-d’œuvre ne sont pas incluses dans la comptabilité de ces entreprises. Le calcul de cette catégorie de dépenses répond, dans le cas d’une entreprise classique, à une double finalité : connaître ses coûts de production et permettre une distribution du revenu. Or, ces deux aspects ne revêtent aucune importance particulière dans le cas des entreprises familiales.

La question du coût d’opportunité de la main-d’œuvre

12La science économique souligne le rôle du coût d’opportunité dans le calcul du prix de revient de la main-d’œuvre, équivalent de son prix virtuel dans le cas des entreprises familiales. Pour ces dernières, le calcul du prix virtuel associé à la force de travail s’effectue de deux façons. La première consiste à calculer le coût de la main-d’œuvre à partir des dépenses nécessaires à la satisfaction des besoins physiologiques, ce qui comporte deux difficultés : d’une part, il est peu aisé d’effectuer le calcul des dépenses vitales nécessaires d’un individu, toute chose n’étant pas susceptible d’être obtenue de façon marchande, tandis que, dans une large mesure, ces dépenses ne sauraient varier dans le cadre d’une entreprise familiale. Qu’une unité de main-d’œuvre participe ou non à la production, un certain niveau de consommation demeure en effet incompressible, car il lui faut toujours s’alimenter et dormir.

13Une deuxième méthode de calcul de ce prix virtuel consiste à mesurer le coût d’opportunité sur le marché. Il convient de distinguer ici deux niveaux d’analyse. Lors des débuts de l’industrie de plasturgie à Dian, l’activité économique traditionnellement tournée vers la pêche et l’agriculture est moribonde et les opportunités d’exercer ailleurs un emploi ou de mener d’autres activités sont très peu nombreuses : le coût d’opportunité sur le marché de la main-d’œuvre est donc peu élevé, voire nul. Au cours de la période suivante, après le développement de cette industrie locale, l’offre d’emploi se fait de plus en plus importante et le marché intérieur de la main-d’œuvre connaît un début de croissance. Toutefois, au cours de cette étape, deux catégories de main-d’œuvre se distinguent sur le marché du travail. La première, constituée par les jeunes hommes, exerce un travail marchand rémunéré et peut mesurer quel est son propre coût d’opportunité. La seconde étant celle des femmes au foyer et des chefs de famille d’âge plus avancé, leur inemployabilité ne permet pas ce type de calcul.

La distribution du revenu

14Dans un tel cadre, il n’existe aucune distinction entre distribution du revenu et coût de revient de la main-d’œuvre familiale. Par comparaison avec une entreprise classique, la distribution du revenu entre les membres de la famille ne tient compte ni de l’investissement ni de la force de travail apportés par chacun : elle prend en considération les besoins de chacun. Du point de vue de la distribution du revenu, il n’est par conséquent nul besoin de procéder à un calcul de la force de travail apportée par chaque individu.

Principe d’indistinction

15Bien que des tentatives de comptabilité du coût de la main-d’œuvre puissent être effectuées, elles demeurent extrêmement aléatoires, tant l’activité professionnelle et la vie familiale sont étroitement liées. Non seulement les horaires de travail ne sont pas rigoureusement réglementés, mais le lieu de travail, au sein de la cour, accueille également les activités familiales quotidiennes. Tout effort pour isoler ces deux dimensions afin de mesurer les dépenses de main-d’œuvre apparaît donc extrêmement difficile.

Conception du travail et du loisir

16En réalité, une réflexion sur la mesure du coût de la main-d’œuvre suppose de tenir compte des transformations relatives à la conception du labeur et du loisir. La société contemporaine découpe chronologiquement la journée en temps travaillé et temps non travaillé, et oppose, depuis le développement progressif de l’industrialisation, le travail et le repos (Biggart 1994). Dans le cas des entreprises familiales, loisir et travail ne s’opposent pas réellement. Pour des personnes manquant de sources de revenus ou d’opportunité d’emploi, le loisir, dans son acception contemporaine, n’existe pas, de même que le degré d’aliénation au travail ne saurait être aussi élevé. Enfin, la rétribution d’un investissement modéré dans le travail ne saurait être limitée au simple revenu.

Spécificité de la comptabilité des entreprises familiales

17La logique gouvernant la comptabilité de ces entreprises diffère de celle d’une entreprise classique. Cette différence s’exprime directement dans la stratégie de l’entreprise, qui n’inclut ni le logement ni la main-d’œuvre dans ses coûts de production. Toutefois, à un niveau plus fondamental, la question réside dans l’appréciation différente qui est faite de l’investissement dans ces deux facteurs de production. Cette spécificité s’illustre principalement des deux façons suivantes.

L’appréciation subjective de l’investissement dans les facteurs de production

18Selon le modèle du foyer rural de Chayanov et la théorie marginaliste de l’équilibre travail-consommation, le calcul du coût de la main-d’œuvre répond à un modèle subjectif d’allocation efficace. En présence d’un marché des biens et en l’absence des facteurs de production, les individus ne mesurent pas le rendement de leur investissement dans un facteur de production en calculant les inputs et les outputs directs correspondants. Ils évaluent subjectivement l’efficacité de l’allocation entre la force de travail investie dans la production et ce qu’apporte ensuite cette production (Chayanov 1996). Dans le cas des entreprises familiales étudiées ici, la plupart des investissements de production s’effectuent dans le cadre d’un marché très imparfait, de telle sorte que l’investissement en main-d’œuvre et dans le logement correspond très fortement au modèle subjectif d’allocation efficace. En d’autres termes, les individus ne procèdent ni à un calcul du coût associé à leur force de travail ni à celui représenté par leur investissement dans le logement : ils comparent plutôt l’efficacité subjective du temps travaillé à différents moments et ce que permet l’usage de leur logement, selon qu’il s’agit de fins productives ou des exigences de la vie sociale. Lorsque la vie familiale l’emporte sur le travail, (cérémonie de mariage, ou célébration de la fête du Printemps par exemple), la main-d’œuvre et le logement sont mobilisés à son service. À l’inverse, en période de pleine activité de l’entreprise, les individus pourront renoncer à leur temps familial en travaillant plusieurs nuits consécutives.

Équilibre global des coûts de production

19Selon les travaux de Rachel Sieder sur la morphologie familiale au sein des foyers d’entrepreneurs ruraux :

[…] la caractéristique la plus fondamentale de l’économie domestique réside dans le fait qu’ici, ce n’est pas la rémunération individuelle du travail qui détermine l’agir des individus, mais la rémunération du temps de travail de l’ensemble de la famille qui détermine le comportement de chacun ; de même que ce n’est ni la proportion entre la dépense d’effort et la valeur des biens pouvant être obtenus, ni le profit de chaque heure travaillée qui constituent la rationalité de l’économie domestique, mais la rémunération de la famille considérée dans sa globalité. (Sieder 1996, p. 57-83)

20Autrement dit, au sein des entreprises familiales, ce qui contribue aux choix rationnels des acteurs, ce n’est ni le rapport coût-bénéfice de chaque membre de la famille, ni celui d’une période de temps déterminée, ni encore celui de l’investissement financier ou de l’investissement dans le facteur travail. Du point de vue de l’entreprise familiale, le mode le plus rationnel de comptabilité consiste à prendre en compte l’ensemble de ces différents facteurs et à procéder à un calcul des coûts-bénéfices global. Cela repose concrètement sur trois éléments : 1) le revenu par unité de travail ou par unité d’heure travaillée importe moins que la question des profits au sein d’une période de temps relativement longue ; 2) le profit d’une unité de travail importe moins que le revenu de l’ensemble de la famille ; 3) dans la comptabilité de l’entreprise familiale, le profit tiré de chaque facteur investi dans la production importe moins que celui des facteurs considérés dans leur ensemble.

Influence de la structure familiale sur les décisions de l’entreprise

21Conséquence de ce mode singulier de comptabilité, l’avantage comparatif de chaque entreprise familiale dépend de ses facteurs de production et de ses besoins domestiques particuliers, qui influent sur sa stratégie entrepreneuriale à chaque étape de son développement. Les facteurs de production dont dispose une entreprise familiale varient le plus souvent avec la structure familiale et le cycle de vie du foyer. À chaque période de ce cycle correspondent une structure particulière de la force de travail et des besoins fonciers différents qui déterminent dans une large mesure les choix entrepreneuriaux. Tout au long de son développement, une entreprise familiale devra donc effectuer plusieurs choix :
– Au cours de la première phase, qui correspond aux développements initiaux de la plasturgie, il lui faut démarcher une clientèle : les membres concernés sont alors en majorité de jeunes adultes, âgés entre 20 et 30 ans. Il leur est pour cette raison relativement aisé de s’éloigner du foyer familial, où ils n’exercent aucune responsabilité et n’abandonnent aucune activité professionnelle régulière. L’exercice de cette activité suppose donc au sein des familles l’existence d’une main-d’œuvre masculine dans cette tranche d’âge.
– Dans la phase ultérieure, les choix se diversifient : vente extérieure ou démarchage, puis le démarchage ou l’augmentation de la production, enfin, un investissement onéreux dans le plastique soufflé ou plus économique dans le kraft ou l’impression.

22S’agissant du premier choix, le démarchage de la clientèle suppose deux éléments : d’une part, que des membres de la famille puissent s’éloigner pour une durée suffisamment longue, d’autre part, qu’il existe au sein de la famille une relation de collaboration. Par conséquent, les membres en mesure de s’éloigner de leur foyer répondent en majorité à l’un des profils suivants : il s’agit soit d’une personne en âge de travailler au sortir de l’enfance, soit d’un jeune couple, entre 30 et 40 ans. Dans le premier cas, les grands-parents qui peuvent s’occuper de petits-enfants ayant suffisamment grandi sont eux-mêmes dans un âge où ils sont autonomes. Dans le second cas, le père et le fils qui constituent une maind’œuvre dans la force de l’âge peuvent quitter le foyer familial tandis que la mère reste au domicile afin de s’occuper des grands-parents.

23Le deuxième choix concerne principalement les familles effectuant du porte-à-porte et souhaitant acquérir des machines-outils. L’activité de démarchage est généralement réservée au jeune homme (qui s’occupe également de la production et de la gestion) : le choix d’un investissement de production suppose alors la prise en compte préalable de l’ensemble de la main-d’œuvre familiale disponible. Il suppose en effet qu’en plus de la personne affectée à la production, d’autres membres puissent se charger de la comptabilité et des tâches élémentaires dans l’atelier. Selon la norme, l’épouse du jeune homme et un membre âgé masculin conviennent à ce type de responsabilité, tandis qu’ils ne sauraient participer directement à la production.

24Enfin, le troisième arbitrage concerne le choix des productions, lequel est principalement déterminé par le capital épargné du ménage. Ce dernier suppose donc que la famille ait éprouvé la nécessité d’épargner, sans que l’épargne accumulée ait été utilisée. Autrement dit, il s’agit de familles disposant d’une main-d’œuvre jeune, dans une tranche d’âge située entre la fin des études et le mariage. La scolarité des enfants est achevée et les enfants constituent une force de travail pour la famille, tandis que les parents sont peu âgés : les dépenses au sein de la famille sont alors peu élevées, de même que le niveau de consommation, tandis que le mariage des enfants nécessite une épargne accumulée importante. Pour cette raison, cette période correspond à celle où l’épargne et la main-d’œuvre sont les plus importantes : le moment est alors propice à l’engagement d’une famille dans le secteur de la production de plastique soufflé.

Le modèle dual de production des entreprises familiales

25Dans le cas de ces entreprises familiales rurales, la production ne correspond pas au produit agricole que Chayanov décrivait comme ce « que l’on peut vendre et soi-même consommer » : elle constitue un bien marchand, au sens de la théorie néoclassique. Toutefois, le mode de production familiale de ces entreprises lie étroitement activité productive et vie domestique, tandis que le marché de la main-d’œuvre ou celui du logement ne se sont pas encore développés. Il apparaît alors que le calcul du coût d’opportunité et les décisions entrepreneuriales ne se conforment ni au modèle de l’exploitation agricole familiale de Chayanov, ni à celui des fonctions de productions domestiques de Becker.

26Au cours de leur processus d’industrialisation, ces entreprises familiales rurales, par leur mode de production et de consommation, ne correspondent pas à ce que l’économie contemporaine nomme le « principe de séparabilité » (Wen Guan Zhong 1989) : le cycle de vie familial est déterminant dans la structure de la main-d’œuvre, le logement, le capital et les différentes sources de revenus. Lorsque émerge l’industrie de plasturgie, la combinaison entre la force de travail disponible, le logement et le capital de chaque famille est décisive pour son engagement dans cette activité autant que dans sa stratégie industrielle. Ce caractère déterminant repose sur la logique sous-jacente du calcul des coûts de production au sein de ces entreprises familiales rurales. Si l’on considère ensemble la logique présidant à leur comptabilité et celle sur laquelle s’appuie leur stratégie de gestion, on peut estimer qu’il s’agit d’un modèle dual de production, qui, naturellement, ne correspond pas à la simple synthèse des modèles de Chayanov et de Becker.

Bibliographie

Becker Gary S., 1991, A Treatise on the Family, traduction Wang Xiansheng et Wang Yu Pékin, Shangwu yin shuguan [Presses commerciales].

— 1965, « A theory of the allocation of time », Economic Journal, vol. 75, no 299, p. 493-511.

Biggart Nicole W., 1994, « Labor and leisure », The Handbook of Economic Sociology, N. J. Smelser et R. Swedberg éd., Princeton, Princeton University Press, p. 672-690.

Chayanov Alexander V., 1996, Nongmin de jingji zushi [Modes d’organisation des agriculteurs], traduction Xiao Zhenghong, Pékin, Zhongyang bianyi chubanshe [Centre de compilation et de traduction de la presse].

Ellis Frank, 1988, Peasant Economics : Farm Households and Agrarian Development, Cambridge, Cambridge University Press.

Sieder Rachel, 1996, Jiajing de shehui yanbian [Évolution sociale de la famille], traduction Wang Yue, Zhu Neige, Wang Weihua et Tian Xangrong, Pékin, Shangwu yin shuguan [Presses commerciales].

Wen Guan Zhong, 1989, « Fazhan Jingji de xindongxiang – nongye zuyue yu nonghu xingwei de yanjiu » [Nouvelles tendances de développement économique : étudier le comportement des baux agricoles des agriculteurs], Xiandai jingjixue qianyan zhuanti [Sujets spécifiques en économie contemporaine], Zai Tangmin et Mao Yushi éd., Pékin, Shangwu yin shuguan [Presses commerciales], vol. 1.

Auteur

Professeur et vice-directeur du département de sociologie à l’Université de Shanghai. Il a obtenu son doctorat de sociologie à l’Université de Pékin. Ses centres d’intérêt incluent le développement des institutions et des organisations en Chine, les relations entre sociétés urbaines et rurales, les populations flottantes et les immigrants dans les grandes villes. Il dirige actuellement trois programmes de recherche : l’un sur les droits de propriété collective et les transformations sociales dans les villages ; le deuxième sur la théorie et les droits et la protection des intérêts des populations flottantes en Chine ; le troisième sur l’intégration sociale des nouveaux immigrants dans les villes chinoises. Il a publié de nombreux articles et ouvrages dont récemment : Organization Changing in Rural Industrialization, avec Tian Qing, Shanghai, Gezhi Press, 2009 ; « How to put into effect of the new institutions ? Tongbian as the new mechanism of institutions changing », Sociological Studies, vol. 4, 2009 ; « The origin of properties and the boundary of villages : the division of collective properties during the process from villages to neighborhood committee », Exploration and Free Views, vol. 11, 2012 ; Taishang Study, Taibei, Wunan Press, 2012 ; Sociology, vol. 3, 2013 ; Chinese Social Science Digest, vol. 4, 2013. Depuis 2004 Liu Yuzhao est rédacteur en chef de Chinese Journal of Sociology.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540