Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

I. Institutions économiques et ordres productifs

1. Les rationalisations des activités économiques : quelques leçons d’un double détour

Michel Lallement

Testo integrale

1En sociologie économique, comme dans les autres branches de la sociologie d’ailleurs, la rationalisation est un processus majeur qui permet d’expliquer le saut accompli par les sociétés occidentales en direction d’une modernité dont les cadres structurent toujours aujourd’hui nos représentations et nos pratiques. Max Weber est l’un des premiers à avoir théorisé ce processus, dont l’un des terrains d’application privilégié a été le champ économique. Dans son célèbre essai sur l’émergence du capitalisme occidental, Weber propose d’utiliser l’expression d’« esprit du capitalisme (moderne) » pour caractériser « la recherche rationnelle et systématique du profit par l’exercice d’une profession (Beruf) » (Weber 1964 [1904-1905], p. 66). Dans le même texte, le sociologue allemand illustre très concrètement ce que la rationalisation de l’activité économique signifie. À des formes d’organisation du travail et de transactions commerciales traditionnelles succède un nouveau modèle qui associe fermeture de l’entreprise sur elle-même et modernisation technologique.

2La thèse de Weber a été abondamment discutée. Elle n’en demeure pas moins forte. Mais tient-elle toujours ses promesses heuristiques à l’épreuve des comparaisons contemporaines et des temps présents ? Les travaux français récents tout comme ceux de nos collègues chinois offrent l’opportunité de mobiliser un matériau original, qui permet d’avancer quelque peu sur le terrain de cette interrogation sociologique. Il n’est pas question bien sûr de revenir, une fois de plus, sur les multiples articulations qui, historiquement, ont associé croyances religieuses et pratiques économiques. Je fais plutôt le pari que les outils forgés par Weber pour penser l’avènement du capitalisme moderne peuvent toujours servir de levier intellectuel pour relire notre passé proche mais aussi pour analyser les mutations contemporaines.

3Dans un tel esprit, cette contribution emprunte directement à la sociologie économique de l’auteur d’Économie et société. Il faut dire d’emblée la difficulté d’une telle entreprise. Un premier obstacle est lié au fait que, sous l’intitulé extensif de sociologie économique wébérienne, on peut distinguer deux types de programme de recherche différents. Le premier (la Sozialökonomik) est directement débiteur des préoccupations de l’école historique allemande, et de Karl Knies en particulier. Le but consiste à étendre le territoire de l’analyse au-delà de la stricte formalisation des comportements économiques et, surtout, à explorer les articulations multiples entre l’économie et le reste de la société. Le second programme de recherche a été développé beaucoup plus tardivement et n’a pris toute son ampleur qu’au sein des travaux et cours publiés après la mort de Weber (dans Économie et société et dans l’Histoire économique). Ici la préoccupation est quelque peu différente : il s’agit avant tout de développer une analyse sociologique des activités économiques. C’est de ce second programme que je m’inspire ici.

4Une seconde difficulté tient au caractère problématique de la notion de rationalisation, qui est loin de se réduire chez Weber à un mouvement aussi linéaire qu’inéluctable. Pour lever toute ambiguïté à ce sujet, je commencerai par tester l’intérêt d’une telle perspective en l’appliquant à la question du temps et des consciences temporelles. Je verrai alors, chemin faisant, quelles résonances il est possible de déceler entre l’approche du sociologue allemand et les travaux de Liu Yuzhao et de Li Guowu (auteurs de deux autres chapitres de la présente partie de l’ouvrage). Un enjeu de cette première étape consiste à mettre en évidence la pluralité des formes de rationalisation ainsi que leur lien avec les transformations des activités économiques. La seconde partie de cette contribution présente les résultats de quelques travaux que j’ai pu mener au cours de ces dernières années en France, en une période où – sous l’influence directe des politiques publiques – les entreprises ont rationalisé de façon inédite les règles et les usages du temps de travail. Ce sera alors, une fois encore, l’occasion de nouer le dialogue avec les recherches de nos collègues chinois.

Temps, travail et pratiques économiques

5Que faut-il entendre, dans un esprit wébérien, par rationalisation du temps ? Pour répondre à une telle question, et pour pouvoir conséquemment entamer la discussion avec les travaux de nos collègues chinois, je propose de retenir quatre faits stylisés qui, en se combinant, ont conduit à la rupture évoquée par Weber dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Le premier fait a trait à la conscience du temps ou, pour être plus précis, à la façon dont les hommes lient perception concrète du temps et activités économiques. En étudiant la société kabyle, Pierre Bourdieu (1963) a mis en évidence de ce point de vue deux formes de représentation bien différentes. Dans les sociétés paysannes, il faut faire des réserves de blé, d’orge… mais un tel souci relève de la prévoyance et non de la prévision, attitude caractéristique des comportements en vigueur dans les sociétés industrielles. Autrement dit, chez les Kabyles le temps est vécu comme un présent à portée de main. Guidée par la tradition, l’action économique des paysans ne se conforme pas aux impératifs de la pratique industrielle-rationnelle qui en appelle, au nom d’intérêts abstraits, de profits escomptés… à rompre avec les contingences du moment immédiat. En opposition à un temps perçu dans les sociétés paysannes comme simple à-venir, le rapport instrumental au futur est donc une première particularité des sociétés réputées modernes.

6Dans les textes consacrés, respectivement, à la comptabilité des coûts de production (Liu Yuzhao, ce volume) et à la diffusion technologique par contiguïté spatiale (Li Guowu, ce volume), nos collègues chinois donnent peu d’indications sur la structure des consciences temporelles et sur leur évolution. Ils touchent néanmoins du doigt l’importance des ruptures – à commencer par celle dont le régime d’économie dirigée fut la première victime – qui débouchent sur de nouveaux cadres de perception et d’action. Li Guowu montre très clairement, par exemple, à quel point l’esprit d’entreprise de certains paysans a pu compter dans le mouvement de rationalisation économique dont les clusters sont des supports privilégiés. Il a fallu faire preuve plus exactement d’une « grande sensibilité aux opportunités offertes par le marché » afin de promouvoir l’activité de démêlage de la laine de mouton et, surtout, d’en transformer les modalités pratiques au service d’un nouvel esprit économique. Il a fallu pour cela adopter un habitus entrepreneurial qui incline au calcul et qui aiguise plus encore le sens de l’opportunité et de l’usage raisonné des ressources locales.

7Dans le monde occidental, l’objectivation dont la rationalisation économique est porteuse s’est incarnée dans un principe de raison calculatrice qui n’est pas complètement étranger à ce qu’observent aujourd’hui les travaux de sociologie chinoise. C’est pourquoi, lorsqu’ils recomposent l’histoire du temps, les chercheurs occidentaux accordent tant d’importance à ce fait social massif que sont les techniques de mesure. Dans un livre magistral paru en 1983, David S. Landes a ainsi mis en évidence le lien entre invention des horloges et des montres d’une part et nouvelle organisation de la vie collective d’autre part. Historiquement, les garde-temps ont été autant de moyens de coordonner l’action des hommes entre eux et de mettre en place des comptabilités de temps de travail dans les entreprises (la pointeuse est inventée dès le xviiie siècle) de façon à forger des comportements nouveaux au service d’une logique capitaliste inédite. Avec la révolution industrielle, le temps devient ainsi un nouvel enjeu de contrôle et de lutte. Que l’on songe aux exhortations à la ponctualité et à la régularité qui figurent dans les règlements d’atelier, à l’assignation d’amendes aux retardataires, au recours aux disciplines militaires au sein des entreprises… mais aussi aux multiples stratégies de résistance déployées par les ouvriers pour fausser le calcul du temps (avancer les pendules qui annoncent la fin de la journée…) (Thompson 1979). Dans un même esprit, celui qui consiste à rendre les actions plus rationnelles et donc plus prévisibles, le calcul du temps et l’imposition de normes générales (les fuseaux horaires par exemple) ont servi à développer des systèmes de transport et de communication cohérents et efficaces (Zerubavel 1982).

8Il faut ajouter que la volonté de maîtriser un temps compté est un projet qui, historiquement, a été principalement porté par les classes supérieures. Si elles ont su inculquer au reste de la société cette disposition à l’autocontrôle et à la performance, ces classes ont bien été les premières à s’administrer un tel modèle de civilisation (Elias 1996 [1984]). Les historiens en apportent des preuves multiples. Au milieu du xviiie siècle, la possession d’une montre est, en France comme dans beaucoup d’autres pays, un puissant signe de distinction sociale. Plus fondamentalement encore, la hantise du temps perdu non seulement taraude les pratiques des capitaines d’industries, titulaires de professions libérales et autres nantis engagés dans la vie économique, mais elle finit aussi par gouverner le mode de vie bourgeois dans son ensemble. Au xixe siècle, les maîtresses de maison exigent par exemple que leurs employées se plient à la discipline d’horaires extrêmement stricts et, pour s’en assurer, elles s’astreignent elles-mêmes à de telles obligations. Autre indice : le livre de comptes et le journal intime font florès au sein de la bourgeoisie. Qu’il s’agisse de décompter ses dépenses ou le nombre de coïts annuels, ces instruments permettent d’objectiver les usages de son temps et de s’assurer que celui-ci n’a pas été gaspillé (Corbin 1991).

9La contribution de Liu Yuzhao au présent ouvrage reconnaît combien ce même souci de mesure et calcul informe les pratiques observables dans l’industrie des sacs plastiques de Baiyangdian. L’évaluation des ressources disponibles (logement, force de travail) constitue le premier moment du raisonnement économique. Mais, et là se situe tout l’intérêt de la comparaison avec les pratiques développées dans le monde occidental, la mobilisation de ces facteurs de production ne conduit pas nécessairement à l’hypertrophie du principe d’économicité. Les familles ne cherchent pas absolument à rentabiliser leur patrimoine, en louant une cour inutilisée par exemple. C’est même l’inverse qui est vrai. Si donc l’on constate des traits communs aux processus de rationalisation, à commencer par l’objectivation et la différenciation des espaces de vie et de production, l’élan ne conduit pas toujours et partout aux mêmes configurations. Comme l’indique encore Liu Yuzhao, en Chine, les modalités d’usage du temps et de l’espace varient fortement selon les périodes. Par moments, le souci productif l’emporte sur celui de la domesticité. Mais la vapeur se renverse régulièrement, à l’occasion notamment d’événements festifs au cours desquels la famille envahit ce qui, sinon, sert de lieu productif.

10On mesure là toute la distance avec le choix de la formalisation – troisième caractéristique du processus de rationalisation – qui, au sein des sociétés occidentales industrielles, structure les rapports sociaux de travail. Fondées sur un objectif de contrôle et d’optimisation du temps au sein de l’entreprise, les pratiques tayloriennes qui commencent à s’imposer au début du xxe siècle s’accommodent de statuts et de relations sociales plus formels, plus impersonnels. Les rapports qui se nouent entre syndicalistes et employeurs de la grande industrie sont ainsi emprunts de distance et ils s’affranchissent des valeurs de type familial ou paternaliste. Évoquer une formalisation des rapports sociaux signifie aussi que, à la différence du monde paysan où ils ont souvent tendance à se confondre, le temps domestique et le temps du labeur ne se mêlent plus aussi étroitement qu’autrefois. C’est pourquoi, inventé il y a à peine plus d’un siècle, le chômage est un fait social finalement bien récent au regard de l’histoire longue du travail et des travailleurs (Salais, Baverez et Reynaud 1986). Écarté malgré lui de l’univers productif, le chômeur est victime de la stricte séparation qui s’opère entre temps du travail et du hors-travail. Il faut noter enfin que, en confortant également l’institutionnalisation d’étapes de la vie nettement séparées (les temps de l’école, de l’entreprise, puis de la retraite) et les rôles sociaux qui leur sont associés, la société industrielle consacre nettement, au xxe siècle, le mouvement de rationalisation tôt perçu par Weber.

11La dernière dimension qui permet de caractériser sur le long terme le mouvement de construction occidental des temporalités contemporaines constitue la face inverse, et pourtant indissociable, du processus de rationalisation. En d’autres termes, la volonté de maîtrise rationnelle des temps sociaux qui a accompagné le développement des sociétés industrielles occidentales a pris forme grâce à des ensembles d’actions qui n’ont rien d’inéluctable, de pacifique et encore moins de cohérent. Ainsi, bien que l’on constate que le temps de travail a été réduit de moitié environ en l’espace d’un siècle, on ne peut pour autant en inférer une quelconque loi sociologique ou économique. La durée du travail est avant tout un objet de lutte et de négociations, non le support d’une évolution qui nous mènerait vers une inéluctable civilisation des loisirs. En France, de 1840 aux lois Aubry de 1998 et 2000 qui instaurent les 35 heures, les enjeux associés aux réformes touchant au temps ont été largement évolutifs (rejet du travail, amélioration des conditions de vie, découverte du temps libre, partage de l’emploi…) et ils ont engagé des rapports sociaux multiples mettant en scène État, réformateurs sociaux, employeurs et salariés, hommes et femmes, titulaires d’un emploi et chômeurs… Ajoutons de surcroît que, illustration par excellence de la thèse wébérienne relative au conflit entre formes de rationalisation juridique, les régulations du temps sont loin d’être toujours harmonieuses et logiques. C’est ainsi, pour ne retenir qu’un seul exemple, que le travail de nuit des femmes a longtemps été formellement interdit par le Code du travail français (loi de 1892). Mais, au nom d’intérêts extra-juridiques, le principe a été affaibli au cours du temps : les impératifs économiques et les injonctions en faveur d’une plus grande égalité entre genres sont tels que, dans de nombreux cas, l’on a pu tolérer le travail de nuit féminin.

12En Occident, et en France tout particulièrement, avec la construction de la société industrielle, nous avons donc assisté au remplacement progressif d’un modèle de travail irrégulier mêlant des pratiques variées (activités rémunérées, occupations plus gratuites, ouvrages domestiques…) par un cadre qui stabilise et segmente à la fois le temps de travail et les différents autres temps sociaux. Depuis les années 1980, le changement est à nouveau au rendez-vous : au temps de travail taylorien, linéaire, borné et étroitement planifié succède un temps cyclique, perméable aux aléas de la demande et différencié selon les salariés (Lallement 2003). Pour permettre aux entreprises de s’ajuster rapidement aux pulsations du marché, davantage de salariés entament ainsi leur journée plus tôt le matin et la finissent tard le soir. De même, les horaires irréguliers d’une journée ou d’une semaine à l’autre se développent et le travail de fin de semaine n’est plus une exception. Autre symptôme significatif : nous assistons depuis plusieurs années déjà à la remise en cause de la norme d’emploi à contrat à durée indéterminée ainsi qu’à la déstabilisation d’un modèle de cycle de vie fondé sur la nette séparation entre temps de l’école, temps de l’entreprise et temps de la retraite.

Les rationalisations aujourd’hui

13À première vue, il paraît plus qu’évident que les processus de modernisation contemporains dont la France et la Chine sont les théâtres n’ont guère à voir l’un avec l’autre. Les deux pays n’en sont pas moins pourtant, chacun à leur manière, les témoins de conflits de rationalisation dont les logiques échappent au modèle libéral assimilé, au moins par la théorie néoclassique, à l’incarnation la plus pure de la raison économique en acte. L’expérience chinoise met à défaut ce schéma d’une double manière au moins. Le cas des clusters étudié par Li Guowu révèle d’abord que le choix de la localisation industrielle n’est pas qu’une pure affaire de calculs fondés sur la considération des dotations dont peut bénéficier un territoire donné. La configuration sociale du territoire (rôle de la confiance, importance des liens de sang…), son histoire, tout comme encore les dynamiques institutionnelles (réseaux politiques, effets de contiguïté spatiale et de concentration…) convainquent que la rationalisation est un phénomène qu’il serait vain de vouloir enfermer dans un schéma unidimensionnel.

14Comme le montre par ailleurs Liu Yuzhao, la comptabilité des entreprises familiales de la plasturgie de Baiyangdian n’intègre pas ces deux paramètres, a priori décisifs pourtant du point de vue du calcul économique, que sont le coût du logement et celui de la main-d’œuvre. Un esprit occidental exclusivement centré sur son propre espace de référence ne verra là qu’une défaillance, un écart qui creuse la distance avec l’idéal d’une comptabilité totale et rationnelle. Il s’agit en réalité d’une autre logique de rationalisation. Comme nous l’apprend Liu Yuzhao, la cohérence de cette dernière est fondée sur l’articulation intime entre le travail et la famille. Il en découle des représentations et des principes d’action tels que l’indistinction, l’appréciation subjective de l’investissement dans les facteurs de production et, in fine, le recours à une mise en balance globale, pour la comptabilité de l’entreprise, des avantages et des coûts.

15Je voudrais effectuer, du point de vue français, un bilan comparable à propos des formes de rationalisation à l’œuvre au cours de ces dernières années. Je le ferai en tirant, une fois encore, le fil du temps. Issu des travaux que j’ai pu mener durant la décennie 2000 (Lallement 2003, 2009), un premier résultat concerne directement la manière dont le souci d’efficacité économique heurte l’intégration sociale. Le problème a été évoqué à de multiples reprises dans les études qui se sont intéressées aux travailleurs qui œuvrent hors normes dans l’entreprise : travailleurs en équipes de nuit, salariés du week-end, travailleurs à temps partiel… Toutes ces études mettent en évidence le poids de la segmentation, parfois même de la stigmatisation, associé à la désynchronisation des temps travaillés. C’est par exemple, dans tous ces cas de figure, le fait de ne pas pouvoir assister aux réunions importantes, de ne pas bénéficier des informations les plus variées, de voir ses chances de promotion fondre à vue d’œil… Comme le rapportait un syndicaliste (responsable par ailleurs d’une équipe de nuit) à l’occasion d’une de mes enquêtes dans un hôpital parisien : « Ici, les équipes de nuit, c’est la dernière roue de la charrette. On a l’impression que pour les gens de jour, on n’existe plus. » La nuit, le matériel de soin est limité au minimum quand il n’est pas sous clef, l’encadrement est réduit, les difficultés pour mobiliser un interne sont décuplées. Aussi, en cas de coup dur, les infirmières doivent prendre sur elles, décider après un diagnostic qui n’est jamais assuré de téléphoner à tel interne ou tel médecin, sachant qu’elles le réveilleront à coup sûr et qu’il vaut mieux éviter de le faire venir pour rien. En bref, il faut se débrouiller et faire tourner la machine, y compris en outrepassant ses compétences (prise en charge de fonctions administratives normalement dévolues aux cadres par exemple).

16Dans des collectifs professionnels tels que les équipes de nuit hospitalières, l’on trouve matière à compensation, grâce à une liberté plus grande (quasi-absence de la hiérarchie, interdiction de visite pour les familles…), un rapport à certaines règles formelles beaucoup plus lâche, des coups de main entre soi voire entre services (au profit de la réanimation dans le cas de l’enquête évoquée précédemment)… Un double bémol doit cependant être immédiatement apposé. Tout d’abord, il est des configurations où la marginalisation temporelle ne trouve aucune compensation par la chaleur du groupe. Je pense en particulier à certaines salariées à temps partiel, voire à temps extrêmement partiel, qui travaillant deux heures par jour tôt le matin dans une administration française passent leur journée en situation d’attente, pour ne pas dire de désespoir. Voici en quels termes une de ces personnes a pu m’évoquer sa situation :

En finissant à huit heures du matin, là où tout le monde commence à travailler, c’est un peu compliqué. Moi, je ne parle pas des gens qui sont là parce qu’on travaille tous du matin, ou presque. Mais moi, j’ai des amis à l’extérieur : les gens commencent à huit heures et moi j’ai fini à huit heures. Moi, j’ai toute ma journée de libre quand je ne suis pas au guichet alors que tous les autres travaillent. Donc moi je suis toute seule, j’attends. C’est un peu compliqué…

17Second bémol : même lorsque l’intégration au travail est assurée par le jeu de la solidarité professionnelle, la désynchronisation se paye parfois au prix fort en termes de vie personnelle. C’est le cas en particulier des jeunes infirmières de nuit d’une des équipes de nuit qu’il m’a été donné d’observer dans leur service. Pour elles, construire ou faire vivre une vie de couple est une véritable gageure, tout simplement parce que la rationalisation d’un registre d’activité (accepter de travailler de nuit est un moyen facile de trouver un premier poste à l’hôpital) entre en conflit avec le souci de cohérence qui gouverne les autres dimensions de la vie sociale (relations amoureuses, vie familiale, activités extra-professionnelles…).

18Plus généralement, dans la population des personnes à horaires atypiques que j’ai pu rencontrer lors de mes enquêtes, deux stratégies visant à faire face à une telle difficulté de conciliation et de rationalisation des temps m’ont particulièrement frappé : celle d’abord des couples homogames sur le plan professionnel qui arrivent à gérer plus ou moins bien leur marginalité temporelle en travaillant tous deux de nuit ou alors en étant en équipes alternantes (et en prenant donc en charge à tour de rôle les obligations domestiques) ; celle à l’inverse du dévouement complet (c’est souvent le cas des salariées peu qualifiées) au profit des autres membres de la famille. Dans cette seconde configuration, non seulement le temps non professionnel est largement dévolu au service d’autrui mais l’intégration sociale par des canaux extérieurs au cercle familial (vie associative, sport…) est réduite à néant.

19Ces quelques illustrations ont pour vertu de nous rappeler – non sans résonance immédiate d’ailleurs avec la contribution de Liu Yuzhao – que la gestion du temps n’est pas qu’affaire d’individus et de travail. En voulant rationaliser formellement l’activité productive, c’est l’ensemble de la vie sociale que l’on transforme. La flexibilité du temps bouscule les manières de travailler et change la donne dans de nombreux autres compartiments de la vie quotidienne : l’organisation domestique mais aussi l’accès à des structures aussi déterminantes que l’école, les transports, les administrations, les supermarchés, les espaces de culture et de loisir… On comprend mieux dès lors le fait que, en France, la ville soit devenue depuis quelques années un lieu d’expérimentation privilégié afin de mieux articuler des temps multiples qui ne cessent de s’entrechoquer. L’invention des bureaux du temps et la mise en œuvre de plans territoriaux de coordination des horaires publics constituent quelques-unes de ces innovations les plus remarquables qui, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas ou même en France, ont pour objectif l’amélioration tangible de la concordance des temps sociaux :

[Cette politique] tente de développer systématiquement des réseaux entre les acteurs administratifs et non gouvernementaux, commerciaux et non commerciaux et d’exploiter les potentiels au sein de la société civile (structure mixte publique/privée). Elle s’inscrit également dans la revitalisation et le renouveau de la démocratie locale. (Boulin et Mückenberger 2002, p. 213)

20En raison de l’importance des enjeux qui lui sont associés, bien qu’elles demeurent encore balbutiantes, les initiatives qui s’inscrivent dans une telle perspective – comme toutes celles qui invitent à comprendre le temps du travail en débordant largement les cadres de l’entreprise – ont, à n’en point douter, de beaux jours devant elles.

21On peut, grâce aux enquêtes, toucher du doigt un autre aspect relatif à la rationalisation du temps. Il s’agit, en l’occurrence, des tensions entre codifications et représentations collectives. On a souvent dit à ce sujet combien les frontières tracées hier, au moment de l’érection d’une société qui absorbait tout en même temps un mouvement d’industrialisation et un processus d’urbanisation, sont aujourd’hui obsolètes. Alain Supiot (1998) distingue quatre lignes de démarcation qui, historiquement, ont informé le travail d’un point de vue institutionnel. Ces lignes opposent travail dépendant et travail indépendant, travail à titre onéreux et travail à titre gratuit, travail salarié et fonction publique et, enfin, travail et formation. Or ces frontières sont aujourd’hui de plus en plus perméables. L’on assiste en effet à :

[…] un mouvement de pénétration du modèle salarié dans les sphères d’activité qui lui échappaient : développement de la formation par le travail ; intrusion du rapport salarial dans la sphère économique ; privatisation du secteur public ; intégration juridique des travailleurs indépendants dans des structures dont ils dépendent économiquement ; et un mouvement réciproque d’assimilation par le droit du travail des valeurs qui étaient l’apanage du travail non salarié : droit à la formation et à la qualification professionnelle ; droit de suspendre son travail à des fins privées (congés spéciaux : parentaux, sabbatiques, etc.) ; revendication par des entreprises de leurs responsabilités sociales et environnementales (exprimée maladroitement par l’idée d’entreprise citoyenne) ; développement des salariés indépendants (dirigeants salariés, salariés par détermination de la loi, salariat des professions libérales, et plus généralement affadissement continu de la notion de lien de subordination). (Supiot 1998, p. 6-7)

22Dans la mesure où les catégories administratives, économiques, politiques… dominantes demeurent calées sur les anciennes lignes de démarcation qui viennent d’être évoquées, une première urgence consiste, selon certains acteurs économiques, à repenser autrement ces situations que, faute de mieux, l’on nomme hybrides, et au sein desquelles se mêlent des temps (celui de la formation, celui de l’emploi, celui de l’inactivité…) autrefois nettement différenciés. Cette démarche est effectivement d’autant plus nécessaire s’agissant du temps de travail que les investigations empiriques mettent en évidence l’épuisement réel et progressif de la norme hebdomadaire, l’entrechoc entre temps partiel et emplois à temps plein bénéficiant d’un réduction collective du temps de travail, etc.

23Ainsi que nous l’apprennent nos collègues chinois, la rationalisation économique ne se moule pas dans un modèle unique dont l’Occident pourrait prétendre revendiquer un quelconque monopole. En posant notre regard au-delà des frontières, et en considérant concurremment la profondeur diachronique de la rationalisation des temps sociaux, une conclusion s’impose à l’évidence. Ce n’est pas en termes d’imperfection (au regard d’un modèle de développement supposé satisfaire à tous les canons de la rationalité instrumentale) qu’il convient de réfléchir pour comprendre et expliquer l’évolution des pratiques économiques. En nous incitant à régler la focale sur un niveau d’analyse avec lequel nous ne sommes pas coutumiers, nos collègues chinois proposent d’appréhender autrement des mondes que, malheureusement, les théories occidentales considèrent encore trop souvent comme préindustriels alors que leur mode de fonctionnement est avant tout débiteur de modes de rationalisation dont nous peinons à comprendre la logique et la portée. Un tel détour est pourtant chose fructueuse. Il permet notamment de considérer avec une distance salutaire le chemin que nous avons parcouru et d’imaginer surtout, autrement qu’en termes de crise ou de dérégulation, les défis que posent aujourd’hui les nouvelles formes de rationalisation économique. Ce constat vaut au premier chef à propos du geste productif. Le travail de ce début de siècle n’est certes plus réductible à cette activité et à ce statut, typiquement masculin et industriel, que l’on a longtemps associé au fordisme triomphant d’après-guerre. Mais ce n’est pas non plus un travail tellement marginalisé dans l’emploi du temps des salariés qu’il faille en diagnostiquer la fin au profit d’autres activités de plus en plus chronophages. En fait, les transformations des cadres temporels des activités économiques signalent moins une rupture qualitative que l’approfondissement, aussi absurde parfois que contradictoire, de la logique des temps caractéristiques des sociétés modernes. Cela ne signifie pas que rien ne bouge. Au contraire, les indices d’évolution sont multiples. Outre les effets propres aux politiques d’aménagement et de réduction de temps de travail, notre rapport au temps change bien avec les tempos imposés par la globalisation des échanges économiques, par le développement des relations de service qui obligent à inventer des formes inédites de délocalisation spatio-temporelles (sous-traitance, télétravail…) ou encore par les nouveaux rythmes urbains. En bref, loin de la société du temps libre que certains ne cessent d’appeler de leurs vœux, nos nouveaux temps modernes accouchent d’une nouvelle société du travail, au sein de laquelle il revient plus que jamais à l’individu de se prendre en charge lui-même pour gérer son temps, son histoire et ses activités.

Bibliografia

Boulin Jean-Yves et Mückenberger Ulrich, 2002, La ville à mille temps, Paris, Éditions de l’Aube.

Bourdieu Pierre, 1963, « La société traditionnelle. Attitude à l’égard du temps et conduite économique », Sociologie du travail, vol. 1, n5, p. 24-44.

Corbin Alain, 1991, « L’arithmétique des jours au xixe siècle », Le temps, le désir, l’horreur, Paris, Aubier, p. 91-97.

Elias Norbert, 1996, Du temps, Paris, Fayard.

Lallement Michel, 2009, « Les régulations du temps de travail en France », Informations sociales, no 153, p. 56-64.

— 2003, Temps, travail et modes de vie, Paris, PUF.

Landes David S., 1987, L’heure qu’il est, Paris, Gallimard.

Li Guowu, « Diffusion technologique et les clusters de production en Chine », ce volume.

Liu Yuzhao, « Entreprises familiales rurales et gestion économique en Chine : le cas des entreprises de Baiyangdian », ce volume.

Salais Robert, Baverez Nicolas et Reynaud Bénédicte, 1986, L’invention du chômage, Paris, PUF.

Supiot Alain, 1998, « Le travail en perspective : une introduction », Le travail en perspectives, A. Supiot éd., Paris, LGDJ, p. 1-12.

Thompson Edward P., 1979, « Temps, travail et capitalisme industriel », Libre, no 5, p. 363.

Weber Max, 1995, Économie et société, Paris, Pocket (Agora), 2 volumes.

— 1991, Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Paris, Gallimard.

— 1964, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Zerubavel Eviatar, 1982, « The standardization of time : a sociohistorical perspective », American Journal of Sociology, vol. 88, no 1, p. 1-23.

Autore

Professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers (Paris), titulaire de la chaire d’Analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations. Il s’est spécialisé dans l’étude de l’organisation du travail, des marchés de l’emploi et des relations professionnelles, avec un intérêt pour la question du genre et un goût pour les comparaisons internationales. Il mène actuellement une recherche sur la façon dont, par leur éthique et leurs pratiques, les hackers contribuent à l’invention d’un nouveau paradigme du travail. Parmi ses publications récentes, on peut noter : « Europe and the economic crisis. Forms of labour market adjustment and varieties of capitalism », Work, Employment and Society, vol. 25, no 4, 2011 ; « An experiment inspired by Fourier : J.B. Godin’s Familistere in Guise », Journal of Historical Sociology, vol. 25, no 1, 2012 ; Die gesellschaftliche Verortung des Geschlechts, co-édité avec Theresa Wobbe et Isabelle Berrebi-Hoffmann, Francfort, Campus, 2011 ; Trajectoires des modèles nationaux. État, démocratie et travail en France et en Allemagne, co-édité avec Olivier Giraud et Michèle Dupré, Francfort, Peter Lang, 2012 ; Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard (NRF Essais), 2013.

© ENS Éditions, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540