Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

Avant-propos

Laurence Roulleau-Berger et Liu Shiding

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’une coopération très fructueuse qui a eu lieu entre le département de sociologie de l’Université de Pékin et l’Institut des sciences humaines et sociales (INSHS) du CNRS, dans le cadre du Programme international de coopération scientifique (PICS) de 2008 à 2011, « Nouvelles frontières des sociologies économiques chinoise et française : un état des lieux », co-dirigé par Laurence Roulleau-Berger et Liu Shiding. Dans l’équipe française Laurence Roulleau-Berger représentait le Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE, CNAM, Paris), puis l’Institut d’Asie orientale, ENS de Lyon ; Michel Lallement, le LISE ; Éric Verdier, le Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, Aix-en-Provence) ; et Didier Demazière, le laboratoire Printemps « Professions, Institutions, Temporalités » (Saint-Quentin-en-Yvelines). Dans l’équipe chinoise Liu Shiding représentait le département de sociologie de l’Université de Pékin ; Shen Yuan, le département de sociologie de l’Université de Tsinghua ; Li Lulu, le département de sociologie de l’Université du Peuple à Pékin ; Li Youmei, le département de sciences politiques et de sociologie de l’Université de Shanghai.

2De 2008 à 2011 ont été organisés cinq séminaires internationaux qui ont eu lieu alternativement à Lyon, Pékin, Aix-en-Provence, Shanghai avec de grands spécialistes de la sociologie économique en Chine et en France. Nous avons traité de questions importantes de sociologie économique, identifié des convergences et des divergences dans la sociologie économique française et la sociologie économique chinoise. Il s’agit du premier ouvrage construit à partir d’un dialogue entre sociologues chinois et sociologues français dans le champ de la sociologie économique. Ce livre qui s’impose dans un champ de connaissances en développement dans le monde entier devrait favoriser de nouvelles coopérations scientifiques entre sociologues francophones et chinois.

3À partir d’une sélection d’analyses en sociologie économique en France et en Chine, il s’agit de proposer des regards croisés sur des questions de recherche transversales et communes aux sociologues chinois et français afin de favoriser un processus de circulation de connaissances, de concepts, de théories, d’identifier les théories mobilisées des deux côtés, de comprendre pourquoi et comment certains auteurs sont cités en France et pas en Chine, et vice versa. Le propos permettra de saisir à la fois les dimensions locale et transnationale de l’activité scientifique, c’est-à-dire l’analyse des effets de contextes sociétaux sur le tracé des frontières des sociologies économiques en Chine et en France. Ce volume participe à la définition d’espaces propres et d’espaces partagés de connaissances dans le champ de la sociologie économique et nous invite à réfléchir sur les variations culturelles des pratiques de recherche. Le travail réalisé s’inscrira dans un processus de mise en équivalence des connaissances produites en sociologie économique en Chine et en France et de désoccidentalisation des sciences sociales (Roulleau-Berger 2011).

4Les lignes de travail de la sociologie économique française ne correspondent pas tout à fait à celles de la sociologie économique chinoise d’abord centrée sur la question de la transition économique et sociale. La sociologie économique s’est constituée assez rapidement en Chine comme précipitée par les grandes transformations économiques, sociales et historiques. Nous assistons en effet, depuis une vingtaine d’années, à la réinvention de la sociologie en Chine continentale. La sociologie économique apparaît alors comme un champ dominant où des questions théoriques et épistémologiques centrales sont posées (Roulleau-Berger et Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding 2008 ; Roulleau-Berger et Li Peilin 2012).

5À partir des workshops organisés en Chine et en France de 2008 à 2011 nous avons progressivement défini des questions de recherche communes en sociologie économique qui sont traitées sur des modes différents à partir des singularités sociétales. Les analyses sociologiques présentées dans cet ouvrage montrent comment les usages des mêmes concepts prennent des significations tantôt proches, tantôt très éloignées ; elles font valoir aussi des manières propres de penser des réalités sociales et économiques en France comme en Chine.

Bibliographie

Roulleau-Berger Laurence, 2011, Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube (traduction chinoise : Pékin, Social Sciences Academic Press, 2014).

Roulleau-Berger Laurence et Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding éd., 2008, La nouvelle sociologie chinoise, Paris, CNRS Éditions.

Roulleau-Berger Laurence et Li Peilin éd., 2012, European and Chinese Sociologies. A New Dialogue, Leyde-Boston, Brill Publishers.

Auteurs

Sociologue, est directrice de recherche au CNRS, membre de Triangle, École normale supérieure de Lyon. Elle a développé ses recherches en sociologie urbaine, en sociologie économique et en sociologie des migrations en Europe et en Chine. Elle a ouvert une réflexion épistémologique sur la désoccidentalisation de la sociologie. Elle a publié un nombre important d’articles et d’ouvrages dont les plus récents sont : La nouvelle sociologie chinoise, avec Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding éd., Paris, CNRS Éditions, 2008 ; Migrer au féminin, Paris, PUF, 2010 ; Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2011 (traduction chinoise : Pékin, Social Sciences Academic Press, 2014) ; European and Chinese Sociologies. A New Dialogue, avec Li Peilin éd., Leyde-Boston, Brill Publishers, 2012 ; Sociologies et nouveaux cosmopolitismes, Toulouse, PUM, 2012 ; China’s Internal and International Migration, avec Li Peilin, Londres, Routledge, 2013. Elle dirige deux collections : De l’Orient à l’Occident, ENS Éditions ; Post-Western Social Sciences and Global Knowledge, Brill Publishers.

Professeur au département de sociologie de l’Université de Pékin. Il a aussi été directeur-adjoint du département de sociologie, et directeur du Centre pour la recherche sociologique et les études du développement de la Chine à l’Université de Pékin. Chercheur de premier plan en sociologie économique, il poursuit ses travaux et ses projets sur un ensemble de problématiques variées, incluant les changements institutionnels en Chine, les « townships and villages enterprises », la citoyenneté dans les zones de haute technologie, les institutions financières, les marchés du travail, et la théorie des jeux. Il a publié de nombreux articles et ouvrages. Parmi les plus récents : The Thought on « Annexing People » - « Acquiring Territory » in Xunzi [un classique d’avant la dynastie Qin, il y a deux mille ans] and the Theory of Efficient Scale of the State (2014) ; Possession to Resources of Economy and Social Definition of Property Rights : a Analytical Framework (2014) ; Game Theory Methods in the Organization Research (2013) ;Three Types of Discrimination against Migrant Workers in the Labor Markets and Logical Consequences (2012) ; State Building and Government Behaviors in China (2012, éd.) ; Chinese Family Dynamics (2011, éd.)

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540