Version classiqueVersion mobile

D’une Antiquité l’autre

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

La circulation du livre et les classiques : l’Antiquité et les bibliothèques américaines avant 1820

James Raven
Traduction de Bruno Krebs

Texte intégral

  • 1 Richard M. Gummere, The American Colonial Mind and the Classical Tradition, Cambridge, Harvard Univ (...)
  • 2 James Raven, « The Importation of Books to Colonial North America », Publishing History, 42, 1997, (...)

1L’influence de la culture classique dans les colonies nord-américaines et les États-Unis du début de l’Indépendance fait l’objet d’une historiographie accessible mais qui est loin d’être exhaustive. Les études menées en leur temps, par Richard M. Gummere et Meyer Reinhold notamment, demandent une remise à jour qui tienne compte de diverses études récentes1. Le présent essai propose une réévaluation fondée sur les dernières recherches menées sur l’histoire de l’importation, de la circulation et de la production du livre en Amérique du Nord coloniale. Nous y associerons une reconsidération de l’histoire des premières bibliothèques américaines, privées ou publiques : les principes ayant présidé à leur fondation, leurs politiques d’acquisition et de gestion de fonds, et leurs rôles au sein du tissu social, ainsi que dans le dialogue intellectuel et politique2. Nous visons particulièrement à explorer plus avant la perception de la « circulation du livre » dans les jeunes colonies américaines, à travers leurs études, leurs bibliothèques et leurs journaux. Comment la demande pour des ouvrages de l’Antiquité – et pour des éditions elles-mêmes anciennes – se conjugua-t-elle avec un souci croissant d’acquisitions (aussi rapides que possible) de la littérature la plus neuve, la plus en vogue – souci qui joua un rôle si fondamental dans la production et la demande de livres en Grande-Bretagne dès le milieu du xviiie siècle ?

  • 3 Voir The Usefulness of Classical Learning in the Eighteenth Century, Susan Ford Wiltshire éd., Univ (...)

2La civilisation classique exerçait alors une influence profonde en Amérique, couvrant les arts, l’architecture, la littérature et la pensée politique. Trois grandes périodes sont traditionnellement délimitées. La première englobe le siècle précédant 1735, lorsque la connaissance des langues classiques sous-tendait l’éducation des serviteurs de l’Église et de l’État, d’un point de vue à la fois moral et formel. La deuxième période couvre le restant du xviiie siècle, quand la citation des classiques – grecs et latins – était de rigueur dans les discours et débats politiques3. Durant la troisième période en revanche, entre 1800 et 1880 environ, le latin (sinon, en grande partie, le grec) demeura le fondement de l’éducation de l’élite en matière d’arts et de littérature – fondement qui a laissé son empreinte très concrète sur l’Université américaine, les bâtiments de ses collèges et de ses bibliothèques, et d’autres entités, comme les clubs d’étudiants et d’étudiantes, désignées par des lettres grecques.

  • 4 Baltimore Daily Repository, 29 janv. 1793.
  • 5 R. M. Gummere, American Colonial Mind, ouvr. cité, p. 4.

3L’influence des classiques apparaît dans une extraordinaire variété de domaines, intellectuels ou matériels. Elle emprunte des chemins qui pourraient nous surprendre aujourd’hui, mais qui étaient en parfaite adéquation avec leur temps. Dans le Sud par exemple, l’une des utilisations les plus flagrantes des classiques consistait à donner aux esclaves des noms comme César, Polydore, Scipion ou autres. Du haut en bas des treize colonies, de nombreux gentlemen adoptaient masques et pseudonymes à l’antique quand ils écrivaient à leur journal. Vers la fin du xviiie siècle, ce fut d’ailleurs un certain « Philonaus » qui proposa la création d’une Baltimore Library Company (fondée en 1795) « similaire à la Philadelphia Library Company ».4 Le vocabulaire grec ou latin servait également à enrichir les invectives. À Charleston, Timothy Stephen, imprimeur et patriote, fut tellement indigné par le Stamp Act (1765) qu’il fit importer une fonte grecque complète pour pouvoir dénoncer le nouvel impôt dans son journal en termes bien sentis5.

  • 6 Edwin Wolf II, Book Culture of a Colonial American City : Philadelphia Books, Bookmen, and Booksell (...)
  • 7 M. Reinhold, Classica Americana, ouvr. cité, p. 25.
  • 8 Ibid., p. 26.
  • 9 J. Raven, London Booksellers and American Customers, ouvr. cité, p. 154.

4Plus généralement, l’importance des classiques pour l’élite est bien attestée dans l’histoire politique et intellectuelle de l’Amérique du xviiie siècle. Souvent critique quant à l’influence des classiques, Franklin aimait à évoquer le temps où il lisait Plutarque dans la petite bibliothèque de son père : « Il y avait les Vies de Plutarque, que j’ai lues abondamment, et je pense encore avoir passé ce temps avec grand profit. »6 La correspondance de Jefferson avec Priestley (exilé en Amérique) confirme leur admiration commune pour Homère7. Dès les premiers temps, Homère avait fait partie des auteurs de base des écoles secondaires coloniales, en compagnie de ce que James Madison appelait « le tronc commun des classiques de l’école » : les Distiques de Caton, les Fables d’Ésope, les Métamorphoses et les Tristes d’Ovide, les discours, les lettres et le De officiis de Cicéron, Florus, Eutrope et Justin, l’Énéide de Virgile, Horace, Térence, Isocrate, et les Mémorables de Xénophon8. Si la fréquence des prêts effectués à cette époque par les bibliothèques pouvait nous donner une idée quelconque de la popularité des ouvrages, alors une notice insérée dans la South Carolina Gazette offrirait un certain intérêt : sur les trois premiers mois de 1756, elle citait 49 titres de livres (ainsi qu’un « grand nombre de brochures » périmées)9. Parmi ceux-ci, des œuvres de Bolingbroke et de Locke voisinaient avec Démosthène, César et Longin. Certaines éditions récentes offraient les premières traductions anglaises de grands classiques.

5Dès leur fondation et durant tout le xixe siècle, les grands collèges et universités de l’Amérique coloniale firent passer un sévère examen d’entrée en latin (ainsi qu’en grec durant presque toute cette période) : les jeunes gens devaient savoir « lire à vue, rédiger et analyser » selon les termes du règlement du Harvard College en 1655, repris par les règlements de Yale (la « Rubrique » de 1745) et ceux du King’s College de New York (future université de Columbia), en 1755. Plus tard, lorsqu’ils évoqueront leurs études classiques, de nombreux gentlemen américains reconnaîtront que Sénèque ou Cicéron leur avaient appris à se forger un style épistolaire de belle tenue. Approuvant les règlements de l’université de Virginie, Jefferson écrivait :

  • 10 Cité dans R. M. Gummere, American Colonial Mind, p. 57.

On ne manquera pas de rappeler qu’aucun jeune ne peut être admis à l’Université s’il ne sait lire aisément Virgile, Horace, Xénophon ou Homère ; s’il n’est pas apte à convertir à vue une page d’anglais en latin ; s’il ne peut démontrer à vue toute proposition du premier livre d’Euclide, et s’il ne se montre pas familier des équations du troisième et du quatrième degré.10

  • 11 A. Gregg Roeber, « German and Dutch Books and Printing », Colonial Book in the Atlantic World, H. A (...)

6Un département des classiques fut créé en 1786 à l’université de Pennsylvanie, tandis que l’enseignement des classiques en langue allemande devenait déjà très courant11.

  • 12 Robert B. Winans, A Descriptive Checklist of Book Catalogues Separately Printed in America 1693-180 (...)

7De manière générale, le développement des bibliothèques coloniales progressa lentement mais sûrement. En 1735, Harvard détenait 3000 volumes, tandis que la bibliographie des premiers catalogues de la bibliothèque, établie par Robert Winans, dénombre 1100 entrées par noms d’auteurs dans le catalogue de Yale de 1743 ; 850 entrées dans celui de la bibliothèque de Philadelphie en 1757 ; 840 au College of New Jersey (Princeton) en 1760 ; 375 à la New York Society Library en 1761, et 866 à la Rhode Island Redwood Company en 1764. Yale comptait 2700 volumes en 1791 et Harvard 9800 en 1790. Les textes classiques, en langue originale ou traduits, régnaient encore sur les rayonnages des collèges en 182012.

  • 13 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 77.
  • 14 M. Reinhold, Classica Americana, p. 29-30 (références tirées de Joe F. Krau, « Book Collections of (...)
  • 15 Walter B. Edgar, « The Libraries of Colonial South Carolina », « Ph. D. dissertation » inédite, Uni (...)

8Parmi les collections privées, il ne fait pas de doute que la bibliothèque de James Logan à Philadelphie détenait le fonds de textes classiques le plus important en nombre comme en qualité. Plus petites, mais également remarquables, venaient ensuite les toutes premières bibliothèques de John Harvard, Cotton Mather, des Virginiens John Carter II et Robert « King » Carter, puis les bibliothèques de Ralph Wormeley II, Richard Lee I, William Byrd de Westover et James Bowdoin du Massachusetts. Robert Wells, libraire à Charleston, annonçait fièrement en 1761 la vente de la bibliothèque de James Michie, ancien président de la Library Society locale. La bibliothèque de Michie devait être mise aux enchères. Elle contenait des ouvrages de droit, des classiques, des poètes épiques et des livres d’histoire « dans l’ensemble en très bel état, nombre d’entre eux élégamment reliés ».13 Les classiques entraient dans une proportion de 13 % dans la bibliothèque de Logan ; cette proportion baissait à 5 % pour les 2250 titres de la bibliothèque d’Edwin Lloyd IV, cataloguée en 1796. Une proportion comparable apparaît dans la bibliothèque du Virginien William Munford, traducteur d’Horace, dans son catalogue de 1802. En revanche, seule une centaine de classiques entre dans le catalogue (1810) de la bibliothèque de George Washington. Meyer Reinhold estime que, dans l’ensemble des bibliothèques des colonies, les fonds se répartissaient entre théologie (50 %), histoire (12-15 %), belles-lettres (11-15 %) et sciences (7-12 %)14. Comme le confirme également Walter B. Edgar, dans la plupart des bibliothèques inventoriées de Caroline du Sud (et l’estimation devrait pouvoir s’appliquer à toutes les bibliothèques du même type en Amérique coloniale), les classiques étaient proposés en version anglaise. Parmi les plus populaires, on remarque les Commentaires de César, le De officiis et les Discours de Cicéron, des œuvres d’Ovide, d’Horace, de Térence, d’Homère, traduites par Ruddiman, Chapman, Clark, et surtout par Pope15.

  • 16 Kevin J. Hayes, The Library of William Byrd of Westover, Madison House, 1997, p. 5.
  • 17 Ibid., p. 6.

9Kevin Hayes a récemment publié une étude sur la bibliothèque de William Byrd à Westover en Virginie, qui comprenait 2345 titres peu de temps après sa mort en 1744. Il montre clairement combien ce fonds dérivait de la scolarité de Byrd à Felsted School, dans l’Essex (école des fils d’Oliver Cromwell, et de plusieurs passagers du Mayflower) ; avant de la quitter en 1690, il s’y était, selon ses propres mots, « plutôt bien familiarisé avec le grec et le latin, ayant lu divers auteurs dans ces langues », « et maîtrisait assez bien les deux grammaires ».16 Christopher Glasscock, qui fut le maître de Byrd à Felsted, détenait un bon fonds d’éditions récentes de classiques – notamment de Salluste, César, Tite-Live et Justin17.

  • 18 Voir K. J. Hayes, ibid., p. 25-35.
  • 19 The Secret Diary of William Byrd of Westover 1709-1712, Louis B. Wright et Marion Tinling éd., Rich (...)

10Un élément encore plus frappant du développement de la bibliothèque de William Byrd (qui devint membre de la Royal Society) fut son engagement dans la « bataille des Livres » de la fin du xviie siècle, qui vit se livrer un débat passionné entre les tenants de la culture et des sciences classiques et ceux du progrès moderne. Conduit par la Royal Society et les érudits avocats du « progrès », ce débat prit la forme de joutes agressives entre Richard Bentley et Charles Boyle18. Entre 1709 et 1712, le Secret Diary (« Journal intime » de Byrd offre un compte rendu détaillé de ses lectures, attestant sa fréquentation matinale du grec et de l’hébreu, tandis que Lucien et Homère étaient ses préférés. Mais il donne également l’impression d’avoir été une caricature d’intellectuel, qui infligeait souvent des lectures fastidieuses à ses compagnons de repas. Mais c’était un lecteur infatigable, qui nota même un jour : « Le vent soufflait très froid du nord-ouest. Dans l’après-midi je suis retourné me promener avec mon ami Horace. »19

  • 20 Sandra R. Joshel et al. éd., Imperial Projections : Ancient Rome in Modern Popular Culture, Baltimo (...)

11Même si elle n’avait rien de véritablement public, une bibliothèque de gentleman comme celle de Byrd offrait l’exemple d’une collection à la fois en usage, et réservée à de rares privilégiés. Dans les colonies, l’adhésion informelle à de tels cercles, tout comme l’affiliation formelle à une bibliothèque privée, demeurait chasse soigneusement gardée, et cet honneur nécessitait toute la reconnaissance sociale appropriée. L’importance accordée aux traditions et références littéraires et classiques, et même à un certain vocabulaire architectural, apparaît manifeste dans la conception de la bibliothèque ou du salon de lecture, dans ses rayonnages, ses ornements, et même dans la décoration du plafond, dont les attributs allégoriques se devaient à la fois d’impressionner et de rassurer20.

  • 21 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 44.

12Les sociétés américaines de gentlemen, les publications édifiantes et même les institutions officielles et publiques reprenaient à leur compte une iconographie des Lumières qui s’inspirait fortement de l’Antiquité classique. Les ex-libris de bibliothèques privées ou d’abonnés, les sceaux et les documents des bibliothèques de sociétaires présentaient diverses divinités classiques et citations ou dictons latins. L’image de Minerve était la plus fréquemment reproduite, tandis qu’au milieu du xviiie siècle un œil étincelant figurait très souvent au-dessus de représentations de pyramides et autres symboles maçonniques21.

  • 22 Reproduit et étudié dans James Raven, « I viaggi dei libri : realtà e raffigurazioni », Gli spazi d (...)
  • 23 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 43-44.

13Les ex-libris de la bibliothèque de la New York Society représentaient Minerve descendant sur un nuage, l’Indien subjugué, délaissant son tomahawk, et recevant un livre, agenouillé devant la déesse en majesté22. Pareillement, le plus ancien sceau conservé de la bibliothèque de Charleston représente la déesse de la Raison, avatar probable de la déesse Minerve, quoique sans casque ni chouette. Drapée à l’antique, dans le cercle de sa bannière, livre ouvert sur les genoux, la déesse préside sur un trône de livres et de parchemins, et porte un sceptre couronné d’un œil étincelant. L’œil, qui symbolise la lumière de la raison, était également associé aux hiéroglyphes de l’Égypte ancienne. Cette notion devait beaucoup au Traité sur les hiéroglyphes de Horapollon, que l’on suppose daté de la basse Antiquité, et popularisé par diverses éditions et compilations du xvie siècle23.

14La plupart des livres que toutes ces bibliothèques commandaient en Angleterre offraient chaque fois une leçon sur le rapport entre les livres, les relations sociales et la connaissance pratique. Les frontispices des périodiques les plus fréquemment commandés témoignent de cette inspiration visuelle. Le frontispice du premier volume de l’Universal Magazine, paru en 1747, présente la bibliothèque ouverte au monde, des navires quittant le port, le tout sous la bannière déployée par le caducée de Mercure. Une extraordinaire parabole se dégageait de ces illustrations, où l’on faisait appel à un répertoire pour le moins approximatif de symboles classiques. Beaucoup s’inspiraient de gravures de l’Iconologia de César Ripa, réimprimée en 1709 par Pierce Tempest, lequel introduisait ainsi l’ouvrage :

  • 24 P[ierce] Tempest, Iconologia, Or Moral Emblems, by Caesar Ripa, Londres, 1709, p.[i].

Ces images sont les reflets de nos Idées ; elles appartiennent aux Peintres, qui par les Couleurs et les Ombres, ont inventé l’admirable Secret de donner Corps à nos Pensées, pour ainsi les rendre visibles.24

15Au fil des frontispices, Minerve, déesse de la Sagesse et de la Raison, évoquée dans le sceau de la Charleston Library, et reproduite en ex-libris par la New York Society Library, recréait une fois de plus l’emblème d’une bienveillance bibliographique.

  • 25 Les opinions divergent ici entre K. J. Hayes, Library of William Byrd, p. 45 et suiv., et Daniel Bl (...)

16 Ce débat était demeuré jusque-là presque exclusivement masculin, et l’étude de l’influence des classiques aux xviie et xviiie siècles vient souvent appuyer cette impression. Les femmes étaient pourtant loin de se trouver marginalisées parmi l’élite des colonies. Peu de grandes bibliothèques privées avaient été fondées par des femmes, et les femmes n’étaient pas admises comme membres des sociétés des bibliothèques, du moins au début (quoique certaines aient compté parmi les premiers actionnaires). L’accès en revanche ne leur était normalement pas refusé – au moins pour emprunter des livres en qualité de membre de la famille. Nombre de grands collectionneurs de livres furent également d’ardents défenseurs du droit de la femme à l’instruction. William Byrd par exemple, quoique refusant de laisser sa femme puiser dans sa bibliothèque à sa guise, lui fit présent de livres, dont un Marc-Aurèle annoté. La question de l’implication de la femme demeure controversée, et les arguments avancés en faveur de leur participation ne convainquent pas entièrement25. Grand bibliophile colonial, Byrd admirait du moins les femmes traductrices – notamment les traductions françaises de Mme Dacier : l’Odyssée et l’Iliade d’Homère, les Comédies de Térence, et ses éditions de Florus, Dictys de Crète, Sextus Aurelius Victor et Eutrope, qui figuraient toutes dans sa bibliothèque. Byrd faisait par ailleurs l’essentiel de sa cour aux dames en langues classiques. Après une série de liaisons désastreuses, il fut ravi de rencontrer la jeune Maria Taylor, à qui il écrivait en grec :

  • 26 Cité dans K. J. Hayes, Library of William Byrd, p. 62.

Quand je croyais que vous ne connaissiez que votre langue maternelle, j’étais passionnément amoureux de vous : mais lorsque j’ai appris que vous parliez également le grec, la langue des Muses, je suis devenu complètement fou de vous.26

17Il épousa Mary en 1724.

18Un autre cas célèbre de participation féminine fut celui d’Eliza Lucas Pinckney, pionnière de la culture de l’indigo, femme d’un grand planteur de Charleston, Charles Pinckney (mort en 1758), et mère du général Charles Cotesworth Pinckney, candidat à la présidence des États-Unis. George Washington, alors président, porta le cercueil à ses obsèques. En 1740, Eliza racontait : « Je possède une petite bibliothèque bien approvisionnée (car papa m’a laissé la plupart de ses livres). » Elle avait également demandé à son père de commander des manuels de musique à Londres, et son futur mari lui prêta un Virgile, qui l’aurait inspirée dans la création de son bois de cèdres. Elle lisait aussi d’autres livres pour leur application à la vie moderne. Sur Virgile elle déclarait : « Quoiqu’il écrivît dans la langue et pour la terre d’Italie, je pense qu’il peut dans bien des cas s’appliquer en Caroline. » Elle avait d’ailleurs demandé à se faire prêter Virgile malgré les avertissements d’une vieille dame de son voisinage :

  • 27 Lettre d’Eliza Pinckney à son père, janvier 1741-1742, et lettre à Mary Bartlett [1742], dans The L (...)

Elle] professe un grand mépris pour mes livres, et elle aurait bien jeté au feu mes Vies de Plutarque l’autre jour [...] et me prie le plus sérieusement du monde de ne jamais lire le père Malbrauch [Nicolas Malebranche].27

19Le Démosthène annoté que Pinckney prêta à Eliza se trouve aujourd’hui à la Thomas Cooper Library de Columbia, en Caroline du Sud.

  • 28 T. H. Breen, Tobacco Culture : The Mentality of the Great Tidewater Planters on the Eve of the Revo (...)
  • 29 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 46-47.

20L’étalage de l’héritage classique répondait en partie aux crises de confiance qui secouaient les colonies. On peut lui accorder une valeur positive – Timothy Breen28, parmi d’autres, a souligné le rôle critique du rite intellectuel et culturel, dont la référence littéraire aux classiques faisait partie – dans la construction d’une autorité politique, en l’absence de structures hiérarchiques traditionnelles. De manière plus négative – mais également plus habituelle, semble-t-il – la culture et l’héritage classique de l’élite étaient exploités pour défendre la société coloniale contre d’éventuelles critiques. Au milieu du xviiie siècle, l’émergence du « consumérisme » était considéré comme un signe de déclin. À New York, Philadelphie et Boston, les journaux mettaient en garde contre les dangers de la modernité ; à Charleston, le débat sur les fragiles ambitions littéraires de la ville reflétait également une conscience aiguisée de sa position périlleuse au sein de la géographie morale de l’Empire britannique29.

21Il est certain que la lecture des classiques en Amérique peut faire apparaître un éclectisme qui correspondait à des besoins pratiques. L’intérêt premier accordé aux auteurs en prose – les moralistes et les historiens – dérivait de leur aptitude supposée à promouvoir une ligne de conduite morale et pratique. Les belles-lettres tenaient peu de place dans les bibliothèques sérieuses, privées ou associatives, dont les fonds de poésie ancienne étaient également limités, sauf dans le cas de Virgile et d’Horace (surtout) lorsqu’ils offraient une leçon morale.

  • 30 Voir Meyer Reinhold, « Opponents of Classical Learning during the Revolutionary Period », Proceedin (...)
  • 31 Meyer Reinhold le cite en préambule de The Classick Pages : Classical Reading of Eighteenth-Century (...)
  • 32 M. Reinhold, Classica Americana, p. 35.

22À partir de la seconde moitié du xviiie siècle, cette politique d’acquisitions n’avait rien d’hétérogène, tout en étant de plus en plus – il faut le souligner – contestée par ceux (du nord au sud) qui considéraient la culture et les références classiques comme une distraction, voire une force potentiellement dangereuse pour les colonies, et plus tard pour le jeune État américain. En 1728, John Seccomb publia dans le New-England Weekly Journal un poème satirique en vers pseudo-latins qui parodiait la vanité de la culture classique acquise par l’élite au collège. De nombreuses voix s’élevaient pour remettre en question l’utilité de la culture classique dans les grands pôles commerçants des colonies30. En 1776, année même de la Déclaration d’indépendance, le rédacteur en chef du Gentleman’s Magazine écrivait : « En notre sage époque, une éducation classique, seul fondement d’une culture solide, est devenue obsolète et passée de mode. » Cette pique masquait à peine un désarroi sensible (dont Meyer Reinhold31 ne semble pas avoir saisi l’ironie), témoignant de l’opposition qui se faisait jour à l’encontre de la primauté éducative et littéraire des classiques. À partir de la période révolutionnaire, le débat se concentra sur l’élaboration d’un « savoir utile » – chacun citant les classiques à charge comme à décharge. Célèbre médecin de Philadelphie et signataire de la Déclaration d’indépendance, Benjamin Rush fut un critique féroce de la lecture des classiques ; tandis que John Muir, principal de l’Academy of Alexandria (Virginie), faisait la distinction entre une solide culture américaine, à la fois moderne et classique, et le savoir « ornemental » des Européens32.

  • 33 Edgar C. Reinke, « A Classical Debate of the Charleston, South Carolina, Library Society », Papers (...)
  • 34 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 105-106, 220.

23Il faut également noter que le plus grave incident qui ait marqué les débuts de la Charleston Library Society, dans les années 1760, fut provoqué par une discussion sur l’importance accordée à la promotion des classiques en ville. La collection des débuts de la Charleston Library, comme nous l’apprend aujourd’hui son « Catalogue » de 1750, incluait déjà des éditions de Cicéron, Cornelius Nepos, Hérodote, Horace, Justin, Tite-Live, Ovide, Salluste, Tacite et Virgile. Mais lors de l’assemblée générale de 1764, Christopher Gadsden proposa la formation d’un nouveau comité chargé d’établir une liste des meilleures éditons de classiques, jusqu’au ive siècle après Jésus-Christ, à commander à Londres33. Cette suggestion fut approuvée, ainsi qu’une allocation de 70 livres sur un budget annuel d’acquisitions de 100 livres. Mais lors de l’assemblée suivante, le bibliothécaire William Carwithen objecta que les classiques de la bibliothèque étaient rarement lus, et moisissaient sur leurs rayons, tandis que les 30 livres restantes ne suffiraient jamais à couvrir les commandes déjà passées de brochures et de livres. La résolution de Gadsden fut immédiatement abrogée, et la proposition repoussée à l’assemblée générale de l’automne suivant. Gadsden démissionna en signe de protestation. Le débat se poursuivit l’année suivante aux réunions d’avril et d’octobre, mais un compromis intervint pour permettre à la liste des commandes habituelles d’inclure les classiques. Gadsden réintégra la Société, et put savourer sa victoire. En février 1766, le secrétaire William Mason écrivit au nouveau libraire James Fletcher en lui joignant une « List of Classick’s » pour une valeur de 70 livres, suivie en mai 1767 par une nouvelle liste d’une valeur de 30 livres34.

  • 35 The Papers of Henry Laurens, Philip M. Hamer éd., Columbia, 1968, 13 vol., 8 : 141, Laurens à John (...)

24Il y eut d’autres oppositions plus obstinées. Peu après l’affaire Gadsden, l’une des personnalités les plus en vue de l’élite de Caroline, Henry Laurens, émit des doutes sérieux sur la valeur des classiques dans ce qu’il appelait une « Terre de commerce » : « Des centaines d’hommes ont du latin plein la bouche, mais leurs ventres sont vides. »35. William Livingston, premier gouverneur du New Jersey, déclarait en 1768 dans l’Independent Reflector qu’une nouvelle nation était en train de se bâtir, où

  • 36 Independent Reflector, 1768, p. 172, cité dans M. Reinhold, Classica Americana, p. 30.

…] nous avons besoin de bras […] plus que de têtes. La plus étroite familiarité avec les classiques n’abattra pas nos chênes, pas plus que le goût des Géorgiques ne cultivera nos terres. De nombreux jeunes gens se cassent la tête sur l’Iliade, qui feraient mieux d’employer leurs bras à défricher nos prairies et à drainer nos marécages. D’autres se perdent en profondes cogitations sur la construction d’un syllogisme, alors qu’ils devraient guider le soc d’une charrue.36

25En commandant d’autres publications pratiques, de nombreux membres de bibliothèques municipales tenaient compte de l’intérêt manifesté pour l’agronomie, l’agriculture et l’horticulture. Leurs nouvelles perspectives, commerciales et agricoles, étaient bien celles que dépeignait Henry Laurens. Et elles adoptaient l’optimisme d’une Eliza Lucas Pinckney ou d’un James Crokatt, qui prônaient les avancées agraires, dans un climat où les tenants du progrès – agricole et spirituel (au moins pour l’élite) – ne rencontraient aucune opposition.

  • 37 A Catalogue of Books, Given and Devised by John Mackenzie Esquire, to the Charlestown Library Socie (...)

26Il faut bien noter à cet égard que de nombreuses sociétés de bibliothèques furent également fondées dans le but avoué de soutenir la création d’un collège (lorsqu’il était possible d’en assumer les frais). C’est ainsi qu’à Charleston, ville toujours soucieuse de prouver qu’elle était la plus importante des colonies de l’Empire, le patriote radical John Mackenzie (de Broom Hall, Goose Creek) légua à la Society Library une belle collection d’auteurs anciens « pour l’usage d’un collège quand il sera construit ». Imprimé en 1772, le Catalogue du legs comprenait 861 volumes, dont quelque 125 éditions in-folio et 135 titres d’auteurs classiques37.

  • 38 M. Reinhold, Classica Americana, p. 24.

27Il ne faut cependant pas oublier que presque toute cette littérature était importée de Londres. Durant les cent premières années de l’imprimerie américaine, seuls 12 titres ayant un quelconque rapport avec l’Antiquité furent imprimés à Philadelphie, et avant 1776, le seul ouvrage d’enseignement de lettres classiques écrit et imprimé en Amérique fut le manuel scolaire d’Ezechiel Cheever sur la grammaire latine38. Importée du monde anglo-saxon, la « littérature éduquée » se fondait sur des traductions, comme celle d’Horace par Brome en 1666, puis celles d’Ovide en 1680, de Juvénal en 1697 et de Virgile en 1697, toutes par Dryden, suivies par l’Ésope de l’Estrange (1692-1699), et l’Iliade (1715-1720) et l’Odyssée (1725-1726) de Pope.

  • 39 Texte complet dans J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 254-255.

28Il faut également insister ici sur le rôle joué par les intermédiaires – les marchands et les armateurs, et surtout, les représentants chargés de collationner les livres, et les agents des libraires de Londres. Dans diverses sociétés de bibliothèques, le secrétaire en poste relayait l’opinion générale des membres, qui tenaient le libraire pour un paresseux, doué de peu de discernement, et toujours prêt à se débarrasser de ses livres invendables. En 1768, James Fletcher, un libraire réputé de Saint Paul’s Churchyard, faillit bien perdre la clientèle de la bibliothèque de Charleston pour les motifs suivants : « [Nos membres] ont été hautement offensés par votre négligence en plusieurs points [notamment par sa livraison de classiques non commandés, contrairement aux instructions claires et détaillées que lui avait remises leur défunt secrétaire]. »39

29L’éclectisme était inévitable dans toutes les commandes de sociétés de bibliothèques, reflétant les souhaits particuliers des membres en toute période, et reflétant d’autant plus certainement les orientations imposées par les membres les plus éminents lors des réunions publiques. Le débat Gadsden sur les classiques, notamment, posait des questions qui dépassaient la simple information des membres sur les nouvelles éditions, ou la simple notion d’un « décalage » culturel. Lorsqu’il écrivit au libraire londonien James Fletcher au début de 1766, le secrétaire de la bibliothèque lui rappela qu’il devait s’en tenir « strictement aux Éditions particulièrement spécifiées dans la Liste » et que « nombre d’entre elles ne [devaient] être procurées que de seconde main, et certaines en très petite quantité ». La compétence des comités, secrétaires et correspondants jouait un important rôle de conseil – et de contrôle – auprès du libraire. Un cadre également contraignant présidait au processus de commandes de livres.

  • 40 E. Wolf, Book Culture of a Colonial American City, ouvr. cité, p. 31-32.
  • 41 « At the Instance of Benjamin Franklin » : A Brief History of the Library Company of Philadelphia, (...)

30Dans cette mesure, les sociétés de bibliothèques se conformaient à une politique d’acquisitions « autodidacte ». Le choix des livres appartenait aux membres eux-mêmes, dans la limite des crédits disponibles. Par principe, et par ce que nous connaissons de leurs pratiques, presque toutes ces bibliothèques n’achetaient pas leurs collections selon les instructions des administrateurs ou des donateurs, contrairement à la plupart des collèges britanniques et coloniaux, ainsi que des bibliothèques ecclésiastiques40. La Library Company of Philadelphia se rendit célèbre vers 1750 par sa boîte à idées en métal, peinte d’une tête de lion, dotée d’une fente au milieu, et de cette inscription : « Les Gentlemen sont invités à Déposer dans la Bouche du Lion les Titres des Livres qu’ils souhaiteraient voir Importés »41. En revanche, quoique tout aussi « autodidacte », la Charleston Library Society n’offrait pas semblable anonymat, et malgré ses lourdes procédures, ne manifestait en pratique guère plus de cohérence.

31Dans une certaine mesure, la demande des membres pour des textes latins et antiques revêtait aussi un caractère politique et légal, notamment pour un noyau de textes de lois fondamentaux en plein cœur du conflit colonial sur les taxes Townshend et autres disputes avec le Parlement britannique. Fondamental traité en latin sur les lois et coutumes anglaises du xiiie siècle, le Bracton régnait systématiquement sur les rayonnages. Écrit en 1468 par sir John Fortescue, ministre de la Justice du King’s Bench (« Conseil ») sous Henry VI, le De laudibus legum Angliæ, qui tentait d’expliquer les avantages de la loi anglaise par rapport à la loi romaine, et décrivait les bénéfices d’une monarchie modérée comparée à un gouvernement despotique, pouvait être utilement appliqué à la révolte américaine. Publié parallèlement en latin et en anglais en 1616, réédité en 1660 et 1672, il parut dans une nouvelle traduction avec texte latin en 1737. Au nombre des ouvrages sur les lois anglaises, les bibliothèques détenaient également l’édition de 1672 du Modus tenendi parliamentum ; or, the Old Manner of Holding Parliaments in England (première édition en 1659) de William Hakewill.

  • 42 Pour les similitudes entre bibliothèques, voir J. Raven, London Booksellers and American Customers, (...)

32Tout au début du xixe siècle, les goûts littéraires de tous les membres des sociétés de bibliothèques américaines changèrent. Dans la plupart d’entre elles, la biographie et l’histoire, la religion et la philosophie comptaient pour un tiers des titres. Les classiques, les ouvrages de loi et de politique, de médecine, de science, de littérature, et les ouvrages pratiques se répartissaient assez équitablement, chaque domaine entrant pour un dixième environ de tous les titres. Les plus anciens et les plus récents fonds de littérature de fiction présentaient les contrastes les plus manifestes. À la bibliothèque de Charleston, la « Littérature » comprenait 10 % du total des titres en 1770, contre 23 % en 1811, ce qui confirme le nouvel enthousiasme des membres pour les romans et autres œuvres de fiction au début du xixe siècle – une tendance partagée avec une régularité saisissante par toutes les sociétés de bibliothèques américaines, comme en témoignent les archives en notre possession. Par comparaison, les fonds de littérature classique diminuèrent légèrement durant ces quarante années, la loi et la politique conservèrent un statut à peu près constant, mais la proportion de récits de voyages doubla (de 4 à 9 %)42.

  • 43 Catalogue of Books belonging to the Charleston Library Society […] May 1806, Charleston, W. P. Youn (...)

33Deux catalogues de la Charleston Library Society, datant de 1806 et de 1811, fournissent également le profil le plus détaillé qui nous soit parvenu sur l’expansion de ces fonds43. Le total des fonds, en volume, s’accrut de 40 % entre 1806 et 1811, tandis que certains domaines s’accroissaient à un rythme plus rapide encore.

34La petite section militaire doubla pratiquement en taille (une augmentation de 98 %) et la catégorie plus petite encore du commerce s’accrut de 59 %. Parmi les sujets qui augmentaient moins vite que la moyenne se signalaient la biographie et l’histoire, qui n’augmentèrent que de 29 % durant ces cinq années, tandis que le grec et le latin perdaient du terrain, ne croissant que de 9 et de 8 % respectivement. Au total, le grec et le latin représentaient 7 % des titres et 5 % des volumes en 1806, 5 % des titres et 4 % des volumes en 1811. La vaste majorité se composait de formats in-octavo et au-dessous – plus d’éditions de poche que de grandes éditions :

Fonds classiques de la Charleston Library Society Classical Holdings, 1806 et 1811.

35L’accent sur la modernité apparaissait surtout en droit et en politique, et les bibliothèques du début du xixe siècle s’intéressaient moins à ces mêmes anciens textes de loi dont l’acquisition semblait si essentielle cinquante ans auparavant. Après qu’un incendie eut éclaté à Charleston en 1778, Fortescue, Hakewill, Bracton, Spelman, et même Locke ne furent pas remplacés.

36Ainsi, contrairement aux autres disciplines, les classiques ne suscitaient plus guère d’enthousiasme parmi les sociétés de bibliothèques. Le goût dominant de la génération précédente pour les classiques semble avoir diminué, mais il faut tout de même nuancer cette approche. Tout d’abord, on ne peut ignorer la qualité des éditions classiques de base, et enfin, l’acquisition de nouveaux titres comprenait de nombreuses éditions rares et remarquables.

37Lorsque le classement par matières fut introduit à Charleston dans les catalogues de 1806 et de 1811, les rubriques intitulées « Auteurs grecs et latins et Traductions » comprenaient tous les textes en latin et en grec, œuvres modernes aussi bien que classiques. Cette collection était considérable : on y trouvait les fonds d’auteurs classiques renouvelés après l’incendie de 1778 qui avait détruit la liste originale des classiques si chaudement contestée dans les années 1770, jusqu’aux textes en latin d’auteurs des xvie, xviie et xviiie siècles.

38Les textes classiques finalement commandés par la Library Society après le débat Gadsden contribuaient largement aux 132 titres en grec et en latin du catalogue de 1772. Comparée aux fonds des bibliothèques privées de Caroline du Sud, cette liste confirme la valeur d’une telle collection, fondée sur une sélection de textes classiques judicieuse, qui datait des deux premières années de la bibliothèque. La collection de la Society Library incorpora ensuite des traductions anglaises de Cornelius Nepos, César, Cicéron, Tite-Live, Justin et Pétrone, ainsi que des éditions latines de Tacite et de Tertullien (ce dernier dans une édition parisienne de 1624). Une commande d’un Pétrone en anglais suivit une demande d’une édition latine en 1761 (lettre 8). Cette édition Burman de Pétrone, annotée en latin, enrichissait notablement les rayonnages de la bibliothèque, tout en voilant commodément le caractère licencieux d’une telle littérature. Les poésies de Catulle apparaissent également en latin et en anglais. De nombreux ouvrages présentent une réelle valeur, comme le thesaurus latin de Robert Estienne, même si la bibliothèque refusa de débourser 25 livres pour son thesaurus grec de 1572. D’autres ouvrages, rares ou ésotériques, reflétaient sans doute les intérêts particuliers de certains membres, comme les Strategems of War (Les Ruses de guerre) de Polyen.

  • 44 David Money, The English Horace : Anthony Alsop and the Tradition of British Latin Verse, Londres-O (...)

39Hormis les manuels et traités scientifiques et de droit écrits en latin, la bibliothèque détenait également une importante sélection de classiques modernes, des Colloques d’Érasme aux Stradæ prolusiones. Parmi d’autres écrits en latin moderne, on remarque les vers d’Etoniens du xviiie siècle (Musæ Etonenses), tandis que l’Anti-Lucretius de Melchior de Polignac (commandé en 1811) offre un exemple manifeste de théologie critique, bien que soutenant le christianisme contre le paganisme. L’ancienne traduction du De rerum natura de Lucrèce par Creech était disponible à la bibliothèque depuis 1806. L’intérêt pour les textes grecs se perpétuait jusqu’à travers un Dio Chrysostom de Gilbert Wakefield, et même un exemplaire des Phalaridis Epistolæ éditées par Charles Boyle, attaque ouverte contre Richard Bentley, qui contestait la légitimité (aujourd’hui établie) de ce texte44. Et ce malgré – ou peut-être en raison de – l’absence notable des éditions Bentley de la section classique de la Charleston Library Society, contrastant avec la présence de plusieurs ouvrages de son ennemi juré, Charles Boyle.

  • 45 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 190.

40Une grande partie des classiques re-commandés semble témoigner d’une collection visant à soutenir la culture de base dans le domaine des auteurs latins et classiques. Outre les éditions standard d’Horace, les bibliothèques associatives, de New York à Charleston, achetèrent de nombreuses belles éditions françaises de classiques dites Ad usum Delphini, et un nombre assez important d’auteurs plus légers, comme Lucien et Pétrone. L’acquisition du Gradus ad Parnassum, largement utilisé pour la versification, indique encore une fois que cette collection visait à assister les étudiants en latin. À Charleston, l’intérêt pour la lecture et l’écriture en latin se maintenait, comme en témoigne Thomas Mill, membre de la bibliothèque et recteur de Saint Andrews, qui assuma la tâche inhabituelle et laborieuse d’écrire un Compendium of Latin Grammar. Ce fut le premier ouvrage classique publié en Caroline du Sud, imprimé et vendu par Timothy and Mason à Charleston en 1795, tandis que l’année suivante voyait la publication d’un Compendium of Latin Syntax, beaucoup plus court cette fois45. En ce domaine précis, le bibliothécaire de la Charleston Library aurait d’ailleurs eu besoin d’assistance : les catalogues qu’il était chargé de compiler présentent plusieurs bévues dans la rubrique des Auteurs grecs et latins, notamment une confusion entre Pline le Jeune et Pline l’Ancien, ainsi que de nombreuses coquilles (quoique certaines aient été rectifiées dans la version de 1811).

41Mais à partir des années 1790, tout en s’excusant, les présidents et les comités durent progressivement abandonner les commandes de classiques (anciens et modernes) et de textes de philosophie ou d’histoire naturelle pour répondre à la demande d’ouvrages récents de belles-lettres et autres textes de pure distraction. Comme le président de la bibliothèque l’avoua lors d’une commande passée en 1793 à Bird, Savage and Bird :

  • 46 Ibid., texte complet p. 292.

Le gros du catalogue [les besoins de le bibliothèque] comprend des livres d’une lecture bien plus légère que lors de notre dernière commande, mais dans une Société comme la nôtre, nous sommes obligés de consulter tous les goûts et d’acquérir de nombreux livres de simple amusement aussi bien que des livres d’instruction et de science.46

42Lorsque, en septembre 1801, Charles Cotesworth Pinckney entra en affaires avec Lackington, Allen & Co. pour le compte de la bibliothèque, il dut avouer lui aussi ce changement :

  • 47 Ibid., texte complet p. 310-311.

Comme notre Société est nombreuse et bien sûr de goûts variés, nous espérons que vous adapterez votre sélection aussi bien à ceux qui aiment les sujets érudits & sérieux qu’à ceux qui préfèrent s’amuser en lectures légères & triviales.47

43 La Charleston Library Society ne constitue pas un exemple isolé, beaucoup s’en faut. Si, comme le pensaient certains, la devise fondatrice et artes trans mares currunt était maintenant réinterprétée ou oubliée, une telle amnésie se répéta chez d’autres institutions américaines similaires. Au cours de cette même année 1801, le secrétaire de la New York Society Library déclarait à son agent britannique :

  • 48 New York Society Library Archives, Keep papers, J[ohn] Forbes, brouillon d’une lettre adressée au n (...)

Le Goût de plusieurs des Membres de la Bibliothèque se porte si souvent vers la lecture des romans qu’il devient absolument nécessaire de nous approvisionner en ce genre de Livres.48

  • 49 Stuart C. Sherman, « The Library Company of Baltimore, 1795-1854 », Maryland Historical Magazine, 3 (...)
  • 50 « Directors’ Report », cité par S. C. Sherman, ibid., p. 16.

44À Baltimore, le comité fondateur de la bibliothèque décréta que les acquisitions devaient « consister essentiellement en livres correspondant à la demande générale » et « d’une utilité générale ».49 Dès sa fondation en 1809, la Savannah Library acheta également de la fiction en quantité, et les romans comptaient comme la principale catégorie dans son premier catalogue imprimé de 1838 – 16 % du total (20 % si l’on inclut les belles-lettres), comparés aux 3 % dévolus à la théologie50.

  • 51 David D. Hall, « Learned Culture in the Eighteenth Century », Colonial Book in the Atlantic World, (...)

45À la même époque environ, la primauté des classiques dans les collèges commençait à être remise en question – et même si cette bataille ne fut perdue qu’à la fin du xixe siècle, à certains égards les hostilités étaient déjà déclarées dès les années 1760 et 1770. À Yale, sous la présidence de Thomas Clap, l’anglais remplaça le latin comme langue d’enseignement pour le premier niveau d’études, une fois les candidats admis. Des changements similaires furent observés au College of New Jersey (Princeton) après 1765 et le mandat de John Witherspoon51.

  • 52 David S. Shields, « Eighteenth-Century Literary Culture », ibid., p. 434-476 (p. 451).
  • 53 Ibid., notamment p. 447-448.

46En dépit de ces mouvements de contestation, il ne faut cependant pas oublier que l’influence des lettres classiques demeurait profonde. Au fil du siècle, comme l’a écrit David Shields, « la culture refléta moins une appartenance à la classe masculine qu’à celle des privilégiés », statut social que la pratique du latin représentait pour beaucoup52. Les pastiches purement américains proliférèrent. Maître des études latines à Annapolis et correspondant de la Royal Society, Richard Lewis avait ainsi annoncé l’avènement des droits civiques au Maryland par son Muscipula, sive Kambromyomachia – récit poétique des batailles entre les anciens Gallois et les souris. Aquila Rose proposa ses Poems on Several Occasions – imitations des élégies écrites par Ovide durant son exil en Scythie –, qui reflétaient sa « fascination pour les élégies d’exil d’Ovide, exemplaires de la situation provinciale d’intellectuels cosmopolites qui se voyaient vivre en des contrées arriérées ».53 C’est ainsi qu’on lisait Horace, héroïque planteur d’un raffinement achevé et géorgique, Virgile, oracle d’un Empire en expansion, puis Tite-Live, apôtre des jours glorieux de la République romaine. Mais les goûts de ces lecteurs, de ces fondateurs de bibliothèques et de ces collectionneurs de livres se trouvaient également – comme tente de le montrer cet essai – confrontés à un écheveau de notions complexes et changeantes sur l’actuel et l’immédiat : l’importation de classiques et les relations entretenues avec les agents et libraires de Londres devenaient ainsi une affaire délicate et périlleuse.

Notes

1 Richard M. Gummere, The American Colonial Mind and the Classical Tradition, Cambridge, Harvard University Press, 1963 ; Meyer Reinhold, Classica Americana : The Greek and Roman Heritage in the United States, Detroit, Wayne State University Press, 1984. Voir aussi Ward W. Briggs éd., Biographical Dictionary of American Classicists, Westport, Greenwood Press, 1994 ; William L. Vance, America’s Rome, New Haven, Yale University Press, 1989 ; Caroline Winter, The Culture of Classicism : Ancient Greece and Rome in American intellectual Life 1780-1910, Baltimore and London, Johns Hopkins, 2002.

2 James Raven, « The Importation of Books to Colonial North America », Publishing History, 42, 1997, p. 21-49 ; James Raven, London Booksellers and American Customers : Transatlantic Literary Community and the Charleston Library Society, 1748-1811, Columbia, University of South Carolina Press, 2002 ; James Raven, « Commodification and Value : Interaction in Book Traffic to North America, c. 1750-1820 », dans Bill Bell, Philip Bennett et Jonquil Bevan éd., Across Boundaries : The Book in Culture and Commerce, Winchester - New Castle (Delaware), Saint Paul’s Bibliographies - Oak Knoll Press, 2000, p. 73-90 ; James Raven, « The Export of Books from London », The Colonial Book in the Atlantic World : The History of the Book in North America, Hugh Amory et David Hall éd., New York, CUP, 1999, vol. 1, p. 183-198.

3 Voir The Usefulness of Classical Learning in the Eighteenth Century, Susan Ford Wiltshire éd., University of Pennsylvania, American Philosophical Association, 1976.

4 Baltimore Daily Repository, 29 janv. 1793.

5 R. M. Gummere, American Colonial Mind, ouvr. cité, p. 4.

6 Edwin Wolf II, Book Culture of a Colonial American City : Philadelphia Books, Bookmen, and Booksellers, Oxford, Clarendon Press, 1988, p. 90.

7 M. Reinhold, Classica Americana, ouvr. cité, p. 25.

8 Ibid., p. 26.

9 J. Raven, London Booksellers and American Customers, ouvr. cité, p. 154.

10 Cité dans R. M. Gummere, American Colonial Mind, p. 57.

11 A. Gregg Roeber, « German and Dutch Books and Printing », Colonial Book in the Atlantic World, H. Amory et D. Hall éd., ouvr. cité, p. 298-313 (p. 312).

12 Robert B. Winans, A Descriptive Checklist of Book Catalogues Separately Printed in America 1693-1800, Worcester, American Antiquarian Society, 1981.

13 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 77.

14 M. Reinhold, Classica Americana, p. 29-30 (références tirées de Joe F. Krau, « Book Collections of Five Colonial College Libraries : A Subject Analysis », « Ph. D. dissertation » inédite, University of Illinois, 1960, notamment p. 284).

15 Walter B. Edgar, « The Libraries of Colonial South Carolina », « Ph. D. dissertation » inédite, University of South Carolina, 1969, p. 32.

16 Kevin J. Hayes, The Library of William Byrd of Westover, Madison House, 1997, p. 5.

17 Ibid., p. 6.

18 Voir K. J. Hayes, ibid., p. 25-35.

19 The Secret Diary of William Byrd of Westover 1709-1712, Louis B. Wright et Marion Tinling éd., Richmond (Virginie), Deitz Press, 1941, p. 104-105.

20 Sandra R. Joshel et al. éd., Imperial Projections : Ancient Rome in Modern Popular Culture, Baltimore, Johns Hopkins, 2001. James Raven, « From Promotion to Prescription : Arrangements for Reading and Eighteenth-Century Libraries », The Practice and Representation of Reading in England, James Raven, Helen Small et Naomi Tadmor éd., Cambridge University Press, 1996, p 175- 201 ; James Raven, « The Representation of Philanthropy and Reading in the Eighteenth-Century Library », Libraries and Culture, 31 : 2, printemps 1996, p. 492-510.

21 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 44.

22 Reproduit et étudié dans James Raven, « I viaggi dei libri : realtà e raffigurazioni », Gli spazi del libro nell’Europa del xviii secolo, Maria Gioia Tavoni et Françoise Waquet éd., Bologne, Pàtron Editore, 1997, p. 47-86 ; et J. Raven, « Representation of Philanthropy and Reading in the Eighteenth-Century Library », art. cité.

23 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 43-44.

24 P[ierce] Tempest, Iconologia, Or Moral Emblems, by Caesar Ripa, Londres, 1709, p.[i].

25 Les opinions divergent ici entre K. J. Hayes, Library of William Byrd, p. 45 et suiv., et Daniel Blake Smith, dans Secret Diary of William Byrd, ouvr. cité, p. 26, 136, 140, 295.

26 Cité dans K. J. Hayes, Library of William Byrd, p. 62.

27 Lettre d’Eliza Pinckney à son père, janvier 1741-1742, et lettre à Mary Bartlett [1742], dans The Letterbook of Eliza Lucas Pinckney 1739-1762, Elise Pinckney éd., Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1972, p. 24, 35-37.

28 T. H. Breen, Tobacco Culture : The Mentality of the Great Tidewater Planters on the Eve of the Revolution, Princeton University Press, 1985.

29 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 46-47.

30 Voir Meyer Reinhold, « Opponents of Classical Learning during the Revolutionary Period », Proceedings of the American Philosophical Society, 1968.

31 Meyer Reinhold le cite en préambule de The Classick Pages : Classical Reading of Eighteenth-Century Americans, University Park, Pennsylvania State University Press, 1975.

32 M. Reinhold, Classica Americana, p. 35.

33 Edgar C. Reinke, « A Classical Debate of the Charleston, South Carolina, Library Society », Papers of the Bibliographical Society of America, 61, 1967, p. 83-99.

34 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 105-106, 220.

35 The Papers of Henry Laurens, Philip M. Hamer éd., Columbia, 1968, 13 vol., 8 : 141, Laurens à John Rose, 28 déc. 1771.

36 Independent Reflector, 1768, p. 172, cité dans M. Reinhold, Classica Americana, p. 30.

37 A Catalogue of Books, Given and Devised by John Mackenzie Esquire, to the Charlestown Library Society, Charleston, Robert Wells, 1772.

38 M. Reinhold, Classica Americana, p. 24.

39 Texte complet dans J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 254-255.

40 E. Wolf, Book Culture of a Colonial American City, ouvr. cité, p. 31-32.

41 « At the Instance of Benjamin Franklin » : A Brief History of the Library Company of Philadelphia, Philadelphia, Library Company, 1995, avec illustration, p. 9.

42 Pour les similitudes entre bibliothèques, voir J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 199-200.

43 Catalogue of Books belonging to the Charleston Library Society […] May 1806, Charleston, W. P. Young, 1806 ; Supplement, 1st October 1806, Charleston, 1806 ; A Catalogue of Books belonging to the Charleston Library Society […] January 1811, Charleston, W. P. Young, 1811.

44 David Money, The English Horace : Anthony Alsop and the Tradition of British Latin Verse, Londres-Oxford, British Academy - Oxford University Press, 1998, chap. 4.

45 J. Raven, London Booksellers and American Customers, p. 190.

46 Ibid., texte complet p. 292.

47 Ibid., texte complet p. 310-311.

48 New York Society Library Archives, Keep papers, J[ohn] Forbes, brouillon d’une lettre adressée au nom du comité au Rév. John M. Mason, Glasgow, 1er oct. 1801.

49 Stuart C. Sherman, « The Library Company of Baltimore, 1795-1854 », Maryland Historical Magazine, 39, 1944, p. 6-24 (p. 9).

50 « Directors’ Report », cité par S. C. Sherman, ibid., p. 16.

51 David D. Hall, « Learned Culture in the Eighteenth Century », Colonial Book in the Atlantic World, p. 411-433 (p. 419).

52 David S. Shields, « Eighteenth-Century Literary Culture », ibid., p. 434-476 (p. 451).

53 Ibid., notamment p. 447-448.

Table des illustrations

Légende Fonds classiques de la Charleston Library Society Classical Holdings, 1806 et 1811.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/33103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search