Version classiqueVersion mobile

D’une Antiquité l’autre

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

D’une antiquité l’autre : Érasme transmetteur de textes antiques, des classiques aux Pères de l’Église

Isabelle Diu

Texte intégral

1À lorée du xvie siècle, la redécouverte et diffusion des textes de l’Antiquité, par le biais des éditions et des traductions que le nouveau medium de l’imprimerie permet de multiplier, prend, pour les humanistes, un sens majeur : l’humanitas, d’où provient le terme, employé en Italie dès le xve siècle, d’« humaniste », recouvre en effet l’ensemble du savoir, les studia humanitatis ou humanæ literæ. Dans son désir d’englober l’ensemble des connaissances, l’humaniste tente de se réapproprier les textes anciens, perdus ou méconnus, pour les actualiser, les faire partager et, à son tour, les transmettre. Ainsi, le rôle de passeur des œuvres antiques, qu’ont assumé les plus grands, comme Budé, Vivès ou Érasme, s’inscrit dans l’espace d’une République des lettres qui remet à l’honneur un savoir fondé désormais sur l’échange et le dialogue.

  • 1 Marc Fumaroli, L’Âge de l’éloquence, Droz, Genève, 1980. Sur la notion de République des lettres, j (...)

2L’élaboration, à la Renaissance, de cette société idéale, appelée Respublica literaria, qui rassemble la communauté lettrée, a été mise en évidence par Marc Fumaroli dans L’Âge de l’éloquence1 : l’organisation d’une nouvelle culture, fondée sur le logos conçu comme dialogue et s’appuyant sur la rhétorique, passe par la conception d’un monde structuré sur le modèle de la Cité antique, ouvert sur un double horizon cicéronien et augustinien, au centre duquel se dresse la figure de l’orateur, devenu désormais homme de lettres, champion d’une éloquence réconciliant Antiquité païenne et Antiquité chrétienne. Cette construction formelle fonctionne sur deux plans, à la fois comme monde idéal intellectuel auquel l’ensemble des eruditi se targue d’appartenir, et comme réalité fonctionnelle, dont témoignent la création de circuits institutionnels – Académies et Collèges –, mais surtout les incessantes publications issues des presses humanistes, parmi lesquelles se distinguent notamment de nombreuses éditions de textes antiques.

  • 2 Voir Marc Fumaroli, « Rhétorique et société […] », art. cité, p. 420, et Lisa Jardine, Erasmus Man (...)

3Dans la construction de cette République des lettres, que caractérise, par rapport à l’univers médiéval, un changement radical dans le mode d’appréhension du monde comme dans le modèle de transmission et d’échange du savoir, les auteurs antiques, qu’ils soient païens ou chrétiens, jouent un rôle fondateur : ils servent à comprendre le monde ou plutôt à le donner à comprendre, permettant aux humanistes de substituer au questionnement logico-spéculatif de la scolastique le modus oratorius cicéronien et augustinien comme modèle de l’échange intellectuel2. Ainsi, au sein de la Respublica literaria, les humanistes s’appliquent à tisser un incessant dialogue avec leurs pairs, mais aussi avec ces auteurs du passé, dans un mouvement de réappropriation et d’actualisation de leurs textes.

  • 3 Voir Léon E. Halkin, Erasmus ex Erasmo, Paris, Aubel, 1983.

4Érasme, l’une des figures emblématiques de la République des lettres au début du xvie siècle, nous a laissé une œuvre qui témoigne de manière éminente de ces deux facettes de l’activité humaniste : dans la monumentale correspondance qu’il s’est plu lui-même à éditer à diverses reprises3, les liens avec ses correspondants se nouent fréquemment autour d’une évocation des auteurs anciens, objets d’admiration et d’imitation ; par ailleurs, son importante activité d’éditeur et de traducteur de textes antiques se veut la réalisation concrète de l’architecture idéale de cette Cité littéraire. En écoutant les échos qu’éveillent les Anciens dans sa correspondance, en analysant les éditions dues à son talent, j’examinerai comment l’image de l’Antiquité se réfléchit ou plutôt se décline chez Érasme, depuis l’Antiquité païenne jusqu’aux auteurs chrétiens, dans l’espace d’une Respublica literaria qui s’affirme dès lors comme Respublica christiana.

Dresser les colonnes de la République des lettres : lire, éditer, traduire

Lectures

  • 4 L’édition de référence de la correspondance d’Érasme est celle de P. S. Allen, Opus epistolarum Des (...)

5Les lectures d’Érasme sont le fruit d’une démarche d’abord personnelle, qui s’inscrit pourtant très rapidement, à lire sa correspondance4, dans un mouvement collectif qui touche l’ensemble de l’Europe et ouvre les frontières de la République des lettres.

  • 5 Allen, I, 20 ; Steyn, 15 mai 1489 (?), à Cornelius Gérard.
  • 6 Voir Contemporaries of Erasmus, a Biographical Register of Renaissance and Reformation, P. G. Biete (...)
  • 7 Lorenzo Valla (1406-1457) a grandement influencé Érasme, tant comme grammairien que comme philologu (...)

6Dans une épître dont l’on peut sans doute faire remonter la rédaction à l’année 14895, Érasme s’adresse à son ami Cornelius Gérard6, avec lequel il entretient quelque temps une correspondance littéraire. L’objet principal de sa lettre, un propos sur l’amitié, est ainsi éclairé par des références : il cite d’abord des auteurs antiques, grecs ou latins, dont il laisse deviner qu’il a quelque connaissance, et qui témoignent, selon lui, de ce que certaines dissensions intellectuelles n’entament pas un accord plus profond. Il prend l’exemple d’Augustin et de Jérôme d’une part, et de philosophes grecs comme Aristote, Platon, Chrysippe, Épicure et Zénon d’autre part. Il énumère ensuite les auteurs qu’il se donne pour modèles, ses « phares » : ego meos duces quos sequar habeo. Ce sont les poètes Virgile, Horace, Ovide, Juvénal, Stace, Martial, Claudien, Perse, Lucain, Tibulle, Properce. En prose, il veut imiter Cicéron, Quintilien, Salluste et Térence. Au panthéon des auteurs latins, pour la plupart classiques, qui forment son goût littéraire, il fait cependant figurer en dernier lieu, mais en bonne et due place, l’humaniste italien Lorenzo Valla7 :

  • 8 « Pour les règles de l’élégance, je ne me fie à personne autant qu’à Lorenzo Valla ; personne ne pe (...)

Porro in elegantiarum observantiis nemini æque fidem habeo atque Laurentio Vallensi ; cui quem alium et ingenii acumine et memoriæ tenacitate conferamus, non habemus.8

  • 9 Allen, I, 23, 27.

7Ce qui frappe, c’est le caractère déjà construit de ses références, si tôt et dans une lettre familière adressée à un proche : dès 1489, encore moine au couvent de Steyn, alors qu’il peut à peine se rêver écrivain, il se situe pourtant dans une vaste perspective littéraire, qui va des auteurs de la latinité classique, ses guides (meos duces), à l’humanisme représenté par la figure emblématique de Lorenzo Valla, pionnier de la critique des textes, originaire d’une Italie que les lettrés du nord de l’Europe voient comme le berceau de la renaissance des belles-lettres ; de cette admiration non dissimulée surgira d’ailleurs une polémique avec Cornelius Gérard, qui ne partage pas son enthousiasme9.

  • 10 C’est la thèse développée par Lisa Jardine, Erasmus Man of Letters, ouvr. cité.

8Les autres lettres qui dénotent ses préférences littéraires ne font que s’inscrire, en l’élargissant, dans cette première perspective, dont elles affirment le caractère délibéré et assumé : préfaces aux éditions successives des Adages ou catalogue de ses propres œuvres, elles relèvent en effet d’un genre moins familier et l’image qu’Érasme, désormais membre reconnu de la République des lettres, y donne de lui-même et de ses goûts est une image publique sinon publicitaire10.

  • 11 Allen, I, 126, juin 1500 ; à William Blount, lord Mountjoy.
  • 12 M. Fumaroli, L’Âge de l’éloquence, ouvr. cité, p. 95 et suiv.
  • 13 Idem.
  • 14 Verum ne longius catalogum proferam, avance-t-il lui-même, s’excusant auprès de son lecteur d’avoir (...)
  • 15 Quod si Christiani Christianorum exemplis magis tangimur, « puisque, nous, chrétiens, sommes plus s (...)

9En 1500, Érasme publie la première édition d’un recueil d’Adages, dont la fortune littéraire ne se démentira pas tout au long de sa carrière. La préface de cet ouvrage11 se présente, pour reprendre les termes de Marc Fumaroli, comme un « petit traité d’art oratoire »12, qui présente la littérature, nécessité vitale (maxime quod sine litterarum commercio non video quid hæc habeat vita suave), comme une mosaïque de références, « tout discours comme un carrefour visible de discours antérieurs »13, qui se réclame de ses sources. D’où, ici encore, la présence d’un catalogue des auteurs14 dans lesquels Érasme se reconnaît de manière privilégiée : la liste mêle cette fois quelques Grecs (Diogène, Platon) aux auteurs latins (Plaute, Térence, Varron, Catulle, Horace, Perse, Martial, Ausone, Pline, Aulu-Gelle, Macrobe, Donat), dans une vision de la littérature où ne prévaut plus seulement la latinité la plus classique, mais qui englobe des périodes tardives, et enfin, où les auteurs chrétiens occupent leur place15, comme en témoigne la présence de saint Jérôme pour les Latins et de Basile pour les Grecs. Comme en 1489, les auteurs contemporains assurent le relais de la latinité : Ermolao Barbaro, Pic de La Mirandole et Angelo Poliziano sont allégués comme garants d’une continuité de la littérature.

  • 16 « Je ne craindrai pas de ranger parmi les plus grandes autorités Ermolao Barbaro, Pic de La Mirando (...)

Non verebor Hermolaum Barbarum, Picum Mirandulanum, Angelum Politianum vel in maximis authoribus ponere ; qui suorum temporum vel doctrina vel eloquentia adeo non fuere contenti, ut mihi cum antiquitate certamen sumpsisse videantur et haud nescio an veterum permultos precesserint […]16

  • 17 Allen, I, 1, 30 juin 1523. Cité ci-après : Cat. Botz.

10La même démarche, plus affirmée, est suivie dans le Catalogue à Botzheim, liste de ses œuvres dressée à la demande de son ami Iohann Botzheim, en 152317. Érasme y retrace son parcours intellectuel et fait référence à ses goûts littéraires :

  • 18 « Quand j’étais enfant, en effet, les bonnes lettres commençaient à refleurir en Italie. Mais l’art (...)

Nam me puero repullascere quidem cœperant apud Italos bonæ literæ, sed ob typographorum artem aut nondum repertam aut paucissimis cognitam nihil ad nos librorum perferebatur, et altissima quiete regnabant ubique qui literas docebant illiteratissimas. Rodolphus Agricola primus omnium aurulam quandam melioris literaturæ nobis invexit ex Italia ; quem mihi puero ferme duodecim annos nato Daventriæ videre contigit, nec aliud contigit.18

11Une fois le contexte posé – renaissance des lettres en Italie, mais difficile essaimage vers les contrées du Nord, patrie d’Érasme (ad nos, nobis), où prévaut encore la barbarie littéraire qui s’exprime dans l’oxymoron literas illiteratissimas ; présence d’un « passeur » en la personne de Rodolphe Agricola, humaniste du Nord, né dans les contrées germaniques, mais en contact avec l’Italie (il assure le passage progressif d’une littérature « sans lettres » aux bonæ literæ en apportant une amélioration progressive : aurulam quandam melioris literaturæ) ; transmission de cet esprit humaniste à Érasme lui-même, encore enfant, par la grâce d’une sorte de vision (quem mihi puero […] videre contigit) –, Érasme se met en scène comme homme du livre :

  • 19 « Faute de tous ces stimulants [il s’agit de l’émulation qu’apportent les autres dans le commerce i (...)

His omnibus destitutus, tamen velut occulta naturæ vi rapiebar ad bonas literas, ac interminantibus etiam magistris furtim e libris, si quid forte nactus fuissem, hausi quod potui.19

12Encore comme par miracle (occulta naturæ vi), il se tourne vers l’étude des « bonnes lettres », avec pour seuls maîtres, ou peu s’en faut, les livres qui lui tombent sous la main (si quid forte nactus fuissem), son savoir se nourrissant presque des hasards. Déjà le livre venait d’être présenté comme la pierre angulaire de la République des lettres humaniste, puisque son absence, alors que l’art typographique ne s’était pas encore répandu, maintenait le nord de l’Europe dans un état d’ignorance. Les quelques rares spécimens qui circulent fournissent les seules sources de connaissance où s’abreuver (hausi quod potui).

  • 20 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 3-4 et 5-6.
  • 21 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 4-5 et 6-9.
  • 22 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 9-12 et 17.
  • 23 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 12 : Ovide, Prudence, Plaute, Térence, Sénèque ; p. 14 : saint Jérôme ; (...)
  • 24 Allen, II, 396 ; à William Warham, archevêque de Canterbury, Bâle, 1er avril 1516. Préface aux Hier (...)

13Érasme, dans ce Catalogue à Botzheim, ne sépare pas les trois aspects que revêt pour lui la fonction du lettré : lire, éditer, traduire. Lire, ce n’est pas seulement éprouver son goût personnel, c’est aussi le faire partager, dans un mouvement d’échange didactique, par l’édition de textes comme par la traduction de grec en latin. Le catalogue qu’Érasme dresse de ses œuvres mêle donc indistinctement ses ouvrages originaux et les textes antiques, qu’il édite, pour les latins, ou qu’il traduit, le plus souvent, s’il s’agit des grecs : après avoir évoqué ses premières tentatives dans l’art poétique20, il énumère ses traductions de classiques (Euripide, Lucien, Plutarque), d’abord destinées à l’exercer au maniement de la langue grecque, puis données à lire au public21 ; enfin, encadrées par ses propres œuvres – Colloques, Adages22 –, il dresse la liste de ses éditions de textes classiques et patristiques23. Car le travail accompli par le philologue lui permet presque de revendiquer comme sien un ouvrage ramené par ses soins à la lumière, qu’il ne livrera au public qu’après se l’être approprié : Quicquid corrigendo, legendo, crebroque versando nostrum fecimus, id jure nobis vindicamus24.

Éditions

  • 25 L’Europe des humanistes, Paris-Turnhout, CNRS-Brepols, 1995, p. 170-171.

14Une seconde étape s’ouvre alors, à la fois dans la vie d’Érasme, en 1501 avec son édition du De officiis de Cicéron, et dans le travail du philologue, puisqu’elle suit la redécouverte, par une lecture critique, dès les années de formation et le séjour au couvent de Steyn, des textes de l’Antiquité ; cette nouvelle étape est celle de l’édition. Le répertoire de Jean-François Maillard, Judith Kecskeméti et Monique Portalier, L’Europe des humanistes25, recense 45 auteurs antiques transmis par Érasme, soit 28 auteurs classiques, dont 12 grecs, et 17 auteurs patristiques, parmi lesquels figurent 5 Pères orientaux. C’est peu dire que d’affirmer que le travail d’édition a figuré parmi les principales activités d’Érasme.

  • 26 Allen, II, 396.

15Après avoir redécouvert des textes oubliés ou altérés, la tâche de l’humaniste consiste à mettre en œuvre son érudition pour les éditer après les voir amendés : une fois surmontées les difficultés récurrentes de ce travail parfois qualifié d’herculéen26, il offre ainsi aux œuvres antiques une sorte de renaissance. C’est ce dont témoigne, ici encore, la correspondance d’Érasme.

  • 27 De tuenda bona valetudine, Londres, Pynson, 1513 ; Allen, II, 268.
  • 28 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 8 : « Une seule chose me gênait : Alde, pour imprimer son ouvrage, avait (...)

16La question de l’état dans lequel la plupart des auteurs antiques ont été transmis est évoquée à plusieurs reprises dans le Catalogue à Botzheim. Par exemple, à propos d’un traité des Moralia de Plutarque, qu’il traduit en 151327, il déplore que le texte original sur lequel il s’est fondé, qui pourtant n’est autre que l’édition grecque princeps sortie des presses aldines en 1509, soit resté si fautif : Hoc unum erat incommodi quod Aldus hoc opus excudit sequutus exemplar multis locis depravatum28.

17L’édition des lettres de Jérôme se heurte à des obstacles similaires : Érasme peine à établir un texte sûr, en dépit de plusieurs témoins manuscrits d’une antiquité digne de foi ; il doit recourir aux conjectures (divinare), assorties d’annotations (scholia) :

  • 29 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 14 : « Ce furent aussi les lettres de saint Jérôme, si pleines d’éruditi (...)

Quin et Hieronymianas epistolas, quod hæ ut plurimum habent eruditionis et eloquentiæ, ita habebantur mendosissimæ, castigavimus ac scholiis explicavimus […]. Non defuerunt hic veterum codicum præsidia, sed quæ non præstarent quin aliquot locis fuerit divinandum.29

  • 30 Hieronymi opera, Bâle, Froben, avril 1516.

18Cette lettre fait écho aux plaintes qu’il exhalait déjà quelques années plus tôt dans la préface à sa première édition des lettres de Jérôme, parue à Bâle en 151630 :

  • 31 Allen, II, 396, p. 215 : « Mais je ne sais s’il existe un seul auteur qu’on ait traité plus indigne (...)

At nunc haud scio an quisquam omnium tractatus sit indignius […]. Quod superest non depravatum erat, sed prorsus extinctum et oblitteratum […], depravata, sordidata, confusa pene omnia.31

19Ces griefs reviennent de manière récurrente. On les retrouve, exprimés presque dans les mêmes termes, à propos d’Ambroise, dont Érasme publie une édition en quatre volumes, à Bâle, chez Froben, en août 1527 :

  • 32 Allen, VII, 1855, août 1527, à l’archevêque Jan Lasky : « Quant à la sueur que j’ai versée pour le (...)

Quantum autem sudoris exhaustum sit in hoc restituendo, dum collatione veterum codicum emendantur depravata, restituuntur amputata, resecantur assuta, reponuntur Græca, quæ vel aberant prorsus, vel figuris nihil significantibus fuerant addita, tuæ prudentiæ fuerit æstimare.32

20Cependant, en dépit des difficultés, les textes des Anciens méritent d’être restaurés, car, transmis comme ils l’ont été, ils restent méconnus et risquent de sombrer dans l’oubli :

  • 33 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 12 : « Comme je voyais de nombreux auteurs complètement négligés ou lus (...)

Cæterum quoniam videbam multos scriptores vel negligi prorsus vel minore cum fructu legi, quod undique scaterent mendis, tum autem quosdam etiam commentariis insul-sissimis esse contaminatos verius quam expositos, studuimus et in hac parte consulere studiis iuventutis.33

21La tâche de l’érudit est d’offrir à ces textes une véritable renaissance, comme Érasme en témoigne en ces termes forts, issus de la préface aux œuvres de Jérôme, dans l’édition de 1516 :

  • 34 Allen, II, 396, p. 217 : « Je ne dirai que ceci, sincèrement et avec audace : j’estime qu’il en a m (...)

Unum illud et vere dicam et audacter, minoris arbitror Hieronymo suos constitisse libros conditos quam nobis restitutos, et paucioribus vigiliis apud illum natos fuisse quam apud nos renatos.34

22Au reste, les auteurs anciens valent mieux, aux yeux d’Érasme, que bien des auteurs contemporains et leur restauration peut contribuer à asseoir plus sûrement la gloire de celui qui en assume la charge :

  • 35 Allen, VII, 1855, p. 120 : « Il me paraît plus glorieux de restaurer les œuvres des anciens auteurs (...)

Mihi præclarius esse facinus videtur veterum autorum monumenta temporum injuria scribarumque temeritate collapsa restituere, quam nova cudere volumina.35

Traduction

  • 36 Voir Jean-François Maillard, Judith Kecskeméti et Monique Portalier, L’Europe des humanistes, ouvr. (...)

23Ce travail de transmission des œuvres antiques passe également par la traduction du grec. Érasme a accordé à la traduction une importance extrême, comme le montrent le nombre et la diversité des textes qu’il a lui-même traduits36. Loin d’être considérées comme secondaires, ses traductions figurent, au même titre que ses autres œuvres, dans son Catalogue de 1523. La traduction occupe en effet une place centrale dans la culture humaniste, en ce qu’elle assure la transmission de l’un des pans de la civilisation occidentale, son versant grec, mais aussi parce qu’elle permet de fonder la langue, le latin humaniste, sur le substrat grec ; enfin, plus fondamentalement encore, parce que l’exercice de la traduction suppose une réflexion sur le langage, sur la transmission et la trahison, sur la rhétorique et la vérité, qui importe au plus haut point à ces humanistes qui cherchent à promouvoir une civilisation du logos, désormais conçu, nous l’avons vu, comme dialogue et échange.

  • 37 L’Europe des humanistes, ouvr. cité, p. 434-435.

24En août 1515, alors qu’Érasme ne peut revendiquer que des traductions de Lucien, Euripide et Plutarque, sa traduction du Nouveau Testament n’étant pas encore connue du public, le juriste Ulrich Zasius, professeur à l’université de Fribourg, désireux de nouer une amitié littéraire37, lui adresse une lettre qui témoigne de son admiration ; mentionnant les œuvres qui signalent Érasme à l’attention du public, il cite au même titre que la Copia, premier des grands ouvrages rhétoriques publiés par l’humaniste, ses traductions du grec :

  • 38 Allen, II, 344 : « Si je rappelais tout ce que tu as si clairement traduit du grec, une foule de su (...)

Si quæ tam luculenter e græco vertisti memorem, ingens adeo præstabitur laudis sylva, quæ nec meo exiguo ingenio par sit, sed nec epistolari posset brevitate complecti.38

  • 39 Voir notamment O. Reverdin, Les Premiers Cours de grec au Collège de France, Paris, PUF, 1984 ; Jea (...)
  • 40 Y compris de la part de ses ennemis, comme Œcolampade, devenu le chef de file de la Réforme bâloise (...)
  • 41 Allen, VIII, 2258 : « Personne, cher Érasme, ne traduirait mieux que toi si les calamités ou plutôt (...)

25Ainsi, en dépit de la situation catastrophique du grec et des difficultés auxquelles se heurte qui veut s’essayer à l’apprentissage de cette langue39, Érasme deviendra un bon traducteur, reconnu de tous, comme en témoignent, parmi d’autres40, ces louanges rencontrées en 1530 sous la plume du moine Livinus Ammonius, correspondant d’Érasme depuis 1524 : nemo te, optime Erasme, nec verteret melius, si per istos mastigas, imo mastigias potius, liceret41.

  • 42 Voir, entre autres exemples, Allen, IX, 2617.
  • 43 Allen, VIII, 2263, où il défend, face à Cuthbert Tunstall, évêque de Londres, les traductions d’Œco (...)

26Mais ce don n’est pas également distribué : Érasme lui-même saisit toutes les occasions pour égratigner les autres traducteurs, notamment ses prédécesseurs, en proclamant haut et fort qu’ils ne savaient ni le grec ni le latin42. Ainsi dénigre-t-il les versions latines de patristique grecque dues à Anien, disciple de l’hérésiarque Pélage, qui, au Ve siècle, traduisit de nombreuses homélies de saint Jean Chrysostome, ou, plus tardivement, celles de Franciscus Aretinus – Francesco Griffolini d’Arezzo, dit l’Arétin – qui, vers 1440, étudia le grec à Ferrare avec Théodore Gaza et donna également des versions de plusieurs œuvres de Chrysostome : Magis peccatum est ab Aniano, Aretino ac cæteris quam Œcolampadio43.

  • 44 Le Dialogus cui titulus Ciceronianus d’Érasme est publié à Bâle, en 1528 ; l’édition de référence e (...)

27À en juger par l’importance que prennent les débats autour de cette question dans les années 1530, la traduction semble bien reconnue comme l’une des branches de la philologie, sur laquelle peut prendre appui le renouveau du savoir prôné par les humanistes. Mais, malgré les obstacles, le niveau d’exigence requis, comme en témoigne la correspondance d’Érasme, reste très élevé et bien peu parmi ses contemporains se risquent à un exercice aussi périlleux. Pourtant, ce désir de perfection s’explique dans un contexte où il s’agit de rendre à la langue latine, purifiée de la contamination du latin médiéval, ses lettres de noblesse, comme le montre la fameuse querelle du Ciceronianus qui oppose Érasme, tenant d’une latinité composite et vivante, aux « singes de Cicéron », imitateurs serviles et exclusifs de la prose la plus classique44. Cette langue, restaurée dans les éditions de textes classiques, revivifiée par le souffle de la traduction des anciens grecs, est en effet le seul instrument digne de la rénovation spirituelle qui se prépare.

D’une Antiquité l’autre : Respublia literaria et Respublica christiana

  • 45 Voir Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Érasme, ouvr. cité, p. 403, citant Allen, IX, 2 (...)
  • 46 On ne peut en effet faire abstraction du fait qu’Érasme, comme le souligne de manière parfaitement (...)
  • 47 Voir Cat. Botz., p. 12, cité plus haut, à propos de la traduction d’Euripide : Studuimus et in hac (...)

28En fait, à travers sa correspondance, Érasme s’évertue à construire une image de la lecture qui, si elle est sans doute d’abord lecture-plaisir, du côté de la voluptas (ainsi, tout au long de sa vie, il appréciera Horace plus que tout autre45), est surtout présentée, dès les premières lettres qu’il choisit d’éditer46, à la fois comme une lecture didactique et comme une propédeutique, ce qui l’oriente vers l’utilitas publica. En premier lieu, la lecture didactique a donc rapport au savoir, doit déboucher sur l’édition et la traduction, pour servir la communauté lettrée et la langue47. Dans un second temps, les éditions et traductions de classiques sont désignées comme propédeutiques aux lettres sacrées, qui doivent être restaurées pour le bien commun de tous les croyants. À la voluptas du seul lecteur succède la recherche de l’utilitas publica par laquelle se définit et se légitime l’homme de lettres.

29À cet égard, l’année 1516 représente un tournant : Érasme se consacre désormais aux textes sacrés. Il inaugure cette période avec son édition du Nouveau Testament, publiée pour la première fois à Bâle, chez Froben, cette année-là. Cette publication est accompagnée des Annotationes, instrument d’exégèse, qui présente les variantes ou les interprétations que l’éditeur propose du texte, ainsi que des remarques grammaticales et stylistiques ; viennent s’y ajouter trois ouvrages qui sont autant d’instruments paratextuels, visant à gloser et expliciter son travail de philologue et de théologien, qui soulève une inévitable polémique : Paraclesis, Methodus, bientôt augmentée en Ratio veræ theologiæ, et enfin Apologia. L’activité d’Érasme est alors presque entièrement dévolue à ces travaux.

30Avant cette date, Érasme ne publie que des éditions et des traductions de classiques. Ensuite, il se tourne vers les lettres saintes : sa version du Nouveau Testament est suivie d’éditions de Pères grecs auxquelles se mêlent encore quelques textes profanes, jusqu’en 1527, où il semble se consacrer presque entièrement aux travaux patristiques. Pourtant, en réalité, le tournant que prend Érasme était prévu de longue date, comme en témoigne sa correspondance, qui laisse percevoir la cohérence de son projet.

31En 1496, à Paris, Érasme publie, à la suite des Odes de Guillaume Herman, une postface adressée à Henri de Berghes, archevêque de Cambrai, son protecteur d’alors. Il y stigmatise les poètes qui ne s’inspirent que des classiques latins, quoiqu’il reconnaisse lui-même l’intérêt qu’il leur porte. Il sied aux Chrétiens de se donner pour modèles des écrivains du sacré, depuis les Pères et les saints docteurs jusqu’aux auteurs bibliques :

  • 48 Allen, I, 49 : « C’est pourquoi j’éprouve toujours une sourde colère lorsque je vois de jeunes poèt (...)

Quare recentioribus his poetis, atque adeo Christianis, subirasci mecum interdum soleo, quod in deligendis sibi archetypis Catullum, Tibullum, Propercium, Nasonem, quam divum Ambrosium, quam Paulum Nolanum, quam Prudentium, quam Juvencum, quam Mosen, quam David, quam Salomonem sibi proponere malint, tamquam non sponte sint Christiani. Sed reprimam me ne plus satis, presertim in amasios quondam meos, ut isti me insimulant.48

32Sans renier ses penchants intimes pour la poésie classique, Érasme se situe ici sur un autre plan : celui de l’homme de lettres déjà conscient de sa mission, qui est de servir une Respublica literaria, christiana avant tout.

33De même, la traduction d’œuvres profanes est-elle présentée comme une propédeutique à la traduction de textes sacrés : l’humaniste ne se plie pas à ces exercices par simple discipline personnelle, pour améliorer sa connaissance de la langue grecque, mais s’applique à traduire pour le bien public, afin de transmettre au plus grand nombre la parole inspirée des Pères.

34Examinons un passage de l’épître dédicatoire de l’Hécube d’Euripide, adressée en janvier 1506 à William Warham :

  • 49 Allen, I, 188, p. 418 : « Lorsque je pris la décision, illustre prélat, de traduire les auteurs gre (...)

Quum in animo statuissem, Præsul amplissime, vertendis græcis authoribus rem theologicam, Deum immortalem, quam indigne sophisticis nugis depravatam, pro virili mea vel restituere vel adjuvare, […] visum est mihi prius periculum facere quam non lusissem operam in utriusque linguæ studium insumptam, idque in re difficillima quidem illa sed tamen prophana ; quo pariter et negocii difficultas ad meditationem conduceret, et si quid esset peccatum, citra sacrarum scripturarum injuriam solius ingenii periculo peccaretur.49

35Dans cette préface où il présente pour la première fois son projet de traduction dans toute son ampleur (quum in animo statuissem […] vertendis Græcis authoribus rem theologicam […] vel restituere vel adjuvare), Érasme oppose nettement les œuvres des classiques, qualifiées de res prophana, à la res theologica qu’il s’agit de restaurer après l’avoir purifiée des sophisticis nugis, commentaires et arguties dont, selon l’humaniste, la scolastique s’était plu à la travestir. Le texte des classiques se voit relégué au rang de chose négligeable, comme l’indique le ton condescendant de la clausule sed tamen prophana. Et, poursuivant l’opposition entre res prophana et res theologica amorcée sur le plan lexical, l’humaniste expose ses scrupules quasi religieux à l’égard du texte source : si quid esset peccatum […] solius ingenii periculo peccaretur.

36Le but assigné, ici à la traduction, mais, plus largement, à la transmission des textes, s’inscrit dans le projet humaniste de renovatio literarum, indissociable du renouveau de la foi. La redécouverte des œuvres des Anciens ne prend sens, pour Érasme, témoin conscient autant qu’acteur privilégié de l’édification d’une République des lettres en ce début du xvie siècle, que dans l’inscription délibérée de ces textes dans la communauté lettrée et chrétienne, par le geste de l’édition et de la traduction, qui subsume le plaisir solitaire de la lecture sous la nécessité de l’utilitas publica.

37C’est ce que montre une lettre rédigée à Louvain en 1518, au moment où Érasme songe à s’établir à Bâle auprès de Froben pour se consacrer à son activité d’éditeur. Aux accusations de certains de ses compatriotes, qui lui reprochent ses projets de départ, Érasme répond en mettant en avant l’intérêt supérieur des lettres et, pour finir, de la communauté chrétienne, qu’il veut servir :

  • 50 Allen, III, 809 : « Mais voici que ces hommes rigides me reprochent un manque de constance, parce q (...)

Sed constantiam in me desiderant homines severi, quod audierint me Basileam aditurum. Quasi vero Basileam animi causa sim profecturus, aut antehac profectus sim ! Edidi Hieronymum, edidi Novum Testamentum, præter alia multa ; et ut publicis commodis inservirem, neglexi iter periculosissimum, neglexi sumptus, neglexi tantum laborum quibus bonam valetudinis ac vitæ partem attrivi. […] Atque id ut noceant ac viris de Republica christiana bene merentibus labem aspergant.50

38Ce n’est pas son désir qui l’entraîne (animi causa), mais le souhait de se mettre au service de l’intérêt commun (ut publicis commodis inservirem), au risque de s’y perdre au sens propre du terme (bonam valetudinis ac vitæ partem attrivi), en occupant l’espace sans frontières de la Respublica christiana, patrie que ses mérites lui ont gagnée.

*

39À la lumière de la correspondance qu’échangent les lettrés dans le cercle érasmien, emblématique de l’humanisme de la première moitié du xvie siècle, il semble que la lecture de l’Antiquité soit l’un des enjeux majeurs de la construction d’une République des lettres, communauté à la fois idéale et réelle, qui fonde l’existence de cette Renaissance culturelle. Cette (re)lecture fait primer l’intérêt collectif sur le goût singulier et légitime l’acte de publication des textes des Anciens, pris comme modèles privilégiés, piliers de la Respublica literaria, tant par le contenu de leurs œuvres que par la forme qu’elles empruntent et la langue dans laquelle elles s’incarnent. Cependant cet intérêt ne se limite nullement aux textes des classiques, comme ce fut le cas pour un premier humanisme italien, qui trouve à se réaliser dans les versions que les presses aldines proposent de ces classiques ; Érasme et ses correspondants de l’Europe du Nord étendent leur attention aux œuvres sacrées et achèvent en quelque sorte l’édifice, dont les bases ont été jetées au sud des Alpes, en publiant à leur tour les Pères latins et en traduisant les grecs. Avec Érasme, le goût de l’antique dans la Respublica literaria est clairement revendiqué comme une attention militante aux textes chrétiens, la renovatio literarum, qui s’appuie sur la redécouverte des Anciens, se voulant indissociable d’une renovatio spiritus, dans une Respublica qui se proclame avant tout christiana.

Notes

1 Marc Fumaroli, L’Âge de l’éloquence, Droz, Genève, 1980. Sur la notion de République des lettres, je renverrai aux travaux de Marc Fumaroli, qui ont jeté les bases théoriques des études sur la République des lettres humaniste (Diogène, 143, juillet-septembre 1988, p. 135-146 ; Annuaire du Collège de France, 1987-1988, p. 417-432). Ces premières analyses ont été complétées par un ouvrage plus récent : Françoise Waquet et Hans Bots, La République des lettres, Paris, Belin, 1997.

2 Voir Marc Fumaroli, « Rhétorique et société […] », art. cité, p. 420, et Lisa Jardine, Erasmus Man of Letters, the Construction of Charisma in Print, Princeton University Press, 1993, notamment p. 145 et suiv., où l’auteur présente le De copia d’Érasme comme une tentative de faire primer l’autorité de l’eloquentia sur l’ancienne logique scolastique.

3 Voir Léon E. Halkin, Erasmus ex Erasmo, Paris, Aubel, 1983.

4 L’édition de référence de la correspondance d’Érasme est celle de P. S. Allen, Opus epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami, P. S. Allen, H. M. Allen, H. W. Garrod éd., Oxford, 1906-1958, 12 vol. Les renvois à cette édition seront indiqués comme suit : Allen, suivi du tome et du numéro de la lettre. Traduction : La Correspondance d’Erasme, A. Gerlo et P. Foriers éd., Bruxelles, De Braaf, 1967-1984. Toutes nos traductions sont établies d’après cette édition, mais revues et adaptées.

5 Allen, I, 20 ; Steyn, 15 mai 1489 (?), à Cornelius Gérard.

6 Voir Contemporaries of Erasmus, a Biographical Register of Renaissance and Reformation, P. G. Bietenholz éd., University of Toronto Press, 1985, t. 2, p. 88-89.

7 Lorenzo Valla (1406-1457) a grandement influencé Érasme, tant comme grammairien que comme philologue, qui le premier osa appliquer les méthodes de la critique textuelle au texte biblique. Érasme écrit une paraphrase de ses Elegantiæ, qui propose une approche scientifique de la grammaire latine, et publie dès 1505 ses Annotationes in Novum Testamentum.

8 « Pour les règles de l’élégance, je ne me fie à personne autant qu’à Lorenzo Valla ; personne ne peut lui être comparé pour la finesse d’esprit et la fidélité de la mémoire. »

9 Allen, I, 23, 27.

10 C’est la thèse développée par Lisa Jardine, Erasmus Man of Letters, ouvr. cité.

11 Allen, I, 126, juin 1500 ; à William Blount, lord Mountjoy.

12 M. Fumaroli, L’Âge de l’éloquence, ouvr. cité, p. 95 et suiv.

13 Idem.

14 Verum ne longius catalogum proferam, avance-t-il lui-même, s’excusant auprès de son lecteur d’avoir été un peu long en citant ses sources ; Allen, I, 126, p. 294, l. 144.

15 Quod si Christiani Christianorum exemplis magis tangimur, « puisque, nous, chrétiens, sommes plus sensibles à des exemples chrétiens », précise Érasme ; Allen, I, 126, p. 292, l. 114.

16 « Je ne craindrai pas de ranger parmi les plus grandes autorités Ermolao Barbaro, Pic de La Mirandole, Ange Politien ; ils ne se contentèrent ni de la science, ni de l’éloquence de leur siècle ; ils me semblent être entrés en compétition avec l’Antiquité et je ne sais s’ils n’ont pas dépassé plus d’un ancien. »

17 Allen, I, 1, 30 juin 1523. Cité ci-après : Cat. Botz.

18 « Quand j’étais enfant, en effet, les bonnes lettres commençaient à refleurir en Italie. Mais l’art de la typographie n’avait pas encore été inventé ou était à peine connu ; pas de livres pour pénétrer chez nous. Partout, dans la plus profonde sérénité, régnaient des gens qui enseignaient une littérature illettrée. Le premier, Rodolphe Agricola nous apporta d’Italie comme un léger souffle de meilleure littérature. J’ai pu le voir à Deventer, quand j’étais encore un enfant d’une douzaine d’années, et ce fut la seule occasion. »

19 « Faute de tous ces stimulants [il s’agit de l’émulation qu’apportent les autres dans le commerce intellectuel], je fus cependant entraîné vers les bonnes lettres comme par une force secrète de ma nature ; malgré l’interdiction de mes maîtres, j’ai puisé tout ce que j’ai pu dans les livres que le hasard me mettait entre les mains. »

20 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 3-4 et 5-6.

21 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 4-5 et 6-9.

22 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 9-12 et 17.

23 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 12 : Ovide, Prudence, Plaute, Térence, Sénèque ; p. 14 : saint Jérôme ; p. 16 : Suétone, Cyprien, Arnobe, Hilaire.

24 Allen, II, 396 ; à William Warham, archevêque de Canterbury, Bâle, 1er avril 1516. Préface aux Hieronymi opera, Bâle, Froben, 1516, p. 220. « Tout ce que à quoi nous avons appliqué nos corrections, nos lectures, notre incessante attention, nous l’avons fait nôtre et c’est à bon droit que nous le revendiquons. »

25 L’Europe des humanistes, Paris-Turnhout, CNRS-Brepols, 1995, p. 170-171.

26 Allen, II, 396.

27 De tuenda bona valetudine, Londres, Pynson, 1513 ; Allen, II, 268.

28 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 8 : « Une seule chose me gênait : Alde, pour imprimer son ouvrage, avait utilisé un manuscrit corrompu en nombre d’endroits. »

29 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 14 : « Ce furent aussi les lettres de saint Jérôme, si pleines d’érudition et d’éloquence, mais venues à nous très altérées, que je corrigeai et expliquai par des notes […]. L’aide de manuscrits anciens ne m’a pas là fait défaut, sans me dispenser toutefois de faire des conjectures sur certains passages. »

30 Hieronymi opera, Bâle, Froben, avril 1516.

31 Allen, II, 396, p. 215 : « Mais je ne sais s’il existe un seul auteur qu’on ait traité plus indignement […]. Ce qui en reste avait été non pas corrompu, mais totalement éteint et oblitéré […]. Presque tout y est corrompu, souillé, emmêlé. »

32 Allen, VII, 1855, août 1527, à l’archevêque Jan Lasky : « Quant à la sueur que j’ai versée pour le restituer, collationnant les vieux manuscrits pour corriger les passages corrompus, restituer les oublis, retrancher les interpolations, remplacer les mots grecs qui manquaient ou avaient été ajoutés pour forger des figures sans signification, je laisse à ta sagesse le soin d’en juger. »

33 Cat. Botz., ouvr. cité, p. 12 : « Comme je voyais de nombreux auteurs complètement négligés ou lus avec trop peu de fruit parce que leurs textes regorgeaient de fautes, tandis que d’autres étaient gâtés plutôt que présentés par des commentaires absurdes, je me suis appliqué là aussi à aider les jeunes gens dans leurs études. »

34 Allen, II, 396, p. 217 : « Je ne dirai que ceci, sincèrement et avec audace : j’estime qu’il en a moins coûté à Jérôme pour composer ses livres qu’à moi pour les restituer, et que leur naissance entraîna pour lui moins de veilles que ne m’en causa leur renaissance. »

35 Allen, VII, 1855, p. 120 : « Il me paraît plus glorieux de restaurer les œuvres des anciens auteurs jetées à bas par les injures de temps et la témérité des scribes que de composer de nouveaux livres. » Voir aussi Allen, V, ep. 1504, octobre 1524 ; à William Warham. Préface du volume 4 de la nouvelle édition de Jérôme parue à Bâle, chez Froben, entre 1524 et 1526. Érasme y déplore qu’on fasse plus de cas des inepties d’obscurs écrivains qui surgissent de partout, que des ouvrages des auteurs consacrés par la tradition.

36 Voir Jean-François Maillard, Judith Kecskeméti et Monique Portalier, L’Europe des humanistes, ouvr. cité ; Erika Rummel, Erasmus as a translator of the classics, University of Toronto Press, 1985, qui dresse une liste des œuvres classiques (et non patristiques) transmises par Érasme.

37 L’Europe des humanistes, ouvr. cité, p. 434-435.

38 Allen, II, 344 : « Si je rappelais tout ce que tu as si clairement traduit du grec, une foule de sujets d’éloge se dresserait telle une forêt, à laquelle ne pourrait se mesurer mon esprit médiocre et que ne pourrait embrasser une lettre dans sa brièveté. »

39 Voir notamment O. Reverdin, Les Premiers Cours de grec au Collège de France, Paris, PUF, 1984 ; Jean Irigoin, « Georges Hermonyme de Sparte : ses manuscrits et son enseignement à Paris », Bulletin de l’association Guillaume Budé, 1977, p. 22-27.

40 Y compris de la part de ses ennemis, comme Œcolampade, devenu le chef de file de la Réforme bâloise : voir Allen, VII, 2052n.

41 Allen, VIII, 2258 : « Personne, cher Érasme, ne traduirait mieux que toi si les calamités ou plutôt les individus calamiteux t’en laissaient le loisir. »

42 Voir, entre autres exemples, Allen, IX, 2617.

43 Allen, VIII, 2263, où il défend, face à Cuthbert Tunstall, évêque de Londres, les traductions d’Œcolampade, suspect d’hérésie certes, mais non pas mauvais traducteur : « Anien, l’Arétin et les autres ont bien plus fauté qu’Œcolampade. »

44 Le Dialogus cui titulus Ciceronianus d’Érasme est publié à Bâle, en 1528 ; l’édition de référence est celle d’A. Gambaro, Brescia, 1965. Pour la querelle du cicéronianisme autour d’Érasme, on se référera à Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Érasme, Paris, Les Belles Lettres, 1981, p. 815-838.

45 Voir Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Érasme, ouvr. cité, p. 403, citant Allen, IX, 2611, où Érasme, alors âgé de soixante-cinq ans, avoue son amour inchangé pour le poète : [me] puerum rapuit olim Horatius, quum ipse nondum scirem quæ res me tantopere delectaret. « Quand j’étais jeune, Horace s’empara de moi, sans que je pusse encore savoir ce qui me donnait une si grande délectation. » Je ne partage cependant pas toutes les analyses, parfois un peu impressionnistes, proposées par Jacques Chomarat sur les goûts littéraires d’Érasme.

46 On ne peut en effet faire abstraction du fait qu’Érasme, comme le souligne de manière parfaitement convaincante Lisa Jardine dans Erasmus, man of letters, ouvr. cité, est passé maître dans l’art de se mettre en scène et qu’il ne faut voir aucune naïveté ni spontanéité dans les lettres qu’il choisit de livrer au public.

47 Voir Cat. Botz., p. 12, cité plus haut, à propos de la traduction d’Euripide : Studuimus et in hac parte consulere studiis juventutis.

48 Allen, I, 49 : « C’est pourquoi j’éprouve toujours une sourde colère lorsque je vois de jeunes poètes, pourtant chrétiens, se choisir comme modèles Catulle, Tibulle, Properce et Ovide plutôt que le divin Ambroise, Paulin de Nole, Prudence, Juvencus, que Moïse, David ou Salomon, comme s’ils n’étaient pas chrétiens de cœur. Mais il suffit, surtout s’agissant d’auteurs qui me furent chers, comme on m’en fait reproche. »

49 Allen, I, 188, p. 418 : « Lorsque je pris la décision, illustre prélat, de traduire les auteurs grecs pour rétablir, secourir dans la mesure de mes forces la discipline théologique, si indignement altérée, Dieu immortel, par les sornettes des sophistes, […] j’ai cru bon de me mettre d’abord à l’épreuve, sur un sujet très difficile mais profane toutefois, pour être sûr que je n’avais pas perdu la peine que j’avais prise à étudier les deux langues ; la difficulté de l’ouvrage m’amènerait de la sorte à réfléchir utilement et, en même temps, si je péchais, seules mes compétences intellectuelles seraient en péril, sans faire de tort aux Écritures saintes. »

50 Allen, III, 809 : « Mais voici que ces hommes rigides me reprochent un manque de constance, parce qu’ils ont appris que j’allais à Bâle. Comme si je partais à Bâle pour le plaisir, aujourd’hui comme hier ! J’ai édité Jérôme, j’ai édité le Nouveau Testament, et bien d’autres livres ; et pour servir l’intérêt public, je n’ai pas pris garde aux extrêmes dangers du voyage, je n’ai pas regardé à l’argent, je n’ai pas tenu compte des fatigues qui, pour une bonne part, ont délabré ma santé et porté atteinte à ma vie. […] Et ils agissent ainsi pour entacher même l’honneur des hommes qui méritent le plus de la République chrétienne. »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search