Version classiqueVersion mobile

D’une Antiquité l’autre

 | 
Catherine Volpilhac-Auger

Avant-propos

Catherine Volpilhac-Auger

Texte intégral

1La littérature antique classique dans les bibliothèques : tel est le lieu commun, ou si l’on préfère l’intérêt partagé qui a réuni historiens du livre et littéraires ou historiens d’horizons divers (spécialistes de l’Antiquité, de littérature moderne et de l’entre-deux) pour manifester leur désir de travailler ensemble et montrer, si besoin en était, que sur un sujet aussi central, les regards et les méthodes méritaient d’être confrontés. Dans ces bibliothèques où tous travaillent et dont certains font l’objet privilégié de leurs recherches, le silence est de rigueur ; on a choisi ici le dialogue entre les disciplines et la mise en commun des apports spécifiques. Le livre n’est pas destiné par essence aux réserves, et s’il faut l’enfermer pour le conserver, nul ne peut prétendre en détenir la science exclusive.

2On peut penser qu’il est avant tout objet, unique ou élément d’une collection, et son entrée dans une bibliothèque, publique ou privée, lui confère une singularité qui prolonge son histoire, laquelle fut d’abord affaire d’imprimeur et de libraire, intermédiaires obligés entre l’auteur et le possesseur. Cette histoire relève d’une étude quasi « biographique » du livre, de sa naissance à son inscription (ou ses inscriptions successives) sur un catalogue, puis aux différents usages qui purent en être faits – si tant est que le terme « usage » puisse définir ce qui relève parfois de la seule jouissance du bibliophile. Mais il est bien sûr aussi texte et œuvre, réalisation d’une idée, cosa mentale avant d’être objet ou objet d’étude : c’est entre l’auteur et le lecteur que se crée alors un lien particulier, lien idéel mais illusoire, où chacun feint de croire que la pensée peut se passer de support matériel ; étudie-t-on les contraintes formelles qui font la grandeur de l’art ou constituent un programme esthétique, on ne fera jamais passer qu’au second plan la contrainte première, la nécessité absolue de transformer un manuscrit en livre, imprimé et diffusable.

3Certes on n’a eu garde de négliger les relations de l’auteur et du libraire-imprimeur (toujours plus intéressantes quand elles sont conflictuelles ou du moins difficiles), d’ignorer l’affection que Voltaire porte systématiquement à son dernier-né ou le sentiment de paternité à durée limitée qui pousse un Flaubert à se désintéresser de tout ce qui n’est plus manuscrit. Mais de manière générale les études littéraires, du moins en France, font de l’œuvre ou du texte leur sujet-roi, et de la mise en livre le parent pauvre – ce qui pour l’Âge classique constitue une véritable lacune, ou plutôt un défaut de perspective. Car il ne s’agit pas de plaider ici pour la transformation de ces études en annexes de l’histoire du livre telle que celle-ci se pratique actuellement, mais d’inciter littéraires et philologues à garder constamment présentes à l’esprit les données qu’elle leur offre, et qu’elle pourrait nuancer et élargir en fonction des attentes de ce nouveau public.

  • 1 Les Ventes de livres et leurs catalogues, xviie-xixe siècle, A. Charon et É. Parinet éd., Paris, Ét (...)
  • 2 Nous ne parlons évidemment pas ici de la distinction fondamentale, autrement difficile, entre « pos (...)

4Telle avait déjà été la perspective des journées d’études organisées en 1998 sous l’égide de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques et de l’École des chartes, à l’initiative de Dominique Bougé-Grandon, d’Élisabeth Parinet et d’Annie Charon1 : l’étude des catalogues de bibliothèque constituait en effet un mode d’approche où toutes les collaborations étaient envisageables et souhaitables ; quelle(s) fonction(s) assigner à ces catalogues, quels enseignements en tirer, quelle méthodologie développer pour cela ? Travaux fondateurs qui montraient à l’évidence que si l’intérêt était commun et les emprunts mutuels indispensables, les objectifs étaient différents et devaient le rester, pour respecter la spécificité des exigences et des attentes. La comparaison des méthodes était et reste primordiale, pour définir une méthode : une démarche n’est scientifiquement validable que si sa pertinence et ses résultats sont reconnus aussi par des disciplines voisines. Établir de manière supposée définitive que tel ouvrage est bien ou mal représenté dans des bibliothèques2 n’a pas de sens si la démonstration, purement quantitative, ne fait pas l’objet de recoupements qui font apparaître que les données fournies par les catalogues sont sujettes à caution – la signification de cette présence doit être revue à la lumière des lectures, des interprétations, des allusions qui s’y rapportent. Inversement, envisager comme une fatalité l’absence dans les catalogues des livres ni interdits, ni permis que sont les ouvrages « tolérés », n’est plus pensable pour un bon connaisseur du marché du livre, et ne devrait plus l’être pour ceux qui le connaissent moins bien.

  • 3 Tel était précisément le sujet retenu pour la première année de fonctionnement de l’Institut d’hist (...)

5Le même esprit a inspiré la fondation de l’Institut d’histoire du livre, présidé jusqu’en 2005 par François Dupuigrenet-Desroussilles, et depuis par Patrick Bazin – confrontation des méthodes et lectures croisées, dans des champs reconnus comme communs, voire « stratégiques », sur lesquelles les différentes disciplines ont forcément des regards différents : la mise en page3, la relation de l’auteur et du libraire-imprimeur (parfois auteur lui-même), la censure sous toutes ses formes… C’est aussi bien sûr celui que l’on retrouve pour ce premier colloque (mars 2003) qu’organisait cette structure commune aux deux écoles déjà citées, à l’École normale supérieure de Lettres et sciences humaines et à la Ville de Lyon (bibliothèque municipale et musée de l’Imprimerie). La définition de son sujet avait valeur forte, car il s’agissait d’explorer toutes les possibilités de ces regards croisés. Avec l’Antiquité classique, c’est une tradition qui est donnée à examiner, mais surtout une tradition fondatrice des études littéraires (celles-ci incluant bien sûr la philologie), mais surtout d’un système d’éducation et de pensée, qui à certains moments se confond avec la culture elle-même : l’intense renouvellement qu’elle permet, et son lent et progressif affaiblissement à la fin de l’Âge classique méritaient d’être pris dans le temps long (du xve au xixe siècle). À partir des bibliothèques et de leur histoire peut se dessiner une histoire du « goût antique », celui des estampes comme celui d’une littérature dont les auteurs canoniques évoluent au fil du temps, en un resserrement inexorable particulièrement sensible entre les xviie et xviiie siècles. On peut aussi y entendre les échos d’une histoire intellectuelle, celle des méthodes de classement et de stratification des savoirs, celle qui définit la place de l’Antiquité (et de la littérature) dans l’enseignement, mais également une histoire du dialogue que l’on a noué de tout temps, et plus particulièrement à la Renaissance, entre anciens et modernes. Histoire culturelle encore, qui renvoie à la formation de l’honnête homme comme à celle de l’homme de l’art, qui illustre la force des canons bibliophiliques ou des modes et impératifs sociaux au moins autant que des goûts individuels.

*

6Il importait de faire précéder de propylées cet ensemble des communications consacrées à l’Antiquité classique ; c’était l’affaire de James Mosley, dont l’article attire l’attention sur les formes devenues invisibles aux yeux du profane, sur la matérialité même de la « lettre antique » et sur son histoire, sur cette présence continue et silencieuse dans les livres d’une inspiration antique qui passe par les caractères typographiques. La « lettre antique » serait aussi moderne…

  • 4 Nous avons emprunté à Isabelle Diu le beau titre de sa communication : « D’une Antiquité l’autre… » (...)

7La chronologie n’en impose pas moins de revenir aux « passeurs », à ceux qui depuis le Moyen Âge ont assuré la transmission, maintenu ou renouvelé la tradition : Étienne Rouziès choisit de prendre le cas particulier de Salluste dans plusieurs bibliothèques importantes, et d’en mesurer la présence pour mieux apprécier les raisons de s’intéresser à cet auteur, et au-delà à la conception même de l’auctor et à son évolution aux premiers temps de l’imprimerie : c’est un Salluste aux multiples visages qui apparaît ainsi, et qu’il faudrait sans doute prendre comme point de départ de toute étude sur les lectures et les interprétations de l’historien – qui justement ne fut pas toujours historien. Isabelle Diu adopte le point de vue du passeur par excellence4, Érasme, non seulement éditeur et traducteur de textes antiques, mais qui, à travers des échanges nourris avec ses correspondants, reconstruit une Cité littéraire à l’image de la Cité antique ; en se réappropriant et en actualisant les textes anciens, inscrits dans un « catalogue » ou une bibliothèque idéale conçue comme une ouverture au christianisme, il inscrit le dialogue, en tous les sens du terme, au cœur de sa démarche.

8Si l’on suit Massimo Danzi, c’est toute la culture d’un des plus grands lettrés de la Renaissance, Pietro Bembo, ainsi que celle de son père Bernardo, qui réapparaît, après des siècles d’oubli. Des découvertes récentes ont permis de reconstituer une bibliothèque où se lit l’aspiration à une liberté contrariée par l’intransigeance de l’Église envers le monde « protestant ». L’étude permet aussi de dégager les moyens de lire dans son organisation même, son « ordre », le dialogue d’une culture ancienne et d’une culture moderne. Avec la Bibliotheca de Conrad Gesner, examinée par Martine Furno, se clôt le temps des transitions et des transmissions : « premier instrument exhaustif et commode de recherche bibliographique », la Bibliotheca se propose de recenser tous les auteurs connus (même s’ils ont disparu), en une confrontation tout aussi remarquable que dans le cas précédent entre anciens et modernes, pour constituer une « bibliothèque idéale », « reflet des tensions qui affleurent dans l’épistémologie du temps, partagé entre la révérence traditionnelle du passé et la conscience de plus en plus vive des capacités des modernes à écrire, dans leur langue, des livres de plus en plus beaux et de plus en plus nombreux ».

9L’estampe, envisagée par Vanessa Selbach du xvie au xviiie siècle, permet d’ouvrir un autre champ, à la fois chronologique, intellectuel et esthétique : les estampes « d’après l’antique », qui se constituent en catégorie de classement, révèlent non seulement le goût d’une Antiquité familière et parfois imaginaire dont elles reproduisent indéfiniment l’image, mais l’évolution du regard, celui qui fait de cette Antiquité, devenue affaire d’historien et non plus d’« antiquaire », bien plus qu’un document : une « expression artistique à part entière ». John Renwick mène une vaste enquête qui ouvre sur un tout autre domaine : celui des « lettres classiques » conçues comme mode de formation d’abord dans les collèges (sont étudiées plusieurs bibliothèques d’institutions religieuses et militaire), mais aussi comme partie prenante de la culture de ce qui ne s’appelle plus l’honnête homme, puisqu’on va du xviie au xixe siècle, mais que l’on désignera de manière plus vague comme « l’homme éduqué » : vivant dans le monde, quels liens celui-ci entretient-il avec une culture où le grec est en repli, où les traductions se multiplient, où l’on assiste au lent et irrésistible développement de l’histoire ? Avec les riches bibliothèques privées que John Renwick met en regard des précédentes, on dispose d’un observatoire privilégié sur l’évolution d’une culture que l’on croit trop facilement en déclin, mais à laquelle on accède en fait par des voies nouvelles.

10Une fois ces perspectives tracées, place aux études de cas et aux approfondissements. Et honneur au xviiie siècle, mais d’abord à un duc et pair – malgré la part relativement faible qu’occupe l’Antiquité dans la (ou les) bibliothèque(s) de Saint-Simon, et surtout dans la pensée de celui qui fut avant tout soucieux de retrouver les origines de la monarchie française. L’enquête menée par Philippe Hourcade, tout en dessinant des pistes, montre amplement que le mémorialiste, si féru de lectures d’histoire mais peu enclin à subir la tyrannie des pédants, témoigne « d’une culture loin des querelles d’Anciens et de Modernes, [d’]un glissement sans éclat ni trouble d’une culture humanisante, celle de ses études, à une autre, plus moderne ». Celle-ci prend, dans sept catalogues de la seconde moitié du xviiie siècle examinés par Nicole Masson, la forme d’un attrait particulier pour l’Italie, qui devient « un sujet fétiche pour un nouveau type de collectionneurs » : cela permet de définir un type de « cabinet choisi » qui s’affirme comme une sorte de « défi, de pied-de-nez des Modernes », contre tous les savantasses. Le monde des bibliophiles est également abordé par Catherine Volpilhac-Auger, avec Randon de Boisset qui incarne la figure oxymorique et paradoxale du « collectionneur philosophe », et chez qui se retrouvent quelques-uns des traits esquissés par l’étude de Nicole Masson : le goût de l’antique passe par l’Italie, grande pourvoyeuse d’éditions et de traductions, mais aussi par Birmingham (grâce à Baskerville), chez cet ami des Modernes qui, selon le Diderot du Salon de 1767, réconcilie bibliophilie et philanthropie.

11Tout autre est évidemment la fonction d’une bibliothèque chez un homme de l’art : ainsi ces cinq architectes (dont le plus connu est Soufflot) dont les livres furent vendus vers 1770-1780, et qu’étudie Annie Charon-Parent : si les catalogues de vente reflètent surtout leurs préoccupations professionnelles et un fort intérêt pour la période contemporaine, par goût ces architectes se tournent vers une Antiquité conçue comme « un idéal moral, une source d’inspiration et un modèle artistique » : l’architecture antique parle encore aux hommes de la fin du xviiie siècle, comme la littérature gréco-latine à un érudit comme La Porte du Theil, dont la bibliothèque est d’abord celle d’un spécialiste, connu notamment par ses traductions d’Eschyle : Claire Lechevalier étudie le catalogue de vente de cette bibliothèque (1816), mais aussi les marges de ses travaux publiés ou inédits, en une véritable exploration de « l’atelier du traducteur » et de ses modes de travail, « de caractère encyclopédique et méthodique » ; cela lui permet de mettre en lumière l’intérêt spécifique que porte aux textes anciens un helléniste qui « s’acharne à distinguer les textes antiques de toute tentative d’imitation, pour leur redonner leur véritable identité et par là-même leur offrir une nouvelle naissance ».

12En se plaçant au moment de la Révolution, Dominique Varry dispose d’un lieu d’observation privilégié, grâce aux inventaires des saisies : les bibliothèques confisquées se laissent détailler avec une précision que contrecarre parfois l’ignorance des rédacteurs, mais qui permet de tirer des conclusions à valeur générale. Sont examinées quinze bibliothèques ecclésiastiques et aristocratiques du département de l’Eure (avec des recherches complémentaires sur les bibliothèques parisiennes de plusieurs de ces châtelains), qui font apparaître la permanence d’un fonds antique peu surprenant chez ce public (qui avait peut-être relégué à la campagne ce qu’il ne lisait pas…), mais surtout la prédominance de l’histoire ancienne, et le recul des langues grecque et latine : dans ces bibliothèques dominent traductions et ouvrages modernes sur l’Antiquité. Fin d’un temps, ou prolongement d’un mouvement que révélaient déjà à la fois les bibliothèques d’institutions enseignantes et les bibliothèques privées d’architectes ? Ce que représente l’Antiquité, c’est la conciliation d’une culture ancienne et d’intérêts modernes, non la revendication d’un héritage ou la quête d’un refuge contre le monde contemporain. André Chénier venait alors tout juste d’écrire : « Sur des pensers nouveaux faisons des vers antiques ».

13Le Nouveau Monde : telle est la conclusion en forme d’ouverture qu’offre James Raven, en un sens à la fois chronologique et géographique. L’Amérique jusqu’au xixe siècle revendique l’héritage antique transmis par les Lumières, la démocratie qui vient de naître voit encore ses élites se distinguer par le recours au latin et au grec – mais le recul se fait sentir dans les grandes bibliothèques, et même au xviiie siècle, c’est d’Angleterre que venaient les classiques grecs et latins. Cependant l’Antiquité, qui n’est plus seule pourvoyeuse de lectures, de modèles et d’exemples, ne s’avoue pas vaincue, car elle joue désormais un autre rôle : c’est à travers poètes et historiens latins que l’on veut déchiffrer le destin de la nation nouvelle. Au miroir de l’Antiquité, l’ancienne colonie se rêve empire…

Notes

1 Les Ventes de livres et leurs catalogues, xviie-xixe siècle, A. Charon et É. Parinet éd., Paris, Études et rencontres de l’École des chartes, 2000.

2 Nous ne parlons évidemment pas ici de la distinction fondamentale, autrement difficile, entre « possession » et « lecture ».

3 Tel était précisément le sujet retenu pour la première année de fonctionnement de l’Institut d’histoire du livre, sous la forme de journées d’étude organisées par chacune des institutions partenaires.

4 Nous avons emprunté à Isabelle Diu le beau titre de sa communication : « D’une Antiquité l’autre… ». Qu’elle soit ici remerciée de sa générosité.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search