Version classiqueVersion mobile

Corps en interaction

 | 
Lorenza Mondada

Analyse multimodale de complétions différées suite à des interventions collaboratives*

Florence Oloff

Texte intégral

1. Introduction

  • * La thèse dont sont issus ces résultats a été réalisée au laboratoire ICAR et a bénéficié des financ (...)
  • 1 Notamment les analyses des extraits 5, 9, 10 et 11 s’inspirent du cinquième chapitre de ma thèse (O (...)

1Ce chapitre est consacré à une pratique particulière liée à l’alternance des tours de parole (turn-taking : Sacks, Schegloff et Jefferson, 1974) ; il s’agit de la complétion différée ou delayed completion (Lerner, 1989). Cette pratique consiste en la continuation d’un tour par le même locuteur au-delà de l’intervention d’un coparticipant. Ici, je proposerai une étude systématique de ce phénomène encore peu étudié en me fondant sur la description initiale de Lerner (1989). À travers une analyse multimodale, la complétion différée sera abordée comme un phénomène au sein de séquences complexes géré par les participants à travers des ressources audibles et visibles. Cette contribution offre une synthèse de quelques résultats présentés dans une thèse de doctorat (Oloff, 2009)1, en s’intéressant plus spécifiquement au lien entre complétions différées et interventions collaboratives d’un coparticipant. Ces prises de parole intercalaires collaboratives interviennent à la suite d’une éventuelle recherche de mot ou sont placées après la suspension d’une unité de construction de tour (UCT) potentiellement incomplète, ce qui projette en effet la possibilité d’une co-complétion. Dans ce qui suit, je m’efforcerai de montrer que la complétion différée est avant tout une méthode pour la gestion de tours de parole complexes. Plus précisément, et ce sera ma proposition ici, elle permet à un locuteur de délimiter l’espace d’intervention d’un destinataire, c’est-à-dire la longueur et la portée de sa prise de parole.

2La partie introductive présente le phénomène (section 2.1) et explicite l’argument de Lerner (1989, 2004) selon lequel la complétion différée représenterait une pratique particulière de réception d’une intervention collaborative (2.2). Seront ensuite évoqués des phénomènes de perturbation du tour (comme les recherches de mot : voir Goodwin C. et Goodwin M. H., 1986 ; Goodwin, 1987), comment ils projettent des interventions collaboratives d’autres locuteurs, ainsi que les diverses possibilités de leur réception offertes au locuteur dont le tour a été co-complété (2.3). Dans la partie analytique (3), je proposerai une étude séquentielle et multimodale (par exemple Goodwin, 1981 ; Mondada, 2004 ; Schmitt, 2005a, b) de différents types de suspension de tour suivis d’une réponse collaborative, puis d’une complétion différée. Les analyses présenteront différentes formes de réponses collaboratives possibles et commenteront leur lien avec la complétion différée. Une analyse de la complétion différée comme pratique incarnée permet de mieux comprendre la manière dont les locuteurs gèrent les interventions de leur(s) destinataire(s). Je vais montrer en effet qu’un problème de recherche de mot ou une suspension ne projettent pas nécessairement une complétion collaborative, mais aussi bien une simple manifestation de compréhension du destinataire. Les différents formatages de la complétion différée soumis à l’analyse mettront en évidence 1) que sont négociables l’interprétation de tours potentiellement incomplets, la forme et la portée de l’intervention d’un destinataire lors d’un tour complexe, cela 2) de façon méthodique. La conclusion (section 4) présentera un résumé des analyses et soulignera que la complétion différée apparaît au sein d’activités spécifiques, impliquant des tours complexes qui permettent au locuteur en cours de s’ajuster finement au degré d’implication de ses interlocuteurs.

2. Le phénomène

2.1. Description du phénomène

3Le terme de complétion différée ou delayed completion chez Lerner (1989) désigne la pratique de construction d’un énoncé cohérent au-delà d’une prise de parole intercalaire d’un autre locuteur. Si, lors d’un tour en cours, un coparticipant s’auto-sélectionne avant que soit atteint un point possible de complétude (par exemple en chevauchement ou à une place de transition pertinente intra-tour : voir Lerner, 1996), le locuteur peut suspendre son tour, quitte à le compléter au cours ou à la fin du tour intercalaire : « In the course of talking, speakers sometimes delay the final part of their utterance after the onset of talk by another participant » (Lerner, 1989, p. 167). L’exemple suivant illustre ce phénomène :

Extrait 1 (tiré de Lerner, 1989, p. 167)

Extrait 1 (tiré de Lerner, 1989, p. 167)

4Alors que le tour de Dan est encore en cours (lignes 1-2), Roger intervient en chevauchement (ligne 3), ce qui amène Dan à suspendre son énoncé peu après (ligne 2). Même si Roger peut terminer sa prise de parole hors chevauchement (lignes 3-4), Dan complète son propre tour à sa suite (ligne 5). Cette complétion différée permet à Dan de poursuivre son tour de manière cohérente au-delà de l’intervention de son coparticipant, la traitant ainsi comme potentiellement problématique. La continuation de son propre tour efface la pertinence d’une réponse au tour de Roger et permet à Dan de poursuivre sa propre trajectoire séquentielle :

So, delayed completion can 1. provide a means to produce a complete TCU across intervening talk, 2. make out an intervening utterance to have been interruptive of a turn at talking, 3. provide a warrant for the initiation of overlap, and 4. interdict the sequential implicativeness of the intervening talk. (Lerner, 2004, p. 237; voir Lerner, 1989, p. 173)

  • 2 Cependant, Schegloff ne fait aucun rapprochement explicite entre le phénomène du post-other-talk in (...)
  • 3 Le lien syntaxique entre la première et la deuxième partie d’une complétion différée peut être asse (...)

5Alors que Lerner (1989, 2004) présente cette pratique comme faisant partie des procédés récurrents pour la gestion du turn-taking (Sacks et al., 1974), la complétion différée n’a pas fait l’objet d’analyses systématiques en analyse conversationnelle (voir Oloff, 2008, 2009). Bien que des exemples de complétions différées puissent être repérés dans la littérature plus récente du champ, les auteurs se contentent généralement de citer l’article pionnier de Lerner ou de décrire de façon brève ce phénomène, sans pour autant le qualifier explicitement de complétion différée (voir par exemple Betz, 2008, p. 78-82, 87-92 ; Schegloff, 2002, p. 302-304 ; Walker, 2004, p. 161-163). Même si diverses formes de continuation de tour au-delà d’une possible complétude (extensions, incréments, dislocations) ont reçu une attention particulière notamment en linguistique interactionnelle (par exemple Couper-Kuhlen et Ono, 2007 ; Ford, Fox et Thompson, 2002 ; Horlacher, 2007 ; Schegloff, 1996), ces phénomènes font généralement suite à une absence de réponse de la part de l’interlocuteur (voir aussi la notion de post-gap increment : Schegloff, 2001). La complétion différée, au contraire, représente une continuation d’un tour suite à la présence d’une intervention d’un coparticipant (voir aussi la notion de post-other-talk increment : Schegloff, 20012). Son environnement séquentiel se distingue donc fondamentalement des auto-extensions de tour suite à une pause3.

  • 4 Pour une discussion critique du lien qu’établit Lerner (1989) entre complétion différée et interrup (...)

6Lerner (1989, p. 171) présente la complétion différée comme un moyen pour un locuteur en cours de traiter l’intervention de son coparticipant comme « interruptive » (voir aussi Schegloff, 2002, p. 302). Bien que le recours à cette notion d’interruption soit potentiellement contestable4, l’étude de la complétion différée permet de se pencher sur des séquences où une prise de parole d’un coparticipant est traitée comme potentiellement problématique. De manière intéressante, la complétion différée semble apparaître fréquemment – ce qui n’est pas visible dans les brefs exemples cités par Lerner (1989, 2004) – lorsqu’un interlocuteur intervient pendant un long tour :

Extrait 2 (tiré de Kohonen, 2004, p. 27-28, extrait raccourci et adapté)

Extrait 2 (tiré de Kohonen, 2004, p. 27-28, extrait raccourci et adapté)
  • 5 À ce propos, voir aussi le commentaire de Schegloff (2001, p. 20) sur un cas de post-other-talk inc (...)

7Ici, L3 développe un tour complexe dans lequel il se positionne en fournissant d’abord un contre-argument à sa propre position (lignes 1-3), ensuite un argument pour sa propre position (qui débute par « mais », ligne 3). Alors qu’il développe cet argument (lignes 5-6), L2 intervient en projetant un possible désaccord, introduit par « non » (ligne 7). L3 effectue par la suite une complétion différée, dans laquelle il renoue avec sa prise de parole précédente par l’auto-répétition d’une bribe (lignes 8-10). Cette continuation de tour par L3 révèle que son argumentation n’était pas encore aboutie au moment de l’intervention de L2. La complétion différée permet à L3 de ne pas devoir renoncer à sa trajectoire argumentative ni de répondre au tour désaligné de L25.

8Cet exemple montre également que la complétion différée n’est pas obligatoirement associable à la parole simultanée (voir aussi les exemples de Schegloff, 2001, de post-other-talk increments). Elle fournit principalement un outil pour gérer une trajectoire séquentielle et argumentative face à des interventions non alignées ou déviantes à des moments « séquentiellement vulnérables » (Jefferson, 1972, p. 312-314), effectuant une sorte de skip-connecting (Sacks, 1992 ; Mondada, 1995, p. 122-126). Dans la prochaine section, je vais étoffer l’idée que la complétion différée apparaît non seulement lorsqu’un destinataire intervient de façon désalignée, mais même en cas d’interventions alignées et collaboratives.

2.2. Complétions différées suite à des complétions collaboratives

9Lorsque le tour intercalaire est non aligné par rapport à ce qui précède (voir extraits 1 et 2), le recours à la complétion différée pour conserver une trajectoire séquentielle ou topicale est à première vue justifié. Mais lorsque le tour intercalaire est une contribution collaborative qui continue ou étend le tour précédent, l’utilisation de la complétion différée semble être un procédé a priori moins pertinent. Pour quelles raisons un locuteur devrait-il traiter comme problématique une intervention collaborative qui complète ou continue son tour ?

10Même si les travaux en analyse conversationnelle et en linguistique interactionnelle sur les énoncés collaboratifs sont nombreux (par exemple Jeanneret, 1995, 1999 ; Lerner, 1991, 1996 ; Müller et Klaeger, 2010 ; Szczepek, 2000), ils sont généralement focalisés sur les particularités syntaxiques ou prosodiques qui permettent à un locuteur de (co-) compléter l’énoncé d’un autre locuteur. Ils ne commentent que rarement la façon dont ces interventions collaboratives sont reçues par le locuteur initial du tour (mais voir Lerner, 2004 ; Mondada, 1999).

  • 6 « However, a receipt positioned utterance which is not discordant, but a repeat, extension, or revi (...)

11En retour à une complétion collaborative, le locuteur dont le tour a été complété est censé évaluer son acceptabilité (Lerner, 2004, p. 229), c’est-à-dire accepter ou refuser la complétion. La complétion différée représente une alternative au refus ou à l’acceptation explicites (ibid., p. 235-239) : compléter son tour soi-même au-delà de la complétion précoce d’un coparticipant permet d’éviter de lui répondre explicitement. En effet, le fait de répondre placerait ce tour en deuxième position séquentielle. La complétion différée permet donc au locuteur de conserver l’ordre séquentiel initial et d’offrir une nouvelle fois la possibilité de répondre une fois son tour complété. Lerner (1989, 2004) constate qu’en cas d’hétéro-répétition de la complétion proposée par un coparticipant, la distinction entre reçu (acceptation potentielle) et complétion différée (refus potentiel) n’est pas sans ambiguïté6. Il propose de les distinguer au niveau de la position du troisième tour : si la répétition chevauche la complétion collaborative, il s’agit d’une complétion différée ; en l’absence de chevauchement, la répétition correspond à une acceptation (Lerner, 2004, p. 242 ; 1989, p. 174). Cependant, les exemples 3 et 4 démontrent que la position en ou hors chevauchement n’est pas discriminatoire. Dans les deux cas, le troisième tour de parole effectue le même travail au niveau séquentiel que dans les exemples précédents (extraits 1 et 2) : Dans les deux extraits, même si le premier locuteur (locuteur B, extrait 3 ; locuteur A, extrait 4) répète la proposition de son interlocuteur, cette hétéro-répétition représente une nouvelle complétion de son tour. Cette réappropriation du tour, cette orientation vers le droit de compléter sa prise de parole soi-même, est également visible dans de légères modifications qui sont opérées par la suite : l’ajout de la tag question « you know » (extrait 3) ou la réparation pour préciser le type d’œillet (« embroidered eyelet », extrait 4). Cette re-complétion du tour projette à nouveau une réponse de la part de l’interlocuteur. De plus, nous pouvons remarquer l’absence d’une prise en compte explicite (par exemple par « oui ») du tour collaboratif. Cela rejoint l’interprétation que Charles Goodwin et Marjorie H. Goodwin font de l’extrait 4 : « […] though B in fact produces the same word that A uses eventually, A does not acknowledge her contribution. Before B even finishes, A, without attending to B in any way, provides her own outcome of the research » (Goodwin C. et Goodwin M.H., 1986, p. 52). Par la répétition, le matériel est présenté comme relevant de la voix du premier locuteur, même s’il a d’abord été introduit par son interlocuteur. Le fait d’intégrer du matériel de l’interlocuteur dans la complétion indique que le premier locuteur traite cette proposition comme potentiellement pertinente, puisqu’il ne l’ignore pas complètement (voir extraits 1 et 2). Mais le fonctionnement séquentiel est le même dans les quatre exemples cités : au lieu de formuler une réponse explicite à la contribution collaborative, le premier locuteur maintient l’ordre séquentiel initial. Ainsi, il montre que c’est son tour et que le coparticipant est le destinataire de ce tour.

Extrait 3 (tiré de Lerner, 2004, p. 131 ; voir aussi Lerner, 1989, p. 174)

Extrait 3 (tiré de Lerner, 2004, p. 131 ; voir aussi Lerner, 1989, p. 174)

Extrait 4 (tiré de Goodwin C. et Goodwin M. H., 1987, p. 52)

Extrait 4 (tiré de Goodwin C. et Goodwin M. H., 1987, p. 52)

12De ce fait, nous pouvons constater qu’il existe différents types de complétion différée (voir Oloff, 2008), dont certains sont plus marqués (voir extraits 1 et 2) et d’autres moins (voir extraits 3 et 4). Les notions de marqué et non marqué se réfèrent ici à un formatage spécifique. Les complétions différées marquées pointent vers un tour intercalaire problématique, puisqu’elles ne reprennent pas d’éléments lexicaux du tour intercalaire et sont formatées de manière compétitive (en chevauchement, avec un volume élevé, avec des accélérations, voir Schegloff, 2000). Les complétions différées non marquées, au contraire, possèdent un formatage sonore non compétitif et contiennent par exemple une répétition du matériel lexical du tour intercalaire. Les cas de complétions différées à la suite d’un tour collaboratif sont particulièrement intéressants, puisqu’ils montrent les interprétations divergentes que font d’un côté le locuteur, de l’autre le destinataire d’un tour « incomplet » (voir Mondada, 2007a).

2.3. Recherches de mot et suspensions de tour : à compléter ou non ?

13Le fait de compléter son tour incomplet soi-même, malgré l’aide fournie par un coparticipant, ne relève pas d’une simple préférence pour l’auto-réparation (Schegloff, Jefferson et Sacks, 1977). Cela dépend aussi du type de problème que rencontre le premier locuteur dans son tour « incomplet » ainsi que du type d’action suivante qu’il projette. L’exploitation d’une complétion différée dans ce contexte séquentiel indique que les deux participants font une interprétation divergente d’une suspension ou incomplétude d’un tour : alors que le coparticipant s’oriente vers la nécessité de compléter le tour du premier locuteur, celui-ci traite la complétion collaborative comme une action non pertinente à ce moment.

14En effet, un tour suspendu ou syntaxiquement incomplet n’exige pas obligatoirement sa complétion comme action pertinente suivante. Bien au contraire, un tour syntaxiquement incomplet peut être traité par un coparticipant comme étant complet à toutes fins pratiques (Chevalier, 2008 ; Chevalier et Clift, 2008 ; Schmale, 2008), par exemple dans des environnements séquentiels caractérisés par un topic ou une action potentiellement délicats (Chevalier, 2009). Cela reflète l’idée fondamentale du caractère indexical et négociable de la complétude d’un tour de parole (Mondada, 2007a).

  • 7 Charles Goodwin et Marjorie H. Goodwin (1986, p. 55) distinguent le fait de déployer le manque d’un (...)

15De ce fait, l’interlocuteur est confronté au problème pratique de devoir distinguer les suspensions, perturbations ou incomplétudes syntaxiques dans l’énoncé du locuteur en cours qui rendent pertinente une complétion des perturbations qui projettent un autre type de réponse. Autrement dit, il faut que le coparticipant reconnaisse les moments particuliers où le locuteur est en train de rechercher un mot7 ou une continuation appropriée de son énoncé jusque-là incomplet. Cette reconnaissance est possible grâce au déploiement de plusieurs procédés récurrents par lesquels le locuteur révèle à ses coparticipants qu’il rencontre un problème dans la continuité et la formulation de son tour.

16Au niveau verbal, un problème de continuité du tour se manifeste par des allongements de sons, des hésitations (telles que « euh » : voir Schegloff, 1979), des pauses, des répétitions ou autres perturbations audibles (Goodwin C. et Goodwin M. H., 1986 ; Lerner, 1996). Les méta-commentaires tels que « comment est-ce qu’on dit X » ou « comment ça s’appelle » sont particuliers dans la mesure où ils introduisent généralement une séquence de réparation qui suspend l’activité principale en cours (voir Jefferson, 1972 ; ces séquences de réparation sont en effet particulièrement fréquentes dans les interactions exolingues : par exemple Gülich, 1986 ; Park, 2007). Au niveau des ressources visibles, le locuteur peut exhiber sa recherche par le biais de gestes ou de postures spécifiques. Ces ressources sont généralement déployées en deux étapes successives. La première étape consiste en une recherche solitaire où le locuteur ne regarde pas ses destinataires et déploie une expression de réflexion caractéristique (le thinking face : Goodwin C. et Goodwin M.H., 1986 ; Goodwin, 1987). Pendant la deuxième étape, de recherche publique cette fois-ci, il dirige son regard vers ses interlocuteurs et les invite à participer à la recherche. Charles Goodwin et Marjorie H. Goodwin remarquent cependant que « [t]he nature of that participation and its appropriateness is, however, something to be worked out by the participants through a process of interaction with each other » (1986, p. 52).

17Ainsi, le coparticipant doit non seulement reconnaître si une recherche de mot est effectivement en cours – avec ses droits et obligations d’intervenir –, mais il doit également reconnaître le moment approprié pour intervenir. De son côté, le locuteur doit manifester s’il projette une intervention particulière de la part de son destinataire, et si oui, quel type d’action il projette. Ces problèmes pratiques sont particulièrement visibles dans des cas où les complétions collaboratives sont positionnées trop précocement (impliquant une complétion différée avec répétition : voir Goodwin C. et Goodwin M. H., 1986, p. 52) ou trop tardivement (ibid., p. 53). Dans les analyses suivantes (section 3), je vais m’intéresser plus particulièrement à des cas où une perturbation dans la production d’un tour (hésitations, suspensions) est suivie d’une intervention collaborative de la part d’un interlocuteur, et reçue par une complétion différée.

3. Analyses

  • 8 Corpus de LAngues Parlées en Interaction (http://clapi.univ-lyon2.fr/).

18Les données utilisées dans cette partie analytique proviennent d’enregistrements vidéo d’interactions naturelles en français et en allemand. Les données en français (recueillies par Lukas Balthasar et Lorenza Mondada et partiellement disponibles sur la base de données CLAPI8) se composent de deux corpus : le corpus SAXE, une réunion professionnelle à la maison des fondateurs d’une agence de marketing (une heure trente), ainsi que le corpus PARIS MONTMARTRE (PM, trois heures), une conversation informelle entre amis lors d’un repas à la maison. Le corpus allemand RACLETTE (RAC, trois heures), conversation ordinaire lors d’un dîner raclette entre étudiants germanophones, a été recueilli dans le cadre de ma thèse (Oloff, 2009). Les trois corpus ont été enregistrés à l’aide d’au moins deux caméras (vues multiples) et rassemblent des conversations à trois participants au moins (PM, SAXE : trois locuteurs ; RAC : de trois à huit participants). Les données ont été transcrites à l’aide de toutes les vues disponibles, selon les conventions mentionnées au début de ce livre. Le choix de données en deux langues différentes ne relève pas d’une perspective comparative, mais tient plutôt à la volonté d’illustrer la richesse du phénomène et son caractère interlinguistique (voir section 4).

19Les participants négocient le type de réponse qu’une perturbation dans la production d’un tour peut recevoir à l’aide de ressources aussi bien audibles que visibles. De ce fait, les données vidéo se prêtent particulièrement bien à leur étude, perturbations comme suspensions. Afin de comprendre les interprétations divergentes d’un problème de continuation d’un tour, je proposerai une étude séquentielle et multimodale de différents cas de complétions différées à la suite d’un tour collaboratif. Pour ce faire, différentes actions visibles telles que la direction du regard, les gestes, les changements de posture des participants ou encore la manipulation d’objets ont été transcrites et synchronisées avec les tours de parole et les éventuelles pauses entre les tours (voir les conventions de transcription au début de ce livre). Ce type de transcription reflète l’approche analytique de l’analyse multimodale (par exemple Goodwin, 1980, 1981 ; Mondada, 2008 ; Schmitt, 2007 ; Stivers et Sidnell, 2005). Celle-ci suggère que l’interaction sociale ne se fonde pas uniquement et exclusivement sur l’exploitation de la parole, mais aussi sur l’utilisation de tout un faisceau de ressources (ou modalités) aussi bien audibles que visibles. L’analyse de données vidéo permet de prendre en compte l’importance de constellations participatives dynamiques (Goodwin C. et Goodwin M. H., 2004), de gestes et de postures pour la compréhension tant de l’alternance des tours de parole (Mondada, 2004, 2007b, c ; Schegloff, 1984 ; Schmitt, 2005a) que de la création et de l’exploitation de l’espace interactionnel par les participants (De Stefani, 2006 ; Mondada, 2005, 2009). Il convient donc de considérer que le tour n’est pas limité par le début et la fin d’une simple production verbale, mais qu’il s’intègre dans des séquences d’action dont le développement et l’aboutissement sont constamment négociés par les acteurs sociaux. Les différents statuts participatifs tels que locuteur ou destinataire ne sont pas figés ni acquis une fois la production du tour démarrée, mais élaborés, maintenus et modifiés de façon corporelle et interactive (Goodwin, 2000) tout au long de l’accomplissement du tour.

20Une analyse multimodale des complétions différées permet de mieux comprendre la manière dont émergent des interprétations divergentes de suspensions de tour impliquant l’apparition de complétions différées à la suite de contributions collaboratives. Ce type d’analyse peut révéler comment les destinataires sont amenés à proposer des complétions collaboratives (section 3.1). Ensuite, je commenterai des cas où les participants s’orientent aussi bien vers un problème dans la production du tour que vers la continuité de la séquence initiale (3.2). Cela nous conduira à la proposition que le locuteur peut activement formater son tour comme incomplet afin d’obtenir une réponse particulière de la part de ses destinataires (3.3). La possibilité d’avoir recours à des formes de complétion différée plus ou moins marquées permet au locuteur en cours de gérer un tour long et complexe tout en s’adaptant finement aux interventions de ses interlocuteurs. En effet, la complétion d’un tour suspendu n’est pas toujours la tâche pratique vers laquelle le locuteur s’oriente en priorité. Parfois, il cherche plutôt à obtenir des manifestations de compréhension de la part de ses destinataires (3.4).

3.1. La suspension du tour : une invitation systématique à une complétion précoce ?

21Un problème pratique majeur que rencontre le destinataire d’un tour complexe est l’interprétation des suspensions régulières de ce tour. Beaucoup des pauses placées entre les UCT d’un tour complexe ne représentent pas des possibilités pour une prise de parole étendue, leur traitement comme pauses intra-tour étant visible dans les continuateurs émis par le destinataire (voir Schegloff, 1982). Certaines suspensions, surtout si elles interviennent avant la complétude syntaxique, pragmatique ou prosodique d’une UCT, peuvent appeler à d’autres actions de la part de l’interlocuteur. C’est notamment le cas des recherches de mot (Goodwin C. et Goodwin M. H., 1986 ; Goodwin, 1987 ; Lerner, 1996, p. 261-265). Si un destinataire traite ce genre de suspensions comme un problème potentiel de continuation, il peut proposer une complétion précoce, complétant cette UCT à la place du locuteur. Ce dernier peut cependant avoir une interprétation très différente des suspensions de son tour.

22Ainsi, la suspension d’un tour peut être liée à une activité parallèle (voir les « no-trouble » silences : Lerner, 1996, p. 264-265) qui demande soudain toute l’attention du locuteur. Tel est le cas dans l’exemple suivant, où la locutrice Isabelle suspend son tour (ligne 4), sans projeter d’intervention collaborative de la part de ses destinataires. De ce fait, elle ne tient pas compte de la complétion collaborative de Manuela (ligne 6), mais effectue une complétion différée :

  • 9 PRT : particule (abréviation utilisée pour un mot qui dans ce contexte ne possède pas d’équivalent (...)

Extrait 5 (RAC_po1_001603_sozusagen den anfang)9

Extrait 5 (RAC_po1_001603_sozusagen den anfang)9
  • 10 La position du verbe en allemand est plus variable qu’en français. Dans des phrases et énoncés subo (...)

23Au début de l’extrait, Isabelle poursuit son récit et précise qu’elle voulait guetter l’arrivée de ses invités et « vite allumer la caméra » (lignes 3-4). Elle projette une suite à travers le connecteur « damit »/ « pour que », mais suspend cette construction avant d’énoncer le complément et le verbe en position finale10 (ligne 4). L’intonation plutôt plate projette également une suite, mais malgré sa prise de respiration (ligne 4), Isabelle suspend son UCT à ce moment. Cette suspension est en relation avec une activité parallèle, puisque Isabelle regarde depuis le début de l’extrait ses mains qui manipulent un paquet de jambon pour l’ouvrir (début ligne 2). Juste avant la suspension de son UCT, Isabelle tourne le paquet, ce qui coïncide avec la prise de respiration et la micro-pause de la ligne 4. À la fin du mot « sozuSAgen »/ « pour ainsi dIre », elle a saisi un des coins de l’emballage pour l’ouvrir (image 1). Apparemment, la prise du paquet n’est pas adaptée à l’ouverture, puisque Isabelle commence à repositionner sa main gauche, précisément au moment de la suspension de son tour (fin de la ligne 4).

24Puisque Manuela et Dennis ne regardent pas Isabelle, mais sont également occupés avec d’autres tâches manuelles (voir image 1), la manipulation du paquet de jambon par Isabelle leur échappe. De ce fait, la suspension de l’énoncé ainsi que la prise de respiration et la micro-pause (ligne 4) sont susceptibles d’être interprétées comme relevant d’un problème dans la production du tour. Manuela propose en effet une complétion syntaxiquement adaptée (pour qu’on « voie tout »/ « alles sieht/ », ligne 6). Dennis, de son côté, exhibe uniquement la réception de l’information précédente ainsi que sa compréhension (« achs : O : / »/ « ah : d’a : cco : rd », ligne 7 ; voir Golato et Betz, 2008) et dirige son regard vers Isabelle. Celle-ci complète son tour suspendu par « den ANfang hat\ »/ « (pour qu’on) ait le débUt » (ligne 8). Cette version n’est pas très différente de celle de Manuela au niveau du sens, mais elle permet à Isabelle de maintenir son statut de narratrice et de traiter rétrospectivement la suspension de son tour comme n’étant pas une recherche de mot. Contrairement à Manuela, Dennis s’aligne clairement en tant que destinataire (ligne 7), et c’est probablement pour cette raison qu’Isabelle se tourne brièvement vers lui et réceptionne ce tour par un « naja : / \ »/ « (ben oui : ) » (ligne 8).

25Alors qu’aussi bien la complétion précoce de Manuela que la complétion différée d’Isabelle émergent dans l’exemple 5 dans un contexte de multiactivités et en l’absence de regards mutuels (les deux relèvent donc essentiellement d’un problème de coordination entre les participants), l’extrait 6 montre qu’une suspension de tour peut être plus ambiguë même en cas de regards mutuels. Ici, Yves projette au niveau multimodal une recherche de mot potentielle (lignes 5-6), ce qui donne lieu à une complétion collaborative – quoique légèrement en retard – de la part de Nadine (ligne 8) :

Extrait 6 (PM_013042_suggéré cash)

Extrait 6 (PM_013042_suggéré cash)
  • 11 Bga/Bdr : bras gauche, bras droit ; Pouv : paume ouverte.

Note11

26Cet extrait est issu d’une longue discussion entre Yves, Nadine et Victor sur le réalisateur américain Michael Moore (« lui », ligne 5). Dans un tour complexe, Yves contraste la manière de faire des films de Moore avec le cinéma classique qui « suggère » et raconte des choses « de façon indirecte » (lignes 1, 3), ce qui est reçu par un continuateur de la part de Nadine (ligne 2). Yves suspend la deuxième partie de son tour avant une complétude syntaxique potentielle (ligne 5), ce qui projette un adjectif comme suite possible. Après une pause brève de 0.2 seconde, Yves continue et auto-complète son tour, mais Nadine propose presque simultanément une suite de son énoncé incomplet (lignes 7-8). L’augmentation du volume et l’accélération dans la suite du tour montrent qu’Yves traite l’intervention de Nadine comme potentiellement concurrentielle, bien qu’elle soit syntaxiquement adaptée et collaborative. C’est notamment la transcription multimodale qui montre pourquoi Nadine interprète la suspension de l’énoncé par Yves comme une recherche de mot potentielle.

27Yves dirige son regard vers le bas lorsqu’il continue son tour complexe (ligne 5). Simultanément, il effectue des mouvements circulaires avec son avant-bras gauche, la paume ouverte de la main tournée vers le haut (image 2). Il maintient la direction de son regard ainsi que ce mouvement lorsqu’il commence à manifester une hésitation dans son tour (allongement sur « vraiment » et hésitation, ligne 5, image 3) et lors de la petite pause qui suit (ligne 6, image 4). Sa posture et ses mouvements renvoient donc à une possible recherche de mot en cours (Goodwin C. et Goodwin M. H., 1986).

28L’auto-sélection de Nadine (ligne 8) complète l’énoncé suspendu d’Yves en proposant l’adjectif « cash ». Yves ne tient pas compte de cette intervention collaborative. Au contraire, après l’auto-complétion de son tour par l’adjectif « direct » (ligne 7), il continue son énoncé avec un formatage compétitif : il augmente le volume, effectue une auto-répétition (Schegloff, 1987 ; Oloff, 2009, p. 129-286) d’une partie de son tour. Il regarde d’abord Victor, ensuite Nadine et commence à avancer son bras gauche vers elle (image 5). Finalement, il effectue un geste similaire couplé avec un regard en direction de Victor (image 6). De ce fait, il traite l’intervention de Nadine comme non pertinente, voire problématique, et s’oriente vers la continuité de son propre tour. Il manifeste ainsi que la complétion collaborative de la part de Nadine n’était pas une intervention nécessaire et appropriée à ce moment-là.

29Même s’il manifeste à un moment donné, par le biais d’une suspension de son tour, d’une certaine posture ou de certains gestes, qu’il rencontre un problème dans la continuité de son tour, le locuteur peut traiter une intervention collaborative d’un coparticipant comme une action non pertinente et montrer que son tour suspendu est toujours en cours. Une complétion différée (extrait 5, ou une continuation marquée, extrait 6) à la suite d’une proposition de complétion témoigne donc d’interprétations divergentes de la suspension du tour : le destinataire s’oriente vers un problème de continuation du tour et donc vers une possibilité d’intervention collaborative, tandis que le locuteur traite la complétion collaborative comme une action concurrentielle ou non pertinente.

30Dans les deux exemples, les destinataires interprètent la suspension comme étant un problème de recherche de mot et proposent des complétions. Mais le locuteur ne tient pas compte de ces interventions collaboratives et effectue une complétion différée. Cela montre qu’un locuteur qui suspend la production de son tour par une pause ou par des perturbations ne projette pas systématiquement la complétion de celui-ci par un destinataire. La prochaine section montrera que le locuteur peut en effet chercher à obtenir d’autres types de réponse de la part de ses coparticipants.

3.2. Problèmes dans la continuité du tour : recherche de mot ou poursuite de la compréhension ?

31Afin de mieux comprendre la présence des complétions différées à la suite d’interventions intercalaires collaboratives, il est intéressant d’étudier de plus près les formats d’action que peuvent adopter les coparticipants lors d’un problème audible ou visible rencontré par le locuteur dans la progression de son tour. Alors que dans les exemples précédents (extraits 5 et 6), les interlocuteurs ont choisi d’effectuer une complétion collaborative simple de l’énoncé suspendu, les extraits 7 et 8 illustrent qu’un destinataire peut adopter des formats d’action hybrides. Dans ces exemples, la première action effectuée n’est pas la complétion de l’énoncé suspendu du locuteur en cours, mais une réponse qui exhibe la compréhension du tour jusque-là. La complétion collaborative est effectuée seulement ensuite. De manière intéressante, dans ces cas, le locuteur en cours choisit d’intégrer la complétion collaborative dans la suite de son tour en la répétant (Oloff, 2011a, b). Cela correspond à une forme non marquée de la complétion différée :

Extrait 7 (Saxe_t1_001914_pour eux)

Extrait 7 (Saxe_t1_001914_pour eux)

32Jean-Baptiste informe Sophie des résultats d’une rencontre professionnelle avec une certaine Mélanie Richet (ligne 1). Après avoir rapporté que celle-ci estime que « le brief » proposé par leur agence marketing est « très très bien fait » et « très très complet » (lignes 2-3), il commence à hésiter lorsqu’il évoque les conséquences de cette évaluation positive (introduite par « donc », ligne 3). Suite à une petite hésitation sur « de : » (ligne 3), Sophie produit un continuateur (ligne 4). Mais Jean-Baptiste exhibe, visible dans la pause (ligne 5) ainsi que dans la répétition allongée du « de » (ligne 6), un problème de continuité dans la production de son tour. Sophie s’auto-sélectionne (ligne 7) et produit d’abord un « ben oui », pendant lequel Jean-Baptiste continue de façon audible sa recherche. Sophie produit ensuite une continuation possible, quoique syntaxiquement inadaptée, du tour suspendu, « pour eux », et ajoute des response tokens (« ouais bien sûr »). Jean-Baptiste ne répond pas explicitement à cette intervention, mais hétéro-répète la bribe proposée « pour eux » et l’intègre dans la suite de son tour (lignes 8-9). Au lieu de proposer tout de suite une complétion collaborative adaptée, Sophie effectue surtout un autre type d’action : elle manifeste d’abord sa compréhension du tour émergent, et ne propose qu’ensuite une bribe qui pourrait compléter l’énoncé de Jean-Baptiste. Bien que cette bribe soit « inadaptée » et modifie la construction syntaxique émergente (lignes 3, 6), la réponse de Sophie semble représenter un format d’action approprié pour Jean-Baptiste, puisque son interlocutrice exhibe sa compréhension et lui permet de rebondir sur sa trajectoire argumentative initiale.

33Dans l’extrait 8, Fabien répond de façon similaire à un problème de formulation de la part de Jean-Baptiste. Ce problème émerge alors que ce dernier est en train d’expliquer à ses coparticipants que les résultats des questionnaires sur le comportement des consommateurs sont peu fiables. Au début de l’extrait, Jean-Baptiste est en train de reformuler son affirmation, car Fabien vient d’initier une réparation (« je comprends pas ce que tu veux dire », non cité ici). Cette initiation de réparation engendre des problèmes croissants de formulation, visibles également dans la tentative de Fabien de proposer une reformulation de son côté (ligne 3) :

Extrait 8 (Saxe_v2_003036_de généraliser)

Extrait 8 (Saxe_v2_003036_de généraliser)

34Lors de son tour, Jean-Baptiste commence à agiter ses mains devant son torse avec les paumes tournées vers le haut (ligne 2), mouvement qu’il transforme ensuite en un mouvement plus ample et légèrement circulaire vers le haut (ligne 4, image 7). Il hésite sur le verbe « indui : re » (ligne 4), puis entame une nouvelle reformulation par « enfin » et suspend son tour après « de le : » (ligne 4). Cette hésitation, la voix basse ainsi que la répétition du mouvement de ses bras vers le haut (image 8) qui se poursuit lors de la pause de 0.6 seconde (ligne 5) manifestent un problème dans la continuité de son tour.

35Après avoir regardé Fabien pendant 0.4 seconde (ligne 5), Jean-Baptiste tente de poursuivre son tour par une nouvelle construction syntaxique émergente (« °t’as envie d’dire tiens : : : ° », ligne 7). La voix toujours basse, l’allongement sur « tiens : : : » ainsi que la répétition du mouvement vertical de ses bras (image 9) montrent que le problème de formulation persiste. Fabien prend la parole en chevauchement (ligne 6), d’abord par un « ouais », ensuite en proposant une suite possible de l’énoncé tel qu’il a été suspendu par Jean-Baptiste à la ligne 4 (« de généraliser ») ; finalement il ajoute un autre « ouais ». Comme dans l’exemple précédent, Jean-Baptiste poursuit son tour en intégrant cette bribe, tout en la développant par la suite (même s’il abandonne son tour après l’auto-sélection de Fabien en chevauchement, lignes 8-9). La transcription multimodale montre que la fin du troisième mouvement des bras vers le haut se termine juste avant l’hétéro-répétition de la bribe.

36Dans ces deux derniers extraits, la complétion collaborative est particulière en ce sens qu’elle est encadrée par des response tokens qui manifestent la compréhension du tour incomplet. De ce fait, la complétion en elle-même n’est pas la première action effectuée lors de la prise de parole du destinataire. Elle est réceptionnée par une hétéro-répétition du locuteur, même si celle-ci n’est pas complètement adaptée à la construction syntaxique émergente du tour tel qu’il a été suspendu. De ce fait, les destinataires (Sophie, extrait 7 ; Fabien, extrait 8) s’orientent vers une réponse qui ne propose pas simplement une solution à une recherche de mot : avant tout, elle déploie une compréhension de ce qui est en train d’être dit et permet au locuteur de continuer son tour. Cela est également visible dans le fait que Fabien (extrait 8) effectue de multiples hochements de tête avant que Jean-Baptiste suspende son tour, jusqu’à sa prochaine prise de parole (lignes 4-6) : « While the nod might be simply a display of heightened attentiveness, it seems much more likely that the nod is in fact an answer to the solicit, i.e., an assertion by the recipient that [he] has some sort of adequate comprehension of what the speaker is trying to say » (Goodwin C. et Goodwin M. H., 1986, p. 71). L’exemple 8 montre de manière particulièrement claire que c’est notamment cette manifestation de compréhension que le locuteur attend voire sollicite de ses destinataires. Le fait que Jean-Baptiste porte son regard sur Sophie lorsqu’il entame une nouvelle UCT (« °enfin de le : \° », ligne 4 ; voir image 8) montre qu’il traite cet instant comme un moment possible pour une intervention de la part de Sophie. Cela rappelle par ailleurs les exemples de Goodwin (1981) de redémarrages en début de tour afin d’établir un regard mutuel. Puisque Sophie ne répond pas, mais continue de regarder vers le bas (image 8), Jean-Baptiste se réoriente vers Fabien durant la pause (ligne 5, voir image 9). Ce bref changement d’orientation du locuteur ainsi que la réponse visible et audible que propose Fabien par la suite montrent que la manifestation d’une « recherche » dans un tour en cours, même si celle-ci est déployée de manière publique, ne relèvent pas uniquement et forcément d’un problème d’accès à un ou des mots précis.

37Dans ces exemples, la suspension invite tout d’abord les destinataires à participer au développement du tour complexe. Les réponses hybrides qui à la fois réceptionnent et complètent le tour montrent que les destinataires visent principalement à faire progresser le tour complexe de l’autre.

3.3. La complétion différée comme moyen de gestion de tours complexes

38La suspension d’un tour émergeant peut être un procédé récurrent pour inviter les destinataires à des formes particulières de coparticipation. De ce fait, un « problème » dans la production du tour peut être une ressource pour accentuer l’implication des destinataires dans la séquence en cours (voir Goodwin, 1987). Dans ces cas, la complétion différée permet au locuteur de gérer les interventions de ses coparticipants, ce qui est illustré par l’exemple 9. Il est tiré d’une explication que Jean-Baptiste adresse à Sophie concernant le cycle de vie de produits au supermarché. Puisque les ventes d’un nouveau produit baissent « (au bout d’) neuf mois », les grandes surfaces cherchent à le remplacer (lignes 1-3). Par une suspension (ligne 7), Jean-Baptiste invite ses interlocuteurs à intervenir dans cette séquence d’explication :

Extrait 9 (SAXE_ms_011540_constamment des nouveaux produits)

Extrait 9 (SAXE_ms_011540_constamment des nouveaux produits)

39Pendant la pause avant et suivant le « voi€là\€ » de Sophie (lignes 4-6), Jean-Baptiste commence d’abord à faire des mouvements avec son bras droit, ensuite avec ses deux bras, qui effectuent des mouvements latéraux répétés à droite et à gauche, représentant le remplacement de produits dans les supermarchés (voir le verbe « remplacer », ligne 3). Ce mouvement continue au moment où Jean-Baptiste débute une nouvelle UCT (« et du coup : /euh\ granprix/euh : € : : \€ », ligne 7), durant laquelle il regarde d’abord Sophie (image 10), ensuite Fabien (image 11). Bien qu’il suspende son tour après avoir énoncé le nom de la grande surface (« granprix/euh : € : : \€ »), Jean-Baptiste continue à bouger ses bras, faisant maintenant des gestes circulaires en alternant ses bras (lignes 8-10).

40Après une micro-pause et un raclement de gorge, Sophie acquiesce et complète le tour de Jean-Baptiste (« et du coup : /euh\ granprix/ euh : : € : : €\ » → « OUais joue avec °ça° », ligne 9). Pendant cette complétion, Jean-Baptiste tourne son regard vers elle, de manière que les deux se regardent mutuellement (image 12). Le geste circulaire latéral de Jean-Baptiste continue pendant le tour de Sophie, indiquant la continuité de son droit à la parole. Il poursuit son tour en un léger chevauchement par une répétition de la complétion de Sophie (ligne 10), effectuant une complétion différée non marquée. Jean-Baptiste s’approprie les mots de Sophie en y ajoutant le gérondif « en remplaçant » ainsi que des particules de rire (« j : oue av(h)ec (h : ) ç : (H) a : heu (h)en r(h)emplaç(h)ant/h : : », lignes 10-11). Pendant cette complétion différée, il continue à faire un mouvement circulaire avec ses bras, cette fois de l’avant vers l’arrière, et se retourne vers Fabien (image 13). Ainsi, Jean-Baptiste semble s’orienter vers une réponse de la part de son deuxième interlocuteur.

41Or, Fabien, même s’il regarde Jean-Baptiste, ne manifeste aucune réaction verbale ni corporelle. Jean-Baptiste se tourne de nouveau vers Sophie à la fin de son tour (ligne 11), mais celle-ci regarde maintenant devant elle (image 14). Ce détachement visible est suivi d’une nouvelle auto-sélection (lignes 12-13), dans laquelle Sophie formule la conséquence de ce que Jean-Baptiste vient d’exposer : « i’ y A constamment/ des nouv(h) eaux p(h)rod(h)uits » chez Granprix. Les particules de rire (ligne 13) manifestent un alignement avec Jean-Baptiste, mais l’absence de connecteur (qui ferait plus clairement de ce tour une extension de celui de Jean-Baptiste), le détournement de son regard, le geste circulaire qu’elle effectue avec sa main droite (image 15) – qui reprend de manière plus minimale le même geste qu’avait adopté Jean-Baptiste (voir images 12 et 13) – manifestent qu’elle projette une possible clôture de cette séquence. La clôture est d’autant plus pertinente que ce tour de Sophie exhibe sa compréhension de l’explication précédente, d’autant plus qu’il est formaté comme une affirmation (et non comme une suggestion, voir l’intonation montante de sa complétion collaborative, ligne 9).

42Jean-Baptiste traite ce tour de Sophie comme plus problématique que le précédent, puisqu’il dépasse le format de manifestation de compréhension / prise en compte que projette la continuation de son tour complexe (lignes 10-11). Cela s’exprime par son choix de débuter sa prise de parole à un moment précis : lors de sa prise de parole précédente, il chevauchait à peine la fin du tour de son interlocutrice (lignes 9-10), alors qu’ici il commence sa complétion différée au milieu du tour de Sophie (lignes 13-14). Jean-Baptiste adopte également un formatage compétitif, avec un volume et une accélération importants (« et : >COMMEI’DI : Sent</euh\ d’façon les innovatiOns : / », ligne 14). Par le connecteur « et : », il lie cette prise de parole à la partie précédente de son tour. De plus, tout de suite après avoir énoncé le connecteur, il tourne son regard rapidement vers la table et vers ses notes, baissant son torse en même temps (voir image 16). Cela rompt avec la stabilité de sa posture précédente ainsi qu’avec l’alternance régulière de son regard entre Fabien et Sophie.

43Le changement de position de Jean-Baptiste peut aussi s’expliquer si l’on tient compte de l’orientation de Fabien : lors de la prise de parole possiblement conclusive de Sophie, Fabien commence à la regarder (ligne 12), ce qui est visible pour Jean-Baptiste qui vient de se tourner vers Fabien. Jean-Baptiste est donc non seulement en absence de contact visuel avec ses deux destinataires, mais en plus, le regard de Fabien vers Sophie projette une modification possible du cadre participatif. Cela est visible premièrement dans l’alternance fréquente du regard de Fabien entre Sophie et Jean-Baptiste pendant cet extrait (à partir de la ligne 4), deuxièmement dans sa prise en compte explicite du tour de Sophie, finement coordonnée avec la complétude de ce tour (ligne 15), ce qui montre qu’il s’oriente également vers une fin de l’explication de Jean-Baptiste. Par l’emploi d’une complétion différée marquée, Jean-Baptiste évite que l’interaction entre Fabien et Sophie se développe davantage.

44Cet extrait montre que le formatage de la complétion différée est sensible au type d’intervention qu’effectue le destinataire. Le locuteur d’un tour complexe peut gérer l’espace d’intervention de ses destinataires à l’aide de la complétion différée et de ses formatages variés (Oloff, 2008) : ici, la première intervention de Sophie, qui s’aligne avec sa trajectoire syntaxique et thématique et exhibe surtout la compréhension, est traitée comme moins problématique ; la deuxième, qui projette une éventuelle clôture de cette séquence et une modification du cadre participatif, est traitée comme plus problématique. Comme nous allons le voir dans la prochaine section, la présence d’une complétion différée marquée à la suite de complétions collaboratives exhibe plus spécifiquement l’orientation du locuteur vers une manifestation de compréhension de la part de ses destinataires ainsi que vers la continuité de son propre tour.

3.4. Poursuite de la compréhension : la complétion différée marquée après des complétions collaboratives

45Lors d’un tour complexe, le locuteur s’attend à des manifestations d’attention et de compréhension régulières de la part de ses destinataires. Parfois, le locuteur semble même formater son tour de façon à inviter ce genre d’interventions, par exemple en y insérant de brèves suspensions d’une UCT. De deux choses l’une : ou bien ces moments relèvent plus clairement d’un problème de formulation ou de recherche de mot (extrait 10) ; ou bien ils semblent être plus activement formatés comme des invitations à produire une réponse (extrait 11). Dans les deux cas, le locuteur ne cible pas la complétion de son tour (et la résolution explicite de la recherche de mot), mais projette une intervention du type manifestation de compréhension de la part des coparticipants. De ce fait, il effectue une complétion différée placée à la suite d’une manifestation de compréhension minimale, mais qui chevauche le tour intercalaire collaboratif. Ainsi, il traite la réponse minimale (tels un hochement de tête ou un « oui ») comme suffisante pour poursuivre son tour.

46Dans l’extrait 10, les participants discutent des enregistrements d’interactions et des éventuelles répercussions négatives de la présence d’une caméra. Dennis vient de suggérer de faire des enregistrements dans une cour de récréation, avec des caméras installées sur un toit, afin de créer un dispositif d’enregistrement le moins invasif possible. En réponse à cette idée, Isabelle explique qu’il faudrait des micros-cravates pour capter le son (lignes 1-2). Isabelle montre des difficultés dans la formulation d’un terme particulier, sur laquelle Dennis intervient de façon collaborative. Isabelle poursuit son tour par une complétion différée marquée, ce qui montre qu’elle s’oriente moins vers la proposition d’un terme précis de la part de ses interlocuteurs que vers une reconnaissance de ce qu’elle cherche à décrire. Lors de son explication, Isabelle utilise la traduction littérale du mot français (« krawatten : mikro : / »/ « micro-cravate »), sur lequel elle initie aussitôt une auto-réparation (le terme équivalent en allemand étant plutôt « Ansteckmikro », « microphone à attacher »), s’orientant vers l’inexactitude du terme « krawatten : mikro : » (« oder wie d- sagt man »/ « ou comment d- est-ce qu’on dit », lignes 2, 4). Avant même de mentionner le terme réparable « krawatten : mikro : / », Isabelle touche de la main droite sa gorge et le col de son tee-shirt, tirant sur lui à plusieurs reprises lorsqu’elle initie la réparation (image 17). La première chance pour reconnaître l’objet qu’elle décrit (juste après le mot « krawattenmikro », ligne 2) n’est pas saisie par ses interlocuteurs : Dennis regarde Isabelle dès le début de l’extrait, mais ne produit qu’un raclement de gorge à ce moment-là (ligne 3). Il n’est donc pas surprenant qu’Isabelle maintienne son geste et son regard vers Dennis lorsqu’elle suspend son tour sur « so ‘n : : \ »/ « genre un : : \ » (ligne 4). Malgré cette incomplétude syntaxique, Dennis aussi bien que Manuela manifestent qu’ils reconnaissent l’objet décrit, Dennis par un « ja : : : : \ »/ « oui : : : : » allongé (ligne 6), Manuela par un « mhm : » et un hochement de tête (ligne 7). Juste après ces réponses minimales, Isabelle lâche le col de son vêtement et complète son tour avec la bribe d’une autre description possible, « knOpf »/ « boutOn » (ligne 8). Isabelle ne complète pas ce mot possiblement composé (« knOpf(mikro) »), mais inspire longuement, ce qui projette une nouvelle UCT au sein de sa complétion différée. Or, juste après son « oui », Dennis continue et formule une version alternative, à savoir « so ‘ne komplette (klei : n/) (marken) ausrüstung\ » / « genre un (mini-) équipement complet (de marque) » (ligne 6).

Extrait 10 (RAC_po1_001028_Krawattenmikro)

Extrait 10 (RAC_po1_001028_Krawattenmikro)

47La proposition de Dennis continue en chevauchement avec la nouvelle UCT dans la complétion différée d’Isabelle. Cette UCT est rattachée à ce qui précède par le connecteur « und »/ « et » (ligne 8). Isabelle augmente aussi bien le volume que le débit de ce tour, s’orientant vers le caractère potentiellement concurrentiel du tour de Dennis. Dans sa complétion différée, elle ne tient pas compte de la proposition de ce dernier mais évoque un autre équipement spécial pour l’enregistrement, des caméras lunettes. Comme pour l’objet précédent, elle forme un geste iconique avant d’énoncer le mot, portant ses mains successivement devant ses yeux en formant des lunettes (image 18). De cette manière, elle rompt le regard mutuel entre elle et Dennis lors du chevauchement. Alors qu’elle manifeste également des difficultés avec la formulation de ce mot, Dennis n’intervient que de façon minimale (ligne 11 ; terminal item completion : Lerner, 1996), sa complétion étant cette fois finement coordonnée avec le tour d’Isabelle. Celle-ci n’adopte pas de formatage compétitif cette fois-ci.

  • 12 « […] it does not appear at all unlikely that the recipient could be in a position to claim adequat (...)

48La recherche de mot de la part d’Isabelle est ici potentiellement formatée comme publique, ce que montre surtout son regard continu vers son destinataire principal, Dennis (vs une recherche de mot privée : voir Goodwin, 1987). Mais la manifestation de compréhension de la part de ses interlocuteurs (notamment le « ja : : : : \ »/ « oui : : : : » de Dennis) semble être suffisante pour qu’Isabelle s’oriente vers une continuation, le mot recherché ayant été reconnu à toutes fins pratiques (voir Goodwin C. et Goodwin M.H., 198612). La tâche poursuivie par Isabelle n’est donc pas de trouver le mot exact, ce que manifestent aussi sa propre alternative « knOpf »/ « boutOn », mot composé incomplet, ainsi que son enchaînement direct par une nouvelle UCT. Ni pendant le chevauchement, ni par la suite elle n’exhibe une prise en compte de la proposition de Dennis. Ayant effacé la pertinence de cette contribution, Isabelle continue son tour complexe sans qu’une séquence de réparation ait pu se développer.

49Ni la manifestation d’une hésitation ni le fait d’avoir le regard tourné vers un interlocuteur pendant une suspension du tour ne sont donc des « signes » explicites que le locuteur attend une complétion collaborative de la part d’un destinataire. L’exemple 11 illustre ces deux possibilités qui apparaissent lors d’un tour complexe de Jean-Baptiste. Ici, il vient d’évoquer que la création de biscuits « Marquise » haut de gamme pourrait modifier la décision d’achat des consommateurs. Créer un biscuit encore meilleur repositionnerait le haut de gamme actuel au milieu de la gamme et renforcerait les ventes de ce dernier, car les consommateurs ont tendance à acheter le milieu de gamme. Jean-Baptiste illustre ce changement de comportement d’achat en donnant l’exemple de « la mère » faisant ses courses au supermarché (ligne 5).

Extrait 11 (SAXE_ms_012924_j’achète moins bien)

Extrait 11 (SAXE_ms_012924_j’achète moins bien)

50Au début de l’extrait, Jean-Baptiste hésite dans la progression de son tour sur l’article « le : : : ° : : °\ » (ligne 2). Cela est lié à la préparation de l’activité d’écriture, pour laquelle il baisse sa main droite qui tient le stylo. Fabien intervient en chevauchement lors de cette hésitation et propose une complétion de ce tour (« ou un marquise pour adultes », ligne 3). Ce tour n’est pas complètement adapté à la syntaxe de la construction de Jean-Baptiste (« si tu crées le » → « x », lignes 1-2) et annonce une version alternative (introduite par « ou »). Jean-Baptiste ne tient donc pas compte de cette alternative. Après son tour, il tourne son regard vers Sophie, qui le regarde de manière constante, et poursuit avec la deuxième composante de sa construction bipartite (« si tu crées le SUper haut de gAmme/ » → « ben la mère forcément elle va s’di : re », lignes 5-6).

51Sophie manifeste alors un plus grand alignement, car elle hoche régulièrement la tête et a adopté une posture stable envers Jean-Baptiste. Ce dernier projette le discours rapporté de la part d’une mère imaginaire, cliente d’une grande surface, devant le rayon des biscuits (« ben la mère forcément elle va s’di : re », lignes 5-6). Le regard de Jean-Baptiste, qui a brièvement dévié vers le haut, retourne vers Sophie lorsqu’il suspend son tour (voir Goodwin, 1987). À ce moment, il effectue un mouvement parallèle des deux bras, qu’il baisse pour les maintenir en suspension juste au-dessus de la table, les paumes tournées vers le haut (voir image 19). La combinaison de cette posture, de la direction de son regard vers elle ainsi que de la suspension de son tour est interprétée par Sophie comme une place de transition pertinente (voir Goodwin, 1987, p. 118) : elle prend la parole et propose une suite au tour de Jean-Baptiste (ligne 7). Par un hochement de tête qui accompagne ce tour, Sophie montre sa compréhension. Tout de suite après cette manifestation visible de compréhension (après « j’achète », ligne 7), Jean-Baptiste détourne rapidement son regard et effectue une complétion différée (« AH », ligne 8). Cette interjection au volume marqué fait visiblement partie du discours rapporté de « la mère » que Jean-Baptiste avait projeté dans son UCT précédente ; simultanément, il effectue des mouvements de haut en bas, imitant le regard de la mère parcourant le rayon de biscuits imaginaire (image 20).

52Jean-Baptiste ne tient pas compte du tour de Sophie et continue le mouvement vertical de sa main qu’il suit de son regard (ligne 9, image 21). Sophie propose une suite adaptée à la projection de Jean-Baptiste, puisqu’elle formate son tour en adoptant la perspective de « la mère » au supermarché (« j’achète moins bien »). Cependant, Jean-Baptiste formule sa propre version du discours rapporté lorsqu’il retourne finalement son regard vers Sophie (ligne 10, image 22). Alors que Sophie propose une sorte de conclusion au sein du discours rapporté, Jean-Baptiste souligne le processus de découverte de la cliente imaginaire. Le « AH » correspond au moment où la mère repère le « SUper haut de gAmme/ » dans le rayon, ce qui coïncide avec le point le plus haut du mouvement vertical de la main de Jean-Baptiste (voir image 20). Comme Jean-Baptiste continue à mimer le processus de repérage des produits dans le rayon, il ne développe pas verbalement son tour pendant 0.8 seconde (lignes 9-10).

53Lors de la continuation du tour par Jean-Baptiste (ligne 10), Sophie exhibe encore une fois sa compréhension par un hochement de tête (visible pour son interlocuteur qui la regarde à ce moment-là, voir image 22). De ce fait, la poursuite du discours indirect de la mère ne semble plus être nécessaire : Jean-Baptiste ne complète pas sa construction syntaxique « est-ce que j’prends », mais enchaîne avec une sorte de conclusion (introduite par « du cOUP/ », lignes 10-11). C’est seulement là qu’il baisse la main gauche complètement, rendant visible la fin de la gestalt gestuelle. Sophie manifeste encore une fois sa compréhension, cette fois par un « ouais » multiple et un nouveau mouvement d’acquiescement de sa tête (ligne 12, qui s’oriente probablement vers le fait qu’elle a déjà compris et qu’une autre élaboration de la part de Jean-Baptiste n’est plus nécessaire : voir Stivers, 2004).

54Dans cet exemple, les deux participants s’orientent vers la pertinence d’actions suivantes différentes : Sophie interprète la suspension du tour de Jean-Baptiste comme une demande de complétion ou d’aide à la complétion. Jean-Baptiste, quant à lui, semble uniquement projeter une manifestation de compréhension de la part de son interlocutrice. Cette compréhension étant visible dans le hochement de tête en début du tour intercalaire de Sophie, Jean-Baptiste poursuit par une complétion différée. Il efface de cette façon la continuation possible que propose Sophie et évite qu’elle s’implique davantage dans cette séquence d’explication, c’est-à-dire au-delà de son statut de destinataire.

55Dans les derniers exemples, nous pouvons observer deux orientations potentiellement contradictoires de la part du locuteur en cours. D’un côté, il s’oriente visiblement vers un (de ses) destinataire(s) avant et pendant la suspension, parfois même par un geste, invitant donc à contribution. De l’autre, il chevauche ce même participant peu après l’avoir sollicité et ignore sa contribution, poursuivant sa propre trajectoire par une complétion différée marquée. Ces orientations successives vis-à-vis d’un destinataire peuvent paraître contradictoires. Mais lorsque l’on observe les débuts des tours intercalaires ainsi que les ressources multimodales qui y sont mises en œuvre, on découvre que les complétions différées débutent quand le destinataire a déjà exhibé sa compréhension. Cette compréhension peut être déployée de façon verbale (par un « ja »/ « oui » ou un « mhm : », extrait 10) ou de façon visible (un hochement de tête, extraits 10 et 11). C’est vers cette compréhension perceptible que s’oriente le locuteur à la suite de sa suspension. Dès l’apparition d’une manifestation de compréhension du côté du destinataire, le locuteur poursuit son tour. La complétion différée permet ainsi de délimiter l’intervention du coparticipant et d’assurer la progression du tour complexe sous le contrôle du locuteur. En adoptant un formatage compétitif sonore et en détournant le regard de son destinataire, le locuteur manifeste de façon visible et audible qu’il ne souhaite pas dévier de sa propre trajectoire séquentielle.

4. Conclusion

56Ce chapitre s’est intéressé aux complétions différées, plus particulièrement à celles qui interviennent après l’intervention collaborative d’un coparticipant. Dans les analyses, j’ai présenté différents cas d’interventions collaboratives après une suspension de tour et la manière dont elles sont reçues. Les extraits 5 et 6 montrent qu’une perturbation dans le tour appelle fréquemment une complétion collaborative de la part du destinataire. Cependant, le locuteur peut, par le biais d’une complétion différée, exhiber que cette complétion est une action non pertinente, voire concurrentielle. Le problème pratique d’interprétation des suspensions de tour apparaît dans la diversité des types de réponses que peut fournir un coparticipant. Les extraits 7 et 8 offrent des exemples de réponses hybrides qui à la fois réceptionnent et complètent le tour suspendu. Leur format minimal ainsi que le formatage non concurrentiel des complétions différées du locuteur montrent que tous les participants visent d’abord la progression du tour complexe. C’est également visible dans les formatages variés de la complétion différée (voir extrait 9). Une réponse adaptée de la part du destinataire va engendrer des complétions différées produites avec peu de chevauchement, un formatage sonore non compétitif ainsi qu’avec des éléments répétés. Mais si l’intervention du destinataire dépasse le format d’action projeté par le locuteur, il est susceptible de reprendre la parole en chevauchant le tour de son interlocuteur clairement avant sa fin et en adoptant un formatage compétitif. Cependant, une complétion différée de ce type n’implique pas que le locuteur ignore complètement les actions de son coparticipant. Comme le montrent les extraits de la dernière section (extraits 10 et 11), le locuteur poursuit son tour après que les destinataires ont manifesté leur compréhension. Dans ces cas, le locuteur traite le déploiement audible ou visible de compréhension comme une action suffisante de la part du destinataire pour continuer son tour.

57Les complétions différées à la suite de tours collaboratifs se caractérisent souvent par un formatage spécifique, que j’ai appelé non marqué : il n’y a que très peu sinon pas de chevauchement, le formatage sonore est non compétitif et il y a intégration du matériel fourni par le destinataire. Ce formatage contraste avec les complétions différées marquées, qui, elles, débutent fréquemment au milieu de l’UCT du tour intercalaire, n’intègrent pas le contenu lexical du tour intercalaire et possèdent des formats sonores compétitifs (augmentation du volume, accélération, auto-répétitions). Ces deux types de complétion différée ont été illustrés de manière exemplaire par l’extrait 9, mais il semble également exister des formatages plus hybrides que l’on pourrait situer sur un continuum (voir Oloff, 2008). Une complétion différée qui intègre des éléments du tour intercalaire collaboratif montre que ce dernier a effectivement proposé une solution à un problème dans la production du tour. Cependant, le locuteur vise avant tout la continuité de son tour : au lieu de le suspendre et de faire émerger une séquence latérale de réparation, le locuteur s’oriente vers une progressivité maximale de sa prise de parole et vers la conservation du statut de destinataire de son interlocuteur. Si au contraire une complétion différée n’intègre pas d’éléments du tour intercalaire collaboratif et est formatée de manière plutôt marquée, cela montre que pour le locuteur l’énoncé suspendu n’était pas à compléter. Dans ces cas, la complétion différée débute après une manifestation audible ou visible de compréhension de la part du destinataire, qui est alors une réponse suffisante à la perturbation ou à la suspension du tour.

58Les différents extraits de ce chapitre montrent que la complétion différée est un outil pour gérer des tours complexes, plus précisément, pour accomplir la tâche pratique de développer un tour long tout en gérant une implication suffisante mais limitée des coparticipants. Alors que la complétion différée soutient toujours la progressivité du tour complexe, ses formatages variés permettent de s’adapter finement au degré de participation manifesté par les interlocuteurs. De manière générale, la présence de la complétion différée témoigne d’un problème pratique auquel le locuteur est confronté lors de la formulation d’un tour complexe : d’un côté, il doit défendre son droit à la parole au-delà de plusieurs places de transition pertinentes et de ce fait limiter les interventions potentiellement divergentes et concurrentielles de ses interlocuteurs ; de l’autre, il vise à obtenir une attention constante de la part de ses coparticipants et à susciter des manifestations régulières de compréhension de leur part.

59De même, les interlocuteurs interprètent constamment les moments de complétude potentielle et les suspensions de tours complexes afin d’effectuer différents types de réponses, tels que des continuateurs, des évaluations, des manifestations de compréhension ou des complétions collaboratives. Les suspensions de tour sont de nature variable : il peut s’agir d’une suspension de construction syntaxique, de méta-commentaires faisant référence à une recherche, ou encore d’une combinaison entre des perturbations verbales et des gestes répétés ou des postures et directions de regard caractéristiques des recherches de mot. Les différents types de réponse montrent que les interlocuteurs identifient des problèmes variés dans la progressivité du tour complexe. Si leur réponse ne représente qu’une complétion simple (sans ajout de particules de réponse), ils interprètent la perturbation comme relevant d’une recherche de mot uniquement. Au contraire, la réception d’une suspension par un « oui » ne tient pas compte de la nécessité d’aider le locuteur en cours à formuler son tour. L’ambiguïté des suspensions et perturbations est visible dans des formes hybrides de réponse : celles-ci proposent d’abord une réponse simple qui manifeste la compréhension, ensuite une complétion plus ou moins adaptée au tour suspendu. En effet, ces réponses hybrides font suite à des suspensions de tour qui semblent inviter à une coparticipation plus forte que les recherches de mot simples, notamment lorsque le locuteur cherche le regard de ses interlocuteurs.

60Par conséquent, il semble nécessaire d’établir une analyse fine des différents types de suspension et de perturbation d’un tour ainsi que des réponses qu’ils reçoivent. D’un côté, une suspension de tour peut être liée à une activité parallèle, une recherche de mot, un désalignement, un topic délicat, une invitation à la coparticipation, etc. De l’autre, un interlocuteur peut répondre de différentes manières à une suspension de tour, par exemple par une complétion collaborative simple, une particule de réponse simple, des formes hybrides avec une combinaison de particules de réponse et de complétion, ou encore par d’autres types de développement thématiquement aligné du tour suspendu. Afin de révéler le lien systématique entre le type de suspension et les différentes réponses possibles, il faut également tenir compte de la réception de la réponse et de la manière dont le tour suspendu est ensuite repris et développé (voir Oloff, 2011a, b, soumis). La présence de la complétion différée dans cette position séquentielle témoigne d’une interprétation divergente de la perturbation du tour en cours de la part des participants. Dans ce chapitre, j’ai traité les hétéro-répétitions d’une complétion collaborative comme étant également des complétions différées. Même si l’on peut traiter cette répétition comme une forme d’acceptation, j’ai argumenté que l’absence de prise en compte explicite (telle que « oui ») dans le receipt slot ainsi que le maintien des statuts participatifs initiaux renvoyaient plus à une forme particulière de complétion différée qu’à une véritable acceptation de l’intervention collaborative. Cependant, il reste à élucider comment des formes hybrides de réception (par exemple avec une combinaison de response tokens et d’hétéro-répétition) se positionnent précisément face à la complétion différée.

  • 13 L’étude d’éventuelles pratiques interactionnelles spécifiques liées aux spécificités grammaticales (...)

61Même si au sein de cette contribution, le nombre d’exemples en français est plus important que le nombre d’exemples en allemand, il ne s’agit pas pour autant d’une pratique ancrée dans une culture spécifique (voir Oloff, 2009, p. 592-595). Avant de pouvoir éventuellement distinguer une pratique interactionnelle « allemande » d’une pratique « française », il convient d’examiner attentivement le lien entre un phénomène interactionnel et un environnement séquentiel ou une activité précis13. Les complétions différées apparaissent en effet au sein de séquences longues impliquant la construction de tours complexes, comme c’est le cas des récits (extrait 5), des prises de position (extrait 6) ou des séquences explicatives (extraits 7-11). De ce fait, ce phénomène est lié à des activités conversationnelles spécifiques, celles qui impliquent des prises de parole longues d’un seul locuteur. Ainsi, le corpus français SAXE contient un nombre élevé de complétions différées, puisqu’il contient beaucoup de séquences explicatives et se distingue des autres corpus exploités par la gestion ciblée des topics conversationnels en contexte professionnel.

62L’analyse multimodale des séquences contenant des complétions différées révèle les différentes manières dont les locuteurs formatent les suspensions de leurs tours et comment les destinataires les interprètent. L’étude du formatage corporel et verbal des suspensions, des réponses ainsi que de leur réception sous forme de complétion différée permet de porter un regard plus détaillé sur le phénomène de co-construction du tour en interaction. Les interprétations divergentes d’une suspension soulignent que la négociation de la complétude ou de l’incomplétude d’un tour complexe est une tâche pratique pour laquelle les locuteurs mettent en œuvre des ressources aussi bien verbales que corporelles.

Bibliographie

Références bibliographiques

Auer P. (1993), Zur Verbspitzenstellung im gesprochenen Deutsch, Deutsche Sprache 21, p. 193-222.

Betz E. (2008), Grammar and Interaction : Pivots in German Conversation, Amsterdam, John Benjamins.

Bogetic K. (2011), Interruptions and the dyadic co-narration of shared experiences in English and Serbian conversation, Language and Communication 31 (4), p. 318-328.

Chevalier F. H. G. (2008), Unfinished turns in French conversation : how context matters, Research on Language and Social Interaction 41 (1), p. 1-30.
 — (2009), The facework of unfinished turns in French conversation, Discourse Studies 11 (3), p. 267-284.

Chevalier F. H. G. et Clift R. (2008), Unfinished turns in French conversation : projectability, syntax and action, Journal of Pragmatics 40, p. 1731-1752.

Couper-Kuhlen E. et Ono T. (2007), « Incrementing » in conversation : a comparison of practices in English, German and Japanese, Pragmatics 17, p. 513-552.

De Stefani E. (2006), L’accomplissement du contexte pendant les courses au supermarché : espace, objets et cadre participatif, Verbum 28 (2-3), p. 201-229.

Ford C. E., Fox B. A. et Thompson S. A. (2002), Constituency and the grammar of turn increments, in C. E. Ford, B. A. Fox et S. A. Thompson éd., The Language of Turn and Sequence, Oxford, Oxford University Press, p. 14-38.

Golato A. et Betz E. (2008), German ach and achso in repair uptake : resources to sustain or remove epistemic asymmetry, Zeitschrift für Sprachwissenschaft 27, p. 7-37.

Goodwin C. (1980), Restarts, pauses, and the achievement of a state of mutual gaze at turn-beginning, Sociological Inquiry 50, p. 272-302.
 — (1981), Conversational Organization. Interaction between Speakers and Hearers, New York, Academic Press.
 — (1987), Forgetfulness as an interactive resource, Social Psychology Quarterly 50 (2), p. 115-131.
 — (2000), Action and embodiment within situated human interaction, Journal of Pragmatics 32, p. 1489-1522.

Goodwin C. et Goodwin M. H. (2004), Participation, in A. Duranti éd., A Companion to Linguistic Anthropology, Oxford, Basil Blackwell, p. 222-244.
 — (1986), Gesture and coparticipation in the activity of searching for a word, Semiotica 62 (1-2), p. 51-75.

Gülich E. (1986), L’organisation conversationnelle des énoncés inachevés et de leur achèvement interactif en « situation de contact », DRLAV 34-35, p. 161-182.

Horlacher A.-S. (2007), La dislocation à droite comme ressource pour l’alternance des tours de parole : vers une syntaxe incrémentale, Travaux neuchâtelois de linguistique 47, p. 117-136.

Jeanneret T. (1995), Interaction, coénonciation et tours de parole, in L. Mondada éd., Formes linguistiques et dynamiques interactionnelles, Lausanne, Institut de linguistique et des sciences du langage, Université de Lausanne, p. 137-157.
 — (1999), La coénonciation en français. Approches discursive, conversationnelle et syntaxique, Berne, Peter Lang.

Jefferson G. (1972), Side sequences, in D. Sudnow éd., Studies in Social Interaction, New York, The Free Press, p. 294-338.

Kohonen S. (2004), Turn-taking in conversation : overlaps and interruptions in intercultural talk, Cahiers AFLS 10 (1), p. 15-32.

Lerner G. H. (1989), Notes on overlap managment in conversation : the case of delayed completion, Western Journal of Speech Communication 53, p. 167-177.
 — (1991), On the syntax of sentences-in-progress, Language in Society 20 (3), p. 441-458.
 — (1996), On the « semi-permeable » character of grammatical units in conversation : conditional entry into the turn space of another speaker, in E. Ochs, E. Schegloff et S. A. Thompson éd., Interaction and Grammar, Cambridge, Cambridge University Press, p. 238-276.
 — (2004), Collaborative turn sequences, in G. H. Lerner éd., Conversation Analysis. Studies from the First Generation, Amsterdam, John Benjamins, p. 225-256.

Mondada L. (1995), La construction interactionnelle du topic, Cahiers de l’ILSL 7, p. 111-135.
 — (1999), L’organisation séquentielle des ressources linguistiques dans l’élaboration collective des descriptions, Langage et société 89, p. 9-36.
 — (2004), Temporalité, séquentialité et multimodalité au fondement de l’organisation de l’interaction : le pointage comme pratique de prise de tour, Cahiers de linguistique française 26, p. 269-292.
 — (2005), La constitution de l’origo déictique comme travail interactionnel des participants : une approche praxéologique de la spatialité, Intellectica 41-42, p. 75-100.
 — (2007a), L’interprétation online par les co-participants de la structuration du tour in fieri en TCUs : évidences multimodales, Travaux neuchâtelois de linguistique 47, p. 7-38.
 — (2007b), Multimodal resources for turn-taking : pointing and the emergence of possible next speakers, Discourse Studies 9, p. 194-225.
 — (2007c), Turn-taking in multimodalen und multiaktionalen Kontexten, in H. Hausendorf éd., Gespräch als Prozess. Linguistische Aspekte der Zeitlichkeit verbaler Interaktion, Tübingen, Gunter Narr, p. 247-275.
 — (2008), La transcription dans la perspective de la linguistique interactionnelle, in M. Bilger éd., Données orales. Les enjeux de la transcription, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, p. 78-110.
 — (2009), Emergent focused interactions in public places : a systematic analysis of the multimodal achievement of a common interactional space, Journal of Pragmatics 41 (10), p. 1977-1997.

Müller F. E. et Klaeger S. (2010), Collaborations syntaxiques - formes et fonctions de leur usage dans un groupe subculturel lyonnais, Pratiques 147-148, p. 223-243.

Oloff F. (2008), La complétude négociée des unités de construction de tour : les complétions différées comme ressource en français parlé, in J. Durand, B. Habert et B. Laks éd., Congrès mondial de linguistique française (CMLF’08), Paris, Institut de linguistique française, p. 773-788.
 — (2009), Contribution à l’étude systématique de l’organisation des tours de parole : les chevauchements en français et en allemand, thèse de doctorat (ENS LSH Lyon, Université de Mannheim), publiée en ligne : https://ub-madoc.bib. uni-mannheim.de/29617/, Mannheim, Universität Mannheim.
 — (2011a), « L’hétéro-répétition suite aux complétions collaboratives : une étude multimodale de tours produits conjointement », Colloque international « (Dés-) organisation de l’oral ? De la segmentation à l’interprétation », Rennes, 24-25 mars 2011.
 — (2011b), « Re-completing a turn : repeats as receipts of collaborative completions », IIEMCA 2011 (10th Conference of the International Institute of Ethnomethodology and Conversation Analysis), Fribourg, 10-14 juillet 2011.
 — (soumis), L’évaluation des complétions collaboratives : analyse séquentielle et multimodale de tours de parole co-construits en français, in Actes du CMLF 2014 – 4e Congrès mondial de linguistique française. Publié par EDPSciences (www.linguistiquefrancaise.org).

Park I. (2007), Co-construction of word search activities in native and non-native speaker interaction, Working Papers in TESOL & Applied Linguistics 7 (2).

Purver M., Howes C. et Healey P. G. T. (2009), Split utterances in dialogue : a corpus study, in P. Healey, R. Pieraccini, D. Byron, S. Young et M. Purver éd., Proceedings of SIGDIAL 2009. The 10th Annual Meeting of the Special Interest Group in Discourse and Dialogue, Stroudsburg, PA, Association for Computational Linguistics (ACL), p. 262-271.

Sacks H. (1992), Lectures on Conversation (1964-1972), Oxford, Basil Blackwell.

Sacks H., Schegloff E.A. et Jefferson G. (1974), A simplest systematics for the organization of turn-taking for conversation, Language 50, p. 696-735.

Schegloff E.A. (1979), The relevance of repair to syntax-for-conversation, Syntax and Semantics 12, p. 261-286.
 — (1982), Discourse as an interactional achievement : some uses of « uh huh » and other things that come between sentences, in D. Tannen éd., Analyzing Discourse : Text and Talk, Georgetown, Georgetown University Press, p. 71-93.
 — (1984), On some gestures’ relation to talk, in J.M. Atkinson et J. Heritage éd., Structures of Social Action. Studies in Conversation Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, p. 266-296.
 — (1987), Recycled turn beginnings : a precise repair mechanism in conversation’s turn-taking organization, in G. Button et J.R.E. Lee éd., Talk and Social Organization, Clevedon, Multilingual Matters, p. 70-85.
 — (1996), Turn organization : one intersection of grammar and interaction, in E. Ochs, E. A. Schegloff et S. A. Thompson éd., Interaction and Grammar, Cambridge, Cambridge University Press, p. 52-133.
 — (2000), Overlapping talk and the organization of turn-taking for conversation, Language in Society 29 (1), p. 1-63.
 — (2001), Conversation analysis : a project in process – « increments », Forum lecture delivered at the LSA Linguistic Institute, University of California, Santa Barbara.
 — (2002), Accounts of conduct in interaction : interruption, overlap, and turn-taking, in J. H. Turner éd., Handbook of Sociological Theory, New York, Kluwer Academic - Plenum Publishers, p. 287-321.

Schegloff E. A., Jefferson G. et Sacks H. (1977), The preference for self-correction in the organization of repair in conversation, Language 53 (2), p. 361-382.

Schmale G. (2008), Constructions inachevées et transfert du tour de parole, in J. Durand, B. Habert et B. Laks éd., Congrès mondial de linguistique française (CMLF’08), Paris, Institut de linguistique française, p. 817-834.

Schmitt R. (2005a), Zur multimodalen Struktur von turn-taking, Gesprächsforschung - Online-Zeitschrift zur verbalen Interaktion 6, p. 17-61.
 — (2005b), Die Gesprächspause : Verbale « Auszeiten » aus multimodaler Perspektive, Deutsche Sprache. Zeitschrift für Theorie, Praxis, Dokumentation 1, p. 56-84.

Schmitt R. éd. (2007), Koordination. Analysen zur multimodalen Interaktion, Tübingen, Gunter Narr.

Stivers T. (2004), « No no no » and other types of multiple sayings in social interaction, Human Communication Research 30 (2), p. 260-293.

Stivers T. et Sidnell J. (2005), Introduction : multimodal interaction, Semiotica 156 (1), p. 1-20.

Szczepek B. (2000), Formal aspects of collaborative productions in English conversation, InLiSt - Interaction and Linguistic Structures 17.

Walker G. (2004), On some interactional and phonetic properties of increments to turns in talk-in-interaction, in E. Couper-Kuhlen et C. E. Ford éd., Sound Patterns in Interaction. Cross-linguistic studies from conversation, Amsterdam, John Benjamins, p. 147-169.

Notes

1 Notamment les analyses des extraits 5, 9, 10 et 11 s’inspirent du cinquième chapitre de ma thèse (Oloff, 2009, p. 459-595) et ont été partiellement adaptées à cette contribution.

2 Cependant, Schegloff ne fait aucun rapprochement explicite entre le phénomène du post-other-talk increment et celui de la complétion différée : « I’ll therefore call “next beat increments ;” […] 3) those which follow some talk by another speaker following the prior TCU, whether that talk itself follows a gap of silence or not – or what I’ll call “post-other-talk increments” » (Schegloff, 2001, p. 16). Cette différence de traitement peut être imputée à la prise en compte par Schegloff du lien syntaxique précis entre la première et la deuxième partie de la prise de parole, qui, dans le cas des post-other-talk increments, est, comme le nom l’indique, obligatoirement de nature incrémentale (voir Ford et al., 2002), alors que la complétion différée semble pouvoir concerner des liens syntaxiques plus variés (voir aussi la note de bas de page 3).

3 Le lien syntaxique entre la première et la deuxième partie d’une complétion différée peut être assez varié et parfois même être faible. Lerner (1989) souligne que les locuteurs créent une relation reconnaissable à toutes fins pratiques entre les deux parties de l’énoncé « séparées » par le tour intercalaire (voir aussi Oloff, 2009, p. 465-472).

4 Pour une discussion critique du lien qu’établit Lerner (1989) entre complétion différée et interruption, voir Oloff (2009, p. 478-481). Le problème d’une distinction claire entre complétion différée et interruption est, entre autres, visible dans les positions variables attribuées à la complétion différée dans des typologies de chevauchements (par exemple Bogetic, 2011 ; Kohonen, 2004 ; Purver et al., 2009).

5 À ce propos, voir aussi le commentaire de Schegloff (2001, p. 20) sur un cas de post-other-talk increment : « […] the increment appeared to respond to the possibility of misalignment with a mixture of insistence and backdown. »

6 « However, a receipt positioned utterance which is not discordant, but a repeat, extension, or revision of the preemptive completion may not be easily distinguishable to recipients from a receipt of the preemptive completion » (Lerner, 1989, p. 174).

7 Charles Goodwin et Marjorie H. Goodwin (1986, p. 55) distinguent le fait de déployer le manque d’un mot et le fait de déployer la recherche d’un mot ou d’une continuation. Ce n’est donc pas le manque d’un item lexical en lui-même qui rend pertinente la proposition d’un mot de la part d’un coparticipant, mais c’est le déploiement d’une recherche qui invite l’interlocuteur à proposer une complétion.

8 Corpus de LAngues Parlées en Interaction (http://clapi.univ-lyon2.fr/).

9 PRT : particule (abréviation utilisée pour un mot qui dans ce contexte ne possède pas d’équivalent clair en français).

10 La position du verbe en allemand est plus variable qu’en français. Dans des phrases et énoncés subordonnés, il se trouve typiquement en position finale (voir aussi Auer, 1993 ; Betz, 2008, p. 15-26).

11 Bga/Bdr : bras gauche, bras droit ; Pouv : paume ouverte.

12 « […] it does not appear at all unlikely that the recipient could be in a position to claim adequate comprehension, even though an outcome to the search has not yet been provided » (Goodwin C. et Goodwin M. H., 1986, p. 71).

13 L’étude d’éventuelles pratiques interactionnelles spécifiques liées aux spécificités grammaticales de chacune des deux langues exigerait l’analyse d’une quantité de données beaucoup plus importante que celle utilisée dans le cadre de la présente contribution.

Notes de fin

* La thèse dont sont issus ces résultats a été réalisée au laboratoire ICAR et a bénéficié des financements suivants : Bourse internationale de l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines (Lyon), projet européen DYLAN (Dynamique des langues et gestion de la diversité), bourse de mobilité du CIERA (Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne). Je remercie Lorenza Mondada ainsi que les relecteurs de leurs remarques et conseils qui ont permis d’améliorer cette contribution.

Table des illustrations

Titre Extrait 1 (tiré de Lerner, 1989, p. 167)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6k
Titre Extrait 2 (tiré de Kohonen, 2004, p. 27-28, extrait raccourci et adapté)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Extrait 3 (tiré de Lerner, 2004, p. 131 ; voir aussi Lerner, 1989, p. 174)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Extrait 4 (tiré de Goodwin C. et Goodwin M. H., 1987, p. 52)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0k
Titre Extrait 5 (RAC_po1_001603_sozusagen den anfang)9
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Extrait 6 (PM_013042_suggéré cash)
Légende Note11
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Extrait 7 (Saxe_t1_001914_pour eux)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Extrait 8 (Saxe_v2_003036_de généraliser)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Extrait 9 (SAXE_ms_011540_constamment des nouveaux produits)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Extrait 10 (RAC_po1_001028_Krawattenmikro)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Extrait 11 (SAXE_ms_012924_j’achète moins bien)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32665/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Auteur

Université de Bâle

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search