Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Troisième partie. Histoire et singularités

Postface. Pour saluer Sylvain Auroux

Jean-Claude Chevalier

Texte intégral

1Le Centre universitaire expérimental de Vincennes a ouvert ses portes en janvier 1969, dans une calme nature, avec une distribution éclatante. C’était une idée du ministre, le rusé Edgar Faure : on mettait en avant que la France créait un centre universitaire ultra-moderne à l’américaine ; en même temps, on implantait cette élite agitée au fond du bois de Vincennes, célèbre pour son château et ses prostituées, éloigné du moins du Quartier latin et de ses barricades.

2La linguistique avait été fêtée par les émeutiers de 68 ; les structures, selon le mot de Barthes, étaient descendues dans la rue. Ici, elle était soignée : à la pointe, le quatuor de linguistes qui avait fait la fête d’un triomphal Colloque de linguistique de Nancy, en juillet 1967, organisé par Antoine Culioli pour l’Association française de Linguistique appliquée : le générativiste et violoniste Nicolas Ruwet, disciple de Chomsky, le transformationnel polytechnicien Maurice Gross, compagnon de Zellig S. Harris, le structuraliste Jean Dubois et l’historien de la linguistique Jean-Claude Chevalier, l’un et l’autre épris de nouveauté. En outre, plusieurs maîtres de conférences qui devaient devenir pilotes de certaines branches de la discipline : Pierre Encrevé, Simone Delesalle, Joseph Sumpf. Et surtout des étrangers qui allaient se succéder, un trait original dans l’Université française ; ils étaient le plus souvent élèves de Noam Chomsky qui vint lui-même plusieurs fois : Sandford Schane, Joe Emonds, Richie Kayne, l’argentin Jacques Mehler, etc. ; ils constituaient une grande attraction pour le cirque vincennois.

3Vincennes était un lieu étrange où il était interdit d’interdire, principe gauchiste de base. Les cours les plus brillants, les plus fascinants pour nous et particulièrement en philosophie avec Michel Foucault, François Châtelet, Gilles Deleuze, Jean-François Lyotard, etc., étaient souvent interrompus par des manifestations, des happenings politiques, dans une excitation permanente et la fumée des merguez du souk. Un sommet fut atteint avec la conférence de Lacan. La linguistique, reconnue à la fois comme prestigieuse et technique, était relativement épargnée. Il fallait tout de même de bons nerfs et du sang-froid. Le premier à se lasser fut Jean Dubois ; il revint à son université d’origine : Nanterre, rebaptisée Paris X. Peu après, un poste d’informatique se dégagea à Paris 7 ; Gross posa sa candidature et fut élu ; et obtint des locaux au 9e étage de la Tour centrale dite Zamansky, à côté de Culioli. Pour lui et pour l’équipe qu’il avait commencé à constituer, plusieurs années auparavant, au centre CNRSBlaise-Pascal. Il me dit un jour : « Viens avec nous dans la Tour. Je te trouverai un bureau ». Ce qui fut dit fut fait ; je disposai pendant des années d’un petit bureau au 8e étage de la Tour Zamansky. Avec une vue superbe sur tout Paris qui donnait des ailes.

4En vérité, j’étais content de mon petit bureau tranquille. Mais je ne me trouvais pas si mal dans les agitations vincennoises, au milieu de toutes sortes de gens créatifs, aux oreilles et aux bouches grandes ouvertes à la nouveauté, désireux d’établir de multiples relations interdisciplinaires. Pour la linguistique, je baignais dans la source d’analyses théoriques qui se renouvelaient sans cesse. Mais j’étais aussi en contact avec les spécialistes du discours et de l’analyse historique. Et trouvais en mon collègue de littérature Pierre Kuentz, volontiers trotskyste et attentif aux nouveautés linguistiques, un écho épistémologique toujours fécond et toujours politique. Chaque année apportait son lot d’interprétations neuves, avec une prédilection des vincennois pour le formalisme. Ce qui ne manquait pas de questionner la place des structures dans la constitution de modèles interprétatifs. Au moment de ma thèse, j’étais aux prises avec les modèles de base, Gaston Bachelard et Georges Canguilhem, puis, en 1968, avec des modèles plus récents comme Karl Popper ou Thomas Kuhn, fondés sur la notion de « paradigme ». S’ajoutèrent, après 68, des analyses plus subtiles qui nous séduisaient comme celles d’Imre Lakatos ou Jean-François Lyotard.

5Mais il est temps d’évoquer un événement imprévu et essentiel. On m’avait demandé, en 1972, de figurer au jury de thèse d’un élève de l’ENS Saint-Cloud qui s’attaquait à l’un de nos mouvements favoris, moment de rupture caractérisé : les grammairiens de l’Encyclopédie, chez qui il étudiait les analyses de la détermination, sujet central pour la fixation du découpage des segments syntaxiques et la construction d’une syntaxe du français visant à « une théorie des idées ». Au jury, le directeur de la thèse, un historien des mathématiques, Jean-Toussaint Desanti dit Touki dont j’avais lu tant bien que mal Les idéalités mathématiques, et Yvon Belaval que j’avais connu quand je me confrontais à Max Jacob. Le thésard était donc un jeune normalien qui m’impressionna, par son physique d’abord, un vrai rugbyman, même s’il jouait surtout au foot, par la pénétration de ses analyses, par sa puissance de travail et de réflexion ; en même temps qu’il soutenait sa thèse, il passait l’agrégation de philosophie, exploit peu commun ; c’était Sylvain Auroux. Certes son argumentaire méthodique était assez éloigné des désordres aventureux du nôtre, beaucoup plus classique ; mais il emportait la conviction et suscitait l’admiration. Après soutenance, je lui fis d’honnêtes propositions de collaboration, mais il était pour l’heure plus préoccupé que nous par l’histoire des maths et de la physique et voyait surtout devant lui, par nécessité familiale, une carrière de professeur de lycée. Nous avons pris date cependant.

6Il fallut les Idéologues, dans les années qui suivirent, pour se retrouver sur un terrain commun de travail et d’analyses. Nous tentions d’investir nos recherches dans des moments de mutation cruciaux pour l’histoire de l’éducation, moments de rupture, comme on disait, conjoignant modèles pédagogiques et linguistiques, histoire des institutions et évolution des théories linguistiques. Discussions le plus souvent orales : on publiait peu, on parlait beaucoup ; Sylvain écrira ; beaucoup. Nous évoquions très souvent l’Encyclopédie, mais un de nos sujets favoris de discussion, de recherche et d’analyse fut l’instauration d’un modèle pédagogique nouveau d’éducation, instauré pendant la Révolution, en 1795, par les Idéologues tout-puissants alors dans une nouvelle École normale, modèle qui se ressourçait dans Condillac et ses admirateurs, grammairiens et profonds penseurs comme l’auteur de l’Idéologie, Antoine Destutt de Tracy. Nous y avons consacré de multiples séminaires, Kuentz et moi, avec de jeunes chercheurs de talent, souvent anciens instituteurs, comme Claude Désirat et Tristan Hordé. Ils multipliaient les articles ; et ils écrivirent même un livre sur le domaine qu’un premier éditeur refusa et qui ne fut jamais publié. On ne s’attardait guère à cette époque. Il nous semblait du moins que ces analyses éclairaient les mouvements d’après 68, ouvraient des pistes.

7Kuentz et moi sortions volontiers de Paris 8 et de ses tourbillons. Nous avons collaboré avec bonheur au séminaire que Michèle Jalley et Michèle Duchet tenaient à l’ENS de Fontenay-aux-Roses, d’autant plus de bonheur qu’elles invitaient toutes sortes de gens de talent dont l’un spécialement nous frappa : Michel de Certeau, alors directeur aux Études des Jésuites. Son interprétation originale de la démarche scientifique, largement inspirée de Paul Ricœur, analysait l’éclatement des systèmes dans l’évolution scientifique comme une procédure frappante d’insularisation. Et nous offrait en modèle, avec Dominique Julia et Jacques Revel, une analyse de quelques institutions linguistiques pendant la Révolution de 1789. Façon comme une autre de critiquer le modèle structural de base, opération qui allait devenir une constante. Il nous apporta beaucoup à Kuentz et moi qui participions à ses séminaires. Avant qu’il ne disparaisse, trop tôt. Nous avons fourni notre quote-part au séminaire en étudiant les apports révolutionnaires des grammairiens de l’Encyclopédie, d’Alembert et Helvétius. Mettant en rapport l’élaboration des théories et la constitution neuve de l’enseignement dans les collèges.

8Plus tard, un autre membre du séminaire qui suivait le cursus, instituteur de formation comme Désirat et Hordé, linguiste confirmé comme élève de Jean-Claude Milner, s’attachera en vue d’une thèse à un autre moment de rupture : l’instauration d’une institution nouvelle de l’Instruction publique par François Guizot. Il avait précédemment écrit un livre d’interprétation de la diffusion de la grammaire générative, réalisant ce qui était pour nous, historiens de la linguistique vincennois, un problème de base : implanter la problématique des mutations historiques dans l’examen des démarches scientifiques. C’était Christian Nique, devenu recteur ; il publiera des travaux sur Jules Ferry dans la même vision.

9Plus tard aussi, une thésarde d’Aix, ancienne élève de Stéfanini, Sonia Branca-Rosoff, complètera les travaux sur les Idéologues en s’attachant à l’abbé Sicard, professeur des sourds-muets. Modèle déjà élaboré. Un jour, Gabriel Bergounioux reprendra avec moi un moment de rupture décisif : celui qui voit s’établir et se répandre en France ce qu’on appellera la linguistique à partir de la fondation du CNRS par Frédéric Joliot-Curie. On n’en était pas encore à prendre du champ avec cette discipline. Mais c’est une autre histoire, plus tardive. Ce ne sont que quelques recherches indicatives du système que nous avions privilégié.

10Recherches en toutes directions ; en France, Auroux allait leur donner force et cohésion. Pour l’heure, la nécessité de donner des fondations à une histoire de la linguistique s’imposait peu à peu en Europe. Les Vincennois étaient encore, à cette époque, trop anarchiques pour rassembler les forces en présence. C’est un Allemand de Cologne qui s’en chargea, un hispanisant, Hans Joseph Niederehe qui, prétextant du centenaire du grand comparatiste allemand Friedrich Diez, maître de plusieurs générations, rassembla les spécialistes les plus notoires de l’histoire des théories linguistiques à Trèves. C’était en 1975. J’ai parlé ailleurs de cette rencontre mémorable. Sylvain n’y était pas, sans doute retenu par son métier de professeur de lycée. J’ai rencontré là toutes sortes de gens dont je connaissais seulement le nom. Et particulièrement un jeune Allemand, Konrad Koerner, âgé de 26 ans à l’époque. Professeur à Ottawa, en pleine Amérique, parlant couramment allemand, anglais et français, bourreau de travail, il s’appuyait sur l’éditeur néerlandais John Benjamins chez qui il publiait une revue d’histoire de la linguistique, Historiographia linguistica. Koerner avait de grands projets, dont le premier était d’organiser une vaste rencontre de tous les spécialistes à Ottawa, qui jetterait les bases d’une organisation internationale consacrée à l’histoire de la linguistique.

11Le séminaire de Paris 7 se développait chaque année davantage et une coupure se dessinait de plus en plus nettement entre deux lieux d’exercice : à Paris 8, Kuentz et moi discutions surtout des rapports entre la linguistique contemporaine et une nouvelle pédagogie du français, trouvant une vitalité nouvelle dans les travaux de William Labov, largement diffusés par Pierre Encrevé ; Labov vint aussi à Paris 8, avec sa nouvelle compagne Gillian Sankoff, une Québécoise, excellente linguiste qui véhiculait avec elle un large courant pédagogique. Le gouvernement socialiste et le ministre Alain Savary entreprirent de faire passer nos analyses et propositions sur un plan officiel à partir de 1982.

12À Paris 7, Simone Delesalle et moi avec Kuentz invitions des spécialistes d’histoire de la linguistique ; Irène Rosier-Catach était l’âme du cercle et jamais en retard d’une convocation ou d’une intervention : beaucoup d’amis y parlèrent, comme Alain Rey. Et un couple d’étudiants de Paris 8, j’en a parlé, anciens instituteurs : Claude Désirat et Tristan Hordé ; ils étudiaient, en philosophes et en passionnés de la pédagogie, le mouvement des Idéologues et plus particulièrement la fondation de l’École normale révolutionnaire en 1795, expression des Idéologues et, au-delà, de Condillac. Ainsi se conjoignaient les analyses des révolutions pédagogiques et des convulsions de l’épistemè. L’arrivée d’Auroux nous procura un avantage inappréciable, je l’ai dit : non seulement par sa puissance de travail, mais aussi par ses relations de membre de la Société du xviiie siècle. Il allait nous mettre en rapport avec les historiens européens de la linguistique : Jürgen Trabant et Winfried Busse de la Freie Universität de Berlin d’abord, qui, étudiant W. von Humboldt, avaient rencontré les Idéologues. En rapport également avec un chercheur étonnant, disciple d’Eugenio Coseriu, Brigitte Schlieben-Lange à Francfort, puis à Tübingen ; aussi, un peu plus tard, avec Lia Formigari à Messine, une philosophe polyglotte qui connaissait comme nulle autre les révolutions de pensée du xviiie siècle ; et nous permettre de rencontrer les travaux d’Ulrich Ricken, professeur à Halle en DDR, autre dix-huitiémiste, un habitué de la France et spécialement de Lille. Cette ouverture à l’étranger développait le séminaire qui devenait chaque trimestre plus fréquenté. Et ces chercheurs nous furent d’un appui fidèle jusqu’à ce jour, hormis Brigitte Schlieben-Lange et Ulrich Ricken qui sont morts.

13Moment décisif. Sylvain Auroux donc avait alors repris contact avec nous, avec force et éclat. Nos lignes se rejoignaient. Il prenait ses distances avec les lycées parisiens. Il se détachait lentement des études exclusives de logique et d’histoire des sciences pour se rapprocher de ce que nous faisions sur Condillac et les Idéologues, qui occupaient le premier plan de ses préoccupations. Il continuait à rassembler les articles qui allaient constituer une encyclopédie, Les notions philosophiques. Il apportait à ces entreprises ses prodigieuses facultés de travail et la clarté de son esprit philosophique. Il revint donc à l’histoire des idées linguistiques par le biais des Idéologues. Il travailla avec l’équipe Hordé-Désirat. Il en sortit plusieurs articles rédigés en commun qui trouvèrent un lieu d’édition dans Langages, Langue française ou les Annales historiques de la Révolution française. Il nous mit en relation avec les chercheurs européens. Il aimait organiser. Il était devenu entièrement disponible.

14Autre apport décisif : celui d’Irène Rosier-Catach. Elle avait été des tout débuts ; elle s’affirmait de plus en plus et s’inscrivait dans les cadres du CNRS. Elle fut allocataire de recherche de 1976 à 1978. En 1978, elle passait sa thèse Problèmes posés par la création des procédures formelles en linguistique avec Antoine Culioli pour directeur et, au jury, André Jolivet, Jean Stéfanini et moi-même. En fait, elle parlait surtout de la grammaire spéculative des Modistes. L’ouvrage serait publié dans la suite. Irène serait un des premiers membres de l’URACNRS quand elle fut fondée avec Sylvain. Sylvain s’imposait donc comme leader de notre équipe. Il profita de l’occasion offerte par le colloque dont m’avait parlé Konrad Koerner à Cologne et se rendit à Ottawa à l’été 1978, du 28 au 31 août, avec trois d’entre nous : Patrice Bergheaud, maître assistant d’anglais à Paris 7, Christine Beuermann, qui enseignait à Boston et Jean Rousseau qui faisait une thèse sur le comparatisme. Ils retrouvèrent Barbara Kaltz, de Lyon.

15Il partit sans moi. Je commençais à être terrassé par une crise qui allait me paralyser plusieurs années, et j’étais enchanté de voir ce jeune philosophe d’un talent certain prendre des initiatives et entrer dans l’arène bourré de projets.

16Le colloque d’Ottawa rassemblait toutes sortes de gloires, américaines surtout, qui exaltaient la stature de Konrad Koerner, éditeur d’une nouvelle revue, publiée en 1977 chez l’éditeur néerlandais John Benjamins : Historiographia linguistica. Sylvain tint sa place pourtant comme représentant de la France et de l’Europe ; et obtint que le prochain colloque international – les suivants seraient désormais appelés ICHoLS – se tienne à Lille. Conjointement à nous, il s’était en effet rapproché de l’équipe de Lillois que j’avais commencé à constituer en 1968 à l’Université avant mon départ pour Paris 8 et qui avait été reprise et développée par un brillant angliciste, André Joly, élève comme Jean Stéfanini de Gustave Guillaume, mais qui s’intéressait de plus en plus à l’histoire de la linguistique et venait de publier un article critique sur l’OPA de Chomsky sur Port-Royal : « une erreur mémorable » disait-il. Et d’autre part, avait édité la célèbre traduction de l’Hermès de James Harris. Il avait constitué une équipe labellisée par le CNRS, l’URA 1030. C’est chez lui que Sylvain trouva un point d’atterrissage des modes de travail et de publication.

17J’ai dit ses immenses qualités : sa capacité de travail, son esprit aigu, sa force de théorisation et de simplification qui conduisait à des programmes d’ensemble. Et qu’il put déployer au CNRS avec une équipe enthousiaste qui donna à tous du goût pour la recherche ; et qu’il rassembla pour commencer en avril 1978, dans une équipe de recherche baptisée SHESL, Société d’Histoire et d’Épistémologie des Sciences du Langage, qui rassemblait les nouveaux et des chercheurs de la première heure comme Charles Porset et Daniel Droixhe. Sa démarche intellectuelle allait fournir aux chercheurs de la SHESL une ligne de conduite, plus satisfaisante que nos imaginations vincennoises et anarchiques. Symboliquement, il abandonna le titre « Linguistique » pour « Sciences du langage ». Il a résumé lui-même sa position dans un rapport rétrospectif au CNRS de 2007 :

Être historien des sciences du langage, c’est les prendre pour objet, et c’est donc ne pas prendre directement pour objet les phénomènes que les sciences du langage prennent pour objet.

18Habile distinction qui permettait d’isoler les raisonnements grammaticaux dans un domaine métathéorique, comme on dira plus tard. Il faudrait citer tout le passage, j’y renvoie ; quitte à recopier une dernière phrase :

L’historien des sciences du langage n’est pas un praticien au même titre que les autres linguistes. Il y a certes une continuité entre les deux activités.

19Des principes de base pour une organisation commune. L’ICHoLS 2 de Lille, en 1982, marquait un triomphant départ pour l’équipe : grâce à Joly, Auroux, désormais membre du CNRS à part entière, entrait pleinement dans l’institution. Serait fondée en 1983 grâce à lui une URA CNRS qui devint une UMR, la 7597, appuyée sur les activités de la SHESL. Ne manquait qu’un local ; et c’était essentiel. En liaison avec Lille, Paris 7, grâce à l’accord conjoint de Gross et Culioli, offrit un grand local au 8e étage de la Tour Jussieu, sur le lieu d’origine donc. Manquait évidemment un bulletin de liaison pour informations et échanges. J’étais intervenu précédemment auprès de l’éditeur néerlandais John Benjamins pour que le labo de Gross possède une revue éditée chez lui, principalement en français ; ce fut, en 1977, le début de l’aventure des Linguisticæ Investigationes, revue encore vivante à ce jour. Je sollicitai de nouveau John Benjamins pour la nouvelle équipe ; mais l’éditeur refusa tout net. D’abord, parce que le projet était de publier cette revue en français ; une seule lui suffisait. Ensuite, parce que, estimait-il, le terrain était couvert par la revue de Konrad Koerner qu’il publiait lui-même, rédigée en anglais, Histographia Linguistica. Aucun autre éditeur n’accepta le projet.

20Il fallut donc faire le travail soi-même. Encore une fois, avec Auroux, Irène Catach déploya une activité multiforme et assura, avec quelques chercheurs dévoués, la liaison jusqu’à l’arrivée en 1989 d’une secrétaire exceptionnelle, Jocelyne Arpin, déjà en poste au CNRS et recommandée par Blanche-Noelle Grunig lors de la fermeture de son propre laboratoire. Parallèlement aux Modèles linguistiques de Joly (1979), le premier numéro d’HEL sortit en 1979 ; la revue a été publiée régulièrement jusqu’à ce jour. En outre, de 1981 à 1995 seront publiés d’abord 8 numéros d’une première série des Archives et Documents de la SHESL, puis 12 numéros d’une deuxième série, aujourd’hui objets de collection ; fascicules rassemblés par une équipe de chercheurs dévoués, menée par Irène. Une documentaliste particulièrement efficace, Elisabeth Lazcano, vint compléter l’équipe.

21Dès lors, la machinerie était en place : au gouvernail, Sylvain, et aussi Irène, éventuellement aidés par moi, épaulés par André Joly, en tous lieux aussi bien intellectuels qu’administratifs ; la capacité de travail de Sylvain, je l’ai dit, était spectaculaire, comme organisateur aussi bien que chercheur. Non moins étonnante était l’activité d’Irène, élément fondateur. Mais aussi des membres nouveaux qui peu à peu s’inscrivaient dans l’équipe. Et faisaient de la SHESL une puissante machine qui allait se développer et montrer son efficacité.

Bibliographie

Références

Auroux Sylvain éd., 1990, Les notions philosophiques, Dictionnaire, 2 vol., Encyclopédie philosophique universelle, sous la direction d’André Jacob, Paris, PUF.

Auroux Sylvain, Désirat Claude et Hordé Tristan éd., 1982, Les Idéologues et les sciences du langage, Histoire Épistémologie Langage 4/1.

Branca-Rosoff Sonia et al., 2011, Langue commune et changements de normes, Paris, Champion.

Chevalier Jean-Claude, Arrivé Michel, Blanche-Benveniste Claire et Peytard Jean, aidés de René Gsell, Henri Meschonnic, Claudine Normand, Claude Regnier, 1965, Grammaire Larousse du français contemporain, Paris, Larousse.

Chevalier Jean-Claude, Arrivé Michel, Blanche-Benveniste Claire et Peytard Jean, aidés de René Gsell, Henri Meschonnic, Claudine Normand, Claude Regnier, 1998, « Linguistique et philologie dans les débuts du CNRS, 1936-1949 », Modèles linguistiques 19/2, p. 11-29.

Chevalier Jean-Claude, Arrivé Michel, Blanche-Benveniste Claire et Peytard Jean, aidés de René Gsell, Henri Meschonnic, Claudine Normand, Claude Regnier, 2012, « Les débuts de la SHESL », Vers une histoire générale de la grammaire française. Matériaux et perpectives, Colombat Bernard, Fournier Jean-Marie et Raby Valérie éd., Actes du Colloque UMRHTL/SHESL, Université Paris-Diderot, 27-29 janvier 2011, Paris, Champion, p. 813-827.

Chevalier Jean-Claude, Arrivé Michel, Blanche-Benveniste Claire et Peytard Jean, aidés de René Gsell, Henri Meschonnic, Claudine Normand, Claude Regnier, à paraître, Édition des articles 1959-2012, par André Joly, Toulon, Édition des Dauphins.

Chevalier Jean-Claude et Encrevé Pierre, 2006, Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva, Lyon, ENS Éditions (Langages).

Certeau Michel de, Julia Dominique et Revel Jacques, 1975, Une politique de la langue, Paris, Gallimard.

Dhombres Jean et Didier Béatrice éd., 2008, L’École normale de l’an III, vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, Art de la parole, Littérature, Morale. Garat, Sicard, La Harpe, Bernardin de Saint-Pierre, Paris, Éditions rue d’Ulm.

Duchet Michèle et Jalley Michèle éd., 1977, Langues et langage de Leibniz à l’Encyclopédie, Paris, Union générale d’éditions.

Harris James, Hermès ou recherches philosophiques sur la grammaire universelle, traduction et remarques de François Thurot (1796), introduction et notes par André Joly, Droz, Genève.

Histoire Épistémologie Langage, 1979-, édité par la Société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage (SHESL).

Joly André et Stéfanini Jean éd., 1977, La grammaire générale des modistes aux idéologues, Publications de l’Université de Lille III.

Joly André éd., 1988, La linguistique génétique, histoire et théories, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires de Lille.

Koerner, E. F. K., 2008, Universal Index of Biographical Names in the Language Sciences, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins.

Linguisticae Investigationes, 1977-, Chevalier Jean-Claude et Gross Maurice dir., Université Paris 8-Vincennes, Département de Linguistique, Amsterdam, John Benjamins.

Nique Christian, 1978, La grammaire générative. Hypothèses et argumentations, Paris, Armand Colin.

Puech Christian, 2006, « Présentation », Histoire des idées linguistiques et horizons de rétrospection, Histoire Épistémologie Langage 28/1, p. 9-24.

Rosier-Catach Irène, 1983, La grammaire spéculative des modistes, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires de Lille.

Swiggers Pierre, 1995, Jean-Claude Chevalier, Notice biographique et bibliographique, Louvain, Centre international de Dialectologie générale.

Swiggers Pierre, 1997, Histoire de la pensée linguistique, Analyse du langage et réflexion linguistique dans la culture occidentale, de l’Antiquité au xixe siècle, Paris, PUF.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search