Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Troisième partie. Histoire et singularités

La théorie des traits distinctifs de Jakobson : transferts et convergences entre mathématiques, ingénierie et linguistique

Jacqueline Léon

Texte intégral

1Dans ce texte, je me propose de réexaminer les relations entre les travaux de Roman Jakobson et la théorie de l’information, en me focalisant sur la théorie des traits distinctifs qui met en jeu l’interaction entre plusieurs domaines et disciplines : ingénierie, physique, phonétique acoustique, mathématiques et linguistique. Ce type d’interaction, ayant eu lieu au début des années cinquante au MIT, est caractéristique des sciences de la guerre (Dayan et al. 2004) et marque une étape singulière dans l’histoire de la révolution technologique des sciences du langage (Auroux 1994). Je tenterai d’évaluer s’il y a eu transfert de concepts et de méthodes entre mathématiques, physique et linguistique, et si oui, dans quelle mesure on peut véritablement parler de mathématisation du langage (Auroux 2009), ou bien s’il est préférable de parler de convergences entre les nouveaux domaines de recherche théoriques et technologiques ouverts par les sciences de la guerre et les conceptions linguistiques de Jakobson.

La théorie des traits distinctifs : une conception nouvelle de la phonologie

2La théorie des traits distinctifs (Distinctive Features Theory, ci-dessous DFT) a été mise au point au début des années cinquante, lors d’une collaboration de Jakobson et d’un de ses élèves, Morris Halle, avec un acousticien suédois, Gunnar Fant (Jakobson, Fant, Halle 1952), puis dans un second temps avec un théoricien de l’information britannique, Colin Cherry (Cherry, Jakobson, Halle, 1953). Ces travaux ont été repris et synthétisés en 1956 dans l’ouvrage de Jakobson et Halle Fundamentals of Language. Ultérieurement, Jakobson ([1963] 1961) a commenté et explicité ses emprunts à la théorie de l’information, mais ce mouvement réflexif n’est pas sans poser parfois un certain nombre de questions.

3La DFT repose sur l’idée que les unités linguistiques ultimes ne sont pas les phonèmes, mais des traits faisant appel à la production de la parole (la source) et à l’acoustique du conduit vocal (la résonnance et la tonalité). Les traits, au nombre de douze, sont universels et se combinent en phonèmes pour une langue donnée, sans qu’aucune langue ne comporte l’ensemble des douze traits distinctifs. Cette théorie a considérablement renouvelé les approches en phonologie, que ce soit celle de l’École de Prague ou celle des Bloomfieldiens.

L’apport de la DFT par rapport à la phonologie de l’École de Prague

4Les principes d’une théorie phonologique, distincte de la phonétique, avaient été formulés par l’École de Prague dans le projet rédigé par Jakobson lors du congrès de la Haye en 1928. Dans ce texte, la phonologie est définie comme la partie de la linguistique traitant des phénomènes phoniques du point de vue de leur fonction dans la langue, alors que la phonétique est tenue pour une discipline auxiliaire de la linguistique, s’occupant des phénomènes physiques du langage, abstraction faite de leurs fonctions dans la langue.

5Cette distinction est maintenue par Nicolas Troubetzkoy dans ses Grundzüge der Phonologie publiés en 1939, bien que dans la pratique, comme le souligne Eli Fischer-Jørgensen (1975), il utilise des critères phonétiques pour définir et identifier les unités phonologiques, montrant ainsi l’intérêt des linguistes de Prague pour l’action réciproque entre substance et forme. Ainsi s’esquisse l’idée d’une phonologie définie comme phonétique fonctionnelle, fondée sur un continuum entre phonologie et phonétique et qui se renforcera avec la DFT.

  • 1 Waugh et al. (1990) signalent aussi les antinomies de la tradition dialectique russe post-hégélienn (...)
  • 2 Selon Anderson (1985), il est difficile de distinguer ce qui appartenait à Troubetzkoy ou à Jakobso (...)

6Un autre principe fondateur de la phonologie praguoise est celui d’opposition, hérité de la dichotomie saussurienne langue/parole1. Au début des années trente, Troubetzkoy et Jakobson vont passer d’une définition du phonème comme unité minimale non dissociable en unités plus petites, à celle du phonème comme ensemble de propriétés sonores pertinentes. Ces propriétés se définissent à partir de critères phonétiques à la fois articulatoires et perceptifs. Alors que Troubetzkoy les déterminait à partir d’oppositions à deux ou plusieurs dimensions, Jakobson, dès 1938, tente de n’utiliser que des oppositions unidimensionnelles (à savoir bilatérales ou binaires)2. Il propose trois oppositions pour les traits de localisation : 1) les traits de source : vocalique/ consonantique, compact/diffus, tendu/lâche, voisé/non voisé, etc. ; 2) pour la résonnance, nasal/oral, strident/mat, etc. ; 3) pour la tonalité, grave/aigu, etc. Dans la DFT, le principe d’opposition deviendra le principe binaire.

7Contrairement à l’approche praguoise, la DFT considère les traits distinctifs non plus comme des critères de classification, mais comme des unités linguistiques minimales et universelles. Seules, les oppositions binaires ou dichotomiques sont retenues.

L’héritage bloomfieldien

  • 3 C’est dans un article de 1949 que Jakobson et Lotz utilisent la première fois l’expression distinct (...)

8Lorsque Jakobson entreprend l’élaboration de la DFT au début des années cinquante3, il déclare devoir le terme de « distinctive features » à Leonard Bloomfield. Pour Bloomfield (1933), les traits distinctifs apparaissent en paquets (lumps ou bundles), chacun d’eux étant un phonème ; il préconise l’alphabet phonétique international pour transcrire les phonèmes, selon le principe d’un symbole pour un phonème ; selon lui, il existe un trait phonétique constant dans un phonème au-delà de toutes ses variétés phonétiques, et c’est ce trait constant qui explique que le locuteur entende toutes ces variétés comme un même phonème. Toutefois, Bloomfield s’est plus intéressé à la morphophonémique (les différences phonologiques permettant de différencier les morphèmes sur le plan syntagmatique) qu’à la description interne des phonèmes en traits distinctifs, absente de la description structurale.

Tradition russe, contexte et communication

9Enfin, il ne faut pas oublier que Jakobson, avant de fonder l’École de Prague, avait fondé le Cercle de Moscou en 1915, espace interdisciplinaire rassemblant des phonéticiens, des linguistes, des historiens de la littérature, des philosophes et des psychologues. Comme le rappelle Sergeï Romashko (2000), les linguistes du Cercle de Moscou, à la suite de Lev Ščerba puis de Lev Jakubinskij, envisageaient le dialogue comme la seule forme de communication naturelle, le monologue étant considéré comme artificiel. Outre les antinomies (voir note 1), Waugh et Burston (1990) notent que l’œuvre de Jakobson a hérité de la tradition russe une approche antipositiviste où la contextualisation joue un rôle central.

10Ainsi, dans l’horizon de rétrospection (Auroux 1987) de Jakobson, au départ un spécialiste de poétique, la phonétique, le dialogue comme forme première de communication et la mise en contexte tiennent une place essentielle.

Les spectrogrammes

  • 4 Dans son article de 1938, Jakobson parle déjà de spectrogramme. Il s’agirait probablement de l’util (...)
  • 5 Voir aussi les travaux de Joos (1948).
  • 6 Comme le note Boë (1997), Jakobson transgresse avec la DFT deux principes de la linguistique saussu (...)

11La collaboration de Jakobson avec l’acousticien Gunnar Fant répond à la nécessité de fonder les traits distinctifs sur des critères à la fois acoustiques et perceptifs, avec en toile de fond une conception du langage comme langage parlé en interaction (speech communication). Fant est un acousticien suédois, diplômé en ingénierie électrique et dont le travail de thèse porte sur les relations entre la réduction de la bande sonore et l’intelligibilité. Il a aussi travaillé sur les spectrographes, développés par la Compagnie Bell pendant la seconde guerre mondiale4. Outre l’importance qu’ont eu ces appareils en cryptographie pendant la guerre pour l’interception de messages téléphoniques brouillés5, puis dans la rééducation des troubles de la parole et des sourds, ils constituent une avancée capitale pour les phonéticiens puisqu’ils fournissent le spectrogramme (le spectre acoustique) des sons de la parole (fréquence, intensité, durée) permettant de déterminer les formants, à savoir la forme même du son, le Visible speech (Potter et al. 1947). Les travaux de Fant, invité en 1949-1951 aux laboratoires d’acoustique de Harvard et du MIT, suscitent l’intérêt de Jakobson qui y voit une façon de trouver des traits distinctifs communs aux consonnes et aux voyelles, en les arrimant à la substance sonore à partir de critères acoustiques et perceptifs. Morris Halle, élève de Jakobson, lui aussi diplômé en ingénierie électrique, se joint à eux pour développer une théorie intégrée des traits distinctifs : « It developed into a joint venture where Roman posed the questions, I acted as a scientific medium suggesting feature correlates, and Morris was the secretary » (Fant 2005, p. 9). Les traits distinctifs doivent être fondés à la fois de façon externe sur le signal acoustique (la substance) et aussi, dans la lignée de la tradition russe du dialogue, sur les activités articulatoires du locuteur et perceptives de l’auditeur, puisque, dit Jakobson (1956, p. 34), nous parlons pour être entendus et devons être entendus pour être compris6.

La théorie de l’information : une mathématique du continu pour la phonologie

12En poursuivant le développement de la DFT avec le théoricien britannique de l’information Colin Cherry, Jakobson et Halle font l’hypothèse que la théorie mathématique de la communication va fournir un fondement scientifique rigoureux pour l’interprétation et l’analyse des systèmes phonologiques.

  • 7 Seuls les travaux de Markov, d’ailleurs cités par Shannon, préfiguraient ce type de travaux. Ceux d (...)

13La théorie mathématique de la communication, consistant à optimiser la transmission de l’information par des canaux limités, comporte un volet statistique, la théorie de l’information, ayant pour objectif de fournir l’expression mathématique d’une quantité d’information contenue dans un message donné ainsi que des prédictions et des redondances correspondantes dans le code sous-tendant le message (Shannon et Weaver 1949). Elle présente certaines convergences avec la DFT : la théorie de l’information permet de mesurer les dépendances statistiques des séries ordonnées d’unités, par exemple les mots dans un texte7 ; elle comporte un volet de phonétique acoustique traitant des processus stochastiques que sont les signaux acoustiques dans la communication téléphonique.

  • 8 Pour Auroux (2009), la « mathématisation intrinsèque » permet de créer de nouveaux concepts, indiss (...)

14Pour Jakobson, la théorie de l’information est l’occasion d’édifier une mathématisation du continu, à savoir formaliser le passage du continu (le signal de la parole observable en production et en perception) au discret (les unités phonologiques du message). Il s’agit de savoir si cette mathématisation de la phonologie par la théorie de l’information peut être considérée comme « intrinsèque » et non « couvrante », bien qu’utilisant des méthodes statistiques8.

15Jakobson, Cherry et Halle (1953) empruntent à la théorie de la communication son modèle de chaîne en cinq composants : source de l’information + encodeur + canal + décodeur + bassin d’information ; en regroupant certains composants, on obtient : l’émetteur (source de l’information + encodeur) et le récepteur (décodeur + bassin d’information). Les auteurs déclarent adopter les concepts de code et de message, beaucoup plus clairs et opérationnels que les dichotomies langue/parole, language/speech etc. Ils empruntent également la notion de redondance, et le principe de binarité qui vient remplacer le principe d’opposition.

16L’objectif de la DFT est d’établir un « speech code », à savoir un encodage des contrastes phonologiques en traits distinctifs binaires avec un minimum de redondance. Il s’agit de doter la phonétique d’une structure et de décomposer les phonèmes, jusqu’alors de simples inventaires, en traits distinctifs porteurs d’information pour le récepteur. Un trait distinctif est reconnu par le récepteur s’il appartient au code commun à lui et à l’émetteur, s’il est transmis correctement et s’il atteint le récepteur. Les auteurs montrent l’intérêt de la redondance, qui augmente la fiabilité de la communication parlée en la rendant résistante aux différentes sources de distorsion. Enfin, ils empruntent à la théorie de l’information son analyse en termes discrets binaires des processus de communication, à l’aide de chaînes de Markov. L’incompatibilité de traits ou leur cooccurrence à l’intérieur d’une même langue et d’un même phonème sont déterminées par des lois d’implication universellement valides ou bien par une grande probabilité statistique. Cette probabilité permet d’éliminer les traits hautement probables et de diminuer la redondance. Jakobson (1963) justifie l’application des probabilités conditionnelles à la phonologie : contrairement à la production de la parole, la perception est un processus stochastique. Dans le cas par exemple d’homophonies (qui n’existent que pour l’auditeur), la levée des ambiguïtés dépend des probabilités conditionnelles du contexte.

17Dans la DFT, la notion de redondance intervient à deux niveaux :

  1. Identifier les traits distinctifs. Alors que l’approche praguoise distinguait les traits pertinents et non pertinents, la DFT oppose les traits distinctifs et les traits redondants. Ces derniers peuvent être pertinents, mais contrairement aux traits distinctifs, ils sont dépendants, soit de la chaîne parlée, soit d’autres traits du même phonème. Le système phonologique d’une langue donnée peut être représenté sous la forme d’un tableau à deux dimensions (phonèmes et traits distinctifs) et trois valeurs possibles (marqué, non marqué, redondant). Selon les auteurs, ce tableau constitue un véritable manuel de décodage (code book) destiné à identifier les phonèmes.

  2. Classer les phonèmes en réduisant la redondance grâce au faible nombre de traits distinctifs.

  • 9 « On s’aperçoit maintenant de la nécessité d’une stricte distinction entre différents types de redo (...)

18La notion de redondance assume alors le caractère contradictoire qu’elle a dans la théorie de l’information9 : même s’il faut réduire la redondance pour améliorer la transmission du message, il faut reconnaître qu’elle est porteuse d’information et peut aider à identifier le message quand il y a du bruit. Jakobson (1963) insiste sur le fait que les linguistes sont les véritables découvreurs de la notion de redondance en rhétorique : la théorie de la communication l’aurait empruntée et redéfinie par rapport à l’entropie, et la linguistique l’aurait retrouvée avec l’idée de la distinction entre traits redondants et traits distinctifs.

19Le principe de binarité constitue sans doute l’un des emprunts par convergence les plus intéressants de la DFT à la théorie de l’information :

La découverte progressive, par le linguiste, qu’un principe dichotomique est à la base de tout le système des traits distinctifs du langage, se trouve corroborée par l’emploi comme unité de mesure, chez les ingénieurs des communications, des signaux binaires (binary digits ou bits, pour employer le mot-valise devenu populaire). (Jakobson 1963, p. 88)

20Le principe de binarité présente plusieurs avantages pour la DFT :

  1. Reprendre en la radicalisant la notion d’opposition. Jakobson va tenir la binarité des traits pour un véritable principe inhérent à la structure du langage, qu’il élargira à l’ensemble des unités linguistiques. Ses arguments sont les suivants : c’est la structure la plus économique pour la description en ce qu’elle permet la réduction de toutes les oppositions phonologiques à un ensemble minimal d’oppositions binaires uniformes ; sur le plan de l’acquisition, l’opposition binaire est la première opération logique de l’enfant ; la plupart des oppositions phonologiques sont clairement binaires, telles que le voisement, l’aspiration, la tension, etc. ; sur le plan neurophysiologique, les fibres nerveuses répondent par 0 ou 1 comme les ordinateurs ; enfin, sur le plan de la communication, si on parle pour être compris, les paramètres phonétiques doivent être réguliers et se refléter dans les langues naturelles.

    • 10 « The listener is obliged to choose either between two polar qualities of the same category, such a (...)

    La détermination des traits distinctifs pour une langue donnée s’effectue sous la forme d’un parcours par le récepteur d’un arbre de décision dichotomique à l’aide de questions oui-non10. Le choix en questions oui-non est mis en avant par Cherry (1957) comme une des caractéristiques essentielles de la théorie de l’information.

  2. Les décisions binaires sont plus faciles à mettre à exécution que les décisions ternaires ou n-aires, du point de vue logique comme empirique. Associées à l’opposition marqué/non marqué, où « marqué » signifie porteur d’information, elles sont idéales pour coder l’information.

  3. Enfin, le principe binaire a permis d’amorcer une démarche explicative en phonologie, absente des approches structuraliste et distributionnaliste, et qui sera reprise par la phonologie générative. Mais cet argument, de même que le principe de binarité en phonologie, considéré plus comme un dogme qu’une nécessité, a été vivement critiqué par de nombreux linguistes (Heny 1967, Fischer-Jørgensen 1975, Anderson 1985, entre autres). Toutefois, la DFT a été adoptée par la plupart des linguistes dans les années soixante, même s’ils ont contesté le nombre de traits ou le nombre de dimensions de description.

  • 11 Waugh et al. (1990) signalent l’attrait qu’avait la théorie de la relativité pour Jakobson, ainsi q (...)

21Dans ses appréciations réflexives, il arrive que Jakobson amplifie la réciprocité des apports entre les deux disciplines : « La théorie de la communication me paraît une bonne école pour la linguistique actuelle, tout comme la linguistique structurale est une école utile pour les ingénieurs des télécommunications » (Jakobson, 1963 [1953], p. 32). En fait, un certain nombre de références à l’interaction entre linguistes et ingénieurs et à la cybernétique ne datent que de 1961 [1963], soit une dizaine d’années après la mise en place de la DFT. Comme le signale Van de Walle (2008), Jakobson (1963) proclame que l’élucidation en cybernétique de notions telles que « goal-attainment », « goal-failure » et « negative feedback » ouvrent des possibilités nouvelles en linguistique, alors que lui-même n’a jamais utilisé ces notions. Il donne d’ailleurs libre cours à une certaine dérive métaphorique lorsqu’il prétend faire de la « linguistique quantique » en tenant les traits distinctifs pour des unités irréductibles comparables aux atomes (1963), en comparant la mécanique quantique et la linguistique structurale, toutes deux déterministes (1958), et en attribuant au linguiste un rôle d’observateur-participant11 : le linguiste doit passer du rôle de cryptanalyste non destinataire du message à celui de « décodeur normal », de récepteur membre de la communauté linguistique étudiée (1953 [1963], p. 33). Selon Segal (2003), cette assimilation du linguiste à l’observateur-participant, donc du théoricien de l’information au destinataire du message, constitue un complet contresens du schéma de communication proposé par Shannon. C’est plutôt, en effet, une idée du théoricien de l’information Cherry qui la développe longuement dans son ouvrage Human communication (1957).

Conclusion

22Pour conclure, on dira que malgré ses dérives a posteriori amplifiant et exagérant les connexions entre théorie de l’information et linguistique, Jakobson a inauguré une forme tout à fait originale de collaboration entre linguistes, ingénieurs et mathématiciens. La mise en place d’une nouvelle phonologie en continuité avec la phonétique, grâce à la priorité donnée aux dimensions acoustiques et perceptives, s’est trouvée renforcée par certains aspects mathématiques de la théorie de l’information. On peut dire qu’on a ici affaire à des phénomènes de transfert par convergence. L’utilisation des probabilités conditionnelles permettant de traiter les ambiguïtés (qui n’existent que pour le destinataire) constitue un transfert de méthode aboutissant à une véritable mathématisation du langage en communication, qui ne peut être qualifiée ni d’« intrinsèque », ni de « couvrante ». L’attention de Jakobson à la communication dialogique héritée de la tradition russe a favorisé la convergence avec l’approche communicationnelle de l’information élaborée par Cherry. De même, les notions de redondance et de binarité sont entrées en convergence avec les notions d’opposition et de pertinence de la phonologie structurale. Même si la binarité a pu être contestée, elle a joué un rôle certain de clarification de la DFT et ouvert la voie à un traitement dynamique du signal sonore par le récepteur ainsi qu’à une approche explicative en linguistique.

Bibliographie

Références

Anderson, Stephen R., 1985, Phonology in the Twentieth Century, Chicago, Chicago Press.

Auroux Sylvain, 1987, « Histoire des sciences et entropie des systèmes scientifiques. Les horizons de rétrospection », Zur Theorie und Methode der Geschichtsschreibung der Linguistik, Peter Schmitter éd., Tübingen, Narr, p. 20-42.

Auroux Sylvain, 1994, La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga.

Auroux Sylvain, 2009, « Mathématisation de la linguistique et nature du langage », Histoire Épistémologie Langage 31/1, p. 5-45.

Boë Louis-Jean, 1997, « Sciences phonétiques et relations forme-substance : un siècle de ruptures, négociations et réorganisations », Histoire Épistémologie Langage 19/1, p. 5-41.

Cherry Colin, 1957, On Human Communication, Cambridge, The MIT Press.

Cherry Colin, Halle Morris et Jakobson Roman, 1953, « Toward the logical description of languages in their phonemic aspect », Language 29, p. 34-46.

Dahan Amy et Pestre Dominique éd., 2004, Les sciences pour la guerre (1940-1960), Paris, Éditions de l’EHESS.

Fischer-Jørgensen Eli, 1975, Trends ofPhonological Theory, Copenhague, Akademisk Forlag.

Heny Frank W., 1967, « Non-binary phonological features », UCLA Working Papers 7, p. 91-120.

Fant Gunnar, 2005, « Historical notes », Speech, Music and Hearing, KTH, vol. 47, p. 9-19.

Jakobson Roman et Lotz J., 1949, « Notes on the French phonemic patterns », Word 5, p. 151-158.

Jakobson Roman, Fant Gunnar et Halle Morris, 1952, Preliminaries to Speech Analysis. The Distinctive Features and their Correlates, MITAcoustic Laboratory, Technical report n° 13.

Jakobson Roman, 1963 [1953], « Le langage commun des linguistes et des anthropologues », Essais de linguistique générale, Paris, Seuil, p. 25-42.

Jakobson Roman, 1958, « Typological studies and their contribution to historical comparative linguistics », Actes du 8e Congrès international des linguistes, Eva Sivertsen éd., Oslo, Presses universitaires d’Oslo, p. 17-35.

Jakobson Roman, 1963 [1961], « Linguistique et théorie de la communication », Essais de linguistique générale, Paris, Seuil, p. 87-10.

Joos Martin, 1948, Acoustic Phonetics, Language Monograph n° 23.

Potter Ralph K., Kopp George A., Green Harriet C., 1947, Visible Speech, New York, D. Van Norstrand Company Inc.

Romashko Sergej, 2000, « Vers l’analyse du dialogue en Russie », Histoire Épistémologie Langage 22/1, p. 83-98.

Segal Jérôme, 2003, Le zéro et le un. Histoire de la notion scientifique d’information au xxe siècle, Paris, Éditions Syllepse.

Shannon Claude E. et Warren Weaver, 1949, The Mathematical Theory of Communication, Urbana-Champaign, University of Illinois Press.

Van de Walle Jürgen, 2008, « Roman Jakobson, cybernetics and information theory : A critical assessment », Folia Linguistica Historica 29/1, p. 87-124.

Waugh Linda R. et Monville-Burston Monique, 1990, On Language. Roman Jakobson, Cambridge, Harvard University Press.

Notes

1 Waugh et al. (1990) signalent aussi les antinomies de la tradition dialectique russe post-hégélienne comme étant à l’origine de la notion d’opposition.

2 Selon Anderson (1985), il est difficile de distinguer ce qui appartenait à Troubetzkoy ou à Jakobson pendant la période praguoise. Comme l’atteste leur correspondance, les points de désaccord étaient minimes. Et ce n’est qu’après la mort de Troubetzkoy en 1938 que la position de Jakobson commença véritablement à diverger.

3 C’est dans un article de 1949 que Jakobson et Lotz utilisent la première fois l’expression distinctive features pour l’analyse du français.

4 Dans son article de 1938, Jakobson parle déjà de spectrogramme. Il s’agirait probablement de l’utilisation des spectrographes du laboratoire de phonétique de Prague dirigé par Bohuslav Hála (1894-1970). Je tiens à remercier Tomáš Hoskoveč, professeur à l’université Masaryk (Brno) et secrétaire du Cercle Linguistique de Prague, pour ces précisions. Je remercie également Enrica Galazzi et Savina Raynaud pour leur aide précieuse dans cette enquête.

5 Voir aussi les travaux de Joos (1948).

6 Comme le note Boë (1997), Jakobson transgresse avec la DFT deux principes de la linguistique saussurienne et praguoise : l’arbitraire du signe non fondé sur la réalité phonique, et la valeur où les unités ont des propriétés relatives dans le système, et non absolues, substantielles et universelles.

7 Seuls les travaux de Markov, d’ailleurs cités par Shannon, préfiguraient ce type de travaux. Ceux de Zipf n’établissaient que des distributions de fréquences univariées (fréquences de mots).

8 Pour Auroux (2009), la « mathématisation intrinsèque » permet de créer de nouveaux concepts, indissociables de leur formulation mathématique. Il appelle « mathématisation couvrante » les approches quantitatives qui abordent le langage « par-dessus », en effectuant des comptages d’éléments observables, comme les mots, et en leur attribuant une propriété ou un chiffre.

9 « On s’aperçoit maintenant de la nécessité d’une stricte distinction entre différents types de redondance, et cela en théorie de la communication comme en linguistique, où le concept de redondance embrasse d’une part les moyens pléonastiques en tant qu’ils s’opposent à la concision explicite (la brevitas de la rhétorique traditionnelle), et d’autre part ce qui est explicite par opposition à l’ellipse. Au niveau phonologique, les linguistes sont habitués à distinguer les traits phonologiques distinctifs des variantes contextuelles ou combinatoires (allophones), mais le traitement, par la théorie de la communication, de problèmes étroitement liés, la redondance, la prédictabilité et les probabilités conditionnelles, a permis de clarifier les rapports entre les deux principales classes de qualités phoniques – les traits distinctifs et les traits redondants » (Jakobson, 1963, p. 89).

10 « The listener is obliged to choose either between two polar qualities of the same category, such as grave vs acute, compact vs diffuse, or between the presence and absence of a certain quality, such as voiced vs unvoiced etc. The choice between the two opposites may be termed distinctive feature. The distinctive features are the ultimate distinctive entities of language since no one of them can be broken down into smaller linguistic units » (Jakobson et al. 1952, p. 3).

11 Waugh et al. (1990) signalent l’attrait qu’avait la théorie de la relativité pour Jakobson, ainsi que toutes les notions communes à la physique, aux mathématiques et à la linguistique.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search