Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Troisième partie. Histoire et singularités

Meillet devant la linguistique contemporaine

Hava Bat-Zeev Shyldkrot

Texte intégral

Introduction

  • 1 A. Blinkenberg 1928 ; F. Brunot 1905-1938 ; L. Foulet 1923 ; E. Lerch 1929 et 1933 ; F. de Saussure (...)

1Pendant de nombreuses années, durant toute sa vie active, Antoine Meillet a été considéré comme l’autorité incontestée et la figure dominante du monde linguistique. Jusqu’à ce jour, les sujets abordés par lui et les questions soulevées dans ses nombreux écrits ne semblent rien avoir perdu de leur importance. Ses conceptions ont souvent fait preuve d’un esprit pionnier et ont généralement suscité un grand intérêt. Sa contribution à la grammaire comparée, aux langues indo-européennes et à la linguistique générale a toujours été saluée par les linguistes et a stimulé des débats, provoquant ainsi la parution de nombreux articles et ouvrages écrits par des chercheurs de différentes générations et d’horizons divers. Son apport scientifique semble si diversifié que les tentatives de le caractériser ne font qu’encourager la reprise d’analyses plus poussées. Notre objectif est de découvrir comment les conceptions de Meillet – cent ans après leur publication – attirent toujours une attention particulière, jusqu’à constituer une base importante pour certaines théories linguistiques contemporaines. Ce travail s’intéresse surtout aux écrits mineurs de Meillet : ses comptes-rendus et certains de ses articles, et moins aux livres principaux. Tout particulièrement, il évoque deux contributions qui traitent de la linguistique romane et générale. Il a une triple visée : d’une part, examiner à travers ces écrits moins consultés, certaines controverses linguistiques de l’époque. En effet, une pléthore d’œuvres novatrices et importantes qui apparaissent pour la première fois en Europe1 constituent une excellente occasion d’examiner les positions de Meillet pour ce qui est des phénomènes linguistiques abordés. D’autre part, ce travail a pour but d’observer l’attitude de la linguistique contemporaine à l’égard des travaux de Meillet. Plus précisément, on cherchera à savoir dans quelle mesure les vues de Meillet formulées alors sont toujours appréciées par les écoles dominantes de la discipline, ou, tout au moins, citées et prises en considération. Enfin, une étude rétrospective, analysant les prédictions de Meillet sur l’état de la linguistique contemporaine et ses conceptions dominantes, nous permettrait de mesurer la contribution que ses théories ont apportée.

États des lieux

2Quatre ouvrages importants, publiés en l’espace de quelques années, ont étudié l’apport de Meillet aux différents domaines de la linguistique, sans compter le grand nombre d’articles rédigés à ce sujet. Deux livres ont été publiés dans les années 1980, et deux autres plus tard, quand la grande notoriété de Meillet aux États-Unis avait déjà été confirmée. Le premier, L’Opera Scientifica di Antoine Meillet, rassemble les actes d’un colloque consacré à l’héritage de Meillet, qui a eu lieu à Pise en décembre 1986. La plupart des écrits inclus dans ce volume traitent de Meillet en tant que comparatiste. Claudine Normand et Christian Puech (1986), les seuls à avoir écrit en français, abordent certaines questions qui semblent préoccuper les linguistes et les historiens de la linguistique. Ils expriment le désir, constamment ressenti, de mieux comprendre l’impact de Meillet, « une figure centrale dans la recherche et la diffusion de la linguistique en France » (1986, p. 22). Selon eux, Meillet incarne une certaine continuité française, car il vise à établir une progression continue entre la philologie, la grammaire comparée, la linguistique historique et la linguistique sociale. Claudine Normand et Christian Puech se concentrent sur l’importance qu’attache Meillet au célèbre Cours de linguistique générale de Saussure (= CLG, 1915), et en particulier, au principe de l’autonomie de la langue, qu’il définit comme « la langue considérée en elle-même », principe qui constitue l’une des idées fondamentales relevées par Meillet dans ce volume.

3Le second volume, qui forme un numéro spécial d’Histoire Épistémologie Langage, rassemble également une collection d’articles édités par Sylvain Auroux (1988), à la suite d’un autre colloque sur les travaux de Meillet. Ce second recueil est divisé en trois parties : « Questions de méthode », « Langues du monde » et « Le savant dans le monde ». Plusieurs questions concernant les vues de Meillet sur la linguistique de son temps y sont débattues. Le volume reflète, en effet, une volonté constante de mieux identifier les aspects innovants de Meillet et, surtout, de mieux connaître les positions de ce chercheur, qui restent toujours énigmatique, malgré les efforts immenses faits pour comprendre sa pensée.

4Un troisième livre qui traite de l’état de la linguistique au xixe siècle et au début du xxe a été publié par Gabriel Bergounioux (1994). Ce petit ouvrage intéressant évalue l’influence de plusieurs éminents linguistes. Il attribue une importance considérable à Meillet et examine son rôle au sein de la communauté universitaire de son temps. Bergounioux (1994, p. 46) souligne la « position exclusive de Meillet » à la fois du point de vue institutionnel-administratif et linguistique. En fait, ces deux points de vue semblent être liés dans le cas de Meillet. Bergounioux suggère encore que « Meillet est à lui seul un résumé de la linguistique française de son temps », « s’étant assuré le contrôle de l’ensemble du champ de la linguistique en France ». Ainsi, pendant quarante ans, il a occupé la fonction de secrétaire de la Société de linguistique de Paris, ayant la compétence de statuer sur ses intérêts et son image, de préparer les protocoles et l’agenda de ses réunions dans le but de les publier dans le Bulletin (BSLP et BSL), dont il était le seul rédacteur en chef. En effet, pendant plusieurs années, il a été le seul à publier des comptes-rendus critiques dans le Bulletin. C’est seulement quand il n’était plus en mesure d’évaluer le grand nombre de livres envoyés à la revue qu’il a accepté de partager cette tâche avec d’autres linguistes. Il semble que ces fonctions lui aient permis d’ajuster le milieu linguistique à ses propres conceptions, opinions et préférences. Enfin, un quatrième volume qui pourrait également éclairer les idées de cet éminent linguiste est l’ouvrage édité par Gabriel Bergounioux et Charles De Lamberterie Meillet aujourd’hui, 2006. Ce livre, bien qu’il expose des documents inédits tels que le journal de Meillet, se consacre essentiellement à la linguistique comparative, à l’arménien et aux langues slaves et germaniques, nullement aux langues romanes.

  • 2 Un tel travail en cours, précisément dans ce but.

5Les quatre ouvrages cités aspirent à faire connaître les positions de Meillet, à comprendre sa démarche et à mieux identifier ses points de vue et ses idées, auxquels les chercheurs n’ont eu que très peu d’accès jusqu’ici. Cependant, à notre sens, un survol, même rapide, de la liste de ses travaux, démontre bien que ces objectifs pourraient être mieux atteints au moyen d’un examen minutieux de ses écrits mineurs souvent considérés comme marginaux2.

6Il peut être utile, afin de déceler l’apport controversé de Meillet, de l’illustrer par un cas de figure concret. La plupart des travaux traitant de Meillet, dont les quatre volumes mentionnés, soulignent l’admiration de Meillet à l’égard de Saussure et du CLG. En effet, il signale fréquemment l’importance de Saussure et de son ouvrage. Cependant, il a également manifesté des réserves à maintes reprises – non à l’égard de Saussure, mais plutôt par rapport au CLG : « Les objections que l’on est tenté de faire, sont liées au manque de rigueur avec laquelle les idées générales qui dominent le CLG sont développées » (1916, p. 161-168). Cette objection est exprimée une seconde fois dans le même compte rendu : « Il n’est pas nécessaire de critiquer les détails d’un livre, qui constitue une adaptation d’un enseignement oral insaisissable, car il est difficile de savoir si les détails proviennent de l’auteur [Saussure] ou les éditeurs » (Bat-Zeev Shyldkrot 2008, Béguelin 2007). De même, dans la notice nécrologique publiée après la mort de Saussure dans l’Annuaire de l’École pratique des hautes études (1913-1914), Meillet traite très brièvement des idées exprimées dans le CLG et insiste sur l’importance attribuée à la dichotomie synchronie/diachronie. Cependant, une certaine réserve y est exprimée, se référant à l’ouvrage, non pas à l’homme ou à ses théories. Le mécontentement de Meillet est loin d’être négligeable. Il implique assez clairement que le livre ne reflète pas fidèlement les idées de Saussure : « Parmi les réflexions sur la linguistique générale de Saussure, qui le préoccupaient au cours des dernières années, rien n’a été publié. [...] Seuls les élèves qui ont suivi à Genève les cours de F. de Saussure sur la linguistique générale ont pu profiter de ses idées ; seuls, ils connaissent les formules précises et les belles images par lesquelles a été illuminé un sujet neuf » (ibid). Par conséquent, il semble que l’analyse des remarques et critiques de Meillet dans ses divers écrits que nous appelons mineurs soit, en effet, essentielle à la compréhension de ses positions sur le tournant linguistique de son temps.

Corpus consulté

  • 3 Plusieurs articles ont été publiés sur l’apport de Meillet, traitant essentiellement de l’aspect co (...)

7En dehors de vingt-quatre livres rédigés par lui, ayant pour thème la linguistique comparative et plusieurs langues indo-européennes telles que l’arménien et les langues classiques (Meillet 1903, 1924), il a publié un grand nombre d’articles, notes, nécrologies et autres types de rapports parus dans des revues scientifiques, des collections diverses et même des quotidiens. Comme il a déjà été signalé, Meillet a également écrit d’innombrables comptes-rendus critiques, certains de longueur considérable. Toutes ces publications sont considérées comme ses écrits « mineurs » et sont, sauf exceptions, négligées dans la recherche existante. Selon la liste faite par Benveniste en 1937, en plus de ses livres, Meillet a publié 540 articles et autres écrits. Gabriel Bergounioux et Charles de Lamberterie (2006) ont ajouté à la liste de Benveniste plusieurs autres articles, exclus de l’inventaire ancien pour des raisons inconnues. En effet, il est difficile d’énumérer tous les articles puisque quelques-uns ont été publiés dans des revues peu connues et d’autres ont paru plusieurs fois presque sans changements. Par ailleurs, une liste complète de l’ensemble de ses comptes-rendus, pour la plupart publiés dans le Bulletin de la Société de linguistique de Paris, Litteris, la revue Critique et quelques autres revues de philologie, n’existe pas encore. En effet, les idées exprimées dans ces écrits semblent être la principale raison de la résurgence de Meillet comme figure linguistique dominante3.

Deux nouveaux concepts : « mots outils » et grammaticalisation

  • 4 Nous ne traitons ici que de la valeur des prépositions. Un autre article, écrit par Meillet (« le r (...)
  • 5 Parmi les chercheurs traitant de ce thème on retrouve : Brøndal 1939, Cervoni 1991, Gougenheim 1959 (...)
  • 6 Voir à ce sujet Langacker 1992, Lyons 1968, Ruwet 1982.

8Deux thèmes élaborés pour la première fois de manière explicite par Meillet démontrent à quel point la linguistique moderne a été influencée par lui. Il s’agit de la valeur des « mots outils » et de la grammaticalisation, les deux étant étroitement liées. Le développement des conjonctions4 et des prépositions, termes qu’il a intitulés « outils grammaticaux » ou « mots outils », par opposition aux « mots principaux », est devenu un objet de recherche central en linguistique française. Dans un premier temps, son disciple direct Joseph Vendryes (1921) caractérise certaines prépositions du français, notamment à et de introduisant un infinitif, comme « mots vides ». Depuis, de nombreux grammairiens et linguistes ont été intrigués par le statut de ces constituants dans des contextes particuliers, où la signification qui leur est associée ailleurs5 semble manquer, ne leur laissant donc qu’une fonction grammaticale. La valeur de ces prépositions a, en effet, fait l’objet de plusieurs discussions qui se sont propagées à d’autres langues également6 et qui ont éveillé un grand intérêt jusqu’à la fin du xxe siècle.

  • 7 Voir à ce sujet Bat-Zeev Shyldkrot H., Bertin A. et Soutet O. « Subordonnants et subordination : fr (...)

9Plusieurs étiquettes ont été apposées à ces prépositions, dont celles de prépositions incolores, vides, abstraites etc. Meillet et Vendryes estiment que la distinction entre une préposition « vide » et une préposition « pleine » n’est pas nette et univoque. Elle est plutôt graduelle, et correspond à différentes étapes résultant de processus diachroniques : « … plus elle s’affirme comme vide, plus elle augmente sa valeur abstraite » (Vendryes 1921, p. 201). L’idée de l’existence d’un continuum, qui sera évoquée ultérieurement par certaines écoles linguistiques et qui formera l’un des principes de base de la grammaticalisation, est déjà exprimée par ces deux linguistes et occupe une place épistémologiquement importante. Les débats centrés sur la valeur de ces prépositions ont continué de façon assez régulière. Gougenheim (1959) s’oppose à cette appellation, la limitant à un très petit nombre de cas introduits par de. Pottier (1962), ayant développé une théorie sémantique générale, a complètement rejeté la distinction adoptée par Meillet et Vendryes. L’apparition de la théorie générative, aux États-Unis d’abord et en Europe ensuite, a fait resurgir la distinction vide/pleine établie à l’origine par Meillet et Vendryes. La linguistique générative française, adoptant les grandes lignes de la grammaire structurale, a réutilisé le terme « vide de sens » dans la description de ces prépositions. Ainsi, Ruwet (1982, p. 321) considère la préposition à comme un simple marqueur de subordination, qui ne contribue pas à l’interprétation sémantique. Les grammaires cognitives ont poursuivi le débat (Langacker 1992) en s’opposant fermement à l’optique générative. On s’aperçoit donc qu’un thème apparemment secondaire – la valeur des prépositions – est devenu un sujet de débats pour plusieurs générations et différentes écoles linguistiques. Il s’avère, en effet, que la distinction entre « préposition vide » et « préposition pleine » est poreuse, et que les chercheurs éprouvent des difficultés à se mettre d’accord sur les critères susceptibles de trancher ce débat. Cette idée de continuum revient d’ailleurs dans les recherches actuelles en ce qui concerne la distinction entre conjonction et adverbe, coordination et subordination, et permet de jeter un autre regard sur différentes manifestations linguistiques7. Comme les discussions autour de ce sujet n’ont pas été conclusives, il est clair que cette polémique peut resurgir dans certaines conditions appropriées.

10De même, le concept de grammaticalisation formulé et développé par Meillet dans deux de ses articles (1912, 1915-1916), introduit un saut qualitatif dans la recherche du changement linguistique, si bien que les chercheurs se sont demandé s’il devrait être considéré comme une théorie, un cadre ou plutôt comme un processus. La position de Meillet, attribuant à la grammaticalisation les propriétés d’un processus, a suscité des controverses. La plupart des linguistes historiques se sont prononcés sur cette question. Jusqu’à la fin des années soixante-dix, ce concept a été repris et examiné essentiellement par Benveniste (1968) et Kuryłowicz (1975). À partir des années soixante-dix, les débats autour de la grammaticalisation ont contribué à l’expansion de la linguistique historique marquant un tournant dans cette discipline. Des discussions autour de la grammaticalisation évoquant la théorie ou le processus comme facteur prédominant du changement linguistique se sont engagées et un vocabulaire entièrement nouveau, reflétant les hésitations des uns et des autres, a été mis en place. Parmi les tenants de cette approche, les partisans du fonctionnalisme utilisent un vocabulaire différent de ceux qui adoptent une attitude purement formelle. Comme le signale van Sterkenburg (2008, p. 177), Givon – une figure principale dans l’étude de la grammaticalisation – a inventé, au cours de sa découverte du travail de Meillet sur la grammaticalisation, l’aphorisme qui voit dans « la morphologie d’aujourd’hui la syntaxe d’hier ». Notons que même lorsqu’un vocabulaire identique est utilisé, il fait souvent référence à des concepts distincts, qui peuvent conduire à des résultats complètement différents. Cette nouvelle terminologie de la linguistique historique, qui n’existait pas auparavant, comprend les termes : dégrammaticalisation, regrammaticalisation, décategorisation, reclassement, transcatégorisation, réanalyse, gradience et gradualité. Remarquons également d’autres termes tels qu’exaptation chez Vincent (1995) ou Ramat (1998), ou l’irréversibilité que Schøsler (2003) a utilisée pour ne pas confondre avec l’unidirectionnalité, pour n’en citer que certains. En revanche, il y a dix ans déjà, Campbell (2001) et Janda (2001) mettaient en garde contre cette tendance néologique un peu exagérée, allant jusqu’à considérer comme « de faible intérêt » cette terminologie dérivée ainsi que le terme de base grammaticalisation. Or, même si l’existence d’une nouvelle terminologie ne prouve pas nécessairement que le concept est valide, le renouvellement constant des conditions supplémentaires qui sont discutées et examinées et le grand nombre d’écrits publiés à ce sujet par des chercheurs de différentes écoles de pensée conduisent inévitablement à la conclusion que les innovations de Meillet sur le changement linguistique sont essentielles à la compréhension de ce type de phénomènes.

  • 8 Voir les différents articles dans Linx 59 (2008).

11Il est incontestable que ces deux thèmes analysés par Meillet sont liés. La vacuité sémantique des prépositions ou des conjonctions n’est pas un trait inhérent. Elle est atteinte progressivement et constitue une étape dans l’évolution de ces unités, résultant de processus diachroniques et notamment de la grammaticalisation. Cette perte de sens est une des causes principales du renouvellement des conjonctions. Les études récentes sur les conjonctions8 ont d’ailleurs montré que les conjonctions et les locutions conjonctives changeaient de sens, perdaient leur sens et étaient souvent remplacées par d’autres termes. Ainsi, plusieurs locutions conjonctives marquant l’antériorité ont disparu en faveur de avant que, qui est restée la seule locution à porter ce sens (devant que, premier que, prime que).

12Vu l’importance de ces deux questions traitées par Meillet, il y a lieu de croire que certains autres thèmes principaux, peut-être de valeur semblable, mentionnés dans ses écrits mineurs sont passés inaperçus et attendent toujours d’être analysés.

Renaissance tardive

13C’est par le biais de la linguistique américaine, après une période d’environ quarante ans, que les idées de Meillet ont été revalorisées en Europe et en particulier en France. Durant cette période, les conceptions théoriques de Meillet passent à l’arrière-scène linguistique en Europe. La renaissance de ses œuvres à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt, axée sur le changement linguistique, porte un nouvel éclairage sur les idées qu’il avait exprimées bien plus tôt.

  • 9 Le terme est utilisé pour la première fois en français en 1812, accepté par l’Académie française en (...)

14Les deux thèmes abordés démontrent bien que le rôle essentiel joué par Meillet est de promouvoir la théorisation du domaine linguistique, pour laquelle le terme même de « linguistique » était relativement nouveau9. Même si la linguistique générale a été mentionnée et discutée en Europe depuis la fin du xixe siècle (Paul 1880, Rousselot 1897-1901), il est loin d’être évident que le terme « linguistique générale » ait eu le sens d’universaux linguistiques qu’il a acquis actuellement. L’originalité de Meillet était dans le raffinement et la redéfinition de ce terme et de son contenu, de manière complètement différente des méthodes comparatives utilisées dans ses ouvrages majeurs. Contrairement à Jakobson (1956), Sapir (1949) ou Bloomfield (1933), les ouvrages de Meillet traitent des problèmes spécifiques des langues indo-européennes plutôt que des théories générales. Ils sont donc rarement cités et semblent avoir moins d’influence. Ceci étant, nous émettons l’hypothèse que les théories linguistiques générales de Meillet peuvent être expliquées et reconstruites essentiellement à partir des idées exprimées dans certains de ses articles et critiques plutôt que dans ses livres.

15Cette hypothèse peut être plus élaborée compte tenu de plusieurs facteurs. Ainsi, sous l’influence de la philosophie et de l’idéologie du Zeitgeist en Europe, Meillet était ouvert aux nouvelles idées, aux nouvelles théories et aux changements. Sa collaboration étroite avec Émile Durkheim l’a amené à développer une pensée linguistique qui prend en considération la relation complexe existant entre la langue et les institutions sociales. Bien que les études minutieuses de Meillet portant sur les exemples indo-européens soient considérées comme la majeure partie de son travail, l’attention constante et toute particulière qu’il a attribuée aux faits sociaux de son temps revêt aujourd’hui une importance considérable. Cette attention peut être illustrée par ses nombreux comptes-rendus de différents volumes de l’Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot (1914, 1910, 1911, 1914, 1918, 1935), en opposition à celle concernant les travaux de Charles Bally (1910). Meillet témoigne une grande estime à l’égard du travail de Brunot et lui accorde une importance considérable, tout en suggérant plusieurs modifications méthodologiques. Toutefois, le vocabulaire utilisé pour évaluer ces ouvrages semble très réservé : il se contente d’utiliser certaines expressions telles que « bien écrit » ou « lecture agréable ». Contrairement à cette attitude, il a été particulièrement impressionné par la méthode sociolinguistique de Bally, qui a préconisé une recherche purement synchronique et favorisé l’étude du fonctionnement linguistique dans un temps donné, sans tenir compte de son développement historique. Meillet a intitulé cette approche « l’une des méthodes les plus exceptionnelles » et l’a considérée comme un « rajeunissement des sciences ». De même, la variation linguistique et la dialectologie ont été à plusieurs reprises valorisées et leur portée est toujours soulignée dans les comptes-rendus de Meillet. Ainsi, Meillet émet ses réserves par rapport à la position normative établie, qui considérait la linguistique historique comme le domaine le plus important dans l’étude de la langue.

16L’approche novatrice de Meillet se reflète également dans ses vues sur l’interaction entre la langue et la culture, où on reconnaît l’influence de Bally (1910, 1913). Or, même si cette interaction a été élaborée précédemment, Meillet y voit un facteur essentiel et lui accorde une extrême importance. Il prend en considération des facteurs psychologiques et sociologiques et leur attribue une portée capitale. Son idée était que le sens se développe à partir d’une organisation sociale et des aspects culturels, qui semblent accélérer ou ralentir les phénomènes linguistiques. Il conviendrait de signaler que Meillet était celui qui a introduit la notion de frontières culturelles, insistant sur le fait qu’elles doivent être considérées comme un facteur prédominant dans l’étude des phénomènes liés au système linguistique.

Conclusion

17La plupart des chercheurs qui s’intéressent à l’histoire de la linguistique en France, et en particulier aux travaux de Meillet, reconnaissent leur importance. Cependant, ils semblent hésiter en ce qui concerne les aspects innovants de ses écrits, d’autant plus que l’étude de ses écrits mineurs a été assez négligée. L’analyse de deux phénomènes étudiés précédemment a confirmé notre hypothèse principale, montrant que Meillet peut être considéré comme un précurseur de la linguistique moderne. L’importance de sa contribution, jusqu’alors sous-estimée, n’a pu être reconnue qu’après la révolution chomskyenne et la reconnaissance des recherches typologiques issues de Greenberg. En effet, l’intérêt de Meillet dans les universaux du langage, au moment où la méthode philologique constitue toujours le noyau principal de la discipline linguistique, a été revalorisé au moment de la floraison de la recherche sur les universaux, à la fois dans une perspective typologique (Greenberg 1966) et dans un cadre formel (Chomsky 1957). Ce n’est qu’au début des années soixante-dix qu’un grand changement de tendance aura lieu, allant même jusqu’à intégrer les universaux dans toute explication grammaticale – jusqu’à y voir une méthode légitime pour étudier la langue humaine. Les courants diachroniques, en plein essor à cette époque, tout comme les progrès accomplis par les différents courants cognitifs, ont poussé les linguistes à réexaminer les anciens écrits, y compris ceux de Meillet, et à suivre leur exemple. Par conséquent, il semble que la conception de Meillet des universaux linguistiques anticipe les changements fondamentaux en linguistique qui ont eu lieu dans les décennies qui ont suivi sa mort.

18Outre ce qui a déjà été signalé, la pertinence posthume et l’originalité de Meillet peuvent être perçues en examinant son approche des aspects culturels de la langue et son introduction de la sociolinguistique comme une nouvelle discipline. Ainsi, il met l’accent sur les langues régionales et la dialectologie, les différents types de variations sociolinguistiques et sur l’interaction entre la langue et la culture, qui sont de nos jours reconnus comme influant sur de nombreux domaines et comme des facteurs déterminants de l’évolution linguistique. Meillet a attribué une très grande importance à ces aspects, contrairement à la plupart de ses contemporains, dévoilant ainsi une autre facette de son rôle de précurseur en linguistique moderne.

19Les hypothèses exprimées ci-dessus montrent que Meillet a exprimé des positions cohérentes et globales à l’égard de la science du langage et de la linguistique. Il semble donc que les écrits mineurs, plutôt que les grands ouvrages, démontrent bien que ses opinions étaient bien arrêtées. Il ne nous reste qu’à signaler encore que l’approche de Meillet, négligée et mise de côté à l’époque, est aujourd’hui étudiée et largement acceptée par la linguistique contemporaine.

Bibliographie

Références

Auroux Sylvain et Chevalier Jean-Claude éd., 1980, Histoire de la linguistique française, Langue française 48.

Auroux Sylvain et al., 1984, Matériaux pour une histoire des théories linguistiques, actes de ICHoLSII, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires de Lille.

Auroux Sylvain, 1988, « Antoine Meillet et la notion de linguistique générale », Histoire Épistémologie Langage 10/2, p. 37-56.

Auroux Sylvain éd. 1988, « Antoine Meillet et la linguistique de son temps », Histoire Épistémologie Langage 10/2.

Auroux Sylvain, 1989-2000, Histoire des idées linguistiques, 3 vol., Liège/Sprimont, Mardaga.

Bally Charles, 1913, Le langage et la vie, Linguistique générale et stylistique, Paris, Dumoulin.

Bally Charles, 1932, Linguistique générale et linguistique française, Berne, Francke.

Bat-Zeev Shyldkrot Hava éd., 1995, « Synchronie et diachronie : du discours à la grammaire », Langue française 107, p. 3-7.

Bat-Zeev Shyldkrot Hava éd., 1996, « Antoine Meillet devant la norme », Actas do XIXCongreso Internacional de Lingüistica e Filoloxía Románicas, Coruña, Universidade de Santiago de Compostela, p. 247-256.

Bat-Zeev Shyldkrot Hava éd., 1998, « Grammaticalisation et évolution de la langue : théories et systèmes », Travaux de linguistique 36, p. 27-35.

Bat-Zeev Shyldkrot Hava éd., 2007, « Antoine Meillet et le concept “Frontières culturelles en linguistique” », Cahiers de linguistique analogique 4, Soutet Olivier éd., p. 11-28.

Bat-Zeev Shyldkrot Hava éd., 2008, « Saussure, Meillet et le concept de grammaticalisation », Du côté de chez Saussure, Michel Arrivé éd., Limoges, Éditions Lambert-Lucas, p. 39-50.

Bat-Zeev Shyldkrot Hava, Bertin Annie et Soutet Olivier éd., 2013, « Subordonnants et subordination : frontières, chevauchement et cas limites », Langages 190.

Béguelin Marie-José (à paraître), « La langue et le temps. Analyse objective, analyse subjective et théorie de la grammaticalisation », Preprints of the Conference Révolutions saussuriennes, Genève, 19-22 juin 2007.

Benveniste Émile, 1937, « Bibliographie des travaux d’Antoine Meillet », Bulletin de la Société Linguistique 38, p. 43-68.

Benveniste Émile, 1968, « Les transformations des catégories linguistiques », dans Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard, p. 126-136.

Bergounioux Gabriel, 1994, Aux origines de la linguistique française, Paris, Pocket.

Bergounioux Gabriel, 1996a, « Aux origines de la Société de linguistique de Paris (1864-1876) », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, CXI/1, p. 1-36.

Bergounioux Gabriel, 1997, « La grammaire comparée des langues romanes en France. Éléments pour une histoire », Le français dans le monde, Numéro spécial, p. 59-74.

Bergounioux Gabriel et de Lamberterie Charles éd., 2006, Meillet aujourd’hui, Louvain/Paris, Peeters [avec bibliographie de Benveniste et ajouts d’autres auteurs].

Bertin Annie, 2003, « Les connecteurs de cause dans l’histoire du français – Contradictions du changement linguistique », Verbum XXV/3, p. 263-276.

Bertin Annie et Bat-Zeev Shyldkrot Hava éd., 2008, Les conjonctions en diachronie : parcours sémantiques, Linx 59.

Blinkenberg Andreas, 1928, L’ordre des mots en français moderne, 1re partie, Copenhague, Høst.

Bloomfield Leonard, 1933, Language, New York, H. Holt and Company.

Boer Cornelis (de), 1926, Essai sur la syntaxe moderne de la préposition en français et en italien, Paris, Champion.

Boer Cornelis (de), 1933, Introduction à l’étude de la syntaxe du français (principes et applications), Groningen, P. Noordhoff et Paris, Librairie E.

Bréal Michel, 1897, Essai de sémantique, science des significations, Paris, Hachette.

Brøndal Vigo, 1939, « L’originalité des prépositions du français moderne », Mélanges Charles Bally, Genève, Georg et Cie, p. 337-346.

Brunot Ferdinand, 1905-1938, Histoire de la langue française, des origines à 1900, Paris, Armand Colin (11 volumes).

Cadiot Pierre, 1991, De la grammaire à la cognition, La préposition pour, Paris, CNRS.

Cervoni Jean, 1991, La préposition. Étude sémantique et pragmatique, Paris/Louvain-la-Neuve, Duculot.

Chevalier Jean-Claude, 1994, Histoire de la grammaire française, Paris, PUF.

Chevalier Jean-Claude, 1996, « Les linguistes français et les pays d’Europe de l’Est de 1918 à 1931 », Cahiers de l’ILSL 8, Lausanne, Université de Lausanne, p. 57-74.

Chevalier Jean-Claude et Encrevé Pierre, 2006, Combats pour la linguistique, Lyon, ENS Éditions (Langages).

Chomsky Noam, 1957, Syntactic Structures, La Haye, Mouton.

Delesalle Simone, 1988, « Antoine Meillet et la sémantique », Histoire Épistémologie Langage 10/2, p. 25-35.

Foulet Lucien, 1923, Petite syntaxe de l’ancien français, 2e édition, Paris, Champion.

Fryba Anne-Marie, 2001, « Maurice Grammont, Antoine Meillet et l’institutionnalisation de la linguistique en France », Revue des langues romanes 105, p. 503-517.

Giacalone-Ramat Anna et Hopper Paul éd., 1998, The Limits ofGrammaticalization, Amsterdam, Benjamins.

Givón Talmy, 1971, « Historical syntax and synchronic morphology : an archeologist’s field trip », Chicago Linguistic Society 7, p. 394-415.

Goughenheim Georges, 1959, « Y a-t-il des prépositions vides en français ? », Le français moderne 27/1, p. 1-25.

Greenberg Joseph H, 1966, Language Universals : With Special Reference to Feature Hierarchies, La Haye, Mouton and Co.

Greenberg Joseph H., 1991, « The last stages of grammatical elements : Contractive and expansive desemanticization », Approaches ofGrammaticalization, Traugott, E. C. and Heine, B. éd., vol. 1, Amsterdam, Benjamins, p. 301-314.

Guillaume Gustave, 1919, Le problème de l’article et sa solution dans la langue française, Paris, Hachette.

Haspelmath Martin, 1998, « Does grammaticalization need reanalysis ? », Studies in Language 22, p. 49-85.

Heine Bernd, Claudi Ulrike et Hünnemeyer Friederike, 1991, Grammaticalization : A Conceptual Framework, Chicago, University of Chicago Press.

Hopper Paul et Traugott Elisabeth C., 1993, Grammaticalization, Cambridge, Cambridge University Press.

Jakobson Roman, 1956, Fundamentals of Language, Paris, Mouton.

Janda Richard D., 2001, « Beyond “pathways” and “unidirectionnality” : on discontinuity of language transmission and the counterability of grammaticalization », Language Sciences 23, p. 265-340.

Kemmer Suzanne et Bat-Zeev Shyldkrot Hava, 1996, « The semantics of “empty prepositions” in French », Cognitive Linguistics in the Redwoods, Casad Eugene H. éd., Berlin, Mouton de Gruyter, p. 347-388.

Koerner Konrad, 1988, « Meillet, Saussure et la linguistique générale », Histoire Épistémologie Langage 10/2, p. 57-74.

Kuryłowicz Jerzy, 1975 [1965], « The evolution of grammatical categories », réimp. dans Esquisses linguistiques, Munich, Wilhelm Fink Verlag, p. 38-54.

Lamberterie Charles de, 1997, « Milman Parry et Antoine Meillet », Hommage à Milman Parry. Le style formulaire de l’épopée homérique et la théorie de l’oralité poétique, Françoise Létoublon éd., Amsterdam, Gieben, p. 9-22.

Langacker Ronald, 1992, « The Meaning of ofand of-periphrasis », Thirty Years ofLinguistic Evolution : Papers in Honor ofRené Dirven, Martin Pütz éd., Amsterdam/Philadelphie, Benjamins, p. 483-502.

Lehmann Christian, 1995, Thoughts on Grammaticalization, Munich, LINCOM-Europa.

Lerch Eugen, 1929, Historische Französische Syntax II. Untergeordnete Sätze und unterordnende Konjunktionen, Leipzig, Reisland.

Lerch Eugen, 1933, Französische Sprache und Wesenart, Francfort-sur-le-Main, Diesterweg.

Lyons John, 1968, Introduction to theoretical linguistics, Cambridge, Cambridge University Press.

Marchello-Nizia Christiane, 2006, Grammaticalisation et changement linguistique, Bruxelles, de Boeck.

Meillet Antoine, 1905-1906, « Comment les mots changent de sens », Extraits de l’Année sociologique, p. 230-271 [réimp. 1958 dans Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, p. 230-271].

Meillet Antoine, 1912, « L’évolution des formes grammaticales », Revista di scienza, vol. XII, n° XXVI, 6 [réimp. 1958 dans Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, p. 130-148].

Meillet Antoine, 1913-1914, « Ferdinand de Saussure », Annuaire de l’École des Hautes Études, 1913- 1914, p. 115 et suiv.

Meillet Antoine, 1915-1916, « Le renouvellement des conjonctions », Annuaire de l’École pratique des hautes études [réimp. 1958 dans Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, p. 159-175].

Meillet Antoine, 1915-1916a, « Compte rendu de Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale », Bulletin de la Société de linguistique de Paris XX, p. 32-36.

Meillet Antoine, 1982, Linguistique historique et linguistique générale, 2 vol., Paris, Klincksieck.

Melis Ludo et Desmet Piet, 1998, « La grammaticalisation : réflexion sur la spécificité de la notion », Travaux de linguistique 36, p. 13-26.

Norde Muriel, 2009, Degrammaticalization, Oxford, Oxford University Press.

Paul Hermann, 1880, Prinzipien der Sprachgeschichte, Halle, Max Niemeyer.

Perret Michèle, 1998, Introduction à l’histoire de la langue française, Paris, SEDES.

Pottier Bernard, 1961, « Sur le système des prépositions », Le français moderne 29, p. 1-6.

Puech Christian et Radzynski Anne, 1988, « Fait social et fait linguistique : A. Meillet et F. de Saussure », Histoire Épistémologie Langage, 10/2, p. 75-84.

Quattorido Moreschini Adriana (éd.), 1987, L’Opera scientifica di Antoine Meillet, Pisa, Giardini.

Ramat-Giacalone Anna et Hopper Paul, 1995, The Limits of Grammaticalization, Amsterdam, Benjamins.

Ravelet Claude et Swiggers Pierre, 2010, Trois linguistes (trop) oubliés : Antoine Meillet, Sylvain Lévi, Ferdinand Brunot : actes des journées d’études, Paris, Harmattan.

Rousselot abbé Pierre-Jean, 1897-1901, Principes de phonétique expérimentale, Paris/ Leipzig, H. Welter.

Ruwet Nicolas, 1982, Grammaire des insultes et autres études, Paris, Seuil.

Saint-Gérand Jacques-Philippe, 1996, « L’exemple d’une revue : le journal grammatical et didactique de la langue française (1826-1840) », Travaux de linguistique 33, p. 91-114.

Sandfeld Kristian, 1928, Syntaxe du français contemporain 1. Les pronoms, Paris, Champion.

Sapir Edward et Mandelbaum David éd., 1949, Selected Writings in Language, culture and personality, Berkeley, University of California Press.

Saussure Ferdinand de, 1978 [1916-1922], Cours de linguistique générale, Paris, Payot.

Saussure Ferdinand de, 2002, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Savatovsky Dan, 2006, « Meillet historiographe du comparatisme », Histoire des idées linguistiques et horizons de rétrospection, Histoire Épistémologie Langage, 28/1, p. 89-104.

Schøsler Lene, 2003, « Grammaticalisation et dégrammaticalisation : étude des constructions progressives en français du type : Pierre va/vient/est chantant », manuscrit.

Soutet Olivier, 1992, Études d’ancien et de moyen français, Paris, PUF.

Sterkenburg Piet von, 2008, Unity and Diversity of Languages, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins.

Swiggers Pierre, 1987, « La conception du changement linguistique chez Antoine Meillet », Folia Linguistica Historica 7, p. 21-30.

Swiggers Pierre, 1995, « Synchronie, diachronie et pragmatique : d’une dichotomie de la langue à l’interaction dans la langue », Langue française 107, p. 7-25.

Tesnière Lucien, 1953, Esquisse d’une syntaxe structurale, Paris, Klincksieck.

Traugott Elizabeth C. et Heine Bernd éd., 1991, Approaches to Grammaticalization, Amsterdam, Benjamins.

Traugott Elizabeth C. et Dasher Richard B., 2002, Regularity in Semantic Change, Cambridge, Cambridge University Press.

Traugott Elizabeth C., 2004, « Exaptation and grammaticalization », Linguistic Studies Based on Corpora, Minoji Akimoto ed., Tokyo, Hituzi Syobo, p. 133-156.

Vendryes Joseph, 1921, Le langage : introduction linguistique à l’histoire, Paris, Renaissance du livre.

Vendryes Joseph, 1937, « Antoine Meillet », Bulletin de la Société linguistique de Paris 38, p. 1-42.

Wagner Robert-Léon, 1936, « Coordonnées spatiales et coordonnées temporelles », Revue de linguistique romane 12, p. 144-164.

Wartburg Walter von, 1934, Évolution et structure de la langue française, Leipzig/ Berlin, B. G. Teubner.

Wartburg Walter von, 1963, Problèmes et méthodes de la linguistique (trad. de l’allemand), Paris, PUF.

Notes

1 A. Blinkenberg 1928 ; F. Brunot 1905-1938 ; L. Foulet 1923 ; E. Lerch 1929 et 1933 ; F. de Saussure [1916-1922] ; K. Sandfeld 1928 ; W. von Wartburg 1934 pour n’en citer que quelques-uns.

2 Un tel travail en cours, précisément dans ce but.

3 Plusieurs articles ont été publiés sur l’apport de Meillet, traitant essentiellement de l’aspect comparatiste, de la linguistique générale et des apports anthropologiques (voir Ravelet et Swiggers 2010, Savatovsky 2006).

4 Nous ne traitons ici que de la valeur des prépositions. Un autre article, écrit par Meillet (« le renouvellement des conjonctions ») attribue à ces termes des propriétés assez similaires.

5 Parmi les chercheurs traitant de ce thème on retrouve : Brøndal 1939, Cervoni 1991, Gougenheim 1959, Langacker 1992, Pottier 1961, Kemmer et Shyldkrot 1996, Wagner 1936, De Boer 1926, 1933, Tesnière 1953.

6 Voir à ce sujet Langacker 1992, Lyons 1968, Ruwet 1982.

7 Voir à ce sujet Bat-Zeev Shyldkrot H., Bertin A. et Soutet O. « Subordonnants et subordination : frontières, chevauchement et cas limites » (2013).

8 Voir les différents articles dans Linx 59 (2008).

9 Le terme est utilisé pour la première fois en français en 1812, accepté par l’Académie française en 1835 – limité au départ à la linguistique historique seulement.

Auteur

Université de Tel Aviv

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search