Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Troisième partie. Histoire et singularités

Michel Bréal : mettre l’homme dans la langue

Brigitte Nerlich

Note de l’auteur

Une version plus longue de cet article fut d’abord publiée dans Michel Bréal – Grenzüberschreitende Signaturen, édité par Hans W. Giessen et Heinz-Helmut Lüger en 2007 (Nerlich 2007).

Texte intégral

1Tous ceux qui au xixe siècle s’occupaient sérieusement de sémantique ont dû se référer inévitablement au xviiie siècle, époque où le lien entre langage et esprit, langage et société, langage et imagination, langage et passion, langage et homme n’était pas encore coupé ou remplacé par l’étude naturaliste et organiciste de la langue en elle-même et pour elle-même, ou bien du langage dans sa relation avec la physiologie de l’homme.

2Le xviiie siècle fut aussi un âge où, plus généralement, « [l]a mobilité linguistique » commence à être « envisagée », selon Sylvain Auroux, « sous le concept de figure, c’est-à-dire de trope pour la sémantique » (Auroux 1988, p. 34) – une perspective qui continuera à pénétrer la sémantique historique pendant un siècle. Auroux cite un texte qui se situe tout au début du xixe siècle. L’abbé Carlo Denina, par exemple, écrit en 1804 : « Les figures de rhétorique que l’on appelle Tropes [...] portent dans les mots des altérations intellectuelles » (cité par Auroux, ibid.). Les tropes furent reconnus comme les forces principales du changement sémantique à la fois dans la rhétorique du langage ordinaire d’un César Chesneau Du Marsais et dans l’étymologie cognitive d’un Anne Robert Jacques Turgot. La force des tropes fut également reconnue par les auteurs qui s’intéressaient à la néologie, à la synonymologie et à la lexicographie. Ils explorent tous un domaine plus tard annexé à la sémantique par Bréal, notamment la « polysémie » (Nerlich et Clarke 1997).

3Les figures ne sont donc plus regardées comme un pur décor, comme un embellissement et un luxe du langage, ou pire comme une imperfection du langage, mais comme un fait naturel et ordinaire du langage quotidien (Du Marsais 1757, I, p. 1), un fait redécouvert deux siècles plus tard par George Lakoff et Mark Johnson (1980) et célébré aujourd’hui par James Geary par exemple (Geary 2011).

4En France, comme d’ailleurs en Allemagne (Nerlich 1992), les premiers pas vers une sémantique linguistique se sont faits dans l’ombre de la rhétorique et de l’étymologie d’abord, de la lexicographie ensuite, et finalement sous les auspices de la linguistique naturaliste, organiciste et biologique allemande d’une part et de la psychologie et sociologie de l’autre. Les études classiques du grec et du latin, puis l’étude des langues vivantes, ont elles aussi contribué au développement de la sémantique. L’évolution de la sémantique française diffère pourtant de celle qu’on observe en Allemagne, par le fait qu’elle s’émancipe très tôt de la grammaire historique et comparative d’une part et de la recherche des lois phonétiques de l’autre.

5Cette émancipation s’accéléra en 1866 quand Michel Bréal publia La forme et la fonction des mots (1866, p. 89-96). Bréal ne voulait plus, à la différence de beaucoup de ses contemporains, regarder l’âme ou la psychologie d’un peuple à travers le miroir de sa langue, mais en appelait à la psychologie et à l’histoire pour étudier le changement des sens, afin de découvrir la logique même du langage (Delesalle et Chevalier 1986), liée pourtant directement à la psychologie individuelle et aux conditions sociales et culturelles.

L’histoire de la langue n’obéit donc pas à un principe qui lui soit propre ; elle marche toujours d’un pas égal, sinon avec l’histoire politique, du moins avec l’histoire intellectuelle et sociale d’un peuple ; elle en est le plus fidèle commentaire. (Bréal 1866, col. 71a/1995, p. 96)

6Dès 1866, Bréal écrit donc que l’objet d’une grammaire historique (qu’il oppose à la grammaire comparée) « est de rechercher dans l’esprit de l’homme la cause de la transformation des idiomes » (Bréal 1866, p. 66b/1995, p. 91). S’ensuit le crédo bréalien : « Il ne faut pas que la description du langage humain nous fasse oublier l’homme, qui en est à la fois le principe et la fin, puisque tout, dans le langage, procède de lui et s’adresse à lui » (col. 67a/p. 92).

7En 1883, Bréal annonce qu’il veut nommer la nouvelle discipline étudiant les phénomènes du sens du point de vue historique et cognitif, la sémantique (ne faisant nulle référence à la sémasiologie allemande) (Bréal 1883, p. 133/1995, p. 273). Par opposition aux naturalistes français, comme par exemple Arsène Darmesteter, Bréal ne veut plus étudier la langue et son évolution (formelle et fonctionnelle) afin de reconstruire une langue-mère perdue, mais afin d’élucider la langue de nos jours. Par opposition aux comparatistes allemands, Bréal ne veut plus étudier la langue et son évolution (formelle) en elle-même et pour elle-même, mais en tant qu’œuvre, en tant que produit d’une collaboration entre les hommes. Cette œuvre est commencée et poursuivie en vue d’un but pratique, et le but « en matière de langage c’est d’être compris » (1897, p. 247). Ce changement de point de vue (passer de la production à la compréhension) implique une révolution linguistique. Il ne suffit plus d’expliquer la production de la parole, il faut expliquer en plus que les paroles sont comprises par un autre. Le linguiste doit devenir psychologue après avoir été physiologue.

8Ni la langue ni le mot ne sont plus regardés comme des organismes qui naissent, se transforment et meurent, selon des lois « naturelles », comme l’avait encore postulé Arsène Darmesteter par exemple, et la question se pose pour Bréal de savoir quelle est la cause ultime du changement linguistique. La réponse est que ce sont la volonté et l’intelligence humaines : « Le langage est un acte de l’homme : il n’a pas de réalité hors de l’intelligence humaine » (1891, p. 316). Et cet acte, guidé par la volonté et l’intelligence, est un acte à la fois phonétique et sémantique.

9Cette volonté ne doit pourtant pas être confondue avec l’intention de changer les sons ou les sens du langage. La volonté est la cause ultime de ces changements, mais non pas la cause immédiate. Elle opère plus obliquement. Elle est poussée par les besoins de la vie en société et avant tout le besoin de se faire comprendre en même temps que de dire quelque chose d’intéressant, de nouveau. Cela implique un acte de choix dans le trésor des sons et des sens, un choix qui clandestinement, par une main invisible (Keller 1994), introduit des variantes nouvelles dans les sons et les sens. Et après des milliers d’actes de cette sorte, cela laisse des traces dans la structure phonétique et sémantique des mots (Bréal 1897, p. 87). Il faut souligner également que cet « acte » n’est pas un acte isolé mais un acte conjoint (Clark 1996). Il se compose de l’acte de choix effectué par le locuteur et de l’acte complémentaire de ratification ou de compréhension de la part de l’auditeur. Ce qui n’est pas compris ne peut pas être adopté comme variante nouvelle par les autres et ne peut pas amener un changement de sens in the long run.

10Les traces laissées par ces actes conjoints se manifestent comme des régularités, et en fin de compte se fossilisent sous la forme de « lois » linguistiques et historiques ou plutôt de régularités toujours fragiles et faillibles. Et comme ce sont les actes intelligents et volontaires des hommes qui déclenchent les changements, ces lois du changement sémantique sont des lois intellectuelles. En effet, la sémantique de Bréal est une entreprise psychologique, étudiant tous les aspects du langage qui sont conditionnés par la psychologie, l’histoire et la sociabilité des hommes : la morphologie, la syntaxe, la sémantique, la pragmatique, l’analyse du discours, la cognition, l’acquisition du langage et l’évolution du langage. Cette sémantique générale exclut seulement de son orbite les phénomènes phonétiques étudiés par la physiologie.

11Les régularités que Bréal observe dans l’évolution du langage en général et l’évolution du sens en particulier ont été bien résumées par Desmet et Swiggers (1995, p. 20-29). Selon Desmet et Swiggers, on peut distinguer six mécanismes de l’évolution linguistique et six processus du changement sémantique. Les six mécanismes sont : les lois de la spécialité et de la répartition, l’irradiation, la survivance des flexions, l’analogie et la fausse perception.

12Ces mécanismes qui gouvernent l’évolution du langage doivent être distingués des processus directs que sont la restriction du sens, l’élargissement du sens, les tendances des mots (amélioration, péjoration), la métaphore, l’épaississement de sens (la métonymie), la polysémie, la composition, les groupes articulés et l’ellipse. Ces processus sont pour la plupart ce que les sémasiologues allemands ont appelé des types de changement sémantique. Ce qui me frappe, c’est que Bréal ait énuméré la polysémie comme un processus du changement sémantique. Je dirais plutôt que la polysémie est le résultat, la trace (toujours changeante) de l’emploi du langage dans lequel les processus et mécanismes sémantiques sont à l’oeuvre.

13Les causes directes des changements sémantiques, à part la cause ultime qu’est la volonté humaine, sont « l’importance de la fréquence et de la constitution non nivelée du lexique (existence de locutions, de “groupes de mots”) », Bréal 1897, p. 172-174, et « la non-homogénéité d’une langue : il y a toujours interaction entre langues officielles et dialectes, et compétition entre des innovations et des habitudes acquises » (Swiggers et Van Hoecke 1990, p. 672).

14L’histoire des mots et des groupes de mots fut au centre de la recherche sémantique de Bréal. Bréal est donc regardé normalement comme le père de la sémantique historique. Il faut pourtant souligner que cette sémantique historique n’est pas une sémantique du mot isolé. Bréal met toujours le mot dans le co-texte de la phrase et le contexte du discours ; il étudie le développement de certains phénomènes morphologiques, et il étudie des phénomènes syntaxiques. Ce n’est pas non plus une sémantique historique tout court, parce que Bréal explore les régions iso- et pan- synchroniques de la sémantique, comme on verra.

15Ce qui frappe le lecteur moderne, c’est que Bréal adopte presque toujours le point de vue du locuteur et de l’auditeur pour expliquer les phénomènes sémantiques. Cela implique de ne pas toujours adopter la perspective de l’étymologiste ou du linguiste historico-comparatiste. Pour l’étymologiste par exemple, le sens principal d’un mot est son sens primitif, et l’étymologiste en dérive les autres sens l’un après l’autre. Il ou elle les rattache à ce sens primitif ou originel. Pour le locuteur par contre, tout est différent. Pour lui ou elle, le dernier sens est le sens principal. Le sens le plus récent se détache de sa lignée étymologique et se rattache en dernier lieu au co-texte syntagmatique et au contexte du discours (Bréal 1897, p. 29).

16Du point de vue lexicographique et étymologique, ce qui est important c’est de mettre de l’ordre dans la classification des sens d’un mot dans l’entrée d’un dictionnaire historique ou synchronique. Bréal par contre veut aussi étudier comment les mots sont classés dans l’esprit des locuteurs et des auditeurs (Bréal 1884/1995, p. 288-292). Et cette classification est une classification toujours changeante, une classification située, une classification iso-synchronique (Desmet et Swiggers 1995, p. 283).

17Selon Bréal, les lois du langage ne doivent donc être confondues ni avec les lois rhétoriques, ni avec les lois a priori de la pensée. La pensée classifie et catégorise et le langage traduit ces classes et catégories en tenant compte de facteurs linguistiques structuraux aussi bien que des besoins des hommes vivant et parlant en société. C’est pourquoi Bréal proclame : « Le langage est une traduction de la réalité, une transposition où les objects figurent déjà généralisés et classifiés par le travail de la pensée » (1897, p. 275).

18À première vue, on pourrait accuser Bréal de représentationalisme et d’instrumentalisme. Le langage représente le monde en représentant les idées, le langage est l’instrument pour la représentation des idées. Mais Bréal insiste sur le fait que cette traduction est en même temps une transposition et une transformation, dans laquelle les facteurs linguistiques, psychologiques et sociaux jouent un rôle. Cela fait que cette représentation n’est jamais parfaite. Il y a en fait trois sortes d’imperfections dans le langage qui font qu’il n’y a presque jamais d’équilibre stable entre mots et idées, les uns reflétant les autres. Il y a toujours une tension entre pensée et langage, idées et mots ; il y a ou bien trop de sens dans un mot, bref polysémie, ou bien trop de mots pour la même idée, bref synonymie, ou bien encore trop peu de mots pour l’expression d’une idée, bref ellipse.

19En plus, il y a toujours un écart entre le sens établi, social et conventionnel du mot et le sens subjectif et particulier que le sujet parlant veut faire comprendre à l’auditeur. Et c’est par ces failles que l’intelligence, la société et l’histoire entrent dans la linguistique bréalienne et perturbent l’image du langage comme convoyeur d’idées entre la tête du locuteur et celle de l’auditeur. C’est seulement par un travail cognitif et conceptuel qui transgresse les données linguistiques que nous pouvons achever l’interlocution et l’intercompréhension, que nous pouvons nous comprendre l’un l’autre. Il y a donc entrelacement permanent entre le travail de l’esprit (catégorisation, conceptualisation), le travail du locuteur qui transpose ses idées dans ses mots (formulation) et le travail de l’auditeur qui interprète les mots dans le contexte de la situation du discours (interprétation) (Bréal 1897, p. 106).

20On a dit qu’il y avait trois sortes d’imperfections dans le langage, la plus intéressante étant la polysémie. En étudiant la polysémie, Bréal montre clairement qu’il ne s’intéresse pas à la ligne de développement qui mène diachroniquement d’un sens A à un sens B à un sens C, etc., mais au fait qu’un mot peut avoir un réseau de sens A, B, C etc. en synchronie (Bréal 1897, p. 143).

21Dans un langage idéal, chaque mot aurait un sens et un seul, une seule valeur systémique, et la signification actuelle ou la valeur d’emploi coïnciderait avec elle. Mais cela n’est pas le cas, malheureusement dirait John Locke, heureusement dit Bréal. La majorité des mots a plusieurs sens, ce qu’on appelle aujourd’hui les significations lexicalisées d’un mot polysémique. Diachroniquement, ces valeurs se sont établies par des processus comme la métaphore et synchroniquement, ces mêmes valeurs peuvent être distribuées sur des domaines de vie particuliers (comme Bréal l’a exemplifié pour le mot opération).

22Ces valeurs sont énumérées dans les dictionnaires d’usage ou bien dérivées historiquement dans les dictionnaires historiques. Mais ces classifications ne correspondent pas directement au classement des significations dans l’esprit des locuteurs, où le réseau des valeurs d’un terme polysémique est beaucoup plus limité et variable en fonction des individus. Les mots sont donc polysémiques au niveau de la langue et polysémisants au niveau de l’emploi ou du discours. Les emplois humoristiques (calembours etc.) mis à part, les mots ne sont presque jamais « polysémiques » au niveau de l’emploi, parce que le contexte les désambiguïse automatiquement.

23Contrairement à la polysémie systémique et lexicale, dont on peut donner une représentation plus ou moins exacte dans un dictionnaire d’usage, la polysémie d’emploi, les valeurs d’emploi d’un mot, en tant qu’elles dépendent entièrement du co-texte et du contexte, ne peuvent pas être codifiées et énumérées dans un article de dictionnaire. Il n’est donc pas étonnant que les linguistes qui se figurent le langage comme la juxtaposition d’un dictionnaire à entrées finies et d’une grammaire à règles immuables, s’étonnent devant ce miracle accompli dans chaque acte de parole : dire quelque chose à autrui et être compris.

24On n’apprend pas le langage en intériorisant des unités et des règles, mais en écoutant et en parlant, en construisant et en imitant des modèles toujours changeants (Bréal 1897, p. 248). Il serait donc également chimérique de vouloir chercher la signification d’un mot. Ce que le sémanticien peut faire, c’est relever certaines valeurs d’usage qu’un mot possède à l’intérieur de tel ou tel syntagme, dans des situations-types et pour un groupe social spécifique à un moment donné. Une autre tâche consiste en l’observation et la description des changements de ces valeurs d’usage qu’opère la valeur d’emploi. La sémantique (historique) de Bréal contient donc à la fois les éléments pour une sémantique synchronique, cognitive et pragmatique. Pour Bréal, la signification des mots n’est ni naturelle ni arbitraire (dans le sens de dépendant de l’acte intentionnel d’un individu) ; elle est sociale. Elle est fondée sur l’usage. La signification, c’est la valeur (un autre terme emprunté aux Idéologues) d’usage, créée et recréée dans chaque acte d’emploi d’un mot.

25Mais Bréal n’analyse pas seulement cette « valeur pragmatique » des mots, il prend également en considération la fonction cruciale des « petits mots » pour l’expression de la subjectivité dans le langage — thème central pour la théorie de l’énonciation, d’Henri Weil à Émile Benveniste. Bréal analyse en outre des actes de langage comme l’ordre. Tout cela fait partie de sa recherche des lois intellectuelles du langage, qui sont des lois proprement linguistiques et non pas logiques, des lois fondées donc sur l’intelligence des femmes et hommes ordinaires vivant en société et non pas sur la logique abstraite des philosophes. Le langage n’a donc pas seulement une fonction descriptive (logique, intellectuelle) ; il a des fonctions multiples.

Le langage n’a pas été fait uniquement pour dire : « le soleil éclaire la campagne », « les fleuves se jettent dans la mer ». Le langage sert encore, et avant tout, à marquer des désirs, à former des demandes, à exprimer des volontés. C’est à ce côté subjectif qu’il est bon de faire une place [...]. Personne ne parle pour appliquer des règles de grammaire. (Bréal 1893, p. 51)

26Selon Bréal, l’élément subjectif du langage marque chaque acte de discours. Le locuteur ne constate pas seulement des faits impersonnels, il ou elle exprime sa volonté, ses désirs, ses émotions, ses jugements de valeur.

27Selon Bréal, l’élément subjectif est la partie la plus ancienne du langage (Bréal 1897, p. 243), car il est aussi bien à la source de tout langage qu’à la source de tout apprentissage d’une langue (ce qui est évidemment faux, mais cela ne nous regarde pas ici). Bréal écrit au sujet de l’enfant que les « pronoms moi et toi, mon et ton, qui en changeant de bouche, se transposent de l’un à l’autre, contiennent sa première leçon de psychologie » (p. 246). Tant l’importance existentielle accordée aux pronoms de la première et de la deuxième personne que l’origine déictique de ces éléments subjectifs nous rappellent les travaux de Benveniste (Benveniste 1958/1966).

28Mais l’intervention du sujet parlant dans le discours se manifeste par d’autres instruments que les pronoms. On trouve des « marqueurs » de subjectivité à tous les niveaux du langage : « Ce côté subjectif est représenté : 1) par des mots ou des membres de phrase ; 2) par des formes grammaticales ; 3) par le plan général de nos langues » (Bréal 1897, p. 234).

29Prenons par exemple les adverbes sans doute, heureusement, peut-être, ou les modes des verbes. En disant « le train est heureusement arrivé à l’heure », je ne constate pas simplement le fait (objectif) que le train est arrivé à l’heure, j’exprime en outre mon soulagement (subjectif) que ce fait ait eu lieu. Les particules comme celles qu’on vient d’évoquer impriment la marque du locuteur sur le contenu propositionnel des phrases, et leur confèrent une certaine modalité ou force illocutoire, pour employer les termes de la pragmatique moderne.

30En ce qui concerne les modes, Bréal prend pour exemple l’optatif, mode du grec ancien, et il écrit :

Le simple mot chez Homère : [...] « utinam moriaris ! » outre qu’il exprime l’idée de mourir, exprime aussi le souhait de celui à qui échappe cette imprécation. Là est sans nul doute la signification première de l’optatif. (Ibid., p. 238) (souligné par moi)

31Le langage ne sert donc pas seulement à la constatation de faits vrais ou faux, il est employé avant tout comme un instrument d’action (sociale), et comme un moyen d’expression personnelle et subjective. Il sert également à l’expression d’une volonté et à faire faire quelque chose à l’autre. Le mode par excellence de cette sorte d’acte de langage est l’impératif. « Ce qui caractérise l’impératif, c’est d’unir à l’idée de l’action l’idée de la volonté de celui qui parle » (p. 240). Il est vrai pourtant, dit Bréal, que cette fonction de l’impératif, l’ordre, est rarement exprimée dans sa forme pure (l’impératif). « Il est vrai qu’on chercherait vainement, à la plupart des formes de l’impératif, les syllabes qui expriment spécialement cette volonté. C’est le ton de la voix, c’est l’aspect de la physionomie, c’est l’attitude du corps qui sont chargés de l’exprimer. » (Ibid.)

On doit commencer à voir à quel point de vue l’homme a agencé son langage. La parole n’a pas été faite pour la description, pour le récit, pour les considérations désintéressées. Exprimer un désir, intimer un ordre, marquer une prise de possession sur les personnages ou sur les choses — ces emplois du langage ont été les premiers. (Bréal 1897, p. 243, souligné par moi)

32L’homme, avec ses désirs et passions, vivant dans la société et immergé dans l’histoire et la culture, est la force derrière le fonctionnement, la structure et l’évolution du langage.

Bibliographie

Références

Auroux Sylvain, 1988, « Modèles de l’âge classique pour la mobilité linguistique », La linguistique génétique. Histoire et Théories, André Joly éd., Lille, Presses universitaires de Lille, p. 19-42.

Benveniste Émile, 1966 [1958], « De la subjectivité dans le langage » [Journal de Psychologie, juil.-sept. 1958], Problèmes de linguistique générale 1, Paris, Gallimard, p. 258-276.

Bréal Michel, 1866, « De la forme et de la fonction des mots » (leçon faite au Collège de France pour la réouverture du cours de grammaire comparée), Revue des cours littéraires de la France et de l’étranger, 4e année, n° 5 (29 déc.), p. 65-71 (Bréal 1995, p. 89-96).

Bréal Michel, 1868, Les idées latentes du langage (leçon faite au Collège de France pour la réouverture du cours de grammaire comparée, le 7 déc. 1868), Paris, Hachette (Bréal 1995, p. 184-213).

Bréal Michel, 1883, « Les lois intellectuelles du langage : Fragment de sémantique », Annuaire de l’Association pour l’avancement des études grecques en France 17, p. 132-142 (Bréal 1995, p. 271-282).

Bréal Michel, 1884, « Comment les mots sont classés dans notre esprit », Revue Politique et Littéraire. Revue Bleue 18 (1er nov.), p. 552-555 (Bréal 1995, p. 288-291).

Bréal Michel, 1887, « L’histoire des mots », Revue des deux Mondes 82/4, p. 187-212.

Bréal Michel, 1891, « Le langage et les nationalités », Revue des deux Mondes 108 (1er déc.), p. 615-639.

Bréal Michel, 1893, De l’enseignement des langues vivantes. Conférences faites aux étudiants en lettres de la Sorbonne, Paris, Hachette.

Bréal Michel, 1897, Essai de sémantique : science des significations, réimpression de la 4e édition, Paris, Gérard Monfort, 1924.

Bréal Michel, 1995, De la grammaire comparée à la sémantique. Textes de Michel Bréal publiés entre 1864 et 1898, Introduction, commentaires et bibliographie par Piet Desmet et Pierre Swiggers, Louvain/Paris, Peeters.

Clark Herbert H., 1996, Using Language, Cambridge, Cambridge University Press.

Delesalle Simone et Jean-Claude Chevalier, 1986, La linguistique, la grammaire et l’école 1750-1914, Paris, Colin.

Desmet Piet et Pierre Swiggers, 1995, « Introduction », Bréal, p. 1-34.

Du Marsais César Chesneau, 1757 [Paris, Brocs 1730], Des tropes ou des différens sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue, Paris, David.

Geary James, 2011, I is an Other: The Secret Life of Meaphor and How it Shapes the Way We See the World, New York, Harper Collins.

Keller Rudi, 1994, On Language Change. The Invisible Hand in Language, Londres, Routledge.

Lakoff George et Johnson Mark, 1980, Metaphors We Live By, Chicago, Chicago University Press.

Nerlich Brigitte, 1990, Change in Language. Whitney, Bréal and Wegener, Londres, Routledge.

Nerlich Brigitte, 1992, Semantic Theories in Europe, 1830-1930, Amsterdam/Philadelphie, Benjamins.

Nerlich Brigitte, 2007, « Zu einer “menschlichen Semantik” bei Bréal », Michel Bréal – Grenzüberschreitende Signaturen, Hans W. Giessen et Heinz-Helmut Lüger éd., Landau, Verlag Empirische Pädagogik, p. 191-210.

Nerlich Brigitte et David D. Clarke, 1996, Language, Action, and Context. The early history of pragmatics in Europe and America 1780-1930, Amsterdam/Philadelphie, Benjamins.

Niederehe Hans-Josef et Koerner E. F. Konrad éd., 1990, History and Historiagraphy of Linguistics, 2 vol., Amsterdam/Philadelphie, Benjamins (SiHoLS 51).

Swiggers Pierre et Willy Van Hoecke, 1990, « Michel Bréal et le changement linguistique », Niederehe et Koerner éd., vol. 2, p. 667-676.

Auteur

Université de Nottingham

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search