Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Troisième partie. Histoire et singularités

Mixail Lomonosov, lecteur de l’Encyclopédie

Sylvie Archaimbault

Texte intégral

  • 1 La biographie de Mixail Lomonosov a fortement contribué à alimenter le mythe du génie omniscient. I (...)

1L’année 2011 a été l’occasion de célébrer en Russie le tricentenaire de la naissance de Mixail Lomonosov, né en 1711 au bord de l’Océan arctique1. Colloques, expositions et publications ont rendu hommage au grand savant de la science russe, à celui qui reste considéré comme l’encyclopédiste russe par excellence. À titre d’exemple, et cela n’est pas anecdotique, la plus grande plateforme informatique de Russie, classée treizième mondiale en 2011, est baptisée Sjuperkompjuter Lomonosov. Aussi son nom demeure-t-il associé aux derniers exploits de la science russe moderne, qu’il continue d’inspirer.

  • 2 Lomonosov M. V., Polnoe sobranie sočinenij [Œuvres complètes], Moscou-Léningrad, 1950-1957.

2De fait, le corpus de ses œuvres est immense et couvre bien des champs du savoir. Plusieurs éditions complètes de ses œuvres ont été publiées, la dernière en date étant la grande édition de l’Académie des sciences de l’URSS2, publiée entre 1950 et 1957 et qui comprend dix gros volumes rassemblant ses travaux sur la physique, l’astronomie, la chimie, la géographie et l’économie, les sciences philologiques…

3Nous voudrions essayer de montrer dans cet article en quoi Lomonosov fut un lecteur de l’Encyclopédie. Au moment où est rédigé le Préambule, en 1750, il travaille justement à sa grammaire. Il connaît le français, il a déjà traduit des Odes en russe, il connaît donc à coup sûr l’entreprise et ses développements. Mais il nous faudra aussi montrer les limites de cette lecture. Revenons aux deux grands buts complémentaires que se fixent les éditeurs, explicités en ouverture de leur Discours préliminaire :

L’ouvrage dont nous donnons aujourd’hui le premier volume a deux objets : comme Encyclopédie, il doit exposer, autant qu’il est possible, l’ordre et l’enchaînement des connaissances humaines : comme Dictionnaire raisonné des Sciences des Arts et des Métiers, il doit contenir sur chaque science et sur chaque art, soit libéral, soit mécanique, les principes généraux qui en font la base et les détails les plus essentiels qui en font le corps et la substance. Ces deux points de vue, d’Encyclopédie et de Dictionnaire raisonné, formeront donc le plan de la division de notre Discours préliminaire. Nous allons les envisager, les suivre l’un après l’autre, et rendre compte des moyens par lesquels on a tâché de satisfaire à ce double objet.

  • 3 D’Alembert, « Discours préliminaire », t. Ier, p. i.

Pour peu qu’on ait réfléchi sur la liaison que les découvertes ont entre elles, il est facile de s’apercevoir que les sciences et les arts se prêtent mutuellement des secours, et qu’il y a par conséquent une chaîne qui les unit. Mais s’il est souvent difficile de réduire à un petit nombre de règles ou de notions générales, chaque science ou chaque art en particulier, il ne l’est pas moins de renfermer en un système qui soit un, les branches infiniment variées de la science humaine.3

4Si l’on cherche dans l’ensemble des œuvres de Lomonosov, on peinera à trouver une exposition générale de l’ordre et de l’enchaînement des connaissances humaines. Il s’agit plutôt d’une série de traités couvrant différents domaines de la connaissance, domaines larges et vastes qui témoignent, par leur mise en contiguïté, d’un esprit que l’on peut qualifier d’encyclopédique. Pour chacun de ces domaines, Lomonosov s’est donné pour tâche d’affronter la complexité, de la domestiquer et d’en donner des représentations schématisées.

5L’entreprise encyclopédique est en l’occurrence réduite à son deuxième objectif. Ce qui constitue un dessein général, réduire la complexité, concerne aussi son approche de la langue russe. C’est ce que nous essaierons de montrer maintenant, en rendant compte de sa méthode, des principes généraux qui sont les siens, mais aussi des dispositifs de visualisation qu’il convoque pour mieux servir sa quête de simplicité.

Imposer la dignité de la langue russe

6Dans son épître dédicatoire de la Rossisjskaja Grammatika, dont la première édition date de 1757, bien que l’année portée sur l’ouvrage soit 1755 – indice s’il en fallait que la rédaction de la grammaire s’est étalée sur plusieurs années –, Lomonosov insiste sur la dignité de la langue russe. Le russe doit être considéré au même titre que les langues qui comptent, au moment où la Russie tente de s’imposer comme un État souverain en Europe. Il adopte ici ce qui constitue déjà un lieu commun, à savoir l’étude des mérites comparés des grandes langues, au profit d’une langue particulière, le russe :

  • 4 Lomonosov M. V., Rossijskaja Grammatika, éd. 1952, p. 391. Citations traduites par Sylvie Archaimba (...)

L’empereur de Rome Charles Quint avait coutume de dire qu’il convient de parler espagnol avec Dieu, français avec ses amis, allemand avec ses ennemis et italien avec le beau sexe. Mais eût-il connu le russe qu’il l’eût nécessairement pris en compte, puisque la bienséance autorise à le parler avec tous à la fois ; en effet Charles Quint y eût trouvé la sublimité de l’espagnol, la vivacité du français, la force de l’allemand, la douceur de l’italien et de surcroît, la richesse et la concision puissante et évocatrice du grec et du latin.4

7Un peu plus loin, Lomonosov fait écho à Vaugelas qu’il cite librement, pour incriminer l’imprécision non de la langue, mais des hommes qui n’en ont qu’une maîtrise imparfaite :

  • 5 Ibid., p. 392.

Et si nous ne pouvons exprimer précisément quelque chose, ce n’est pas à notre langue qu’il nous faut en faire le reproche, mais au fait que nous en manions l’art imparfaitement.5

8Enfin, la langue russe offre une vastitude qui ne connaît pas de limites, à l’instar de la plaine ou de la mer :

  • 6 Ibid.

Celui qui alors s’immergera en elle, guidé par la conception philosophique générale du langage humain, apercevra une plaine aux dimensions infinies, ou mieux encore, une mer sans horizon ou presque.6

L’océan de la langue russe

9C’est donc par cette métaphore marine que Lomonosov rend compte de l’immensité du matériau qui s’offre à lui. On n’est pas étonné que celui qui a été statufié comme fils de paysan pêcheur, comme on l’a dit, ait précisément recours à cette vision de l’infinitude. Plus encore que la plaine russe, la mer nous indique qu’elle renferme sa vie intérieure, son mouvement, sa dynamique. Il faut essayer de les saisir, comme un instantané. Car le matériau est infini, il est vain de chercher à en rendre compte exhaustivement. Puisqu’il est impossible de l’embrasser totalement, il faut chercher à ordonner, à classer, à organiser ce qui peut l’être, mais aussi à laisser leur place aux éléments inclassables. Si Lomonosov ne dédaigne pas la taxinomie, il s’attache à la dépasser, pour s’attacher au système de la langue.

  • 7 Définitions de čerta et de čertež” données dans le t. VI du Dictionnaire (1794).

10Comment donc appréhender l’infini de la langue ? Selon les mots de Lomonosov lui-même, en en présentant, plus qu’un schéma, un tracé, čertež”. Nous nous arrêterons un peu sur ce terme, dérivé de čerta, la ligne, le trait [qui ne possède que la longueur, privée de largeur et d’épaisseur]7, et que le Dictionnaire de l’Académie russe définit comme « le plan, la représentation, la figuration de quelque chose en traits ». Les exemples qui appuient la définition sont les suivants : « Dresser le relevé de quelque chose, Relever le tracé de quelque chose ». En allant un peu plus loin dans la représentation dynamique des choses, nous pouvons penser aussi à une épure à savoir, terme du domaine de la construction, dont le Trésor de la Langue Française nous dit qu’il s’agit d’un « dessin ou trait exécuté sur un mur ou sur une surface horizontale, en grandeur réelle, pour guider la construction d’une partie d’un édifice, ou l’assemblage d’une machine », ou bien, pour ce qui est de la géométrie descriptive, « une représentation linéaire à une échelle donnée, d’une figure à trois dimensions par ses projections (en élévation, en plan, de profil ou en coupe) », l’épure étant ce qui guide les ouvriers dans leurs travaux. Ce terme se prête particulièrement à l’usage abstrait, c’est pourquoi nous le retiendrons. Mais Lomonosov, quant à lui, file sa métaphore maritime :

  • 8 Ibid., p. 392.

M’y aventurant, pour ce que j’ai pu en sonder, j’ai composé cette petite épure générale dans toute son étendue, une grammaire Russienne, contenant les seules règles principales.8

  • 9 Voir Breuillard 1998.

11Il s’agit, dit-il, d’une chose de peu de cas, qu’il n’aurait pas eu la hardiesse de présenter s’il n’en avait conçu l’extrême utilité, car la grammaire fournit des bases indispensables à tout le savoir constitué : « la rhétorique est obtuse, la poésie, la philosophie sans fondement, l’histoire fâcheuse, la jurisprudence douteuse, sans la grammaire ». Lomonosov met aussi en avant l’implication patriotique que représente ce travail, revendication que partagent volontiers les grammairiens russes, comme l’a justement noté Jean Breuillard9.

12Dans les brouillons, Lomonosov indique également qu’il tient sa grammaire pour un essai, opyt”, et non une grammaire complète, qui servira de base pour des travaux ultérieurs. Son dessein général est illustré dans une Table grammaticale, Табель ϩраммаmuческая, écrite de sa main, qu’il avait sous les yeux lorsqu’il rédigeait sa grammaire et n’a pas été jointe à la version publiée de la grammaire, sur laquelle nous reviendrons plus avant. Mais nous voudrions auparavant rappeler quelques éléments de contexte qui nous paraissent intéressants pour éclairer sa démarche.

Une démarche encyclopédiste

  • 10 Dans le même ordre d’idées, la Grande mer, Mare magnum de Francesco Marucelli (1625-1703), fondateu (...)

13Au moment même où Lomonosov travaille à sa grammaire, vient de paraître en 1750 et 1751 le Prospectus de l’Encyclopédie, qui contient le Systême figuré des connoissances humaines. La représentation des connaissances y suit celle de Francis Bacon, incluant le mouvement. Les hiérarchisations de type arborescentes fixent des rapports de dépendance, l’élément de gauche étant général et se décomposant, à droite, en des éléments plus restreints qui se décomposent à leur tour en éléments simples. Celles-ci sont insuffisantes pour rendre compte des connaissances. C’est grâce à l’introduction de la parenthèse inversée (orientée vers la droite) que sont indiqués les appariements. La métaphore qu’emploie Bacon est justement celle de l’océan : « Après l’arbre, vient l’océan ». Il s’agit de porter le savoir au-delà des colonnes d’Hercule, considérées comme les limites du savoir dans l’Antiquité, représentées sur le frontispice de la seconde partie du Novum Organum, l’Instauratio magna [1620]. Cette métaphore d’un océan de connaissances a été considérée par la suite comme une réforme de la pensée encyclopédique10. Au-delà d’un inventaire des savoirs, c’est la marche de la connaissance qui est visée, la navigation sur une mer d’objets qui nous environnent, comme le formulera Diderot dans le Prospectus de l’Encyclopédie [1750], tout en reconnaissant sa dette envers Bacon :

  • 11 D’Alembert, « Discours préliminaire », p. xxv.

Nous avons senti […] que le premier pas que nous avions à faire vers l’exécution raisonnée et bien entendue d’une Encyclopédie, c’était de former un arbre généalogique de toutes les sciences et de tous les arts, qui marquât l’origine de chaque branche de nos connaissances, les liaisons qu’elles ont entre elles et avec la tige commune, et qui nous servît à rappeler les différents articles à leurs chefs. Ce n’était pas une chose facile. Il s’agissait de renfermer en une page le canevas d’un ouvrage qui ne se peut exécuter qu’en plusieurs volumes in-folio, et qui doit contenir un jour toutes les connaissances des hommes. Cet arbre de la connaissance humaine pouvait être formé de plusieurs manières, soit en rapportant aux diverses facultés de notre âme nos différentes connaissances, soit en les rapportant aux êtres qu’elles ont pour objet. Mais l’embarras était d’autant plus grand, qu’il y avait plus d’arbitraire. Et combien ne devait-il pas y en avoir ? La nature ne nous offre que des choses particulières, infinies en nombre, et sans aucune division fixe et déterminée. Tout s’y succède par des nuances insensibles. Et sur cette mer d’objets qui nous environnent, s’il en paraît quelques-uns, comme des pointes de rochers qui semblent percer la surface et dominer les autres, ils ne doivent cet avantage qu’à des systèmes particuliers, qu’à des conventions vagues, et qu’à certains événements étrangers à l’arrangement physique des êtres, et aux vraies institutions de la philosophie. Si l’on ne pouvait se flatter d’assujettir l’histoire seule de la nature à une distribution qui embrassât tout, et qui convînt à tout le monde, ce que MM. de Buffon et Daubenton n’ont pas avancé sans fondement, combien n’étions-nous pas autorisés, dans un sujet beaucoup plus étendu, à nous en tenir, comme eux, à quelque méthode satisfaisante pour les bons esprits qui sentent ce que la nature des choses comporte ou ne comporte pas ! On trouvera, à la fin de ce projet, cet arbre de la connaissance humaine, avec l’enchaînement des idées qui nous ont dirigés dans cette vaste opération. Si nous en sommes sortis avec succès, nous en aurons principalement obligation au chancelier Bacon, qui jetait le plan d’un dictionnaire universel des sciences et des arts en un temps où il n’y avait, pour ainsi dire, ni sciences ni arts. Ce génie extraordinaire, dans l’impossibilité de faire l’histoire de ce qu’on savait, faisait celle de ce qu’il fallait apprendre.11

14Comme l’a mis en évidence Roger Chartier, « le basculement d’une image à l’autre [i. e. de l’arbre à l’océan, SA] ne s’impose pourtant que lentement, comme le prouve l’écart entre le Prospectus de l’Encyclopédie fidèle à la métaphore arboricole et le « Discours préliminaire », qui fait un beaucoup plus large usage du vocabulaire marin » (1996, p. 483).

15Il s’agit ici d’ordonnancer la totalité de la connaissance et non pas seulement l’infinitude d’une langue. Mais on n’en sent pas moins une empreinte profonde de la démarche chez Lomonosov. Dans la liste des métaphores représentant la connaissance, l’océan tient une large place, ce que Lomonosov savait évidemment. Les grandes entreprises encyclopédiques, Chambers en Angleterre, Diderot et d’Alembert en France, sont connues dans toute l’Europe. Et on en trouvera une autre preuve dans une mise en relation du Systême figuré des connaissances humaines, tel qu’il apparaît dans le Prospectus de l’Encyclopédie [illustration 1], et de la Table composée par Lomonosov pour servir de plan à sa propre grammaire [illustration 2] dont nous donnerons la transcription en français [illustration 3].

16Nous reviendrons un peu plus tard à une étude de détail de cette Table grammaticale, mais nous voudrions encore pointer quelques caractéristiques de la démarche lomonosovienne. Il est un découvreur, lancé à l’assaut de cet océan qu’est la langue, mais il est fidèle à l’esprit du Mémoire qu’avait soumis Leibniz à Pierre le Grand, dans l’espoir que le souverain soutiendrait et financerait son vaste projet d’encyclopédie des connaissances. Comme le résume Françoise Waquet :

Celui-ci prévoyait pour chaque discipline de dresser des systèmes (systemata), œuvre de longue haleine qui serait précédée par des syntagmata qui en fourniraient les bases. Enfin, viendraient les ouvrages fondamentaux (Kern Werke) qui consisteraient en deux types de publications : des institutions (institutiones) qui procéderaient par disciplines et des encyclopédies qui seraient des abrégés de toutes les disciplines. (1996, p. 177)

  • 12 Une traduction des douze livres a paru en Russie en 1834, sous le titre : Marka Fabija Kvintiliana (...)
  • 13 Dans le livre premier, ainsi que le résumait Françoise Desbordes dans la notice descriptive de l’ou (...)

17On retient évidemment tout de suite le terme d’institution, dont l’équivalent russe nastavlenie sert d’architecture à la grammaire russe12. Celle-ci est en effet constituée de six grandes institutions, qui évoquent les livres de l’Institution oratoire de Quintilien13, somme dédiée à la formation de l’orateur. Les six institutions de Lomonosov sont, à leur tour, divisées en chapitres. Il y a de toute évidence, avec Leibniz, un jalon plus proche de Lomonosov que de Quintilien. Et, dans le même ordre d’idées, on peut sans doute aussi faire l’hypothèse qu’il ne faut pas voir qu’une posture de modestie dans la volonté qu’a Lomonosov d’afficher le caractère simplifié et incomplet de sa grammaire, mais tout autant l’idée qu’il composait là un syntagme, sur lequel il s’appuierait ultérieurement pour dresser son système.

Illustration 1. Extrait du Prospectus de l’Encyclopédie.

  • 14 Dans Trudy po filologii, 1952, p. 601.

Illustration 2. Table grammaticale manuscrite de Lomonosov (original)14

Illustration 3. Table grammaticale manuscrite de Lomonosov (traduction)

18Car la recherche d’un système le guide, assurément, et la Table grammaticale s’organise de façon à en rendre compte. Il apparaît bien que l’ordre se veut naturel, approprié à l’objet décrit, qu’il vise à couvrir à la fois langage et langue particulière et qu’il inclut en lui-même les évolutions et perfectionnements ultérieurs de son étude. C’est un guide, dont on pointera ici quelques repères organisationnels, avant que de proposer ci-dessous un essai de traduction de la Table :

  1. Les catégories générales sont à gauche, avec un mouvement vers le particulier allant de gauche à droite.

  2. Les subdivisions s’orientent vers la droite, jusqu’aux éléments premiers.

  3. Les parenthèses inversées introduisent les accidents des parties du discours, c’est-à-dire les formes qui les affectent dans le discours.

  4. De haut en bas se marque le degré d’organisation de l’énoncé, depuis le commencement, la voix, inarticulée, jusqu’aux parties du discours signifiantes, en bas de page.

  5. Le simple prostoj représente l’élément de base, le primaire, le primitif et s’oppose au composé ou complexe složnyj, résultat de la combinaison de ces éléments.

  6. Aussi les sons sont-ils monophtongues, diphtongues et triphtongues.

  7. Les mots sont simples, lorsqu’ils ne proviennent pas d’une autre partie du discours.

  8. Les idées ne sont pas traitées dans la grammaire mais dans la rhétorique, mais elles sont aussi organisées en contraste entre idées simples (la nuit) et idées complexes (la nuit et le repos).

  9. Ce mode d’organisation analytique est valide pour l’ensemble de la grammaire.

19Pour ce qui est de la terminologie employée dans la Table, elle est conforme également à l’ensemble de la grammaire : le langage constitué, ou discours articulé, slovo, est décrit dans le premier chapitre dans sa généralité. Le langage est caractérisé « comme étant, selon la raison, le plus noble des dons attribué à l’homme pour la communication de ses pensées ». Le mot représente les pensées, l’outil de la parole est la voix ; la voix change. Les parties signifiantes sont dénommées rečenija, terme que Jean Breuillard propose judicieusement de rendre par unités lexicales plutôt que par mots.

  • 15 Voir l’article « Langue » dont l’approche est synthétisée par Sylvain Auroux ainsi : « Les grammair (...)

20Que nous ayons bien affaire ici à un relevé de la langue russe, et non au relevé théorique d’une langue abstraite, ou bien à l’universalité d’une grammaire générale, cela nous est indiqué clairement par l’indication du nombre de cas (7), de déclinaisons (5) ou bien de temps (8), nombres (2) et genres du verbe (3). Cette approche est intéressante et, bien sûr, conforme au but même que s’est fixé Lomonosov. C’est donc bien le réel de la langue qui est représenté sous forme schématique, là où l’Encyclopédie propose, elle, la schématisation d’une méthode d’observation qui soit au service de l’universalité recherchée, même si elle s’attache à montrer le rapport indirect des grammaires particulières à la grammaire générale15.

  • 16 Voir Biljarskij Lomonosov kak naturalist i filolog, cité par F. M. Berezin 1979, p. 23.

21Nous avons déjà mentionné que cette Table avait été faite antérieurement à la rédaction de la grammaire, dont elle fournit le plan, et qu’elle avait servi de guide à Lomonosov dans son travail. On peut voir dans le traitement du paradigme flexionnel la façon dont Lomonosov va chercher à organiser un matériau de départ, dont il ne craint pas le foisonnement. Sa méthode, expérimentée dans sa pratique des sciences de la nature, consiste à relever tout d’abord les faits de langue, sans exclusive, puis, procédant par éliminations successives, à trouver un mode de présentation qui soit analytique tout en étant démonstratif, mnémotechnique et pédagogique. Pour attester du foisonnement des formes prises en compte, on a les listes de mots, noms et verbes notamment, très fournies dans la grammaire. Elles le sont encore davantage dans les brouillons. Elles ont été recueillies dans des carnets, fragments de discours oral, mots entendus dans des lieux et régions divers. Elles n’ont, à ce stade, pas encore fait l’objet d’une sélection selon leur représentativité. Comme l’avait déjà mis en valeur Biljarskij, dans une analyse dont l’actualité a été soulignée par Fëdor Berezin16, sa méthode, fondée sur la théorie des observables, consiste « à tirer de l’observation une théorie, [à] corriger grâce à celle-ci les observations, ce qui est le meilleur moyen de s’approcher de la vérité ». Il insistait ainsi sur le « rôle décisif de l’expérience comme source de données indispensables grâce auxquelles le savant doit opérer ».

22C’est sans doute dans ces allers et retours constants entre le système organisateur et le terrain que réside l’originalité du travail de Lomonosov. En même temps qu’il fait, il montre, il démontre, il explicite les gestes qui seront imités et dépassés, il enseigne.

23En cela sans doute il a été un grand pédagogue pour la science russe naissante, lui dont Pouchkine disait qu’« Il avait été notre première université ». Il mettait en garde ses contemporains contre la tentation de l’ériger en statue : « Ayez recours à votre propre raison, ne me prenez pas pour un Aristote, un Descartes, un Newton. Si vous me donniez leur nom, sachez que vous seriez des esclaves et que ma gloire tomberait avec la vôtre ». Pour peu que cette pétition de principe ait été sincère, il semble bien qu’il ait échoué en cela. Sa statue tient encore solidement, celle du savant encyclopédiste, mais, nous l’avons vu, auquel manque le principe organisateur de tous les systèmes. Pour n’avoir pas affronté cette question décisive, Lomonosov semble au final plus proche du programme de Leibniz que de celui de l’Encyclopédie.

Bibliographie

Références

Archaimbault Sylvie, 1999, Préhistoire de l’aspect verbal : l’émergence de la notion dans les grammaires russes, Paris, CNRS Éditions.

Auroux Sylvain, 1973, L’Encyclopédie « Grammaire » et « Langue » au xviiie siècle, Tours, Mame.

Auroux Sylvain, 1987, « La notion d’encyclopédie philosophique », L’Encyclopédisme, Actes du Colloque de Caen 12-16 janvier 1987, Montréal, Publication de l’Université, p. 125-143.

Berezin Fëdor Mixailovič, 1979, Istorija russkogo jazykoznanija [Histoire de la linguistique russe], Moscou, Vyščaja škola.

Breuillard Jean, 1994, Nikolaj Karamzin et la formation de la langue littéraire russe, thèse pour le doctorat d’État ès-lettres, Université de Paris IV-Sorbonne, 3 vol., 1154 p.

Breuillard Jean, 1998, « Être linguiste en Russie au xviiie siècle », Cahiers Ferdinand de Saussure 51, p. 77-93.

Chartier Roger, 1996, « De l’arbre à l’océan », Tous les savoirs du monde, Encyclopédies et bibliothèques de Sumer au xxie siècle, Roland Schaer éd., Catalogue d’exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France/Flammarion, p. 482-485.

D’Alembert, Jean Le Rond, 1751, « Discours préliminaire des éditeurs », dans Diderot Denis et d’Alembert, Jean Le Rond éd., Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers par une société de gens de lettres, Paris, Briasson, David, Le Breton et Durant.

Diderot Denis, 1750, « Prospectus » de l’Encyclopédie, disponible sur Internet : [http://encyclopedie.uchicago.edu].

Lomonosov Mixailo Vasilevič, 1755, Rossijskaja Grammatika [Grammaire russienne], Saint-Pétersbourg.

Lomonosov Mixail V., [1952], Polnoe sobranie sočinenij [Œuvres complètes], Tom 7oj, Trudy po filologii [Travaux philologiques], Moscou-Léningrad, Izd. AN SSSR.

Smotrickij Meletij, 1619, Grammatiki slavenskija pravilnoe syntagma osmi častij potščaniem mnogogrešnago mnixa Meletija Smotrickogo [Structure correcte des huit parties de la grammaire slave par le soin du peccamineux moine Mélèce Smotrickij], Reproduction de l’éd. de 1619, Olexa Horbatsch et Gerd Freidhof, Specimina Philologiae Slavicae, Francfort, 1974, éd. Kubon et Sagner.

Waquet Françoise, 1996, « Plus ultra. Inventaire des connaissances et progrès du savoir à l’époque classique », Tous les savoirs du monde, Encyclopédies et bibliothèques de Sumer au xxie siècle, Roland Schaer éd., Catalogue d’exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France/Flammarion, p. 170-191.

Notes

1 La biographie de Mixail Lomonosov a fortement contribué à alimenter le mythe du génie omniscient. Il est né en 1711 dans une famille de paysans de la région d’Arxangel’sk. À cette époque, il parait presqu’impensable qu’un fils de pêcheur puisse accéder à l’instruction, cependant M. L. apprend à lire et à écrire auprès du pope du village qui lui prête des livres, dont la grammaire du slavon de l’époque, celle de Mélèce Smotrickij. Sous l’effet des réformes pétriniennes, l’Académie slavo-gréco-latine de Moscou (émanation de l’Académie Mohyla de Kiev, fondée par les Jésuites) cherche à diversifier le recrutement de ses élèves, et une enquête est lancée à travers le pays via les responsables religieux pour détecter les élèves les plus capables. Au même moment, le jeune Lomonosov décide de fuguer, pour échapper à un mariage convenu, ainsi qu’à sa marâtre. Il aurait rejoint Moscou caché dans un chargement de poisson. C’est par cette voie, celle de l’opiniâtreté, en même temps que celle de la sélection démocratique des élites, qu’il arrive à Moscou où il fait ses études de 1730 à 1734. Les meilleurs élèves de l’Académie slavo-gréco-latine seront ensuite envoyés à Saint-Pétersbourg, au lycée de l’Académie nouvellement créé. À la fin de sa scolarité, il est envoyé en Allemagne pour y parfaire sa formation. Il séjournera à Marbourg de 1736 à 1741, où il suivra notamment les cours du physicien Wolf. Il s’initie à la mécanique, l’hydraulique, la physique théorique… En 1741, il rentre en Russie, est nommé professeur de botanique et d’histoire naturelle, puis professeur de physique en 1745, année où il est élu académicien. Il professera en russe, dès 1746.

2 Lomonosov M. V., Polnoe sobranie sočinenij [Œuvres complètes], Moscou-Léningrad, 1950-1957.

3 D’Alembert, « Discours préliminaire », t. Ier, p. i.

4 Lomonosov M. V., Rossijskaja Grammatika, éd. 1952, p. 391. Citations traduites par Sylvie Archaimbault.

5 Ibid., p. 392.

6 Ibid.

7 Définitions de čerta et de čertež” données dans le t. VI du Dictionnaire (1794).

8 Ibid., p. 392.

9 Voir Breuillard 1998.

10 Dans le même ordre d’idées, la Grande mer, Mare magnum de Francesco Marucelli (1625-1703), fondateur de la bibliothèque de Florence, ambitionnait de regrouper, selon un classement alphabétique, tous les livres d’intérêt pour la connaissance. Voir Waquet Françoise, 1996, p. 189.

11 D’Alembert, « Discours préliminaire », p. xxv.

12 Une traduction des douze livres a paru en Russie en 1834, sous le titre : Marka Fabija Kvintiliana Dvenadcat’ knig ritoričeskix nastavlenij [Les douze livres des institutions oratoires de Marc F. Quintilien], traduit du latin en russe par Nikol’skij, A. C., parties 1 et 2].

13 Dans le livre premier, ainsi que le résumait Françoise Desbordes dans la notice descriptive de l’ouvrage incluse dans le Corpus des Textes Linguistiques Fondamentaux (CTLF) : « Quintilien présente sommairement les deux parties de la grammaire, établissement de la correction linguistique (chap. 4-7, p. 78-124) et commentaire de textes (chap. 8, p. 124-128), avec un appendice sur les exercices faisant la transition vers l’école du rhéteur (chap. 9, p. 129-130). Les chap. 4-7 suivent le plan d’une ars grammatica en deux parties : les éléments du langage (lettres, syllabes [qu’il se contente de mentionner], mots) et les critères de la correction orale et écrite. Quintilien se propose de situer l’enseignement grammatical par rapport à l’enseignement rhétorique, d’en limiter les prétentions, d’en marquer les articulations : c’est au titre de la première qualité du discours, la correction, qu’intervient le grammaticus, qui peut toutefois appliquer à l’explication de texte les apports rhétoriques concernant la clarté et l’ornement ». En ligne : [http://ctlf.ens-lyon.fr/n_fiche.asp?num=1202&mot_recherche=]

14 Dans Trudy po filologii, 1952, p. 601.

15 Voir l’article « Langue » dont l’approche est synthétisée par Sylvain Auroux ainsi : « Les grammaires particulières n’ont pas de rapport directement entre elles, mais par la médiation de l’unique liaison qu’elles ont toutes avec la grammaire générale. L’écart entre la grammaire particulière et la grammaire générale est arbitraire comme le sont par suite les écarts entre toutes les grammaires particulières. Cet arbitraire est assigné à l’usage conformément à la définition du signe linguistique » (1973, p. 47).

16 Voir Biljarskij Lomonosov kak naturalist i filolog, cité par F. M. Berezin 1979, p. 23.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. Extrait du Prospectus de l’Encyclopédie.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Illustration 2. Table grammaticale manuscrite de Lomonosov (original)14
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Illustration 3. Table grammaticale manuscrite de Lomonosov (traduction)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search