Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Troisième partie. Histoire et singularités

Claude Buffier : examiner les préjugés, concevoir un plan nouveau

Simone Delesalle

Texte intégral

1Il s’agit ici de situer la Grammaire française sur un plan nouveau de Claude Buffier (1709), en amont par rapport à la Grammaire Générale et raisonnée (1660), en aval par rapport aux Vrais Principes de Grammaire de Girard (1747) en la reliant aux œuvres philosophiques de l’auteur, et en particulier l’Examen des préjugés vulgaires pour disposer l’esprit à juger sainement et précisément de tout (1704). L’examen des préjugés et la Grammaire, pensés ensemble, se complètent, l’un menant à la comparaison des langues et l’autre, dans une langue, à l’analyse des énoncés. Il semble que dans l’œuvre de Buffier, grammaire, logique et rhétorique se mêlent dans une perspective qui préfigure la typologie des langues, et participe à l’élaboration du domaine de l’analyse du discours.

Examen des préjugés vulgaires pour disposer l’esprit à juger sainement de tout

2Dans cet ouvrage, Buffier s’appuie sur Locke, dont il discute certains détails mais garde l’essentiel : « l’homme sent et pense », en se détachant donc nettement de Descartes et de Malebranche. Il fait également allusion aux travaux de Vaugelas et de Bouhours. Une suite de chapitres mettent en question, sous forme de dialogue, le préjugé qui veut que deux personnes ne peuvent avoir raison en même temps, que les femmes ne sont pas douées pour les sciences, que les sauvages sont moins heureux que nous, etc. Le chapitre qui nous retient ici, c’est celui qui veut démontrer que toutes les langues et jargons ont un intérêt égal, alors que les préjugés ordinaires les hiérarchisent.

3Déjà, dans le chapitre consacré au bonheur des sauvages, Buffier note que la grammaire « roule sur des mots et des sons purement arbitraires » et veut mettre en règles « ce qui n’est que le pur effet de la fantaisie des hommes » (1704, p. 133). Dans le chapitre suivant, à propos des « philosophes nouveaux », il critique Descartes pour ne pas s’être assez clairement expliqué, ce qui a permis à ses épigones de s’embrouiller et d’embrouiller les lecteurs à force de disputes sur les notions de goût, de chaleur, etc. Faut-il les attribuer aux choses inanimées, ou relèvent-elles « de l’action et du mouvement de l’âme » (1704, p. 153) ? Buffier voit dans les questions de ce genre, la plupart du temps, une simple équivoque de mots.

4Comme on le voit, le langage est partout en filigrane tout au long de ce livre, mais il est essentiel dans la partie consacrée aux langues et jargons, qui regarde spécifiquement la langue française, considérée par rapport aux autres langues et dans sa constitution interne. Partant d’une opposition entre Charpentier (Académie Française) et Lukas (jésuite et professeur de rhétorique), Buffier s’oppose au préjugé qui veut que toutes les langues ne se valent pas. Le bas-breton, à ses yeux, pourrait être étudié comme le latin. Point par point, il réfute les arguments de ceux qui voient de la douceur dans le français et de la rudesse dans l’allemand, montre que toutes les langues sont difficiles à prononcer pour les étrangers, et note les liens étroits qui unissent les langues romanes par rapport à l’arabe ou au chinois. En ce qui concerne les jargons, il revendique pour le normand ou le gascon des règles aussi élaborées que pour le français, et réclame qu’au lieu de juger d’une langue ou d’un jargon en soi, on prenne toujours en compte la position de celui qui l’entend et par exemple les préjugés inconscients d’un Parisien partageant le sentiment de la Cour, par éducation et par habitude.

5Cet essai relie donc sans cesse le travail des remarqueurs à celui des grammairiens. Il invoque ainsi Vaugelas et son exemple de « Une infinité de personnes m’ont témoigné… » (1647, p. 41) pour montrer qu’il ne faut pas accorder de « faux droits » à la grammaire : « ce n’est pas à elle […] d’établir des lois dans le langage et de faire des mots masculins ou féminins, singuliers ou pluriels. C’est assez pour elle de les indiquer, et de s’y ajuster comme elle le peut » (1704, p. 193). En revanche, il étend beaucoup les « vrais droits » de la grammaire, puisqu’elle peut concerner non seulement les langues reconnues comme telles, mais également n’importe quel idiome. C’est en ce sens qu’il critique les positions de celui qu’il appelle « un bel esprit » (Bouhours), qui lui semble avoir écrit « des choses agréables et bien tournées » (1704, p. 198), mais manquer de philosophie, lorsqu’il exalte la beauté de la langue française.

6En prenant ainsi une position radicalement comparatiste, Buffier prévient la querelle qui éclatera un demi-siècle plus tard entre Batteux et Beauzée à propos de l’ordre des mots : se servant avant eux de l’exemple latin « Diuturni silentii […] finem hodiernus dies attulit » (ce jour-ci a apporté la fin d’un long silence), il montre que l’inversion qu’on y relève est un « dérangement prétendu d’idées » (1704, p. 209) et que même s’il ne met pas le sujet en tête d’un énoncé, le latin est aussi intelligible que le français. En même temps, il annonce les thèses du Condillac de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746) et de Girard (Les Vrais principes de la langue française, 1747) sur l’évolution des langues et les oppositions structurelles qu’on relève entre des langues historiquement apparentées.

7Plus généralement, l’excellence du français ne lui paraît pas tenir à des qualités proprement linguistiques, mais au statut de la nation française tel qu’il est reconnu dans le siècle : « Ce que vous appelez une belle langue, ne voudriez-vous point l’appeler une langue à la mode, et une langue utile ? » Le français est à la mode parce qu’il est parlé dans toutes les cours d’Europe : « Si le Bas-Breton, le Normand, le Picard […] étaient devenus comme le Français, le langage du plus grand Roi du monde et de la Nation de l’Europe qui s’est distinguée davantage, surtout en ce siècle, par sa valeur et par ses conquêtes […] sans rien changer dans les mots, dans les phrases, et dans la construction de toutes ces langues ou jargons […], elle aurait toute la beauté et l’excellence que nous pouvons trouver dans le français » (1704, p. 216).

8Ce chapitre s’achève par une comparaison qui montre qu’il y a autant de métaphores exagérées (enrager, empoisonner) et d’hyperboles diffuses (votre très humble serviteur) en français que dans les autres langues (1704, p. 219). Buffier souligne également – ce qui amène à la grammaire – que « ce qu’on appelle vulgairement la nouveauté d’une pensée […] c’est la vérité de la pensée accompagnée d’une justesse d’expression » et que, quelle que soit la langue ou la nation, les idées « raisonnables » sont « celles que les hommes dans la Société Civile ont à se communiquer les uns aux autres pour vivre commodément » (1704, p. 230).

La Grammaire sur un plan nouveau

9Au début de la première section de la grammaire, après avoir critiqué les imprécisions des grammaires précédentes, Buffier souligne que cependant « les principes de grammaire réduits à des notions plus exactes qu’à l’ordinaire ont été déjà ingénieusement exposés dans un livre connu, intitulé, Grammaire raisonnée » (La Grammaire générale et raisonnée d’Arnauld et Lancelot de 1660) ; mais, ajoute-t-il, « ils n’ont point été appliqués à la pratique, comme j’y applique ceux que je tâcherai d’établir ». D’autre part, il juge qu’il ne peut « s’en accommoder universellement » et qu’il a donc préféré « faire son plan indépendamment de l’autre ». Et Buffier, toujours disposé à l’écoute d’autrui, conclut qu’« un système de grammaire n’est qu’une voie que l’esprit se trace pour réduire à certaines maximes et dans un certain ordre les principes d’une langue », et qu’en conséquence, « dans les points où les deux systèmes sont différents, on pourra se servir de l’un pour réformer l’autre » (1709, p. 7, § 8).

10Dans les paragraphes suivants, Buffier, reprenant les principes que l’on trouve dans L’Examen des Préjugés, insiste, quarante ans avant Girard, sur la différence de structures qu’on peut relever sur des langues pourtant apparentées : déplorant « un défaut essentiel dans les grammaires françaises, qu’on a voulu faire sur le plan des grammaires latines », il affirme que « chaque langue, pour être bien apprise doit avoir sa grammaire particulière » (1709, p. 8, § 11).

11Sa grammaire se situe ainsi entre le modèle général de la Grammaire de Port-Royal et, en ce qui concerne le français, les Vrais principes de Girard. On peut y lire un renversement de l’analyse des énoncés non seulement sur le plan technique mais aussi plus généralement sur celui de la prise en compte des discours du temps : Buffier est un jésuite, qui travaille en surplomb par rapport aux langues étrangères vivantes, comme Chiflet cinquante ans plus tôt. Mais de plus, il veut suivre dans sa grammaire du français un « plan nouveau » lui permettant de relier les travaux des remarqueurs à ceux des grammairiens.

12En effet, à ses yeux, c’est « l’usage » qui « est la règle d’une langue » ; et « cet usage a son empire par lui-même indépendamment de la raison : ainsi la raison n’a proprement rien à faire par rapport à une langue, sinon de l’étudier et de l’apprendre telle qu’elle est ». Ou encore : une langue « n’est autre chose que la manière dont une certaine quantité d’hommes sont convenus insensiblement d’exprimer mutuellement leurs pensées par la parole » (1709, p. 44, § 63), et la grammaire « n’est qu’un amas de réflexions sur ce que l’usage a introduit dans une langue » (1709, p. 14, § 21).

13Par rapport aux travaux des remarqueurs, sa grammaire introduit une différence notable dans la définition même de l’usage. Dans les pages qu’il consacre à cette question, il note que « l’usage en fait de langue est la manière de parler usitée ou la plus usitée, parmi un certain nombre d’hommes dans une certaine nation » (1709, p. 17, § 26), une langue n’étant « au fond qu’une sorte de mode, qui a mis en vogue certaines expressions préférablement à d’autres termes » (1709, p. 17, § 27). Il juge que la définition de Vaugelas (« la plus saine partie de la Cour », « la plus saine partie des auteurs du temps »), si judicieuse soit-elle, est une source de difficultés, et suggère de substituer « le terme de plus grand nombre à celui de la plus saine partie », ce qui permettrait de disposer « de quelque chose de palpable et de fixe » au lieu d’une notion qui peut devenir « insensible ou arbitraire » (1709, p. 21, § 33).

14Dans la grammaire de Port-Royal et dans celle de Buffier, on trouve bien entendu le nom et le verbe, mais ces termes ne renvoient ni au même objet, ni à la même démarche. Dans la grammaire de Port-Royal en effet, les analyses partent du nom, signe du concept. Et l’énoncé s’organise grâce à la copule (le verbe être), qui relie les noms. On peut presque dire que dans cette perspective il n’y a que des noms. L’adjectif n’existe pas encore en tant que catégorie mais en tant que sous-catégorie : il y a des noms substantifs comme il y a des noms adjectifs (nos qualificatifs), comme il y a des verbes adjectifs (tous les verbes à l’exception du verbe être). La langue française rentre comme elle le peut dans un système général et parfait qui unit, comme chez les modistes, la pensée, le monde et les signes.

15Dans ce système, il y a les objets de la pensée (concepts) et les manières de penser (jugements), il y a les objets du monde (les substances) et les modes ou manières des substances (les attributs), il y a enfin les signes (les mots) et les modes ou manières des signes (les parties du discours). En ce qui concerne le français, le principal problème rencontré lorsqu’on veut l’inscrire dans ce cadre, c’est le verbe, étant donné qu’il suppose la décomposition d’un énoncé tel que Pierre voit son frère en Pierre est voyant son frère. Analyse qui, notons-le, se poursuivra très longtemps dans les manuels scolaires.

16Dans sa Grammaire, Buffier part à l’envers. Il ne va pas du concept au mot, mais de la parole au mot. Dans sa définition des parties de la grammaire, il définit la langue comme « la manière dont les hommes […] ont accoutumé d’exprimer mutuellement leurs pensées par la parole » et il ajoute que « l’expression la plus simple dont on se serve par la parole, pour indiquer ses pensées, s’appelle un mot » (1709, p. 44, § 64).

17À la page suivante, l’analyse va de l’énoncé à ses constituants : « Dans tout ce qu’on dit pour exprimer ses idées à un autre, il faut remarquer qu’il y a un sujet, dont on parle pour en affirmer quelque chose ; car on ne parle à un autre que pour lui exprimer ce que l’on pense de quelque chose : par exemple, si je dis, Dieu est, l’Idole n’entend pas, Platon instruit : Dieu, l’Idole, Platon, sont autant de noms, aussi bien que tous les autres mots qui expriment les objets dont on peut parler. Au contraire les mots est, entend, instruit, sont aussi des verbes. On voit par là que le nom et le verbe sont les plus essentielles parties du langage : puisque tout langage se réduit à exprimer le sujet dont on parle, et ce que l’on en affirme » (1709, p. 46, § 66).

18À partir de ce début de la grammaire, on peut donc noter l’équivalence entre sujet et thème, le passage de sujet à nom, et la réunion dans la même catégorie verbe de est, instruit, entend, c’est à dire d’éléments distingués dans la Grammaire de Port-Royal, où est constitue le véritable verbe, le verbe substantif, les autres étant un mixte de verbe et de nom, appelés verbes adjectifs. Il y a là en ce début du xviiie siècle un tournant essentiel de l’analyse qui retrouve les fondements des analyses grecques, avec la distinction que l’on trouve chez Platon entre l’onoma et le rhèma (sujet et prédicat, thème et propos).

19Buffier se situe donc dans le domaine du discours et de sa progression, mais il va vers l’analyse en composants grâce à une décision. À propos du sujet dont on parle, il proclame : « Je l’appelle nom » (1709, p. 46, § 66). Dans ce « Je l’appelle nom », on lit à la fois la place du locuteur et une décision prise à partir de données sociales : d’abord ce dont je parle, puis ce que j’en dis. On est donc dans l’onomasiologie, au lieu de partir d’un concept donné comme point de départ. Une des avancées de Buffier est également sa position par rapport aux adjectifs (nos qualificatifs). S’il garde l’appellation « nom adjectif » pour renvoyer à ces éléments, il souligne qu’ils sont en fait de véritables « modificatifs » du nom, ce qui annonce la naissance de la catégorie « adjectif » dans les Vrais principes de Girard, avec les recompositions multiples de cette classe dans les travaux de Dumarsais et de Beauzée.

20Enfin, il invente une classe de mots, les « suppléments », pour désigner des termes qui se substituent à d’autres (et non pas qui s’y ajoutent, comme le mot pourrait le laisser croire) et « peuvent être équivalents à plusieurs parties d’oraison », tels l’impératif des verbes, les particules oui et non, les interjections, etc. « Ces termes de supplément sont peut-être la plus grande partie de la beauté des langues », note-t-il, « parce qu’ils servent à s’exprimer brièvement et vivement » (1709, p. 84, § 170). Par là s’affirme le souci qui est celui de Buffier : rester sur le terrain de la discursivité.

21Les grammairiens du xviiie siècle ne le suivront pas sur les suppléments, mais raffineront les catégories grammaticales avec la profondeur de champ que donne la saisie de l’homme dans son évolution : pour Condillac, le verbe est central en tant que mot qui exprime l’action, et la notion de sujet n’est pas essentielle (à l’origine du langage, on a par exemple : fruit vouloir). Girard, lui, reconnaît la catégorie de l’adjectif et surtout élabore deux types d’analyse, parallèles et différentes : celle qui traite des « parties d’oraison », à savoir nom, verbe, adjectif, etc. et celle qui traite des constituants de l’énoncé (appelés au xviiie siècle « parties du discours », soit sujet, verbe, régime devenant « complément », etc.).

22L’œuvre de Buffier inscrit donc essentiellement l’homme dans la société. Il arrive à se servir aussi bien du modèle de Port-Royal que des analyses des remarqueurs, et ce dans une perspective comparatiste : les langues ne peuvent pas toutes entrer dans un même moule, et la langue française n’est pas la plus belle du monde. Son « plan nouveau » repose sur une réflexion sur la parole qu’échangent les hommes : c’est à partir de là qu’on peut établir des grammaires pour chaque langue en travaillant à travers les discours humains sur ce que Beckett appelle tendrement, dans L’Innommable (1953, p. 123), « les parties du boniment ».

Bibliographie

Références

Références primaires

Arnauld Antoine et Lancelot Claude, 1969 [1660], Grammaire générale et raisonnée, Paris, Republications Paulet.

Arnauld Antoine et Nicole Pierre, 1970 [1662], La logique ou l’art de penser, introd. de L. Marin, Paris, Flammarion.

Buffier Claude, 1724 [1704], Examen des préjugés vulgaires pour disposer l’esprit à juger sainement de tout, Paris, J. Mariette.

Buffier Claude, 1709, Grammaire française sur un plan nouveau, Paris, Pierre Witte.

Condillac Étienne Bonnot de, 1947 [1746], Essai sur l’origine des connaissances humaines, Paris, Corpus général des philosophes français.

Girard Gabriel, 1747, Les vrais principes de la langue française, Paris, Le Breton.

Vaugelas Claude Favre de, 1747, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris, Le Petit.

Vaugelas Claude Favre de, 1690, Nouvelles remarques sur la langue françoise. Ouvrage posthume, avec des observations de M*** [Louis-Augustin Alemand], Paris, Guillaume Desprez.

Références secondaires

Auroux Sylvain, 1986, « Actes de pensée et actes linguistiques dans la grammaire générale », Histoire Épistémologie Langage 8/2, p. 105-120.

Auroux Sylvain, 1988, « Beauzée et l’universalité des parties du discours », Hommages à la mémoire de Jean Stéfanini, Blanche-Benveniste, Claire, Chervel, André et Gross, Maurice éd., Aix-en-Provence, université de Provence, p. 37-58.

Beckett Samuel, 1953, L’innommable, Paris, Minuit.

Delesalle Simone et Mazière Francine, 1998, « Raison, foi et usage. Les modes de la signification dans le Dictionnaire de l’Académie et la Grammaire Générale et Raisonnée de Port Royal », Sémiotique 14, p. 45-68.

Delesalle Simone et Mazière Francine, 2007, « Grammaire générale et grammaire particulière : les Méthodes de Claude Irson », History of Linguistics 2002, Eduardo Guimarães et Diana Luz Pessoa de Barros éd., Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins (SiHoLS 110), p. 41-62.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search