Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Troisième partie. Histoire et singularités

Comment bien traduire en allemand : Schottel et la quête de la Grundrichtigkeit

Claire Lecointre

Texte intégral

  • 1 Citons à titre d’exemple le manuel de Jörn Albrecht (2005) Übersetzung und Linguistik.
  • 2 Ainsi Van Hoof, qui cependant évoque Gaspard de Tende (1660). Ballard, en revanche, consacre un par (...)

1À l’heure où les études de linguistique connaissent dans le cadre des formations nouvelles aux métiers de la traduction un regain d’intérêt1 (mais aussi un infléchissement de la perspective), l’historiographie des théories de la traduction – parent pauvre de la traductologie – redécouvre les écrits des siècles passés. Il en va ainsi du traité Wie man recht verteutschen soll de l’Allemand Justus Georg Schottelius (Schottel, 1612-1676), dont il n’est fait mention que sporadiquement dans les ouvrages consacrés à l’histoire de la traduction2. Et cela probablement parce que le traité de Schottelius n’en est pas un au sens habituel du terme. Fortement inséré dans la problématique de la normalisation de l’allemand, il ne se réduit ni à de pures considérations théoriques sur (la nature de) la traduction, ni à une méthode pour apprendre à traduire.

2Son auteur, fils d’un pasteur de la région de Hanovre, avait poursuivi des études de droit dans plusieurs universités (Helmstedt, Hambourg, Leyde et Wittenberg) avant d’exercer – à partir de 1638 – des fonctions de précepteur à la cour de Brunswick-Wolfenbüttel, un centre important de la culture allemande. Outre le fait qu’il eut accès à la très riche bibliothèque, Schottel entra alors en relation avec la Fruchtbringende Gesellschaft, une société savante vouée en quelque sorte à la défense et à l’illustration de la langue allemande, fondée en 1617 sur le modèle de l’académie de la Crusca par le prince Ludwig von Anhalt-Cöthen. C’est ainsi qu’après la publication de la Teutsche Sprachkunst (1641, désormais TS), Schottel fut admis dans la « société fructifère ». Celle-ci, au cours des dix années suivantes, allait connaître une période d’activité intense, consacrée principalement à expurger la langue allemande des scories étrangères qui l’entachaient et à établir une langue écrite commune – ce qui posait la question des critères déterminant la norme linguistique. Or, l’un des moyens préconisés pour parvenir à établir cette langue littéraire était précisément la traduction ; les membres de la Fruchtbringende Gesellschaft effectuaient des traductions qui étaient lues et commentées au sein des réunions de la société et faisaient l’objet de nombreuses correspondances.

  • 3 De modo interpretandi in Lingua Germanica, & de aliis genuinas locutiones et Linguae Proprietatem c (...)
  • 4 Sous son titre latin, l’AA est Opus de lingua germanica.
  • 5 Pour être contemporaine des méthodes, de la grammaire et de la logique de Port-Royal, l’AA poursuit (...)

3C’est dans ce contexte que fut composé le De modo interpretandi, selon l’équivalent latin par lequel Schottel fait précéder le titre allemand du traité3. En 1663 paraît l’Ausführliche Arbeit der Teutschen HaubtSprache (désormais AA), un imposant ouvrage de près de 1500 pages, qui reprend la TS ainsi que divers travaux relatifs à la langue allemande, constituant en quelque sorte une somme des acquis scientifiques sur la langue allemande4. L’AA comporte divers textes réunis en cinq livres, dont le cœur est constitué par une grammaire de la langue allemande (livres II et III, Sprachkunst, conçue selon le modèle traditionnel de la grammaire latine en deux parties, étymologie et syntaxe, qui suivent respectivement l’ordre des parties du discours – article, nom, pronom, verbe, participe, préposition, adverbe, conjonction et interjection – auxquelles s’ajoutent, dans l’étymologie, ponctuation ainsi qu’équivoques et homonymes). Suivi par un traité de poétologie (livre IV, Poetik), il est encadré par dix Lobreden (livre I, éloges de la langue allemande dans ses principales propriétés) et sept traités (livre V, Tractate, dont notamment le cinquième retient ici l’attention, Wie man recht verteutschen soll, comment bien traduire en allemand). L’unité de l’ouvrage tient à sa visée, une démonstration de l’allemand comme HaubtSprache, une grande langue qui ne le cède en rien ni aux langues anciennes (et langues sacrées) ni aux langues européennes modernes5.

  • 6 Bien qu’anachronique, le terme est employé ici pour désigner les territoires germaniques du Saint-E (...)
  • 7 Bouhours 1671, p. 62.
  • 8 Voir Grimmelshausen, Der abenteuerliche Simplicissimus (1668), qui en fait un tableau saisissant au (...)

4Or en cette première moitié du xviie siècle, l’Allemagne6 compte de nombreux dialectes, et bien que la traduction de la Bible par Luther (1534) ait contribué à l’émergence d’une langue commune écrite, un siècle plus tard, celle-ci n’est pas encore fixée ; les ravages de la guerre de Trente Ans (1618- 1648), qui laissa l’Allemagne dans un profond état de dévastation (sa population passe de 16 millions à 6 millions d’habitants), ont pour conséquence un retard culturel notable par rapport aux pays environnants, en particulier l’Italie puis la France. Les Allemands souffrent d’une piètre réputation à l’étranger, ils sont considérés comme rustres, les stéréotypes se traduisant dans langage courant par des expressions telles que « prendre quelqu’un pour un Allemand » (le considérer comme facile à duper). La langue est tenue pour « rude et grossière »7, lexicalement pauvre. La vie sociale et culturelle allemande subit alors une forte influence française, dont les excès se traduisent par ce que l’on a appelé l’« alamodisme », pour désigner une manière outrancière de suivre la mode française, que ce soit dans le vêtement8 ou dans les manières de parler : le langage est truffé de mots français, d’expressions « à la mode », un mouvement qui pénètre quasiment toutes les couches de la population. Il donne même lieu à une littérature (Alamodeliteratur) fortement imitée de la littérature française et contre laquelle – du moins dans ses productions les plus ridicules – s’élèvent en particulier les membres des académies savantes.

5Alors qu’une bonne partie de l’Alamodeliteratur est une littérature de traduction (traductions qui n’hésitent pas à conserver une part importante de termes de la langue source), la question peut se poser de savoir quelle est l’influence de la traduction sur la langue d’arrivée (langue cible). Cette problématique sous-tend le traité Wie man recht verteutschen soll, un dialogue fictif entre deux personnages, Wolrahm et Siegeraht, ce dernier apportant à travers ses réponses les arguments visant à légitimer les prétentions de la langue allemande, faisant valoir ses mérites et dénonçant les distorsions qu’elle subit. La discussion naît en effet de l’observation que si de nombreux textes sont écrits en un excellent allemand, bien des traductions font preuve d’un allemand largement défectueux : il reste alors à déterminer si cette mauvaise qualité de la langue est inhérente au fait qu’il s’agit de traductions.

  • 9 Martin Opitz (1597-1639), poète allemand membre de la Fruchtbringende Gesellschaft, réformateur de (...)

6De même qu’une traduction qui conserve force mots ou expressions de la langue d’origine dans le texte d’arrivée en gâte la langue, de même une traduction mot à mot est-elle à proscrire : Schottel se réclame en cela de Luther, même si les choix de ce dernier répondent à des préoccupations quelque peu différentes (i. e. se faire entendre de ses lecteurs afin de faire passer le message biblique). Pour Schottel, une traduction mot à mot non seulement ne respecte pas la langue allemande, mais la défigure, et il en apporte la preuve par l’exemple au moyen d’une série de phrases latines tirées du célèbre roman satirique de John Barclay Argenis (1621), pour lesquelles Siegeraht propose d’abord une traduction littérale à laquelle il oppose ensuite la traduction d’Opitz9, « maître réputé pour la qualité de son allemand et de ses traductions » (p. 1222). Quelle est donc la différence entre une bonne et une mauvaise traduction ? Alors que la traduction mot à mot consiste à donner un équivalent sémantique de chaque mot considéré isolément, tout en conservant assez largement l’ordre des groupes de mots de la langue d’origine, la bonne traduction (comme l’illustre celle d’Opitz) part du sens global de la phrase source pour en proposer un équivalent idiomatique dans la langue cible. Le bon traducteur doit ainsi être en mesure d’identifier les expressions dont le sens ne peut être inféré de la composition des significations des éléments qui constituent ces expressions. Mais il y a plus : ce qui, conclut Siegeraht, caractérise la bonne traduction, c’est non seulement qu’elle restitue le sens du texte de départ, mais qu’elle contribue de plus à enrichir la langue cible – ici l’allemand.

7La première condition pour effectuer de telles traductions, c’est de parfaitement maîtriser les deux langues, source et cible. Il convient en particulier de bien connaître les locutions (Redarten), expressions idiomatiques et autres phraséologismes, avec leurs variantes, afin de pouvoir aussi bien les identifier dans les textes à traduire que moduler les formulations au gré des besoins dans la traduction ; Schottel en apporte différents exemples, il indique ainsi plusieurs expressions synonymes pouvant rendre de manière différente la locution ins Gras beißen (mordre la poussière, p. 1225), ou la formule juridique Prozeß führen (mener un procès, ester en justice, p. 1230). Les proverbes sont également à connaître, ils jouent un rôle important dans la mesure où ils reflètent et manifestent la « sagesse » d’un peuple.

  • 10 Quintilien, Institution Oratoire I, 6, 45 (indiqué par Schottel comme 1, 12) : « consuetudinem serm (...)

8Une connaissance ordinaire de la langue, telle que la possède un locuteur natif, ne suffit pas à asseoir l’allemand comme langue de culture, il faut pour cela que soient connus les principes qui sont au fondement de chacune des deux langues engagées dans la traduction. Par la voix de Siegeraht, Schottel précise ce qu’il entend par maîtrise parfaite, en renvoyant à la distinction entre la langue objet d’enseignement – et donc susceptible de systématisation, conformément à une norme qu’il est possible de découvrir ou d’établir, et la langue de l’usage quotidien, une distinction qui reprend celle établie par les Latins – Schottel mentionne ici (p. 1228) Varron – entre la lingua latina et la lingua rustica romana. Cette différenciation entre deux niveaux de langue est à comprendre en référence à un passage précédent de l’AA (p. 168), où Schottel cite Quintilien10 pour conclure que la lingua impura des Romains n’est autre que le Pöbelgebrauch, i. e. l’usage de la populace ignorante du fonctionnement de la langue. Pour finir, Schottel transpose la dichotomie lingua latina/lingua rustica romana à la langue allemande pour opposer (en latin !) une lingua indigena, faite de mots et d’expressions d’origine germanique, à une lingua exotica contaminée par des idiomatismes étrangers. En vertu de quoi « le bon Varron » (p. 1228) avait soit éliminé ce qui était du trop mauvais latin, soit l’avait amendé et rendu correct.

  • 11 Auteur d’une Uytspraeck vande Weerdicheyt der duytsche Tael (1586).

9Or ce qui, au-delà des phraséologismes, proverbes et autres expressions figées, fait la spécificité de la langue allemande en tant que Hochsprache (langue de culture), ce sont les régularités que l’on y peut observer et qui résident dans sa formidable aptitude à former des mots nouveaux à partir de mots-racines (Stammwörter, Wurtzel). L’apport essentiel de Schottel à la théorie grammaticale se trouve dans ses analyses de la dérivation (Ableitung) et de la composition (Doppelung), exposées dans les Lobreden 4 et 5 du livre I de l’AA, ainsi que dans son dictionnaire des Stammwörter qui fait suite au traité sur la traduction (traité 6 du livre V) et auxquelles Schottel renvoie (p. 1246). Grâce à la dérivation et à la composition, les Stammwörter permettent d’exprimer à peu près tout ce que l’on souhaite, ils se trouvent déjà dans les textes anciens et constituent « der Teutschen Sprache eigenschaft und Natur » (la spécificité et la nature de la langue allemande). Cette propriété de la langue allemande la distingue par exemple de la langue latine, qui « ne peut être comparée à la langue allemande ni par la quantité des mots-racines ni par sa faculté de composition » (p. 1244). À cet égard, l’allemand serait plus proche du grec. Et Schottel-Siegeraht d’observer que « bien des savants ne savent pas ce qu’est en allemand un composé (compositum), un dérivé (derivatum) ou une racine (radix) » (p. 1247) : le mérite de Schottel est précisément d’avoir su, à la suite de Simon Stevin notamment11, ne pas simplement considérer la morphologie d’un point de vue statique (oppositions primitivum/derivativum et simplex/compositum), mais de l’envisager dans son aspect créatif.

10Parce qu’il maîtrise la Wortbildung (les règles de la formation des mots), le traducteur est en mesure de rendre les concepts et contenus étrangers sans recourir à l’emprunt linguistique ni au calque : il peut à partir des mots-racines forger les termes adéquats et ainsi enrichir la langue allemande (et son vocabulaire). Or cette activité est essentielle pour que les mots-racines, qui sont en nombre limité mais suffisant, ne disparaissent pas – ce qui appauvrirait la langue dans un mouvement irréversible (il n’est pas possible de créer de nouveaux mots-racines).

11C’est en ce sens que trop d’emprunts sont nocifs et font de la langue allemande une prostituée et une mendiante (« zu einer algemeinen Huren und Bettlerinn », p. 1246). Mais cela ne veut pas dire que la langue allemande ne doive admettre aucun mot étranger (Fremdwort), comme le suggérait Wolrahm (p. 1248). Elle peut (et doit) conserver les termes qui, entrés depuis longtemps dans la langue, ne sont plus perçus comme étrangers, de même que les termes spécialisés techniques ; mais elle ne saurait s’interdire de créer des équivalents allemands par composition, pour peu qu’ils soient plus immédiatement compréhensibles que les emprunts : aussi le sens du mot composé Sinnbild (symbole) est-il plus aisé à discerner que celui du mot grec Emblema. Trouver un équivalent allemand à un terme étranger demande une connaissance approfondie de la langue allemande (« gruendliche kundigkeit der teutschen Sprache », p. 1250) qui n’est acquise qu’au prix d’un labeur peu commun.

12La langue allemande objet de tant d’efforts, cette Hochsprache dont l’AA expose la nature propre, la Grundrichtigkeit – littéralement la justesse fondamentale – répond à une norme qui s’appuie non pas sur un usage régional, mais sur les régularités constitutives de la langue. Aucun des vingt-deux dialectes recensés par Schottel n’est au fondement de la teutsche Sprache, langue commune de culture : « Die Hochdeutsche Sprache […]/davon wir handelen und worauff dieses Buch zielet/ist nicht ein Dialectus eigentlich, sondern Lingua ipsa Germanica, sicut viri docti, sapientes & periti eam tandem receperunt & usurpant [...] » (AA, vol. 1, 8, p. 174. La haute langue allemande… /dont nous traitons ici et qui constitue l’objet de ce livre/n’est pas à proprement parler un dialecte, mais la langue allemande même, telle que les doctes, les savants et les connaisseurs l’ont enfin recouvrée et dont ils usent maintenant). En tant que Hochsprache, l’allemand est au-delà des dialectes, il est à comprendre comme une variante suprarégionale, dont la norme est plutôt fondée sur l’analogie que sur l’usage ; et qui de fait commence à s’affirmer dans les chancelleries et autres grandes administrations. Hochdeutsch n’est donc pas à entendre ici en opposition à Niederdeutsch (deux types linguistiques) mais dans une acception sociolinguistique, qui correspond à la norme de correction prônée par les érudits, gardiens de la langue. Quant aux dialectes, on a pu envisager de traduire un texte d’un dialecte en un autre, mais cela ne va pas sans difficulté.

13Une dernière variété de langue allemande pouvant donner lieu à une traduction, que Schottel est le premier des théoriciens à faire entrer dans un ouvrage d’érudition, doit encore être mentionnée (p. 1262) : le rotwelsch, l’argot des vagabonds, mendiants et marginaux utilisé à partir du xiiie siècle dans les territoires allemands. Le terme lui-même n’apparaît qu’en 1510 comme terme générique pour désigner l’ensemble des variantes régionales, sociales et historiques. Il s’agissait d’une langue secrète qui avait vocation à ne pas être comprise de personnes extérieures au groupe, et en particulier de la police, d’où de nombreux emprunts lexicaux aux langues étrangères (dont le yiddish et l’hébreu) et le recours à différentes figures de style et jeux de langage. Il y a ici traduction dans la mesure où Schottel montre, exemples à l’appui, par quels mécanismes de dérivation (affixes), de composition et permutations le vocabulaire du rotwelsch est obtenu (ajout de lettres, interversion de syllabes, etc.), la syntaxe n’étant guère concernée.

14Hormis les cas très particuliers de dialecte ou de rotwelsch, traduire n’implique aucune perversion de la langue, dont la pureté ne cède en rien à l’usage des auteurs savants et érudits. Si la traduction sait mettre à profit les propriétés intrinsèques de l’allemand, c’est-à-dire qu’elle se conforme à sa Grundrichtigkeit, alors, au contact des textes étrangers, l’allemand progresse et se développe. Face aux dérives alamodistes, au morcellement dialectal et au conflit politico-religieux qui déchire l’Allemagne, l’émergence de cette langue de culture qu’est la Hochsprache allemande devient une nécessité qui prend même une dimension morale et politique. Le travail novateur de celui qu’Harsdörffer appelait Varro Teutonicus, par la mise à jour des principes constitutifs de la langue allemande dont il établit l’ancienneté, restitue à cette dernière sa place de HaubtSprache, grande langue de culture.

Bibliographie

Références

Albrecht Jörn, 2005, Übersetzung und Linguistik, Narr Studienbücher, Tübingen, Gunter Narr Verlag.

Ballard Michel, 1995, De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions, Lille, Presses universitaires de Lille.

Bocquet Catherine, 2000, L’art de la traduction selon Martin Luther – ou lorsque le traducteur se fait missionnaire, Arras, Artois Presses Université.

Bouhours Dominique, 1671, Entretiens d’Ariste et d’Eugène, Paris, S. Mabre-Cramoisy.

Ehmer Andreas, 2005, « Wie die “Passion” zur “Leidenschaft” wurde », Deutsche Sprachwelt 20. En ligne : [http://www.sprache-werner.info/Wie-die-Passionzur-Leidenschaft.3563.html].

Erben Johannes, 1989, « Die Entstehung unserer Schriftsprache und der Anteil deutscher Grammatiker am Normierungsprozeß », Sprachwissenschaft, livre 14, traité 1, p. 6-28.

Gardt Andreas, 1999, Geschichte der Sprachwissenschaft in Deutschland. Vom Mittelalter bis ins 20. Jahrhundert, Berlin/New York, Walter de Gruyter.

Gessinger Joachim, 1992, « Les théories nationales : Allemand », Histoire des idées linguistiques, tome 2 : Le développement de la grammaire occidentale, Sylvain Auroux éd., Liège, Mardaga, p. 387-405.

Gützlaff Kathrin, 1989, « Der Weg zum Stammwort. Der Beitrag von J.G. Schottelius zur Entwicklung einer Wortbildungslehre des Deutschen », Sprachwissenschaft, livre 14, traité 1, p. 58-77.

Hundt Markus, 2000, « Spracharbeit » im 17. Jahrhundert : Studien zu Georg Philipp Harsdörffer, Justus Georg Schottelius und Christian Gueintz, Berlin/New York, Walter de Gruyter.

Jellinek Max 1913-1914, Geschichte der neuhochdeutschen Grammatik von den Anfängen bis auf Adelung, 2 vol., Heidelberg, Carl Winter.

McLelland Nicola, 2010, « Justus Georg Schottelius (1612-1676) and European Linguistic Thought », Historiographia Linguistica 37/1-2, p. 1-30.

McLelland Nicola, 2011, J. G. Schottelius’s Ausführliche Arbeit von der Teutschen HaubtSprache (1663) and its Place in Early Modern European Vernacular Language Study, West Sussex, UK, Malden, MA, Wiley-Blackwell.

Mildonian Paola, 2007, « Translation and national culture in the European Renaissance », Übersetzung, Translation, Traduction, Harald Kittel, Armin Paul Frank, Norbert Greiner, Theo Hermans, Werner Koller, José Lamgbert, Fritz Paul éd., en association avec Juliane House, Brigitte Schultze, vol. 2, p. 1397-1410.

Polenz Peter von, 1994, Deutsche Sprachgeschichte. Vom Spätmittelalter bis zur Gegenwart, livre II : 17. und 18. Jahrhundert, Berlin/New York, Walter de Gruyter.

Rössing-Hager Monika, 1985, « Ansätze zu einer deutschen Sprachgeschichtsschreibung vom Humanismus bis ins 18. Jahrhundert », Sprachgeschichte, ein Handbuch zur Geschichte der deutschen Sprache und ihrer Erforschung, Werner Besch, Oskar Reichmann, Stefan Sonderegger éd., Berlin/New York, Walter de Gruyter.

Schottelius Justus Georg, 1967 [1663], Ausführliche Arbeit von der Teutschen HaubtSprache, Wolfgang Hecht éd., Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Van Hoof Henri, 2001, Histoire de la traduction en Occident, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Waldberg Max von, 1891, « Schottelius, Justus Georg », Allgemeine Deutsche Biographie, Herausgegeben von der Historischen Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, vol. 32, p. 407-412.

Notes

1 Citons à titre d’exemple le manuel de Jörn Albrecht (2005) Übersetzung und Linguistik.

2 Ainsi Van Hoof, qui cependant évoque Gaspard de Tende (1660). Ballard, en revanche, consacre un paragraphe au traité de Schottel. Notons ici l’ouvrage de Nicola McLelland (2011), qui consacre une section au traité sur la traduction de Schottel.

3 De modo interpretandi in Lingua Germanica, & de aliis genuinas locutiones et Linguae Proprietatem concernantibus/Wie man recht verteutschen soll. Samt anderen recht Teutschen/wie auch alten Teutschen Redarten/und anderen eigenschaften der Teutschen Sprache : Comment bien traduire en allemand. Avec des locutions bien allemandes, même anciennes, et d’autres propriétés de la langue allemande.

4 Sous son titre latin, l’AA est Opus de lingua germanica.

5 Pour être contemporaine des méthodes, de la grammaire et de la logique de Port-Royal, l’AA poursuit des objectifs radicalement différents. Si la pratique de la traduction a favorisé chez les auteurs de la GGR une conscience de l’équivalence fonctionnelle entre structures différentes de diverses langues, il s’agit pour Schottel de fonder l’allemand comme « HaubtSprache ».

6 Bien qu’anachronique, le terme est employé ici pour désigner les territoires germaniques du Saint-Empire.

7 Bouhours 1671, p. 62.

8 Voir Grimmelshausen, Der abenteuerliche Simplicissimus (1668), qui en fait un tableau saisissant au début du roman.

9 Martin Opitz (1597-1639), poète allemand membre de la Fruchtbringende Gesellschaft, réformateur de la métrique, a joué un rôle fondateur dans la littérature allemande. Il publia en 1626 une traduction de l’Argenis de John Barclay, célèbre allégorie de la vie de cour également appréciée pour l’élégance de son style.

10 Quintilien, Institution Oratoire I, 6, 45 (indiqué par Schottel comme 1, 12) : « consuetudinem sermonis vocabo consensum eruditorum, sicut vivendi consensum bonorum : Et non, si quid multis vitiose insederit, pro regula sermonis erit accipiendum » : « Pour le langage, j’appellerai usage l’accord des gens cultivés, et, pour la vie, celui des honnêtes gens » ; 1, 6, 44 : « si des façons de parler vicieuses sont communément répandues, ce n’est pas une raison pour y voir la règle du langage », traduction H. Bornecque, Paris, Classiques Garnier, vol. 1, p. 107.

11 Auteur d’une Uytspraeck vande Weerdicheyt der duytsche Tael (1586).

Auteur

Université Lille 3

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search