Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Deuxième partie. Grammatisations, outillages et descriptions des langues

L’ordre des mots et la langue brésilienne

Eni Puccinelli Orlandi

Texte intégral

Introduction

1Nous allons aborder la question de l’ordre des mots dans une perspective limitée : celle qui fait qu’une différence d’ordre indique une différence entre langues. Dans notre cas, il s’agit de la différence entre la langue portugaise et la langue brésilienne (Orlandi 1996).

2La question de « l’ordre des mots », travaillée dans l’univers cartésien à partir du renversement opéré par Étienne Bonnot de Condillac et César Chesneau Dumarsais (Delesalle, Chevalier 1986) est au cœur des rapports entre ordre de la pensée et ordre du discours.

3Au milieu du xixe siècle en France, il y a affrontement entre la grammaire comparée et la philologie. La grammaire comparée adopte la perspective ouverte par Condillac : on ne pense pas en dehors de l’histoire et de la comparaison des langues. On passe alors de l’opposition entre ordre et forme à la relation entre forme et sens.

4La notion de sens constitue la différence fondamentale qui est impliquée dans le rapport entre langue, pensée et monde.

5D’autre part, ces mouvements théoriques apparaissent à l’avant-veille de la Révolution française. La question du sens, la question de la langue nationale, du peuple, de l’école, revêtent à ce moment-là une importance cruciale.

6Nous voulons montrer que la question de la place du pronom dans la langue que l’on parle au Brésil est un fait qui acquiert toute son importance quand on l’envisage dans la perspective théorique de l’ordre des mots et des changements dans la langue.

7Si le comparatisme, la géographie linguistique, la dialectologie, la sociolinguistique variationniste fournissent d’importantes contributions pour montrer le changement entre une forme latine et la forme d’une langue romane, cela devient plus complexe lorsqu’il s’agit du rapport entre les formes des langues impliquées dans le processus de colonisation (portugais/brésilien ; espagnol/hispano-américain, etc). Des notions comme celles de variation, changement, dialecte, ne suffisent pas pour éclairer le rapport entre les langues des colonisateurs et des colonisés.

8Nous proposons dans cet article d’analyser le discours des grammairiens brésiliens qui ont cherché à donner une certaine visibilité à ces processus de changement qui inaugurent une autre langue, en l’occurrence la langue brésilienne, à partir du processus de colonisation mis en œuvre par le Portugal. C’est la notion même de changement qu’il faut interroger dans ce cas.

Le discours des grammairiens et l’histoire de la langue

9Nous abordons cette question en articulant le rapport entre histoire du savoir métalinguistique et histoire de la langue (Auroux et al. 1998). Après l’indépendance du Brésil, au xixe siècle, être auteur de grammaire signifie assumer la position d’un savoir linguistique qui ne reflète pas simplement le savoir grammatical portugais. La grammaire est le lieu où s’institue la visibilité de ce savoir légitime pour la société brésilienne (Orlandi 2002). En déplaçant vers le territoire brésilien la « fonction auteur » de la grammaire, les grammairiens brésiliens ont déplacé l’autorité de dire de quelle langue il s’agit et de la décrire. Le processus de grammatisation brésilien du portugais contribue à l’historicisation de la langue sur le territoire national brésilien. Júlio Ribeiro (1881), par exemple, refuse la tradition établie par le Portugais Jerônimo Soares Barbosa et définit la grammaire comme l’« exposition méthodique des faits du langage », considérant que Jerônimo Soares Barbosa fait une métaphysique. Aussi institue-t-il une nouvelle filiation grammaticale à laquelle les grammairiens brésiliens feront systématiquement référence.

10En somme, l’analyse de l’histoire de la constitution d’un savoir sur la langue au Brésil permet de voir que l’histoire de la langue – dans notre cas langue de colonisation – est différente de celle du Portugal, qu’elle a ses spécificités et qu’elle exige des instruments théoriques autres pour expliciter sa singularité vis-à-vis du Portugal.

  • 1 L’ouvrage de Said Ali marque la place du psychologique dans le langage qui apparaît lié au contexte (...)

11Pour ce faire, nous nous pencherons sur le texte d’un grammairien qui est une référence dans les études grammaticales brésiliennes, Said Ali. Sur la question de l’articulation entre la pensée et l’ordre des mots, Said Ali se situe dans la perspective de la grammaire du xviiie siècle1.

12Considéré comme le plus grand syntacticien de la langue portugaise par Paiva Boléo (1950), Said Ali, grand maître de la philologie portugaise, est l’auteur de plusieurs grammaires, parmi lesquelles une Gramática Histórica da Língua Portuguesa (Grammaire historique de la langue portugaise, 1931). Pour Mattoso Câmara Jr. (1972), cet ouvrage est une grammaire descriptive complétée par une comparaison avec les anciennes phases de la langue. Ana Maria Martins (1996) observe que l’intérêt principal se déplace chez lui des changements survenus entre le latin et le portugais vers les changements survenus dans le portugais.

13Nous nous concentrerons ici sur l’analyse d’un autre ouvrage de Said Ali, les Dificuldades da Língua Portuguesa (Difficultés de la langue portugaise), dont la première édition date de 1908.

14Pour l’historien des théories linguistiques, des textes comme celui-ci, qui ne sont pas des grammaires à proprement parler, n’en constituent pas moins des espèces d’instruments linguistiques qui, travaillant sur la description et l’analyse de faits de langue, vont créer un espace de visibilité de la langue. Or, quand Said Ali justifie le titre de son ouvrage Difficultés de la langue portugaise, il souligne que : « Le but de ce livre n’est pas d’offrir aux lecteurs l’éclaircissement de toutes les difficultés de notre (nous soulignons) langue ». Cet usage de « notre » est significatif. Il existe « une » langue portugaise. Mais, pour autant que cette langue portugaise soit nôtre, nous verrons que les difficultés sont justement les points où le portugais et le brésilien ne coïncident pas. Said Ali propose d’expliquer précisément ces différences. Il y a là un changement remarquable : pour un grammairien portugais de cette époque, au contraire, ce sont des « fautes ».

15Said Ali entre sur ce qu’il appelle le terrain psychologique pour vérifier ce qui pourrait avoir dicté aux écrivains telle ou telle manière de s’exprimer. Pour lui, ni la signature de l’auteur ni celle de la grammaire ne sont suffisantes : il faut considérer non seulement qui énonce mais aussi le contexte.

L’ordre des mots : la place des pronoms

16Tous les Brésiliens scolarisés ont appris que le portugais du Portugal et celui du Brésil diffèrent non seulement par leur lexique, mais encore par certains faits grammaticaux et phonétiques : le système des voyelles, la construction avec un participe présent (Brésil) ou un infinitif prépositionnel (Portugal), sans oublier que le portugais du Brésil est « une langue à thème » (topic-dominant), au contraire du portugais du Portugal et des autres langues latines. Mais l’une des différences les plus citées est justement celle qui affecte l’ordre dans l’usage des pronoms atones : proclitique au Brésil et enclitique au Portugal.

17Dans son exposé, Said Ali distingue les pronoms personnels adjoints à un verbe à l’infinitif ou au participe présent des pronoms personnels adjoints à des formes verbales fléchies.

18Les langues romanes ont généralement deux formes de pronoms personnels compléments : toniques et atones. En portugais, les formes toniques sont : mim, ti, si, ele, ela, nós, vós, elas, eles [moi, toi, soi, lui, elle, nous, vous, eux, elles, ils]. Elles sont toujours utilisées avec des prépositions ou en combinaison : comigo, contigo, conosco, convosco[avec moi, avec toi, avec nous, avec vous]. Les pronoms atones sont : me, te, se, lhe, o, a, nos, vos, lhes, os, as [me, te, se, lui, le, la, nous, vous, leur, les, les]. Ils sont utilisés en construction directe avec un verbe.

19Au contraire du castillan et de l’italien, le portugais n’utilise pas de pronom atone en début de phrase. Exemple : Contou-lhe que...[Il/Elle lui a raconté que...] (jamais : Lhe contou que...).

20Said Ali propose une description minutieuse de l’usage du pronom atone en portugais et note en particulier que celui-ci est postposé ou prend appui sur le verbe ou un autre mot antérieur. Exemple : « Que sem sabellas sey que sam de preço » [Que sans les connaître je sais qu’elles sont de prix] (Luís Vaz de Camões, Lus., 2, 100).

  • 2 Il dit en note qu’il analysera le placement des pronoms tel que pratiqué au Portugal et qu’après l’ (...)

21Ainsi Said Ali souligne que, postposé au verbe (enclise), le pronom atone occupe la place qui, dans la construction usuelle, revient aux compléments, et qu’il ne se singularise que par le fait d’être phonétiquement uni au verbe et subordonné à lui. C’est, dit-il, sa place normale. Notons l’usage du mot « normal » pour la généralisation de cet usage qui est celui de la langue portugaise du Portugal2.

22Néanmoins, le pronom peut être anticipé au terme dont il dépend quand cela est exigé par un autre mot auquel il se soumet et se lie. Il y a alors ce qu’il appelle un « déplacement », une attraction purement phonétique. Là commence son originalité.

23Le portugais archaïque offrait la possibilité de placer le pronom immédiatement après le mot exigeant un déplacement (exemple : que se com elle foram [qui avec lui sont partis]), mais parfois le pronom était alors trop loin du verbe. Après les xvie et xviie siècles, il ne peut plus être trop séparé du verbe si ce n’est dans les phrases négatives.

24Critiquant les auteurs qui expliquent le placement du pronom comme résultant d’un phénomène d’« attraction » (exemple : tu o abriste [tu l’as ouvert]), il dit avoir montré d’innombrables cas où cela n’a pas lieu (exemple : eu precipitei-me [je me suis précipité(e)]), renforçant l’idée qu’il est plus approprié que le pronom atone soit postposé. Et ce jusqu’à nos jours.

25On ne saurait non plus affirmer l’efficacité de l’attraction pour ce qui est des adverbes et locutions adverbiales. Said Ali note qu’il suffit de prendre des cas particuliers et de les énumérer pour se rendre compte que l’attraction n’est pas déterminée par la catégorie grammaticale. Seuls quelques adverbes (não, nunca, jamais [non, jamais, à jamais]) produisent toujours un déplacement et ce, seulement avec des formes fléchies et le participe présent du verbe. Avec la forme infinitive, nous trouvons des cas de postposition (enclise). Exemple : sem vender-se a fazenda [sans vendre la ferme] (L.V. Camões, Lus. 9, 1).

Formes pronominales atones avec infinitif et participe présent

26L’auteur développe des analyses minutieuses accompagnées de nombreux exemples où il n’y a pas d’attraction, tandis que certains grammairiens considéreraient ces cas comme en exigeant une. Il critique ainsi la croyance en l’attraction prépositionnelle, et sa manière d’argumenter repose toujours sur des faits grammaticaux.

27À mesure que l’argumentation de Said Ali progresse nous voyons que, comme il le dit lui-même, le problème du déplacement ne s’explique ni par l’hypothèse d’une force interne inhérente aux mots, ni par celle de la catégorie grammaticale ou de la fonction logique ou syntactique.

28Pour lui, et c’est original, le déplacement du pronom régime est dû à une « attraction essentiellement, purement phonétique ; constante dans certains cas, moins régulière dans d’autres, et variable et précaire si la variable est l’élément phonétique qui la détermine. Ce que la postposition fait, c’est valoriser la prononciation. La condition pour que le pronom puisse s’appuyer sur un terme précédent le verbe est que la phrase constitue un tout phonétiquement uni ». Les écrivains voient dans le droit d’opter pour le pronom antéposé ou postposé à l’infinitif un moyen stylistique. Après avoir analysé plusieurs cas, Said Ali note qu’« en parlant vaguement, l’on ne se trompe pas en disant que c’est une question d’oreille ». Les faits échappent à la syntaxe, ils échappent à la grammaire traditionnelle, mais qui a le sentiment de la langue ne se trompe pas dans l’application pratique. Said Ali illustre l’usage aussi bien de la proclise que de l’enclise. Et il ajoute que c’est également à cause de l’oreille que nous avons les formes de proclise dans l’usage de l’infinitif flexionné quand la syllabe de la désinence est atone. Exemple : para vos servirmos [pour vous servir].

29Des motifs d’ordre phonétique ont créé une situation exceptionnelle pour le pronom quand l’infinitif est introduit par a [à] ou por [par/pour] ». Exemple : Umas vezes por apertal-a de mais [Quelques fois pour la serrer trop] (Camilo Castelo Branco). Le placement post-verbal après une préposition, qui s’imposait quand il s’agissait de formes pronominales a, o [la, le], s’est étendu aux autres. Exemple : a persuadi-lo [à le persuader (en le persuadant)] (Alexandre Herculano). Avec un adverbe de négation, si l’infinitif a une désinence personnelle, l’on utilise le pronom antéposé. S’il n’y a pas de flexion, le pronom vient avant ou après.

30Si le pronom atone, utilisé comme complément de l’infinitif, donne lieu à beaucoup de commentaires, le cas du participe présent est bien plus simple. Le pronom atone vient toujours après le participe présent, sauf s’il est prépositionnel, négatif ou modifié par un adverbe de modalité. Ex : Em se falando [puisque l’on parle/lit. en se parlant], não encontrando [comme il ne le trouvait pas / lit. ne le trouvant pas], assim o querendo [puisqu’il le voulait ainsi/lit. ainsi le voulant].

Pronoms atones avec formes verbales fléchies

31La règle générale concernant la postposition du pronom atone au verbe s’applique encore. Mais quels mots pourraient déterminer le déplacement du pronom atone ?

32L’équivalent de la préposition régente responsable du déplacement du pronom – que l’on ne trouve qu’avec l’infinitif et qui n’a pas cours avec les formes fléchies du verbe –, ce sont les formes atones « que », comme pronom relatif ou comme conjonction de subordination. Il en va de même avec les locutions conjonctives comme ainda que [même si], posto que [une fois que], etc., et des mots comme onde [], como [comment], quando [quand]. Toutes ces expressions provoquent le même phénomène que les prépositions pour valoriser leur faible tonicité : elles déplacent le pronom atone de la droite du verbe en l’attirant vers elles. Mais il y a des cas particuliers où cela n’a pas lieu, comme nous le verrons plus bas.

33Said Ali qualifie la postposition du pronom de « position normale », ce qui l’amène à parler de possibles placements différents dans des situations particulières. Il prend alors les classes de mots et les analyse minutieusement, montrant comment elles fonctionnent par rapport au placement du pronom atone.

34Les conjonctions de coordination, par exemple, n’affectent pas l’usage normal du pronom (postposition) : Chegou e disse-me [Il/elle est arrivé et m’a dit].

35Il observe que, comme il est atone, le e [et] pourrait attirer le pronom atone vers une position préverbale. Cette construction a vraiment eu cours en portugais archaïque et encore parmi les écrivains des xvie et xviie siècles, mais elle n’existait déjà plus en portugais ancien.

36Avec la conjonction causale porque [parce que], si elle sert de coordination, la position normale postposée au verbe s’applique encore, mais si elle équivaut à une subordination, elle peut provoquer le déplacement du pronom. D’ailleurs, les conjonctions de subordination peuvent en général déplacer le pronom avant le verbe. Exemple : Se o discípulo se esquecer [Si le disciple l’oublie]. Quoi qu’il en soit, Said Ali n’admet pas que cela ait lieu par glissement ou mégarde :

Il est certainement curieux qu’une semblable pratique ne s’étende pas dans la même mesure à d’autres propositions subordonnées ; mais le fait d’ignorer la cause qui empêche un fait linguistique de prendre un caractère général ne doit pas, comme cela est déjà arrivé, nous faire nier la réalité, ni qualifier la construction inattendue d’incorrecte ou la taxer de brésilianisme. Bonne ou mauvaise, elle est utilisée par le peuple de Portugal et il en était déjà ainsi à l’époque où les Brésiliens qui pervertissent la langue n’étaient pas encore nés. Ex : Digo que benza vos Deos [Je dis que Dieu vous bénisse] (Gil Vicente).

37Et il cite une longue liste d’exemples de célèbres écrivains portugais (Pe. Antonio Vieira, Manuel Bernardes, etc.).

Tout cela permet de conclure que nous avons devant nous, non pas un parler impur, suspect, colonial, erroné, mais bien plutôt – même si cette métaphore est déjà extrêmement usée – de l’or du plus pur aloi produit dans l’ancien royaume de Portugal et peut-être exporté au Brésil par les premiers colonisateurs.

La particule não [ne... pas] ainsi que d’autres contenant une négation comme nem, nunca, ninguém [ni, jamais, personne] déplacent le pronom atone.

38Par contre, la particule ou [ou/soit] peut déplacer le pronom ou non. Toutefois, quand elle marque une opposition stricte, le déplacement est obligatoire. Néanmoins, Ali montre qu’il s’agit encore et toujours d’une question phonétique : si la particule forme une unité avec le pronom, on cherche à renforcer sa prononciation en attirant le pronom (proclise), mais s’il y a pause, en revanche, ce n’est pas le cas. Exemple : Vens à minha casa ? = Não, escrevo-te = Vou a tua casa ; não te escrevo [Tu viens chez moi ? = Non, je t’écris = Je vais chez toi, je ne t’écris pas].

39Un autre cas qui lui fait aborder les usages brésiliens est celui de la locution que não [que ne... pas]. On peut dire indifféremment que não o faz/que o não faz [ « qu’il ne le fait pas »]. C’est une trace de la structure archaïque où il était permis de placer un mot ou plus entre le pronom atone et le verbe. Pour Said Ali, cette possibilité s’explique par une cause psychologique : l’inséparabilité de não fazer [ne pas faire] comme notion simple, indécomposable. Il écrit :

Comme l’une de ces manières de construire la phrase négative est extrêmement utilisée au Brésil, alors que l’autre prédomine apparemment au Portugal, il ne manque pas de gens pour […] condamner complètement ou, pour le moins, taxer de peu exemplaire la pratique d’ici, ni de gens qui, honteux ou repentis – ce qui est mille fois pire –, commencent à affecter leur parler spontané [...]. Il faut mettre un frein aux accusations et avoir plus confiance dans les aptitudes natives.

40Dans ces considérations, il cherche à expliquer l’attraction phonétique produite par les mots dénués d’accentuation. Il commente ensuite ceux où l’accentuation est positive, prononcés de telle manière qu’ils deviennent indépendants du verbe. En général, le pronom continue d’être enclitique, après le verbe. Mais quand on donne une information nouvelle à l’auditeur, on met le sujet en relief et le pronom se place auprès de lui. Exemple : Cada vassalo me defendia [Chaque vassal me défendait]. De même, ce placement survient chaque fois que le sujet monte au premier plan au détriment du prédicat. Exemple : Uma febre violenta o sustentava [Une fièvre violente le soutenait].

41Quand il y a équilibre de forces entre sujet, complément et prédicat, c’est « le sentiment de la personne qui parle » qui décide. Par ailleurs, la place du pronom varie selon que l’on désire mettre en relief tel ou tel terme. Dans les propositions exclamatives, par exemple, c’est le sujet, l’objet ou l’adverbe placé au début qui est mis en relief : Bons olhos o vejam ! [Que de bons yeux te voient !].

42Dans les cas où le verbe principal est au mode participe, ou à l’infinitif avec un verbe auxiliaire ou semi-auxilaire conjugué, le pronom régime suit le verbe à la forme fléchie : fê-lo vir [Il l’a fait venir].

43Dans le cas du futur et du conditionnel (qui se forment à partir de l’infinitif et d’un auxiliaire), s’il y a déplacement, on traite le futur comme une forme simple (Não o mandará [Il ne lui enverra pas]), sinon, on le traite comme forme composée : obedecer-lhe-á [Il lui obeirra].

44Dans les formes composées de haver de [avoir à] plus infinitif, il y a trois possibilités : confirmation de la place appropriée (Há de mandar-me [Il doit m’envoyer]), déplacement sous l’influence de la préposition (Há de me mandar [Il doit m’envoyer] et déplacement par influence de l’auxiliaire. Ce dernier cas était plus commun parmi les écrivains du xviie siècle, mais il est désagréable aux oreilles d’aujourd’hui.

45Ali évoque également les cas où il y a usage de plusieurs formes enchaînées et dont l’extension oblige la voix à faire une pause, et montre que, malgré l’extension et la pause, ils sont pris dans leur unité, dans leur continuité.

La place des pronoms compléments dans la langue du Brésil

46Partant de ses observations sur la place des pronoms compléments au Portugal, Said Ali indique : « Il reste à voir si ces faits existent de la même manière au Brésil ». Comme nous le voyons, quand il s’agit d’une langue de colonisation le « modèle » reste, la plupart du temps, la « métropole ».

47À nouveau, l’explication phonétique est importante : comme la place des pronoms se fonde sur la prononciation propre du parler lusitanien, il est impossible qu’il y ait identité de placement, puisque la prononciation brésilienne est différente. Au Portugal, les pronoms sont atones et le « -e » final, dit Said Ali, est si sourd qu’on l’entend à peine. Par contre, au Brésil, nous sommes habitués à utiliser une certaine accentuation du pronom quand il est antéposé au verbe, et nous disons plus ou moins : mi, ti, si au lieu de me, te, se. Nous prononçons également le pronom relatif « que » comme qui [qui]. En outre, la liaison entre les mots est plus grande au Portugal, puisqu’on y parle plus rapidement qu’au Brésil, où l’on parle de manière plus posée et claire. La phonétique brésilienne est différente de la phonétique lusitanienne.

48Aussi bien par rapport à que qu’aux subordonnées en général, nous verrons qu’à la différence du Portugal, en brésilien, le déplacement ne fonctionne pas, et le pronom se place après le verbe dans le voisinage de l’idée importante qui vient en fin de proposition : ligeiro barco, que geme, e ruge, e empina-se insofrido [léger bateau qui gémit, et rugit, et se cabre impatient] (Gonçalves Dias). C’est notamment le cas quand s’y ajoutent des motifs de sonorité et de mélodie de la phrase. Ce placement est rare au Portugal en raison de la prononciation.

49Said Ali note à propos de cette différence :

Notre manière fantaisiste (comme certains l’appellent) de placer les pronoms, forcément différente de celle du Portugal, n’est pas erronée [...]. Les langues se transforment avec le changement de milieu ; et notre manière de parler diverge et doit diverger, en de nombreux points, du langage lusitanien. Les différences actuelles sont déjà nombreuses, qui passent inaperçues car aucune étude n’est faite dans ce sens. Il n’y a pas lieu de nous juger éternellement inférieurs à nos « aînés ». De raisonnement en raisonnement, nous en arriverions à l’absurdité de considérer comme extraordinaire connaisseur de notre langue, et plus profond que le plus cultivé des Brésiliens, le paysan analphabète qui, ayant eu la fortune de naître dans le Beira ou à Trás-os-Montes, prononcerait les pronoms de manière atone et, par conséquent, les placerait à la manière portugaise.

50Deux observations s’imposent : d’abord que Said Ali estime nécessaire de faire référence à l’opinion de qui considère fantaisiste le placement des pronoms brésiliens ; ensuite, le fait qu’il dise que les différences passent inaperçues parce qu’il n’y a pas d’études faites à ce propos. Il souligne donc que le travail de description réalisé par les grammaires peut représenter les langues dans leurs particularités, et les rendre visibles. Et il en a conscience.

51Il ajoute alors que la véritable conclusion scientifique ne peut être que celle-ci : au Portugal, la place particulière des pronoms est correcte car elle est d’usage général ; au Brésil, notre manière d’employer les pronoms est également correcte car elle est également d’usage général. Même s’il en coûte aux grammairiens, le seul critère pour juger la correction du langage est, comme le dit très bien le philologue Sayce : « Custom alone can determine what is right and wrong, not the dictum of grammarians, however eminent ». Aussi le critère est-il la coutume.

52Ainsi, en résumé à partir des faits observés : dans le langage courant du Portugal, les pronoms personnels compléments se placent normalement après le verbe, mais ils peuvent se déplacer. Le déplacement a lieu en raison d’une règle phonétique : quand il n’y a pas de pause après le mot précédant le verbe, le pronom atone s’interpose, c’est-à-dire qu’il vient soutenir le premier mot s’il a une prononciation faible ou le renforcer s’il a une accentuation propre. Said Ali liste ensuite des exceptions.

53Il est intéressant alors d’observer ce qu’il dit de l’usage brésilien :

Au Brésil, comme au Portugal, l’on observe la construction quant aux temps composés, au futur et au conditionnel, et, dans le langage littéraire, l’on ne commence pas un discours par un pronom complément. Il n’en va pas de même de la règle de l’antéposition formulée il y a peu, qui présuppose une prononciation lusitanienne des pronoms dans les particules et la phrase en général.

54Nous voyons qu’il n’énonce pas clairement une règle. Il ne dit pas directement : « Au Brésil, les pronoms compléments se placent avant le verbe », comme il le fait pour le Portugal : « Dans le langage courant du Portugal, les pronoms personnels compléments se placent normalement après le verbe ». Il ajoute à propos des différences entre les deux usages :

Les conditions de prononciation sont autres au Brésil ; donc cette régularité ne peut pas exister. La régularité lusitanienne est correcte au Portugal ; la liberté de placement est correcte au Brésil, telle que déjà sanctionnée dans le langage littéraire par les écrivains brésiliens. Il serait vain qu’un peuple veuille imiter l’autre ; et il est aussi difficile au Brésilien d’imiter le Portugais qu’il est difficile à ce dernier de nous accompagner, nous. Ce qui dans un pays semble germer de manière spontanée en plein air, dans l’autre ne s’obtiendrait qu’à force de culture en atmosphère artificielle. (C’est moi qui souligne)

55Bien que Said Ali reconnaisse nos différences, quand il les énonce, il dit que la régularité lusitanienne est correcte au Portugal et la liberté de placement correcte au Brésil. Il distingue la « régularité » (lusitanienne) et la « liberté » brésilienne. Il insiste cependant sur la prononciation brésilienne : « La prononciation brésilienne diverge de la lusitanienne ; il en résulte que le placement des pronoms dans notre parler spontané ne coïncide pas parfaitement avec celui du parler des Portugais ». (Observons l’usage du mot « spontané » quand il fait référence au portugais du Brésil).

56Dans sa Gramática Secundária, il reprend ensuite l’usage des écrivains lusitaniens en indiquant qu’il formulera quelques règles pratiques, applicables en partie également à la langue du Brésil. Ses exemples viennent de l’usage des écrivains portugais : Pe. AntonioVieira, Júlio Diniz, Alexandre Herculano, Camilo Castelo Branco, etc. Il ne fait aucune référence à l’usage du Brésil.

Pour conclure

57Nous avons noté l’importance de la production grammaticale brésilienne sur l’ordre des mots, en l’occurrence des pronoms, pour décrire la différence des langues. Nous pouvons, pour prolonger la réflexion sur cette différence, nous appuyer sur la notion d’hyperlangue brésilienne. Sylvain Auroux (1994) définit cette notion de la façon suivante :

La langue empirique n’a pas d’existence autonome (ou substantielle comme disaient dans le temps les philosophes) ; elle existe dans les manifestations sonores ou écrites sans se réduire à elles, parce que la caractéristique de l’énoncé linguistique est justement de ne pas être simplement une vibration de l’air d’un milieu [...], l’espace-temps, par rapport à l’intercommunication humaine, n’est pas vide, il dispose d’une certaine structure que lui confèrent les objets et les sujets qui l’occupent. Appelons « hyperlangue » cet espace-temps ainsi structuré.

  • 3 De manière plus élaborée cette notion apparaît également dans un chapitre du livre Política Lingüís (...)

58J’ai introduit pour ma part en 1985 (Colloque, Unicamp)3 la distinction entre ce que je propose d’appeler langue fluide et langue imaginaire. Je pense la langue fluide comme la langue qui se pratique, la langue dans sa matérialité symbolico-historique et la langue imaginaire comme la langue abstraite, normalisée. Il convient alors de penser le rapport de l’hyperlangue à la langue fluide. Celle-ci accueille l’idée d’espace-temps, de pratique d’intercommunication, de sujets avec leurs conditions de production, leur mémoire, et me permet de parler d’une notion qui m’est chère : celle de forme matérielle. La langue brésilienne diffère de la langue portugaise dans sa forme matérielle qui est la base de processus discursifs différents. L’on ne signifie pas de la même manière en portugais et en brésilien. Plus encore, les changements ont lieu de manières différentes dans ces langues en tant que langues fluides distinctes, avec leurs formes matérielles distinctes. Et c’est par rapport à la forme matérielle – linguistico-historique ou linguistico-discursive – que nous pensons la différence dans l’ordre des mots comme constituant une différence fondamentale qui distingue le portugais du brésilien. Il y a d’abord une différence phonétique (me/ mi) à la base de cette distinction, et un sujet constitué dans la relation à une langue fluide produisant des discours différents de ceux produits au Portugal. Un sujet qui vit une réalité dans un espace-temps distinct de celui du Portugal, constitué ainsi également par une autre mémoire discursive dans le savoir de laquelle sont en contact des langues différentes de celles qui sont en contact au Portugal. Le rythme, les voyelles, la mélodie sont autres. Et le sujet avec son style est autre. Rien n’échappe au glissement, à la dérive, au changement. Et un changement comme celui de l’ordre des mots a des racines plus profondes et se reflète de manière décisive dans la matérialité de la langue.

59D’un point de vue discursif, penser qu’il y a une relation terme-à-terme entre la pensée, le mot et la chose est une illusion, l’illusion référentielle. Ce qui existe, c’est la construction discursive du référent. Et c’est dans les conditions socio-historiques et linguistiques (forme matérielle) brésiliennes que prend place la pratique constituant ce rapport. La langue a son propre univers de référence et constitue ses formes, avec sa matérialité spécifique, sa mémoire, son style, qui font la différence.

60Le portugais du Brésil, le brésilien, est une historisation singulière, effet de l’instauration d’un espace-temps particulier différent de celui du Portugal (Auroux 1994). Espace-temps structuré par les sujets et par les objets qui l’occupent et ont une capacité linguistique particulière.

61Le déterritorialisation du portugais du Portugal déplace sa validité initiale et le destitue de sa position dominante à vocation totalisante, qu’il occupe dans l’imaginaire de la colonisation. Le déplacement affecte sa structure. Par son historisation dans un autre territoire, le Brésil, le processus de constitution de la langue portugaise renvoie non pas à un modèle statique extérieur à son champ de validité mais à sa pratique réelle en un nouvel espace-temps investi de pratiques discursives. La grammatisation dans un pays de colonisation travaille selon un axe double : celui de l’universalisation et celui du déplacement spécifique. Par sa grammatisation, le portugais du Brésil élabore, installe même, son droit à l’universalisation, garantissant l’unité (imaginaire) constitutive de toute identité linguistique. Parallèlement, il a ses usages variés. Une fois conquis son droit à l’unité (langue nationale), il recommence immédiatement à se reconnaître dans ses variétés : rapport aux langues indigènes, africaines, d’immigration etc., qui lui donnent une identité de l’intérieur et de l’extérieur – de l’intérieur, on distingue le brésilien standard des tupinismes, africanismes, populismes ; de l’extérieur on distingue, par le même trait, les brésilianismes du portugais du Portugal. Ambivalence qui montre le tour par lequel nous avons transféré au Brésil la référence de l’universalité de notre langue. Cette reconnaissance fait partie de la constitution du brésilien, donc de l’unité nationale. Il convient de rappeler que l’unité linguistique brésilienne est construite sur la base d’une langue occidentale outillée (dictionnaires et grammaires) et pourvue d’une écriture, et qu’elle a une filiation (le latin) qui la légitime dans son rapport aux autres langues occidentales. Toutefois, nous ne parlons pas comme on parle au Portugal, parce que nous avons notre unité et notre diversité concrètes produites, toutes deux, sur ce territoire – espace-temps – qu’est le Brésil.

  • 4 En conséquence, si l’on garde la notion de lusophonie, il faut néanmoins la re-définir, la resignif (...)

62Ces réflexions nous permettent d’opérer un déplacement de la question du changement, de la perspective de la grammaire historique du xixe siècle4 à celle du discours et de l’hyperlangue. Quand des langues sont dans un processus de colonisation (comme le brésilien et le portugais), des théories comme celles du xixe siècle ne sont pas appropriées parce que le sens de changement est autre. Voilà pourquoi, sans doute, il est également difficile de donner une visibilité, face à des langues de colonisation, à la différence entre celle qui est transportée et celle qui s’historicise, subit des transferts, constituant une nouvelle structure d’espace-temps. Une nouvelle/autre langue : la langue brésilienne.

Bibliographie

Références

Ali Said M., 1908, Dificuldades da Língua Portuguesa, Rio de Janeiro, Livraria Acadêmica.

Ali Said M., 1923, Gramática Secundária da Língua portuguesa, São Paulo, Melhoramentos.

Ali Said M., 1931, Gramática Histórica da Língua Portuguesa, São Paulo, Melhoramentos.

Auroux Sylvain, 1994, ARevolução Tecnológica da Gramatização, Campinas, Unicamp.

Bechara Evanildo, 1999, Moderna Gramática Portuguesa, Rio de Janeiro, Lucerna.

Boléo Paiva, 1950, « Dialetologia e História da Língua. Isoglossas portuguesas », Boletim de Filologia, Lisbonne.

Branco Camilo Castello, 1862, Estrelas Funestas, Lisbonne, Livraria Chardon.

Câmara Jr. Joaquim Mattoso, 1972, Dispersos, Rio de Janeiro, Fundação Getúlio Vargas.

Camões Luís Vaz de, 1572, Os Lusíadas, Lisbonne.

Delesalle Simone et Chevalier Jean-Claude, 1986, La linguistique, la grammaire et l’école, 1750-1914, Paris, Armand Colin, « Collection linguistique ».

Dias Gonçalves, 1944, Obras Poéticas, Rio de Janeiro.

Herculando Alexandre, 1876, Eurico o Presbítero, Lisbonne.

Orlandi Eni, 1985, “Língua Fluida e Língua Imaginária”, IEL, Campinas, Colóquios.

Orlandi Eni éd., 1987, Política Linguística na América Latina, Campinas, Pontes.

Orlandi Eni, 1996, « La langue brésilienne – des effets de la colonisation sur la langue », Lynx, numéro spécial, Nanterre.

Orlandi Eni, 1991, « Le même et l’autre en discours », Cahiers de praxématique 17, Montpellier.

Orlandi Eni, 2002, Língua e Conhecimento Linguístico, São Paulo, Cortez.

Orlandi Eni, 2008, « La notion de langue nationale : où la théorie manque et la langue déborde », Séminaire présenté à université Paris 7, laboratoire d’histoire des théories linguistiques, 23 juin, 2008, [http://htl.linguist.univ-paris-diderot.fr/ semin.html#2007], Langue(s). Langage(s). Histoire(s), Cahiers de l’ILSL 31, Ekaterina Velmezova, Lausanne, 2011.

Ribeiro Júlio, 1881, Grammatica Portugueza, São Paulo, Jorge Seckler.

Vicente Gil, 1852, Obras de Gil Vicente, Lisbonne.

Notes

1 L’ouvrage de Said Ali marque la place du psychologique dans le langage qui apparaît lié au contexte et au choix de la personne qui parle. Sans oublier que, dans sa grammaire, il associe stylistique et syntaxe, comme nous le verrons.

2 Il dit en note qu’il analysera le placement des pronoms tel que pratiqué au Portugal et qu’après l’avoir compris, « l’on comprendra mieux la raison de la diversité du parler brésilien », qu’il abordera dans la partie finale de son étude.

3 De manière plus élaborée cette notion apparaît également dans un chapitre du livre Política Lingüística na América Latina (Politique linguistique en Amérique latine), écrit avec Tânia Conceição Clemente de Sousa, en 1987.

4 En conséquence, si l’on garde la notion de lusophonie, il faut néanmoins la re-définir, la resignifier, par sa projection vers l’avenir et non par rapport au passé et à la colonisation. Elle se présente alors comme un champ hétérogène de langues affiliées au latin qui sont sorties – dans les deux sens : celui de départ et d’éloignement – d’un rapport (hyperlangue) au portugais.

Auteur

Unicamp, Brésil

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search