Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Deuxième partie. Grammatisations, outillages et descriptions des langues

Disciplinarisation et outillage de l’espace linguistique en France, 1875-1925

Carita Klippi

Texte intégral

Introduction

1Même si la diversité linguistique relevant de l’espace constitue un fait bien établi dans la perspective du sujet parlant confronté à l’altérité, le rôle de la variation géographique dans l’étude linguistique s’est réduit la plupart du temps à l’opposition qui réside entre la pathologie du langage que représentent les variétés géographiques et la norme dictée par la parole d’autorité. Un intérêt spécifiquement scientifique pour la variation tant spatiale que sociale de la langue se développe en France à la fin du xixe siècle avec l’émergence de la linguistique dite générale. Avant son autonomisation, cette dernière se nourrit de multiples échanges transdisciplinaires concernant son objet, ses méthodes, voire ses problèmes (voir Klippi 2010). L’un des aboutissements de cette réflexion est la distinction bien connue depuis le Cours de linguistique générale (CLG) de Ferdinand de Saussure entre la linguistique interne, ne s’intéressant qu’à l’ordre propre du système de la langue, et la linguistique externe, prenant en considération les « Realia » − facteurs politiques, historiques, culturels, institutionnels et géographiques qui s’exercent sur la langue (CLG 1972 [1916], p. 43). Eu égard à ces realia, il incombe à la géographie linguistique de conceptualiser, et par conséquent, d’outiller et de disciplinariser les diverses manifestations empiriques qui se situent dans un espace linguistique à contours flous, qualifiable d’hyperlangue. Selon Sylvain Auroux (1997, 1998, p. 115), il s’agit d’une réalité ultime qui fournit un cadre aux occurrences linguistiques dans un environnement et un réseau de communication déterminés. Il est toutefois difficile, voire impossible d’appréhender cette réalité ultime telle quelle, car c’est une catégorie continue, dynamique et variable, en renouvellement constant. Dès lors, à travers la décomposition de l’hyperlangue en ses éléments constitutifs, s’impose la nécessité de construire des catégories discontinues, intellectuellement plus saisissables.

  • 1 L’identité de l’hyperlangue française se complique si l’on prend en considération sa dimension glob (...)
  • 2 Cette notion forgée par Gaston Paris (1888) se définit comme suit : 1) Les parlers populaires de to (...)
  • 3 Voir la loi de Meyer : « dans une masse linguistique de même origine comme la nôtre, il n’y a réell (...)

2Nous proposons ici un bref aperçu de l’hyperlangue française telle qu’elle a été conçue dans les études de géographie linguistique entre 1875 et 1925 (voir aussi Baggioni 1985). En cherchant à classer son objet à partir d’occurrences empiriques, la géographie linguistique est à la merci de l’hyperlangue qui lui fournit les limites du possible. De ce fait, l’épithète « française » requiert quelques précisions. Quand on consulte les travaux des linguistes de l’époque, on s’aperçoit qu’elle fait référence aux facteurs liés tant à l’espace qu’à l’histoire. L’hyperlangue française évoque ainsi soit le territoire national sans pour autant inclure les langues régionales relevant d’une souche autre que latine ; soit le domaine gallo-roman, dont les manifestations linguistiques dérivant du latin parlé dans l’ancienne Gaule excèdent les frontières nationales1. L’hyperlangue française peut également être considérée comme faisant partie intégrante d’un ensemble plus vaste que les contemporains appelaient Romania2, une masse linguistique de la souche latine, constituée de traits divers dont la répartition se fait d’une manière inégale d’un point spatial à l’autre3. Afin de découper et de structurer cette continuité spatiale, la géographie linguistique a recours à son remaniement technique au moyen de nouveaux types d’outils, l’enquête sur le terrain, la carte thématique, parallèlement avec les unités géopolitiques plus traditionnelles revêtues d’un sens linguistique. Parce qu’il est un achèvement de la conceptualisation, un outil linguistique unit les caractéristiques formelles et fonctionnelles propres à tous les outils afin de faire valoir les objectifs que la science se donne dans chaque cas particulier.

L’état des lieux

  • 4 Voir aussi Auroux 1979, p. 160.
  • 5 Parallèlement, un autre Suisse, Louis Gauchat, développe la géographie linguistique, mais dans un s (...)

3La dialectologie gallo-romane émerge aux alentours des années 1870. Pour Sonia Branca (2000, p. 50), cette date correspond à la troisième période de la géographie linguistique française, la première située au xviiie siècle s’intéressant aux langues régionales ; la deuxième période, au début du xixe siècle, voit les premiers recueils de l’analyse dialectale4. En revanche, Pierre Gardette (1983, p. 803-804), avec la dialectologie gallo-romane moderne, situe sa première période entre le dernier quart du xixe et le premier quart du xxe siècle. En effet, à partir des années 1870, l’institutionnalisation de la discipline voit le jour avec la création des organes d’études dialectologiques : en 1873, G.I. Ascoli fonde en Italie l’Archivio glottologico italiano qui contribue à orienter également la recherche française, alors que deux revues d’une existence éphémère voient le jour en France : la Revue des patois gallo-romans (1887-1893) créée par Jules Gilliéron et l’Abbé Rousselot et la Revue des patois (1887-1888) fondée par Léon Clédat, cette dernière poursuivant son existence sous le titre de Revue de philologie française et de littérature. Cette période dorée voit une multiplication exponentielle d’études dialectales empiriques, et rien qu’en France, on relève un nombre important de publications linguistiques ou non linguistiques qui donnent la parole aux dialectologues : Bulletin de la Société de linguistique de Paris (1869), Romania (1872), Revue des langues romanes (1870), Revue critique d’histoire et de littérature (1866-1935), Revue historique (1876), Revue des études historiques (1899-1945). Le rôle majeur dans l’institution de cette discipline est à attribuer toutefois à Jules Gilliéron (1854-1926), un Suisse naturalisé français (Dauzat 1922, Milliardet 1923, Lauwers, Simoni-Aurembou, Swiggers 2002). Élève, collègue et successeur de Gaston Paris (1839-1903), Gilliéron mena des travaux dialectologiques à l’École pratique des Hautes Études pendant cinquante ans, de 1876 à 1926, formant plusieurs générations de linguistes tant français qu’étrangers, parmi lesquels, pour en citer quelques-uns, figurent Ernest Muret, l’Abbé Rousselot, Paul Passy, Ernst Tappolet, Charles Guerlin de Guer, Albert Dauzat, Karl Jaberg, Oscar Bloch, Adolphe Terracher, Charles Bruneau, Léo Spitzer, Walter Streng, Viggo Bröndal, Georges Gougenheim, Iorgu Iordan, Georges Kuryłowicz et Sever Pop (Pop et Pop 1959, p. 53-63)5.

Le nom de la discipline

4Malgré son succès institutionnel, la construction de l’identité disciplinaire de la géographie linguistique à côté de la linguistique générale ne va pas sans problèmes. La dénomination de la discipline s’avère vacillante. D’une part, l’appellation consacrée de géographie linguistique noue un lien avec la discipline majeure de l’espace, alors que le terme linguistique géographique, lui, désigne une place subalterne par rapport à la linguistique proprement dite, mais traduit mieux l’esprit de cette pratique scientifique (Dauzat 1922, p. 5). D’autre part, le troisième terme utilisé, la dialectologie, se focalise sur l’objet de la discipline, restreignant son domaine d’étude à un type particulier de variation spatiale. Recensant les travaux publiés jusqu’alors dans le domaine, Adolphe-Louis Terracher (1914, p. i) estime que le terme géographie linguistique « désigne des travaux d’ordre et d’esprit […] divers ». Il fait la distinction entre la cartographie linguistique dont l’objectif est de localiser des phénomènes, notamment phonétiques, et à partir de là, de dresser soit des cartes de limites de dialectes (la méthode représentée par Ascoli), soit des cartes de caractères linguistiques (la méthode de Meyer) ; la géologie linguistique qui établit des cartes de mots dans leur milieu lexicologique, sémantique et social en vue d’en examiner la stratigraphie historique (la méthode de J. Gilliéron) ; et enfin, la géographie linguistique proprement dite qui constitue une « explication de la répartition topographique des faits du langage » au moyen de facteurs ethnographiques, géographiques et historiques (la méthode de Terracher) (Terracher 1914, p. i-ix). En outre, la géographie linguistique a été considérée comme une biologie du langage, une étude de la vie des patois (Lauwers, Simoni-Aurembou et Swiggers 2002). Cette division montre que la géographie linguistique est définie dans différents cadres cognitifs, fonctionnels et opérationnels qui sont surtout motivés par la façon dont la discipline s’ancre dans des sciences contiguës.

Litiges bénéfiques

5Durant toute cette période de disciplinarisation, la géographie linguistique mène des débats sur plusieurs fronts. Propres à la science linguistique de ce temps, ces débats permettent de mieux articuler l’interrogation concernant l’objet et les méthodes de la discipline ainsi que de déterminer son orientation théorique par rapport au reste des études concernant la langue.

  • 6 Il puisa ses données dans les revues Romania et Revue des langues romanes, la collection de version (...)

6Au milieu des années 1870 éclate le fameux débat sur les dialectes entre Graziadio Isaia Ascoli (1876, 1878) et Paul Meyer (1875, 1876), ce dernier secondé par la suite par Gaston Paris (1888). Ascoli se fait l’héritier des régionalistes qui, en postulant des catégories linguistiques historiquement établies sur des facteurs extralinguistiques, visaient à donner aux patois les droits d’une langue à part entière (voir Branca 2000). Ascoli réintroduit entre deux espaces jugés homogènes, celui de la langue d’oc et celui de la langue d’oïl, une nouvelle discontinuité tout aussi homogène qu’il recatégorisa sous l’appellation de franco-provençal. Pour ce faire, il dépouilla un nombre considérable de sources6. Contrairement aux régionalistes dont la science n’était pas encore arrivée à l’âge autonome, comme l’estiment d’aucuns, Ascoli ne s’appuya pas sur les entités concrètes qu’étaient les unités administratives, financières ou militaires, mais plutôt sur des données linguistiques, historiquement fondées, qui suffirent à montrer la systématicité du franco-provençal relativement aux dialectes voisins. Paul Meyer et Gaston Paris s’opposent vivement à l’existence de la catégorie de « dialecte » au profit de « traits dialectaux », argumentant que les concepts généraux n’existent qu’en vertu des symboles linguistiques qui regroupent les individus ou leurs propriétés, les seules réalités. Georges Milliardet (1910, p. xiv) estime que le débat ressemble à la querelle médiévale entre les réalistes et les nominalistes à propos de l’existence des universaux : il pose qu’« il est vrai que ce débat, qui s’est égaré dans des spéculations purement déductives, rappelle un peu les vaines querelles de la scolastique sur les “Universaux” ». Cette conception de l’ontologie nominaliste fraya le chemin à l’adoption par la géographie linguistique d’une méthodologie qualifiable d’atomiste.

7La géographie linguistique contribue également à la mise en doute de l’Ausnahmslosigkeit des lois phonétiques. Les dialectologues doutent qu’avec les simples correspondances soulevées par le schéma néogrammairien on puisse appréhender la vraie réalité de la vie du langage, cette réalité étant infiniment plus complexe (Dauzat 1910, p. 45). Appelé « mirage phonétique » par Gilliéron et Roques (1912, p. viii), le schéma selon lequel un phénomène b remplace un phénomène a néglige les chaînons manquants intermédiaires, et de plus, suppose une homogénéité du point de départ et du point d’arrivée :

Pour un même phonème latin placé dans les mêmes conditions ils présenteront tous des produits identiques ; ils constitueront, en regard d’une série homophone latine, une série patoise homophone. Le parallélisme de ces séries nous permettra de réduire la tradition phonétique locale en formules simples et rigoureuses […], [m]ais est-il légitime d’expliquer le parallélisme entre séries homophones latines et patoises, tel que peut en effet nous le présenter chacun de nos parlers, par un rapport de filiation directe ? Que vaut cette conception du patois pris à part et considéré comme le dépositaire d’une tradition phonétique remontant à la latinité ? Il faut le demander à des parlers vivants, surpris dans leur travail de développement. (Gilliéron et Roques 1912, p. 49)

8Sans égard aux facteurs extralinguistiques qui peuvent venir brouiller cette image arrêtée, les néogrammairiens considérèrent la langue comme une entité auto-organisatrice, négligeant le contact des langues, le rôle actif du sujet parlant et les conditions sociales d’usage langagier, enfermant ainsi le processus de changement linguistique dans un vase clos :

Il ne suffit pas de dire […] que le langage ne porte pas en lui-même le principe de son évolution, qu’il n’est pas indépendant du sujet parlant dont il reflète les modifications d’état intime ou de conditions sociales ; le langage n’est pas seulement le miroir fidèle d’une activité qui lui est extérieure, il sollicite encore pour lui-même l’attention et l’activité du sujet parlant. À tous les degrés, le langage est l’objet de préoccupations où se mêlent à la volonté d’être pleinement intelligible, la conscience de la diversité des parlers individuels ou locaux, le sentiment confus d’une hiérachie des parlers et des formes, un désir obscur du mieux-dire. (Gilliéron et Roques 1912, p. 74)

9Selon Gilliéron, il serait absurde d’admettre « qu’une pluie qui tomberait avec la même abondance sur toute la France pénétrerait le sol à une profondeur égale, quelle que soit la nature du sol » (cité d’après Febvre 1906, p. 260).

10Considérant l’opposition des dialectologues aux néogrammairiens, Albert Dauzat écrit :

Nous ne croyons pas que la géographie linguistique doive sérieusement saper le solide édifice élevé par la rigoureuse méthode des néogrammairiens. Elle n’est pas une bolchevisation de la science. (Dauzat 1910, p. 45)

11Cette référence énigmatique à la scène politique de l’époque sous-tend que, selon lui, à l’intérieur de la linguistique règne un certain relativisme, qui accorde une place à plusieurs approches sans que les unes évincent les autres. L’ancien régime ne doit pas être pas anéanti par un régime alternatif intolérant.

12Après avoir parcouru les horizons de rétrospection de la géographie linguistique dans son ouvrage intitulé Linguistique et dialectologie romanes (1923), Georges Milliardet, lui-même dialectologue, fait état du litige qui se manifeste entre la linguistique dite « vieux jeu », c’est-à-dire la romanistique, et la linguistique « nouveau jeu », à savoir l’école gilliéronienne. Milliardet dénonce l’attitude indifférente de cette école vis-à-vis des acquis de la linguistique romane fondée sur la méthode comparative et sur une étude scrupuleuse de documents historiques. En revanche, parce qu’ils prétendent faire de la géologie linguistique avec une certitude mathématique, les « romanistes géographes » (Milliardet 1923, p. 2), selon Milliardet, ne se contentent que d’une strate statique pour en tirer une leçon qui devrait concerner tout le dynamique du phénomène en question. Il tient à souligner que « de la géographie on ne peut tirer que de la géographie » (Milliardet 1923, p. 64). Évoquant la comparaison saussurienne de la partie d’échecs, Milliardet fait observer que « Gilliéron ne voit que la partie qui se joue. Il n’a cure ni de l’origine, ni de la nature intrinsèque, ni de l’histoire de chaque pièce considérée à part » (Milliardet 1923, p. 65). En dernier lieu, ce litige revient à la question de savoir quel est le meilleur modèle afin de traduire les affinités linguistiques – le modèle de l’arbre généalogique, ou bien celui des ondes (voir Klippi 2007) :

La vérité est que la méthode géographique est dans la nécessité constante de s’appuyer sur la méthode historique et comparative. Celle-ci reçoit à son tour de la première une aide précieuse. Loin de s’exclure l’une l’autre, ces deux disciplines se prêtent une assistance mutuelle. Dès 1872, suivant la remarque qu’en fait M. Meillet […], Joh. Schmidt […] faisait de la géographie linguistique dans la mesure où les misérables moyens dont disposait la grammaire comparée d’alors pouvaient le permettre. […] Les romanistes mieux armés aujourd’hui doivent combiner les applications des deux méthodes […]. (Milliardet 1923, p. 69)

Outillage de l’espace linguistique

13Ce qui caractérise les enjeux de ces débats, c’est l’absence d’unités totalisantes, qu’il s’agisse d’un système linguistique ou de catégories. L’espace linguistique ne se plie pas docilement aux catégories extralinguistiques, mais n’est pas non plus asservi par une catégorisation linguistique préalable. Ceci tient à la nature même d’un espace ouvert, susceptible de plusieurs divisions, de plusieurs strates, de différentes cloisons selon le point de vue de l’analyste. L’homme qui évolue dans un espace linguistique complexe est devant une diversité infinie dont il ne peut prendre pleinement conscience, si ce n’est avec des appareils technologiques de la phonétique. La phonétique expérimentale de l’Abbé Rousselot (1891) a suffisamment montré cette diversité linguistique spatiale, constituant un acquis et un point de départ des études dialectales, mais aussi leur défi. La géographie linguistique examine l’hyperlangue par le biais des outils linguistiques qualifiables d’interdisciplinaires – unités géographiques, enquêtes dialectales et cartes, ou atlas linguistiques – tout en les maniant avec une certaine précaution.

14La réalisation des enquêtes linguistiques met en valeur que les dialectologues se gardent bien de prendre pour point de départ de leurs études empiriques des structures toutes faites. Les seules unités extralinguistiques retenues de la géographie sont le village et la nation. Les dialectologues qui se veulent « modernes » ne reconnaissent presque aucun rôle à la région, unité par excellence de l’école française de géographie (voir Berdoulay 1995).

15Par exemple, dans son Étude de dialectologie landaise (1910, p. xi), Georges Milliardet estime que la région dont il étudie « la flore linguistique […] ne présente, au point de vue de la géographie physique, économique ou politique, aucune limite nettement définie ». Il avertit que la concordance a priori « des limites du domaine à explorer avec des limites politiques ou autres » constitue une méthode sans aucun intérêt scientifique pour la géographie linguistique (1910, p. xv). Au contraire, un dialectologue pense être conduit par le hasard et l’arbitraire dans sa démarche, si l’on en croit le témoignage d’Albert Dauzat livré dans la Géographie phonétique d’une région de la basse Auvergne (1906) :

[J]’ai passé cinq ou six étés à explorer village par village une région à peine grande comme un arrondissement […] Comme il n’existe pas de dialectes, la délimitation d’une région dont on veut étudier les parlers est donc purement arbitraire. C’est le hasard qui m’a amené à explorer celle que j’ai choisie. J’ai commencé par rayonner autour de deux centres dont je connaissais particulièrement le patois, le pays de ma mère et celui de mon père. (Dauzat 1906, p. 2)

16Même le recueil de données de l’Atlas linguistique de la France semble reposer sur les caprices du chercheur ou les aléas des circonstances :

L’Atlas linguistique de la France est le résultat de plus de quatre années consécutives de voyages en zig zag, dont le lecteur pourra suivre les itinéraires, en consultant le tableau des numéros d’ordre chronologiques. (Gilliéron et Edmont 1902-1912, cité d’après Brun-Trigaud, Le Berre et Le Dû 2005, p. 21)

  • 7 Dauzat (1906) : « À l’idée même de la classification, M. Paul Meyer a fait une objection de princip (...)

17Malgré les apparences, ces études ne doivent rien au hasard. La structure géolinguistique de village7 constitue une unité homogène à frontières précises, promue et présentée également dans la méthodologie de géographie linguistique de l’Atlas linguistique de la France. À propos de sa démarche, Edmond Edmont écrit dans une lettre personnelle (15/08/1898) que ses recherches de matériaux linguistiques lui demandent une moyenne de sept heures par jour, à quoi il faut ajouter les voyages en chemin de fer ou en voiture, avec le trajet à faire à pied pour chercher une localité et un sujet convenables (Brun-Trigaud, Le Berre et Le Dû 2005, p. 20, nous soulignons). Il suffit donc de prendre comme informateur un seul locuteur, suffisamment représentatif de l’ensemble du parler de la localité étudiée, qui puisse fournir les réponses au questionnaire du linguiste, établi au préalable. Cette méthode présuppose l’existence d’une norme sociale intégrée par tous les membres de la communauté. L’espace linguistique restreint, ponctuel et local, vécu au quotidien par les locuteurs, constitue un ordre social commun d’une homogénéité exemplaire. Une telle méthode sert toutefois de cible de critique, car elle ne prend pas au sérieux l’hétérogénéité et la variation omniprésente de l’espace linguistique :

En réalité l’unité n’est presque jamais parfaite, et souvent elle est à peine perceptible [comme] M. Gauchat l’a montré […]. Comment pourrait-il y avoir un patois unique dans un village, si l’on songe que le patois est lié à des individus qui le parlent, que ces individus sont des êtres vivants sujets à se déplacer, et dont certains sont originaires de points fort éloignés du lieu de leur résidence ? Le fait qu’il n’y a pas d’unité linguistique dans un village n’est pas plus étonnant que le fait qu’il n’y a pas, chez les habitants, d’unités d’origine. (Milliardet 1923, p. 32)

18À son tour, Adolphe-Louis Terracher, élève de Gilliéron, entreprend de tester l’homogénéité d’un village en étudiant tous les locuteurs d’un village de 46 habitants. Il constate que l’unité n’est pas parfaite lorsque la langue est en train de changer sous l’effet d’une anomie sociale (voir Klippi 2011).

19Les faits relevés au cours des enquêtes sont rapportés par la suite sur un support cartographique. D’une manière générale, la carte est une représentation iconique approximative de la situation géographique réelle, mais les représentations de l’espace contribuent à orienter son organisation. Les cartes linguistiques sont des cartes thématiques qui servent à visualiser spatialement la répartition des phénomènes linguistiques après le travail préalable d’observation, de classification et de simplification. La carte vise à communiquer une information qui relève du choix de son auteur. L’Atlas linguistique de la France (1902-1912) de Jules Gilliérón, qui sert de modèle pour les travaux successifs, est constitué d’une série de cartes de base de la France représentant la répartition géographique de divers phénomènes dialectaux et leurs frontières d’apparition :

L’Atlas linguistique de la France est un recueil de matériaux devant servir à l’étude des patois de la France romane et de ses colonies linguistiques limitrophes […]. [La] tâche consistait à relever les équivalents patois de toutes les formes d’un questionnaire dans un certain nombre de points, […] de tous les départements romans de la France et de toutes les autres divisions administratives correspondantes des pays limitrophes de notre carte. (Gilliéron et Roques 1912, p. 3-4)

  • 8 Voir Milliardet 1910, p. xvi à ce sujet : « En ce qui concerne une carte linguistique, […] elle ne (...)

20Il y a des cartes phonétiques qui classifient les variantes d’un phonème se trouvant historiquement dans la même position, des cartes de mots regroupant le même concept sémantique et des cartes morphologiques représentant la prononciation concrète d’un morphème dans un énoncé. Or, ces cartes ne reproduisent pas toujours l’actualité linguistique, car une partie des phénomènes retenus au cours des enquêtes sont déjà voués à se dissiper dans les limbes de l’histoire8.

21En dépit d’une diversité atomiste rapportée dans les cartes de l’Atlas linguistique, il existe un point de repère fixe et stable : la carte de base. Elle véhicule implicitement l’idéal homogène, l’Hexagone unifié et uniformisé. À cet égard, la mise au défi du discours constituant de la langue standard par la géographie linguistique place sous un jour curieux son programme qui consiste à valoriser « le sens du patois, du parler populaire – la vie réelle du langage […] face à l’étude de la langue littéraire » (Dauzat 1922, p. 20). Il serait illusoire de croire que la négation de la catégorisation géolinguistique ne serait motivée que par une épistémologie nominaliste pure. Les dialectologues n’ont pas pris la défense active des patois par peur de se prononcer contre l’unification linguistique du territoire national (voir Bergounioux 1997). Le patriotisme local de la théorie du dialecte promue par l’ancienne dialectologie régionaliste est évincé par le patriotisme national sous-jacent. Préservée depuis dans des catalogues et recueils, la diversité de l’hyperlangue française se verra désormais réduite à l’état d’antiquaille.

Bibliographie

Références

Ascoli Graziadio Isaia, 1876, « P. Meyer e il franco-provenzale », Archivio glottologico italiano 2, p. 385-395.

Ascoli Graziadio Isaia, 1878, « Schizzi franco-provenzali », Archivio glottologico italiano 3, p. 61-120.

Auroux Sylvain, 1979, « La catégorie du parler et la linguistique », Romantisme n° 25-26, p. 157-178.

Auroux Sylvain, 1997, « La réalité de l’hyperlangue », Langages 97, p. 110-121.

Auroux Sylvain, 1998, La raison, le langage et les normes, Paris, PUF.

Baggioni Daniel, 1985, « Géographie linguistique et dialectologie romane dans le débat autour des lois phonétiques », Linguistique comparée et typologie des langues romanes, Actes du xviiie Congrès international de linguistique et philologie romanes (Aix-en-Provence, 29 août-3 septembre 1983), Aix-en-Provence, université de Provence, p. 203-212.

Berdoulay Vincent, 1995, La formation de l’école française de géographie, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques.

Bergounioux Gabriel, 1997, « L’université et les patois (1850-1914) », Lengas 42, p. 135-152.

Branca Sonia, 2000, « Normes et dialectes », Histoire des idées linguistiques, S. Auroux éd., t. III, Liège/Bruxelles, Mardaga, p. 45-53.

Brun-Trigaud Guylaine, Le Berre Yves et Le Dû Jean, 2005, Lectures de l’Atlas linguistique de la France de Gilliéron et Edmont. Du temps dans l’espace, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Dauzat Albert, 1906, Géographie phonétique d’une région de la basse Auvergne, Paris, Honoré Champion.

Dauzat Albert, 1910, La vie du langage, Paris, Librairie Armand Colin.

Dauzat Albert, 1922, La géographie linguistique, Paris, Flammarion.

Febvre Lucien, 1906, Revue de synthèse historique 12, p. 253-254.

Gardette Pierre, 1983, Études de géographie linguistique, Paris, Klincksieck.

Gilliéron Jules et Roques Mario, 1912, Études de géographie linguistique d’après l’Atlas linguistique de la France, Paris, Honoré Champion.

Gilliéron Jules et Edmont Edmond, 1902-1912, Atlas linguistique de la France, Paris, Honoré Champion.

Klingebiel Kathryn, 1985, « A century of research in franco-provençal and poitevin. Eastern vs. western gallo-romance », Historiographia Linguistica XII/3, p. 389-407.

Klippi Carita, 2007, « Penser l’espace, penser l’espèce », History of Linguistics 2005. Selected Papers from ICHoLS X, 1-5 September 2005, Urbana-Champaign, Illinois, D. A. Kibbee éd., Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins (SiHoLS 112), p. 37-49.

Klippi Carita, 2010, La vie du langage. La linguistique dynamique en France de 1864 à 1916, Lyon, ENS Éditions (Langages).

Klippi Carita, 2011, « L’espace linguistique en voie de (dé) multiplication », History of Linguistics 2008. Selected Papers from the 11th International Conference on the History of the Language Sciences, 28 August-2 September 2008, Potsdam, G. Hassler (éd.), Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins (SiHoLS 115), p. 435-448.

Lauwers Peter, Simoni-Aurembou Marie-Rose et Swiggers Pierre, 2002, Géographie linguistique et biologie du langage : Autour de Jules Gilliéron, Peeters, Louvain, Paris, Dudley, MA.

Milliardet Georges, 1910, Étude de dialectologie landaise, Toulouse, Édouard Privat.

Milliardet Georges, 1923, Linguistique et dialectologie romanes, Paris, Honoré Champion.

Meyer Paul, 1875, « Compte-rendu de Archivio glottologico italiano », Romania IV, p. 293-296.

Meyer Paul, 1876, « Compte-rendu de Archivio glottologico italiano », Romania V, p. 504-505.

Paris Gaston, 1888, « Les parlers de France », Revue des patois gallo-romans n° 2, p. 161-175.

Pop Sever et Pop Rodica Doina, 1959, Jules Gilliéron. Vie, enseignement, élèves, œuvres, souvenirs, Louvain, Centre international de dialectologie générale.

Rousselot Jean-Pierre, 1891, Les modifications phonétiques du langage étudiées dans le patois d’une famille à Cellefrouin, Paris, H. Welter.

Saussure Ferdinand de, 1972 [1916], Cours de linguistique générale, Paris, Payot. Édition critique par Tullio de Mauro.

Terracher Adolphe-Louis, 1914, Les aires morphologiques dans les parlers populaires du Nord-Ouest de l’Angoumois (1800-1900), Paris, Honoré Champion.

Notes

1 L’identité de l’hyperlangue française se complique si l’on prend en considération sa dimension globale impliquée par la notion de francophonie, établie par le géographe français Onésime Reclus (1837-1916).

2 Cette notion forgée par Gaston Paris (1888) se définit comme suit : 1) Les parlers populaires de toute la France s’amalgament les uns dans les autres par des nuances insensibles. 2) Il faut arrêter de considérer que les langues romanes viennent du latin, qu’elles sont les filles dont la langue latine est la mère. 3) Les limites linguistiques n’ont rien de commun avec les limites politiques. Nous parlons le latin et rien que le latin.

3 Voir la loi de Meyer : « dans une masse linguistique de même origine comme la nôtre, il n’y a réellement pas de dialectes : il n’y a que des traits linguistiques qui entrent respectivement dans des combinaisons diverses ».

4 Voir aussi Auroux 1979, p. 160.

5 Parallèlement, un autre Suisse, Louis Gauchat, développe la géographie linguistique, mais dans un sens que l’on pourrait qualifier de sociolinguistique (Lauwers, Simoni-Aurembou et Swiggers 2002, p. 19).

6 Il puisa ses données dans les revues Romania et Revue des langues romanes, la collection de versions de la Parabole de l’enfant prodigue en cent parlers différents d’Eugène Coquebert de Montbret et de Jean de Labouderie datant de 1831, la Table synoptique et comparative des idiomes populaires ou patois en France (1840) de J. F. Schnakenburg, des almanachs locaux, des chansons et des poèmes populaires, des glossaires dialectaux, des enquêtes statistiques, des récits de voyages, et enfin, il recueillit personnellement du matériel dialectal dans la Vallée de la Soane et dans la Tarentaise (Klingebiel 1985, p. 392).

7 Dauzat (1906) : « À l’idée même de la classification, M. Paul Meyer a fait une objection de principe. Dans les sciences naturelles, dit-il, on opère sur des individus nettement limités dans l’espace, tandis qu’en linguistique, on commencera par créer des individus fictifs. Pardon ! L’individu linguistique existe, ou plus exactement l’unité, l’organisme primaire : c’est le village, la commune, représentant un certain nombre d’habitants au parler homogène, et qui certes est nettement limité dans l’espace. Ce sont ces groupes linguistiques qu’il s’agit de classer ».

8 Voir Milliardet 1910, p. xvi à ce sujet : « En ce qui concerne une carte linguistique, […] elle ne constitue pas toujours qu’une reproduction d’un aspect précaire des choses, de leur apparence momentanée et de leurs traces fugitives ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search