Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Deuxième partie. Grammatisations, outillages et descriptions des langues

Outils et boites à outils pour « la langue française »

Francine Mazière

Texte intégral

« Le propre d’un objet technique, c’est qu’on peut l’utiliser par morceaux et le bricoler. »
(Sylvain Auroux)

1Pour fabriquer un outil, on utilise d’autres outils, on recycle des pièces détachées, qu’elles soient idées, décisions, statuts ou livres. Celles-ci peuvent aisément se ranger par ordre alphabétique, avec renvois, servir spécifiquement ou être complémentaires. C’est donc alignés, comme dans un dictionnaire, que sont présentés ici quelques segments écrits qui manifestent l’interdiscursivité académique. Leur traitement en isolats souligne l’hétérogénéité des sources : le corpus est à construire. Ils excluent le bloc homogène créé par Port Royal. Le non respect de la chronologie est assumé : la grammatisation du français a une efficacité sur près de deux siècles.

2Académie française (1636) : machine conçue pour réussir une politique linguistique par la fabrication raisonnée d’un outil linguistique.

3L’efficacité de Richelieu tient au fait d’instituer ce qui est déjà là. Il le rend visible, il lui donne la possibilité de produire. Le travail du pouvoir accompagne ici le travail du « public », le reconnait, le formule, l’amplifie et l’oriente, il ne le violente pas. La dimension collective des productions se repère dans de l’interdiscursivité et même dans de l’intertextualité, de l’échange parfois polémique, parfois clandestin (La Mothe). C’est une formation discursive construite par agrégation (Pellisson, Auroux).

4Or discipliner aboutit, en réorganisant la production courante, à en renforcer l’efficacité. C’est ce travail de 50 ans, au sein de l’hyperlangue (Auroux), dans la géographie française morcelée du xviie siècle et dans un contexte colingue (Balibar), qui va changer la nature sociétale de « la langue française ».

5Trois articles des statuts de l’Académie dessinent ce qu’on appellerait aujourd’hui un projet : objectifs, méthode, valorisation.

6– Objectif : Art. 24 : Donner des règles certaines à notre langue et la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences.

7Là est l’amplification inventive : « capable de traiter les arts et les sciences », alors que les « sciences » sont encore écrites en latin, même dans la première moitié du xviie siècle, et ne se donnent à lire en français que par les traducteurs. v. traducteurs. Le projet de « Grand collège européen » devait assurer un public. v. Richelieu.

8Là est plus classiquement l’adhésion à l’idée que la langue est perfectible : « donner », « la rendre ». La langue est modifiable collectivement, ce qui justifie des équilibres en synchronie. v. langue française, Legras.

9– Méthode : Art. 25 : Observer tant les dictions que les phrases qui peuvent servir de règle générale.

10L’article redit textuellement Meigret : « observer » pour trouver « les règles ». L’interdiscursivité s’est fabriquée à partir des « manières de parler » et collocations par les « traités partiels » du siècle précédent (Leclercq), qu’alimenteront durant un siècle les « observations » et « remarques » (Ayres-Bennett et Seijido).

11– Valorisation : Art. 26 : Composer un dictionnaire, une grammaire, une rhétorique et une poétique à partir de ces observations.

12La définition que donne Sylvain Auroux de l’outil linguistique s’applique aux grammaires et dictionnaires. Mais l’ajout de compétence/performance visé n’est pas le même pour chacun. Dans un pays aux multiples dialectes, et dont les lettrés sont co-lingues, un vocabulaire « commun » est unificateur. Il y a là une option pratique et politique que les « plumes » de Richelieu (La Mothe Le Vayer, Legras, Macé) savent relayer.

13Le Dictionnaire de l’Académie fera date, essentiellement parce qu’il a employé les bonnes méthodes (l’observation des collocations en usage) et su atteindre l’objectif fixé : l’assiette d’une « langue commune », régularisée par la morphologie et les sites d’emploi, et séparée des simples termes des arts et des sciences.

14Bibliothèques : institutions anciennes mais en pleine expansion. Celle de Richelieu compte 6 000 titres, souvent en version originale, pour le latin, le grec, l’hébreu, l’arabe, le roumain. Fouquet offre 22 000 livres et manuscrits de sa bibliothèque de Saint-Mandé au Collège de Clermont. Naudé met en place 44 000 ouvrages pour Mazarin.

15Clarté : célébrée partout, elle naît de la netteté et n’est pas le purisme. « [La pureté et la netteté] n’ont rien de commun. La pureté du langage & du style consiste aux mots, aux phrases, aux particules, & en la syntaxe. Et la netteté ne regarde que l’arrangement, la structure, ou la situation des mots, & tout ce qui contribue à la clarté de l’expression » (Vaugelas). v. Synonymes, Traducteurs. Parlant de Quintilien, Vaugelas insiste sur un idéal de clarté comme absence d’équivoque : « Enfin il réduit la clarté à ce dernier degré de perfection, qu’il faut tâcher autant qu’il se peut, quand on parle ou quand on écrit, non seulement de se faire entendre, mais de faire en sorte qu’on ne puisse pas n’être pas entendu ». v. Nicole, libertinage, Richelieu, écrivain.

16Collocation : « mots qui vont ensemble » ; unité plus grande que le mot, figée par l’usage. Ces « manières de parler » sont le site du sens pour l’Académie qui les prend pour corpus (statut 26) (Collinot et Mazière, Leclercq).

17Conrard : figure de l’homme de lettres « agent social », inventée par Richelieu (Schapira).

18Irson (1656-1662) : autre figure d’agent social.

19– Grammairien, il revendique un outil hétérogène : une Méthode comprenant règles, listes, modèles, traités… (Delesalle et Mazière) et pratique avec Port Royal de l’intertextualité : « On ne peut bien comprendre les diverses sortes de significations qui sont enfermées dans les mots, qu’on n’ait bien compris auparavant ce qui se passe dans nos pensées, puisque les mots n’ont été inventés que pour les faire connaître », et de l’interdiscursivité : « C’est la Raison même qui règle et qui conduit les mouvements de la Parole […]. C’est dans cette Raison seulement que nous pouvons trouver l’Encyclopédie des Sciences […]. Qui ne voit que pour bien parler il faut bien penser, et que l’incertitude de la parole se réduit à la certitude de l’Intelligence. C’est en ce sens que la Grammaire est universelle et qu’elle suppose la logique, au moins la naturelle, pour la définition de ses termes et pour l’explication de ses règles générales, qui sont infaillibles » (Préface, 1660).

20– Pédagogue, il innove. Il conçoit ses Méthodes pour les exclus du latin v. Richelieu ; puis pour les pratiquants du calcul en partie double (commerçants ?), au service de Colbert (Ribard).

21– Il illustre la réussite de Richelieu. Dans sa Liste des auteurs les plus célèbres de notre Langue, établie dans la Méthode de 1660, il dénombre 1 grammairien (Lancelot), 21 critiques, dont Vaugelas et des traducteurs, 13 théologiens, 18 historiens et géographes, 6 philosophes, dont Dupleix et La Mothe, 10 politiques, dont Richelieu, 22 mathématiciens, dont Descartes, Pascal, Roberval, Fermat, 4 auteurs de harangues, 6 de lettres, 3 de Galanteries, 19 poètes, dont les dramaturges. Par rapport à l’édition de 1656, la liste a triplé et s’est élargie : apparaissent les mathématiciens (Descartes était rangé dans les Philosophes) et les politiques passent de 3 à 10.

22Langue française : langue particulière. Objet forgé et testé en usage.

23– Son enseignement : v. Irson, Richelieu, Legras, Macé.

24– Son extension : Legras (v. Richelieu) est clair : « Monseigneur, nous apprenons par l’histoire que les langues s’amplifient, se perfectionnent et s’immortalisent principalement en quatre façons. Premièrement par les armes […] En second lieu par la traduction, en vertu de laquelle on change et on transforme en sa propre langue les belles inventions et les riches pensées des autres peuples, en les faisant parler en des langues qu’ils n’ont jamais entendues […]. Le troisième moyen est la grammaire […]. Mais le plus certain et plus puissant moyen de régler les langues et de les rendre stables et universelles, c’est de les constituer interprètes des sciences […] parce que pour bien philosopher il est absolument nécessaire d’imiter les anciens en se servant d’un langage populaire, vivant et maternel ». C’est l’article 24 de l’A.F.

25Langues particulières : il y a des langues mortes et des langues vivantes, définies par la stabilité versus la variation et le changement. La France connaît un colinguisme qui fonctionne sur cette opposition.

26– Changement : le colinguisme permet de penser à la fois une partition des productions et une invention de langue, car si « ce qui est acquis par analyse en latin est investi par intuition dans la langue vivante » (Balibar), écrire en latin et traduire le latin contribuent à délimiter « la langue française ». v. Traducteurs.

27Le latin préserve des risques du changement. Il assure une sécurité linguistique. Ainsi Nicole regrette-t-il son abandon dans ses lettres de fin de siècle. Dans la lettre 43 (t. VII, p. 222), il reconnaît qu’il aurait dû n’écrire qu’en latin, mais qu’il n’a pas osé car il « était seul de son sentiment ». Il avait « de vieilles pensées » qui lui étaient « fort suspectes ». Dans la lettre 90, il relève qu’il s’est ainsi soumis au risque d’être critiqué par ceux qui « ne distinguent pas assez les langues vivantes des mortes. Dans celles-ci l’usage ne change plus, mais dans les autres, quelque fixées qu’elles semblent être, il est impossible qu’il n’arrive toujours quelque changement dans l’usage ».

28Le changement est au centre des querelles sur les choix. Cependant celles-ci se calment beaucoup au fil du temps, par convergence des jugements, ce que Vaugelas n’attendait pas : « […] ces Remarques ne pourront donc pas servir longtemps, parce que ce qui est bon maintenant, sera mauvais dans quelques années, et ce qui est mauvais sera bon. Je réponds, et j’avoue, que c’est la destinée de toutes les langues vivantes, d’être sujettes au changement » (Préface).

29Et Ménage dans sa Requête résume la question :

Vous savez qu’on ne fixe point
Les langues vives en un poinct.

30Or c’est par un consensus avoué par l’ensemble des auteurs que se met en place une « langue commune », définie dans la Préface du Dictionnaire de l’Académie en 1694. Pellisson (1652) vante le travail de l’Académie sur « l’indifférent » de la langue, travail qui ne censure pas, mais permet de gagner la liberté d’écrire : « Plusieurs peuvent s’étonner que tant d’hommes illustres par leur mérite, et capables des plus grandes choses, comme leurs ouvrages particuliers le font assez voir, s’amusent depuis si longtemps après un travail qui semble n’avoir rien de noble, et dont pas un d’eux peut-être n’espère voir la fin ». Mais ce « travail » sera « loué ». La « postérité » lui sera « redevable ». « Il n’y a presque personne qui n’y trouve [dans les Remarques] quelque chose contre son sentiment : cependant on connaît bien qu’elles s’établissent peu à peu dans les esprits et y acquièrent de jour en jour plus de crédit ». Que chacun suive donc « son génie » et « donne à son goût », mais « en des choses indifférentes et qui dépendent purement de l’institution », on est libéré par « le témoignage de quarante personnes ». « Quel soulagement ne serait-ce point » d’être débarrassé de « ces importuns et fâcheux scrupules sur la langue », « de s’en délivrer pour passer à des choses plus importantes ». Lever les doutes, c’est ainsi libérer l’efficacité de l’expression, libération commune pensée contre la liberté individuelle. La langue normée ne limite pas le discours, elle le permet.

31Il faut donc freiner et non arrêter le changement dans le « corps de la langue » : « si [l’ouvrage] de l’Académie était publié, non seulement il nous résoudrait une infinité de doutes, mais encore il est vraisemblable qu’il affermirait et fixerait en quelque sorte le corps de la langue et l’empêcherait, non pas de changer du tout au tout, ce qu’il ne faut jamais espérer des langues vivantes, mais pour le moins de ne changer si souvent et si promptement qu’elle fait » (p. 113-114). Bouhours ne traite-t-il pas Dupleix de « vieux Gaulois » ? Et Louis XIV demande à Racine de lui lire Amyot de façon à ce qu’il le comprenne. – Variation. Elle est inhérente aux langues vivantes, tous le disent. Tandis que les grammaires traitent des parties stabilisées, y compris des variations stabilisées, les remarques, isolées ou insérées dans des traités, traitent les variations « douteuses ». Les doutes y sont raisonnés et conduisent à un classement grammatical des jugements (Ayres-Bennett, Mazière).

32On en discute de Malherbe à la fin du siècle. Exemple dans Les Registres de l’Académie française, 1672-1793 : « Insulte, de quel genre ? Il y a eu six avis qui l’ont trouvé seulement masculin, deux qui l’ont cru seulement féminin et huit qui ont voulu qu’il fût de tous les deux genres ». Hors du cercle académique, les discussions rabattent la question sur les Académiciens. Un certain Monsieur Girin fait La Fontaine juge « d’une gageure considérable que l’on avait faite à Grenoble » sur « faut-il dire “sans esprit” ou “sans de l’esprit” ? ».

33La variation tolérée est diachronique, diatopique, diastratique, en général admise jusque dans le Dictionnaire de l’Académie. En voici un exemple lexical. Naviger, naviguer sont traités par tous les auteurs :

34Vaugelas (1647) : « Tous les gens de mer disent naviguer, mais à la cour on dit naviger et tous les bons auteurs l’écrivent ainsi ».

35Macé (1650) : « Les gens de mer disent naviguer, les bien-disants se servent de naviger ».

36Irson (1660) : « Naviger se dit à la Cour, et les matelots disent naviguer ».

37Chiflet (1660) : « Naviguer, dites Naviger ».

38On relève une distribution des dires : terme mondain, terme de métier. Chiflet seul construit ce qui sera le propre d’une nomenclature : le choix, donc l’exclusion, donc la détermination des bornes du vocabulaire réputé « français ». Le Dictionnaire de l’Académie (1694) neutralise la variation en la délocalisant : Naviger. v. n. (Quelques-uns disent Naviguer). Il lui donne une liberté d’usage qui autorise notre usage moderne.

39La variation peut aussi intéresser la synonymie et, en ce cas, son traitement passe par la morphologie (matineux/matinier/matinal) ou l’opposition des distributions (collocations). Parfois les deux (lever/élever les yeux au ciel).

40Néologie : les « mots à la mode » sont moqués. Callières les met en scène dans les échanges sociaux. Des questions plus linguistiques en relèvent :

  • la nécessité de trouver un vocabulaire pour les sciences : v. Richelieu, Langue française, Legras, Traducteurs.

  • la relation à la figure, règle de la langue : v. Nicole, libertinage.

  • une tyrannie injustifiable de l’usage quand il crée selon les règles mais sans utilité : v. synonymie, Usage, félicité.

41Exemple de synonymie jugée abusive en application d’une hiérarchie des règles : parricide chez Vaugelas. « On ne se sert pas seulement de ce mot pour signifier celui qui a tué son père, comme la composition du mot le porte, mais pour tous ceux qui commettent des crimes énormes et dénaturés de cette espèce, tellement qu’on le dira aussi bien de celui qui aura tué sa mère, son prince, ou trahi sa patrie, que d’un autre qui aurait tué son père ; car tout cela tient lieu de père. Il y en a même qui s’en servent pour un frère ou pour une sœur ; car ceux qui disent fratricide parlent mal et composent un mot qui n’est pas français. Ainsi l’on dit patrimoine du bien même qui vient du côté de la mère. Il n’est pas question de s’attacher à l’origine de parricide pour ne s’en servir qu’au père, l’usage l’a étendu à tout ce que je viens de dire. »

42La néologie régulière est ici jugée inutile en raison du système rhétorico-sémantique de la figure d’une part (l’usage de père est « étendu »), et de l’analogie de l’autre (patrimoine/*matrimoine).

43Vingt ans plus tard, en relevant les néologismes condamnables, Irson atteste de leur existence, même s’il ne les retient pas : « Parricide se dit de celui qui tue son père, sa mère, son frère, sa sœur, son Prince ; mais on ne dit pas matricide, fratricide, sororicide ».

44Nicole : victime du colinguisme, et philosophe du sens :

  • Langue vivante et changement de l’usage : v. langues particulières, Lettres.

  • Sens grammatical/sens public ou ordinaire : dans la lettre 86, Nicole rappelle avoir employé « libertinage », lors d’un échange avec des religieux, pour qualifier leur ordre. C’était un emploi qu’il voulait aimable, mais ceux-ci l’ont mal interprété. Nicole entend, à ce propos, « éclaircir quelques règles du langage humain ». Il aborde sens et signification par rapport à la situation de communication. Voici sa démonstration : entre deux vices, il y a deux vertus qui, chacune, tendent vers l’un des vices : témérité-valeur/prudence-timidité. Dans le cas de libertinage, il manque un élément du couple. Quand il a employé le mot, Nicole a donc fait confiance au « concours des circonstances », à savoir la qualité des personnes à qui il s’adressait et ce qu’elles savaient de lui, pour dépouiller le mot de son « sens public », ou « sens ordinaire », qui est, ici, un sens « odieux », au profit du « sens grammatical » ou « sens littéral » qui signifie « simple excès de liberté ». Il revendique la catachrèse, au sens large, comme une « règle de langage ». v. Clarté, Vaugelas, Richelieu, Testament politique.

45On relève ainsi, sur trente ans après Vaugelas, l’amplification d’une interdiscursivité sur les relations figurées (ce seront les tropes), autant que sur les questions de synonymie (ce sera Girard). v. Synonymes.

46– Son et sens des mots : dans la lettre 96 se glisse une réflexion sur le sens et le langage intérieur : « L’accoutumance que nous avons à lier nos idées aux sons et aux mots, fait que non seulement quand nous parlons aux autres, mais aussi quand nous parlons à nous-mêmes, les choses ne paraissent revêtues que de ces mots ; de sorte qu’en pensant à Dieu, comme à un être infini, je conçois en même temps l’idée de ces mots, Dieu, être infini. »

47Outils (noms des) : les noms donnés classent souvent selon les faits langagiers relevés :

  • propriétés : synonymes, homonymes, pureté, richesse, étymologie : Porte, Parlement, Racines, Jardin, Verger, Curiosités, Antiquités, Synonymes et Epithètes, etc. ;

  • pratiques : conversation, correspondance, mots à la mode : Marguerites du bien dire, Dialogues, Colloques, etc. ;

  • lexique des choses : Droguier, Pharmacopée, Inventaire, Catalogue, Magasin, Comptoir, etc.

48Sans titres, les traités sont insérés dans divers outils, des méthodes aux manuels de voyage.

49Réduction : geste technique par lequel on abstrait une règle d’un paquet d’usages reconnus comme communs, « réduction » qui abstrait des parlures une figure de langue grammaticale. La réduction assure la grammatisation d’une langue (Auroux et Mazière, Mazière).

50La synonymie/polysémie entre réduire et rédiger (encore mentionnée dans le Dictionnaire de l’Académie en fin de siècle) est attestée dès Palsgrave : « REDUCE, bring a thing to purpose. Je redige, jay redigé, rediger, prim. conj. and je reduys, nous reduysons, conjugate lyke his symple je duys, I serue to a purpose. All the artycles whiche he hath layde agaynst me I truste to reduce them to my purpose : tous les articles quil a mys contre moy, je espere de les rediger, or de les reduire a mon propos. »

51« Réduire » est courant depuis Meigret, en relation avec « règle » : « […] il nous faut confesser qu’elle [notre langue] a en soi quelque ordre, par lequel nous pouvons distinguer les parties dont sont composés tous langages, et la réduire à quelques règles ». Mais il y a inflation dans tous les écrits sur la langue du xviie siècle et intertextualité souvent explicite :

52Dans Vaugelas (1690 [ouvrage posthume repris par Alemand]) : « Et nous avons l’obligation à M. de Vaugelas d’avoir réduit presque toute notre Langue en règles. Il soutient même en quelque endroit de ce Manuscrit, qu’à peu de choses près toute notre Langue est réduite en préceptes. »

53Dupleix (1650) : « Cette anomalie de Hayr au singulier du présent de l’Indicatif est si régulière, que si on la voulait réduire à l’analogie et conformité de ces autres verbes, ce serait une aussi lourde faute, que de réduire l’analogie de ces autres verbes à l’anomalie de celui-ci » ; « Mais d’autant qu’il [Vaugelas] n’a parlé que par énigmes et qu’il n’a marché que comme à tastons en cette Remarque, je la veux réduire en préceptes et règles assurées ».

54Macé (1651) : « Je réduis tout ce qui est au monde, à trois ; l’Être l’Agir, et le Pâtir avec… » ; « afin de réduire la diversité de tous ces Mots, qui reçoivent diverses mutations, à certaines règles plus générales ; on a inventé les Déclinaisons, pour les Noms & les Conjugaisons, pour les Verbes » ; « réduire notre Orthographe à quelque justesse raisonnable » ; « j’avertis qu’il serait peut-être fort excellant, pour soulager la mémoire par un ordre merveilleux quand on l’a trouvé : de réduire et d’arranger les règles de la Grammaire, & les mots du Dictionnaire, dont nous venons de parler, en des Tables, ou Rouleaux ; semblables à ceux de la Géographie, de la Chronologie, des Généalogies & Catalogues » ; « […] le Maistre […] réduira les simples et les primitifs à l’Alphabet ».

55Duhan (1657) : « on ne la peut réduire sous aucune règle » [la construction du verbe se fier].

56Chifflet (1660) : « Je réduis à ce Mode [l’optatif] l’autre que les Latins appellent le Conjonctif, ou le Subjonctif, parce qu’il […] » ; « Il faut réduire à ces contraires les différents, qui ont une signification […] ».

57Irson (1660) : « Ainsi qui ne voit que pour bien parler, il faut bien penser, et que l’Incertitude de la Parole se réduit à la certitude de l’Intelligence » ; « […] en réduisant tout ce qu’ils lisent, en un certain ordre ».

58Ménage (1675) : « […] après en avoir donné plusieurs préceptes, il [Vaugelas] les a tous réduis à ces dix exemples ».

59Alemand (1688) : « Quelques-uns […] se sont avisés pour réduire cela en règle de dire […] »

60Andry de Boisregard (1693) : « Il serait difficile de bien rendre raison de cette manière de parler et de la réduire à une construction régulière ».

61Richelieu : un homme politique qui écrit en français, fait écrire en français, et promeut l’apprentissage en français et du français.

62– Écrivant en français de la philosophie politique et de la théologie, il introduit des gloses sur des faits de langue. Exemples :

63Dans le Testament politique, Richelieu souligne la sensibilité du sens au contexte. Dans le chapitre VI, il fait l’éloge des négociations et met en garde contre trop de finesse, aussi préjudiciable que la sottise, car elle engendre la méfiance parce que « Les mêmes paroles ont souvent deux sens, l’un qui dépend de la bonne foi et de l’ingénuité des hommes, l’autre de leur art et subtilité, par laquelle il est fort aisé de tourner la vraie signification d’un mot à des explications volontaires ».

64Pour une intertextualité sur la dépendance du sens au site énonciatif : v. Clarté, Vaugelas, Quintilien, Nicole, libertinage.

65Dans l’Instruction du Chrétien, il module le sens par la construction. « Je crois mais en qui ? En Dieu. Il y a grande différence entre croire Dieu, croire à Dieu, croire en Dieu […] ». Richelieu travaille ici les constructions prépositionnelles, ces futilités que raillera Furetière intéressé par le lexique des choses. Ce seront dans le Dictionnaire de l’Académie « ces Minuties Grammaticales qui composent le fonds du Dictionnaire : qui est à le bien prendre la partie de la Littérature la plus nécessaire » (Préface).

66– Acteur politique, il institue le français dans les apprentissages. Il décide qu’on enseignera en français dans deux Académies, celle de la rue du Temple (jamais ouverte) et celle de la ville de Richelieu. ÀParis (lettre à Louis XIII du 24 septembre 1640), il se propose d’offrir sur ses deniers une bourse aux enfants de nobles pauvres qui étudieront deux ans et s’engageront en retour à servir le Roi. Les cours seraient donnés en français, et le français serait enseigné.

67À Richelieu, la réflexion sur la fonction sociale de la langue est abondamment développée par son intendant, Nicolas Legras, dans un traité (de 1640 ?) : L’Académie royale de Richelieu. À son éminence. v. Langue française.

68Legras a été présenté par Andrea Bruschi (2011) comme grammairien. Sa grammaire semblant perdue, je parlerais plutôt d’écrits sur la langue française et ses fonctions sociales. Pour Legras, la langue est perfectible (idée commune), sa perfection est sous tutelle de l’Académie, qui œuvre à la régulation du lexique, de l’emprunt, et de la néologie (nécessaires pour accéder à l’écriture de la philosophie). La langue se précise autant qu’elle s’amplifie par la juste limitation des ambiguïtés, elle s’uniformise pour unifier le royaume, elle est d’autant plus efficace dans l’apprentissage et la production des arts et des sciences qu’elle a un « ordre » et un « rythme » qui permettent le raisonnement. Ce texte est intéressant par son interdiscursivité avec celui de Macé (1650), Carme au service de Richelieu, se réclamant, comme Legras, de Comenius, et proposant une Grammaire Générale et Raisonnée pour apprendre toutes les langues, dont le français (Auroux et Mazière). Rappelons que Richelieu avait reçu Comenius de passage à Paris.

69Richelieu pense l’institution dans une diversité encore plus large. Outre trois académies, il invente un « Grand collège », jamais ouvert. En 1642, La Mesnardière déclare devant l’Académie : « Il [Richelieu] me mit entre les mains des Mémoires faits par lui-même, pour le plan qu’il m’ordonna de lui dresser de ce magnifique et rare collège, qu’il méditait pour les belles sciences, et dans lequel il avait dessein d’employer tout ce qu’il y avait de plus éclatant pour la littérature dans l’Europe ».

70Sens : « sens public », « sens ordinaire », « sens grammatical », « sens littéral », « vraie signification », « un même sens ». v. Nicole, Richelieu, Synonymes. Et Port royal, ensemble absent de ce corpus fragmentaire.

71Synonymes/synonymie : au cœur des discussions, intra et interlangues.

72Pour Vaugelas, le synonyme est une retouche : « Je ne puis assez m’étonner de l’opinion nouvelle qui condamne les synonymes & aux noms & aux verbes. […] Car les paroles étant les images des pensées, il faut que pour bien représenter ces pensées là on se gouverne comme les Peintres, qui ne se contentent pas souvent d’un coup de pinceau pour faire la ressemblance d’un trait de visage, mais en donnent encore un second coup qui fortifie le premier, & rend la ressemblance parfaite. Ainsi en est-il des synonymes. Il est question de peindre une pensée, & de l’exposer aux yeux d’autrui, c’est à dire aux yeux de l’esprit. La première parole a déjà ébauché ou tracé la ressemblance de ce qu’elle représente, mais le synonyme qui suit est comme un second coup de pinceau qui achève l’image. C’est pourquoi tant s’en faut que l’usage des synonymes soit vicieux, qu’il est souvent nécessaire, puis qu’ils contribuent tant à la clarté de l’expression, qui doit être le principal soin de celui qui parle ou qui écrit » v. Traducteurs. Il se distingue des équipollents : « La répétition des prépositions n’est nécessaire aux noms, que quand les deux substantifs ne sont pas synonymes, ou équipollens », ou des approchants : « deux substantifs qui ne sont point synonymes, ni approchans […] » (une vingtaine de fois dans les Remarques).

73La position de Vaugelas (lui-même traducteur) rejoint celle des traducteurs puisqu’il s’agit de préciser et non de redire le même avec d’autres mots, ni même d’amplifier, comme chez les baroques. v. Clarté, Traducteurs.

74Chiflet reflète Vaugelas : « Quelques-uns condamnent trop facilement les Synonymes, comme des redites superflues : mais ils servent à une plus forte expression. « Les Synonymes sont ceux qui ont une même signification : comme, Aimer, Cherir. À ces Synonymes se rapportent les Approchans, qui ont presque la même signification ; comme Aimer, Reverer » (Les exemples sont empruntés à Vaugelas).

75Irson aborde leur traitement soit par collocations, soit par dérivation (Delesalle).

76Pour l’Académie : « […] les synonymes, c’est à dire les mots qui sont de même signification ; sur quoi on croit devoir avertir que le synonyme ne répond pas toujours exactement à la signification du mot dont il est synonyme, et qu’ainsi ils ne doivent pas être employés indifféremment l’un pour l’autre » (Préface). Un des modes de distinction du sens et des emplois est alors la collocation (active depuis le xvie siècle et qui sera systématisée par Girard) ; un autre procédé est la spécialisation lexicale par domaines (courir, courre – chasse, poste), ce qui deviendra une technique lexicographique.

77– Synonymie et variation : v. langues Particulières, variation.

78– Synonyme et clarté : v. traducteurs.

79– Synonymie et collocation : v. Langues particulières, variation ; supra synomymes pour l’Académie. Les couples synonymiques sont distingués de façon récurrente en grammaires, en petits traités, en dictionnaires : face et visage, neuf et nouveau, aimer et chérir... (Leclercq).

80– Synonyme et traduction : v. Traducteurs.

81– Synonyme et pédagogie : le synonyme n’est pas la synonymie. L’un est malaisément substituable dans un contexte donné (Académie, Préface) et l’autre sollicite un substitut, de forme parfois éloignée, pour dire le même dans un même contexte. Cette équivalence se rencontre dans des traités de synonymes, dictionnaires, manuels d’apprentissage. Exemple : dans Parival-Dampierre (1659- 1678), des relevés exhaustifs révèlent des mises en séries de formes, jamais traitées comme telles, mais relevant de la mise en œuvre de transformations : « être fouetté (avoir le fouet) », « à fin qu’ils fissent (à fin de faire) », « qu’on les fit entrer (de les faire entrer) », « après ma mort (quand je serai mort) », jusqu’aux impersonnels et gallicismes : « il lui fâchait fort de faire (il avait bien de la peine à se résoudre à faire), « je m’en vais vous laisser les clefs (voilà les clefs) ».

82Le rejet de l’idée de « vrai » synonyme explique le peu de noms ou de verbes et l’abondance des locutions approchantes dans les colloques : « oui mon Père j’irai tout à cette heure (tout incontinent) », « sans y songer (innocemment) », tandis qu’il ne fait pas obstacle à la variation régulière comme dans la substitution dont/duquel.

83Traducteurs : ils ont inventé comment dire la pensée antique en français, et donc des manières de dire en français. v. Clarté, Richelieu, Synonymes, Synonymes et traduction. On peut montrer leur importance par le jeu des relations. D’Ablancourt dédie à Richelieu sa traduction de Tacite. Il fait le lien entre le cercle Dupuy et les Académiciens Patru, Conrard, Chapelain, ses conseillers en traduction. Coeffeteau et d’Ablancourt sont cités par Vaugelas comme les modèles du « bien dire » en français. Vaugelas traducteur (Quinte Curce) s’inspire de d’Ablancourt et tous deux sont annotés par Racine. L’invention de manières de dire est ainsi reprise et stabilise la langue. Larbaud peut écrire, dans sa préface à La vie de d’Ablancourt par Patru : « Qui soutiendrait que Racine était incapable de lire Tacite dans le texte ? Mais il lisait aussi le Tacite de d’Ablancourt et Britannicus contient des traces non douteuses de cette lecture ».

84Ce sont ces auteurs-traducteurs qui pour Vaugelas consolident les parlers : « Nous avons encore un grand nombre d’autres phrases, qui ne viennent pas de la Cour, mais qui sont prises de tous les meilleurs Auteurs Grecs & Latins, dont les dépoüilles sont une partie des richesses de notre langue, & peut-être ce qu’elle a de plus magnifique & de plus pompeux » (Préface).

85Ils sont à l’œuvre dans la fabrique du français depuis des siècles. Revenons sur certaines propriétés comme la synonymie et la polysémie, singulières pour chaque langue. Les traductions d’Abélard (La vie et les epistres, Pierre Abaelart et Heloys sa famé) et de Boèce (Consolatio Philosophiae) (Billotte, Bossel, Hicks dans Brucker) montrent que le binôme synonymique (Buridant) est rare et surtout n’est pas stable pour un corpus donné. Il témoignerait plutôt d’un « flou notionnel français », rencontré dans la recherche d’une précision correspondant à la sémantique lexicale du latin, et fonctionnerait comme « une ruse au service de la clarté ». La fameuse « clarté française » apparaît alors comme une longue conquête à l’œuvre dans et par le travail des traducteurs. v. Clarté. Exemple dans Abélard : Arbitrium traduit par arbitre, volenté, arbitre et élection, volenté et arbitre, franche volenté. Le doublet marque un « écart dans l’idée d’une concordance idéale entre les deux langues » et « la polysémie joue contre le mot à mot », disent les auteurs, mais surtout le synonyme, au même titre que l’approchant, joue un rôle quasi définitoire par la levée de polysémie, qu’il met en valeur en tant que propriété lexicale (Leclercq).

86Enfin, ce sont les traducteurs que cite Legras dès 1640 dans les quatre recettes pour développer le français : v. Langue française.

87Usage : pas de mot plus en usage que celui-ci, en relation avec « règle » depuis Meigret, ou déterminé : bon usage, usage douteux. Les remarques traitent des usages « douteux ».

88L’usage est toujours discuté, mobilisant un mixte de raisons souvent hiérarchisées (analogie, morphologie, sémantique, figures), avant acceptation, et ce jusqu’à Buffier (Delesalle).

89Exemple de discussion chez Vaugelas : féliciter dans la remarque intitulée Se conjouir, féliciter. « J’ai vu ce premier mot [se conjouir] en plusieurs auteurs approuvés, mais il ne me souvient point de l’avoir jamais ouï dire à la cour. On dit plutôt se réjouir, quoique l’autre soit plus propre parce qu’il ne signifie que se réjouir avec quelqu’un du bonheur qui lui est arrivé au lieu que se réjouir est un mot extrêmement général. […] Depuis peu on se sert d’un mot qui auparavant était tenu à la cour pour barbare quoique très commun en plusieurs provinces de France, qui est féliciter. Mais aujourd’hui nos meilleurs écrivains en usent et tout le monde le dit […]. Si ce mot n’est français cette année, il le sera l’année qui vient […]. »

90Ce mot féliciter est donc déjà attesté et « très commun en plusieurs provinces de France ». La gêne de Vaugelas à adopter se réjouir semble venir d’une question de valeur : ce synonyme a un sens plus large (moins « propre ») que se conjouir s’il n’est restreint par une extension, « avec lui », en remplacement du préfixe de conjouir.

91Le parti pris morphologique du DA et le travail sur les collocations vont lui permettre de traiter l’ensemble de la question :

FELICITÉ. s. f. Béatitude, bonheur parfait. La félicité éternelle. la souveraine félicité. la suprême félicité. jouir d’une parfaite félicité […]
Féliciter. v. a. Se conjoüir, se réjouir avec quelqu’un de quelque bonheur, de quelque avantage […].

92Les lexicographes académiciens effacent les marques de la diachronie. La circularité sémantico-lexicale entre substantif et verbe pose une équivalence par mot ET construction entre féliciter quelqu’un de, se conjoüir, se réjouir avec. On peut ainsi lire une stabilisation en synchronie, le mot ancien (conjouir), l’hyperonyme (se réjouir) et le néologisme (féliciter) jouant le sens par le système morphologique : con-jouir = se réjouir avec, féliciter = se réjouir avec x de un bonheur, or, félicité = bonheur, et on jouit d’une parfaite félicité. Voici le mot « félicité » embarqué dans la ronde des emplois morphologiquement apparentés sur jouir, prêt à y acquérir sa valeur propre.

93Cette circulation-attraction ne pouvait se mettre en œuvre dans un bilingue, séparateur. Le Dictionnaire de l’Académie est un outil programmé monolingue, raisonné, intégrateur de propriétés, efficace dans le temps et inventeur d’une idée de langue en usage, commune, la « langue française ».

Bibliographie

Références

Statuts et reglements de l’Académie françoise, A Paris, chez Jean Baptiste Coignard, imprimeur ordinaire du Roy, & de l’Académie françoise, ruë S. Jacques, à la Bible d’or. MDCCVIII. Avec privilege de Sa Majesté.

Dictionnaire de l’Académie françoise, 1694, 2 vol., Paris, Vve J.-B. Coignard et J.-B. Coignard.

Grammaire françoise avec quelques remarques sur cette langue, selon l’usage de ce temps, 1657, A Lyon, chez Michel Duhan, en ruë Merciere, à l’enseigne de sainct Thomas d’Aquin.

Irson Claude, 1656, Nouvelle Méthode pour apprendre facilement les principes et la pureté de la langue française, Paris, Pierre Baudouin [rééd. 1973, Genève, Slatkine reprints].

Legras Nicolas, 1642, L’académie royale de Richelieu, a son Eminence, s. l., s. n.

Macé Jean (Frère Léon), 1652, Méthode universelle pour apprandre facilement les langues, pour parler puremant et nettemant en François, Paris, Jean Jost [première édition 1651].

Ménage Gilles, Requeste presentée par les dictionnaires, a messieurs de l’Academie pour la reformation de la langue françoise [s. l.], imprimé l’an de la reforme.

Nicole Pierre, 1703, Lettres choisies écrites par feu M. Nicole, Paris, F. Delaulne.

Nicole Pierre, 1743, Lettres de feu M. Nicole, pour servir de continuation aux deux volumes de ses lettres, nouvelle édition, s. l.

Palsgrave John, 1530, L’éclaircissement de la langue français, texte anglais original, traduction et notes de Susan Baddeley, Paris, Honoré Champion, 2003.

Parival, 1659, Dialogues français selon la langue du temps, 2e éd., Leyde.

Patru Olivier, 1681, La Vie de M. d’Ablancourt, suivie du Discours et des Lettres de M. d’Ablancourt à M. Patru, préface par M. Valery-Larbaud, Impr.-éd. A. A. M. Stols, Maestricht, 1934.

Pellisson Paul, 1653, Histoire de l’Académie française (avec une introduction, des éclaircissements et des notes par M. C. L. Livet), Genève/Paris, Slatkine, 1989.

Racine Jean, Œuvres de J. Racine, t. vi, Nouvelle édition revue sur les plus anciennes impressions et les autographes et augmentée de morceaux inédits, des variantes, de notices, de notes, d’un lexique des mots et locutions remarquables, d’un portrait, de fac-simile, etc. par M. Paul Mesnard, 1865-1873.

Richelieu Armand Jean du Plessis (cardinal duc de), s. d., Œuvres, s. l., n. d., Gaucheron Roger Annotateur

Testament politique de Richelieu, éd. scient. Françoise Hildesheimer, Paris, Société de l’histoire de France, diff. Honoré Champion, 1995.

Richelieu, 2002, Œuvres théologiques, t. I, Traité de la perfection du chrétien, texte établi et introd. par Stéphane-Marie Morgain et Françoise Hildesheimer, annoté par Stéphane-Marie Morgain, Paris, Honoré Champion.

Vaugelas C. Favre de, 1647, Remarques sur la Langue Française, Paris, A. Courbé et Vve Camusat [rééd. Champ libre, 1981].

Vaugelas C. Favre de, 1690, Nouvelles Remarques de M. de Vaugelas sur la langue françoise. Ouvrage posthume. Avec des observations de M.***** [Louis-Augustin Alemand] de Paris, Classiques Garnier numériques.

Références secondaires

Auroux Sylvain, 1994, La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga.

Auroux Sylvain, 1998, Le langage, la raison et les normes, Paris, PUF.

Auroux Sylvain et Francine Mazière, 2006, « Introduction : hyperlangues, modèles de grammatisation, réduction et autonomisation des langues », Hyperlangue et fabriques de langues, Histoire Épistémologie Langage 28/2, p. 4-11.

Ayres-Bennett Wendy et Magali Seijido, 2012, Remarques et observation sur la langue française : Histoire et évolution d’un genre, Paris, Classiques Garnier.

Balibar Renée, 1985, L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, PUF.

Bruschi Andrea, 2012, « Entre l’académie nobiliaire de Richelieu et l’Académie française : une nouvelle grammaire selon Nicolas Legras (vers 1640) », B. Colombat, J.-M. Fournier et V. Raby éd., Vers une histoire générale de la grammaire française. Matériaux et perspectives, Paris, Honoré Champion, p. 313-324.

Brucker Charles (éd.), 1997, Traduction et adaptation en France à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, actes du colloque organisé par l’université de Nancy II, 23-25 mars 1995, Paris, Honoré Champion.

Buridant Claude, 1980, « Les binômes synonymiques. Esquisse d’une histoire des couples de synonymes du Moyen Âge au xviie siècle », Bulletin du Centre d’Analyse du discours n° 4, p. 5-79.

Collinot André et Francine Mazière, 1997, Un prêt à parler : le dictionnaire, Paris, PUF.

Delesalle Simone et Francine Mazière, 2011, « Les méthodes au xviie siècle : un outil composite. Irson, Lancelot, Nicole », History of Linguistics 2008. Selected papers from ICHoLSXI, Potsdam, 28 August - 2 September 2008, G. Hassler éd., Amsterdam, John Benjamins (SiHoLS 115), p. 251-263.

Leclercq Odile, 2007, « Le traitement du sens par les épithètes et les synonymes au xvie siècle : acheminement à la définition lexicale », Histoire Épistémologie Langage 28/2, p. 27-35.

Leclercq Odile, 2008, « Autour d’un recueil de synonymes du xvie siècle : les premières traces de régulation du lexique français par le contexte », Cahiers de Lexicologie 92, p. 13-30.

Mazière Francine, 2010, « Du dictionnaire bilingue de Nicot (1606) au dictionnaire monolingue de l’Académie (1694) : la fabrique du “mot français” », Cultures et lexicographies, M. Heinz éd., Berlin, Frank et Timme (Metalexicographie), p. 77-102.

Leclercq Odile, 2011, « Le chantier de la “langue commune” », Langue commune et changement de normes, S. Branca, J.-M. Fournier, Y. Grinshpun, A. Régent-Susini éd., Paris, Honoré Champion, p. 159-178.

Ribard Dinah, 2007, « Livres, pouvoir et théorie. Comptabilité et noblesse en France à la fin du xviie siècle », L’Histoire par le livre (xviie-xxe siècle), Revue de Synthèse, t. 128, 6e série, n° 1-2, p. 97-122.

Schapira Nicolas, 2003, Un professionnel des lettres au xviie siècle : Valentin Conrart, une histoire sociale, Seyssel, Champ vallon.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search