Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Deuxième partie. Grammatisations, outillages et descriptions des langues

« Nous sommes plus exacts en nostre langue, & en nostre stile, que les Latins »1 : la représentation du latin chez les remarqueurs français au xviie siècle

Wendy Ayres-Bennett

Texte intégral

  • 1 Vaugelas 1647, p. 86-87.

1Dans l’introduction au deuxième volume de sa magistrale Histoire des idées linguistiques, Sylvain Auroux observe avec raison que le fait que la grammatisation massive des langues du monde ait eu lieu à partir de l’Europe et qu’elle ait pris une ampleur significative à une époque tardive est un problème épistémologique et historique de grande importance (Auroux 1992, p. 16). Parmi les traits spécifiques à la contingence historique ayant affecté l’Europe, sur la période de cette grammatisation, il note que le latin, langue déjà grammatisée et massivement employée à des fins de pédagogie linguistique, est devenu une langue seconde (p. 17). En effet, le fond latin constitue un facteur d’unification théorique sans équivalent dans l’histoire des sciences du langage, ce qui est évident, par exemple, dans l’identité de métalangage (p. 18), souvent constitué dans les vernaculaires par emprunt opaque au latin (p. 20). Si la traduction de grammaires latines est l’une des principales sources de la grammatisation des vernaculaires, il y a évidemment des adaptations locales et un certain biaisement des descriptions ; Sylvain Auroux conclut qu’on peut parler d’une Grammaire Latine Étendue (p. 19).

2Par définition, le processus de grammatisation correspond donc à un transfert de technologie d’une langue vers d’autres langues, transfert qui fait évidemment partie d’un transfert culturel plus vaste (p. 35). Ce qui est surtout intéressant dans sa présentation des premières grammaires est l’argument selon lequel :

L’évaluation des résultats scientifiques de la grammatisation est généralement faussée par l’idée que la présence excessive des catégories latines aurait totalement fourvoyé les auteurs […]. On se gausse de ces grammairiens qui voyaient des déclinaisons partout, et rares sont les historiens […] qui rendent hommage à l’incontestable réussite intellectuelle et aux résultats prodigieux des premières générations d’américanistes […].

Si la description d’une langue « exotique » a pour fin de permettre à un européen de la parler et de la comprendre, il est probablement plus économique de partir des catégorisations de sa propre langue ou d’une langue bien connue, comme le latin, et d’en donner les équivalents. De la même façon, il est évident que la proximité avec les catégories latines était plutôt un avantage qu’une gêne pour les premiers utilisateurs des grammaires des langues européennes, soit qu’ils aient d’abord baigné dans la grammaire latine, soit que la grammaire du vernaculaire leur serve d’introduction à celle-ci. […] ce type d’ouvrage relève de ce que nous nommons aujourd’hui une grammaire contrastive. (p. 38-39)

3Autrement dit, loin d’être toujours un désavantage, comme elle est souvent présentée, qui empêche les premiers grammairiens – en l’occurrence du français – de décrire les particularités d’un vernaculaire typologiquement différent de la langue mère, la référence à la grammaire latine fondée sur une approche contrastive aurait souvent fait progresser les descriptions et permis aux grammairiens d’arriver rapidement aux questions difficiles où le modèle latin ne convenait pas.

  • 2 L’étude se fonde sur le Corpus des remarques sur la langue française (xviie siècle) (dir. W. Ayres- (...)

4Dans cet article en hommage à Sylvain Auroux, je voudrais étudier l’étape suivante de cette histoire, à savoir comment le latin est représenté par les auteurs de volumes d’observations et de remarques sur la langue française au xviie siècle2, qui, à la différence de leurs prédécesseurs, s’efforçaient souvent d’indiquer l’indépendance du français par rapport au latin, voire de souligner la supériorité du vernaculaire sur la langue mère. Après avoir considéré dans quelle mesure le latin est cité dans les volumes de remarques, je me concentrerai sur le cas particulièrement intéressant des Remarques sur la langue françoise de Vaugelas.

  • 3 Les chiffres, qui indiquent ce qui a été codé comme exemple latin, etc., sont évidemment approximat (...)

5Premier constat : la référence au latin est très présente chez les remarqueurs. Dans le corpus électronique de remarques sur la langue française du xviie siècle qui comprend 15 volumes, il y a environ 5 180 exemples latins3. Les trois langues qui suivent en terme de fréquence d’occurrence – le grec (environ 830 exemples), l’italien (environ 735) et l’espagnol (environ 215) – sont bien moins représentées. Pour toute autre langue, variété régionale ou dialecte il y a moins de 30 exemples, et, dans la majorité des cas, moins de 10. La même hiérarchie est évidente pour les citations qui ne viennent que de cinq langues : le français (environ 1 500 citations), le latin (environ 400), le grec (environ 30), l’italien (5) et l’espagnol (2).

6Notons toutefois que les exemples latins ne sont pas distribués de façon égale entre les différents volumes. Nous pouvons peut-être identifier quatre groupes distincts :

  1. Les volumes où le latin est très peu ou pas présent : Buffet 1668 (0), La Mothe Le Vayer 1669 [1647] (6), Tallemant 1698 (11).
  2. Les volumes où le latin est relativement peu cité : Andry 1692 [1689] (56), Andry 1693 (59), Alemand 1668 (89), Bouhours 1693 [1692] (105), Bouhours 1692 [1675] (129).
  3. Les volumes qui contiennent entre 200 et 400 exemples latins : Vaugelas 1690 (201), Vaugelas 1647 (330), Macé 1651 (331), Académie 1704 (376)4.
  4. Les volumes où le latin est très présent : Dupleix 1651 (664) et surtout Ménage 1676 (1288) et Ménage 1675 [1672] (1558).
  • 5 Ces différences sont étudiées dans Ayres-Bennett et Seijido (2011).

7Cette distribution reflète souvent la politique générale du remarqueur5. Marguerite Buffet, rare exemple d’une grammairienne à l’époque, publie un volume d’observations à l’intention des femmes et évite autant que possible de recourir à un ton savant ou de se référer à la tradition grammaticale formelle. Elle cite peu d’auteurs et de textes, et abrège et simplifie souvent les remarques de Vaugelas pour son public féminin. Les deux textes qui viennent du contexte de l’Académie Française (Tallemant 1698, l’Académie 1704) offrent en général relativement peu d’exemples, influencés peut-être par la politique adoptée pour son Dictionnaire de ne pas inclure des citations. Les remarqueurs de notre deuxième groupe sont surtout des « mondains » qui mettent l’accent sur l’usage du français contemporain ; notons par exemple que la grande majorité d’auteurs et de textes qu’ils citent ont été publiés dans la deuxième moitié du siècle. D’autre part, le nombre relativement élevé d’exemples latins chez Macé s’explique par le fait que le volume comprend à la fois une grammaire générale et raisonnée, un discours sur les difficultés de l’orthographe française ainsi qu’un recueil alphabétique des remarques de Vaugelas, de Dupleix, de La Mothe Le Vayer et d’un auteur anonyme : c’est surtout dans la grammaire générale qu’apparaît le latin. Ménage se distingue des autres remarqueurs par l’attention qu’il porte à l’histoire de la langue et aux étymologies ; considéré comme « romaniste avant la lettre », il situe souvent ses commentaires sur le français contemporain dans un contexte comparatif synchronique et diachronique. La remarque intitulée Fausses Reigles de Grammaire du P. Bouhours offre un exemple typique de sa démarche :

Que veut dire nostre Grammairien, en disant que de ces derniers mots François ceux qui viennent du Latin, en viennent indirectement ? Ils en viennent aussi directement que ces autres, débiliter, débiteur, déclarer, etc. Déchoir, décadence, décapiter, défricher, dégast, dégouster, dégrader, desiller, ne viennent-ils pas directement de decadere, decadentia, decapitare, defruticare ; cestadire frutices tollere ; devastare, degustare, degradare, decillare ? Et ne peut-on pas dire aussi que ces mots débourser, débaucher, défaillance, défrayer, dérober, déroute viennent du Latin ; quoyque le Latin dont ils viennent, soit un Latin barbare. DÉBOURSER vient de debursare, qui a esté fait de bursa : lequel mot bursa se trouve en la signification de bourse, dans plusieurs Auteurs de la Basse-Latinité. DÉBAUCHER vient de debotegare, comme embaucher, d’imbotegare. Debotegare, c’est oster de la boutique : imbotegare, c’est mettre en boutique. Botega est un mot Latin barbare, qui signifie boutique, et qui a esté fait d’apotheca […]. (Ménage 1676, p. 98-99)

  • 6 Je ne traiterai ici que des Remarques de 1647. Les Nouvelles Remarques (1690) comprennent pour la p (...)

8Le plus surprenant dans cette liste est peut-être la quantité d’exemples latins chez Vaugelas6. Dans le reste de ce court article, je considérerai quels traits Vaugelas juge – à tort ou à raison – être caractéristiques du latin et qui le distinguent du français. J’examinerai brièvement quand et pourquoi Vaugelas adopte une approche contrastive et dans quelle mesure la comparaison avec le latin enrichit la description du français.

  • 7 Je ne prends évidemment pas en compte les cas où « latin(e)(s) » figure dans un exemple (« il sçait (...)

9Le terme latin(e)(s)7 apparaît près de 200 fois dans les remarques de Vaugelas, et quelquefois plusieurs fois dans une même observation. Il peut se référer directement à la langue ou « aux Latins » qui la parlent. Si l’on analyse ces références, on observe que, comme c’est souvent le cas chez Vaugelas, il adopte tour à tour des positions et des attitudes différentes, voire contraires, envers le latin qu’il mentionne pour diverses raisons. Il peut le citer pour souligner soit les différences, soit les ressemblances entre les deux langues ; il peut avoir recours à l’étymologie pour justifier une forme en français ou pour montrer qu’elle n’est pas à prendre en compte si l’usage la contredit.

  • 8 Notons que quelquefois le grec est associé au latin dans les comparaisons ; ce point n’est pas déve (...)

10 Commençons par les cas où Vaugelas fait référence au latin pour pointer une différence entre les deux langues8. Il affirme à plusieurs reprises la supériorité du français par rapport à son ancêtre. Les Français sont jugés plus « scrupuleux » (p. 489) et plus « exacts » (p. 87), par exemple en ne tolérant pas la coordination de deux verbes dont le régime est différent (p. 79-80), les ellipses (p. 489), ou le relatif de liaison, c’est-à-dire les phrases qui commencent par un pronom relatif (p. 86-88). D’autre part, le pronom y en français permet d’éviter les répétitions, « en quoy nostre langue a de l’avantage sur la Latine » (p. *487). Il note quelques différences syntaxiques importantes : les « transpositions » dans l’ordre des mots, fréquentes en latin, sont « fort rares » en français et sont pour cette raison d’autant plus agréables (p. 377) ; deux négatifs mis ensemble « n’affirment pas comme en Latin » (p. 38). La construction représentée dans les exemples les hommes ayant veu, les hommes estant contraints (p. 427) est une innovation dans les vernaculaires. Les divergences ne se limitent pas à la morphosyntaxe : si les néologismes étaient estimés bons en latin – et encore plus en grec –, en français « il n’est jamais permis de faire de nouveaux mots […] au moins en escrivant » (p. 569). Les rimes dans la prose sont considérées comme des « negligences dans le stile » en français parce qu’à la différence des langues classiques, la rime est associée à la poésie française (p. 237). Dans le choix du pronom personnel pour la deuxième personne du singulier, les latins, en se servant toujours de tu, sont « moins ceremonieux » que les Français (p. 551).

11Vu cette indépendance des deux langues, tout mélange ou métissage est à éviter. Dans une observation intitulée De la plus grande erreur qu’il y ayt en matiere d’escrire, il affirme :

Chaque langue a ses termes et sa diction, et qui, par exemple, parle Latin comme font plusieurs, avec des paroles Latines et des phrases Françoises ; ne parle pas Latin, mais François, ou plustost ne parle ny François ny Latin. Cela est tellement vray que je m’estonne qu’il y ayt tant de gens infectez de l’erreur qui m’oblige à faire cette Remarque. (Vaugelas 1647, p. 509-510)

  • 9 Vaugelas 1647, p. 66-73, 143-146, 391-392.

12Sont donc considérés comme barbarismes l’expression sortir de la vie, bien que les Latins disent vita excedere (p. 486) ou les termes au preallable, preallablement, jugés monstrueux par « un grand Prince », étant moitié latins, moitié français, même si Vaugelas admet que les mots hybrides sont fréquents dans toutes les langues (p. 484). Il observe également que plusieurs mots français – humilité (p. 234-235), manes (p. 240-241), fond (p. 347-348), onguent (p. *458) – n’ont pas exactement le même sens que leur homologue latin. En effet, il semble que sa propre expérience comme traducteur et son analyse de célèbres traductions de Malherbe, Amyot ou Coeffeteau l’aient sensibilisé aux différences entre les deux langues. Trois remarques traitent de l’adaptation des noms propres latins (ou grecs) en français9. Dans celle intitulée Noms propres, il conclut qu’il n’y a pas de règle pour savoir comment les assimiler en français et qu’il faut les « nommer & prononcer selon l’Usage » (p. 66-67).

  • 10 Ou grec en ce qui concerne orthogaphe.

13Il y a également plusieurs remarques dans lesquelles Vaugelas affirme que la forme établie du mot français n’est pas conforme à son étymon latin10 : on dit donc fronde et non pas fonde (p. 25), temple et non pas tempe (p. 161), orthographe et non pas orthographie (p. 112), peril eminent et non pas peril immanent (p. 302- 303), seraphin et non pas seraphim (p. 413). Dans la remarque qui traite de la forme correcte du terme parallele/paralelle, il juge qu’elle est conforme au latin quand le mot est utilisé avec un sens propre, mais qu’elle se modifie quand le sens est figuré, et note : « nous avons mille exemples de mots Latins pris du Grec, où l’on s’escarte bien davantage de leur origine » (p. 108). Ces observations peuvent être accompagnées d’un rappel de la supériorité de l’usage au-dessus de tous les autres critères qui pourraient influencer le choix de la forme d’un mot ou d’une expression. Après avoir relaté la dispute sur l’origine du mot alte/halte, il conclut :

  • 11 Voir aussi « Liberal arbitre » (p. 92-93).

La plus saine et la plus commune opinion est, qu’il faut dire et escrire alte, sans h, et sans avoir aucun esgard à toutes les etymologies, qu’on pourroit rapporter au contraire ; car nous ne voudrions pas non plus en cette occasion nous servir de celles, qui nous seroient favorables, n’y ayant pas lieu de recourir aux etymologies, lorsque l’Usage est declaré, comme icy. (p. 553)11

  • 12 Voir p. *493-499, 147-160, 457-459, 585-593.
  • 13 Voir aussi « Quelque chose », p. 220.
  • 14 Voir Securité (p. 43-44), Vomir des injures (p. 127-128), Il sied (p. 539-541).

14Si dans toutes ces remarques Vaugelas met l’accent sur l’indépendance du français par rapport au latin, sur les idiotismes et sur les particularités du vernaculaire, il existe davantage d’observations dans lesquelles soit il note les ressemblances entre l’usage en français et l’usage en latin, soit il a recours au latin pour justifier un usage ou une règle de français ou pour expliquer une exception à une règle générale. Il est frappant de constater qu’il y a même quelques remarques où il cite des exemples latins (parfois accompagnés d’autres langues) pour illustrer l’idée qu’il y a des principes et des usages qui sous-tendent toutes les langues. Dans le domaine de la morphologie, par exemple, il note qu’en toutes les langues les formes des différents temps verbaux « se diversifient tousjours autant qu’il se peut » (p. 452), citant l’exemple du verbe latin amo, amabam, amavi, amaveram et amabo. Des exemples latins sont fréquemment donnés pour illustrer un principe général, qu’il s’agisse de l’usage des synonymes, des constructions dites pléonastiques, de la narration historique, ou des équivoques qui sont parfois impossibles à éviter12. Il mentionne également des parallélismes entre des constructions françaises et latines : la différence entre soy/eux s’apparente à celle entre suus/ipse (p. *491), la construction exemplifiée par les plus grands Capitaines de l’antiquité, ce furent Alexandre, Cesar, Hannibal, etc. est comparable aux constructions domus antra fuerunt, omnia pontus erat (p. 305-307)13. Les parallèles ne se limitent pas à la morphosyntaxe : l’adaptation de mots grecs se fait de façon semblable en latin et en français (p. 202-209) et les mots apparentés ont souvent le même sens14, même s’il s’agit d’une signification jugée mauvaise par Vaugelas, comme c’est le cas pour solliciter dans le sens de « servir, secourir, assister un malade » (p. 57, 472-474).

  • 15 Voir p. 1-3, 198-201. Notons qu’il introduit également des termes techniques latins, par exemple hi (...)
  • 16 Voir aussi p. 53, 247, 360-361, 264-365, 447-448, 516-518, 521-525.

15À la différence des cas évoqués ci-dessus, il existe de nombreuses remarques dans lesquelles Vaugelas a recours au latin pour expliquer ou justifier une règle ou un usage en français. Il est notable que tous les domaines linguistiques sont touchés. En ce qui concerne la phonétique, il explique comment savoir si un h est aspiré ou non par référence à l’étymologie, malgré son but d’adapter son contenu à un public qui n’a pas forcément eu une éducation en latin15 ; la même stratégie est employée pour les mots qui commencent par adm- (p. 440). Dans une quinzaine d’observations, il fait référence au latin pour justifier la forme d’un mot ou d’une expression française ; citons en tant qu’exemples, particularité (p. 44), date (p. 342-343), conjurateur (p. 518-519) ou fil de richar (p. 410)16. Dans le cas de delice (p. 249), il indique que le mot français est féminin et ne s’emploie qu’au pluriel comme deliciæ en latin. Il va jusqu’à soutenir que pour beaucoup de mots français, comme debiteur, plus ils ressemblent au latin, plus ils sont français (p. 513-514).

16L’argumentation employée dans la remarque sur Pluriel est d’un grand intérêt dans ce contexte (p. 468-470) et explique peut-être pourquoi il ne se sent pas gêné d’adopter des positions apparemment contradictoires. Il commence par noter qu’il utilise toujours la forme pluriel, quoique tous les grammairiens français aient toujours écrit plurier. Il continue :

La raison sur laquelle je me fonde est, que venant du Latin pluralis, où il y a une l, en la derniere syllabe, il faut necessairement qu’il la retienne en la mesme syllabe au François, parce que je pose en fait, que nous n’avons pas un seul mot pris du Latin, soit adjectif, ou substantif, qui ne retienne l’l quand elle se trouve en la derniere ou penultiesme syllabe Latine, où il y ait une l.

17 Il se croit pourtant obligé de répondre à « un excellent esprit » qui lui reproche de ne pas suivre son principe fondamental de suivre l’usage contre le raisonnement : dans ce cas, l’usage serait douteux, parce qu’on ne peut pas discerner s’il y a un r ou un l à la fin et par conséquent il faut avoir recours à ce qu’il appelle l’« analogie » pour dissiper le doute.

  • 17 Vaugelas se sert également du latin pour gloser un sens ou un usage en français, tel que personne ( (...)
  • 18 Voir Préface II, 3 : « Il est certain que la Cour est comme un magazin, d’où nostre langue tire qua (...)
  • 19 Voir aussi Sur, & dessus, p. 555-557.

18Quant à la sémantique, la référence au latin peut servir à différencier des termes apparentés tels que propreté/propriété (p. 5-6), lors/alors (p. 225-228), consommer/consumer (p. 300-302) ou vers/envers (p. 373-374)17. Elle peut également faire comprendre le sens d’un néologisme calqué du latin (insidieux, p. 39 ; transfuge, p. 448-449)18. La morphosyntaxe n’est pas exclue de cette démarche. Le choix entre quel (le) et quelque s’explique une fois qu’on comprend que ce quelque « n’est pas simplement le qualis, ou l’aliquis des Latins, mais le qualiscumque, d’où nostre quelque, a esté tiré sans doute en ce sens là » (p. 138)19.

19Il est donc évident que même si Vaugelas s’efforce de souligner l’indépendance du français par rapport au latin, il n’hésite pas à avoir recours au latin pour justifier des règles ou des usages quand cela lui est utile. Ces deux stratégies opposées peuvent même se côtoyer dans une seule remarque. Prenons le cas de l’observation qui traite des monosyllabes (p. 129-130) : Vaugelas commente qu’il n’est vicieux ni en latin ni en français de mettre plusieurs monosyllabes de suite. La justification de cet usage n’est pourtant pas identique pour les deux langues : si en latin c’est parce qu’il y en a fort peu, en français au contraire c’est parce que l’oreille y est accoutumée. Il hésite également entre les deux positions dans ses commentaires méthodologiques. Dans une première observation, il recommande « Que dans les doutes de la langue il vaut mieux pour l’ordinaire, consulter les femmes, et ceux qui n’ont point estudié, que ceux qui sont bien sçavans en la langue Grecque, et en la Latine » (p. 503-505) ; comme les constructions sont différentes en latin, il vaudrait mieux suivre cette politique si l’on veut avoir un jugement authentique et naïf. Dans la remarque suivante, pourtant, il recommande de se servir du latin pour élucider une construction française si l’informateur connaît le latin (p. 506). Autre paradoxe : parmi les principes généraux identifiés pour toutes les langues, il note que chaque langue possède des locutions ou façons de parler que l’usage « a establie[s] contre la Reigle, & qui [ont] comme secoüé le joug de la Grammaire » (Une partie du pain mangé, p. 375) et il indique à quatre reprises le dicton de Quintilien selon lequel « aliud est Latine, aliud Grammatice loqui ». Pour justifier la construction « estrange » représentée par perdre le respect à quelqu’un (p. *462-*463), il juge qu’il suffit d’alléguer la construction latine dabis mihi pœnas, qui, si on la prend au pied de la lettre, semble dire le contraire de ce qu’on voudrait signifier.

20Pour terminer, il faut peut-être poser la question : Vaugelas était-il bon latiniste ? Ménage le nie et maintient que :

M. de Vaugelas estoit un fort honneste homme : ce que j’estime beaucoup plus que d’estre un savant homme : mais ce n’estoit pas un savant homme. Je connois une personne qui lui a fourni tous les passages Grecs, Latins et Italiens, qui sont dans son livre. (Ménage 1676, p. 70)

21Il fait mention d’omissions et d’erreurs chez Vaugelas ; il note par exemple qu’il « se trompe manifestement […], en disant que le nombre est petit des noms propres tant Grecs que Latins, qui se terminent en o » (1676, p. 321). Il semble cependant que toutes ses critiques ne soient pas fondées. Il conteste sans raison, par exemple, le jugement de Vaugelas selon lequel les verbes défaire, dédire, désarmer sont dérivés des verbes simples avec le préfixe dé(s)-, préférant plutôt les étymologies disfacere, disdicere (p. 97). L’observation de Vaugelas qui traite de l’accord de l’adjectif avec deux substantifs de différent genre (p. 82-85) suggère pourtant que Ménage avait quelquefois raison. Vaugelas considère s’il faut dire ce peuple a le cœur & la bouche ouverte ou ouverts à vos louanges. À son avis :

Il faudroit dire, ouverts, selon la Grammaire Latine, qui en use ainsi, pour une raison qui semble estre commune à toutes les langues, que le genre masculin estant le plus noble, doit predominer toutes les fois que le masculin et le feminin se trouvent ensemble ; mais l’oreille a de la peine à s’y accommoder, parce qu’elle n’a point accoustumé de l’ouir dire de cette façon, et rien ne plaist à l’oreille, pour ce qui est de la phrase et de la diction, que ce qu’elle a accoustumé d’oüir. Je voudrois donc dire, ouverte, qui est beaucoup plus doux, tant à cause que cét adjectif se trouve joint au mesme genre avec le substantif qui le touche, que parce qu’ordinairement on parle ainsi, qui est la raison decisive, et que par consequent l’oreille y est toute accoustumée. (Vaugelas 1647, p. 83)

  • 20 Je tiens à remercier Bernard Colombat pour avoir attiré mon attention sur ce point.

22Le problème avec cette analyse qui se base sur une distinction entre la grammaire latine et l’usage en français est que dans les cas de ce type, l’accord ne se fait pas au pluriel en latin20. Vaugelas ne le savait-il pas ? Ou utilisait-il « la grammaire latine » ici avec un sens étendu et flou pour faire référence à la règle générale de l’accord en nombre ?

23Pour conclure, il est évident que Vaugelas était toujours hanté par la grammaire latine, malgré son désir de publier un ouvrage destiné aux gens, et surtout aux femmes, qui n’avaient pas de bonnes connaissances des langues classiques. D’une façon paradoxale, la comparaison avec le latin semble à la fois aller à l’encontre de son désir de décrire le bon usage et de se concentrer sur les particularités et les cas douteux du français, et l’aider précisément à identifier et célébrer ces particularités.

Bibliographie

Corpus des volumes de remarques sur la langue française (ordre chronologique)

Vaugelas Claude Favre de, Remarques sur la langue françoise (1647).

Dupleix Scipion, Liberté de la langue françoise dans sa pureté (1651).

Macé Jean, Methode universelle pour apprandre facilemant les langues, pour parler puremant et escrire nettemant en françois (1651).

Buffet Marguerite, Nouvelles Observations sur la langue françoise (1668).

La Mothe Le Vayer François de, Lettres touchant les nouvelles remarques sur la langue françoise (1669 [1647]).

Ménage Gilles, Observations de Monsieur Ménage sur la langue françoise (1675 [1672]).

Ménage Gilles, Observations de Monsieur Ménage sur la langue françoise. Segonde partie (1676).

Bouhours Dominique, Remarques nouvelles sur la langue françoise (1692 [1675]).

Alemand Louis-Augustin, Nouvelles Observations, ou Guerre civile des François, sur la langue (1688).

Andry de Boisregard Nicolas, Réflexions, ou Remarques critiques sur l’usage present de la langue françoise (1692 [1689]).

Vaugelas Claude Favre de, Nouvelles Remarques de M. de Vaugelas sur la langue françoise. Ouvrage posthume. Avec des Observations de M*** [Louis-Augustin Alemand] (1690).

Bouhours Dominique, Suite des Remarques nouvelles sur la langue françoise (1693 [1692]).

Andry de Boisregard Nicolas, Suite des Réflexions critiques sur l’usage present de la langue françoise (1693).

Tallemant Paul, Remarques et decisions de l’Académie françoise (1698).

Académie française, Observations de l’Académie Françoise sur les Remarques de M. de Vaugelas (1704).

Références

Auroux Sylvain, 1992, « Introduction. Le processus de grammatisation et ses enjeux », dans Sylvain Auroux éd., Histoire des idées linguistiques, t. II, Bruxelles, P. Mardaga, p. 11-64.

Ayres Wendy, 1983, « A study in the genesis of Vaugelas’s Remarques sur la langue françoise : the Arsenal manuscript », French Studies, 37, p. 17-34.

Ayres-Bennett Wendy et Seijido Magali, 2011, Remarques et Observations sur la langue française. Histoire et évolution d’un genre, Paris, Classiques Garnier.

Vaugelas Claude Favre de, 1647, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris, J. Camusat et P. le Petit.

Notes

1 Vaugelas 1647, p. 86-87.

2 L’étude se fonde sur le Corpus des remarques sur la langue française (xviie siècle) (dir. W. Ayres-Bennett), Paris, Classiques Garnier Numérique, 2011. Je donne une liste de titres courts des textes à la fin de l’article ; pour les références bibliographiques complètes, voir le Corpus.

3 Les chiffres, qui indiquent ce qui a été codé comme exemple latin, etc., sont évidemment approximatifs, mais ils donnent une idée claire de la relative importance des langues citées par les remarqueurs.

4 Il faut noter que l’Académie ajoute relativement peu d’exemples latins car la grande majorité sont ceux déjà cités par Vaugelas.

5 Ces différences sont étudiées dans Ayres-Bennett et Seijido (2011).

6 Je ne traiterai ici que des Remarques de 1647. Les Nouvelles Remarques (1690) comprennent pour la plupart les observations que Vaugelas a choisi de ne pas publier en 1647 (voir, par exemple, Ayres 1983) ; elles sont accompagnées des commentaires de Louis-Augustin Alemand.

7 Je ne prends évidemment pas en compte les cas où « latin(e)(s) » figure dans un exemple (« il sçait la langue Latine & la langue Grecque ») ni les cas où il est utilisé dans un contexte tel que « oracle latin ». Je n’analyserai pas non plus dans le détail des références relativement peu fréquentes au latin dans la Préface, par exemple l’explication de la différence entre peuple et populus ou la décision de ne pas adopter une présentation selon les parties d’oraison associée à la grammaire latine et qui serait plus adaptée à un ouvrage érudit.

8 Notons que quelquefois le grec est associé au latin dans les comparaisons ; ce point n’est pas développé ici.

9 Vaugelas 1647, p. 66-73, 143-146, 391-392.

10 Ou grec en ce qui concerne orthogaphe.

11 Voir aussi « Liberal arbitre » (p. 92-93).

12 Voir p. *493-499, 147-160, 457-459, 585-593.

13 Voir aussi « Quelque chose », p. 220.

14 Voir Securité (p. 43-44), Vomir des injures (p. 127-128), Il sied (p. 539-541).

15 Voir p. 1-3, 198-201. Notons qu’il introduit également des termes techniques latins, par exemple hiatus (p. 451).

16 Voir aussi p. 53, 247, 360-361, 264-365, 447-448, 516-518, 521-525.

17 Vaugelas se sert également du latin pour gloser un sens ou un usage en français, tel que personne (p. 6-9) ou si, pour adeo (p. 63).

18 Voir Préface II, 3 : « Il est certain que la Cour est comme un magazin, d’où nostre langue tire quantité de beaux termes pour exprimer nos pensées, et que l’Eloquence de la chaire, ny du barreau n’auroit pas les graces qu’elle demande, si elle ne les empruntoit presque toutes de la Cour. Je dis presque, parce que nous avons encore un grand nombre d’autres phrases, qui ne viennent pas de la Cour, mais qui sont prises de tous les meilleurs Autheurs Grecs et Latins, dont les despoüilles font une partie des richesses de nostre langue, et peut-estre ce qu’elle a de plus magnifique et de plus pompeux ».

19 Voir aussi Sur, & dessus, p. 555-557.

20 Je tiens à remercier Bernard Colombat pour avoir attiré mon attention sur ce point.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search