Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Deuxième partie. Grammatisations, outillages et descriptions des langues

Les langues du continent africain : avatars d’une classification

Emilio Bonvini

Texte intégral

1Les essais de classifications systématiques des langues du continent africain ont véritablement débuté au xixe siècle, à la suite du développement de la linguistique en tant qu’étude des relations génétiques entre langues. Le terme même de linguistique fut utilisé pour la première fois en français en 1812 (Auroux, 1996, p. 3, no 2). Deux siècles après, en ce début de xxie siècle, la classification des langues africaines, constamment remise en chantier, est toujours à la recherche d’exactitude et d’exhaustivité, malgré les efforts multiples successivement déployés. Stimulée par l’acquisition constante de données nouvelles, parfois réfractaires à tout classement, l’entreprise de classification équivaut davantage à une quête inassouvie et sans cesse « rêvée ». Montrer les différentes étapes de la mise en place progressive d’un tel classement est l’objet principal du présent texte. Il s’agira moins de stigmatiser les diverses tentatives historiques de classification des langues du continent africain que de repérer le fil conducteur qui a amené le descripteur à décider de l’appartenance d’une langue donnée ou d’un groupe de langues à un ensemble plus vaste.

2Sur le plan historique, la découverte et la description des langues du continent africain a été contemporaine des grands événements géopolitiques qui ont affecté ce continent : découverte géographique et appropriation progressive de l’intérieur du continent (1800-1880) ; partage de l’Afrique par les puissances européennes (1880-1913), colonisation européenne (1914-1939), fin des empires coloniaux (1940-1983) et accès quasi simultané de nombreux pays africains à l’indépendance (1960). Pendant cette longue période, l’inventaire des langues africaines s’est considérablement accru, passant de quelques dizaines de langues, dans sa phase initiale, à plusieurs centaines de langues au cours du xxe siècle, avant d’atteindre et dépasser largement le millier (2 000 pour certains) dans sa phase la plus récente. Rythmée, dans une certaine mesure, par le contexte particulier de ces événements successifs, la classification de l’ensemble des langues du continent africain a évolué différemment : plutôt tâtonnante et aléatoire au xixe siècle, davantage sectorisée pendant la période coloniale, elle fut étendue à l’échelle de tout le continent une fois l’indépendance acquise.

3Au plan épistémologique, tout au long de ces deux siècles, quatre principaux critères classificatoires ont généralement prévalu, alternant ou se combinant entre eux en des proportions variables selon les époques, les écoles et les individus : 1) géographiques ; 2) anthropologiques (ethnographiques) ; 3) typologiques ; 4) généalogiques (Bonvini 2007, p. 115).

4Dans l’exposé qui suit, seules les classifications à grande échelle seront prises en considération, réparties en trois sections correspondant aux principales périodes mentionnées ci-dessus.

1800-1880 : la classification des langues africaines lors de la découverte de l’intérieur du continent

5Les classifications les plus marquantes de cette période ont été réalisées par les auteurs suivants :

Adelung, Johann C. et Johann S. Vater

6Adelung Johann C. et Johann S. Vater, 1812, Mithridates, Oder allgemeine Sprachkunde, vol. 3, 1re partie, Berlin. (Le Notre Père en plus de 500 langues dont certaines sont africaines)

7Cette classification distingue, au Nord, les langues berbères, au Sud, les langues bushman et hottentot et, entre les deux, les langues d’Afrique centrale. Adelung compare de courtes listes de mots et parvient à constituer des sous-groupes : « Mandingo », « Amina » (akan) et « Congo », sans toutefois établir des liens avec les autres langues bantu.

Adrien Balbi (1782-1848)

8Balbi Adrien, 1826, Atlas ethnographique du globe ou classification des peuples anciens et modernes d’après leurs langues, Paris, Rey et Gravier.

9L’auteur propose un classement géographique qui divise les langues d’Afrique en cinq zones géographiques : région du Nil, région de l’Atlas, Négro maritime de Guinée et de Sénégambie, région sud-africaine, Soudan et intérieur.

Sigismund Wilhelm Koelle (1823-1903)

10Koelle Sigismund W., 1854, Polyglotta Africana ; or a comparative vocabulary of nearly three hundred words and phrases, in more than one hundred distinct African languages, Londres, Church Missionary House.

11Cet ouvrage, de grande ampleur, est un texte pionnier qui exerça une influence majeure sur les classifications ultérieures. L’auteur, missionnaire et linguiste allemand à Freetown (Sierra-Leone), y compare 300 termes environ, tirés de 200 vocabulaires recueillis auprès d’esclaves libérés (environ 70000 à l’époque). Sa classification est à la fois géographique et typologique. Les langues y sont réparties du nord au sud, et classées ensuite sur la base du seul critère structural de la présence ou absence d’affixes de classes nominales. Douze sections ont ainsi été établies :

  1. North-West Atlantic Languages

  2. North-Western High Sudan or Mandeŋa family of languages

  3. Upper-Guinea Languages or Middle-Coast Languages

  4. North-Eastern High Sudan Languages

  5. Niger-Delta Languages

  6. Niger-Dshadda Languages, or Nṹpe Group

  7. Central African Languages

  8. Átam Languages

  9. Mókō Languages

  10. Koŋgō ŋgóla Languages

  11. South-Eastern Languages

  12. Unclassified and Isolated Languages

  • 1 « ... distinguishing themselves, like those of South Africa, by Prefixal Changes, or an Initial Inf (...)
  • 2 « South African Languages, distinguished by an initial inflection » (p. 10).

12Selon la remarque même de l’auteur, les langues North-West Atlantic « ... se distinguent, comme celles du Sud de l’Afrique, par des changements pré-fixaux ou une flexion initiale »1 (p. 1). C’est également en fonction de ce critère que sont regroupées les sections VIII à XI, sous le titre : « Langues du Sud de l’Afrique qui se distinguent par une flexion initiale »2 (p. 10) et qui correspondent aux parlers bantu et semi-bantu.

Wilhelm Heinrich Immanuel Bleek (1827-1875)

13Bleek Wilhelm H. I., 1851, De nominum generibus linguarum Africae australis, Copticae, Semiticarum aliarumque sexualium, Bonn, Carolis Georgius.

14— 1855, « On the languages of western and southern Africa », Transactions of the Philological Society, Philological Society & Blackwell Publishing, p. 40-50.

15— 1862, A Comparative Grammar of South African Languages, 1re partie : Phonology, Londres, Trübner.

16— 1869, A Comparative Grammar of South African Languages, 2e partie : The Concord, Londres, Trübner.

17Allemand, linguiste de formation et élève de Lepsius, sa contribution à la linguistique africaine fut décisive pour les recherches ultérieures, notamment dans le domaine bantu, dont il a forgé le terme même. Du point de vue comparatif, il opéra un rapprochement entre les langues des Hottentots et les langues du Nord de l’Afrique, mais c’est tout particulièrement sa vision classificatoire qui a été déterminante : d’une portée plus générale – non exempte d’ailleurs d’une certaine vision organiciste et évolutionniste du langage (voir Bonvini 2007, p. 118-122) –, elle a dégagé trois catégories de langues pour l’Afrique : a) les langues sans genre (Genderless Languages) : Afrique du Nord (Bornu, Mandenga, etc.) ; b) les langues à dénotation sexuelle (Sex-denoting Languages) et à suffixe pronominal : hottentot, égyptien ; c) les langues à opposition naturelle du nombre (pour les êtres raisonnables) à préfixe pronominal : langues bâ-ntu, incluant le cafre, mais aussi un nombre considérable de langues de l’Afrique de l’Ouest, dont les langues gōr (fulah, wolof, ga, etc.) puisqu’à cette époque, Bleek était d’avis que la famille bâ-ntu incluait aussi des langues ouest-africaines.

Friedrich Müller (1834-1898)

18Müller Friedrich, 1876-1888, Grundriss der Sprachwissenschaft, Vienne, A. Hölder.

19Linguiste autrichien, il s’appuie sur des traits nettement biologiques en vue d’établir un parallèle entre « races » et langues. À l’appui de critères ethnographiques et anthropologiques, il subdivise les langues en six sections :

  1. Semitic

  2. Hamitic

  3. Nuba-Fula

  4. Negro

  5. Bantu

  6. Hottentot-Bushman

20Dans ce classement, Müller refuse le rapprochement hottentot-hamitic suggéré par Bleek ; il sépare ensuite le negro du bantu et crée un nouveau groupe, le nuba-fula (nubien-peul). Cette innovation, linguistiquement infondée, perturbera sensiblement et pendant des décennies les classifications ultérieures des langues africaines.

Karl Richard Lepsius (1810-1884)

21Lepsius, Karl R., 1880, Nubische Grammatik mit einer Einleitung über die Völker und Sprachen Afrika’s, Berlin, Verlag von Wilhelm Hertz.

22Le grand égyptologue allemand, dans l’introduction Völker und Sprachen Afrika’s (p. i-cxxvi) à sa description grammaticale du nubien, établit une classification d’ensemble des langues du continent africain (Die Sprachen Afrika’s) basée sur deux critères distincts, géographique et typologique, ce dernier faisant appel à douze traits morphologiques et syntaxiques, détaillés aux p. xx-xxxii. Son classement (p. xvii-xviii) – ci-dessous non complété par les noms des langues citées dans le texte original – sépare trois grands domaines génétiques des langues du continent :

  1. Langues Négro proto-africaines (Urafrikanische Negersprache)

    1. Bantu (Bāntu-Negersprachen)

    2. Mixtes (Misch-Negersprachen)

  1. Hamitique (Hamitische Sprachen)

    1. Égyptien

    2. Langues Lybiques (Libysche Sprachen)

    3. Couchitique

    4. Hottentot (Hottentottisch) (Koinkoin)

  1. Sémitique (Semitische Sprachen)

    1. Habesh

    2. Arabe

23Lepsius semble considérer comme « originels » le bantu et le hamitique, mais il introduit de fait une hiérarchisation à l’égard des autres langues du continent, désignées par le terme de « mixtes », soit parce qu’elles ne comportent pas d’affixes nominaux, ni de genres grammaticaux sexuels, soit parce qu’elles se caractérisent par des préfixes nominaux en certains cas ou par des ressemblances avec le hamitique dans d’autres. Dans la perte progressive des affixes nominaux, Lepsius semble lire une dégradation de l’originel africain :

  • 3 « These scattered languages are without exception a product of the great, partly hostile, partly pe (...)

Ces langues dispersées sont, sans exception, le produit d’une vaste confrontation, partiellement hostile, partiellement pacifique, entre des langues de l’originel Africain [c.-à-d. Bantu] et des langues de l’intrus Asiatique [c.-à-d. Afro-Asiatique]. (Lepsius 1880, p. xix, traduction de Williamson 1989, p. 5)3

24Des langues de type ewe (langue « gbe »), à la fois monosyllabiques et avec des préfixes nominaux à l’état de traces, auraient ainsi subi une réduction de formes complexes. De ce fait, elles ne seraient pas des langues « originelles ». Il classe aussi le peul parmi ces langues, en évoquant à son égard une influence « lybique » sur les Fulbé. On notera également son hésitation concernant le classement de l’hottentot, suggérée par la mise entre parenthèses (IV).

1880-1960 : la classification des langues africaines pendant la période coloniale

25L’exploration systématique du continent africain a contribué assurément à élargir l’inventaire des langues africaines et à préciser leur distribution géographique. Cependant, la mise en place progressive de la politique coloniale européenne s’est accompagnée aussi d’une hiérarchisation inédite des langues co-présentes : sur le plan sociopolitique, les langues autochtones africaines ont été déclassées face aux langues européennes des colonisateurs, désormais présentes sur le continent et jouant un rôle de plus en plus prédominant. Concernant le classement interne des langues africaines, un tournant décisif eut lieu aussi : vers la fin du xixe siècle, on assiste aux derniers relents du recours aux critères classificatoires de type anthropologique (ethnographiques) et on s’oriente, dès la première partie du xxe siècle, vers une construction comparative de type génétique. Des essais classificatoires de grande envergure seront alors réalisés en référence au modèle indoeuropéen, certains pour l’intégrer, d’autres, ce sera le cas de Joseph H. Greenberg (1963), pour le dépasser par une nouvelle voie exploratoire. Dans cette période, trois auteurs se détachent tout particulièrement :

Carl Meinhof (1857-1944)

26Meinhof Carl, 1899, Grundriss einer Lautlehre der Bantusprachen, Leipzig.

27— 1906, Grundzüge einer vergleichenden Grammatik der Bantusprachen, Berlin, Reimer. — 1911, « Das Ful in seiner Bedeutung für die Sprachen der Hamiten, Semiten

28und Bantu », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 65, p. 177-220. — 1912, Die Sprachen der Hamiten, Hamburg.

29Linguiste allemand, de grande notoriété à son époque, il s’est illustré par sa reconstruction du proto-bantu (Ur-Bantu), élaborée conformément aux techniques des néogrammairiens. Il s’est aussi distingué par ses prises de positions sur la classification des langues africaines, notamment par rapport à Lepsius. Ainsi, il estimait qu’une langue comme l’ewe relèverait plutôt d’un type originel différent de langues, nommé « sudanic » (soudanais), retenant de ce fait non pas deux, mais trois familles originelles de langues : « hamitic », « sudanic » et « bushman », subdivision fondée sur la présence ou l’absence des genres, sexuels ou non, tant au niveau des substantifs que des personnes verbales. D’où les conséquences suivantes : a) le fula (peul), possédant le plus grand nombre de classes nominales, a été promus, en tant que langue « classificatrice », au rang de représentant le plus archaïque du « hamitic » ; b) le « hamitic » a été considéré comme susceptible d’influencer les deux autres familles, différenciant ainsi les langues en originelles « pures » et langues plus ou moins mélangées ; c) les langues hottentotes seraient issues de l’influence du « hamitic » sur le « bushman » ; d) le bantu, contrairement à la position de Lepsius et de Müller, résulterait de l’influence d’une langue classificatrice « hamitic » sur les langues soudanaises, « fula » (peul) dans ce cas ; e) le soudanais serait aussi susceptible de corrompre une langue « hamitic », et de donner naissance, par ce biais, aux groupes nilo-hamitique (exemple maasai, à l’est) et tchadohamitique (exemple hausa à l’ouest) (Bonvini 2007, p. 127). Ces élucubrations, dans leur ensemble, ont été par la suite rejetées comme infondées.

Maurice Delafosse (1870-1926)

30Delafosse Maurice, 1912, Haut-Sénégal-Niger (Soudan français), t. I, Le pays, les peuples, les langues, Paris, E. Larose.

31Delafosse, Maurice et Caquot André, 1952 [1924], « Les langues du Soudan et de la Guinée », Les Langues du monde, Meillet, Antoine et Cohen, Marcel, Paris, Honoré Champion, p. 737-845.

32Africaniste et linguiste comparatiste français, officier territorial dans l’Ouest africain, M. Delafosse a réfuté comme absolument inadmissible le rattachement du peul à la famille hamitique, et l’envisagea comme « une famille à part... à grouper avec les autres familles soudanaises et avec la famille bantoue » (1912, p. 418-419). Néanmoins, il affirma aussi « qu’une bonne partie tout au moins du peuple peul actuel n’appartient pas originairement à la race noire » (ibid., p. 198). Sa classification des langues se rapproche de celle de Koelle par ses dix-sept groupes, géographiquement délimités, énumérés d’est en ouest et du nord au sud. Cependant, comme le souligne Gabriel Manessy (1981, p. 2), elle s’en distingue par son postulat de l’unité originelle des langues négro-africaines et par sa méthode de classement. Cette dernière consiste à évaluer les divergences des parlers actuels par rapport à un modèle commun, supposé ancestral.

Diedrich Hermann Westermann (1875-1956)

33Westermann Diedrich, 1911, Die Sudansprachen : eine sprach-vergleichende Studie, Hambourg.

34— 1927, Die westlichen Sudansprachen und ihre Beziehungen zum Bantu, Berlin.

35— 1952, « African linguistic classification », Africa, XXII, p. 250-256.

36Westermann Diedrich, and et Bryan M. A., 1952, Languages of West Africa, Handbook of African Languages, 2e partie, Londres, Oxford University Press.

37Missionnaire allemand, africaniste et linguiste, disciple de Meinhof, il est aussi considéré comme l’un des fondateurs de la linguistique africaine moderne. Sa figure a dominé toute la première moitié du xixe siècle par la diversité et l’étendue des thèmes abordés, la variété des langues traitées et le nombre imposant de ses publications. À l’égard du comparatisme et de la classification des langues, c’est son parcours qu’il convient de relever. Ses travaux furent d’abord de comparaison historique (1911 ; 1927), appliqués géographiquement à une zone complémentaire à celle de son maître, désignée à l’époque comme Soudan, allant du Sénégal jusqu’au Kenya. Cependant, comme le relève à juste titre Gabriel Manessy (1981, p. 2), « les considérations typologiques y prirent peu à peu une importance croissante, jusqu’à aboutir à une classification dont les implications généalogiques ne sont pas exclues, mais où les ressemblances morphologiques et syntaxiques jouent dans la définition des groupes un rôle prédominant ». Le résultat de cet acquis typologique a servi de base à la répartition en dix sections des langues parlées de l’Atlantique au Tchad, objet de l’ouvrage Languages ofWest Africa (1952), bien que le cadre général ait été fourni par la classification généalogique de Westermann (1927). Il s’agit des dix sections suivantes :

  1. West-Atlantic languages

  2. Mande languages

  3. Songhay

  4. Kru language Group

  5. Gur languages

  6. Kwa languages

  7. Isolated groups or units (Class languages)

  8. Isolated groups or units (non-Class languages)

  9. Chadic languages

  10. Chado-Hamitic languages

38Par la suite, cette entreprise classificatoire sera étendue à d’autres domaines, réalisée cependant par d’autres auteurs, respectivement : A. N. Tuckerand et M. A. Bryan (1956), The non-Bantu Languages of North-Eastern Africa, et M. A. Bryan (1959), The Bantu Languages of Africa.

1960-2000 : la classification des langues africaines dans l’Afrique indépendante

39À partir des années soixante, le clivage politique hérité des colonies disparaît au profit d’une recherche plus internationale et thématiquement plus différenciée, réalisée par des linguistes professionnels, le plus souvent dans le cadre de projets de recherche officiellement reconnus, universitaires ou organismes spécialisés de recherche (universités américaines, SOAS pour l’Angleterre, CNRS pour la France), parfois confessionnels (Summer Institute of Linguistics, actuellement SILInternational). Ces mêmes linguistes – secondés souvent par l’apport de locuteurs natifs, étudiants africains en formation universitaire à l’étranger – ont porté un regard rénové, sinon plus distancé, sur l’identité et le statut des langues étudiées. Leurs travaux aussi se sont distingués par des préoccupations davantage méthodologiques et théoriques d’ordre plus général. La linguistique africaniste a ainsi joui, notamment aux alentours des années quatre-vingt, d’une impulsion nouvelle en tant que discipline, secondée par le recours à des technologies jusque là inconnues, informatiques en particulier, qui ont facilité aussi bien une collecte étendue et différenciée des données qu’une analyse automatique et instantanée des matériaux (étude des sons et des tons en particulier), en plus d’échanges d’information quasi immédiats et de type planétaire entre linguistes. La configuration et le contexte de la recherche sur les langues africaines ont de ce fait changé : désormais, l’acquisition et le cumul des connaissances ont été assujettis à une compétition internationale dans laquelle l’immédiateté de l’information et les aléas du financement des projets de recherche n’ont cessé et ne cessent de jouer un rôle déterminant.

40C’est dans ce contexte postcolonial qu’il convient de replacer la question de la classification des langues africaines, aussi bien dans son approche que dans ses résultats. Dans ce nouveau cadre, la figure de Joseph Greenberg a joué un rôle pivot, ayant servi de référence à toute tentative nouvelle de classification.

Joseph Harold Greenberg (1915-2001)

41Greenberg Joseph H., 1963, The Languages of Africa, La Haye, Mouton.

42The Languages of Africa, édition revue d’une édition antérieure (1955) publiée d’abord sous forme d’articles de 1949 à 1954, est une œuvre de premier plan dans l’histoire de la classification des langues africaines, à la fois par sa rupture avec les traditions classificatoires antérieures et par le renouvellement méthodologique proposé. Dans cette œuvre, Greenberg rejette les relations antérieurement établies : entre « hottentot-bochiman » et « chamito-sémitique », entre bantu et les langues du « Négroland », entre fulfulde (peul) et le nuba et, par ricochet, entre le « chamitique » et le bantu. Sur le plan méthodologique, il dénonce le mélange de critères non pertinents sur le plan génétique, aussi bien linguistiques (« typologiques », comme le « genre ») que non linguistiques (« ethnographiques » ou encore « biologiques ») ne retenant que la « comparaison de masse » comme seul procédé à visée génétique, renouant ainsi, en quelque sorte, avec la méthode comparative de Sigismund W. Koelle, caractérisée essentiellement par une enquête massive préalable. Ses propositions principales sont : a) la suppression du « chamitique » au sein du « chamito-sémitique », désigné d’ailleurs par le terme plus neutre d’« afro-asiatique » ; b) le repositionnement du « hottentot-bochiman » au sein du khoisan et du fulfulde dans l’« Ouest-Atlantique » ; c) le traitement du bantu non plus comme un groupe distinct, mais comme un sous-groupe dans un ensemble plus large dénommé « bénoué-congo », ce dernier faisant à son tour partie de la famille désignée successivement comme « niger-congo », puis « niger-congo-kordofan », par l’intégration de la famille kordofan, et finalement « niger-kordofan ». Il en résulta une répartition en quatre grandes familles de l’ensemble des langues du continent africain : 1) « afroasiatique » ; 2) « niger-kordofanien » ; 3) « nilo-saharien » ; 4) « khoisan » (Bonvini 2011, p. 8). Dans ses grandes lignes, cette répartition a servi, par la suite, de référence commode dans les travaux qui ont suivi, adoptée souvent pour des raisons pratiques, mais aussi continuellement remise en cause au plan méthodologique.

43Contestée presque aussitôt, la classification de Greenberg stimula parallèlement d’autres essais classificatoires, méthodologiquement différents, bien que d’application généralement plus limitée, notamment par ordre chronologique :

  1. la classification lexicostatistique des langues gur (voltaïque) inaugurée par Morris Swadesh (1966) et John Theodor Bendor-Samuel (1965), fondée sur l’utilisation du vocabulaire de base en vue d’établir des liens généalogiques et leur attribuer une profondeur historique (glottochronologie). Cette tentative a été critiquée par Gabriel Manessy (1979) qui lui substitua une classification généalogique des mêmes langues, estimant que la méthode comparative, beaucoup plus lente mais aussi beaucoup plus sûre, rendait possible de démontrer, et non pas seulement d’affirmer, la parenté de langues, si appliquée à un domaine limité ;

  2. la monumentale étude de Malcolm Guthrie, parue en 1969-1970 en quatre volumes, intitulée Comparative Bantu, offrant un tableau de l’ensemble du domaine bantu, délimité en zones présentant certains traits communs ;

  3. la dialectométrie, utilisée dans la préparation de l’atlas linguistique du Kenya (Möhlig 1980), fondée essentiellement sur la comparaison de paires de dialectes.

44À partir des années quatre-vingt, les grandes subdivisions établies par Greenberg ont été aussi adoptées dans des ouvrages de référence consacrés aux langues africaines, deux notamment : a) The Niger-Congo Languages. A classification and description of Africa’s largest language family de Bendor-Samuel, J. T. et R. L. Hartell éd. (1989), incluant notamment un article introductif de fond particulièrement éclairant de Kay Williamson, « Niger-Congo overview. The Niger-Congo languages. A classification and description of Africa’s largest language family » (p. 3-45) ; b) African languages : An introduction de Heine, B. et D. Nurse éd. (2000), doté d’une mise à jour de la problématique classificatoire spécifique aux quatre grandes familles : Niger-Congo, Nilo-Saharan, Afroasiatic et Khoisan.

45Loin d’être acquise, la classification des langues africaines de Greenberg est toujours en état permanent de réfection, voire remise en cause. Les linguistes africanistes soulignent de plus en plus ses limites. À titre d’exemple, Boyd (2011, p. 86-87), spécialiste des langues adamawa-ubangi, constate, au sujet de leur diversité et de leur classement, qu’« en l’absence de toute tradition écrite, il est impossible de rendre compte de cette diversité avec certitude, car les diverses hypothèses concernant les processus historiques situés à des profondeurs temporelles importantes ne peuvent être ni confirmées ni infirmées... ». Il y ajoute aussi une observation d’ordre plus général : « le classement général des langues africaines est fondé pour l’essentiel sur la méthodologie de Greenberg. Il est modifié puis affiné en fonction : a) de quelques tentatives d’études lexicostatistiques de grande dimension, et b) des applications de la méthode comparative aux langues documentées... Or, la classification de Greenberg ne se projette pas sur un arbre généalogique..., la « comparaison massive » n’est pas un raccourci vers la reconstruction ; il s’agit d’un procédé visant uniquement la définition du plus petit nombre possible d’ensembles contenant des entités semblables ».

46C’est à l’aune de cette lucidité qu’il convient de lire les travaux des linguistes africanistes de ce début du xxie siècle, notamment de ceux qui, parfaitement conscients des acquis et des faiblesses des classifications antérieures, tentent d’explorer des voies nouvelles de classement. La publication la plus récente est celle de Gerrit Dimmendaal (2008), au titre éloquent : Language ecology and linguistic diversity on the African continent. Elle passe en revue les points de vue les plus courants en matière de diversité génétique sur le continent africain, puis elle étudie de plus près les mécanismes sous-jacents à la diversité des langues, notamment les innovations consécutives aux économies de subsistance et aux changements climatiques et les attitudes à l’égard du rôle du langage en tant que marqueur de l’identité sociale. On retiendra notamment deux points. D’abord sa réévaluation de Greenberg (1963) :

  • 4 « How well-established are the genetic units or phyla (Greenberg, 1963) ? Among the four phyla orig (...)

Jusqu’à quel point les unités génétiques, ou ‘phylums’ (Greenberg, 1963), sont-elles solidement établies ? Parmi les quatre ‘phylums’ originellement avancés par lui, le plus sûrement établi à ce jour est probablement l’Afro-asiatique (p. 2)4

47Ensuite, son constat :

  • 5 « In summarizing the current state of knowledge, the following can be stated : Apart from Afroasiat (...)

Pour résumer l’état actuel des connaissances, on peut établir ceci : en dehors de l’Afro-asiatique, du Niger-Congo et du Nilo-Saharien (ces deux derniers sous une forme modifiée ou « réduite »), peuvent être identifiées les familles de langues suivantes, ou ‘phylums’ : Khoisan du Nord, Khoisan central, en plus du Sandawe (et du parler Kwadi éteint), Khoisan du Sud, Mande, Songhay, Oubanguien, Kadu, ainsi que le groupe de langue Coman, en plus du Gumuz. Par contre, l’appartenance ou non à la branche Atlantique du Niger-Congo de toutes les langues préalablement classées par Greenberg (1963) restera un sujet de division et de discussion pendant les années à venir. À coté des ces onze (ou plus) familles de langues, ou ‘phylums’, il existe plusieurs isolats constitués d’une seule langue... Ceci aboutirait à un nombre total de dix-neuf familles de langues (ou ‘phylums’) attestées sur le continent africain, en incluant les membres à une seule langue. Plusieurs d’entre eux, en effet, pourraient constituer les derniers représentants de familles de langues éteintes depuis. (p. 7-8)5

48La plupart de ces résultats ont été acquis à la suite de la description de langues jusque-là non décrites ou considérées comme marginales. Leur prise en considération actuelle aboutit en fait à l’effondrement de la pyramide généalogique des quatre « phyla » établis, depuis quasiment cinquante ans, par Greenberg. Cet aboutissement est d’autant plus significatif qu’il permet de répondre enfin à la question soulevée par Manessy (1981, p. 3) constatant le fait qu’en dépit de la variété des critères, géographiques, typologiques, généalogiques, les divisions établies successivement par Koelle (1854), Delafosse (1924), Westermann (1927) et Greenberg (1963) concordaient largement. D’où venait cette concordance ? À première vue, estimait Manessy, l’explication la plus favorable « serait que l’Afrique noire présente l’exemple rare et quasi inespéré d’une coïncidence presque parfaite entre régions géographiques, aires typologiques et domaines généalogiques ». Il n’en est rien, puisque « l’image proposée par les diverses classifications des langues négro-africaines a toujours été le reflet des connaissances acquises et de l’organisation de la recherche au moment de leur élaboration plutôt que celui de la réalité linguistique » (ibid., p. 4).

49Le parcours historique ici esquissé illustre amplement la pertinence de la question posée par Gabriel Manessy (1981), tout en confortant sa réponse par l’évocation des résultats les plus récents de la recherche africaniste, signalés par Gerrit Dimmendaal (2008).

Bibliographie

Références

Les textes de référence commentés sont détaillés dans l’article.

Auroux Sylvain, 1996, La philosophie du langage, Paris, PUF.

Bendor-Samuel John T., 1965, « The grusi sub-group of the gur languages », The Journal of West African Languages, II, 1, p. 47-55.

Bendor-Samuel John T. et R. L. Hartell éd., 1989, The Niger-Congo Languages. A classification and description of Africa’s largest language family, Lanham, New York, Londres, SIL, University Press of America.

Bonvini Emilio, 2007, « Interférences anthropologiques dans l’histoire de la linguistique africaine », Histoire Épistémologie Langage 29/2, p. 113-130.

Bonvini Emilio, 2011, « Les langues d’Afrique et de l’Asie du Sud-Ouest » dans Bonvini et al., Dictionnaire des langues, Paris, PUF, p. 3-12.

Boyd Raymond, 2011, « L’Adamawa-Ubangi », dans Bonvini et al., Dictionnaire des langues, Paris, PUF, p. 86-89.

Dimmendaal Gerrit J., 2008, « Language ecology and linguistic diversity on the African continent », Language and Linguistics Compass, 2 (5), p. 840-858.

Guthrie Malcom, 1967-1971, Comparative Bantu. An introduction to the comparative linguistics and prehistory of the Bantu Languages, 4 vol., Farnborough, Gregg Press.

Heine Bernd et Derek Nurse éd., 2000, African Languages : An introduction, Cambridge, Cambridge University Press.

Manessy Gabriel, 1979, Contribution à la classification généalogique des langues voltaïques, Paris, SELAF.

Manessy Gabriel, 1981, « Les langues de l’Afrique noire », Les langues dans le monde ancien et moderne, I, Les langues de l’Afrique sub-saharienne, Paris, CNRS, p. 1-8.

Meeussen A. E., 1967, « Bantu grammatical reconstructions », Africana Linguistica 111 (61), p. 79-121.

Möhlig W. J. G., 1980, « L’Atlas linguistique du Kenya : méthodes et résultats », Problèmes de comparatisme et de dialectologie dans les langues africaines, L. Bouquiaux, G. Guarisma, G. Manessy éd., Paris, SELAF (Bibliothèque, 79), p. 57-83.

Swadesh Morris et al., 1966, « A preliminary glottochronology of gur languages », The Journal of West African Languages, III, 2, p. 27-65.

Williamson Kay, 1989, « Niger-Congo overview », The Niger-Congo Languages. A classification and description ofAfrica’s largest language family, J. Bendor-Samuel et R. L. Hartell. Lanham, New York, Londres, University Press of America, SIL., p. 3-45.

Notes

1 « ... distinguishing themselves, like those of South Africa, by Prefixal Changes, or an Initial Inflection » (p. 1).

2 « South African Languages, distinguished by an initial inflection » (p. 10).

3 « These scattered languages are without exception a product of the great, partly hostile, partly peaceful, encounter between the original African [i.e. Bantu] and the intrusive Asiatic [i.e. Afro-Asiatic] languages » (Lepsius 1880, p. xix, traduction de Williamson 1989, p. 5).

4 « How well-established are the genetic units or phyla (Greenberg, 1963) ? Among the four phyla originally proposed by him, the one most securely established today probably is Afroasiatic » (p. 2).

5 « In summarizing the current state of knowledge, the following can be stated : Apart from Afroasiatic, Niger-Congo, and Nilo-Saharan (the latter two in a modified or “reduced” form) the following language families or phyla can be identified : Northern Khoisan, Central Khoisan plus Sandawe (and the extinct Kwadi language), Southern Khoisan, Mande, Songhai, Ubangian, Kadu, and the Coman language group plus Gumuz. Whether all languages originally included by Greenberg (1963) in his Atlantic branch of Niger-Congo in fact belong in there will remain a bone of contention in years to come. Next to these eleven (plus) language families or phyla, there are several isolates consisting of a single language only... This would bring the total number of languages families (or phyla) on the African continent, including those with single language members, to nineteen. Several of them may indeed constitute the last representatives of language families which have become extinct » (p. 7-8).

Auteur

LLACAN, CNRS

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search