Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Première partie. Histoire, épistémologie, langage

La « perpétuité » de la langue française : horizon de rétrospection et horizon de projection

Hélène Merlin-Kajman

Texte intégral

1Sylvain Auroux a écrit des pages décisives sur l’importance, pour les sciences, de l’existence d’un horizon de rétrospection caractérisé par la co-présence du savoir : les textes et événements scientifiques passés y apparaissent dans le même temps intellectuel que celui du sujet de la connaissance, les auteurs et les discours constituant alors pour lui des sortes de contemporains théoriques avec lesquels il peut entretenir un rapport de débat actuel : tout passés qu’ils puissent être, ils ne sont pas pour autant dépassés, frappés d’une péremption automatique du fait de leur éloignement dans le temps. Ceci signifie qu’en un certain sens, du point de vue de la connaissance, le devenir historique ne les affecte pas.

  • 1 « C’est pourquoi aux Indes, en Chine, dans l’Antiquité Occidentale, les savoirs linguistiques ne so (...)
  • 2 Voir Koselleck (1995).

2Tel était du moins le régime normal du rapport au savoir dans les sociétés traditionnelles où « le présent n’abolit pas le passé » (Auroux 1994, p. 19)1. Bernard Colombat (2006) a montré comment cette co-présence « doxographique » était encore la norme pour les grammairiens du xvie siècle. Mais le régime d’historicité inauguré avec la révolution copernicienne – et plus généralement avec l’idée de la possibilité des révolutions, au sens moderne de ce terme2 – nous a introduits à une autre perspective, progressiste, sur le temps, perspective qui n’a cessé de s’accentuer depuis. Désormais, pour les sciences, qui ont mieux résisté que l’espérance politique à l’érosion de la théorie du progrès, la catégorie de la « découverte » devient le critère à l’aune duquel on évalue leur vigueur : « C’est pourquoi on recherche le nouveau et lorsqu’on envisage le changement on tend à en maximiser l’importance en le pensant comme une rupture » (Auroux 1994, loc. cit.).

3En modifiant, entre le xviie et le xviiie siècle, la structure de l’horizon de rétrospection des sciences, la perspective progressiste a aussi entraîné l’apparition, « durant la même période, [d’]ouvrages destinés à décrire l’histoire des disciplines » (Auroux 2007b, p. 163). Parce que le devenir historique a alors cessé d’apparaître comme le lieu de l’accidentel et de la « corruption », parce que lui ont été conférés une direction et même un sens cumulatif, adopter sur une discipline scientifique une perspective historique est alors devenu pertinent. Mais la structuration du devenir autour des découvertes et des ruptures tend du coup à rendre invisible la co-présence du savoir. Or, la pertinence de l’approche historienne des sciences ne doit pas faire perdre de vue l’importance des horizons de rétrospection qui ont continué d’exister après ce bouleversement, et dont l’existence « témoigne de ce que la connaissance a nécessairement rapport au temps » :

Il n’y a pas de connaissance instantanée, ce qui ne signifie pas que l’objet de la connaissance ou sa valeur soient temporelles, comme le soutient le relativisme. Cela signifie qu’il faut du temps pour savoir. (Ibid., p. 161)

4La perspective de Sylvain Auroux est ici très subtile, parce qu’elle articule puissamment trois exigences, articulation qui pourrait bien avoir valeur de modèle.

5En effet, c’est à la fois celle d’un historien pour qui « [ê]tre historien, c’est se poser la question globale du changement (pourquoi, comment, quand) et de l’essence des objets soumis à mobilité en soi et pour soi », et pour qui, par conséquent, « [i]l n’y a rien entre le halo d’historicité qu’engendre la rétrospection, et l’historicité que constitue le point de vue de l’historien » (Auroux 1994, p. 14). C’est aussi celle d’un philosophe qui dégage les dimensions permettant de construire une représentation historique : outre un système d’objets, un paramètre temporel et un paramètre spatial, qui permettent de découper et de situer dans le temps et l’espace considérés un domaine objet de l’enquête historienne, Sylvain Auroux distingue « un système de paramétrage externe reliant le système d’objets à son contexte » – presque inexistant dans le cas d’une histoire idéaliste, au contraire hypertrophié dans le cas d’une approche purement sociologique – et, enfin, « un système d’interprétants » (2007b, p. 159), qui « contient notamment les préconceptions de la structure du domaine d’objets » (p. 161).

6L’horizon de rétrospection semble faire partie de ce système d’interprétants, et l’ignorer est donc raconter, à propos de l’histoire des sciences du langage, une histoire tronquée, ce qui risque d’aboutir à conférer à ces dernières « le statut de processus ergodique » :

Un tel processus a pour propriété que la structure de l’état présent ne dépend pas de la façon par laquelle on y parvient. Cela impliquerait l’indépendance des caractères que nous reconnaissons aujourd’hui à nos sciences du langage par rapport à la contingence de leur histoire. (Auroux 1994, p. 68)

7Or, cette tentation est renforcée actuellement par l’annexion de la linguistique au cognitivisme, qui place et l’activité langagière et la recherche linguistique dans une sorte de synchronie étrange et en miroir, totalement déshistoricisée, centrée sur un « sujet » de la connaissance (à peine un sujet en fait) non seulement défini par un cerveau biologiquement programmé pour parler et pour penser, mais encore formidablement outillé par la mémoire artificielle.

  • 3 Voir Auroux (1998).

8C’est ici que l’entreprise de l’historien et celle du philosophe rejoignent étroitement celle du linguiste. Pour Sylvain Auroux, si les sciences du langage, qui sont presque aussi anciennes que les mathématiques, progressent, c’est non seulement parce qu’elles sont le résultat de l’accumulation de connaissances sédimentées au cours du temps, mais parce qu’elles le savent. La conscience du temps – du temps historique de la culture – est indispensable à la science elle-même, du moins aux disciplines onto-historiques3, d’autant plus qu’en l’occurrence, cette science est science d’un objet culturel complexe dont rien ne garantit qu’il soit soumis aux seules lois de l’évolution (Auroux 2007a, p. 128- 129). En être l’historien, c’est donc aussi la servir comme scientifique. Connaître les langues, c’est en effet, dans la perspective de Sylvain Auroux, connaître le fait que les sciences du langage (notamment par la grammatisation) ont eu un effet historiquement repérable sur les langues elles-mêmes : le système linguistique est le résultat d’une histoire culturelle complexe dont tout donne lieu de croire qu’il en ira de même à l’avenir – ce qui interdit de le penser comme « ergodique ».

9La position adoptée par Sylvain Auroux est donc une position d’une extrême exigence puisqu’elle récuse à la fois, pour les sciences du langage, l’anhistoricité du modèle des sciences de la nature et l’historicité de la simple chronologie de la « temporalité extrinsèque » (2007b, p. 157) de l’histoire. L’horizon de rétrospection, en particulier, est lié au fait que « les connaissances ne sont pas des événements et donc n’ont pas de date ; ce sont leurs éventuelles apparitions qui en ont ». Or, « pour attribuer une date il faut construire une permanence ou une identité aux connaissances (le théorème de Pythagore, la théorie de l’imparfait) » (p. 158). L’histoire des sciences, en somme, obéit à une historicité dédoublée, ce qui explique le second risque qu’elle court, inverse à leur cantonnement dans une chronologie linéaire et sorte de perversion de l’horizon de rétrospection : la tendance à expliquer le passé des sciences par le futur en ayant recours à la figure du précurseur.

10L’historien « doit utiliser l’explication causale qui va du passé au futur » (loc. cit., note 2). Mais Sylvain Auroux ajoute alors une précision importante : il « peut évidemment utiliser le futur virtuel du “programme de recherche”, dans la mesure où celui-ci est une cause de la production des connaissances ». De même, dans son introduction à La révolution technique de la grammatisation, il affirme que « l’acte de savoir possède par définition une épaisseur temporelle, un horizon de rétrospection [...], aussi bien qu’un horizon de projection » :

Le savoir (ou les instances qui le mettent en œuvre) ne détruit pas son passé, comme on le croit souvent à tort, il l’organise, le choisit, l’oublie, l’imagine ou l’idéalise, de la même façon qu’il anticipe son avenir en le rêvant tandis qu’il le construit. (1994 p. 13)

11« Sans mémoire et sans projet, il n’y a tout simplement pas de savoir », conclut Sylvain Auroux.

  • 4 Sur ce point, voir tout particulièrement les travaux de Francine Mazière, qui n’a pas arrêté d’insi (...)

12La réflexion qui suit porte sur l’importance de l’horizon de projection pour comprendre la constitution de la langue française dans le double moment de sa fixation et de sa grammatisation aux xvie et xviie siècles. Mais il ne s’agira pas d’envisager la question d’un point de vue intrinsèque aux sciences du langage4. Il s’agira plutôt de mesurer que leur temporalité extrinsèque est elle-même bien plus complexe que ce que les historiens ont l’habitude de concevoir. La langue a toujours été considérée comme une métonymie, peut-être même la synecdoque, du lien social voire politique, et du même coup érigée bien souvent au rang de son symbole et de son symptôme majeurs. L’existence d’un horizon de projection bien particulier a eu, à la Renaissance puis à l’âge classique, l’effet d’une sorte de pouvoir constituant sur la langue, qu’on ne peut absolument pas apercevoir ni comprendre si l’on ne prête pas une très grande attention, comme Sylvain Auroux nous y invite, à cet interprétant majeur qu’est la conception du temps elle-même sur la constitution des signes culturels – une conception dont on suggèrera, pour finir, qu’il serait très dangereux de la perdre complètement.

13En 1531, dans la préface à son Isagωge, l’une des premières grammaires du français, Jacques Dubois tient un propos étrange. Il avoue en effet avoir cherché à « décap[er] la langue française en lui rendant son éclat natif déjà presque terni et comme recouvert de rouille » et à la « rétabli[r] dans son antique pureté comme on fait rentrer quelqu’un dans son droit » (Dubois 1998 [1531], p. 200). Dans cette langue française personnifiée, nous sommes tentés de reconnaître la construction d’un mythe, c’est-à-dire d’un récit illusoire destiné à souder une communauté dans la négation de sa dimension proprement historique. Mais c’est ignorer la complexité et la précision des raisonnements qui s’appuient sur des métaphores souvent empruntées à l’art juridique et à sa technique de l’équiparation.

  • 5 Voir Regoliosi (1993).
  • 6 « [...] videntur mihi non modo ditionis nostri homines, verum etiam lingue propagatione ceteris omn (...)

14La mission que se donne ici Dubois décalque celle que Lorenzo Valla se proposait dans la préface à ses Elegantiae linguae latinae rédigée en 14415. Il y faisait deux constats. Le premier, c’est que les Romains n’ont pas seulement dominé le monde « par l’extension de leur puissance, mais aussi [par celle] de leur langue »6, si bien que, par la langue, « nous régnons encore sur une grande partie de l’Univers » :

  • 7 « Verum tamen per hunc splendidiorem dominatum in magna adhuc orbis parte regnamus. Nostra est Ital (...)

Nôtre est l’Italie, nôtre la Gaule, nôtres l’Espagne, la Germanie, la Pannonie, la Dalmatie, l’Illyrie et mainte autre nation. Car l’empire romain s’étend partout où la langue romaine exerce sa domination.7

15Le second est loin d’être aussi triomphal. « [A]près la disparition de l’empire romain, [...] on a laissé cet éclat de la latinité s’effacer sous la moisissure et la rouille » :

  • 8 « Nam quis litterarum, quis publici boni amator a lacrimis temperet, cum videat hanc eo in statu es (...)

[...] quel amoureux des Lettres, lequel du bien public, se retiendrait de pleurer en voyant qu’elle est aujourd’hui au point où était Rome prise par les Gaulois ?8

16D’où l’appel final :

  • 9 « Quousque tandem, Quirites (litteratos appello et romane lingue cultores, qui et vere et soli Quir (...)

Jusques à quand enfin Quirites (j’appelle ainsi les lettrés et les fidèles de la langue romaine, qui sont les vrais et seuls Quirites, car les autres sont plutôt des métèques), jusques à quand, dis-je, Quirites, supporterez-vous que notre ville qui est, je ne dis pas le siège de l’empire, mais la mère des Lettres, soit la proie des Gaulois ? c’est-à-dire que la latinité soit opprimée par les Barbares ?9

  • 10 « Illud iam pridem, tanquam ingratum onus, gentes nationesque abiecerunt. »
  • 11 Cesarini Martinelli écrit de même : « In questo senso il latino, nato come lingua storica, diviene (...)

17Mais la perspective adoptée par Valla se complique d’une distorsion complexe entre deux plans de temporalité. La corrélation entre imperium et langue montre que, par la langue, « nous » (Italiens descendant des Romains) régnons encore. Mais Valla affirme aussi que « les peuples et les nations ont depuis longtemps déjà rejeté l’empire »10. La précision est décisive : elle fonde le détachement historico-politique des États à l’égard de l’Empire et/ou de la papauté, détachement qui s’est traduit, en France, par une équiparation : « le roi est empereur en son royaume ». Contrairement à Dante, contrairement aux défenseurs de l’idée impériale au xvie siècle, Valla renvoie l’Empire romain au passé révolu tandis que, du point de vue moral, il se rattache à la dénonciation augustinienne de la Rome historique. Renouvelant le couple célèbre des armes et des lettres, il le projette sur la trame de l’histoire en opposant, d’un point de vue axiologique, le temps politique révolu de l’Empire romain et sa langue qui, quoique passée, dure encore, pleine d’une sorte d’existence transhistorique11, d’une forme d’imperium dont elle serait le reste toujours actifen raison du désir des Romains de perpétuer leur « nom ».

  • 12 Voir Martinelli, art. cité. Voir aussi, sur le débat des analogistes et des anomalistes et leurs co (...)

18L’empire de la langue latine s’est ainsi perpétué dans le temps, ou plus exactement, malgré le temps. Et cela, non pas comme une langue sainte, non comme la langue d’une Chrétienté dédoublée entre une histoire naturelle provisoire prise dans l’attente du jugement dernier et le plan eschatologique de la Cité céleste : mais comme la langue pleinement historique d’un peuple passé – un vulgaire passé, en somme, à ceci près qu’en lui habite un trait de perpétuité, grammatica, c’est-à-dire raison qui aurait si parfaitement réglé l’usage qu’il aurait duré au-delà de ce que durent les langues vulgaires n’obéissant qu’à la coutume12.

  • 13 La bibliographie est abondante. Citons seulement, pour le droit romain, Thomas (2002, p. 7-39) ; po (...)

19Valla pose donc une sorte de disjonction entre un plan de l’histoire marqué par le devenir, plan de l’existence mortelle des peuples, et un autre plan, également historique mais en quelque sorte immortel et sacré. Cette disjonction est familière aux juristes. Pour Valla, la langue latine repose dans les œuvres de la latinité, qui sont la trace d’un nom, d’une entité politique abstraite comme celles que le droit romain, et, plus encore, le droit médiéval13 ont élaborées au titre de la personne fictive. C’est parce qu’un tel nom ne meurt jamais que, malgré la dégradation historique du latin sous l’effet de l’invasion des barbares, puis du passage de l’Empire à Charlemagne, peut se dessiner une tâche, celle de restaurer dans toute sa pureté cette langue passée pour, de la sorte, restaurer aussi un peuple qui, (re)formé par elle, puisse participer encore à un imperium cette fois-ci purement spirituel et même le restaurer en tant que modèle sacré.

20La respublica literaria se nourrira de ce genre de scénario imaginaire. Mais on sait que le purisme des latinistes fera du latin, au contraire, une langue morte. L’idée va en revanche profiter à la langue française, en raison d’une situation historique précise. La définition trans-temporelle du De monarchia de Dante inspire la renovatio de l’espérance impériale sous Charles Quint (Yates 1989). La rivalité de celui-ci avec François Ier, les enjeux socio-historiques qu’elle entraîne et révèle, expliquent comment des raisonnements analogiques précis se sont précipités pour circonscrire l’identité et les frontières symboliques du français et garantir l’autonomie politique, territoriale, et même historico-temporelle, de l’État dans une Chrétienté déchirée.

21« Rétablir le français dans son droit », selon l’expression de Dubois, ce sera le penser, comme Valla, sur le modèle d’une langue divisée entre un état changeant, dégradé, et un état immortel, celui que l’on nomme plus particulièrement grammatica. Mais chez Valla, l’état dégradé du latin était imputé aux traces gauloises. Le rapport s’inverse pour Claude Fauchet, pour qui le français est au contraire une langue « gauloise corrompue par la longue possession et seigneurie des Romains » (Fauchet 1972 [1581], p. 36). La conquête romaine est désormais présentée peu ou prou comme une puissance coloniale qui a soit illégitimement marqué la langue française, soit détourné ses locuteurs d’en prendre soin en leur imposant le soin du latin.

22On cite souvent, pour l’opposer à la théorie du bon usage de Vaugelas, une assertion de Ramus dans sa Grammaire :

Le peuple est souverain seigneur de sa langue, il la tient comme un fief de franc alleu et n’en doit reconnaissance à aucun seigneur. L’école de cette doctrine n’est point ès auditoires des professeurs hébreux, grecs et latins en l’Université de Paris comme pensent ces beaux étymologiseurs, elle est au Louvre, au Palais, aux Halles, en Grève, à la place Maubert. (Ramus 1972 [1572], p. 30)

23Dialogue entre un disciple et son professeur, la Grammaire vise à combattre les « beaux étymologiseurs » afin de promouvoir l’écriture phonétique que Ramus appelle « écriture grammairienne ». Ramus appelle en revanche « écriture vulgaire » l’écriture savante, étymologique, alors en cours : si elle est « vulgaire », c’est pour cette raison. Et c’est à elle, donc à l’usage (écrit), qu’il oppose la seigneurie souveraine du peuple sur sa langue au nom d’un autre usage, l’usage oral. Qu’est-ce à dire ?

24Ramus partage ici la position de Louis Meigret, le premier auteur d’une écriture phonétique, pour qui « les Français ont tant étrangé l’écriture en une grande partie des vocables de l’usage de parler [...] qu’il est impossible de dresser sur elle aucune façon de grammaire que ce ne fût à notre confusion » (Meigret 1972 [1550], p. 2bis). Pour l’humaniste protestant, qui nie l’origine latine du français tout autant que sa possible affiliation grecque, la langue française est d’origine gauloise : l’écriture grammairienne doit rétablir ce peuple gaulois dans son droit, comme l’indique de manière frappante l’exemple du kappa, que Ramus propose d’introduire, ou plutôt de réintroduire dans l’orthographe, ce dont le disciple va se féliciter comme d’un « retrait lignager touchant le kappa, que nos Gaulois avaient aliéné aux Grégois » (Ramus 1972 [1572], p. 34) :

Cette lettre est de nos Gaulois répétée puis après des Latins, et rendue à nos Français [...] remettez sus l’ancienneté en écrivant, ka, ke, ki, ko, ku, pour ca, que, qui, co, cu. (p. 32-33)

25Aussi ténues que soient ces traces d’« ancienneté », elles plaident en faveur de l’existence d’un peuple qui subsiste à travers ses divers états physiques, ou, comme disent les juristes, qui « ne meurt jamais ». Pour Ramus, les lettres étymologiques sont donc à l’écriture du français ce que l’imperium romain a été au dominium gaulois : l’aliénation usurpée d’un bien en droit inaliénable. D’où la métaphore du « fief de franc alleu », qui désigne précisément « une terre, Seigneurie, ou héritage soit noble, soit roturier, indépendant de tout Seigneur, et qui ne doit aucune charge ni redevance » (Furetière 1690, art. alleu).

26Elle prend place dans un passage où Ramus proteste encore contre la présence de lettres étymologiques dans certains mots, mais dont il reconnaît, cette fois-ci, l’origine latine. Une fois tombés dans le dominium gaulois, les mots latins ont été prononcés par « nous », amalgamés à « notre » langue : et c’est cette prononciation du peuple que l’écriture grammairienne doit suivre, libérant l’orthographe des servitudes proprement abusives, redevances et hommage au latin que constituent des lettres étymologiques. L’insistance porte ici encore sur l’autonomie d’un domaine linguistique : « Le peuple [...] n’en doit reconnaissance à aucun seigneur ».

  • 14 L’interprétation du célèbre article 111 de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) est très contro (...)

27La métaphore ne vise pas la monarchie, mais l’Empire romain, passé ou présent. L’alleutier en effet possédait un domaine soustrait à la hiérarchie féodale, mais soumis à la justice royale (Desjardins 1888). Du reste, quelques pages plus loin, interrogé par le disciple sur les protestations qui ne manqueront pas de surgir face à ce changement d’usage orthographique, le professeur répond en alléguant l’exemple du changement d’usage effectué par l’ordonnance de Villers-Cotterêts et qui a réalisé, sur le plan des « actes publics », l’émancipation de la tutelle impériale romaine14. Pour Ramus, avec l’ordonnance de Villers-Cotterêts, une articulation se fait entre le dominium du peuple et l’imperium royal, articulation de la matière et de la forme, elle-même distribuée entre la loi et la raison grammairienne. Poursuivant son raisonnement, Ramus conclut alors que le peuple français « a véritablement la souveraine autorité de sa langue », mais qu’il « n’est pas maître de l’écriture » (Ramus 1972 [1572], p. 54).

28L’écriture, qui constitue donc la part publique de la langue, manifeste le plan de perpétuité d’un peuple qui se dédouble, chez Ramus, comme la civitas le pouvait dans le droit romain, ou comme le corps du roi dans la pensée médiévale, entre une instance mortelle et changeante (le peuple privé), et un nom ou une personne fictive (le peuple/dignitas, le peuple public). L’écriture grammairienne se révèle « un singulier moyen de conserver et perpétuer notre langue ».

[C]ar si les Italiens ou Allemands envahissaient une autre fois la Gaule [...], ils pourraient lire par nos livres ainsi écrits [...] comme nous lisons et prononçons la langue hébraïque, grecque et latine [...]. Ainsi par telle efficace ces langues survivent à leurs corps, et parlent clairement se faisant entendre après que ces peuples sont du tout éteints et abolis. (Ibid., p. 53-54)

29En 1620, Jean Godard proteste à son tour contre la coutume, latine, d’avoir traduit le [f] grec par les lettres [PH] : il « sera plus raisonnable de rendre à notre F, ce qui lui appartient », écrit-il, précisant : « voilà pourquoi nous la devons remettre et rétablir en ses droits » (Godard 1970 [1620], p. 96). Plus intéressant encore, il reprend à Dante l’idée d’un dédoublement des langues entre « celle que nous recevons en imitant sans aucune règle notre nourrice », langue domestique ou privée et informe à force d’être changeante, et « une autre langue secondaire que les Romains ont appelée grammaire » (Dante Alighieri 1985 [1577], p. 7), et il désigne la première par l’expression « le commun ou vulgaire français », tandis que l’autre, plus proprement langue française, est ce même vulgaire parlé par raison, en y réfléchissant, en s’y adonnant grâce à la grammaire et à l’éloquence. Sans surprise, il enchaîne en louant François Ier d’avoir fait, avec l’Ordonnance de Villers-Cotterêts, « le premier une action digne du roi des Français [...] puisque l’honneur de la langue française est une dépendance de l’honneur du sceptre français » (Godard 1970 [1620], p. 50-51). Du « sceptre français », c’est-à-dire en fait de la dignité royale, de cette dignité dont les juristes précisent qu’elle ne meurt jamais, comme le second corps du roi ou comme le peuple, qui en reste l’ultime détenteur.

  • 15 Voir Boureau (1990, p. 137-153).
  • 16 Pour Bodin, l’existence des « terres allodiales » prouve qu’il n’y a pas de monarchies seigneuriale (...)
  • 17 Cité par Chénon (1888, p. 207).
  • 18 Je dialogue ici avec Kibbee (2011, p. 29-44).
  • 19 « Gerson glose ainsi q.o.t. [quod omnes tangit] : “Il faut comprendre ‘par tous’ comme ‘par le cons (...)

30Avec sa célèbre formule « l’usage est le souverain des langues », condensé actualisé du célèbre adage médiéval Quod omnes tangit15, Vaugelas suspend la représentation-incarnation du peuple par le roi et rabat sans reste l’une sur l’autre la loi et la coutume, la seigneurie privée et la seigneurie publique, le dominium et l’imperium. Au moment où il écrit ses remarques, il y avait une sorte d’urgence. Non seulement Bodin avait envisagé de rattacher le droit de la langue aux droits de souveraineté royale, mais le franc-alleu figure au premier rang des coutumes et des usages contestés par la monarchie qui, en 1629, par un article du Code Michau, cherche à faire valoir un droit de seigneurie directe16 au principe que « les Coutumes qui dépendent du seul consentement des peuples ne lient que les particuliers et n’obligent point le roi » ([Galland] 1629, p. 2), suscitant ainsi la protestation des parlements qui allègueront « l’usance immémoriale » (Dijon) ou le « droit commun et usage ancien » (Bordeaux)17. La formule de Vaugelas rend impossible d’opposer l’usage ou la coutume et la souveraineté : la langue devient une sorte de démocratie seigneuriale, au risque de faire de l’usage un « tyran » – ce que les remarqueurs n’arrêteront pas de souligner18. Mais en divisant l’usage entre bon usage et mauvais usage, en faisant représenter omnes par une sanior pars19, Vaugelas réintroduit immédiatement, entre langue domestique et langue publique, une différence, c’est-à-dire la possibilité d’un plan réflexif stabilisant le « nom » de la langue, sans donner aucune prééminence publique, cette fois-ci, ni à la grammaire (aux « savants »), ni à l’éloquence (aux orateurs qui illustrent la langue) ni au roi.

  • 20 Les chercheurs ont récemment montré que Vaugelas était bien moins « normatif » que ce que bien des (...)

31Avec Vaugelas, plus volontariste que rationaliste, ce qui explique sans doute sa paradoxale sensibilité à la variation linguistique20, une aire de souveraineté contractuelle propre aux particuliers réunis en public par le bon usage s’ouvre, soustraite à la souveraineté royale. Peu à peu, elle va se fixer, ou redescendre si l’on veut, sur la nation, parallèlement à une requalification de la vie physique et privée qui ira de pair avec le développement du droit naturel.

32En 1966, dans Critique et vérité, Roland Barthes dénonçait le mythe national de la clarté française :

Il y a beau temps que notre société française vit la « clarté », non comme une simple qualité de la communication verbale, [...] mais comme une parole séparée : il s’agit d’écrire un certain idiome sacré, apparenté à la langue française, comme on a écrit le hiéroglyphique, le sanskrit ou le latin médiéval. (Barthes 1993-1995 [1966], t. II, p. 26)

33Même s’il ironisait, Barthes pointait l’incontournable différence interne qui habite les langues soumises à un horizon de rétrospection et de projection. S’il refusait l’idée d’un « génie » de la langue, c’est parce qu’il assumait la conception saussurienne d’une division entre langue et parole, conception selon laquelle le système fonctionnerait de façon impersonnelle, sans génie particulier ni volonté grammairienne de quiconque. Mais comme l’a montré Sylvain Auroux, sans la grammatisation des langues (c’est-à-dire, en France, sans Sylvius, Ramus et Vaugelas par exemple, séquence historique où le mouvement de grammatisation est à son maximum d’intensité puisqu’il opère sur une langue floue et changeante), ces langues n’auraient jamais présenté les caractères d’homogénéité et d’isotopie autorisant les linguistes à les prendre comme objets d’une science, au prix du refoulement de leur formation historique.

34Écrivain progressiste, Barthes attachait au pôle historiquement en charge de la perpétuation linguistique une idée de conservatisme voire de réaction, que du reste toutes sortes de discours confirmaient alors. Mais sa remarque, ses enjeux sociétaux sinon politiques – comment transmettre la langue ? L’enseigner ? Que faire de la grammaire ?, etc. – montrent l’importance de la question, au-delà de la discipline linguistique et même de son histoire.

35L’horizon de projection progressiste s’accompagnait alors d’une croyance dans la possibilité de se passer de tout horizon de rétrospection, conformément à l’appel à la « table rase » révolutionnaire : le moteur de l’histoire pouvait sembler constituer la forme suffisante d’intelligibilité et de rationalité du réel. Aujourd’hui, toutefois, l’espérance progressiste ne s’accroche plus à aucun régime d’historicité crédible, et les deux horizons se sont comme écrasés l’un sur l’autre dans ce que François Hartog a nommé « présentisme ». C’est peut-être aussi la raison pour laquelle le modèle anhistorique des sciences physiques qui règne chez les cognitivistes connaît un tel succès, non seulement en linguistique, mais en psychologie ou en biologie, voire en littérature : il s’agit de faire de la tâche socio-culturelle de l’homme une conséquence de mécanismes programmés, pour lesquels nul horizon de rétrospection n’est particulièrement nécessaire : quant à l’horizon de projection, c’est celui du diagnostic et du pronostic.

36Pour Maurice Godelier au contraire, l’homme ne vit pas naturellement en société, mais a besoin de continuer à produire la société pour vivre ; et il montre qu’une telle tâche s’appuie sur la circulation de trois sortes de biens : les biens marchands, les objets de dons, et les sacra, objets qui signifient la survie, ou la perpétuité de la société (Godelier 2007, p. 88).

37Nous savons très bien que la théorie de la perpétuité de la dignité a été d’une importance capitale pour fonder des institutions soustraites au pur jeu des rapports de pouvoir (eux strictement mortels). La « grammaire » ou le « bon usage », un « idiome sacré » ? Au sens anthropologique, pourquoi pas ? Même si la reconnaissance, voire l’institutionnalisation, du différentiel entre deux faces du langage pose des problèmes socio-politiques complexes, il faut comprendre que sa dimension de « res sacra » représente alors la part de la langue à laquelle nos sociétés ont confié l’image et la mission d’une certaine continuité dans le temps (plutôt qu’au corps du roi notamment) : par hypothèse, des sociétés démocratiques, où le peuple-public souverain a besoin de la parole pour projeter son existence politique – et non pas simplement reproduire son existence physique.

Bibliographie

Références

Sources premières

Bodin Jean, 1986, Les six livres de la République, 6 vol., Paris, Fayard (Corpus).

Dante Alighieri, 1985 [1577], De l’éloquence en vulgaire, Paris, La Délirante.

Dubois Jacques (dit Sylvius), 1998 [1531], In linguam Gallicam Isagωge, cum eiusdem Grammatica Latino-gallica, Introduction à la langue française, suivie d’une grammaire, Colette Demaizière éd., Paris, Champion.

Fauchet Claude, 1972 [1581], Recueil de l’origine de la langue et de la poésie […], Genève, Slatkine Reprints.

Furetière Antoine, 1690, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts [...], La Haye/Rotterdam, Arnout et Reinier Leers.

Godard Jean, 1970 [1620], La langue française, Genève, Slatkine Reprints, 1970.

Meigret Louis, 1972 [1550], Le Trętté de la grammęre françoęze, dans Traité touchant le commun usage de l’écriture françoise (Paris, 1542) [et autres textes], Genève, Slatkine Reprints, 1972.

Ramus (La Ramée Pierre, dit), 1972 [1572], Grammaire, dans Gramerę. Grammaire. Dialectique, Genève, Slatkine Reprints.

Valla Lorenzo, 1471, Elegantiae linguae latinae, Venise, Nicolas Jenson.

Sources secondaires

Auroux Sylvain, 1994, La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga.

Auroux Sylvain, 1998, La raison, le langage et les normes, Paris, PUF.

Auroux Sylvain, 2007a, La question de l’origine des langues, dans La question de l’origine des langues, suivi de L’historicité des sciences, Paris, PUF.

Auroux Sylvain, 2007b, L’historicité des sciences, dans La question de l’origine des langues, suivi de L’historicité des sciences, Paris, PUF.

Ayres-Bennett Wendy, 1987, Vaugelas and the Development of the French Language, London, MHRA.

Ayres-Bennett Wendy et Caron Philippe, 1995, « Écriture d’auteur, norme et variation au xviie siècle : de la syntaxe au style », Cambridge French Colloquia, Cambridge, p. 71-91.

Badiou-Monferran Claire, 2011, « Changement de régime de normativité et changements linguistiques. Un cas d’école : les aléas de la locution alors que entre 1647 et 1770 », Langue commune et changements de normes, S. Branca-Rosoff, J.-M. Fournier, Y. Grinshpun, A. Régent-Susini éd., Paris, Champion, p. 255-276.

Barthes Roland [1966], Critique et vérité, Œuvres complètes, Paris, Seuil, 1993-1995.

Boureau Alain, 1988, Le simple corps du roi. L’impossible sacralité des souverains français. xve-xviiie siècle, Paris, Les Éditions de Paris.

Boureau Alain, 1990, « Quod omnes tangit : De la tangence des univers de croyance à la fondation sémantique de la norme juridique médiévale », Le Gré des Langues, n° 1, p. 137-153.

Chaurand Jacques dir., 1999, Nouvelle histoire de la langue française, Paris, Seuil.

Chénon Émile, 1888, Étude sur l’histoire des alleux en France, Paris, L. Larose et Forcel.

Cohen Paul, 2003, « L’imaginaire d’une langue nationale : l’État, les langues et l’invention du mythe de l’ordonnance de Villers-Cotterêts à l’époque moderne en France », Histoire Épistémologie Langage 25/1, p. 19-69.

Collinot André et Mazière Francine, 1997, Un prêt à parler : le dictionnaire, Paris, PUF.

Colombat Bernard, 2006, « Les références aux anciens et aux modernes chez les grammairiens latins du xvie siècle (Linacre, Scaliger, Ramus, Sanctius) », Histoire Épistémologie Langage 28/1, p. 25-50.

Desjardins Arthur, 1888, Rapport sur Pierre Lanéry d’Arc, Du franc aleu, Paris, Librairie nouvelle de droit et de jurisprudence.

[Galland Auguste], 1629, Contre le franc-alleu sans titre prétendu par quelques provinces au préjudice du roi [Paris].

Godelier Maurice, 2007, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel.

Kantorowicz Ernst, 1988, Les deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, Paris, Gallimard.

Kibbee Douglas, 2011, « “Liberté” et “tyrannie” dans le discours normatif », Langue commune et changements de normes, S. Branca-Rosoff et al. éd., Paris, Champion, p. 29-44.

Koselleck Reinhart, 1995, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS.

Martinelli Cesarini, 1980, « Note sulla polemica Poggio-Valla e sulla fortuna delle “Elegantiae” », Interpres 3, p. 29-79.

Mazière Francine, 2011, « Le chantier de la “langue commune” », Langue commune et changements de normes, S. Branca-Rosoff et al. éd., Paris, Champion, p. 159-178.

Merlin-Kajman Hélène, 2002, La langue est-elle fasciste ? Langue, pouvoir, institution, Paris, Seuil.

Merlin-Kajman Hélène, 2011a, « L’étrange histoire de l’ordonnance de Villers-Cotterêts : force du passé, force des signes », Histoire Épistémologie Langage 33/2, p. 79-101.

Merlin-Kajman Hélène, 2011b, « “Dictature linguistique” : la leçon du xviie siècle », Langue commune et changements de normes, S. Branca-Rosoff et al. éd., Paris, Champion, p. 29-44.

Moulin Léo, 1958, « Sanior et maior pars. Note sur l’évolution des techniques électorales dans les ordres religieux du vie au xiiie siècle », Revue historique de droit français et étranger 3, juillet-septembre, p. 368-397.

Regoliosi Mariangela, 1993, Nel cantere del Valla. Elaborazione e montaggio delle « Elegantiae », Rome, Bulzoni Editore.

Rey Alain, Duval Frédéric et Siouffi Gilles, 2007, Mille ans de langue française : histoire d’une passion, Paris, Perrin.

Stein Peter, 1966, Regulae Iuris. From Juridistic Rules To Legal Maxims, Édimbourg, University Press.

Thomas Yan, 2002, « La construction de l’unité civique. Choses publiques, choses communes, choses n’appartenant à personne et représentation », Mélanges de l’école française de Rome. Moyen Âge 114/1, p. 7-39.

Trudeau Danielle, 1983, « L’Ordonnance de Villers-Cotterêts et la langue française : histoire ou interprétation ? », Bibliothèque d’humanisme et de Renaissance XLV/3, p. 461-472.

Yates Frances A., 1989, Astrée. Le symbolisme impérial au xvie siècle, Paris, Belin.

Notes

1 « C’est pourquoi aux Indes, en Chine, dans l’Antiquité Occidentale, les savoirs linguistiques ne sont jamais vraiment perçus comme obsolètes. », ibid., loc. cit.

2 Voir Koselleck (1995).

3 Voir Auroux (1998).

4 Sur ce point, voir tout particulièrement les travaux de Francine Mazière, qui n’a pas arrêté d’insister sur l’importance de la dimension programmatique dans l’institution de l’Académie française, notamment : Collinot et Mazière (1997) et Mazière (2011 p. 159-178).

5 Voir Regoliosi (1993).

6 « [...] videntur mihi non modo ditionis nostri homines, verum etiam lingue propagatione ceteris omnibus antecelluisse » (Valla 1471, préface). Je dois à la générosité de Michel Magnien la communication et de ce texte et de sa traduction par ses soins. Qu’il en soit encore infiniment remercié.

7 « Verum tamen per hunc splendidiorem dominatum in magna adhuc orbis parte regnamus. Nostra est Italia, nostra Gallia, nostra Hispania, Germania, Pannonia, Dalmatia, Illyricum multeque alie nationes : ibi namque romanum imperium est ubicunque romana lingua dominatur. »

8 « Nam quis litterarum, quis publici boni amator a lacrimis temperet, cum videat hanc eo in statu esse quo olim Roma capta a Gallis ? »

9 « Quousque tandem, Quirites (litteratos appello et romane lingue cultores, qui et vere et soli Quirites sunt, ceteri enim potius inquilini), quousque, inquam, Quirites, urbem nostram, non dico domicilium imperii, sed parentem litterarum, a Gallis captam esse patiemini ? Id est latinitatem a barbaria oppressam ? »

10 « Illud iam pridem, tanquam ingratum onus, gentes nationesque abiecerunt. »

11 Cesarini Martinelli écrit de même : « In questo senso il latino, nato come lingua storica, diviene a un certo punto une lingua metastorica valida per tutti i tempi » (Martinelli 1980, p. 62).

12 Voir Martinelli, art. cité. Voir aussi, sur le débat des analogistes et des anomalistes et leurs conséquences sur la conception du droit, Stein (1966).

13 La bibliographie est abondante. Citons seulement, pour le droit romain, Thomas (2002, p. 7-39) ; pour le droit médiéval, l’ouvrage classique d’Ernst Kantorowicz (1988) ; et Boureau (1988).

14 L’interprétation du célèbre article 111 de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) est très controversée. Je me contenterai de renvoyer à Trudeau (1983, p. 461-472) ; Merlin-Kajman (2002) ; Cohen (2003, p. 19-69) ; les synthèses de Geneviève Clerico dans Chaurand (dir.) (1999, p. 149-152) et de Gilles Siouffi dans Rey, Duval et Siouffi (2007) ; et enfin, Merlin-Kajman (2011a).

15 Voir Boureau (1990, p. 137-153).

16 Pour Bodin, l’existence des « terres allodiales » prouve qu’il n’y a pas de monarchies seigneuriales en Europe, monarchies où le souverain dispose non seulement des droits de souveraineté, mais aussi, directement, des biens (du dominium privé) de ses sujets (Bodin 1986, II, 2, p. 37). Pour de nombreux auteurs, la monarchie seigneuriale est une forme de tyrannie puisqu’elle confond le public et le privé.

17 Cité par Chénon (1888, p. 207).

18 Je dialogue ici avec Kibbee (2011, p. 29-44).

19 « Gerson glose ainsi q.o.t. [quod omnes tangit] : “Il faut comprendre ‘par tous’ comme ‘par le conseil de la partie la plus nombreuse et la plus saine de la totalité’ […]. » (Boureau, art. cit. Voir aussi Moulin (1958, p. 368-397). Le dictionnaire de Furetière mentionne deux fois l’expression : à PARTIE : « On le dit aussi des corps politiques. [...] La meilleure et la plus saine partie de cette Assemblée était d’avis. » Et à SAIN : « Cela a passé par l’avis de la meilleure et de la plus saine partie du Chapitre. » On peut être choqué que Vaugelas ait préféré « sanior » à « major ». Sans entrer dans un développement trop long, on peut simplement faire remarquer qu’en privilégiant l’usage à la raison, Vaugelas se déplace de la grammaire vers ce que Sylvain Auroux a appelé le problème de « l’agrégation des choix » (Auroux 1998, p. 259) : c’est-à-dire vers un régime de normativité plus faible que celui qu’avaient défini les grammairiens. Cet affaiblissement est en quelque sorte réparé par la préférence accordée au qualitatif sur le quantitatif. (Voir Merlin-Kajman 2011b, p. 29-44.)

20 Les chercheurs ont récemment montré que Vaugelas était bien moins « normatif » que ce que bien des commentateurs ont affirmé. Voir en particulier Ayres-Bennett (1987) et Ayres-Bennett et Caron : « Écriture d’auteur, norme et variation au xviie siècle : de la syntaxe et du style » (1995, p. 71-91). Claire Badiou-Monferran a subtilement analysé le rapport entre le changement linguistique et la fonction de « régulateur de vitesse » de la notion de « bon usage » (Badiou-Monferran 2011, p. 255-276).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search