Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Première partie. Histoire, épistémologie, langage

Mathématiser et formaliser les concepts de la linguistique

Jean-Pierre Desclés

Texte intégral

  • 1 Un arbre syntaxique, que ce soit un arbre syntagmatique de la grammaire générative, un arbre de dép (...)

1La formalisation par les grammaires formelles a pu laisser croire que la syntaxe était le lieu privilégié où les mathématiques investissaient le champ de la linguistique. Or, selon nous, les mathématiques interviennent de façon beaucoup plus profonde lorsqu’elles cherchent à mathématiser les concepts, non seulement ceux de la syntaxe (par exemple avec les notions de langage formel et d’arbre bi-ordonné1) mais surtout les concepts qui organisent la sémantique. Nous opposons deux démarches : l’une s’inspire directement de la théorie logique des modèles interprétatifs « à la Tarski », l’autre prend appui sur une mathématisation préalable (souvent partielle) de concepts, avant de procéder, par abstraction formalisante, à des représentations métalinguistiques formelles des significations. Notre analyse épistémologique de la linguistique s’inscrit dans la démarche bien initialisée par Sylvain Auroux (1993, 1996) et développée également, depuis plusieurs années, dans la revue Histoire Épistémologie Langage.

Une approche « classique » héritée de la logique

  • 2 Voir Barbut (1965) ; Grize (1973, p. 17-46) ; Desclés (2011).

2La « sémantique formelle » s’est directement inspirée de l’approche interprétative « à la Tarski » des systèmes formels : les expressions syntaxiques bien formées sont interprétées par des classes et des fonctions définies dans des modèles ensemblistes. Par exemple, le langage classique des propositions est interprété dans une algèbre de Boole ; quant à Richard Montague (1974), il a entrepris une analyse sémantique des syntagmes nominaux quantifiés et des noms propres, accompagnée de représentations « intensionnelles » (au sens de Carnap) de certains verbes, en faisant appel aux « mondes possibles » de Saul Kripke et de Clarence Lewis. Puisque les phrases des langues expriment des situations temporelles (présentes, passées, futures) et des situations modales (nécessaires, possibles, impossibles…), Arthur Prior (1968) a étendu le langage propositionnel avec une adjonction des nouveaux opérateurs : ‘P’ (« il a été le cas que » ou « passé ») et ‘F’ (« il sera le cas que » ou « futur »), puis les opérateurs ‘G’ (« il a été toujours le cas que ») et ‘H’ (« il sera toujours le cas que ») ; ‘◊’ (« il est possible que »), ‘◼’ (il est nécessaire que »). Ainsi enrichi, ce formalisme permet de définir plusieurs langages formels selon le choix des propriétés axiomatiques retenues et susceptibles de rendre compte de certaines inférences intuitives. Chaque expression du langage étendu doit être ensuite interprétée dans un modèle ayant, éventuellement, une structure mathématique. Par exemple, pour un certain système d’axiomes précis (ceux du système ‘S4’ de Lewis), les opérateurs de modalité ‘◊’ et ‘◼’ sont interprétés comme des opérateurs topologiques d’une algèbre de Kuratowski2 : ‘◼’ est interprété comme « prendre l’intérieur de » et ‘◊’ comme « prendre la fermeture de » d’un ensemble. Les opérateurs de modalités, tout comme ceux de temporalité, trouvent ainsi une interprétation à l’aide des « mondes possibles », plus ou moins accessibles à partir d’un certain « monde actuel » : une proposition est considérée comme « possible » lorsqu’il existe au moins un « monde » où cette proposition est considérée comme « vraie » ; elle est considérée comme « nécessaire » lorsque, dans tous les « mondes », cette proposition est considérée comme « vraie » ; les mondes sont accessibles à partir du « monde actuel », par des relations, par exemple des relations de postériorité ou d’antériorité.

  • 3 C’est la conception de la temporalité du modèle de Reichenbach (1947), repris par un grand nombre d (...)

3Cette approche logique de la sémantique ne résout pas les problèmes généraux des modalités et des relations temporelles exprimées par les langues. En effet, prenons la phrase Jean peut nager demain qui reçoit plusieurs significations : 1) la possibilité (il n’est pas exclu que Jean nage demain) ; 2) la permission (Jean a reçu l’autorisation de nager demain) ; 3) la capacité (« nager » est l’une des propriétés qui caractérisent Jean). Vouloir analyser la signification de peut, c’est d’une part déterminer trois représentations formelles distinctes et d’autre part, montrer comment ces trois représentations peuvent être reliées entre elles, de façon à faire apparaître un invariant de signification sous-jacent au même marqueur linguistique. Le présent grammatical du français exprime souvent la valeur d’un présent, comme dans En ce moment, Luc court dans le parc ; pourtant, il n’est pas toujours la trace d’une concomitance avec l’énonciation de la phrase comme dans : Luc court tous les jours après son travail ou la terre tourne autour du soleil ou encore Luc part demain pour Amsterdam, qui expriment une habitude, une vérité générale, une intention quasi-certaine. L’analyse sémantique du présent (et des autres temps grammaticaux) ne se réduit donc pas à un simple signifié univoque mais plutôt à un réseau de spécifications d’un invariant. Cette analyse remet en cause l’organisation linéaire d’un temps où le présent viendrait séparer le passé d’un futur qui en serait l’image symétrique3. Cette conceptualisation peu cognitive constitue, selon nous, un véritable « obstacle épistémologique » (au sens de Bachelard) pour analyser la temporalité catégorisée par les langues.

Travailler les concepts

  • 4 Voir par exemple Culioli (2002, p. 82).
  • 5 Sur la notion de « contrôle », voir Comrie (1981, p. 53-55), Hagège (1982, p. 50), Desclés (1985 ; (...)
  • 6 Voir Desclés (1990, p. 225-271 ; 1994 ; 1998) ; Desclés et Guentchéva (1998) ; François (2003, p. 8 (...)

4Pour expliquer le fonctionnement du langage appréhendé à travers la diversité des langues4, puis ensuite en comprendre la nature, il faut énoncer les différents concepts avec lesquels on représente, argumente, décrit… En se dégageant du sens commun, la critique des concepts nourrit la théorisation : « c’est au moment où [le concept…] change de sens qu’il a le plus de sens » nous rappelle Gaston Bachelard (1934/1987, p. 56). Si une liste d’exemples aide à faire saisir l’utilité d’un concept, elle ne se substitue pas à l’effort théorique pour le caractériser… Ainsi, Charles Fillmore (1968) a proposé, à l’aide d’exemples bien choisis, une liste d’étiquettes de « cas », mais sa liste ne caractérise pas les « relations casuelles » qui, dans une expression prédicative, relient et déterminent les arguments d’un prédicat verbal. En plaçant les « cas conceptuels » sur un continuum, ainsi qu’on peut l’observer chez Gilbert Lazard (2006, p. 209) ou dans l’organisation plus structurée de Bernard Pottier (1974, p. 124- 128 ; 1992, p. 122-127), leur compréhension sémantique progresse sans toutefois réussir à les représenter adéquatement comme des relations. Ainsi, un « agent », selon nous, doit être analysé comme une relation binaire où la notion de « contrôle » est impliquée5 : « est agent celui qui exerce une capacité dynamique de contrôle, c’est-à-dire une capacité à pouvoir déclencher ou interrompre un changement ou un mouvement cinématique affectant une autre entité ou, éventuellement, lui-même ». Cette notion, intégrée dans une théorie plus générale de relations primitives, est à la base d’une organisation des constructions sémantiquement transitives, moyennes, réflexives, médio-passives, passives, ergatives, actives et inactives6… Prenons maintenant la classification aspectuelle de Zeno Vendler (1967) : « State, Activity, Accomplishment, Achievement ». S’agit-il d’une classification des situations référentielles, des verbes ou des syntagmes verbaux ? Illustrée surtout par des exemples, elle a été abondamment reprise par un grand nombre de linguistes, mais chacun y introduit son interprétation personnelle, d’où la trop grande diversité des approches, pas toujours congruentes, de l’aspect.

5Le travail sur les concepts peut conduire la linguistique à une certaine mathématisation de leur contenu, avec une portée heuristique. Les domaines de la temporalité, de la spatialité, du changement se prêtent assez bien à des conceptualisations rigoureuses plus ou moins mathématisées. La mécanique, depuis Galilée, a montré une voie de mathématisation du mouvement à l’origine d’une « nouvelle science ». Pourquoi la linguistique ne suivrait-elle pas une telle méthode ? Cependant, insistons sur un point : il ne s’agit nullement de reprendre la mathématisation déjà effectuée par la physique confrontée à des problèmes techniques précis (chute des corps, description du mouvement d’un obus lancé par un canon…). La temporalité linguistique doit se fonder sur des principes cognitifs avec, notamment, un référentiel temporel où se situe le présent de l’énonciateur et de son co-énonciateur, ce présent étant détaché du flux des instants qui se succèdent dans une temporalité externe (cosmique par exemple) ou d’une temporalité calendaire, chronique ou encore narrative. Il s’agit bien là d’une relativité, mais non de la relativité physique comprise par Galilée, puis complexifiée par Poincaré et Einstein... Cette relativité constituée de jeux de référentiels temporels (et spatiaux), les linguistes doivent en prendre acte, puis la décrire avec les concepts mathématiques qui s’y prêtent.

Mathématiser la temporalité linguistique

  • 7 Voir Abraham (1992), Desclés (1985 ; 1990, p. 273-313 ; 204) ; Abraham et Desclés (2012).
  • 8 Sur la notion de « prise en charge » et d’engagement de l’énonciateur, voir Desclés (2009a). Sur la (...)
  • 9 Voir Desclés (1980 ; 1982) ; Desclés et Guentchéva (2007/2012) ; Desclés et Guentchéva (2011).

6La notion de temporalité transcende à la fois les représentations sémantiques des lexèmes verbaux (dont les significations sont décrites par des schèmes sémantico-cognitifs)7, les relations strictement temporelles (concomitance, antériorité, postériorité et autres repérages…) et les caractérisations aspectuelles des propositions (ou « lexis ») sous-jacentes aux énoncés. Comment, en effet, évoquer des états et des événements sans faire intervenir une durée, des débuts et des fins…? Comment par exemple décrire la signification de tuer ou de traverser sans se référer à un avant, un pendant et un après ? Énoncer une relation prédicative, c’est obligatoirement la « prendre en charge », l’insérer dans un référentiel temporel8 et la présenter sous la forme soit d’une relation stable ou stabilisée, soit comme une occurrence événementielle, soit encore comme un processus évolutif9. Comment alors mathématiser ces concepts aspectuels élémentaires ? Peut-on les relier et leur associer des représentations figuratives destinées à les visualiser ?

  • 10 Voir Desclés (2005) ; Desclés et Ro (2011).

7Désignons par ‘ASPI’ un opérateur aspectuel10 qui a pour opérande une relation prédicative énonçable, désignée par ‘L’ – pour « lexis », au sens d’Antoine Culioli (1968 ; 1999, p. 100-101). Dans l’expression ‘ASPI (L)’, le symbole ‘I’ désigne un intervalle d’instants où la relation prédicative ‘L’ est réalisée (ou se réalise) : à un instant de ‘I’, ‘L’ est présentée comme pouvant être vraie (on dit encore : est validée). L’opérateur aspectuel ‘ASPI’ prend des formes différentes selon le choix aspectuel : (i) ‘ETATO (L)’ signifie que la relation prédicative ‘L’ est présenté comme un état réalisé à chaque instant d’un intervalle ouvert ‘O’ ; (ii) ‘EVENF (L)’ signifie que la relation prédicative ‘L’ est présentée comme une occurrence d’événement, pas nécessairement ponctuelle, qui s’est réalisée durant un intervalle fermé ‘F’ d’instants ; (iii) ‘PROCJ (L)’ signifie que la relation prédicative ‘L’ est présentée comme un processus évolutif qui se réalise à chaque instant de l’intervalle ‘J’, lequel est fermé à gauche et ouvert à droite. Chaque instant appartient à un intervalle continu (et pas seulement dense). Les étiquettes d’intervalle, de borne (ouverte ou fermée), de continuité ne sont pas, ici, métaphoriques, elles désignent des concepts mathématiques de la topologie générale. L’intervalle ‘O’, où est réalisé un état, est ouvert : ses bornes droite et gauche n’appartiennent pas à ‘O’ puisque toute prise en compte d’un début ou d’une fin est l’indication d’un changement (entrée dans l’état, sortie de l’état). L’intervalle ‘F’, déterminé par un événement, est fermé : ses bornes droite et gauche appartiennent à ‘F’ puisque toute occurrence d’un événement implique nécessairement la prise en compte d’un début (discontinuité initiale) et d’une fin (discontinuité terminale). L’intervalle ‘J’, où se réalise un processus, possède une borne gauche fermée, qui indique la prise en compte de l’existence d’un début d’évolution – sans un tel début, le processus serait réduit à un état stable ; le processus se développe ensuite à chaque instant de ‘J’ jusqu’aux instants qui précèdent immédiatement la borne droite ouverte qui, elle, est exclue de ‘J’, indiquant par là l’inaccomplissement du processus en cours.

Figure 1. Représentations des états, événements, processus par des diagrammes bi-dimensionnels des variations (des instants, des états d’un argument de la relation prédicative)

8Si les aspects élémentaires sont caractérisés par les trois types topologiques d’intervalles, leur mathématisation est loin d’être complète. Il faut, en effet, conceptualiser le stable et l’évolutif, opposer la transition déjà accomplie à l’évolution inaccomplie, en introduisant les variations dues au changement (de position spatiale ou le changement de l’un des attribut de la relation prédicative, le passage d’une existence ou une disparition…). Ainsi, dans le processus le soleil se lève, le soleil subit un mouvement (apparent) dans le ciel ; dans le soleil s’est levé, une transition événementielle a eu lieu entre un état antérieur (le soleil n’est pas encore apparent) et un état postérieur (le soleil est déjà devenu apparent). Avec des représentations cartésiennes, les variations qui affectent un ou plusieurs argument(s) de la relation prédicative aspectualisée sont indiquées sur un nouvel axe (Figure 1).

  • 11 Voir Desclés (1980 ; 1982 ; 2005) ; Desclés et Ro (2011).
  • 12 Le modèle de Reichenbach (1947) considère l’énonciation comme un instant, ce qui est contraire à l’ (...)

9Ces trois aspects élémentaires ne sont pas indépendants. En effet, un processus qui arrive jusqu’à un terme (étant interrompu, par exemple, par l’occurrence d’un événement), engendre une borne terminale de changement, c’est-à-dire qu’il devient un événement qui, à son tour, donne naissance à un état postérieur résultatif (exprimé souvent par la forme grammaticale de Parfait dans les langues). Cette borne terminale introduit une coupure continue dans l’ensemble des instants : le denier instant de la transition constitue en même temps la borne gauche de l’état résultatif ; cette continuité (mathématique, au sens de Dedekind) élimine tout instant lacunaire et tout saut entre l’événement et le résultatif contigu. Cela avait été déjà pressenti par les Stoïciens11, et en partie par Aristote avec son étude sur le mouvement dans sa Physique, sans que ces Anciens aient réussi à l’exprimer pleinement, faute d’avoir pu saisir la complexité mathématique du continu, comprise et formulée seulement à la fin du xixe siècle par Cantor et Dedekind. La coupure continue est encore à l’œuvre à la borne droite ‘To’ de l’acte d’énonciation, conçu comme un processus inaccompli (je suis en train de dire : …) : ‘To’ partage les instants (déjà) réalisés des instants non (encore) réalisés, ces derniers instants s’inscrivant dans une structure temporelle arborescente ; ‘To’ ne peut donc pas être conceptualisé comme « l’instant d’énonciation »12. D’autres concepts aspectuels dérivés (état permanent, état descriptif ou contingent, état résultant – ou état acquis par un argument de la relation prédicative –, état d’activité, état final, événement achevé etc.) reçoivent également une forme mathématique. Ainsi, l’achèvement traduit une notion plus fine que celle d’accomplissement : un événement devient achevé lorsque le processus qui l’a engendré ne pouvait plus évoluer au-delà du terme atteint, devenu alors un terme final. Comparons, par exemple, Luc a écrit sa thèse pendant/en un an : avec pendant, l’événement engendré est seulement accompli puisque il n’est pas indiqué que la thèse ait été complètement achevée, alors que avec en, on exprime un achèvement complet (la thèse est finie). La notion de perfectivité, exprimée par les formes perfectives des langues slaves, indique un certain achèvement, soit l’achèvement complet de l’événement entier, soit un achèvement de l’une de ses phases, par exemple l’achèvement d’un début (comme dans il s’est mis à vraiment travailler). Tout événement achevé implique son accomplissement, mais il peut être seulement accompli sans être achevé. Aussi, la perfectivité ne doit-elle pas être assimilée à l’accomplissement, grammaticalisé dans un grand nombre de langues (par exemple, les langues sémitiques). Les concepts aspectuels sont intégrés dans un réseau structuré par la relation « est une spécification de » et par des relations d’association et d’implication, réseau qui constitue une sorte « d’ontologie de la temporalité linguistique » (voir la figure 2, page précédente).

Figure 2. Réseau des spécifications (flèche ->) des concepts aspectuels élémentaires ; les flèches en pointillé (-->) expriment des liens d’association et d’implication.

Une autre approche de la sémantique formelle

10Les concepts, clarifiés et épurés par un processus de mathématisation, traversent mieux les différents courants, et peuvent ainsi être acceptés ou réfutés car jugés mal adaptés à la description de données empiriques ou à l’explicitation d’un problème. L’analyse de l’écart persistant – voire infranchissable – entre une forme mathématique imposée à un concept soumis à la critique, et une explicitation intuitive jugée plus exacte, est souvent source d’une meilleure compréhension du concept lui-même. L’histoire de la physique et de l’informatique nous a montré de tels approfondissements successifs. Pour mieux asseoir sa scientificité, la linguistique ne doit-elle pas emprunter un chemin balisé par une mathématisation progressive de ses concepts les plus élémentaires ? Le processus de formalisation inspiré par la théorie logique des modèles doit être complètement repensé et même inversé.

11Au départ, il s’agit d’identifier et de formuler des problèmes. Comment, par exemple, décrire la polysémie de peut dans Jean peut nager demain ? Comment expliquer les différences sémantiques entre les énoncés, parfois très proches : Luc part demain/Luc va partir demain/Luc partira demain/Il se peut que Luc parte demain par des représentations formelles différenciées ? Si nous cherchons à formaliser la sémantique des marqueurs des temps grammaticaux, il faut pouvoir expliquer comment les temps dits du passé, entre autres, se différencient entre eux. Il faut également montrer comment sont organisées les huit ou neuf significations de l’Imparfait français en faisant surgir un éventuel invariant sémantique. Un problème en sémantique se présente donc souvent sous la forme d’un paradigme construit d’énoncés apparentés (par exemple, une famille de paraphrases) qui s’opposent (au sens saussurien du terme) entre eux par des différences de signification qu’il convient de représenter par les déformations d’un éventuel invariant.

12La seconde étape consiste à préciser, ou même, dans la plupart des cas, à forger des réseaux de concepts. Pour rendre compte, par exemple, des différences entre Imparfait, Passé composé et Passé simple, l’opposition état/événement/processus dans différents référentiels temporels est indispensable. L’analyse ferait apparaître qu’un Imparfait en français ne renvoie jamais à un événement (dans le sens technique du terme) mais renvoie, selon les contextes, soit à un état descriptif (Luc était assis à sa table de travail [lorsque le téléphone a sonné]), soit à un processus (Luc travaillait à sa thèse [lorsque le téléphone a sonné]) ; ces deux situations aspectuelles (état et processus) sont inaccomplies au moment de l’occurrence de l’événement (le téléphone a sonné). Dans certains exemples, l’Imparfait semble exprimer un événement, étant alors commutable avec un Passé simple ou un Passé composé, comme dans (…) et, le lendemain, il était pris/il fut pris ; pourtant, une analyse contextuelle montrerait que la variation Imparfait/Passé simple est porteuse d’une importante différence sémantique : avec l’Imparfait, il s’agit d’une valeur (mentionnée souvent de façon fort confuse, par imparfait d’ouverture, de fermeture, narratif, de rupture…) qui indique un changement d’état (que nous avons intitulé « nouvel état ») dans l’univers référentiel, tandis que les Passés simple et composé (il fut/il a été pris le lendemain) indiquent seulement une occurrence d’événement insérée dans une succession narrative. Si le Passé simple renvoie toujours à un événement (pas nécessairement ponctuel comme en témoigne l’exemple La bataille dura plus de deux jours), le Passé composé peut renvoyer, selon les contextes, à une occurrence d’un événement (Luc a réussi son examen en juin puis il a aussitôt rejoint le Brésil), ou à un état résultant (ou état acquis par un actant) (Enfin, ça y est, Luc a passé avec succès son examen de logique, il peut donc maintenant s’inscrire en année de licence).

  • 13 Sur la notion d’opérateur et son importance en linguistique, voir Desclés (1981 ; 1990 ; 2009b), De (...)

13La description des différentes significations aspecto-temporelles est souvent facilitée par des représentations figuratives (par exemple des diagrammes temporels), c’est-à-dire des constructions argumentées et associées, par des règles explicites, aux formes linguistiques analysées ; ces représentations font partie d’un modèle interprétatif plus global, composé de différents référentiels temporels articulés entre eux. Dans le meilleur des cas, on peut travailler les concepts jusqu’à essayer d’en donner, lorsque cela est possible, une forme mathématique de façon à les rendre plus opératoires, et même, parfois, à les faire entrer dans un véritable système où des calculs formels deviennent envisageables. À partir du modèle descriptif, on cherche à dégager des opérateurs13 et relations élémentaires. Ayant précisé les intervalles topologiques d’instants sur lesquels se réalisent (ou sont validées) les propositions sous-jacentes aux énoncés, il est assez naturel d’en abstraire des opérateurs topologiques comme « prendre la borne ouverte (ou fermée) d’un intervalle », « prendre l’intérieur (ou l’extérieur) d’un intervalle », « prendre la borne d’inaccomplissement (respectivement, d’accomplissement) d’un intervalle »… et des relations temporelles comme « un événement a lieu pendant (ou avant) le déroulement d’un processus », « deux processus se déroulent de façon concomitante »… qui reçoivent des formes mathématisées et intégrables dans un formalisme général d’opérateurs.

  • 14 Pour une présentation et une application de la logique combinatoire à la linguistique, voir Desclés (...)
  • 15 Sur la notion de « formalisme intrinsèque », voir Desclés (1981).
  • 16 Pour les détails techniques, voir Curry (1958) ; Fitch (1974) ; Desclés (1990 ; 2004 ; 2009b ; 2011 (...)

14La troisième étape analyse comment les opérateurs sont composables entre eux. Par exemple, les opérateurs « prendre la fermeture de », « prendre l’intérieur de », « prendre l’extérieur de » opèrent sur des lieux abstraits (par exemple des intervalles d’instants) et se composent entre eux en faisant émerger la structure d’algèbre de Kuratowski, associée à un espace topologique. Pour accueillir de tels systèmes d’opérateurs de différents types (unaires, binaires, ternaires…), le cadre formel qui nous paraît le plus commode est celui de la logique combinatoire de Haskell Brooks Curry (1958)14 qui, justement, formalise les modes de composition et de transformation d’opérateurs quelconques. Ces opérations portant sur des opérateurs sont exprimées intrinsèquement15 à l’aide d’opérateurs très généraux, d’une plus grande abstraction, appelés « combinateurs » ; ceux-ci opèrent sur des opérateurs, y compris eux-mêmes, de façon à construire des opérateurs plus complexes. La description détaillée de la mécanique formelle des combinateurs nous entraînerait vers des développements techniques importants16. À l’intérieur de ce formalisme d’opérateurs, on cherche ensuite à caractériser un langage formel, spécifique au domaine étudié (par exemple celui des aspects et relations temporelles), construit à partir d’opérateurs ayant déjà reçu une interprétation précise dans un modèle interprétatif. Cette étape fait émerger, du modèle interprétatif, les constituants formalisés d’un (méta-) langage, dont les formules sont interprétées dans ce modèle afin de décrire les différences de signification associées aux phrases du paradigme problématique.

Faut-il se méfier de la mathématisation ?

  • 17 Voir aussi Desclés (1982).

15Les démarches utilisées dans l’élaboration d’une sémantique formelle traduisent deux attitudes épistémologiques assez différenciées. La théorie logique des modèles a plutôt pour but de montrer comment l’extension d’un langage formel déjà constitué peut s’appliquer à la représentation de certaines phrases d’une langue. La seconde approche part d’une analyse sémantique de problèmes linguistiques clairement identifiés ; elle met en œuvre un appareillage conceptuel à la base des représentations métalinguistiques formalisées capables de différencier les significations. Reprenant une distinction épistémologique de Jean-Marc Lévy-Leblond (1982) à propos de la physique, la première approche est pensée comme un « rapport d’application » d’un formalisme logique déjà constitué, tandis que la seconde traduit plutôt un « rapport de constitution » (et de construction) d’un formalisme destiné à analyser et représenter des configurations empiriques17.

  • 18 L’approche de la linguistique par des algèbres d’opérateurs, la théorie des types fonctionnels et l (...)

16Il a parfois été dit que formaliser un domaine, c’était avant tout construire un système axiomatisé dont le jeu des axiomes devrait expliciter le fonctionnement syntaxique et le contenu sémantique. Si ce point de vue est tout à fait justifié pour la logique et une partie des mathématiques, il l’est beaucoup moins pour les domaines qui reposent sur une base empirique. Ainsi, la physique n’a pas construit de systèmes axiomatisés. Son effort de mathématisation a surtout porté sur des systèmes de concepts : comment formaliser la vitesse instantanée, l’intensité des variations de vitesse, les différents types de mouvement, les changements de référentiel par transformations (galiléennes, puis de Lorentz) ? Comment unifier tous les types de force (gravitationnelle, électromagnétique, nucléaires forte et faible) ? La linguistique, et plus généralement les sciences humaines (psychologie cognitive, ethnologie, anthropologie…), reposent sur des bases empiriques beaucoup plus complexes que celles des sciences de la nature. Il est, par conséquent, assez illusoire de vouloir les axiomatiser. Tout au plus peut-on essayer de dégager des opérateurs composables entre eux pour faire apparaître des structurations, souvent locales. Avec les travaux de Claude Lévi-Strauss (1954) et André Weil, l’ethnologie a fait apparaître des transformations formelles dans les systèmes de parenté, aboutissant ainsi à des structures de groupe. La psychologie cognitive a également mis en évidence les opérateurs de la théorie des groupements de Jean Piaget, intégrés dans la logique combinatoire (par Louis Frey, 1967). Les travaux menés au moyen des systèmes d’opérateurs de Zellig Harris (1982) et ceux de Sebastian K. Shaumyan (1987)18 ne sont pas axiomatisés. En s’attaquant à une analyse des significations et à la construction du sens, la sémantique (du grammatical et du lexical) doit peut-être apprendre à mieux préciser et travailler ses concepts, en cherchant à les rendre capables de transcender les différences entre courants théoriques (devenus parfois des écoles centrées sur elles-mêmes). La sémantique doit aussi renoncer à faire appel trop souvent et trop vite à des conceptualisations supportées seulement par des images et des métaphores. Gaston Bachelard a bien montré comment certaines métaphores, comme « l’éponge », pouvaient être de véritables obstacles à une approche réellement scientifique de problèmes physiques. Trop d’images, trop de métaphores traversent actuellement les paysages de la « sémantique cognitive », notamment avec Ronald Langacker et Leonard Talmy. Une mathématisation progressive de ses principaux concepts de base, au moins dans les domaines qui s’y prêtent particulièrement (représentations des situations spatiales, temporelles, puis modales…), devrait amener la sémantique des langues à se méfier des nombreuses métaphores qu’elle emploie, certes commodes pour illustrer des concepts, mais parfois trop commodes puisqu’elles risquent de faire illusion et de bloquer toute tentative d’analyse plus opératoire et de compréhension profonde de la faculté de langage et de l’organisation sémiotique des langues.

Bibliographie

Références

Abraham Maryvonne, 1995, Analyse sémantico-cognitive des verbes de mouvement et d’activité. Contribution méthodologique à la constitution d’un dictionnaire informatique des verbes, thèse de doctorat, Paris, EHESS.

Abraham Maryvonne, Desclés Jean-Pierre, 2012, « Schèmes sémantico-cognitifs : approche formelle et cognitive », Document LaLIC et ENST-Bretagne.

Auroux Sylvain, 1993, La raison, le langage et les normes, Paris, PUF.

Auroux Sylvain, 1996, La philosophie du langage, Paris, PUF.

Bachelard Gaston, 1987 [1954], Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF.

Barbut Marc, 1965, « Topologie générale et algèbre de Kuratowski », Mathématiques et sciences humaines 12, p. 11-27.

Comrie Bernard, 1981, Language Universals and Linguistic Typology, Oxford, Blaxwell.

Culioli Antoine, 1968/1999, « La formalisation en linguistique », Cahiers pour l’Analyse 9, p. 106-117. Repris dans Culioli Antoine, 1999, Pour une linguistique de l’énonciation, t. II : Formalisation et opérations de repérage, Paris, Ophrys, p. 17-29.

Culioli Antoine, 2002, Variations sur la linguistique, Paris, Klincksieck.

Curry Haskell B. et Feys Robert, 1958, Combinatory Logic, vol. I, Amsterdam, North-Holland.

Desclés Jean-Pierre, 1980, « Construction formelle de la catégorie grammaticale de l’aspect », dans J. David et R. Martin éd., La notion d’aspect, Paris, Klincksieck, p. 195-237.

Desclés Jean-Pierre, 1981, « De la notion d’opération à celle d’opérateur ou à la recherche de formalismes intrinsèques », Mathématiques et sciences humaines 76, p. 5-32.

Desclés Jean-Pierre, 1982, « Quelques réflexions sur les rapports entre linguistique et mathématiques », dans Penser les mathématiques, séminaires de philosophie et mathématiques de l’École normale supérieure, Paris, Seuil, p. 88-107.

Desclés Jean-Pierre, 1985, « Représentations des connaissances : archétypes cognitifs, schèmes conceptuels, schémas grammaticaux », Actes sémiotiques, Documents VII, CNRS, p. 1-70.

Desclés Jean-Pierre, 1990, Langages applicatifs, langues naturelles et cognition, Paris, Hermès.

Desclés Jean-Pierre, 1994, « Relations casuelles et schèmes sémantico-cognitifs », Langages 113, p. 113-125.

Desclés Jean-Pierre, 1998, « Transitivité syntaxique, transitivité sémantique », dans Rousseau André éd., La transitivité, Lille, Presses du Septentrion, p. 162-180.

Desclés Jean-Pierre, 2004, « Combinatory logic, language, and cognitive representations », dans Weingartner Paul éd., Alternative Logics. Do Sciences Need Them ?, Berlin, Springer, p. 115-148.

Desclés Jean-Pierre, 2005, « Reasoning and aspectual-temporal calculus », dans Vanderveken Daniel éd., Logic, Thought and Logic, Berlin, Springer, p. 217-244.

Desclés Jean-Pierre, 2009a, « Opérations de prise en charge et d’engagement : une carte sémantique de catégorisations opérées par les langues », La notion de « prise en charge » en linguistique, Langue française 162, p. 29-53.

Desclés Jean-Pierre, 2009b, « Le concept d’opérateur en linguistique », Histoire Épistémologie Langage 31/1, p. 75-98.

Desclés Jean-Pierre, 2011, « Formes opératoires et topologiques en linguistique », Mathématiques et sciences humaines, 193, p. 99-117.

Desclés Jean-Pierre, à paraître, Aspects et temporalité dans les langues, approche théorique et cognitive.

Desclés Jean-Pierre et Cheong Kye-Sop, 2006, « Analyse critique de la notion de variable : points de vie sémiotique et formel », Mathématiques et sciences humaines, 174, p. 43-102.

Desclés Jean-Pierre et Guentchéva Zlatka, 1998, « Causality, causativity, transitivity » L. Kulikov, H. Vater éd., Typology ofVerbal Categories, Tübingen, Niemeyer, p. 7-27.

Desclés Jean-Pierre et Guentcheva Zlatka, 2013, Aspects et temporalité dans les langues, approche théorique et cognitive.

Desclés Jean-Pierre et Guentcheva Zlatka, 2011, « Référentiels aspecto-temporels : une approche cognitive et formelle appliquée au français », Colloque mondial de la linguistique française, La Nouvelle Orléans, (août 2010), Bulletin de la Société de linguistique de Paris, 56, 1, p. 95-127.

Desclés Jean-Pierre et Guentcheva Zlatka, 2012, « Universals and typology », dans R. Binick éd., The Oxford Handbook ofTenses and Aspect, Oxford University Press, p. 123-154.

Desclés Jean-Pierre et Heigin Ro, 2011, « Opérateurs aspecto-temporels et logique combinatoire », Mathématiques et sciences humaines, 193, p. 99-117.

Fitch Frederik B., 1974, Elements ofcombinatory Logic, New Haven, Yale University Press.

François Jacques, 2003, La prédication verbale et cadres prédicatifs, Louvain/Paris, Peeters (BIG 54).

Frey Louis, 1967, « Langages logiques et processus intellectuels », dans Les modèles et la formalisation des comportements, Colloques internationaux du CNRS, Paris, Éditions du CNRS, p. 327-345.

Ginisti Jean-Pierre, 1997, La logique combinatoire, Paris, PUF.

Grize Jean-Blaise, 1973, Logique moderne, Fascicule III, Paris, Gauthier-Villars.

Hagège Claude, 1986, La structure des langues, Paris, PUF.

Harris Zellig, 1982, A Grammar of English on Mathematical Principles, New York, John Wiley and Sons.

Lazard Gilbert, 2006, La quête des invariants interlangues. La linguistique est-elle une science ?, Paris, Honoré Champion.

Lévy-Leblond Jean-Marc, 1982, « Physique et mathématiques », dans Penser les mathématiques, Séminaires de philosophie et mathématiques de l’École normale supérieure, Paris, Seuil, p. 195-210.

Lévi-Strauss Claude, 1954, Structures élémentaires de la parenté, Paris, PUF.

Lewis Clarence et Langford Cooper Harold, 1959, Symbolic Logic, 2e édition, New York, Dover Brooks.

Montague Richard, 1974, Formal Philosophy, éd. et introduction de R. Thomason, New Haven, Yale University Press.

Pottier Bernard, 1974, Linguistique générale, théorie et description, Paris, Klincksieck.

Pottier Bernard, 1992, Théorie et analyse linguistique, Paris, Hachette.

Prior Arthur N., 1957, Time and Modality, Oxford, Clarendon Press.

Reichenbach Hans, 1947, Elements of Symbolic Logic, Londres, MacMillan.

Shaumyan Sebastian K., 1987, ASemiotic Theory of Natural Languages, Bloomington, Indiana University Press.

Vendler Zeno, 1967, « Verbs and times », Linguistics in Philosophy, New York, Cornell University Press, p. 97-121.

Notes

1 Un arbre syntaxique, que ce soit un arbre syntagmatique de la grammaire générative, un arbre de dépendance du modèle « sens-texte » de Mel’čuk ou un arbre applicatif construit par les grammaires catégorielles, a une structure bi-ordonnée : un ordre hiérarchique et l’ordre transversal syntagmatique des successeurs immédiats d’un sommet.

2 Voir Barbut (1965) ; Grize (1973, p. 17-46) ; Desclés (2011).

3 C’est la conception de la temporalité du modèle de Reichenbach (1947), repris par un grand nombre de linguistes.

4 Voir par exemple Culioli (2002, p. 82).

5 Sur la notion de « contrôle », voir Comrie (1981, p. 53-55), Hagège (1982, p. 50), Desclés (1985 ; 1990, p. 291-297 ; 1994 ; 1998).

6 Voir Desclés (1990, p. 225-271 ; 1994 ; 1998) ; Desclés et Guentchéva (1998) ; François (2003, p. 83-91).

7 Voir Abraham (1992), Desclés (1985 ; 1990, p. 273-313 ; 204) ; Abraham et Desclés (2012).

8 Sur la notion de « prise en charge » et d’engagement de l’énonciateur, voir Desclés (2009a). Sur la notion des référentiels en linguistique, voir Desclés et Guentchéva (2010/2012).

9 Voir Desclés (1980 ; 1982) ; Desclés et Guentchéva (2007/2012) ; Desclés et Guentchéva (2011).

10 Voir Desclés (2005) ; Desclés et Ro (2011).

11 Voir Desclés (1980 ; 1982 ; 2005) ; Desclés et Ro (2011).

12 Le modèle de Reichenbach (1947) considère l’énonciation comme un instant, ce qui est contraire à l’intuition puisque parler consomme du temps.

13 Sur la notion d’opérateur et son importance en linguistique, voir Desclés (1981 ; 1990 ; 2009b), Desclés et Cheong (2006).

14 Pour une présentation et une application de la logique combinatoire à la linguistique, voir Desclés (1990 : p. 133-237 ; 2004 ; 2005) ; Desclés et Ro (2011).

15 Sur la notion de « formalisme intrinsèque », voir Desclés (1981).

16 Pour les détails techniques, voir Curry (1958) ; Fitch (1974) ; Desclés (1990 ; 2004 ; 2009b ; 2011) ; Ginisti (1997) ; Desclés et Cheong (2006).

17 Voir aussi Desclés (1982).

18 L’approche de la linguistique par des algèbres d’opérateurs, la théorie des types fonctionnels et la logique combinatoire qui complexifient les grammaires catégorielles avec Harris (1982), Shaumyan (1987), Desclés (1990), vient compléter l’excellente chronologie de la réflexion linguistique au vingtième siècle (voir Auroux, 1996, p. 382-394).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Représentations des états, événements, processus par des diagrammes bi-dimensionnels des variations (des instants, des états d’un argument de la relation prédicative)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32105/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Figure 2. Réseau des spécifications (flèche ->) des concepts aspectuels élémentaires ; les flèches en pointillé (-->) expriment des liens d’association et d’implication.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32105/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search