Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Première partie. Histoire, épistémologie, langage

Catégorisation et conceptualisation : « évidentialité » et médiativité

Zlatka Guentchéva

Texte intégral

  • 1 Citons Vendryès (1923, p. 109-110) : « On désigne sous le nom de catégorie grammaticale les notions (...)
  • 2 Sur la distinction entre catégorie grammaticale et catégorie linguistique, voir en particulier Culi (...)
  • 3 Squartini (2008), Wiemer (2008), Boye et Harder (2009), Cornellie (2009), Boye (2010) entre autres.

1La distinction entre catégorie grammaticale et catégorie linguistique est loin d’être claire. En effet, si la majorité des linguistes s’accordent à caractériser la catégorie grammaticale comme un système complexe de correspondances entre un système de notions grammaticales (représentant des valeurs qui relèvent d’un même domaine sémantique) et un système de marqueurs grammaticaux observables qui, organisés en classes linguistiques, se définissent dans leur opposition1, il n’en va pas de même pour la notion de catégorie linguistique. De quelque façon que l’on pose la question, on se heurte au même problème : la notion de catégorie linguistique dépend du cadre théorique que l’on adopte. Ainsi, elle peut renvoyer soit à la notion de catégorie syntaxique, soit à celle de catégorie grammaticale au sens classique du terme, soit à un domaine conceptuel dont la portée dépasse le phénomène strictement grammatical et, dans cette perspective, acquérir un champ d’application plus large qui se manifeste également au travers des catégories syntaxiques ou de certaines notions lexicales2. Les débats menés ces dernières années sur la notion d’evidentiality opposent ainsi les linguistes, essentiellement les typologues, qui revendiquent une définition strictement grammaticale de la notion et ceux qui considèrent qu’une distinction rigide entre le grammatical et le lexical ne se justifie pas, et que la meilleure façon de rendre compte de cette notion est de l’envisager comme un domaine notionnel (fonctionnel, cognitif ou pragmatique), qui ne se réduit pas à un phénomène purement grammatical dans les langues du monde et qui permet de l’étendre à d’autres langues où aucun ensemble de marques grammaticales ne peut être identifié comme moyen d’expression de cette notion3. En fait, même si cette confrontation oppose les défenseurs d’une démarche sémasiologique à ceux qui privilégient une démarche onomasiologique et, en prenant en compte des faits identifiables comme relevant de la notion dans un cadre plus syntaxique, visent à établir un continuum entre grammaire et lexique, les débats sont souvent obscurcis aussi bien par la définition même de la notion que par une tendance à amalgamer ou combiner différentes traditions grammaticales et terminologiques qui ne permettent pas d’établir dans quelle mesure le phénomène analysé dans les langues diverge. C’est justement « le concept de métalangage dans son aspect purement linguistique » (Auroux 1979, p. 3) qui est posé et dont l’intérêt théorique est indéniable.

Problèmes terminologiques

  • 4 « Ainsi, à propos du suffixe inférence k’ dans :
    menà yap’a dõm-k’wa-k’
    bear man kill (IRREALIS)-3hum (...)

2Rappelons que le terme evidential revient à Franz Boas (1947), qui l’emploie dans la publication posthume de sa grammaire du kwakiutl à propos d’un suffixe à valeur inférentielle. Le terme s’impose dans le domaine de la linguistique amérindienne aux États-Unis et plus généralement en linguistique générale grâce à Roman Jakobson (1957), qui signale le phénomène en mentionnant des faits similaires en bulgare. Par ailleurs, le terme evidential est employé dans la description de la langue Nootka par Morris Swadesh (1939), élève de Edward Sapir, pour désigner des formes inférentielles. Ce terme n’est toutefois pas utilisé par Sapir (1912, p. 114) qui, opposant les formes verbales du realis à celles de l’irrealis dans sa description du takelma, fait référence à des formes exprimant « la source ou la nature du savoir du locuteur (acquis par expérience, par ouï-dire, par inférence) »4. Les premiers travaux importants consacrés à la notion d’evidentiality à visée typologique apparaissent cependant avec le recueil d’articles Evidentiality : the linguistic coding of epistemology, publié par Wallace Chafe et Johanna Nichols (1966) (pour une rapide rétrospective, voir Jacobsen 1986, ainsi que Guentchéva 1996). Mais le domaine sémantique de la notion est déjà présent chez Franz Boas dans sa description du kwakiutl (voir Handbook of American Indian Languages) où l’auteur signale le suffixe (-xənt) qui, marquant probablement l’inférence, fait partie d’un « petit groupe de suffixes exprimant la source et la certitude d’un savoir » (Boas 1911, p. 443).

3Ainsi, aussi bien Franz Boas qu’Edward Sapir relient implicitement deux domaines sémantiques, à savoir celui de la source d’un savoir subjectif qui ne repose pas sur l’observation directe des faits et qui peut avoir pour origine le ouï-dire ou le rêve d’une part, et celui des modalités épistémiques d’autre part. Depuis, le terme evidential et la notion d’evidentiality se sont progressivement étendus à tout un répertoire de procédés formels, à la fois grammaticaux et lexicaux (notamment les adverbes), visant à établir une distinction grammaticale entre constatation, expérience ou preuve (evidence) directe, considérée généralement comme non marquée, et constatation, expérience ou preuve indirecte, fondée sur un propos rapporté ou sur une inférence (Willett 1988, p. 57).

4En français, les termes évidentiel et évidentialité ont été introduits par Co Vet (1988) dans son compte-rendu du recueil de Chafe et Nichols. Depuis, leur usage s’est répandu et imposé (Dendale 1991). En dehors du fait qu’ils introduisent un contre-sens étymologique évident en français (Guentchéva 1996, p. 13 ; Lazard 2000 ; Guentchéva et Landaburu 2007a), ces termes, même employés comme des termes techniques, restent cependant problématiques. En effet, dans beaucoup d’autres langues du monde, sinon dans la majorité, l’organisation du système grammatical ne correspond pas à celle des langues amérindiennes qui ont servi de prototypes pour leur élaboration, et ne repose pas sur une opposition entre accès direct/accès indirect à l’information. Si dans un certain nombre de langues on peut bien reconnaître une catégorie grammaticale permettant de regrouper des formes verbales exprimant un certain nombre de notions comme message rapporté obtenu d’un tiers non spécifié, d’un ouï-dire, inféré ou fondé sur un raisonnement abductif (au sens de Peirce), ou encore celles d’un savoir acquis ou mémorisé, de faits rêvés ou imaginaires, contes, mythes…, une telle catégorie ne permet pas d’interpréter sémantiquement les autres formes verbales comme un moyen de présenter les faits comme perçus ou observés directement, ou d’indiquer une quelconque source de l’information. C’est le cas, par exemple, des langues faisant partie de ce qu’on appelle « the Great Evidential Belt » (langues slaves du sud, albanais, arménien, iranien, turc, l’indo-arien et bien d’autres) dont l’organisation du système grammatical marque une différence fondamentale par rapport à celle des langues qui, comme les langues amérindiennes, ont des morphèmes qui réfèrent à la source de l’information et qui peuvent varier suivant la nature de cette source. Le domaine sémantique de la catégorie appelée médiatif/médiativité peut être ainsi relié à celui de l’evidentiality, mais ne se confond pas avec ce dernier. C’est bien cette différence qui justifie le recourt à des notions telles que médiatif/médiativité en français (Guentchéva 1996 ; Lazard 1996), non confirmative en anglais (Friedman 1986, 2000) utilisé pour le domaine slave, indirectivity pour les langues turques (Johanson 2000, 2003) ou encore zaglasnost’ en russe pour le domaine caucasique.

Problèmes conceptuels

5La difficulté avec les définitions de la notion d’evidentiality est qu’elles font appel aux notions de « source de l’information ou du savoir », de « preuve » (au sens du terme anglais evidence) ou de « justification », les deux dernières notions renvoyant à toute espèce d’indices ou de témoignage sur lesquels s’appuie l’énonciateur pour présenter un fait. Mais ces trois notions (source d’information, évidence et justification) sont-elles suffisamment précises pour en faire des concepts opératoires ? Selon une définition courante dans la tradition anglo-saxonne, c’est la notion de « source d’information » (Bybee 1985, Willett 1988, Aikhenvald 2004, de Haan 2005, entre autres) qui est prise comme un paramètre permettant d’identifier la catégorie grammaticale en question :

Les évidentiels peuvent être définis d’une manière générale comme des marqueurs qui indiquent quelque chose à propos de la source de l’information dans la proposition. (Bybee 1985, p. 184)

Les gram[mème]s évidentiels indiquent quelque chose à propos de la source de l’information dans l’assertion du locuteur. (Bybee et al. 1994, p. 95)

L’évidentialité est une catégorie linguistique dont la signification première est la source de l’information. (Aikhenvald 2004, p. 3)

6Ces définitions font apparaître en termes très généraux un consensus pour décrire les valeurs sémantiques associées à la catégorie, que l’on peut illustrer par un exemple de la famille Tukano, que l’on peut qualifier de classique représentant de la catégorie :

1) Tucano (Aikhenvald 2004, p. 52)

1) Tucano (Aikhenvald 2004, p. 52)

7Mais la source d’information n’est pas un critère définitoire permettant de délimiter les frontières de l’espace conceptuel associé à la notion d’evidentiality, ce qui explique le recours à la notion d’evidence, qui doit être spécifiée ou encore à celle de justification (voir Anderson 1986, p. 274) :

L’évidentialité porte sur la preuve dont dispose le locuteur pour son affirmation. (de Haan 1999, p. 25)

Par évidentialité, au sens strict, on entend l’affirmation de l’existence d’une source de la preuve pour une certaine information ; ceci inclut l’affirmation qu’il y a une certaine preuve, ainsi qu’une spécification du type de preuve qui existe. (Aikhenvald 2003, p. 1)

  • 5 À ce propos, de Hann (2005, p. 380) affirme : « L’évidentialité asserte la preuve, alors que la mod (...)

8Bien que la spécification de la source d’information, du type d’évidence et de justification varient dans les différentes conceptualisations proposées, le recours à la notion d’evidence relie, d’une façon ou d’une autre, la notion d’evidentiality à l’évaluation de l’information et donc aux modalités épistémiques, même si de nombreux chercheurs les excluent de son champ conceptuel5. Ce n’est pas non plus sans conséquence pour le débat qui oppose les défenseurs d’une stricte catégorie grammaticale et les partisans d’une démarche onomasiologique-fonctionnelle qui prend en compte tout procédé lexical ayant pour fonction le domaine conceptuel en question (Boye 2010 ; Wiemer 2010). L’espace conceptuel associé à la notion d’evidentiality couvre ainsi aussi bien des notions qui ont trait à un savoir relevant de l’univers directement accessible aux sensations de l’énonciateur (vue, ouïe, olfaction, toucher…) que des notions qui réfèrent à des informations obtenues par voie indirecte ou inférées, et peuvent ainsi indiquer l’attitude du locuteur sur la validité du propos. On oppose ainsi l’information directe à l’information indirecte : l’information directe présuppose que le contenu du message transmis par l’énonciateur est fondé sur son expérience visuelle, auditive ou plus généralement sensorielle (exemples 1a) et 1b)) ; l’information indirecte spécifie que les faits ont été obtenus par un tout autre type de source : ils peuvent être rapportés car ils ne reposent pas sur l’expérience personnelle de l’énonciateur et donc n’ont pas été observés par lui, ils ont été inférés à partir d’indices ou bien résultent d’une supposition ; l’information indirecte est subdivisée, à son tour, en information rapportée (dite aussi « rénarrative », « citationnelle », « citée »…) et information inférentielle ou présomptive.

9Mais les études montrent que, même dans les langues ayant un paradigme obligatoire de morphèmes grammaticaux identifiés comme « evidentials », la source de l’information, l’existence ou la nature d’une preuve (« evidence ») ou la « justification » ne sont pas des notions suffisamment bien définies pour servir de concepts de base permettant de rendre compte de leurs valeurs avec précision. En effet, deux dimensions au moins se dégagent à travers la diversité des systèmes « evidentials » : l’une est fondée sur la source de l’information, l’autre sur l’existence ou la nature de la preuve (Guentchéva et Landaburu 2007a). Lorsque la source est prise comme notion de base, l’information renvoie aux modes/conditions d’accès au propos transmis, permettant ainsi de « moduler la prise en charge » ou, plus techniquement, d’articuler les opérations énonciatives qui portent sur la prise en charge d’un contenu prédicatif (Desclés 2010 ; Guentchéva 2011). Lorsque la notion d’evidence est prise comme notion de base, elle se rapporte à l’expression de la subjectivité et entraîne, suivant la langue analysée de façon quasi-automatique, des distinctions relevant de la fiabilité de l’information (Chafe 1986 ; Mithun 1986) et donc du vrai/faux, comme le fait apparaître très clairement la définition de M. Mithun (1986) :

Les marqueurs évidentiels qualifient la fiabilité de l’information transmise de quatre façons. Ils spécifient la source de la preuve sur laquelle sont fondées les affirmations, leur degré de précision, leur probabilité et les attentes concernant leur probabilité. (p. 89)

10De ce fait, l’information impliquant un ouï-dire ou un raisonnement à partir d’indices observés est considérée comme moins fiable que celle fondée sur un fait directement observé, et donc relié à l’expression d’une évaluation épistémique.

11On prendra deux exemples pour montrer les difficultés que soulève l’absence d’une conceptualisation qui permette d’aboutir à une définition plus précise pour mieux cerner la notion complexe d’evidentiality. Le premier portera sur le statut du marqueur dit « visuel », le second fournira quelques arguments pour distinguer la valeur dite inférentielle et de modalité épistémique.

La notion de visuel

12Le problème des rapports entre le visuel et la source de l’information est difficile. Une de ces difficultés est que tout énoncé marqué comme visuel peut être analysé soit comme relevant d’une prise en charge énonciative, soit comme relevant de l’assertion.

  • 6 Voir Willett (1988) : « dans peu de langues les évidentiels sont marqués comme une catégorie gramma (...)

13Dans certaines langues, des constructions morphosyntaxiques sont analysées comme directement ancrées sur la perception visuelle car les faits transmis par l’énonciateur ont été appréhendés par voie strictement visuelle. Prenons le cas de la langue Maricopa (langue amérindienne de la branche Yuman, parlée en Colombie et au Brésil). Elle semble la seule langue décrite à l’heure actuelle à avoir grammaticalisé de façon transparente la 1re pers. du sg. du verbe de perception yuu-k « voir » en morphème visuel ’yuu-, le préfixe ’- étant la marque de cette 1re pers. (Gordon 1986). Mais le marqueur « visuel » n’apparaît pas à l’état pur et il est imbriqué avec d’autres notions comme l’aspect et le temps6. Les exemples et les commentaires de l’auteur révèlent que l’occurrence de ce marqueur ne repose pas vraiment sur le constat visuel mais traduit l’engagement de l’énonciateur sur la vérité de « ce qui est dit ». On peut ainsi opposer un énoncé qui est une simple prise en charge du contenu propositionnel (le dictum au sens de Charles Bally) à un énoncé qui marque explicitement que l’énonciateur s’engage sur la vérité de ce qui est dit :

2) Maricopa, langue amérindienne (Gordon 1986)

2) Maricopa, langue amérindienne (Gordon 1986)

14Deux autres exemples permettent de confirmer que l’occurrence du visuel - (k)’yuu est la trace d’une opération associée à un engagement catégorique de l’énonciateur par rapport au contenu propositionnel, et permet d’opposer ainsi un énoncé simplement déclaratif 3a) à un énoncé assertif 3b) :

3) Maricopa, langue amérindienne (Gordon 1986)

3) Maricopa, langue amérindienne (Gordon 1986)

15En français, cette opposition correspondrait à « j’ai dansé »/ « j’affirme que j’ai dansé/j’ai vraiment dansé », et non pas à « j’ai vu que je dansais/je me suis vu danser ». Elle se manifeste à toutes les personnes :

4) Maricopa, langue amérindienne (Gordon 1986)

4) Maricopa, langue amérindienne (Gordon 1986)

16Le qiang, langue tibéto-birmane, fournit un autre exemple de l’opposition entre prise en charge énonciative et assertion. Dans cette langue, Randy LaPolla (2003, p. 65-70) identifie un morphème visuel [-u ⁓ -wu] qui, selon l’auteur, n’est pas obligatoire même si le message transmis est ou a été observé, comme en 5), mais il permet de mettre en évidence, si l’énonciateur le souhaite, que l’information fournie à propos d’un participant repose réellement sur un fait observé (5) :

5) Qiang, langue tibéto-birmane (LaPolla 2003)

5) Qiang, langue tibéto-birmane (LaPolla 2003)

6) the : zdzyta fia-qә- (w) u

6) the : zdzyta fia-qә- (w) u

17Randy LaPolla (ibid. p. 73) signale que l’énonciateur peut recourir au morphème visuel dans un énoncé interrogatif même si l’interlocuteur a observé le fait sur lequel il est questionné :

7) Qiang, langue tibéto-birmane (LaPolla 2003)

7) Qiang, langue tibéto-birmane (LaPolla 2003)

18De toute évidence, ce qui est soumis à la question, ce n’est pas la source de l’information mais la vérité de « ce qui est dit ».

19Les morphèmes spécifiquement visuels sont extrêmement rares dans les langues, et leur interprétation est généralement pragmatiquement impliquée. Dans l’état actuel de la recherche, il semble que le statut linguistique du morphème dit « visuel » doit être articulé avec la notion de prise en charge de la vérité d’une proposition déjà construite (sur les différentes opérations que la prise en charge implique, voir Desclés 2009).

L’evidentiality dans son rapport avec la modalité épistémique

20L’affirmation que les modalités épistémiques incluent l’evidentiality n’est pas surprenante si l’on conçoit cette dernière comme une notion qui implique la fiabilité, la probabilité, le degré de certitude de l’information, comme le font de nombreux auteurs (Givón 1982, Bybee 1985, Chafe, 1986, Mithun 1986, Palmer 1986 parmi beaucoup d’autres). Wallace Chafe (1986), par exemple, élargit la notion d’evidence en incluant la croyance (belief), l’induction et la déduction. De même, Franck Palmer considère que le terme d’épistémique concerne non seulement les systèmes modaux qui impliquent les notions de possibilité et de nécessité, mais aussi les marqueurs evidentials qui indiquent un degré d’engagement de la part du locuteur (preuve perceptuelle, ouï-dire…). Depuis, de nombreux arguments que nous ne reprendrons pas ici par manque de place ont été avancés pour montrer que la notion d’evidentiality ne se confond pas et ne peut être confondue avec la modalité épistémique (Aikhenvald 2004 ; de Haan 1999 ; Hassler 2010).

21Considérer par ailleurs que l’inférence médiative (inferential evidentiality) renvoie à un chevauchement des catégories de la modalité et de l’évidentialité (Van der Auwera et Plungian 1998, p. 85) n’est pas plus satisfaisant, car elle repose sur le fait que la valeur inférentielle est généralement traduite par des verbes modaux comme must en anglais ou devoir ou pouvoir en français, ou encore par des adverbes comme probablement, peut-être, etc. En effet, elle nous dit seulement que must peut avoir en anglais une valeur inférentielle, mais n’explique pas les valeurs « épistémiques » que l’on peut lui associer suivant le contexte dans lequel ce verbe apparaît. En français, le verbe devoir peut conduire à l’expression d’une hypothèse plausible fondée sur un raisonnement abductif au sens de Charles S. Peirce (Marie a mauvaise mine. Elle doit être malade) ou à la probabilité, c’est-à-dire à un conséquent probabilisé, fondé sur un raisonnement déductif (Jean a beaucoup travaillé. Il doit être fatigué) (voir sur ce point Desclés et Guentchéva 2001).

  • 7 Voir Jakobson 1957/1963, Anderson 1986, Oswalt 1986, Guentchéva 1995, de Haan 1999, Lazard 2001 ; K (...)

22L’evidentiality et la modalité épistémique sont deux domaines distincts7. Appréhender la relation entre la valeur inférentielle et la valeur d’une modalité épistémique des énoncés suppose, selon nous, une approche des faits de langue avec des concepts précis permettant de distinguer une information présentée comme plausible à la suite d’un raisonnement abductif d’une information présentée comme possible ou probable. On peut avancer plusieurs arguments ; on n’en citera que quelques-uns par manque de place.

23Dans les langues comme le bulgare, l’albanais, le persan, le turc, le népali… où une catégorie médiative (ou d’indirectivity pour le turc) est attestée, tout énoncé comportant des formes verbales médiatives reste en dehors de toute assignation en vrai ou en faux : il n’exprime ni l’attitude de l’énonciateur sur la vérité du contenu propositionnel, ni la fiabilité de l’information, ni le doute, ni une quelconque évaluation ; il marque que l’énonciateur ne se porte pas garant des faits présentés et prend ainsi quelque distance par rapport à ces faits.

24Les formes médiatives à valeur inférentielle peuvent apparaître en cooccurrence avec des verbes modaux. Prenons le cas du bulgare. En bulgare il n’y a que quelques verbes modaux : trjabva « devoir » qui est invariable, moga « pouvoir » et može « il est possible, il se peut », umeja « être capable de », qui peuvent se trouver en cooccurrence avec des formes médiatives. On peut ainsi comparer 8) à 9) et à 10).

  • 8 Ou plus techniquement : ├ p => q
    q
    - ----------------
    plausible (p)

25L’exemple 8) illustre un raisonnement abductif au sens de Charles S. Peirce8 : on constate, par exemple, que la valise de la personne n’est plus là et on envisage une hypothèse plausible (« la personne est partie ») :

26En 9) la même forme médiative à valeur inférentielle est en cooccurrence avec le verbe modal trjabva « devoir », et l’énoncé renvoie à la probabilité d’une hypothèse plausible [probable (plausible (p)] :

27La cooccurrence du modal može « il est possible (que) », qui est une forme invariable, entraîne la probabilité d’une hypothèse plausible :

28L’ajout du modalisateur može bi « peut-être » entraîne une réserve sur le raisonnement abductif et signale que celui-ci n’a qu’un intérêt secondaire pour la suite du propos :

29Un important argument pour la distinction entre la catégorie médiative et les modalités nous est fourni par les formes médiatives des verbes modaux :

30Un autre argument nous est fourni par une langue comme le Tuyuca (langue amerindienne de la famille Tukano, Brésil et Colombie) où chaque énoncé est obligatoirement marqué par un morphème evidential (Barnes 1984), mais dispose aussi de morphèmes modaux qui apparaissent en cooccurrence et servent à évaluer le contenu propositionnel :

13) Tuyuca (famille tukano, Brésil et Colombie)

a.

Wáa-ro

boó-a

go-OBL

want-VIS. PRES

“I must go.”

b.

Wáa-bo-ku.

go-POSS-ASS.PRES

“I may go.” (cités par de Haan 1999)

31Il semble que la notion d’evidence dont la trace est le visuel – a en 8a) et le présomptif – ku en 8b) ne soit plus au premier plan, supplantée par les valeurs modales véhiculées par – ro- et – bo- qui correspondent, selon de Haan, à la distinction entre déontique et épistémique.

32Pour conclure, c’est la définition de la notion d’evidentiality ou plutôt la conceptualisation de l’evidentiality qui soulève un véritable problème. Contrairement à une idée généralement répandue, il n’y a pas de réel consensus concernant le champ notionnel couvert par cette notion, puisque le terme a été retenu pour être appliqué à : 1) des marqueurs indiquant la source de l’information ; 2) des marqueurs indiquant toute espèce d’indices ou de témoignages (evidence et justification) ; 3) des marqueurs épistémiques décodant la nature du savoir de l’énonciateur ; 4) des marqueurs épistémiques encodant l’attitude de l’énonciateur à l’égard du contenu propositionnel ; 5) des marqueurs incluant la croyance, l’induction et la déduction. Il n’est pas évident non plus que l’on caractérise correctement les oppositions pertinentes dans des langues où la notion d’evidentiality est associée avant tout à des marqueurs grammaticaux. Étant donné la complexité des catégorisations, il est indispensable de partir de concepts bien définis pour les articuler ensuite de façon cohérente avec d’autres concepts, et établir ainsi un réseau de concepts opératoires permettant de dégager des invariants langagiers à travers la diversité des langues.

Bibliographie

Références

Aikhenvald Aleksandra, Y., 2003, « Evidentiality in typological perspective », Studies in evidentiality, A. Y. Aikhenvald, R. M. W. Dixon éd., Amsterdam/Philadelphie, Benjamins, p. 1-31.

Aikhenvald Aleksandra, Y., 2004, Evidentiality, Oxford, Oxford University Press.

Anderson Lloyd, 1986, « Evidentials, paths of change, and mental maps : Typologically regular asymetries », dans W. Chafe et J. Nichols éd., p. 273-312.

Auroux Sylvain, 1979, « Catégories de métalangages », Histoire Épistémologie Langage 1/1, p. 3-14.

Barnes Janes, 1984, « Evidentials in the Tuyuca verb », IJAL 3/50, Chicago, The University of Chicago, p. 255-271.

Boas Franz, 1911, Kwakiutl, Handbook of American Indian Languages, Part 1, Washington, Government Printing Office.

Boas Franz, 1947, « Kwakiutl grammar, with a glossary of the suffixes », Transactions of the American Philosophical Society 37/3, p. 201-377.

Boye Kasper, 2010, « Evidentiality for what ? Evidentiality and scope », STUF – Language Typology and Universals, 63/4, p. 290-307.

Boye Kasper et Harder Peter, 2009, « Linguistic catégories and grammaticalization », Functions ofLanguage 16/1, p. 9-43.

Bybee Joan L., 1985, Morphology. A study of the relation between meaning and form, Amsterdam, Benjamins.

Bybee Joan L., Perkins R. et Pagliuca W., 1994, The Evolution ofGrammar : Tense, Aspect, and Modality in the Languages of the World, Chicago, University of Chicago Press.

Chafe Wallace, 1986, « Evidentiality in English conversation and academic writing », dans W. Chafe and Johanna Nichols éd., p. 261-272.

Chafe Wallace et Johanna Nichols, 1986, Evidentiality : The Linguistic Coding of Epistemology, Norwood, Ablex Publishing Corporation.

Cornellie Bert, 2009, « Evidentiality and epistemic modality : on the close relationship between two different categories », Functions ofLanguage 16/1, p. 44-62.

Culioli Antoine et Desclés Jean-Pierre, 1981, Systèmes de représentations linguistiques et métalinguistiques (Les catégories grammaticales et le problème de la description de langues peu étudiées), Paris, UNESCO.

De Haan Ferdinand, 1999, « Evidentiality and epistemic modality : setting boundaries », Southwest Journal ofLinguistics 18, p. 83-101.

De Haan Ferdinand, 2001, « The relation between modality and evidentiality », Linguistische Berichte 9, p. 201-216.

Dendale Patrick et Liliane Tasmowski éd., 1994, Les sources du savoir et leurs marques linguistiques, Langue française 102.

Dendale Patrick, 1992, Le marquage épistémique de l’énoncé : esquisse d’une théorie avec applications au français, thèse de doctorat, UIA, université d’Anvers, Ann Harbor, Dissertations Abstracts International (DA 9213900).

Desclés Jean-Pierre, 1996, « L’abduction, procédé d’explication en linguistique », Modèles linguistiques XVI/2, p. 9-36.

Desclés Jean-Pierre, 2009, « La prise en charge, engagement et désengagement », Langue française 162, p. 29-53.

Desclés Jean-Pierre et Guentchéva, Zlatka, 2001, « La notion d’abduction et le verbe devoir “épistémique” », Les verbes modaux, P. Dendale et J. Van der Auwera éd., Amsterdam/Atlanta, Rodopi B.V., p. 103-122 (Cahier Chronos 8).

Friedman Victor, 1986, « Evidentiality in the Balkans : Bulgarian, Macedonian, and Albanian », dans W. Chafe et J. Nichols éd., p. 168-187.

Friedman Victor, 2000, « Confirmative/non cofirmative in Balkan Slavic, Balkan Romance, and Albanian with additional observations on Turkish, Romani, Georgian, and Lak », dans L. Johanson éd., p. 329-366.

Givòn Talmy, 1982, « Evidentiality and epistemic space », Studies in Language 6/1, p. 23-49.

Gordon Lynn, 1986, « The development of evidentials in Maricopa », dans W. Chafe et J. Nichols éd., p. 89-112.

Guentchéva Zlatka éd., 1996, L’énonciation médiatisée, Louvain/Paris, Peeters (BIG 35).

Guentchéva Zlatka éd., 1996, « Introduction », dans Z. Guentchéva éd., p. 11-18.

Guentchéva Zlatka éd., 2011, « L’opération de prise en charge et la notion de médiativité », La prise en charge énonciative. Études théoriques et empiriques, Bruxelles, De Boeck et Duculot, p. 117-142.

Guentchéva Zlatka et Jon Landaburu éd., 2007, L’énonciation médiatisée II : Le traitement épistémologique de l’information : Illustrations amérindiennes et caucasiennes, Louvain/Paris, Peeters (BIG 63).

Guentchéva Zlatka et Jon Landaburu éd., 2007a, « Introduction », dans Z. Guentchéva et J. Landaburu éd.

Hassler Gerda, 2010, « Epistemic modality and evidentiality and their determination on a deictic basis : The case of romance languages », Linguistic realisation of evidentiality in European languages, G. Diewald et E. Sminrova, éd., Berlin/New York, Mouton de Gruyter, p. 223-248.

Jakobson Roman, 1957/1963, « Shifters, verbal categories, and the Russian verb », Cambridge, Harvard University (traduction française 1963).

Johanson Lars, 2000, « Turkic indirectives », Evidentials. Turkic, Iranian and Neighbouring Languages, L. Johanson et Bo Utas éd., Berlin/New York, Mouton de Gruyter, p. 61-87.

Kronning Hans, 2004, « Modalité et médiation épistémiques », La Médiation. Marquages en langue et en discours, vol. 1 : Des faits de langue aux discours, R. Delamotte-Legrand éd., Rouen, Publications de l’université de Rouen, p. 34-65.

Kuryłowicz Jerzy, 1966, Esquisses linguistiques, Wrocław/Cracovie, Académie polonaise des sciences.

LaPolla Randy J., 2003, « Evidentiality in Qiang », Studies in Evidentiality, Y. Alexandra Aikhenvald et R. M. W. Dixon, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins, p. 63-78.

Lazard Gilbert, 1996, « Le médiatif en persan », dans Z. Guentchéva éd., p. 21-30.

Lazard Gilbert, 2000, « Le médiatif : considérations théoriques et application à l’iranien », Evidentials. Turkic, Iranian and Neighbouring Languages, L. Johanson et Bo Utas éd., Berlin/New York, Mouton de Gruyter, p. 209-222.

Mithun Marianne, 1986, « Evidential diachrony in the Jaqi languages », dans W. Chafe et J. Nichols éd., p. 89-112.

Oswalt Robert L., 1986, « The evidential system of Kashaya », dans W. Chafe et J. Nichols éd., p. 29-45.

Palmer Franck R., 1986, Mood and Modality, Cambridge, Cambridge University Press (2e edition, 2001).

Peirce Charles S., 1965, Principles ofPhilosophy. Elements ofLogic, dans C. Hartshorne et P. Weiss éd., Collected Papers of Charles Sanders Peirce, vol. I et II., Cambridge, Harvard University Press.

Sapir Edward, 1921, Language. An introduction to the study of Speech, New York, Harcourt, Brace and Company. Trad. française par S.M. Guillemin, Le langage, 1968 [1953], Paris, Payot.

Squartini Mario éd., 2008, « Evidentiality between lexicon and grammar », Rivista di Linguistica, 19/1.

Swadesh Morris, 1939, « Nootka internal sytax », International Journal ofAmerican Linguistics 9, p. 77-102.

Van der Auwera Johan et Vladimir Plungian, 1998, « Modality’s semantic map », Linguistic Typology 2, p. 79-124.

Vendryès Jean, 1921, Le langage, Paris, Payot.

Wiemer Björn, 2010, « Hearsay in European languages : Toward an integrative account of grammatical and lexical marking », Linguistic realisation of evidentiality in European languages, G. Diewald et E. Sminrova éd., Berlin/New York, Mouton de Gruyter, p. 59-130.

Wiemer Björn éd., 2008, « Lexicalische Evidenzialitäts – Marker in slwischen Schprahen », Wiener Slawistischer Almanach, Sonderband 72, Munich/Vienne.

Willett Thomas, 1988, « A Cross-linguistic survey of the grammaticalization of evidentiality », Studies on Language 1/12, p. 51-97.

Notes

1 Citons Vendryès (1923, p. 109-110) : « On désigne sous le nom de catégorie grammaticale les notions qui s’expriment au moyen de morphèmes. […] les catégories grammaticales ne se définissent que par la forme qui les exprime. […] Les catégories grammaticales sont donc relatives à une langue donnée, et à une certaine période de l’histoire de chaque langue » J. Kuryłowicz (1960, p. 54-71) va dans le même sens en insistant tout particulièrement sur leur évolution : « il peut y avoir déplacement du contenu sémantique dû à l’extension progressive d’une forme grammaticale ».

2 Sur la distinction entre catégorie grammaticale et catégorie linguistique, voir en particulier Culioli et Desclés (1996, p. 78-79).

3 Squartini (2008), Wiemer (2008), Boye et Harder (2009), Cornellie (2009), Boye (2010) entre autres.

4 « Ainsi, à propos du suffixe inférence k’ dans :
menà yap’a dõm-k’wa-k’
bear man kill (IRREALIS)-3human obj-INFERENTIAL
“It seems that the bear killed the man/The bear must have, evidently has killed the man”
Sapir (1912, p. 158) met en évidence sa fonction : « impliquer que l’on ne sait pas vraiment de façon indiscutable que l’événement a eu lieu, ou qu’il a été inféré de certains faits (comme la découverte du cadavre d’un homme ou la présence d’empreintes d’un ours dans le voisinage de la maison), ou que l’affirmation n’est pas celle du locuteur lui-même ».

5 À ce propos, de Hann (2005, p. 380) affirme : « L’évidentialité asserte la preuve, alors que la modalité épistémique évalue la preuve ». Par manque de place, je ne commenterai pas cette formulation de l’auteur.

6 Voir Willett (1988) : « dans peu de langues les évidentiels sont marqués comme une catégorie grammaticale indépendante. Le domaine sémantique de l’évidentialité est plutôt éparpillé à travers les différentes sous-catégories du système temporel/aspectuel/modal des langues ».

7 Voir Jakobson 1957/1963, Anderson 1986, Oswalt 1986, Guentchéva 1995, de Haan 1999, Lazard 2001 ; Kronning 2004, Desclés 2009… Sur la disjonction conceptuelle de la modalité et de la médiativité épistémique, accompagnée d’arguments linguistiques, voir Kronning (2004, p. 47-48).

8 Ou plus techniquement : ├ p => q
q
- ----------------
plausible (p)

Table des illustrations

Titre 1) Tucano (Aikhenvald 2004, p. 52)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre 2) Maricopa, langue amérindienne (Gordon 1986)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre 3) Maricopa, langue amérindienne (Gordon 1986)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre 4) Maricopa, langue amérindienne (Gordon 1986)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre 5) Qiang, langue tibéto-birmane (LaPolla 2003)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1k
Titre 6) the : zdzyta fia-qә- (w) u
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6k
Titre 7) Qiang, langue tibéto-birmane (LaPolla 2003)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32095/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search