Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Première partie. Histoire, épistémologie, langage

La linguistique de l’écouteur entre cerveau et esprit : une stratégie pour un futur prochain

Federico Albano Leoni

Texte intégral

Je remercie Jean-Marie Fournier qui a bien voulu réviser la forme française de cet article.

Prémisse

1Sylvain Auroux a étudié avec une maîtrise admirable les problèmes de l’épistémologie linguistique et les rapports entre nature et culture qui y sont liés, en refusant les significations réductionnistes et en défendant les raisons de l’histoire. Je voudrais présenter ici quelques réflexions à ce sujet, développées à partir du point de vue, souvent méconnu des linguistes, de l’écoute, somme de perception et d’interprétation.

Un point de départ

2Si dans une forêt vide de vivants un arbre tombe, fait-il du bruit ? La réponse du sens commun est « oui ! » parce qu’on pense en général que le bruit est un élément naturel, un objet acoustique qui existe en soi, même en l’absence d’écouteurs. Cependant la réponse est fausse, parce que ce que nous appelons bruit n’est qu’une oscillation de molécules d’air qui, pour devenir « bruit », a besoin d’un appareil récepteur psycho-physique transformant les oscillations en impulsions nerveuses qui, à leur tour, donnent la sensation de bruit. En outre, l’appareil récepteur n’est pas générique, mais il doit avoir des propriétés données par rapport aux signaux qu’il doit élaborer. Ainsi, les chauve-souris lancent des signaux qui produisent une oscillation de molécules, mais notre appareil n’est pas équipé pour capter les hautes fréquences et donc pour nous les signaux des chauve-souris n’existent pas.

  • 1 À ce propos, on pourrait déjà faire une considération générale : toute théorie de la connaissance r (...)

3La réponse à la question de départ, qui pourrait sembler un paradoxe, va au cœur d’une question primordiale, à savoir la centralité du récepteur, sans lequel et avant lequel rien de sensoriel ni de sémiotico-cognitif n’est donné : pas de sons, pas de couleurs, pas d’odeurs, pas de langues1.

4En outre, les vivants, si primitifs soient-ils, associent la perception à une interprétation (par exemple le bruit d’un prédateur qui approche), et cette opération est d’une importance cruciale, surtout quand le signal perçu est un signal linguistique : le percepteur doit être un écouteur, ou, mieux, un grand herméneute. Ce double rôle se réalise à deux niveaux simultanés.

5Au premier niveau, le percepteur active des schémas appris par expérience (qui à leur tour se greffent sur des schémas auditifs physiologiques et pré-linguistiques : voir Bregman 1990) et attribue le perçu à une langue donnée, dont il reconnait les caractéristiques acoustiques générales et particulières, et en élabore une première systématisation et segmentation en blocs significatifs, en arrivant en général à reconnaître des phrases et des mots. Au deuxième niveau, le plus complexe, celui de l’herméneute, il doit comprendre ce qu’on lui dit et qu’il a perçu.

6Un exemple montre cette double tâche. Le percepteur, face au couple poule/ boule, doit décider lequel des deux mots il a perçu par rapport à la présence/ absence de la sonorité dans la consonne initiale. En général il arrive à une conclusion, par exemple qu’il a perçu poule. À ce moment-là, l’herméneute doit décider si la poule qu’il a perçue est la femelle du coq ou la mise engagée par un joueur. Le processus qui conduit à ce dernier choix est beaucoup plus complexe que le premier et exige un travail de mémoire, d’associations, d’hypothèses, d’inférences, de connaissance du monde, dans l’accomplissement duquel la perception n’est d’aucune aide.

7Il est intéressant d’observer que ce dernier niveau est plus puissant que le premier, parce qu’il peut corriger, intégrer ou même démentir les résultats de l’analyse perceptive. Si on revient à l’exemple de la poule et qu’on se souvient que dans le parlé spontané les variations d’exécution sont très fréquentes et, en particulier en ce qui concerne notre exemple, les phénomènes de sonorisation ou désonorisation apparaissent un peu partout, il faut savoir qu’il peut arriver que le percepteur, soit à cause d’un bruit, soit à cause d’une baisse d’attention, soit à cause d’une erreur du locuteur, perçoit (ou croit avoir perçu, mais cela ne fait aucune différence) : boule. Le percepteur dira donc : « j’ai perçu boule » ; mais l’herméneute lui dira : « on m’a dit poule, même si tu as perçu boule, parce qu’on est en train de parler de joueurs de cartes et non de billard ; pour la même raison la poule dont on parle n’est pas la femelle du coq ».

  • 2 Cet ensemble d’aspects est au centre d’études dont la matrice se trouve dans les travaux précurseur (...)

8L’activité herméneutique coïncide en grand partie avec l’activité linguistique, épilinguistique et métalinguistique des humains, et elle s’exerce dans les cas simples (la boule) comme dans les cas complexes : ainsi, à la question « avez-vous du feu ? », l’herméneute un peu sot, qui connaît parfaitement la syntaxe et la sémantique lexicale du français, répondra « oui/non », selon qu’il a ou n’a pas d’allumettes dans la poche ; mais l’herméneute intelligent ne fera qu’allumer la cigarette de son interlocuteur, tirant du perçu beaucoup plus que la somme arithmétique de la sémantique lexicale et de la syntaxe2.

9Enfin, du point de vue de l’ontogénèse du langage, aussi bien que de celui de la philogénèse, l’écoute est importante : quel que ce soit le scénario que l’on veut envisager pour l’origine du langage en général ou chez un individu, c’est l’écouteur qui déclenche le processus sémiotique et qui transforme un acte phonico-gestuel (pas nécessairement intentionnel) en signe, établissant ainsi un lien entre deux choses appartenant à deux ordres différents : le signal physique et la portion de monde vécu qu’on lui associe.

10Sans l’activité herméneutique du sujet écoutant (à côté, bien sûr, de l’activité, intentionnelle ou non, du sujet parlant et de l’activité épilinguistique et métalinguistique des deux partenaires), l’activité langagière serait aisément décrite par le modèle de Shannon pour la transmission de signaux électriques.

11Si on regarde de près les deux moments de l’écoute linguistique (la perception et l’interprétation), on voit aisément qu’ils représentent chacun un aspect des deux pôles d’une dichotomie ancienne (nature vs culture), où la perception primaire relèverait de la nature et l’activité herméneutique de la culture. Je reviendrais sur ce point, pour questionner le slogan « rien que des neurones », qui voudrait annuler l’un des deux pôles.

La réticence des linguistes et ses conséquences

12Qu’en est-il de ces questions dans les théories et la doxographie du langage et des langues ? Elles sont très peu abordées, à quelques exceptions près. Parce que si l’on se borne par exemple aux sons du langage, où la matière devient chair spirituelle, pour les phonéticiens/phonologues l’écouteur n’existe pas, le locuteur est un robot qui produit des objets imaginaires à placer dans un carré vocalique ou consonantique, et l’herméneute un produit de la fantaisie des philosophes.

13Ainsi, au sein du silence des linguistes sur le sujet parlant, le silence sur l’écoute est encore plus profond, pour deux raisons principales.

14La première relève des caractéristiques psycho-physiques de la réception ; la perception et l’élaboration du perçu sont des phénomènes intérieurs et invisibles, difficiles à observer et à étudier : je peux voir que quelqu’un parle, mais ne peux voir ni l’acte d’entendre, ni celui de comprendre ; je perçois les mouvements de mon appareil phonatoire quand je parle, mais non les mouvements de mon oreille intérieure quand j’écoute.

  • 3 Le mot psychologisme est devenu presqu’un gros mot, dont les linguistes, qui en ont oublié les orig (...)

15La deuxième relève des choix stratégiques de la linguistique, surtout au xxe siècle. La perception étant subjective et intérieure, ses résultats sont à extraire au moyen de techniques et d’instruments indirects que la linguistique considère comme étrangers et dont elle se méfie. Et les phénomènes perceptifs, subjectifs et intérieurs, sont en fait étudiés par la psychologie, adversaire historique, et antagoniste redoutable, de la linguistique dès la deuxième moitié du xixe siècle3.

16En conséquence, les théories linguistiques du xxe siècle se sont développées comme on sait ou bien autour du concept de « structure », ou bien autour des concepts de « compétence » et de « grammaire ». Dans les deux cas, l’attention s’est concentrée sur la langue, extériorisée et ontologisée dans le cas des structuralismes, puis intériorisée sous forme de compétence innée dans le cas des générativismes. Dans les deux cas, les parlants avec leur cerveau, leur esprit, leurs sens, leur histoire individuelle et sociale ont été mis en marge, et ce sont surtout les linguistes qui ont mis en marge le monde vécu et partagé où les langues et le langage sont enchevêtrés.

17La séparation entre la langue (vue comme structure autonome ou comme grammaire innée), les locuteurs (vus comme simples spectateurs passifs d’un monde représenté) et le monde a emmené la linguistique dans une impasse qui se manifeste surtout de deux façons : d’un côté par la stagnation des théories (qui font du surplace, parce qu’elles ne parlent que d’elles- mêmes) ; de l’autre côté par l’incapacité des linguistes orthodoxes à réagir à l’invasion du champ par de nombreux spécialistes (neuroscientifiques, psychologues cognitivistes, génétistes, évolutionnistes) dont les positions et les arguments sont ignorés ou acceptés passivement.

Une ligne interrompue et reprise : Bühler et le sujet écouteur

18On sait bien que pour les philosophes du langage entre le xviiie et le xixe siècle, l’écoute était importante. Je n’aborderai guère cet aspect, mais il suffit de citer des penseurs tels que Hamann, Herder, Humboldt. Je me bornerai ici à dire que, pour les raisons que je viens d’évoquer, cette ligne s’est interrompue lors de la naissance de la linguistique professionnelle.

  • 4 Je n’aborde pas la question du rôle de l’écouteur chez Saussure, qu’on est en train de réévaluer dè (...)

19Il y a cependant des exceptions, parmi lesquelles Karl Bühler est un cas remarquable4. Le psychologue et linguiste allemand, qu’on est en train de redécouvrir notamment en France et en Italie (Friedrich et Samain 2004 ; Raynaud 2006 ; De Palo 2010 ; Albano Leoni 2011), a accordé beaucoup d’attention à la question de l’écouteur (qui évidemment n’est qu’une partie de la question plus générale du sujet parlant), et en particulier au rôle de ce que j’ai appelé l’herméneute.

20Je voudrais citer quelques passages (tous tirés de Bühler 1934 [2009]) qui nous confirment ce que je viens de dire (entre crochet les commentaires de FAL).

En tant que récepteurs, les systèmes psychophysiques [donc les hommes] sont des sélecteurs, et il fonctionnent selon le principe de la pertinence abstractive […] et, en tant qu’émetteurs, ces systèmes psychophysiques sont des stations de formatage (p. 108-109).

Ce qui est donné aux sens est toujours complété par l’aperception (p. 109).

[…] dans la constitution de la situation de parole, aussi bien l’émetteur que le récepteur possèdent des positions qui leur sont propres – l’émetteur, en tant qu’auteur de l’acte qu’est la parole, en tant qu’il est le sujet de l’action de parole, le récepteur en tant qu’allocutaire, en tant qu’il est le destinataire de l’action de parole. Ces derniers ne sont pas simplement une pièce de ce à propos de quoi la communication a lieu. Ils sont les partenaires de l’échange, ce qui explique en définitive que le produit médiateur qu’est le son puisse entretenir une relation de signification spécifique à l’un et à l’autre (p. 112).

Lors d’un achat effectué sans souci, on ne perd pas son temps en vérifications, mais on se fie à ce qu’on reconnaît au premier coup d’œil. En revanche, si des doutes apparaissent sur l’authenticité de la pièce, il est alors plus avisé de la vérifier ou de la refuser. Dans une communication linguistique effectuée sans souci, on ne court en général aucun risque de perte ultérieure, et pourvu que je sache avec suffisamment de certitude ce qu’une pièce de monnaie verbale phonétiquement mal frappé est censée être d’après l’intention du locuteur, je peux l’accepter ; au besoin, je la frappe correctement de mon côté, que ce soit pour m’assurer contre les malentendus ou pour l’instruction du locuteur (p. 149).

[En commentant Husserl] Force est de se comporter en détective en inférant, soit du contexte, soit des circonstances de la situation de parole, si c’est un cas ou l’autre que le locuteur a en vue et qu’il veut dire (p. 152).

[…] la langue dans ses constructions en appelle toujours au savoir factuel du récepteur (p. 155).

  • 5 Ce passage est particulièrement intéressant en ce qu’il contient le mot jeu, que les lecteurs de Sa (...)

la représentation symbolique verbale laisse partout ouverts des espaces de jeu à l’indétermination de la signification, qui ne peuvent être refermés d’aucune autre manière que par la prise en compte des « possibilités objectives », et qui se referment effectivement dans chaque énoncé humain (p. 156)5.

En bref, la situation et le contexte sont donc les deux sources où l’on puise dans chaque cas l’interprétation précise des expressions linguistiques (p. 260).

[En tirant des conclusions des expérimentations de Charlotte Bühler] : La conclusion à tirer du phénomène des auxiliaires matériels d’organisation est ni plus ni moins qu’il existe chez l’utilisateur habituel de signes linguistiques une habitude profondément ancrée d’accorder à ce dont ils sont les symboles [donc au monde plus qu’aux mots/symboles] toute son attention et toute l’activité interne productrice ou reproductrice qui lui est propre en tant que locuteur ou auditeur (p. 289).

Nous affirmons que la pensée constructive propre du récepteur n’est pas éliminable et que, dans une large mesure, elle n’est pas dommageable ; qu’elle est même très profitable à la plupart des buts langagiers (p. 290).

21Enfin, pour en finir avec les citations :

[En introduisant l’analyse de la syllabe] […] une étude de la manière dont fonctionnent en coopération la réception et la production. Et il y aurait difficilement quelque chose de plus instructif pour l’ensemble de la psychologie du langage […] qu’un véritable aperçu, ne serait-ce qu’en un seul point, sur la réciprocité centrale, partout établie mais nullement expliquée, entre réception et émission (p. 398).

(R)établir un lien

22Pourquoi ces passages sont-ils intéressants, non seulement pour l’histoire mais aussi pour la discussion contemporaine ?

23Non seulement parce qu’ils témoignent d’une attention pour l’écouteur et pour la synergie entre locuteur et écouteur, mais aussi, et je dirais surtout, parce que cette attention puise son fondement théorique dans l’axiomatique de Bühler et en particulier dans l’axiome A, où il expose sa conception du signe. Le signe de Bühler est profondément différent de celui de Saussure en ce qu’il est conçu (et représenté) non sous forme biface (signifiant/signifié) mais sous forme de triangle, dont les sommets indiquent respectivement a) les objets et les états de choses (ce qui correspond grosso modo aux rapports entre signifiant et signifié), b) l’émetteur et c) le récepteur. Dans cette conception, la langue (comme instrument de la Darstellung du monde) et l’activité langagière sont intimement liées, de sorte qu’il n’y aucun espace pour les conceptions autonomistes ou innéistes de la langue. Cela est d’autant plus vrai que le signe est à son tour intégré dans la théorie des deux champs, où l’activité symbolique de l’homme et le monde vécu et partagé fusionnent l’un dans l’autre : la langue est donc une propriété des hommes, immanente à leur condition de participants au monde. Donc, le savoir linguistique des humains ne sera pas à chercher seulement dans la langue en soi, qu’elle soit conçue comme structure ou comme grammaire innée.

24La position de Bühler que je viens de résumer n’est pas sans conséquences sur les modèles de langue. En fait, tandis que les pragmatistes, qui évidemment ont le monde bien présent à l’esprit, pensent que ceci ne concourt qu’à la génération et à l’interprétation des sens et n’atteint pas le fonctionnement de la langue comme instrument, le modèle qu’on fait dériver de Bühler montre que l’entremêlement du champ symbolique et du champ déictique (le monde environnant) annule le faux problème de la « pauvreté du stimulus », qui exige (selon Martinet et Chomsky, qui sur ce point convergent) que la langue soit une structure déterminée ou une grammaire innée, parce qu’elle ne pourrait compter que sur elle-même pour fonctionner. Par contre, on pourrait imaginer un modèle de langue où celle-ci soit vague et indéterminée (comme la plupart de nos sensations et de nos expériences) et non obligatoirement catégoriale, recevant sa détermination de la Umwelt à chaque échange.

25Les conséquences de ce point de vue sur les règles phonologiques, morphologiques et syntaxiques sont évidentes, parce qu’il n’est plus nécessaire de les concevoir comme des algorithmes déterministes. En outre, l’adoption de cette perspective pourrait avoir des conséquences utiles également pour les études linguistiques menées par les neurologues et les génétistes.

  • 6 Ainsi, par exemple, on tient un grand compte des statistiques phonologiques, sans considérer que la (...)

26J’en arrive ainsi à mon dernier point. Depuis un demi-siècle à peu près, de nombreux spécialistes non linguistes ont (re)commencé à s’occuper du langage et des langues, surtout du point de vue de leur origine (en ignorant justement le fameux interdit de 1866) et du point de vue neurologique, domaines dans lesquels les linguistes sont ex instituto mal équipés. Mais, paradoxalement, les scientifiques qui s’occupent du langage ont recours aux catégories classiques de la linguistique dont ils méconnaissent pourtant la nature problématique, en les acceptant comme des axiomes ou des idées reçues6, et surtout sans considérer que les langues fonctionnent grâce au monde et non à leur structure discrète, qui, peut-être, n’existe pas.

27Cependant, de nombreux linguistes sont séduits, à raison, par les neurones miroirs ou par les techniques du brain imaging. Les conséquences qu’on entrevoit pour le futur proche débouchent sur un cadre où les scientifiques mèneront la danse (en mélangeant une musique qu’ils connaissent très bien à une autre qu’ils connaissent assez mal), et les linguistes, désormais mécontents de leurs modèles catégoriaux, penseront toujours plus aux neurones et aux gènes. Le risque est que, dans ce jeu de déguisements réciproques, les deux brigades oublient, sauf exceptions éclairées, de (se) demander ce qu’il y a ou ce qui arrive à l’intérieur de l’espace idéal (et continu) qui sépare les macaques des usagers d’une langue naturelle, ou entre la photo d’un état neural et un agir linguistique. On oublie de poser cette question par crainte d’être accusé de néo-cartésianisme ou de transcendantalisme. Mais l’accusation serait infondée.

28En fait, il est bien possible qu’un jour le brain imaging arrive à nous montrer la succession des états neuraux déterminés par la lecture de Kant ou par l’écoute d’une phrase comme « le cousin de mon oncle croit être invisible », mais ce n’est pas pour demain.

29En attendant, la question que tous ceux qui s’occupent de langage et de langue devraient se poser serait plutôt : que faire de tout ce qui, au niveau actuel de nos connaissances, n’étant pas naturalisable, c’est-à-dire pas réductible à un état neural (si complexe soit-il) à travers une relation biunivoque, serait plutôt à assigner à une cognition collective, déposée dans les langues, historiquement déterminée, en mouvement continu, apprise ?

30La ligne théorique indiquée par Bühler, et désormais par beaucoup d’autres, nous invite à étudier justement cet espace intermédiaire que je viens de décrire, qui n’est plus l’espace des structures autonomes ou des grammaires innées et n’est pas encore l’espace exclusif des neurones.

Bibliographie

Références

Albano Leoni Federico, 2011, « Attualità di Bühler », Paradigmi. Rivista di critica filosofica, XXIX/3, p. 1-10.

Armengaud Françoise, 2007 [1985], La pragmatique, Paris, PUF.

Austin John L., 1970 [1962], Quand dire c’est faire, Paris, Éditions du Seuil.

Bracops, Martine, 2010, Introduction à la pragmatique. Les théories fondatrices : actes de langage, pragmatique cognitive, pragmatique intégrée, Bruxelles, De Boeck/Duculot.

Bregman Albert S., 1990, Auditory Scene Analysis. The Perceptual Organization of Sound, Cambridge (Ma) / Londres, The MIT Press.

Bright William éd., 1992, International Encyclopedia of Linguistics, New York/Oxford, OUP.

Brown Gillian, Yule George, 1983, Discourse Analysis, Cambridge, Cambridge University Press.

Bühler Karl, 1934/2009, Sprachtheorie. Die Darstellungsfunktion der Sprache, Jena, Fischer (trad. fr. Théorie du langage. La fonction représentationnelle, édité par D. Samain et J. Friedrich, Marseille, Agone, 2009).

Cavalieri Rosalia, 2009, Il naso intelligente. Cosa ci dicono gli odori, Rome/Bari, Laterza.

Cavalieri Rosalia, 2011, Gusto. L’intelligenza del palato, Rome/Bari, Laterza.

De Palo Marina, 2010, « Le “je”, la phénoménologie et le discours : Bühler, Benveniste et Husserl », Beiträge zur Geschichte der Sprachwissenschaft 20, p. 155-165.

D’Ottavi Giuseppe, 2010, « Ferdinand de Saussure e Monsieur B », Bollettino di Italianistica. Rivista di critica, storia letteraria, filologia e linguistica VII/1, p. 71-91.

Duranti Alessandro, 2007, Etnopragmatica. La forza nel parlare, Rome, Carocci.

Friedrich Janette, Samain, Didier éd., 2004, Karl Bühler. Science du langage et mémoire européenne, Dossiers d’HEL n° 2 (suppl. électr. à Histoire Épistémologie Langage), n° 2, Paris, SHESL. En ligne : [http://htl.linguist.jussieu.fr/dosHEL.htm].

Gardiner Alan H.., 1989 [1932], Langage & acte de langage. Aux sources de la pragmatique, Lille, PUL.

Gensini Stefano, 2010, « Jakobson, Gardiner e gli altri : appunti su un puzzle storico-teorico », Studi filosofici XXXIII, p. 235-253.

Gibson James J., 1986, The Ecological Approach to Visual Perception, Hillsdale (N. J) / Londres, Erlbaum.

Goffman Erving, 1992 [1981], Façons de parler (nouv. édition), Paris, Éditions de Minuit.

Gregory Richard L., 2000 [1998], L’œil et le cerveau. La psychologie de la vision, Paris, De Boeck et Larcier.

Nerlich Brigitte, Clarke David, 1999, « Protopragmatic theories of language in Europe, 1780-1930 », Geschichte der Sprachtheorien. Sprachtheorien der Neuzeit I, P. Schmitter éd., Tübingen, Gunter Narr Verlag, p. 254-300.

Raynaud Savina éd., 2006, Tu, io, qui, ora. Quale semantica per gli indicali ?, Milan, Guerini.

Sacks Harvey, Schegloff Emanuel A. et Jefferson Gail, 1974, « A simplest systematics for the organization of turn-taking for conversation », Language 50, p. 696-735.

Saussure Ferdinand de, 2002, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard (trad. it. Scritti inediti di linguistica generale. Introduzione, traduzione e commento di Tullio De Mauro, Rome/Bari, Laterza, 2005).

Wegener Philipp, 1885, Untersuchungen über die Grundfragen des Sprachlebens, Halle, Max Niemeyer.

Notes

1 À ce propos, on pourrait déjà faire une considération générale : toute théorie de la connaissance reconnait désormais le rôle des sens. Or, pour vivre et connaître, nous nous servons de tous nos cinq (ou six) sens, mais sur une échelle imaginaire de leur importance ils n’occupent pas tous la même place : la vue est au sommet et le toucher est tout en bas (même si l’histoire d’Helen Keller devrait nous faire réfléchir sur sa puissance sémiotique), avec l’odorat (même si un essai de Cavalieri [2009] vient d’en montrer l’importance) ; le goût est en hausse (Cavalieri 2011), peut-être grâce aux récentes tendances gastrosophiques, précédé par l’ouïe qui occupe la deuxième place. Mais encore, en nous bornant aux deux sens les plus importants (dont le poids est confirmé par l’existence de mots, aveugle et sourd, qui en désignent l’absence), on ne peut pas se passer d’observer que, tandis que le xxe siècle nous a offert des réflexions fondamentales à propos de la vue (que l’on pense aux travaux de Gibson, 1986, et de Gregory, 2000 [1998], ou au Wittgenstein de l’aspect, ou à la psychologie de la Gestalt), il n’y a rien eu de tel pour l’ouïe (peu présente même chez les phénoménologues de la perception tels que Merlau-Ponty).

2 Cet ensemble d’aspects est au centre d’études dont la matrice se trouve dans les travaux précurseurs de Wegener (1885), de Gardiner (1979 [1932]) et surtout de Bühler (2009 [1934]), et, après quelques décades, d’Austin (1970 [1962]) et de Searle (1972 [1969]), ainsi que dans les travaux qui s’orientent vers la sociologie de la communication (par exemple Goffman 1992 [1981]), la pragmatique (par exemple Schlieben Lange 1975 ; Armengaud 2007 [1985], Sbisà 2007, Bracops 2010), l’ethnolinguistique (Duranti 2007), l’analyse de la conversation (Sacks, Schegloff et Jefferson 1974) et du discours (Brown et Yule 1983). Pour la protohistoire de la pragmatique entre la fin du xviiie et le début du xixe siècle, voir l’essai de Nerlich et Clarke (1999) ; sur Gardiner, voir l’article de Gensini (2010).

3 Le mot psychologisme est devenu presqu’un gros mot, dont les linguistes, qui en ont oublié les origines fregeennes et husserliennes, se servent pour liquider toute linguistique qui prend en charge la parole et les sujets parlants/écoutants. Depuis quelques décades le tabou est en train de reculer.

4 Je n’aborde pas la question du rôle de l’écouteur chez Saussure, qu’on est en train de réévaluer dès la publication depuis ELG, surtout dans l’édition italienne par De Mauro (voir Saussure 2005 [2002] et D’Ottavi 2010).

5 Ce passage est particulièrement intéressant en ce qu’il contient le mot jeu, que les lecteurs de Saussure (jeu des signes) et de Wittgenstein (jeu de langage) reconnaîtront aisément. La locution apparaît plusieurs fois avec le même sens (voir l’index préparé par D. Samain pour l’édition française).

6 Ainsi, par exemple, on tient un grand compte des statistiques phonologiques, sans considérer que la catégorie de « phonème » est mal définie et que les inventaires des phonèmes d’une langue donnée peuvent varier dramatiquement d’un phonologue à l’autre. Par exemple, lisant l’article « Phonemic systems », rédigée par Ian Maddieson (Bright 1992, p. 193-194), on apprend que l’inventaire des consonnes du ! Xóõ (langue africaine du groupe khoisan) peut osciller entre 116 et 55 unités : la distance est trop éclatante pour ne pas inquiéter un observateur naïf.

Auteur

Université de Rome La Sapienza

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search