Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Première partie. Histoire, épistémologie, langage

Positivismes et positivité en linguistique

Christian Puech

Texte intégral

Analyser une formation discursive, c’est donc traiter un ensemble de performances verbales, au niveau des énoncés et de la forme de positivité qui les caractérise ; ou plus brièvement, c’est définir le type de positivité d’un discours. Si, en substituant l’analyse de la rareté à la recherche des totalités, la description des rapports d’extériorité au thème du fondement transcendantal, l’analyse des cumuls à la quête de l’origine, on est un positiviste, eh bien je suis un positiviste heureux, j’en tombe facilement d’accord. (Michel Foucault 1969, p. 172 ; nous soulignons)

1La lecture de La raison, le langage et les normes (Auroux 1998, mais aussi La philosophie du langage 1994) convainc rapidement de la complexité à laquelle on doit faire face sitôt qu’on cherche comme Sylvain Auroux à donner à l’épistémologie des sciences du langage le cadre philosophique qui lui conviendrait le moins mal, et qui conviendrait le mieux à la diversité des modes d’investigation de la discipline.

2De la discussion serrée telle qu’elle est menée dans l’ouvrage, aucune des grandes attitudes qui sont celles de la tradition philosophique quant aux savoirs positifs concernant le langage ne sort en effet véritablement indemne. La thèse selon laquelle « la linguistique est une discipline empirique » ne tient sans doute ni dans une définition convenue du rationalisme (qui ne l’exclut pas toujours), ni non plus dans les définitions « classiques » de l’empirisme sous une forme ancienne ou moderne (l’empirisme logique, par exemple). C’est la raison pour laquelle « l’hypothèse de l’histoire », « l’hypothèse de l’hyperlangue » que Sylvain Auroux oppose à celles du « calcul » et de « la langue », mais aussi et plus généralement les thèses « externalistes » que promeut l’ouvrage, ne se laissent pas non plus enfermer dans aucune typologie étroitement réglée par des critères méthodologiques ou ontologiques. Ce sont plutôt ses protocoles de validation (à la fois anciens, stables et pourtant variables dans le temps et l’espace) qui permettent de situer la linguistique dans l’ensemble des connaissances humaines et de la situer par rapport à elle-même dans le long terme de son développement (voir ouvrage cité, chap. 2 « Le caractère empirique de la linguistique » et 3.8.4 également).

3En schématisant à l’extrême, on doit pouvoir discerner dans ce cadre au moins quatre propositions plus ou moins paradoxales concernant l’attitude des sciences du langage par rapport aux faits :

  1. le caractère empirique des sciences du langage n’implique pas nécessairement que celles-ci possèdent un caractère expérimental (observation des faits/production de « faits ») ;

  2. les sciences du langage peuvent promouvoir des démarches expérimentales sans pour autant accepter de reconnaître leur caractère empirique ;

  3. une épistémologie « internaliste » peut à la fois reconnaître le caractère empirique de la linguistique, et s’en remettre ultimement à un quasi transcendantal des conditions de possibilité qu’on a pu voir situé tantôt dans la définition du langage comme « organe mental », dans une conception de la « modularité de l’esprit », ou, plus avant, dans une théorie psychologique des facultés ;

  4. l’hypothèse de l’histoire (qui doit permettre de « récupérer » les connaissances positives des sciences du langage dans le long terme et dans des traditions éventuellement différentes mais commensurables) et celle des « outils linguistiques » comme « prothèses externes » de la compétence répondent à l’exigence d’un « observatoire » dont la fonction ne se résume pas à la collecte de données anciennes, mais organise une certaine forme de cumulativité et de réinscription possible des connaissances linguistiques dans le temps (long).

4De tous ces points de vue, la question du fait, celle de la factualité ou plutôt de la facticité des phénomènes linguistiques (longuement discutée dans l’ouvrage en relation avec celle de la norme) acquièrent un relief particulier et situent le débat en son centre. Dans ce cadre, les notions d’observation, d’observatoire, de manipulation et d’expérimentation possèdent une valeur stratégique dans le débat sur le statut cognitif des sciences du langage. Quant à la positivité des savoirs linguistiques, elle est constamment au cours de l’ouvrage à la fois affirmée et relativisée. Elle est affirmée comme limite d’un style philosophique qui prétendrait s’en passer :

Il y a des problèmes cruciaux (sur la nature de la langue, sur le rapport au calcul, etc.) dont n’aurait même pas idée celui qui s’abstiendrait du détour par des positivités. (Auroux 2004, p. 382)

5Mais elle est relativisée également puisque :

On peut même envisager d’aborder le langage sans passer par la médiation d’un savoir positifet professionnalisé. C’est ce que pratiquent non seulement de nombreux philosophes, mais aussi ce que la plupart d’entre nous font chaque jour. (Ibid.)

6Il est bien difficile aujourd’hui de traiter cette question de la positivité dans les sciences du langage, alors que le positivisme a affecté l’histoire de la linguistique depuis le xixe siècle et que la thématisation générale de la « positivité des savoirs » a été réactivée au xxe siècle. L’exergue de notre article suggère pourtant une filiation possible de cette thématique « moderne » avec le positivisme « historique » issu de la philosophie d’Auguste Comte (nonobstant le caractère discrètement provocateur de la déclaration de Michel Foucault...).

7Nous souhaitons donc revenir rapidement sur certains aspects de l’aspiration positiviste récurrente dans les sciences du langage modernes sans prétendre ni assimiler l’entreprise de S. Auroux à un quelconque « positivisme », ni non plus établir une filiation entre Auguste Comte et Michel Foucault.

8Nous prendrons donc le positivisme comme l’aspiration qui émerge à un certain moment – dans le dernier tiers du xixe siècle – en Allemagne, en Angleterre et en France principalement, sous des formes culturelles extrêmement différentes concernant ce qu’est un fait scientifique, c’est-à-dire ce qui est la raison d’être du positivisme : les faits contre la métaphysique, les faits contre l’abstraction, le concret contre l’abstrait... En ce qui concerne la linguistique, on rencontre probablement là ce que Sylvain Auroux considère parfois comme un « âge » des sciences du langage : celui de « la contrainte de la science », celui, donc, où la question de la « factualité » en linguistique (dans les langues) acquiert un relief tout spécial.

Positivismes et positivisme

9Mais la première difficulté qu’on rencontre dans cette tâche est bien celle d’une définition satisfaisante du positivisme.

10Dans un livre traduit en français en 1994 sous le titre Concevoir et expérimenter, Ian Hacking développe longuement une première partie intitulée Représenter, dont il dit pourtant qu’elle n’est pas l’objet de l’ouvrage. Il tente de montrer deux manières de concevoir l’expérimentation à partir d’un point de vue unique, qui sont la science d’une part et un certain type de rapport au monde de l’autre. Dans un premier cas, on pose la question de la représentation de la science : représentation abstraite, schématique, schématisée. On serait alors du côté de la théorie qui ne poserait qu’ensuite la question de l’adéquation de la théorie et des faits. Dans la deuxième partie – objet véritable de l’ouvrage – Manipuler le monde, la thèse de Ian Hacking consiste à soutenir que ce qui est finalement le plus scientifique dans la science n’est pas la théorie mais la manipulation du monde. C’est donc l’idée que le rapport expérimental est un rapport original au monde, à l’objet, à une manière spécifique de le produire, en quelque sorte, non pas en le concevant mais en le manipulant.

11Or, il semble que dans la construction du livre de Ian Hacking, le positivisme soit pris comme un carrefour de toutes les attitudes scientifiques que l’on a pu schématiser épistémologiquement, soit du côté du représenté, soit du côté de l’expérimentation. Le positivisme serait en quelque sorte un point de bifurcation dans cette question cruciale de l’adéquation aux faits, de la production des faits, de leur théorisation, des rapports de l’observation et de l’expérience, etc.

12La caractérisation par Ian Hacking de ce qu’il conçoit par positivisme (et qui réunit aussi bien David Hume, Auguste Comte, le positivisme logique, les derniers développements de l’empirisme logique américain, toutes périodes confondues) peut se définir par six idées-forces :

  • premièrement, l’importance accordée à la vérification ou, ajoute-t-il, à sa variante, la falsification. Une proposition n’a de sens que si l’on peut d’une quelconque manière établir sa vérité et sa fausseté. D’une quelconque manière : cela peut être par des procédés logiques, intellectuels, mathématiques ; cela peut aussi être par des procédures expérimentales ;

  • deuxièmement, la priorité accordée à l’observation. Sauf pour les mathématiques, que Comte mettait au début et à part des autres disciplines : « ce que nous pouvons voir, toucher et sentir fournit la matière, ou le fondement, le plus appréciable de la connaissance » ;

  • troisièmement, le refus de l’explication par les causes. Le positivisme s’identifierait à ce refus polémique des causes premières ou des causes finales. Dans la nature, on ne trouve pas de causalité dépassant ou surpassant la constance avec laquelle des événements d’un certain type sont suivis par des événements d’un autre type. On a donc des corrélations mais pas de causalité. La causalité est un fantôme ;

  • quatrièmement, le primat de l’observation sur l’explication. Cela ne veut pas dire que les positivistes n’expliquent pas, mais que l’explication n’est pas première. Expliquer peut contribuer à organiser des phénomènes, mais le pourquoi reste sans réponse. On ne renonce évidemment pas à l’organisation des phénomènes – on a droit à l’hypothèse, à l’induction – mais on n’est pas autorisé à postuler les causes ;

  • car, cinquièmement, les positivistes, toutes tendances confondues, s’opposeraient aux entités théoriques dont le statut ontologique est mis en question. Les positivistes selon Hacking sont des non-réalistes. Pour eux, n’est réel que ce qui est observable. Cela laisse la place, certes, à l’extension du champ des observables pour autant que les instruments nous le permettent, et l’on dispose de cette possibilité d’accroître indéfiniment le champ des observables, mais n’est réel que ce qui est observable. Ce qui est inobservable n’est pas réel ;

  • sixièmement enfin, et c’est le « trait » le plus communément retenu du ou des positivismes : l’opposition à la métaphysique. Les positivistes commencent toujours réactivement, contre quelque chose qui les précède, dont ils ne veulent plus et qu’ils appellent métaphysique, spéculation, mysticisme, etc. Il est évident que l’opposition à la métaphysique n’est pas un point de plus dans la liste : l’opposition à la métaphysique est la synthèse des cinq points précédents.

13Cette caractérisation sommaire et extensive définit le positivisme bien au-delà du positivisme comtien comme un carrefour parmi toutes les attitudes épistémologiques possibles. Cette fonction « carrefour », elle l’assumerait en raison de la dissociation que le positivisme opérerait entre théorie et observation. La théorie réintroduit des entités inobservables. Le positivisme serait donc dans sa forme pure l’écart maximal entre théorie et observation. Ce qui entraînerait immédiatement deux réactions possibles : d’une part une réaction « réaliste » (pas de différence significative entre des entités observables et des entités inobservables) ; et d’autre part une réaction que Ian Hacking appelle « idéaliste », pour laquelle « tout donné est construit ; il n’y a pas de faits ; toute observation est dépendante de la théorie ». Bref, ce que nous avons cru pouvoir lire chez Saussure pour la linguistique, et qui est encore discuté de toutes parts. À bien des égards, l’ouvrage de Ian Hacking est une entreprise qui vise à sortir de cette tenaille. Dire si elle y réussit n’est pas notre objet ici.

14Reste en effet la question de la factualité dans les sciences du langage, de la facticité des faits de langue et de la positivité des savoirs linguistiques.

15Il me semble que la manière dont s’est posée la question dans le dernier tiers du xixe siècle et à la charnière des xixe et xxe siècles est particulièrement complexe. Les termes « positif » et « positivité » ont un itinéraire sinueux depuis la Renaissance, où « positif » s’oppose à « naturel » (« droit positif »), à l’hégélianisme (« religions positives », « droit positif », « politique positive »), jusqu’au positivisme doctrinal de Comte, enté sur le rapport scientifique au réel et le statut spécial réservé aux mathématiques dans le positivisme comtien. Dans ces différents sens, le terme et ses dérivés semblent opposer « réel » à « idéel » ou « abstrait » à leurs dérivés. Quant à la relation des sciences du langage à un positivisme quelconque, elle semble se concentrer essentiellement autour de la notion de « fait », redéfinie dans le cadre de la grammaire historique et comparée depuis la fin du xviiie siècle, mise en crise dans le dernier tiers du xixe siècle avec la polémique sur les lois phonétiques, et finalement assez peu affectée par les développements du positivisme doctrinal explicite.

16Ces considérations peuvent aboutir à distinguer quatre approches possibles dans la relation aux positivismes dans la période qui nous occupe :

  1. s’il n’y a pas a proprement parler de linguistique comtienne, on sait que le Système de politique positive (parties 3 et 4) développe néanmoins un embryon de théorie du langage dans la thématisation de l’origine. L’origine du langage est un « fait biologique » dont le développement suppose la communication sociale et la division des rôles sexuels (voir Alain Rey 1971, Jean-Claude Chevalier 1987). Or, on sait que ce dernier aspect de la pensée d’Auguste Comte n’est pas celui qui aura le plus retenu l’attention des disciples (linguistes) du philosophe (Renan, Larousse, surtout Littré...) qui s’en tiennent plutôt au Comte moins spéculatif de la classification des sciences et de la loi des trois états ;

  2. l’influence directe du positivisme comtien sur la linguistique de l’époque n’est pas facile à circonscrire : les disciples qui se réclament explicitement de Comte exercent une lecture discriminante qui ne cadre pas toujours avec l’ensemble de la doctrine. Pour s’inscrire dans le paradigme comtien, il faut admettre que la linguistique est une science sociologique qui doit ses fondements à la biologie, là où, à la fin du xixe siècle, on tend plutôt à considérer que l’opposition entre le paradigme sociologique et le naturalisme est irréductible et les deux termes du débat inconciliables ;

  3. dans ces conditions, le positivisme linguistique de l’époque est particulièrement diffus. On est positiviste, on veut l’être ou on est considéré comme tel parce qu’on cherche à situer la « positivité » de la linguistique en définissant la nature des faits linguistiques. On peut considérer par exemple que les « lois sans exceptions et de précision astronomiques » des néo-grammairiens en est une illustration. Mais on peut considérer aussi que la réaction de Darmester et Bréal à l’objectivation abusive d’une sorte de « quatrième règne de la nature » (les faits de langue) indépendante des sujets et des groupes en constitue une autre sorte. Dorozewski, dans un article ancien, en faisant de la langue saussurienne l’équivalent du fait social durkheimien (contraignant et extérieur à l’individu), pourrait également conduire à la conclusion d’un positivisme saussurien de la langue ;

  4. c’est pourquoi il convient peut-être de replacer les débats linguistiques dans le contexte plus large des mutations qui affectent les anciennes « sciences morales » à la recherche de leur autonomie et de leur statut scientifique, « sous la contrainte de la science ». Que le positivisme « historique » puisse être emblématique de cet « âge de la science » va vraisemblablement bien au-delà des filiations d’une doctrine particulière et affecte en effet aussi bien la linguistique que la psychologie ou la sociologie, avec parfois des recoupements et des positionnements inattendus.

La centralité relative de la psychologie dans le tournant expérimental

17On s’en rend compte, par exemple, avec « le tournant expérimental » de la psychologie tel que l’enregistre Théodule Ribot dans ses deux ouvrages sur la psychologie anglaise (1870) et la psychologie allemande (1867).

18On a là en effet un premier exemple d’une discipline des sciences de l’homme qui prend acte et souhaite promouvoir en France ce qu’on peut appeler « un tournant expérimental » dans le cours de son développement. L’introduction est tout à fait remarquable. On y retrouve à peu près tous les thèmes que Ian Hacking a isolés comme étant ceux d’un positivisme large (pas d’un positivisme d’école) : le combat contre la métaphysique, contre la psychologie spéculative à laquelle la première partie de l’introduction est consacrée. Cette psychologie a essentiellement deux ressorts classiques en France : l’introspection et la théorie ancienne des facultés. Théodule Ribot introduit la psychologie expérimentale en France après avoir introduit la psychologie anglaise. Pourtant, cela n’a rien à voir avec l’esprit national ; Ribot tend à appeler « psychologie allemande » toute psychologie qui se pliera à la rigueur de l’expérimentation.

Le but de cet ouvrage, qu’il nous reste à indiquer, n’est pas de faire l’histoire de la psychologie allemande contemporaine. En Allemagne comme partout, il y a une psychologie « spiritualiste », qui, sous les noms divers d’anthropologie, de science de l’homme, répond aux traités classiques qui ont cours chez nous sur ces questions. Dans ses ouvrages, il y a deux parts à faire : celle des vérités positives – il est juste de les restituer aux savants […], mais elles ne sont pas neuves et ne varient que sur des détails insignifiants. Nous n’en parlerons pas.

Nous avons éliminé les théories purement métaphysiques, idéalistes ou réalistes. Si large qu’elles fassent la part à la psychologie, elles n’ont rien à nous apprendre. […]

Nous avons éliminé de même les « théories de la connaissance », nombreuses en Allemagne, intéressantes, dues le plus souvent à des esprits vigoureux ou subtils qui tous portent la marque de Kant. Elles constituent un domaine à part, celui de la critique générale. Leur exposition serait une grosse tâche et demanderait un volume distinct. (Ribot 1879)

19La revendication de positivité est bien toujours réactive. Au fond, si Théodule Ribot importa la psychologie allemande comme Bréal et divers autres importent la linguistique allemande, c’est contre ce spiritualisme qui s’incarne en France dans l’éclectisme tel qu’il est illustré par Victor Cousin.

20Mais le jeu des emprunts, des imitations, des croisements sur fond d’homogénéisation des démarches ne s’arrête pas là. On en trouvera sans difficultés majeures bien d’autres exemples. En 1898, on peut retenir ce sociologue atypique, moins mal connu maintenant mais tout de même très marginalisé pendant fort longtemps, et adversaire de Durkheim. C’est à la phonétique expérimentale que Gabriel Tarde réfère l’espoir d’un tournant « expérimental » de la sociologie :

Si l’on veut faire de la sociologie une science vraiment expérimentale et lui imprimer le plus profond cachet de précision, il faut, je crois, par la collaboration d’un grand nombre d’observateurs dévoués, généraliser la méthode de l’abbé Rousselot en ce qu’elle a d’essentiel. (Tarde 1898)

21Il faut noter que cette idée – oubliée ? – de « sociologie expérimentale », qui plus est inspirée de la linguistique dialectale de Rousselot, émane d’un juge d’instruction, criminologue responsable, surtout, des statistiques criminologiques du ministère de la justice et, d’une certaine manière, homme de terrain attaché à la production de faits, qu’il ne confond pas avec des « données ». Si sa conception sociologique est complètement opposée à celle de Durkheim, c’est qu’on ne peut selon lui « traiter les faits comme des choses » : l’institution sociale ne se caractérise pas par son caractère extérieur à l’individu et contraignant ; l’atome social, le moteur de la socialité est l’imitation et la diffusion. On comprend sans doute par là l’intérêt que porte Tarde à la dialectologie, souvent invoquée dans son œuvre non comme une simple méthode de production des faits, mais bien comme constitution d’un observatoire d’élaboration et de genèse des normes.

22J’ai simplement donné cet exemple trop rapidement évoqué de la manifestation d’une aspiration au passage à l’expérimental, au statut expérimental parce qu’il concerne un domaine auquel on ne se réfère pas habituellement, la sociologie (et non la psychologie), surtout à l’époque où il est largement dominé par Durkheim, et dont le modèle serait le travail de phonéticien expérimental de l’abbé Rousselot. Il y a là tout un champ d’exploration à labourer, qui implique à la fois les rapports de la psychologie et de la linguistique mais aussi des transferts entre l’Allemagne et la France et un débat transnational sur la positivité.

23Mais le cas n’est pas unique. Marcel Jousse, en 1925, et ce qu’il évoque ici date d’avant 1905, dans un article (« Études de psychologie linguistique. Le style oral rythmique et mnémotechnique chez les verbomoteurs », 1925), atteste de ces transferts complexes – l’entreprise ne manque pas d’évoquer les travaux d’un Wundt et d’autres psychologues allemands sur le langage gestuel, le geste langagier, sans les citer explicitement – et indique le rôle sous-estimé de la phonétique expérimentale initiée en France par l’abbé Rousselot :

La Psychologie expérimentale commence à prendre contact avec l’Ethnographie, la Linguistique et la Phonétique expérimentale. Dans des réunions de techniciens comme celles de la Société de Philosophie, MM. Brunot, Delacroix, G. Dumas, Pierre Janet, Lévy-Bruhl, Mauss, Meillet, Pernot, Piéron, Vendryes échangent leurs idées sur un même sujet. Des travaux de synthèse, comme le Cours magistral sur le Langage et la Pensée, professé ces deux dernières années en Sorbonne, rapprochent les conclusions de ces spécialistes. Le temps semble venu de chercher à envisager certains problèmes complexes sous un jour moins réduit […]. Le présent fascicule rapprochera simplement des textes de spécialistes, mais en se permettant d’y introduire, entre crochets [], une terminologie unique, indispensable à la clarté de l’ensemble, sans pourtant trahir la pensée des auteurs. Ces citations voudraient être comme l’esquisse, aussi impersonnelle que possible, des études de Psychologie expérimentale et ethnique que nous poursuivons depuis dix-huit ans. Nos recherches ont porté sur la Mémoire verbo-motrice rythmique, sur ce que notre Professeur au Collège de France, M. le Dr Pierre Janet, appellerait la Psychologie de la Récitation. (Jousse 1925)

Fait linguistique et fait historique

24On pourrait dire que face à cet expérimentalisme d’avant-garde venant de différents horizons dans les sciences sociales, le positivisme plus ou moins dissident (mais quand même référé à Auguste Comte comme à un fondateur) d’un Littré apparaît bien en retrait. Présentant son Dictionnaire de la langue française (1878), Littré aborde à sa manière la question de la norme et du fait :

Imposer à la langue des règles tirées de la raison générale et abstraite telle que chaque époque conçoit cette raison, conduit facilement à l’arbitraire. Un dictionnaire historique coupe court à cette disposition abusive.

25Il s’agit alors de conjurer l’abstraction et la relativité des définitions historiquement réalisées de la raison par un autre usage de l’histoire. Étymologique, le Dictionnaire de la langue française entend expliquer la langue à partir de sa propre histoire qui seule est susceptible d’en dégager l’ordre sous-jacent, et ceci, non pas à partir de « lois » d’évolution hypostasiées, mais d’observations positives mises en forme par le lexicographe :

Comme il consigne des faits, il remplit, quant à la langue, le rôle que remplissent les observations positives et les expériences quant aux sciences naturelles. Ces faits ainsi donnés, l’analyse, j’allais dire la raison grammaticale, s’y subordonne, et, en s’y subordonnant, trouve les vraies lumières. Il faut en effet transporter le langage des sciences naturelles dans la science des mots, et dire que les matériaux qu’elle emploie sont les équivalents des faits expérimentaux, équivalents sans lesquels on ne peut procéder ni sûrement ni régulièrement. Puis intervient le rôle de la critique lexicographique et grammaticale, s’efforçant de tirer de ces faits toutes les informations qui y sont implicitement renfermées. De la sorte la raison générale se combine avec les faits particuliers, ce qui est le tout de la méthode scientifique . Un dictionnaire ainsi fondé peut tre défini un recueil d’observations positives – il ne s’git pas là de théorie mais d’ne mise en ordre à partir des faits de l’observation – et d’expériences disposé pour éclairer l’usage et la grammaire. Telle est l’idée et le but de ce dictionnaire.

26Dans ce cadre, la langue est à elle-même son propre observatoire et l’enregistrement des « usages » du passé fournit à lui seul la règle des usages présents, tant la relation du présent au passé semble ici réversible et l’expérimentation une relation de continuité de l’usage à « la critique lexicographique et grammaticale ». On sait ce que la lexicographie, celle de sémanticiens comme Darmesteter et Hatzfeld, ou Bréal, pensera de l’étymologie historique et de ses fausses fenêtres... Mais la quête des faits, le tournant « expérimental » de cette lexicographie « positive » cherche ici avant tout, par analogie et métaphore plus que par méthode véritable, à transgresser l’interdit comtien concernant l’histoire (cette poussière de faits inobservables).

Encore les faits !

27Mais la question de la positivité des faits linguistiques pour la linguistique de la charnière des xixe et xxe siècles me semble plus sûrement posée dans les débats qui ont cours alors au sujet de la « linguistique générale ». C’est le cas tout particulièrement dans le débat – certes, très indirect – entre Antoine Meillet et Ferdinand de Saussure au sujet de la généralité en linguistique.

28Dans sa leçon inaugurale au Collège de France, « L’état actuel des études de linguistique générale » (1906), Meillet affirme d’emblée le principe le plus fondamental et général de sa recherche :

[…] le langage est éminemment un fait social. On a souvent répété que les langues n’existent pas en dehors des sujets qui les parlent et que par suite on n’est pas fondé à leur attribuer un être propre... (Meillet 1921 [1906], p. 16)

29À cette « évidence », cette évidence des « autres », il objecte :

Car si la réalité d’une langue n’est pas quelque chose de substantiel, elle n’en existe pas moins. (Ibid.)

30II est conduit par la suite à développer les prédicats de cette « existence non substantielle » des faits de langue par juxtaposition plutôt qu’articulation de deux développements :

Cette « réalité » est linguistique : car une langue constitue un système complexe de moyens d’expression, système où tout se tient.... À un autre égard, la réalité de la langue est sociale [...] elle est de même sorte que les autres lois qui régissent notre vie sociale. (Nous soulignons)

31Il n’est sans doute pas sans intérêt de remarquer que le compte rendu du Cours rédigé par Meillet pour le Bulletin de la Société linguistique de Paris reprend à sa manière cette double caractérisation de la positivité linguistique. Mais il s’agit cette fois d’introduire des réserves quant à l’entreprise saussurienne. Après avoir précisé que « les objections que l’on est tenté de faire tiennent à la rigueur avec laquelle les idées générales qui dominent le Cours sont poursuivies », il développe ainsi ses restrictions :

II est légitime d’examiner un fait de langue en lui-même […] mais il s’agit là de faits historiques qui ne prennent un sens que si l’on cherche les conditions qui ont déterminé ces changements [...]. En séparant le changement linguistique des conditions extérieures dont il dépend, Ferdinand de Saussure le prive de réalité ; il le réduit à une abstraction qui est nécessairement inexplicable ». (Meillet 1916, p. 35)

32Reconnu ailleurs comme un héritage du CLG, le caractère social des faits de langue est ici argumenté contre Saussure ; ou du moins contre le Saussure « lu » par Meillet.

33On peut faire semble t-il plusieurs remarques à partir de cette lecture :

  1. la Leçon comme le Compte rendu confirment que le caractère social des faits de langue, invoqué contre des « substantialistes » naïfs, concerne le problème fondamental, principiel du statut de positivité des faits de langue ;

  2. Meillet juxtapose, sans articulation véritable, factualité linguistique et sociale : la langue est système et, « à un autre égard », fait social ;

  3. par « fait social », Meillet comprend avant tout « institution » ; « de même sorte que les autres lois qui régissent notre vie sociale » ;

  4. l’affirmation du caractère social des faits de langue vaut comme injonction à sortir d’une explication purement « systématique » réputée insuffisante. C’est cette injonction qui guide la lecture du CLG, comme elle oriente (en particulier dans L’Année sociologique), l’appréhension de tous les travaux contemporains. Si l’on suit Meillet, Saussure, en séparant le changement linguistique des conditions extérieures dont il dépend, méconnaît le caractère indissociable des points de vue diachronique et synchronique ;

  5. il semble bien que pour Meillet « social » et « historique » soient une paire de quasi-synonymes qui expriment avant tout l’exigence du chercheur de ne pas s’en tenir à une simple description des faits (linguistique interne), description légitime mais mutilée si elle n’est pas complétée par le recours explicatif à l’externe, à l’extériorité historique et sociale ;

  6. enfin, on remarquera, sur un plan plus épistémologique, que description et explication s’opposent souvent chez Meillet comme concret et abstrait, fait et système, particularité et généralité. S’il oppose ici à la conception de la langue-substance celle de la langue-système (et non forme), c’est pour la compléter immédiatement par celle de la langue fait social/fait historique, seule susceptible de revêtir de réalité concrète la nudité de l’abstraction.

34Dans ces conditions, la comparaison Saussure/Meillet s’oriente vers la problématisation de la notion de fait et l’examen du statut épistémologique complexe de cette notion dans le CLG : si la langue est un fait social, quel contenu le CLG permet-il de conférer à la notion de fait ? Surtout si, comme l’affirme le CLG, « la nature sociale de la langue est l’un de ses caractères internes » (1916, p. 33), qu’est-ce qu’un fait social interne à la langue elle-même ?

35Très schématiquement, on sait qu’alors qu’il est chez Meillet le principe d’une diffraction pulvérulente de l’analyse linguistique fascinée par la diversité empirique des faits sociaux et historiques, le caractère social de la langue est plutôt pour Saussure un opérateur théorique mobilisé dans la « construction de l’objet intégral de la linguistique ». Dire que la langue est un fait social, c’est d’abord pour Saussure rappeler que la langue est « la norme de tous les faits de langage », et par là même, on s’en souvient, substituer l’ordre systématique de la langue à la confusion empirique des domaines, à la fascination de la diversité concrète où la science du langage est toujours menacée de se dissoudre, « si l’on veut que la linguistique n’apparaisse pas comme un amas de choses hétéroclites » (1916, p. 24-25).

36La nouveauté saussurienne consiste moins dans la définition de la langue comme institution que dans sa détermination comme « système formel », jeu de valeurs arbitraires, système sémiologique : autant de caractérisations qui concernent, d’un même mouvement, le mécanisme de la langue et le lien social primordial. La langue est donc « sociale » deux fois (qui n’en font qu’une) : elle est sociale parce que le principe qui la régit (l’arbitraire) la fait échapper à toute maîtrise rationnelle, individuelle ou collective ; elle est sociale également parce qu’elle est un héritage, une tradition, bref, une temporalité fondatrice d’un ordre de faits spécifiques, les faits sémiologiques, et fondatrice de l’arbitraire lui-même. En effet, c’est parce que le signe est arbitraire qu’il ne connaît d’autres lois que celles de la tradition ; et c’est parce qu’il se fonde sur la tradition qu’il peut être arbitraire (1916, p. 108). Sans doute cela explique-t-il que dans le Cours le « social » soit souvent évoqué dans les réseaux métaphoriques de la masse (« masse parlante », « masse sociale »...), de la puissance plus ou moins inerte (« force sociale »), et de l’opacité (« force aveugle »).

37C’est que, « produit social de la faculté de langage », produit de l’activité des sujets et des groupes parlants, la langue ne permet pas que l’on sépare, objective, extériorise de manière autonome les mécanismes (sociaux) complexes de la production, et le « produit » lui-même.

38On le voit, à la charnière des xixe et xxe siècles, le débat sur la positivité de la linguistique n’est pas (lui non plus) un débat qui se tiendrait dans les limites d’un cadre doctrinal, celui d’un positivisme « historique ». La réflexivité concernant la positivité des savoirs linguistiques s’élabore plutôt : a) dans un champ (celui des anciennes « sciences morales ») où la psychologie a sans doute accompli le premier pas mais où la linguistique peut aussi jouer le rôle de « modèle » (avec la phonétique expérimentale et la dialectologie) ; b) dans un contexte où l’opposition du « positif » synonyme de « réalité effective », au spéculatif tend à supplanter celle du positif au « naturel » ; c) dans une interrogation radicale sur la « factualité » où les faits linguistiques remettent en cause de manière ambiguë les notions traditionnelles de norme et de loi. Ce sera autour des notions d’événement d’une part et de système (ou de structure) d’autre part que les sciences du langage chercheront au xxe siècle la positivité des faits de langue. Avant un nouveau tournant expérimental ?

Bibliographie

Auroux Sylvain, 1998, Le langage, la raison et les normes, Paris, PUF.

Auroux Sylvain, 1994, La philosophie du langage, Paris, PUF.

Chevalier Jean-Claude, 1986, « Langages. Biologie des origines et sociologie des développements. A. Comte », La linguistique la grammaire et l’école. 1750-1914, S. Delesalle et J.-C. Chevalier éd, Paris, Armand Colin.

Comte Auguste, 1854, Système de politique positive (3e éd.), Paris, PUF.

Dorozewski Witold, 1933, « Quelques remarques sur les rapports de la sociologie et de la linguistique : E. Durkheim et F. de Saussure », Journal de psychologie normale et pathologique 30, p. 82-91 (réimpr. dans Essais sur le langage, J.-C. Pariente éd., 1969, Paris, Éditions de Minuit, p. 97-110).

Foucault Michel, 1969, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Hacking Ian, 1994, Concevoir et expérimenter, Paris, Christian Bourgois.

Jousse Marcel, 1925, « Le style oral rythmique et mnémotechnique chez les verbo-moteurs », Archives de la philosophie, volume II, cahier IV, Paris, Gabriel Beauchesne Éditeur.

Littré Émile, 1878, Dictionnaire de la langue française. Préface, Paris, Librairie Hachette et Cie.

Meillet Antoine, 1921 [1906], « L’état actuel des études de linguistique générale », Linguistique générale et linguistique historique, Paris, Champion.

Meillet Antoine, 1916, compte rendu du Cours de linguistique générale, Bulletin de la société linguistique de Paris XX, p. 32-36.

Rey Alain, 1971, « La théorie positiviste des langages », Semiotica 1.

Ribot Théodule, 1879, La psychologie allemande contemporaine (École expérimentale), Paris, Librairie Germer Baillière.

de Saussure Ferdinand, 1916, Cours de linguistique générale, Paris, Payot.

Tarde Gabriel, 1898, Les lois sociales. Esquisse d’une sociologie, Paris, Alcan.

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, HTL, PRES Sorbonne Paris-Cité

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search