Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Première partie. Histoire, épistémologie, langage

Localisme et théorie des cas

Jean-Michel Fortis

Texte intégral

Ce sont les empiristes qui exposent de la façon la plus immédiate les relations idéelles, non que leurs théories diffèrent formellement de celles des idéalistes, mais que l’hypothèse empiriste (concernant l’origine des idées) permet d’assurer un fondement concret à ces relations atteintes comme des opérations cognitives effectuées par un sujet conscient au contact du monde. (Sylvain Auroux, La sémiotique des Encyclopédistes, 1979, p. 118)

Introduction

1Depuis le xixe siècle, on appelle « localisme » l’hypothèse selon laquelle l’expression des relations spatiales permet la lexicalisation de fonctions linguistiques qui dépassent le champ de la spatialité, et en particulier, s’agissant du xixe siècle, qu’elle est au fondement des relations casuelles.

  • 1 Pour nous en tenir à la période considérée ici : Ont défendu des positions localistes : Döleke, Wül (...)

2Je me propose ici d’explorer ce moment privilégié du localisme qui s’étend du début du xixe siècle jusqu’à Wundt (1912). Il faut noter que durant cette période, le débat a été réveillé régulièrement et a engagé de nombreux participants, ce qui témoigne de son importance1. Je ne me priverai pas d’incursions dans des époques antérieures et postérieures, incursions qui auront pour objet les origines du localisme et sa postérité. Le traité de Hjelmslev (1972 [1935-1937]) sur les cas demeure bien sûr une excellente synthèse, à laquelle le présent travail n’a pour ambition que d’apporter des amendements et des compléments.

3Le sujet aurait exigé d’approfondir davantage les origines philosophiques de cette hypothèse. À cet égard, la citation de Sylvain Auroux qui apparaît en exergue m’a semblé très suggestive. C’est à sa sagacité que je m’en remets !

Localisme et théorie des cas : à la poursuite des origines

4Depuis Hjelmslev, l’historiographie moderne (par exemple Murru 1979 et Anderson 1971, 1973) voudrait que les écrits du byzantin Maxime Planude (vers 1255-vers 1305) soient la première attestation d’une théorie localiste des cas bien articulée. Planude aurait ainsi assigné aux génitif, datif et accusatif grecs les significations centrales de répondre aux questions d’où ? [πόθεν], en quel lieu ? [ποῦ] and vers où ? [πῆ]. Cependant, l’hypothèse d’un Planude localiste a été contestée par Chanet (1985), avec de puissants arguments. Surtout, son intérêt pour la reconstruction historique est minime, dès lors que la doctrine de Planude paraît ignorée des premiers tenants du localisme au xixe siècle. À ma connaissance, Planude n’est redécouvert que plus tardivement, peut-être d’abord par Karl Ernst August Schmidt (1847, et surtout 1859), dans des travaux sur l’histoire de la linguistique. Schmidt est repris par Hübschmann (1875), cette fois dans une introduction historique qui prélude à une recherche à la pointe des études « indogermaniques » et dont le noyau descriptif porte sur l’Avesta. Planude devient ainsi précurseur, jusqu’à Hjelmslev, qui fait de lui un héros du localisme.

5Rumpel (1845) d’abord et ensuite Hübschmann (1875) attribuent à Döleke (1814) la résurgence de la théorie localiste des cas, mais Döleke lui-même dit avoir été inspiré par Harris (1765), notamment par la comparaison établie par Harris entre cas et prépositions (génitif et datif, par exemple, étaient qualifiés de from- et to-case ; 1765, p. 284 et suiv.).

  • 2 « Circa praepositiones observandum videtur omnes in nostris linguis usitatis originarie significare (...)
  • 3 Locke n’est pas à l’origine de l’idée que les universaux ou les notions abstraites sont lexicalisée (...)

6Que les prépositions aient une signification primairement spatiale n’est pas une thèse propre à Harris. Leibniz, par exemple, la défend aussi2. J’oserais l’hypothèse que cette attention portée aux prépositions et en général aux « particules » a été favorisée par le nominalisme empiriste illustré par Locke. Non seulement le localisme défend l’origine sensible des représentations de relations, mais pour un empiriste, il est d’autant plus profitable de s’intéresser aux mots de relation que la composition des idées peut être d’origine linguistique (s’agissant, par exemple, des modes mixtes)3. La proximité naturelle entre localisme et empirisme explique sans doute pourquoi Condillac lui aussi insiste sur la primauté du spatial dans la signification des prépositions (1765, II.13). Enfin, la philosophie kantienne justifie la synthèse de l’entendement avec l’intuition et les formes pures de l’intuition (espace et temps) par le souci de définir l’usage sain de nos concepts, par la finitude (liée à l’espace et au temps) de la raison. Elle souligne le rôle des formes pures dans des opérations abstraites comme la numération, et attribue un rôle central à l’imagination comme faculté médiatisant l’entendement et l’intuition. Ce point de vue transcendantal sur les conditions de possibilité de la connaissance humaine peut se transformer en hypothèse empirique sur la genèse des concepts, et, par une involution linguistique du problème, en hypothèse sur l’origine du contenu de formes linguistiques. Cette involution est présente, je crois, chez Humboldt (voir son article de 1830 sur le rôle des relations spatiales pour les pronoms), mais il s’agit là d’une question trop vaste pour être traitée ici.

7En résumé, il me semble vraisemblable de considérer que l’empirisme a donné une impulsion décisive au localisme, et que cette impulsion a reçu une force accrue du kantisme.

Le localisme des cas : Bopp, Wüllner, Hartung

8Les deux traités localistes les plus développés sont dus à Wüllner (1827) et Hartung (1831). Ils ont été écrits indépendamment l’un de l’autre, ainsi que Hartung nous l’apprend dans sa préface (1831, p. viii). Chronologiquement, le traité de Wüllner fournit donc la première théorie localiste développée. Il convient néanmoins de se demander si Wüllner, qui était l’élève de Bopp, n’a pas subi l’influence de ce dernier, et notamment de son étude de 1826 sur l’origine des cas. Rumpel (1845, p. 88) affirme que Wüllner n’avait pas connaissance de l’article de Bopp, mais n’explique pas ce qui justifie cette affirmation.

  • 4 Il dit par exemple que « les rapports externes, spatiaux sont ceux que le langage a dû se préoccupe (...)

9Rappelons que dans son étude, Bopp propose une explication diachronique des cas dont l’esprit localiste relève parfois du présupposé théorique4. Si l’instrumental et le locatif ont une origine prépositionnelle et par conséquent (une fois encore, la chose va de soi) un sens originairement spatial, cette valeur n’est que secondaire pour d’autres cas, où se trouvent coexprimées d’autres significations. Ainsi, le nominatif et l’accusatif reflètent à l’origine une asymétrie entre une entité personnifiée, douée d’un haut degré d’activité, et une entité non-personnifiée ou relativement inerte. Mais, formés par adjonction d’un pronom à sens démonstratif, ils ont dans cette mesure une valeur spatiale. Aussi Bopp peut-il réaffirmer dans sa Grammaire comparée que « dans le principe, les cas n’exprimèrent que des relations dans l’espace ; mais on les fit servir ensuite à marquer aussi les relations de temps et de cause » (Bopp 1865 [1833], p. 275).

  • 5 L’influence de Kant a été soulignée par Parret (1989). Le vocabulaire que Wüllner emploie pour anal (...)

10Si on ne peut exclure une influence de Bopp, la différence entre Bopp et Wüllner est néanmoins frappante : Wüllner est beaucoup plus spéculatif, plus téméraire et plus radical dans son localisme. Comme Hartung, il donne du localisme une justification cognitive, mais d’esprit kantien, celle d’un remplissement nécessaire de la pensée par l’intuition (Anschauung), confondant origine et genèse (cette fois dans un esprit moins kantien)5. Je veux dire que pour lui l’espace est à la fois une condition de la saisie des réalités non sensibles et que la saisie de ces réalités en termes spatiaux est une étape du développement historique du langage.

  • 6 Pour Wüllner, le nominatif est la marque du substantif en tant qu’élément indépendant (1827, p. 5). (...)

11Venons-en maintenant aux analyses avancées par Wüllner et Hartung. Il faut d’abord noter que celles-ci portent sur les cas obliques, le nominatif (et le vocatif) étant exclus pour des raisons plus ou moins claires6. Les tableaux ci-dessous résument les correspondances établies chez nos deux auteurs entre les cas et les notions spatiales qui constituent leurs significations fondamentales (Grundbedeutungen) :

Tableau 1. Significations fondamentales des cas chez Wüllner (1827)

Tableau 2. Significations fondamentales des cas chez Hartung (1831)

12Bien sûr, ce genre de théorie exige que soit motivé le passage d’un emploi spatial à un emploi non spatial d’un même cas. L’analyse d’un cas devient isomorphe à ce qu’on appelle aujourd’hui un réseau sémantique radial qui a pour centre la « signification fondamentale ». J’ai utilisé ci-après ce mode de représentation pour résumer ce que dit Wüllner du génitif (tableau 3, page suivante).

13Le parallélisme entre significations des prépositions et des cas est pour Wüllner un argument à l’appui du localisme : si des prépositions à sens spatial (ou originairement spatial) sont substituables et se sont de fait substituées en diachronie aux cas obliques, ou que les cas peuvent être spécifiés par de telles prépositions, c’est que la signification fondamentale des cas est spatiale (1827, p. 58 et passim).

Tableau 3. Le traitement du génitif chez Wüllner

Le localisme généralisé et la diachronie : Wüllner (1831)

14L’ouvrage suivant de Wüllner se signale par l’intrusion massive des données sanscrites, et par une extension du localisme à la morphologie des langues indo-européennes. Quelques illustrations donneront une idée de l’approche.

15Les pronoms, certaines désinences casuelles et verbales sont dérivés d’adverbes démonstratifs décrits comme « les plus originels » (ursprünglichste), et identifiés comme i/a/u (respectivement proximal/distal/proximal et dessous, ou caché). Les terminaisons des substantifs et des adjectifs sont originellement des pronoms démonstratifs, dont la fonction aurait été d’ancrer un référent dans l’espace (1831, p. 272-273). Ainsi, le latin frag-i-li-s est analysé comme une substantivation de l’action de briser, -i- étant un locatif, et -li- un pronominalisateur, de sorte que la forme peut être glosée en « celui <impliqué> dans une action de briser » (1831, p. 318). Les racines des verbes de mouvement « originels » sont la source de suffixes dérivationnels. Wüllner analyse par exemple le verbe latin matur-es-c-o en « mûr-être-aller-1S », où es- se retrouve dans esse, c- est apparenté à une forme sanscrite , cognat de l’anglais go et de l’allemand gehen (Wüllner 1831, p. 72).

16La théorie suppose que la formation opère par composition (Zusammensetzung) à partir de radicaux que Wüllner suppose monosyllabiques, et originellement imitatifs des sons naturels (comme chez Herder) ou spontanés. Il prend donc position contre la notion de développement organique des flexions (c’est-à-dire contre Schlegel), et contre le caractère éventuellement précoce des flexions (c’est-à-dire contre Becker).

17À l’évidence, les hypothèses avancées sont hautement spéculatives. Elles ne seront pas même rediscutées par les opposants au localisme généralisé que sont Hübschmann, Rumpel et Holzweissig.

Les critiques du localisme

18Parmi les problèmes soulevés par le localisme, Rumpel (1845, 1866) et Curtius (1864) mettront notamment en exergue les difficultés suivantes :

  1. en privant l’homme qui invente le langage de représentations abstraites et donc de son entendement, les localistes le privent de son humanité, pour lui faire accomplir ensuite un pas de géant incompréhensible (Rumpel 1866) ;

  2. les localistes n’ont rien à dire du nominatif. Or, en tant que structure du jugement, la relation du sujet au prédicat est le fait cognitif et linguistique fondamental, et cette relation ne se laisse pas appréhender en termes de représentations sensibles, ou d’intuition, ce qui contredit la primauté accordée à celles-ci par les localistes (Rumpel 1845, 1866) ;

  3. les localistes reconduisent les sous-espèces de cas de la grammaire traditionnelle (par exemple pour le génitif un gen. materiæ, gen. possessoris, gen. causæ, gen. Qualitatis, etc. ; voir le réseau du génitif plus haut), commettant l’erreur d’attribuer à des formes grammaticales la signification « matérielle » (materiale Bedeutung) des éléments lexicaux du « contexte » (Zusammenhang) et multipliant ainsi les acceptions (Rumpel 1845) ;

  4. la multiplication des acceptions d’un même cas est une illusion suscitée par la traduction d’une langue dans une autre, et notamment dans une langue où la stratégie prépositionnelle est plus fréquente. En d’autres termes, le sens plus spécifique de la préposition qui traduit un cas est indûment attribué au cas qu’elle traduit (Rumpel 1845). L’argument met en cause le parallélisme sémantique entre cas et prépositions ;

  5. une relation spatiale donnée ne correspond pas à un seul cas, et inversement différentes relations spatiales peuvent être exprimées par un même cas (Rumpel 1866) ;

  6. si les relations spatiales étaient si essentielles aux cas obliques d’une langue comme le grec, pourquoi y aurait-il eu besoin par surcroît de suffixes spatiaux comme -θι, -θεν, -δε, etc.? (Rumpel 1845, 1866) ;

  7. dans les langues indoeuropéennes, des cas différents peuvent être formellement semblables. Ces assimilations montrent que les locuteurs n’avaient pas une conscience claire de la distinction d’au moins certains cas. Par exemple, le nominatif est parfois semblable à l’accusatif. Si, dans un esprit localiste, on fait du nominatif le cas du point de départ, on aboutit à la constatation que le cas du point de départ est parfois identique au cas du but, c’est-à-dire à l’accusatif (Curtius 1866).

19Ce que l’on voit émerger notamment chez Rumpel est une conception plus formaliste du cas, mais où persistent des termes qui renvoient à la sémantique et à la « pensée ». En témoignent par exemple sa définition du génitif comme cas essentiellement adnominal (et du génitif adverbal comme complément du contenu substantival d’un verbe), ou sa définition de l’accusatif comme expression de la liaison immédiate, c’est-à-dire sans « pensée médiatisante » (Gedanken-Vermittlung), du verbe au substantif (1866, p. 16). De l’indétermination (Unbestimmtheit) sémantique de tel ou tel cas, Rumpel passe ainsi à une définition presque formelle de ce cas.

20Par la suite tendent à s’imposer des définitions monosémiques et simplifiées des cas, mi-formelles et mi-sémantiques. Chez Delbrück, par exemple, le génitif est décrit comme établissant une dépendance au nom régissant ou ayant un sens partitif après un verbe (1897-1916, III, § 184).

Semilocalisme et syncrétisme

21Le semilocalisme prend en compte la série de difficultés qui viennent d’être mentionnées, particulièrement celles qui concernent l’accusatif (senti comme un cas marginalement spatial) et le génitif (de plus en plus défini comme essentiellement adnominal), et réintègre le nominatif et le vocatif dans la discussion. Le semilocalisme ne renonce pas, cependant, à l’hypothèse d’une primauté du spatial pour les autres cas. Le résultat est une répartition des cas en deux groupes, comme chez Holzweissig 1877 (tableau 4) :

Tableau 4. La répartition des cas en deux groupes chez Holzweissig

22Du fait que le latin et le grec présentent des inventaires plus réduits que le sanscrit mais sont censés dériver de cette dernière langue, on est conduit à considérer que certains cas latins et grecs ont dû fusionner des emplois qui étaient distincts en sanscrit. Or, en admettant que les origines disent quelque chose des valeurs d’un cas à un moment bien postérieur, si des cas sont syncrétiques (Mischcasus), il est vain d’en proposer une explication monosémique.

23Holzweissig montre que les valeurs des cas locaux du sanscrit, pris comme pierre de touche, sont redistribuées au cours de la formation des langues classiques. Le résultat de ce processus peut être résumé par le tableau suivant (tableau 5) :

Latin

Grec

Sanscrit

Signification fondamentale

abl. separat.

gén.

abl.

Provenance (Wohercasus)

abl. loci/temp.

dat. loci/temp.

loc.

Lieu (Wocasus)

abl. comit./ mod./instr.

dat. comit./ mod./instr.

instr.-sociat.

Comitativité (Mitcasus)

dat.

dat.

dat.

But (Wohincasus)

Tableau 5. La présentation des cas chez Holzweissig

24L’analyse fournit une solution élégante à certaines difficultés. Par exemple, pourquoi l’accusatif a-t-il suppléé le datif dans l’expression du mouvement vers un but ? Holzweissig répond que le datif (ou l’ablatif), après avoir absorbé le locatif, a été associé avec la notion de repos, et que la notion de mouvement a subi par contrecoup l’attraction de l’accusatif. Autrement dit, l’évolution historique peut procéder dans le sens d’une extension au spatial.

25En raison du syncrétisme, un semilocaliste comme Holzweissig ne recherche plus la « signification fondamentale » qui présiderait au datif grec ou à l’ablatif latin, ni ne pose que l’évolution va toujours du spatial vers le non-spatial. Ici, le point de vue historique dissout l’analyse monosémique synchronique et n’impose plus une direction fixe à l’évolution. Or, cette unidirectionnalité était fondée sur le primat de l’intuition, de sorte que l’analyse historique finit par affecter aussi l’hypothèse cognitive sous-tendant le localisme. Wundt se proposera justement de réconcilier la complexité historique (et typologique) avec des hypothèses cognitives, comme nous allons le voir maintenant.

Localisme et psychologisme : Wundt

26L’avènement du psychologisme promu par Steinthal et Wundt fait resurgir la question du localisme. Le localisme a en effet une justification cognitive séduisante, et sur laquelle Wundt prend position. D’un autre côté, Wundt intervient à un moment où l’existence d’un état de langue conforme aux idées localistes a depuis longtemps été mise en doute. En outre, Wundt veut prendre en compte les fonctions dans leur variété formelle, il sort du domaine indo-européen et s’intéresse aux marques de relation en général (adpositions, particules, position et composition en font partie). Les données typologiques qu’il convoque sont puisées principalement chez Müller (1876-1888).

27Wundt fait écho au semilocalisme, mais s’en distingue en ne restreignant pas l’intuitif au spatial. Il sépare deux groupes de cas (tableau 6) :

Tableau 6. La présentation des cas chez Wundt

28Les cas de détermination interne sont susceptibles d’être exprimés uniquement par la position (ou par la composition, par exemple Vaterhaus). Ils sont en nombre limité, sont les derniers à disparaître lorsqu’ils sont marqués morphologiquement, et l’absence d’une marque les spécifiant ne constitue pas une lacune sémantique. Les formes de détermination externe s’opposent à ces cas sur tous ces points. Leur inventaire est ouvert.

29Wundt prend en compte les syncrétismes, qui peuvent conduire un cas de détermination interne à assumer l’expression d’une détermination externe et vice versa, et des évolutions qui viennent par exemple substituer à un cas interne l’expression d’une détermination externe. Cette vicariance des formes de détermination interne et externe ne l’engage pas à estomper la distinction des deux types de détermination. Au contraire, il maintient cette distinction et explique la vicariance des formes par l’évolution des rapports associatifs qui lient déterminations internes et externes. L’exemple du génitif montre comment Wundt traite cette fluidité formelle (1912, p. 97-108).

30Originellement, le génitif exprime l’idée de possession. Mais une langue qui emploie le génitif associe aussi à ces rapports internes des déterminations externes, et réciproquement (comparer le rapport interne du grec lambánô tês kheirós et celui, externe, de l’allemand ich ergreife bei der Hand). Selon Wundt, c’est l’idée très générale de rattachement (Zugehörigkeit) qui conditionne ce passage de la détermination interne à la détermination externe. L’évolution sémantique du génitif peut alors se résumer ainsi :

Possession (stade adnominal du génitif) > rattachement (stade adnominal et adverbal du génitif, avec élargissement sémantique, généralisation, qui facilite ensuite l’expression de relations externes, concrètes, que la notion générale d’appartenance subsume) > différenciation de concepts contenus dans le concept d’appartenance (concepts tels que « propriété » ou « cause » ou « postériorité », etc.).

  • 7 L’expression est bien sûr empruntée à Humboldt et Steinthal.

31Les analyses de Wundt ont le mérite de s’attaquer aux aspects cognitifs du syncrétisme et de la vicariance des formes (passages entre désinences, prépositions, position et composition). Mais Wundt semble bien se rendre coupable de ce qui lui est vertement reproché par Marty (1910) : lorsqu’il affirme par exemple que l’absence de détermination externe (de préposition) soit reflète une différence d’appréhension de la relation, soit suppose une lacune conceptuelle, il pose un parallélisme entre forme et appréhension. Marty objecte que l’emploi des cas ne peut être compris qu’en tenant compte de la manière dont la « forme interne de la langue » (innere Sprachform)7, qui est distincte du niveau des « concepts », lexicalise (ou « morphologise ») les relations. Marty ne méconnaît pas l’importance des relations spatiales et des qualités sensibles en général pour l’expression des relations abstraites, mais il justifie cette importance non pour des raisons cognitives, mais parce que les relations spatiales étant un savoir partagé par les locuteurs, elles sont aisément compréhensibles et facilitent ainsi la communication (1910, p. 105). Plus généralement, c’est le « naturalisme » (et le nativisme) wundtien qu’il conteste, et la circularité du raisonnement consistant à conclure de la forme au mode d’appréhension, tout en prenant la forme comme preuve du mode d’appréhension posé.

Conclusion : la postérité du localisme

32Le localisme ne refait pas surface qu’avec le psychologisme. À propos d’une conférence de 1863 qui a réuni « philologues » et « maîtres des écoles », Holzweissig (1877, p. 4-5) nous dit qu’elle a révélé à quel point cette théorie était répandue chez les maîtres. Hübschmann (1875, p. 100-101) le constate aussi, pour le déplorer. C’est même cet état de choses qui incite Rumpel (1866) à renouveler ses attaques.

33Pourtant, la persistance d’une conception en partie sémantique des cas, souvent simplificatrice, consistant par exemple à définir le sujet comme le « porteur de l’action » chez Delbrück, favorise une forme limitée de localisme. Curtius (1864), qui, à la suite de Bopp, accepte l’origine démonstrative des marques de nominatif et d’accusatif, glose le sanscrit dèva-s dàna-m dadà-ti par Gott-hier Gabe-da geben-er « Dieu-ici don-là donner-il » (1864, p. 50). Mais il insiste aussi sur les nombreuses idiosyncrasies qui caractérisent les systèmes indo-européens, comme justement la similarité fréquente du nominatif et de l’accusatif, ce qui le conduit à se défier fortement du localisme appliqué à des états postérieurs.

34Cette difficulté sera contournée par Hjelmslev (1935-1937) qui, pour défendre sa théorie localiste, aura recours à des langues non indo-européennes à inventaires casuels larges, dans l’idée que seuls les systèmes plus complexes permettent de révéler la combinatoire que les cas syncrétiques obscurcissent. Sa description localiste et multidimensionnelle des cas, obscure sur certains points (le nominatif par exemple ; voir Serbat 1981), est cependant suffisamment opératoire pour avoir été reprise dans ses grandes lignes par Creissels (2008).

35Au temps de la floraison du générativisme, Anderson (1971), non sans se réclamer du supposé localisme de Planude et du xixe siècle, proposera une théorie localiste des cas « profonds », c’est-à-dire une théorie projetant les constructions de surface à partir d’arbres syntaxiques dont les nœuds sont des rôles actanciels. À la même époque, aux États-Unis, Gruber (1965) et Talmy (1972) produiront deux objets linguistiques non identifiés, sans aucune référence à des travaux antérieurs, et défendant des théories localistes des rôles actanciels. Ces théories auront une influence certaine sur la linguistique cognitive postérieure. Enfin, le renouveau de la sémantique lexicale, portée par l’émergence de la linguistique cognitive, sera illustré par de nombreuses études faisant des relations spatiales la signification centrale d’adpositions ou affixes verbaux, dans le contexte d’une conception expérientielle de la signification linguistique qui s’oppose à la vision formaliste de l’approche distributionnelle et chomskyenne (Fortis 2011). Que cette orientation procède d’un empirisme et d’un pragmatisme latents est manifeste, et nous fait ainsi renouer avec ce que j’ai supposé être à l’origine du localisme.

Bibliographie

Aarsleff Hans, 1982, From Locke to Saussure : Essays on the study of language and intellectual history, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Anderson John M., 1971, The Grammar of Case : Towards a Localistic Theory, Londres, Cambridge University Press.

Anderson John M., 1973, « Maximi Planudis in memoriam », Generative grammar in Europe, F. Kiefer et N. Ruwet éd., Dordrecht, Reidel, p. 20-47.

Auroux Sylvain, 1979, La sémiotique des encyclopédistes, Paris, Payot.

Bopp Franz, 1826, « Vergleichende Zergliederung des Sanskrits und der mit ihm verwandten Sprachen. III. Demonstrativum und Casuszeichen », Abhandlungen der Berliner Akademie, Philologisch-Historische Klasse, p. 65-102.

Bopp Franz, 1865 [1833], Grammaire comparée des langues indo-européennes comprenant le sanscrit, le zend, l’arménien, le grec, le latin, le lithuanien, l’ancien slave, le gothique et l’allemand, trad. par Michel Bréal, Paris, L. Hachette et Cie.

Chanet Anne-Marie, 1985, « Maxime Planude, localiste ? », Histoire Épistémologie Langage, 7/1, p. 127-148.

Condillac Etienne Bonnot de, 1765, Cours d’étude pour l’instruction du prince de Parme. Grammaire, Parme, Imprimerie Royale.

Creissels Denis, 2008, « Spatial cases », The Oxford Handbook of Case, A. Malchukov et A. Spencer éd., Oxford, Oxford University Press, p. 609-625.

Curtius Georg, 1864, « Über die localistische Auffassung der Casus », Verhandlungen der einundzwanzigsten Versammlung Deutscher Philologen und Schulmänner, 30, September-2. October 1863, Leipzig, Teubner, p. 45-50.

Delbrück Berthold, 1897-1916, Vergleichende Syntax der indogermanischen Sprachen (= Brugmann Karl et Delbrück Berthold, Grundriß der vergleichenden Grammatik der indogermanischen Sprachen, III), Strasbourg, Trubner.

Döleke Wilhelm Heinrich, 1814, Versuche philosophisch-grammatischer Bemerkungen II. Über die Casus, die Tempora, das Pronomen und das Verbum Substantivum, Leipzig, J. Ambrosius Barth.

Formigari Lia, 1988, Language and Experience in 17th Century British Philosophy, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins (SiHoLS 48).

Fortis Jean-Michel, 2011, « Comment la linguistique est (re)devenue cognitive », Revue d’Histoire des Sciences Humaines 25, p. 105-126.

Gruber Jeffrey S., 1965, Studies in Lexical Semantics, MIT Working Papers in Linguistics.

Harris James, 1765, Hermes or a philosophical inquiry concerning universal grammar, Londres, John Nourse et Paul Vaillant.

Hartung Johann Adam, 1831, Über die Casus, ihre Bildung und Bedeutung in der griechischen und lateinischen Sprache, Erlangen, Palm und Enke.

Hjelmslev Louis, 1972 [1935-1937], La catégorie des cas, Copenhague, Universitetsforlager IAarhus [réimpression La catégorie des cas, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 1972].

Holzweissig Friedrich W., 1877, Wahrheit und Irrthum der localistischen Casustheorie, Leipzig, Teubner.

Hübschmann Heinrich, 1875, Zur Casuslehre, München, Theodor Ackermann.

Humboldt Wilhelm von, 1830, Über die Verwandtschaft der Ortsadverbien mit dem Pronomen in einigen Sprachen, Berlin, Druckerei der Königlichen Akademie der Wissenschaften.

Leibniz Gottfried Wilhelm, 1923- [1685-1686], « Analysis particularum », Sämtliche Schriften und Briefe, Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Darmstadt, VI/4, p. 646-667.

Leibniz Gottfried Wilhelm, 1966 [1765], Nouveaux essais sur l’entendement humain, Paris, Garnier Flammarion.

Locke John, 1975 [1700], An Essay Concerning Human Understanding, Oxford, Oxford University Press.

Marty Anton, 1910, Die « logische », « lokalistische » und andere Kasustheorien, Halle-sur-Saale, Max Niemeyer.

Müller Friedrich, 1876-1888, Grundriss der Sprachwissenschaft, 6 vol., Vienne, Hölder.

Murru Furio, 1979, « Sull’origine della teoria localistica di Massimo Planude », L’Antiquité Classique 48, p. 82-87.

Parret Herman, 1989, « Cognition, the localist hypothesis and back to Kant », Worlds Behind Words. Essays in Honour of Professor F. G. Droste on the Occasion of his Sixtieth Birthday, F. J. Heyvaert et F. Steurs éd., Leuven, Leuven University Press, p. 37-49.

Rumpel Theodor, 1845, Die Casuslehre in besonderer Beziehung auf die griechische Sprache, Halle, Eduard Anton.

Rumpel Theodor, 1866, « Zur Casustheorie », Programm des evangelischen Gymnasiums zu Gütersloh, p. 1-25.

Schmidt Karl Ernst August, 1847, « Zur Erklärung und Würdigung der grammatischen Kunstausdrücke », Zeitschrift für die Wissenschaft der Sprache, vol. 2, cahier 1, Albert Hoefer hrsg, Berlin, G. Reimer, p. 57-75.

Schmidt Karl Ernst August, 1859, Beiträge zur Geschichte der Grammatik des Griechischen und Lateinischen, Halle, Buchhandlung des Waisenhauses.

Serbat Guy, 1981, Cas et fonctions, Paris, PUF.

Talmy Leonard, 1972, Semantic Structures in English and Atsugewi, Dissertation, Berkeley, University of California.

Willems Klaas, 1997, Kasus, grammatische Bedeutung und kognitive Linguistik, Tübingen, Gunter Narr Verlag.

Wüllner Franz, 1827, Die Bedeutung der sprachlichen Casus und Modi, Münster, Theissigsche Buchhandlung.

Wüllner Franz, 1831, Über Ursprung und Urbedeutung der sprachlichen Formen, Münster, Theissigsche Buchhandlung.

Wundt Wilhelm, 1912, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythos und Sitte, 3e édition, 2 tomes, 2 parties, Leipzig, Verlag von Wilhelm Engelmann.

Notes

1 Pour nous en tenir à la période considérée ici : Ont défendu des positions localistes : Döleke, Wüllner, Hartung, Kühner, Whitney. Ont été antilocalistes : Grimm, Bernhardi, Zumpt, Büttmann, Krüger, F. August Grotefend, Schulz, Georg Curtius, Rumpel (voir Rumpel 1866).
Peuvent être rangés parmi les semilocalistes (je reviendrai ci-après sur ce terme) : Ahrens, Holzweissig, Penka, Madvig, Delbrück, Brugmann, Wundt (voir Willems 1997, p. 108).

2 « Circa praepositiones observandum videtur omnes in nostris linguis usitatis originarie significare respectum ad situm, et inde transferri tropo quodam ad notiones quasdam metaphysicas minus imaginationi subjectas. Quod mirum non est, quia homines etiam ea quae imaginari non possunt per res imaginationi subjectas explicare conantur » (Leibniz, Analysis Particularum, 1685-1686, p. 647 ; mes italiques). Cependant, ce passage ne fait pas de Leibniz un empiriste. Dans les Nouveaux Essais, Leibniz souligne ainsi que la primauté du sensible indique que nous venons à appréhender des notions abstraites à l’occasion de notre contact avec le sensible, non que nous les constituons à partir du sensible (III.1, § 5).

3 Locke n’est pas à l’origine de l’idée que les universaux ou les notions abstraites sont lexicalisées par métaphore au moyen d’expressions désignant originairement des réalités corporelles. Clauberg et Lamy avaient des vues similaires (Formigari 1988, p. 112 et suiv.). Clauberg est signalé par Aarsleff comme l’une des sources possibles de Locke (Aarsleff 1982, p. 66-67).

4 Il dit par exemple que « les rapports externes, spatiaux sont ceux que le langage a dû se préoccuper d’abord de désigner, de sorte que l’ablatif employé avec le sens qu’il avait en sanscrit [comme indiquant l’éloignement] doit être considéré comme un des cas les plus anciens et les plus naturels » (1826, p. 87-88).

5 L’influence de Kant a été soulignée par Parret (1989). Le vocabulaire que Wüllner emploie pour analyser les modes est également kantien : ceux-ci (relatifs à vouloir, devoir, pouvoir) sont définis comme des variations de l’appréhension des objets qui inclinent la faculté de désirer, Begehrungsvermögen. Ce dernier terme est employé par Kant. Quant à Hartung, son vocabulaire n’est pas kantien. Il est plutôt analogiste et organiciste (le spirituel est analogue au sensible, la langue travaille par métaphores, la signification se développe organiquement).

6 Pour Wüllner, le nominatif est la marque du substantif en tant qu’élément indépendant (1827, p. 5). Or, le cas exprime la dépendance. Ergo, le nominatif n’est pas un cas. Cette conclusion a scandalisé Rumpel et Hübschmann.

7 L’expression est bien sûr empruntée à Humboldt et Steinthal.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Significations fondamentales des cas chez Wüllner (1827)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
Légende Tableau 2. Significations fondamentales des cas chez Hartung (1831)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Tableau 3. Le traitement du génitif chez Wüllner
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Tableau 4. La répartition des cas en deux groupes chez Holzweissig
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Tableau 6. La présentation des cas chez Wundt
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/32045/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

Auteur

Université Paris Diderot, HTL, CNRS, PRES Sorbonne Paris-Cité

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search