Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Première partie. Histoire, épistémologie, langage

Histoire, philosophie, langage : le problème de l’intentionnalité

Jacques Guilhaumou

Texte intégral

1L’histoire du discours en France, telle que nous en avons retracé les étapes à diverses reprises, prend en fin de compte dans nos travaux la désignation d’Histoire linguistique des usages conceptuels, ou plus simplement d’Histoire langagière des concepts, en italien de Storia linguistica delle idee (2006/2010). Cette modification tient en grande part au rapprochement dans les années quatre-vingt-dix avec l’histoire sémantique issue des travaux de Reinhart Koselleck et l’histoire du discours de tradition anglophone autour de John Pocock et Quentin Skinner, et plus largement au dialogue continu avec nombre de chercheurs étrangers participant au réseau « History of Concepts », comme le montre la plus récente publication en ce domaine (Javier Fernandez 2011). Notre objectif présent est situer les enjeux de ce rapprochement autour de la question philosophique de l’intentionnalité. Par un tel recours à un questionnement philosophique dans le domaine de la linguistique, il s’agit de considérer que « la philosophie est cette négativité qui transforme le donné en problème et qui subsiste tant que le problème manque à être décidé » (Auroux 1990, p. 164). À ce titre, il convient d’abord de restituer le contexte propice à un questionnement sur l’intentionnalité en histoire, en précisant les principales étapes significatives du trajet des historiens en analyse de discours depuis les années soixante-dix.

Un trajet en contexte

2Si les historiens de l’École des Annales s’intéressent, depuis Lucien Febvre, à la place du vocabulaire socio-politique dans l’outillage mental d’une époque, il faut attendre les années soixante-dix, avec le rôle central de la linguistique au sein du structuralisme triomphant, pour que l’analyse de discours du côté de l’histoire prenne forme en France, avec les études pionnières de Régine Robin et moi-même, développées d’une part dans l’ouvrage Histoire et linguistique (Robin 1973) et d’autre part dans la publication collective Langage et idéologies sous-titrée significativement le Discours comme objet de l’histoire (Guilhaumou et alii 1974).

3Au départ, la démarche de l’historien du discours s’avère essentiellement d’ordre relationnel : il s’agit d’associer à un modèle structural, présenté sous la forme d’une analyse linguistique de mots et d’énoncés au sein d’un corpus, une approche socio-historique qui renvoie à la connaissance des conditions de production du corpus étudié. Il est question ici de co-variance entre des structures linguistiques et des modèles socio-politiques. Cette démarche inaugurale accorde un rôle important au lexique et à sa concrétisation dans des vocabulaires spécifiques, par exemple le vocabulaire politique, donc s’intéresse à l’analyse de mots attestés en contexte et dans des corpus d’occurrences. En ce domaine, l’étude des notions-concepts de la Révolution française s’est avérée, avec en particulier le Dictionnaire des usages socio-politiques, 1770-1815 (1985-2003), la plus productive (Guilhaumou 2010).

4Dans un premier temps, l’analyse en corpus sélectionne, selon des critères lexicaux, syntaxiques et/ou sémantiques, des mots et des énoncés dans « l’universel du discours ». Puis, en s’appuyant sur la connaissance des conditions de production, l’analyste du discours s’efforce de rendre visible la stratégie discursive des auteurs/acteurs de l’histoire. Ainsi, il s’agit plus d’approcher les pratiques discursives dans leur historicité et leur spécificité que de constituer, de manière systématique, une théorie du discours articulée sur une théorie des idéologies. Abandonnant l’habitude des historiens français de considérer les faits dans la transparence des textes, rompant avec la citation illustrative, l’historien du discours se dote alors d’une « boîte à outils » issue de diverses méthodes linguistiques, tout particulièrement l’étude des champs sémantiques, l’analyse syntaxique des énoncés et l’approche lexicale, enrichie d’une dimension quantitative, la lexicométrie, tout en conservant l’apport des outils linguistiques constitutifs de l’histoire de la langue, principalement la grammaire et le dictionnaire. Cet outillage méthodologique est toujours d’actualité, tout en étant de plus en plus diversifié : il a permis d’instaurer, au sein même de la relation entre histoire et linguistique, un rapport stable à des outils lexicaux, syntaxiques et sémantiques d’analyse qui répondent aux besoins permanents d’une méthode apte à permettre la description systématique de l’usage des mots, une méthode en pleine évolution, à l’exemple de la lexicométrie devenue logométrie (Mayaffre 2005).

5Cependant, la perspective ouverte par Michel Foucault (1969) sur les énoncés d’archive modifie progressivement le rapport initialement privilégié de l’histoire à la linguistique structurale. En effet, elle introduit, dans la démarche de l’historien du discours des années quatre-vingt, une double caractérisation de l’énoncé d’archive.

6En premier lieu, l’énoncé, attesté dans l’archive, conjoint en lui-même éléments descriptifs et données réflexives, du moins dans sa dimension configurationnelle. Décrire l’itinéraire d’un sujet, l’organisation d’un thème, la formation d’un concept, et mieux encore la disposition d’un dispositif événementiel à partir de configurations d’énoncés attestés dans l’archive, c’est rendre compte, en même temps, de leur dimension interprétative, donc de la réflexivité de l’archive. Par là même, la description d’un énoncé attesté permet d’accéder immédiatement, sans passer par la phrase interprétative de la tradition historiographique, à la compréhension du sens advenu. Ici l’archive n’est plus un simple matériau, imprimé ou manuscrit, dans lequel on puise des référents, elle participe d’un geste de lecture où s’actualisent des configurations signifiantes, des dispositifs particuliers. Ainsi nous pouvons considérer que l’archive toujours « ouverte » d’une époque n’est jamais descriptible dans sa totalité, qu’elle se donne à lire par fragments, thèmes, événements, sujets et concepts. Ce premier aspect de la problématique de l’énoncé rejoint la perspective ethnométhodologique sur « la réflexivité des descriptions sociales » (Widmer 1986) : les individus-membres d’une société, pris dans des rapports intersubjectifs, utilisent le langage naturel comme contexte, ressource et thème interprétatifs, donnant par là même un sens à leur acte par la médiation d’un discours réflexif.

7En second lieu, toute description d’énoncé attesté dans l’archive participe, dans sa dimension immanente, d’un acte configurant centré sur une intrigue, pour reprendre les termes de Paul Ricœur (1983). Le rapport à l’événement est ici privilégié dans la mesure où la portée réflexive de l’énoncé est issue de son insertion spécifique dans une action. Une mise en intrigue, qui se déploie tout au long d’un trajet thématique, acquiert une portée globale, atteint sa signification ultime au moment où émerge une expression (ou plusieurs) susceptible de résumer l’intelligibilité du processus décrit. De fait, l’espace raréfié de l’énoncé réflexif, donc configurant, ne prend sens qu’au sein d’une dispersion d’énoncés hétérogènes, qui autorise une grande variété de règles de passage d’un énoncé à l’autre. Telle ou telle expression attestée donne sens à un trajet discursif, régule un champ discursif par son voisinage immédiat avec une vaste émission d’énoncés.

8À vrai dire, c’est autour de la notion de « formation discursive », également introduite par Michel Foucault, et resituée, dans le cadre de l’analyse de discours, par Michel Pêcheux (1990), que se précise le passage de la configuration méthodologique initiale à une problématique de l’énoncé. « Formation discursive » désigne, vec Michel Foucault, l’individuation de telle ou telle configuration d’énoncés dans le champ des événements discursifs en liaison avec l’archive définie comme « le jeu des règles qui déterminent dans une culture l’apparition et la disparition des énoncés, leur rémanence et leur effacement, leur existence paradoxale d’événements et de choses ». Ainsi s’ouvre, à l’analyse discursive, par l’accent mis sur le seuil, la corrélation et la formation discursives, « un domaine immense […] constitué par l’ensemble de tous les énoncés effectifs dans leur dispersion d’événements et dans l’instance qui est propre à chacun » (1994, p. 705, 708).

9Au-delà de la différence entre une approche herméneutique qui privilégie « le mouvement de l’interprétation » au sein de « l’unité divisée » de toute formation discursive historiquement attestée (Michel Foucault), et une approche plus « dialectique » qui met l’accent sur « l’interdiscours » (Michel Pêcheux), c’est à dire sur des formations discursives interreliées par ce qui peut et doit être dit dans une conjoncture donnée, il s’agit alors de marquer le caractère « transvaluateur », d’un moment historique à l’autre, de la notion-concept de formation discursive : cette catégorie majeure de la connaissance des pratiques discursives s’avère ainsi fondatrice de l’histoire du discours.

10Désormais, l’attention du chercheur se porte sur la caractérisation du fait discursif comme événement, action narrée : le discours n’est donc plus uniquement le lieu d’énonciation d’une action, il est aussi ce qui produit l’action, il est fondamentalement acte de langage, agentivité. Il s’agit bien de mettre l’accent sur la manière dont des individus, en tant que membres d’une société, utilisent « le langage naturel » à la fois comme contexte et ressource pour donner un sens à leurs actes. L’attention porte ainsi sur la part réflexive, interprétative des énoncés dans une description qui donne forme à un acte configurant, généralement centré sur une intrigue.

11Il est donc indéniable qu’en adoptant une telle posture herméneutique, donc en situant « le tournant linguistique » initial au sein d’un « tournant interprétatif », l’historien du discours a progressivement changé de terrain. Il ne recherche plus simplement des stratégies discursives qui mettent en évidence un « sens caché » dans l’usage diversifié des formes langagières. Il s’efforce plutôt de restituer la capacité d’observabilité pratique des acteurs, auteurs et spectateurs de l’histoire, à travers des arguments qui leur sont propres, par une investigation archivistique aussi large que possible.

12Cependant, il convient de mesurer les limites de cette approche herméneutique au risque de confondre les faits sociaux et les données langagières, dérive « narrativiste » qui a fortement choqué les historiens français, en particulier à travers la lecture des ouvrages d’Hayden White (Chartier 1998). À ce titre, Reinhart Koselleck (1986/1997, 1988) a toujours insisté sur la nécessité de maintenir la différence entre réalité sociale et manifestation langagière, tout en promouvant une réflexion sur « la connexion empirique entre la réalité et le discours », ce qui suppose une connaissance précise des conditions langagières d’émergence du fait historique. Cette démarche configurationnelle, soucieuse de l’empiricité de l’événement, a produit parmi les nouvelles générations d’historiens de nouvelles descriptions historiographiques (Wahnich 1997 ; Deleplace 2000 ; Cohen 2010).

13Reste à se donner les moyens, en histoire du discours, de décrire les modes d’appropriation du sujet dans le fait que le moi (self) se construit, en tant que sujet souverain, à partir des normes et des raisons d’agir qui lui sont imputées, donc de ses intentions particulières, ce qui suppose de réfléchir sur une ontologie du social, à l’exemple de Searle (Clément et Kaufmann 2005). L’historien du discours se doit donc de s’intéresser à la propriété que possède l’esprit humain de représenter, par la médiation du langage, des états de choses du monde déjà réalisés, advenus mais aussi et surtout de penser des états possibles, donc de se représenter l’avenir à l’horizon de l’émancipation humaine. Ainsi, l’examen du travail de l’esprit (politique) fait désormais partie intégrante de la démarche de l’historien du discours.

Le problème de l’intentionnalité

14Du point de vue de la philosophie de l’esprit, adopter une posture intentionnelle revient à considérer les choses dont on peut expliquer les comportements en leur attribuant des croyances appréhendées certes dans leur signification interne en esprit, mais au plus près de leur signification contextuelle, de leur externalité (Denett 1987). Plus précisément, l’intentionnalité est l’une des principales propriétés que possèdent certains phénomènes mentaux, et en premier lieu les pensées et les croyances, celle de représenter quelque chose hors d’eux-mêmes, donc de renvoyer à autre chose qu’eux-mêmes. Une telle disposition humaine ne préjuge pas du caractère réel ou possible de ces phénomènes externes, elle nous dit seulement que le moi dispose de manifestations particulières en lien avec d’autres dispositions particulières associées, du fait de la réciprocité humaine. Au centre de ces phénomènes se trouve bien le phénomène humain, un moi perçu comme un donné au sein de l’activité de représentation du monde appréhendé dans sa dimension d’espace-temps. Mettre l’accent sur l’intentionnalité revient ainsi à prendre en compte l’activité du moi/agent qui représente ce monde multiple, hétérogène, et par là même pose un fondement ontologique à son existence dans les termes du sens commun : quelqu’un parle de manière usuelle, donc quelque chose existe de manière commune (Heil 2011).

15La question de l’intentionnalité nous permet alors de comprendre la différence entre l’histoire langagière des concepts que nous proposons et l’histoire conceptuelle du politique, promue par Lucien Jaume et Pierre Rosanvallon.

16Dans ses travaux sur le libéralisme (2010), Lucien Jaume insiste sur le fait qu’il convient de s’intéresser de manière réaliste à la pensée en acte. Il s’agit alors, pour l’analyste de la pensée politique, de décrire comment l’auteur dit ce qu’il fait, en d’autres termes de situer la stratégie discursive mise en œuvre dans ce qu’il dit quand il fait ce qu’il dit. C’est une manière forte de se situer à distance des croyances et des pensées, c’est-à-dire de ce que l’auteur/acteur croit savoir quand il dit ce qu’il fait. Le souci majeur du chercheur est de se différencier des ressources empiriques disponibles au sein de l’expérience des auteurs. La théorisation du chercheur-observateur conserve alors la primauté interprétative sur les ressources conceptuelles de l’action du sujet agissant. Ce point de vue idéal-typique, souvent présent en sciences sociales, est déplacé vers la science politique pour mieux critiquer toute position intentionnaliste, jugée trop proche des croyances, en particulier dans le cas de Quentin Skinner. Où se situent plus précisément les divergences avec l’historien du discours que nous sommes ?

17En premier lieu, sur le statut du métalangage. L’historien du discours évite, dans la mesure du possible, toute théorisation en surplomb de l’analyste sur les textes, métadiscours qui tend à substituer, selon lui, aux arguments des textes les propres catégorisations, jugées souvent anachroniques, de l’analyste.

18En second lieu, sur le statut du langage lui-même. En affirmant la prééminence de la maîtrise métadiscursive de l’analyste, l’histoire conceptuelle du politique ne prend pas en compte l’intelligibilité propre du langage des acteurs. Elle ne considère pas ce qu’il en est du fondement de la pensée en acte dans l’expérience empirique des acteurs, alors qu’il s’agit d’une réalité qui donne à ce que les auteurs disent une dimension cognitive, référentielle, donc qui nous introduit à une forme réfléchie de savoir social.

19Pour l’historien linguiste, il s’agit alors de considérer l’état d’existence d’une langue empirique qualifiée d’hyperlangue selon l’expression de Sylvain Auroux (1998), c’est-à-dire d’un état de langue à un moment historique précis et au sein d’un espace/temps donné de communication, où se mettent en place des schèmes de pensée introduisant ainsi des possibles en langue, et justifiant par là même la considération de règles et de conventions, avant d’en venir au produit de ces schèmes sémiotiques, les discours eux-mêmes. C’est ici que l’historien du discours conçoit la relation de la réalité du langage au donné de l’intentionnalité du moi.

20Ainsi, l’existence de la langue empirique renvoie à des blocs de réalité, au sein du continuum de l’espace-temps, irréductible à un seul système de propositions générales : elle procède d’éléments linguistiques appréhendables dans leurs relations spatio-temporelles, c’est-à-dire déterminés par un espace empirique d’intercommunication. D’un bloc d’une telle réalité linguistique à une autre, il est toujours question de comparaison, de réflexion, d’abstraction, de figuration, etc., sur la base du matériel empirique disponible. En d’autres termes, la langue empirique est composée d’états et de sujets cognitifs fixant le possible en langue, et donnant des instructions qui permettent aux sujets de la communication discursive de s’identifier au sein de telle ou telle pratique langagière. Ainsi, comme le précise par ailleurs Ferdinand de Saussure dans ses manuscrits récemment édités, « la langue ne fait préalablement que réaliser des concepts isolés, qui attendent d’être mis en rapport entre eux pour qu’il y ait signification de pensée » (2003, p. 277).

21En troisième lieu, le débat porte centralement sur ce qu’il en est vraiment de l’intentionnalité. En fin de compte, la question posée par l’historien du discours à la pensée en acte des auteurs/acteurs, n’est pas comment disent-ils ce qu’ils font, au titre d’une stratégie discursive que l’analyste devrait rendre visible, mais pourquoi le font-ils, et présentement pour des raisons particulières qui s’expriment dans des croyances sincères, rationnelles et consistantes. L’intentionnalité renvoie ici au fait qu’une action n’est intelligible que sous la description discursive que l’auteur/acteur en donne. Il s’agit donc de considérer la capacité signifiante dont dispose l’acteur/auteur pour réaliser un état d’hyperlangue, étroitement lié à un état de choses du monde, et par là même de considérer son aptitude à produire des discours aux significations historiques particulières.

22Un tel débat sur l’intentionnalité a été introduit en histoire des concepts par Quentin Skinner, qui vient de rassembler ses interventions en ce domaine, tout en les réécrivant partiellement (2002). Il a été amplifié dans les commentaires de cet ouvrage, y compris par Skinner lui-même, et en particulier les réponses de Mark Bevir aux critiques les plus récentes (2002).

23Quentin Skinner précise également que le problème principal, en histoire des concepts, n’est pas de connaître la signification de ce qu’un auteur a dit et fait. La question posée se décline plutôt en deux temps, intimement liés : 1) Qu’est-ce que l’auteur a fait en disant ce qu’il dit ? Quelle est la signification de cette action linguistique (linguistic action) ? 2) Qu’est-ce que l’auteur a voulu signifier en écrivant d’une façon particulière ? Quelles sont ses intentions en exprimant cette chose particulière ? Il s’agit donc d’établir un lien entre les significations (générales) et les intentions (particulières) de l’auteur/acteur dans l’acte d’interprétation.

24Dans cette perspective, le rôle de l’historien du discours consiste à mettre en valeur les intentions de l’auteur dans le fait même d’écrire ce qu’il écrit, sans pour autant conférer à ces intentions une valeur finale dans l’interprétation, par exemple sous la forme d’une prise de conscience d’un contenu finalisé de pensée par l’auteur lui-même. À ce titre, les intentions d’un auteur doivent avoir un caractère conventionnel, réglé pour pouvoir être intelligibles, donc ouvertes à la compréhension historique. Situés hors de toute prétention à la maîtrise du savoir, donc de tout privilège de la conscience, ces états intentionnels, permettent, par leur capacité à rendre possible la réalisation d’un état de choses, de positionner un argument en contexte, c’est-à-dire de façon particulière : ils contribuent donc à un traitement adéquat d’un état de choses appréhendé sous la description discursive que l’auteur en donne. L’auteur/acteur se voit ainsi conférer une certaine force illocutionnaire, par sa capacité à « performer » un acte dans sa façon même de faire ce qu’il dit, c’est-à-dire à s’insérer dans une « action linguistique » (linguistic action) qui, en plus de dire quelque chose, produit quelque chose en le disant.

25Quentin Skinner ouvre ainsi une perspective de recherche sur le changement conceptuel dans l’histoire qui révoque tout surplomb de la pensée sur l’action au profit d’un déploiement de la pensée, aussi abstraite soit-elle, dans le champ même l’action (Palonen 2003).

26Si l’on avance plus avant dans les termes de la philosophie analytique (Austin 1962/1970), nous pouvons considérer que les intentions d’un auteur marquent le lien entre la dimension créative, donc non instrumentale, du langage, et la performativité attachée à des actes particuliers de langage. Il apparaît ainsi que les significations d’un texte ne peuvent se confondre d’emblée avec les intentions de son auteur, aussi « conscientisées » soient-elles : encore faut-il identifier ce que telle ou telle intention signifie pour un auteur dans un contexte donné, ce qu’il en est donc de leur degré de réflexivité dans un univers langagier normé. C’est ainsi que l’historien du discours balise l’histoire des concepts à partir du vocabulaire normatif d’une époque donnée, c’est-à-dire à l’aide du contexte multiforme d’actions linguistiques définies par le fait même que le potentiel normatif des concepts est pris dans l’action politique. À ce titre, la question de l’intentionnalité ne peut se réduire à la seule considération de l’état d’un sujet psychologiquement conscient de ses actes, elle concerne tout autant si ce n’est plus la manière dont l’individu s’insère dans le monde qui l’entoure sous des formes discursives particulières, par exemple le récit de soi (Butler 2007) comme manière singulière de rendre compte de soi, et non de parler de soi, dans la mesure où s’instaure un rapport causal entre le soi, sa propre souffrance et la souffrance des autres.

27Dans cette voie, Laurence Kaufmann et Fabrice Clément considèrent, au plus près de Searle et Wittgenstein, qu’il existe bien une « intentionnalité collective » (2002, 2005), dans la mesure où les faits intentionnels, par-delà leurs différences individuelles, établissent une connexion qui leur donne « prise » sur le monde et les engage de facto vis-à-vis de leurs semblables. Nous sommes ainsi introduits, par la question de l’intentionnalité, à l’existence d’une ontologie sociale à caractère historique, voire à une philosophie sociale qui considère que nos croyances sont impliquées dans un agir ensemble, donc se situent dans des situations partagées (Konzelmann 2010).

28Tenons-nous en présentement au fait que le questionnement intentionnel légitime une approche qui ne vise pas à reconstituer le sens subjectif visé par tel ou tel auteur, mais tend plutôt à considérer ce qui, dans l’esprit, relève d’un sens objectif émergeant dans le social. Nous pouvons alors considérer que toutes nos expériences (langagières) – de l’expression des croyances à la production des concepts – sont porteuses de théories liées à un état de choses du monde, présentement à « un état d’hyperlangue », selon l’expression de Sylvain Auroux. À ce titre, elles relèvent d’états intentionnels qui constituent autant de référents des discours, donc de classes d’objets à partir desquelles sont produites les significations.

29Nous pouvons en conclure que ce sont bien les croyances qui font réseau, au sein de l’intercommunication humaine, sur la base de l’activité des individus eux-mêmes (Bevir 1999). Précisons que les croyances exprimées ne trouvent pas leurs justifications de l’intérieur du texte comme l’affirment les historiens narrativistes, mais n’acquièrent de signification que si des individus empiriques inscrivent préalablement les objets du monde, auxquels ils prêtent une forme signifiante, dans ces croyances. À l’encontre de tout pantextualisme, mais aussi à distance de tout surplomb analytique, il s’agit d’affirmer que les textes n’expriment pas seuls les croyances, donc que la représentation des croyances est seconde par rapport à leur existence signifiante, matérielle. Il convient d’abord d’appréhender la manière dont un état d’hyperlangue – avec ses règles d’usage, ses outils normatifs, son espace intercommunicatif – met à notre disposition, à un moment historiquement donné, des choses matérielles perçues, par la médiation des signes, dans toute conscience individuelle comme des objets situés hors du texte. Ainsi, les historiens des concepts n’attribuent pas exclusivement des croyances aux acteurs sur la base de leur seule production textuelle, donc de leurs discours : ils mettent d’abord ces croyances en réseau à partir d’objets historiquement et intentionnellement signifiants, c’est-à-dire en multipliant, certes sur la base de la consistance propre du matériau textuel, les inférences sur tels ou tels états intentionnels qui nous orientent vers la meilleure compréhension possible des arguments déployés dans les discours en acte.

30La quête de « la connexion empirique entre la réalité et le discours » – expression de Reinhart Koselleck (1988) qui se situe au centre de notre réflexion actuelle d’historien du discours, tant sur la question de l’ordre de la langue (Sieyès) que de l’événement révolutionnaire (Guilhaumou 2002, 2006) – confère en fin de compte une forte dimension cognitive à l’interrogation conceptuelle de l’historien du discours. Il s’agit bien d’ancrer la réflexion langagière dans l’agencement empirique du monde, comme l’a proposé Sylvain Auroux. En histoire des concepts, une telle ontologie sociale empiriste permet de circonscrire les conditions langagières d’apparition de la compréhension historique du monde, à vrai dire plutôt récente dans l’histoire de l’humanité. L’analyse des « actions linguistiques » proposée par Quentin Skinner restitue alors l’état du monde sous la forme de règles et de conventions, y compris rhétoriques, qui régulent le processus de signification, sans se confondre avec lui. Il convient d’y associer la réflexion de Reinhart Koselleck (1990) sur le temps, conçu comme un processus réflexif propre à l’effectuation historique, dans la mesure où il déspatialise en permanence le champ de l’expérience humaine en y introduisant un horizon d’attente. Par là même, nous nous situons au plus près des usages, des normes et des conventions du « langage naturel » des auteurs/acteurs dans un contexte et une temporalité historiques donnés.

31Enfin, la prise en considération de la réflexivité des acteurs dans la part locale, voire contingente des événements historiques permet aussi d’appréhender, dans l’archive, « la délocalisation tendantielle du sujet énonciateur (monarque, porte-parole ou représentant) », selon l’expression de Michel Pêcheux, et par là même de circonscrire la capacité de l’acteur à agencer des configurations significatives de mots et d’énoncés autour d’intrigues. Ainsi se précise, à partir du triple apport de l’histoire sémantique, de l’histoire du discours et de l’histoire linguistique, ce qu’il en est de « l’art créatif d’interprétation » qui permet d’appréhender la production conceptuelle des individus auteurs/acteurs dans leur dimension à la fois empirique et historique. Tel est, nous semble-t-il, l’objet central de l’histoire langagière des concepts lorsqu’on l’aborde au plus près d’un questionnement philosophique.

Bibliographie

Références

Auroux Sylvain, 1990, Barbarie et philosophie, Paris, PUF.

Auroux Sylvain, 1998, La raison, le langage et les normes, Paris, PUF.

Austin John Langshaw, 1962/1970, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil.

Bevir Mark, 1999, The Logic of the History of Ideas, Cambridge, Cambridge University Press.

Bevir Mark, 2002, « How to be an intentionalist? », History and Theory, 41, mai, p. 209-217.

Butler Judith, 2007, Le récit de soi, Paris, PUF.

Chartier Roger, 1998, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, Albin Michel.

Cohen Déborah, 2010, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (xviiie-xxie siècles), Paris, Champ Vallon.

Deleplace Marc, 2000, L’anarchie de Mably à Proudhon (1750-1850), Lyon, ENS Éditions.

Dictionnaire des usages socio-politiques, 1770-1815 (1985-2003), équipe « 18e et Révolution » (J. Guilhaumou et al.), dir. ENS-LSH Saint-Cloud / Lyon, sept fascicules publiés, collection « Linguistique française », Paris, Champion.

Foucault Michel, 1969, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Foucault Michel, 1994, Dits et écrits, I, Paris, Gallimard.

Guilhaumou Jacques, 1988, « Die Reflexivität des sozialen Bewusstseins : von den Archiven zum Begriff », Die Französischen Revolution als Bruch des gesellschaftlichen Bewusstseins, R. Reichardt, E. Schmitt hrsg, Munich, Oldenbourg, p. 70-95.

Guilhaumou Jacques, 2002a, « La connexion empirique entre la réalité et le discours. Sieyès et l’ordre de la langue », Faits de langue – Faits de discours : qu’est-ce qu’un fait linguistique ?, M. Santacrice éd., t. I, Paris, L’Harmattan.

Guilhaumou Jacques, 2002b, Sieyès et l’ordre de la langue, Paris, Kimé.

Guilhaumou Jacques, 2003, « Geschichte und Sprachwissenschaft : Wege und Stationen in der “analyse du discours” », Handbuch Sozial-wissenschaftliche Diskursanalyse, vol 2, Opladen, Leske et Budrich.

Guilhaumou Jacques, 2006/2010, Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon [Discorso ed evento : per una storia linguistica delle idee, introduction (I-XXIII) et traduction de Rachele Raus, Rome, Aracne].

Guilhaumou Jacques, 2010, « Les discours de la Révolution française. Aperçu d’un trajet d’ensemble (1980-2009) », Trente ans d’étude des langages du politique (1980-2010), Mots, 94, novembre 2010.

Guilhaumou Jacques, Maldidier Denise, Prost Antoine, Robin Régine, 1974, Langage et idéologies. Le discours comme objet de l’histoire, Paris, Éditions ouvrières.

Heil John, 2011, Du point de vue ontologique, Paris, Ithaque.

Jaume Lucien, 2010, Les origines philosophiques du libéralisme, Paris, Flammarion.

Javier Fernandez Sebastian éd., 2011, Political Concepts and Time, Santander, Cantabria University Press.

Kaufmann Laurence, 2002, « L’opinion publique ou la sémantique de la normalité », Langage et Société, 100, juin, p. 81-106.

Kaufmann Laurence, Clément Fabrice, 2005, Le monde selon John Searle, Paris, Le Cerf.

Konzelmann-Ziv Anita, 2010, « L’intentionnalité collective. Entre sujet pluriel et expérience individuelle », Qu’est-ce qu’un collectif ? Du commun en politique, sous la dir. de L. Kaufmann et D. Trom, Raisons pratiques, Paris, EHESS.

Koselleck Reinhart, 1990 [1979], Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS (trad. de Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtliche Zeiten, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp).

Koselleck Reinhart, 1986/1997, « Histoire sociale et histoire des concepts », L’expérience de l’histoire, Paris, Gallimard/Le Seuil.

Koselleck Reinhart, 1988, « Probleme der Relationbestimmung des Texte zur revolutionären Wirklichkeit », Die Französischen Revolution als Bruch des gesellschaftlichen Bewusstseins, R. Reichardt, E. Schmitt éd., Munich, Oldenbourg, p. 664-666.

Mayaffre Damon, 2005, « De la lexicométrie à la logométrie », L’Astrolabe, Encyclopédie de la recherche littéraire assistée par ordinateur.

Mazière Francine, 2005, L’analyse de discours, Paris, PUF.

Palonen Kari, 2003, Skinner. History, Politics, Rhetoric, Cambridge, Polity.

Pêcheux Michel, 1990, L’inquiétude du discours, textes choisis et présentés par Denise Maldidier, Paris, Éditions des Cendres.

Peirce Charles S., 1978, Écrits sur le signe, Paris, Seuil.

Ricœur Paul, 1983, Temps et récit, Paris, Seuil.

Robin Régine, 1973, Histoire et linguistique, Paris, Armand Colin.

Rosanvallon Pierre, 1986, « Pour une histoire conceptuelle du politique », Revue de Synthèse, 1-2, janvier-juin.

Saussure Ferdinand de, 2003, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Searle John R., 1998, La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard.

Skinner Quentin, 2002, Vision ofPolitics, 3 volumes (Regarding Method, Renaissance Virtues, Hobbes and Civil Science), Cambridge University Press.

Skinner Quentin, éd., 1995, The Return ofGrand Theory in the Human Science, Cambridge University Press.

Wahnich Sophie, 1997, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, Albin Michel.

Widmer Jean, 1986, Langage et action sociale. Aspects philosophiques et sémiotiques du langage dans la perspective de l’ethnométhodologie, Fribourg (Suisse), Éditions universitaires.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search