Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Première partie. Histoire, épistémologie, langage

À quoi bon l’histoire ?

Aporie des frontières et illusions monistes

Didier Samain

Texte intégral

Principes

  • 1 Attribuée à Meillet, la formule se retrouve çà et là chez Guillaume (Guillaume 1990, p. 95-107).

1Il est une question récurrente, en partie liée à la marchandisation du savoir : à quoi ça sert ? À quoi ça sert, les humanités ? À laquelle un linguiste fournit un jour cette réponse : la linguistique ne sert à rien. Elle produit de l’intelligibilité, ce qui est différent1. L’argument est court, mais vaut préliminaire, en rappelant ce principe que la science n’a besoin d’aucune justification externe à elle-même. Ceci vaut pour la linguistique, pour l’histoire des sciences, pour la paléontologie ou la cosmologie.

2Prenons ce qu’on peut appeler les sciences au présent, mettons, pour ce qui va nous occuper, les linguistiques telles qu’elles se pratiquent aujourd’hui, soit les descriptions actuelles des langues actuelles ou passées. Il arrive que le savoir fondamental réponde à une exigence sociale ou politique, notamment dans les cas de grammatisation planifiée. Mais on peut poser en règle générale qu’une science disciplinarisée se met à courir sur son erre. Ceci s’applique aussi aux historiens de la linguistique, qui se sont peu à peu organisés en communauté solide, pourvue d’un champ bien constitué et de grands rendez-vous périodiques. En bref, ce surcroît de compréhension suffit à justifier de manière non spécifique tout savoir scientifique digne de ce nom, c’est-à-dire permettant un accès privilégié à la vérité, plus constitutif que, disons, les mythes ou la littérature. Ceci est trivial mais méritait d’être rappelé en préambule.

  • 2 Une position qu’exprimait encore, explicitement, un intervenant au dernier colloque Ichols (Saint-P (...)

3Une autre question récurrente est déjà moins inconsistante : à quoi sert l’histoire des sciences pour les sciences ? Qu’apporte aux sciences du langage l’histoire des sciences du langage ? Si elle confine cette fois à l’enthymème en situant implicitement un savoir par rapport à un autre, du moins y entre-t-il une proposition non triviale, qui pose que l’histoire d’une science ne se limite pas à décrire un champ empirique qui se trouverait (accessoirement) être déjà un savoir, mais qu’elle peut y intervenir directement. Sauf à se contenter de la légitimité générique rappelée précédemment, il y a quelque intérêt à se poser cette question, qui ne condamne pas l’histoire des sciences au rôle de simple supplément documentaire, peu ou prou ancillaire2, ou à la stérilité qui guette une philosophie des sciences.

  • 3 Pour le Moyen Âge, voir par exemple Rosier 2010. Chez les comparatistes, la notion fut sollicitée p (...)

4Une réponse tentante est que la connaissance historique révèle que d’autres itinéraires étaient possibles et permet de les réactualiser. Sans doute est-ce vrai, parfois. Mais outre que l’argument est d’autant moins convaincant que l’époque est plus lointaine, il est objectivement faible. Avec ou sans l’aide de l’histoire, ces chemins oubliés sont généralement (re)trouvés. Dans la seule tradition occidentale, le performatif a été thématisé dans trois contextes indépendants : théologique au Moyen Âge, taxinomique au xixe siècle, enfin par les philosophies au siècle suivant3, et cela au demeurant importe peu à une science en action portée sur la crête d’un présent perpétuel. Savoir, par exemple, qu’une théorie pragmatique cohérente était disponible avant guerre n’importe guère aux linguistes qui s’occupent aujourd’hui de pragmatique. Dans les faits, c’est au mieux l’inverse qu’on observe, l’esquisse d’un nouveau modèle s’accompagnant fréquemment d’un intérêt biaisé pour l’histoire. Et ce révisionnisme n’est pas spécifique aux sciences humaines, comme en témoigne l’apparition récente d’un « néolamarckisme » peu inquiet de réduire Lamarck à la thèse de l’hérédité des caractères acquis, ni de tout ce qui sépare le concept lamarckien d’hérédité des théories modernes de l’épigenèse. En bref, il n’y a pas là de quoi légitimer l’histoire du point de vue d’une science telle qu’elle se fait, sauf à l’instrumentaliser comme Chomsky le fit jadis.

  • 4 Voir ci-dessous.

5Au demeurant une science doit fournir un supplément cognitif, c’est-à-dire des aperçus structurels que l’appréhension immédiate du « réel » ne fournit pas. Le savoir historique n’est donc pas un récit, et ceci vaut aussi pour l’histoire des sciences, qui, prise dans l’alternative classique entre histoire dite « interne » et dite « externe », est tenue par ailleurs de définir ses frontières. Il semblerait en l’occurrence logique de se borner à l’histoire interne, d’effacer le « bruit » de l’histoire externe, afin d’en dégager les architectures conceptuelles, de montrer comment tel ou tel problème de taxinomie (l’impersonnel, l’ergatif…) a trouvé, à un moment donné, sa solution. Cette conception de l’histoire des sciences revient donc à poser l’existence d’un mouvement propre à la science, distinct, même s’il en subit les effets, de l’histoire générale « externe ». Il y aurait ainsi, d’une part, une temporalité de la science, définie par un ensemble de découvertes et d’impasses, de reformulations des problèmes. Et, d’autre part, une historicité de la science, qui inscrit celle-ci dans un champ historique global. Du point de vue terminologique, peut-être vaut-il mieux réserver le terme d’historicité à cette seconde perspective, car la différence n’est pas alors simplement de dimension ou de complexité, mais bien de nature. Si la temporalité de la science peut adopter la forme d’une structure logique, d’un modèle, on peut poser en principe que l’historicité conserve quant à elle une part non réductible de factualité, celle inhérente précisément à l’histoire, qui échappe aux tentatives de modélisation4.

  • 5 La comparaison des développements de la traduction automatique en Russie et aux USA en fournit une (...)
  • 6 Voir Lins 1988.
  • 7 Voir Samain et Sériot 2008.

6Quoiqu’épistémologiquement fondée, cette distinction rencontre rapidement des limites pratiques. Outre qu’on ne peut ignorer le caractère situé des savoirs, dont le contexte historique détermine souvent la direction5, il devient parfois artificiel de réduire à un simple bruit les aléas de l’histoire externe. Sans Hitler et Staline, l’espéranto aurait connu un tout autre destin6. Or l’espéranto présentait deux particularités difficilement assimilables pour les linguistiques de l’époque : une définition prescriptive du système en guise d’axiome constitutif, et une conception non close de l’idiome (c’est un patchwork bricolé selon des critères de commodité). L’« accident » a donc bien eu des conséquences sur la théorisation elle-même, puisque son échec politique aura évité aux linguistes d’affronter un obstacle épistémologique. Mais d’autres cas attestent d’un brouillage plus profond de la frontière entre histoire externe et histoire interne. Soit par exemple l’introduction de la théorie port-royaliste du verbe substantif7, qui fournissait aux grammairiens les linéaments d’une théorie syntaxique de la proposition mais n’aura eu finalement que peu d’influence sur les descriptions ultérieures. Malgré Port-Royal, la grammaire est restée peu ou prou scindée jusqu’à nos jours en deux blocs mal articulés, en une Mischsyntax que dénonçait Ries en son temps. Or ceci vaut raisonnement par l’absurde : si les concepts s’emboîtaient dans une chronologie spécifique, la théorie du verbe substantif aurait dû, sinon donner naissance à un nouveau « paradigme », du moins innerver la réflexion grammaticale. Et on peut avancer à cela une explication : issue de la collaboration d’un philosophe et d’un grammairien, cette théorie ne venait pas résoudre un problème de taxinomie, elle est surgie d’un champ périphérique à la taxinomie, qui n’en a pas tiré profit. Un tel fait montre que l’idée même d’histoire interne est problématique. Non seulement au motif trivial des effets aléatoires de l’« Histoire » sur le développement effectif d’un savoir (cet argument ne constitue peut-être pas une objection solide à l’histoire interne), mais parce qu’on ne peut non plus négliger l’effet des transferts disciplinaires, lesquels ne relèvent pas plus de la rationalité propre au domaine d’accueil que d’une extériorité matérielle objective. Or, faire l’histoire d’une question grammaticale en convoquant les effets du champ philosophique ou, à un autre moment, de la psychologie naissante, c’est déjà convoquer une forme d’extériorité au champ proprement grammatical.

7Achevons notre expérience de pensée. Si la grammaire de Port-Royal n’eût pas été possible sans l’apport d’Arnaud, la philosophie cartésienne est donc, d’une certaine façon, pertinente pour l’histoire de la grammaire. Ce qui nous conduit à l’aporie des frontières : le champ philosophique doit-il ici être considéré comme un facteur interne ou externe à la grammaire ? On dira que ce dernier a joué un rôle structurel et n’est évidemment pas « externe » comme le serait par exemple une guerre ou une religion. Certes, mais où tracer la limite ? Où s’arrête l’effet structurel, où commence l’effet conjoncturel ? Comment définir une frontière disciplinaire ? La réponse n’est simple que dans les situations extrêmes et idéalisées. Dans l’entre-deux, il y a place pour une vision plus continuiste de cette opposition. Et ceci n’est de nouveau pas spécifique aux sciences humaines. Soit un autre exemple d’école, l’héliocentrisme, une théorie bien connue des Grecs, puisqu’elle est formulée, avant même Ptolémée, par un presque contemporain d’Aristote, Aristarque de Samos (-310 -220), dont Copernic cite tout naturellement l’œuvre au début de son De revolutionibus orbium celestium. Qu’est-ce qui a conduit à opter pour Aristarque à la fin du xve siècle ? Certainement une conjonction entre une solution technique à un problème de taxinomie (la précession des équinoxes), la diminution du poids relatif de l’Église, et bien d’autres facteurs encore. Tout cela forme une histoire multifactorielle, dans laquelle l’héliocentrisme a pu apparaître a posteriori comme un bouleversement philosophique et culturel.

8Un des premiers effets en retour de l’histoire de la science sur la science concerne donc l’extension des disciplines et le statut des savoirs : on peut circonscrire conventionnellement un champ (par exemple le matériel langagier accessible à telle époque dans tel espace). « Une » science (« la » grammaire) est censée modéliser ce champ. Or, l’histoire montre que cette science n’est pas « une » en fait. Qu’elle s’apparente bien plus à un agrégat de discours et de procédures.

Sciences humaines et histoire

  • 8 Schleicher 1863, dans Tort 1980, p. 64.

9Pourquoi encore l’histoire ? Deux autres arguments peuvent être ajoutés aux observations précédentes, qui reposent cette fois sur la thèse d’une spécificité des sciences humaines. Le premier est ancien et postule qu’elles entretiennent un rapport spécifique à l’histoire. On connaît la phrase de Schleicher : « si nous ne connaissons pas comment une chose est devenue, alors nous ne connaissons pas cette chose »8, reprise à sa manière par H. Paul : « Sprachwissenschaft ist gleich Sprachgeschichte » (Paul 1880, § 10). Ceci peut passer pour un postulat naturaliste. Mais Schleicher ajoute qu’il faut se plonger dans « l’étude particulière et précise de l’objet, sans penser à une construction systématique du tout » (ibid., p. 63) ; en ne postulant donc rien au-delà de l’apparence d’une chose réduite à ses transformations visibles.

  • 9 « L’histoire est, comme la description, la connaissance d’un système particulier de relations, cell (...)

10Cette conception a été attaquée de deux côtés. Par les positivistes d’abord, qui excluent comme Comte l’histoire des sciences fondamentales, au titre de son incapacité à mettre en évidence de véritables lois causales9. Par ceux ensuite qui ont durci l’opposition entre démarche naturaliste et démarche culturaliste, depuis la distinction entre sciences nomothétiques et idéographiques jusqu’à celle entre Natur- et Geisteswissenschaft et ses corrélats : expliquer/comprendre, Kausalzusammenhang (i.e. causalité physique)/Wirkungszusammenhang, dont la spécificité tiendrait à la situation inévitablement interprétative où se trouve l’observateur. Ce type d’approche a toujours ses défenseurs (F. Rastier en France). Nonobstant leurs différences, ces théories présentent un point commun qu’on pourrait schématiser ainsi : les questions concernant le langage relèvent des sciences humaines, non parce qu’elles traitent d’une propriété d’homo sapiens plutôt que de la planète Mars (ce qui n’implique pas en soi de méthodologie particulière), mais parce qu’elles ont affaire à la signification, laquelle impose une approche holistique, intégrant la dimension historique dans laquelle le sujet lui-même se trouve pris.

11Outre leur conception souvent réductrice des sciences de la nature, il n’est pas sûr que ces débats soient très utiles au problème qui nous intéresse. S’il s’agit de souligner que les sciences humaines entretiennent un rapport direct avec l’histoire, on énonce une proposition définitoire (une tautologie), de même en signalant que le sujet observant est donc lui-même pris dans le système qu’il doit décrire. On reconnaîtra volontiers l’opportunité d’une profondeur historique pour étudier le langage et d’un horizon de rétrospection pour étudier la science du langage. Mais on cherche en vain ce qui conférerait de ce point de vue un statut particulier à l’histoire des sciences du langage, ou des sciences humaines, au regard de l’histoire de sciences.

12Il est un second argument, voisin du précédent en ce qu’il invoque également une spécificité des sciences humaines, mais en postulant cette fois un lien intrinsèque, dans ces disciplines, entre la construction de l’objet et sa description. Le lien qui a conduit à ces prophéties autoréalisatrices que sont la langue, la phrase ou la nation, ou l’économie marchande, naturalisées à mesure qu’on en oublie le caractère conjoncturel. Si cette perspective présente des affinités avec la notion de cercle herméneutique, elle s’en distingue sur un point important, car ce n’est pas une théorie de la réception ou de l’interprétation, mais de la production même de la chose. Le rapport à l’historicité y est donc plus fondamental, car non seulement les langues sont des phénomènes historiques, non seulement leur description est prise elle-même dans l’histoire, mais le métadiscours qu’on tient sur elles (la description grammaticale) est, pour les langues, constitutif. L’argument s’applique aux autres champs sociaux : juridique, politique, économique, etc.

  • 10 Aimée Lahaussois (UMR 7597, HTL), communication personnelle. Les braves gens s’indigneront de cette (...)

13Si l’effet en retour de la codification et de la norme sur le façonnage des énoncés est particulièrement sensible dans le cas de la grammatisation proprement dite, ajoutons que le mécanisme lui-même pourrait être plus large. C’est par exemple ce que suggèrent des phénomènes apparemment paradoxaux, tel ce cas où un locuteur natif d’une langue tibéto-birmane encore non décrite demande à l’enquêteur de confirmer la correction de la forme qu’il indique10 ! Mais l’exemple le plus massif de prophétie autoréalisatrice dans le domaine du langage est sans nul doute la langue elle-même. Tant qu’il n’y a pas d’institution pour fabriquer de l’identité linguistique, tant qu’il n’y a pas grammatisation, soit la codification d’un ensemble de règles tout à la fois descriptives et prescriptives sur un support socialisé, il n’y a pas stricto sensu de « langue », il y a, c’est tout différent, des individus qui communiquent et se comprennent plus ou moins bien. C’est la situation rencontrée par les dialectologues qui critiquaient le structuralisme des néogrammairiens, c’est, explicitement thématisée, la Mischsprache, la « langue mixte » décrite par Schuchardt, laquelle est tout autre chose qu’une « langue » au sens habituel.

  • 11 Cette même ignorance de l’histoire conduit ailleurs à faire du « marché » l’horizon indépassable de (...)

14Ceci devrait être trivial et donc définitoire : dans les sciences humaines, le métadiscours n’est pas la simple modélisation d’un donné préexistant, c’est un élément constitutif du champ comme tel. Et ceci leur est propre. Très banalement : notre rapport au cosmos a changé, mais indépendamment du cosmos lui-même, nous intervenons certes sur la nature physique, mais par nos actes, la description que nous en construisons n’est pas directement performative. Le savoir historique, qui permet d’observer l’invention de concepts de phrase, langue, système, etc., peut donc au passage valoir prophylaxie contre tout essentialisme. Les monismes épistémologiques et a fortiori leur caricature scientiste à la mode, le naturalisme, ne prolifèrent au rebours que sur son ignorance11.

15Résumons. Les remarques précédentes ont rappelé deux dimensions de l’historicité. Celle, d’une part, propre aux sciences humaines, qui se manifeste à un niveau anthropologique primaire dans le lien entre langage et méta-discursivité, puis dans la construction des langues par la grammatisation. Et, d’autre part, l’historicité générale des sciences, c’est-à-dire le fait que les outils de la grammatisation sont les fruits de l’histoire. Or si l’histoire dans sa factualité concrète – l’historicité – n’est pas modélisable sous la forme d’une structure (voir 1), alors il ne faut pas escompter trouver dans les outils en question autre chose que des assemblages de pièces diverses, bricolées au fil du temps. Le caractère syncrétique des sciences du langage, autant dire le caractère tératologique des grammaires, tout cela est facile à documenter. Mais il en existe par ailleurs un indice expérimental, dans la manière dont la taxinomie réagit à l’empiricité. Ce sont les derniers points qu’on abordera ici.

Syncrétisme et taxinomie

  • 12 Cette vieille conjecture, désormais théorème, postule que le théorème de Pythagore n’est pas généra (...)

16Cette hétérogénéité de l’espace grammatical apparaît d’emblée dans la diversité des domaines abordés dans le premier ouvrage de grammaire venu, où se succèdent, selon des ordres variables, des questions de phonétique, de morphologie, de syntaxe, etc. À quoi s’ajoutent les dictionnaires, traditionnellement conçus comme distincts des « grammaires ». Les acteurs de la grammatisation luttent contre cette dispersion, intégrant des remarques de morphosyntaxe et de syntaxe dans les dictionnaires, essayant d’échapper à la malédiction de la Mischsyntax. Les grammaires dépendancielles, qui s’efforcent de surmonter la coupure entre rection (appartenant à la morpho-syntaxe) et prédication (qui relève d’une théorie de la proposition) en sont un exemple simple. Mais l’établissement de telles passerelles est constitutif de l’activité scientifique et les mathématiques en fournissent de belles illustrations, de l’analyse classique à la récente démonstration de la conjecture de Fermat12. Le métalangage recherché ne repose pas sur une illusion moniste, comme celle de démontrer la non contradiction des mathématiques, il vise à traduire les données d’un domaine dans un autre. Quelle que soit la discipline, ces interlangues sont donc essentielles.

  • 13 Tout nouveau concept est initialement inséré dans un enchaînement spécifique, où sa fonction logiqu (...)

17La manière dont elles se constituent, dont telle ou telle notion migre dans un domaine et s’y naturalise, constitue aussi une part importante du travail de l’historien des sciences et révèle un tableau nuancé, différent d’une suite de révolutions scientifiques. Pour reprendre un exemple déjà mentionné, la discontinuité est moins tranchée qu’il n’y paraît entre le modèle classique de la prédication et cette interlangue plus efficace qu’est le modèle en fonction et arguments. On trouve ainsi une esquisse de grammaire dépendancielle chez un héritier de la grammaire générale comme Becker, qui définit la distinction entre prédication et détermination d’après le sens de la dépendance (Becker 1827, p. 160, dans Steinthal 1855, p. 105). Et Steinthal ne manque pas de lui reprocher de définir l’activité comme l’activité d’un être tout en évoquant simultanément cette même activité « comme le général dans lequel l’être est accueilli en tant que particulier » (ibid., p. 230, dans Steinthal, p. 190). Deux formulations antagonistes qui correspondent à l’alternative entre les deux interprétations de la proposition, si ce n’est qu’elles ne concernent pas la grammaire, mais la nature des catégories de la pensée. Il existe des lois de la pensée, poursuit de son côté Steinthal (ibid., p. 376-377), qui sont distinctes de tout autre contenu de l’esprit. Peu importe, ajoute-t-il en les comparant au lit d’une rivière, ce que la rivière charrie. « Les formes de l’esprit sont un tel lit, elles ne désignent que des relations […]. Elles naissent de et sur la pensée matérielle comme des traces que celle-ci laisse sur son chemin. Chose, propriété sont par exemple deux places vides, qui se trouvent en relation l’une à l’autre, mais qui doivent d’abord être remplies par la pensée matérielle ». Ceci aurait presque pu être écrit par Bühler, dont on sait combien la notion de Leerstelle, de place vide, est voisine du concept frégéen de prédicat et de la notion grammaticale de valence. Voilà donc qui relie finalement Kant et Frege par une ressemblance de famille… Comme dans le cas de la performativité, les outils étaient là, mais entraient dans d’autres enchaînements argumentatifs et servaient à autre chose13. Sans se focaliser sur la technique devenue objet de discours thématisé, l’historiographie dégage les itinéraires objectifs de la découverte scientifique, mettant en évidence le caractère toujours composite de l’outillage conceptuel. Non seulement les outils peuvent être et sont de fait hétérogènes, mais ce ne sont pas des primitives conceptuelles.

18Une grammaire, un livre de grammaire, est donc essentiellement la surface commune sur laquelle se sont agrégés divers discours sur le langage et les langues. Des discours dont le lissage terminologique et l’articulation restent toujours incomplets. Il reste toujours de la Mischsyntax, il n’y a jamais d’interlangue générale, ou, si l’on préfère, il n’existe pas stricto sensu de théorie du domaine. Sauf, peut-être, si les discours hexogènes cessaient d’affluer dans son champ, la grammaire semble donc condamnée à rester partiellement un agrégat. Cela étant, nonobstant les observations formulées, elle n’en est pas moins une discipline d’observation, et la solution de l’aporie est peut-être d’en revenir à ce fondamental, car les observables immédiats permettent d’appréhender l’espace grammatical, non plus comme cet agrégat qu’il est de facto devenu, mais comme un espace différencié. La réactivité des outils à l’empiricité peut servir de critère.

  • 14 Pour ne mentionner qu’elle, la bible verte des agrégatifs de lettres et de grammaire conserve nombr (...)

19En grammaire comme ailleurs, les cadres conceptuels hérités connaissent une forte inertie et nombre d’outils se révèlent tout à la fois obsolètes et inadaptés14. Or, paradoxalement, ils sont non seulement utilisés, mais surtout utilisables. Un cas presque exemplaire : la grammaire basque francophone de référence (Lafitte 2004), œuvre d’un euskaldun natif, utilise les catégories de nominatif et d’accusatif. Et ça fonctionne ! Pour enfoncer un clou, mieux vaut disposer d’un marteau, mais des tenailles font aussi l’affaire. Pourquoi cela ? Parce qu’au plus près de la taxinomie, de la simple notation ordonnée des formes, on peut toujours bricoler. Ces observables se laissent ranger, plus ou moins bien, de telle ou telle façon, en optant pour Aristarque ou bien pour Ptolémée.

20D’autres outils du métalangage grammatical réagissent différemment en se révélant quant à eux réellement insensibles à l’expérimentation. Ce peut être le cas d’énoncés programmatiques. Ainsi l’interprétation néogrammairienne des « lois phonétiques » a fonctionné comme principe régulateur pour l’interprétation des données. Elle n’est pas réfutable comme modèle, et n’a pas non plus invalidé l’acquis empirique antérieur. Mais le constat vaut surtout pour certains concepts proprement dits. On voit mal, par exemple, quelle expérience cruciale pourrait tester la conception pragoise du phonème, qui n’est pas même sensible, contrairement à « nominatif » ou « prédication », à cette forme atténuée de réfutation qu’est le critère de commodité. Et pourtant cette théorie est critiquée (Albano Leoni 2009). Mais la critique n’est pas venue directement du champ grammatical – ce qu’un psychologue comme Bühler lui contestait n’était pas sa validité comme modèle descriptif, mais son invraisemblance pratique pour le sujet parlant. Bühler en conclut que la reconnaissance phonématique doit donc reposer sur des raccourcis cognitifs, épargnant le traitement computationnel lourd qu’implique une définition combinatoire. En termes modernes, le « phonème », c’est du métalangage, c’est un modèle, ce n’est pas une image de l’activité réelle des sujets parlants. Mais cela signifie par ailleurs que la validité du concept pragois de phonème n’est pas évaluable depuis la grammaire, mais seulement sur des critères qui n’en font pas normalement partie. Sauf, bien sûr, à en étendre à nouveau le champ.

21On en revient donc à ce constat principiel qu’en grammaire, seules les notions directement corrélables à des données observables offrent une réelle sensibilité à l’expérience. Mais que la discipline a intégré aussi d’autres éléments, soit des modèles (tel le phonème) et des principes régulateurs (telle la thèse du caractère sans exception des lois phonétiques). Et si l’on pousse le raisonnement à son terme, autant dire franchement qu’il existe bien un noyau solide de la grammaire, celui qui adhère à l’empiricité et contribue en retour à fabriquer l’idiome, en un mot la taxinomie et la prescription. Il ne s’agit pas bien sûr d’évacuer sans plus le concept de phonème, mais de différencier les méta-concepts des concepts descriptifs, et aussi de limiter l’extension indéfinie du champ. Des tâches auxquelles le savoir historique peut utilement contribuer.

Bibliographie

Références

Albano Leoni Federico, 2009, Dei suoni e dei sensi : il volto fonico delle parole, Bologne, Mulino.

Archaimbault Sylvie et Léon Jacqueline, 2010, « Machine translation : Theoretical and practical shifts within American and Russian linguistics », communication au colloque Shifting Paradigms : how Translations Transforms the Humanities, Urbana-Champaign, 14-16/10/2010, actes à paraître.

Becker Karl Ferdinand, 1827, Organismus der Sprache als Einleitung zur deutschen Grammatik, Francfort-sur-le-Main, Reinherz.

Guillaume Gustave, 1990, Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, 1943-1944, série A, Esquisse d’une grammaire descriptive de la langue française II, Québec, Presses de l’université Laval/Lille, Presses universitaires de Lille.

Hubert René, 1922, « Essai sur la systématisation du savoir scientifique », Revue de métaphysique et de morale 29, p. 311-358.

Lafitte Pierre, 2004 [1944], Grammaire basque (navarro-labourdin littéraire), Bayonne, Elkarlanean.

Lins Ulrich, 1988, Die gefährliche Sprache. Die Verfolgung der Esperantisten unter Hitler und Stalin, Gerlinger, Bleicher Verlag.

Rosier Irène, 2010, « Speech act and intentional meaning in the medieval philosophy of language », Bulletin de philosophie médiévale 52, p. 55-80.

Samain Didier et Sériot Patrick éd., 2008, La structure de la proposition : histoire d’un métalangage, Cahiers de l’ILSL 25.

Samain Didier, 2011, « Questions de langue ou histoire de choses. Observations sur la traduction et ses structures élémentaires », La traduction, philosophie et tradition, C. Berner et T. Milliaressi éd., Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion (Philosophie et linguistique), p. 55-78.

Schleicher August, 1980 [1863], « La théorie de Darwin et la science du langage », Évolutionnisme et linguistique, P. Tort éd., Paris, Vrin.

Steinthal Heymann, 1968 [1855], Grammatik, Logik und Psychologie, Hildesheim/New-York, Olms.

Notes

1 Attribuée à Meillet, la formule se retrouve çà et là chez Guillaume (Guillaume 1990, p. 95-107).

2 Une position qu’exprimait encore, explicitement, un intervenant au dernier colloque Ichols (Saint-Pétersbourg, 28 août-2 sept. 2011).

3 Pour le Moyen Âge, voir par exemple Rosier 2010. Chez les comparatistes, la notion fut sollicitée pour rendre compte d’un emploi anomal du présent perfectif en slave et a ensuite été thématisée par Koschmieder.

4 Voir ci-dessous.

5 La comparaison des développements de la traduction automatique en Russie et aux USA en fournit une bonne illustration. Voir Archaimbault et Léon 2010.

6 Voir Lins 1988.

7 Voir Samain et Sériot 2008.

8 Schleicher 1863, dans Tort 1980, p. 64.

9 « L’histoire est, comme la description, la connaissance d’un système particulier de relations, celles en vertu desquels les événements se déroulent dans le temps à travers les modalités successives dont chacune appelle la suivante sans en contenir la raison. Tel est d’ailleurs, le motif pour lequel Auguste Comte excluait l’histoire du système des sciences fondamentales » (Hubert 1922, p. 329).

10 Aimée Lahaussois (UMR 7597, HTL), communication personnelle. Les braves gens s’indigneront de cette compétence fantasmatique attribuée à l’Européen, au risque d’en oublier la condition anthropologique, soit cette relation constitutive entre langage, métadiscours et intersubjectivité qui fonde les énoncés normalisés, et a sans doute fourni l’impetus à ce qui est devenu, dans les sociétés à écriture, la grammatisation.

11 Cette même ignorance de l’histoire conduit ailleurs à faire du « marché » l’horizon indépassable de l’économie et des « marchés » des agents réels.

12 Cette vieille conjecture, désormais théorème, postule que le théorème de Pythagore n’est pas généralisable à des puissances supérieures à 2 pour des valeurs non triviales. Elle n’a été démontrée qu’en 1995, à l’aide des développements récents de la théorie des nombres.

13 Tout nouveau concept est initialement inséré dans un enchaînement spécifique, où sa fonction logique ne se réduit donc pas à son opérativité technique (voir Samain 2011. Je ne peux reprendre ce point ici).

14 Pour ne mentionner qu’elle, la bible verte des agrégatifs de lettres et de grammaire conserve nombre de distinctions d’origine latine sans pouvoir les étayer formellement, telle celle entre « interrogative indirecte » et « relative substantivée », voire un classement aussi contre-intuitif que la division ternaire des comparatifs que même la Grammaire des grammaires avait abandonnée. Inversement, le rôle des mécanismes de corrélation est, sans surprise, sous-évalué.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search