Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Première partie. Histoire, épistémologie, langage

Esquisse d’une lecture kuhnienne de l’histoire de la tradition grammaticale arabe

Djamel Kouloughli

Texte intégral

1Lorsque Thomas S. Kuhn formule sa célèbre théorie relative à la structure des révolutions scientifiques, il le fait sur la base de sa formation de physicien, et c’est donc essentiellement par des exemples empruntés aux sciences « dures » qu’il illustre son propos. Cependant, rien dans ce qu’il développe dans son ouvrage fondateur, ni dans ses autres écrits, ne laisse entendre que le processus de développement de l’activité scientifique qu’il postule ne serait pas applicable aux sciences humaines et sociales. Certains auteurs ont d’ailleurs essayé d’appliquer la théorie de Kuhn à la recherche en linguistique, suggérant par exemple que le modèle chomskyen aurait, en son temps, fonctionné comme le paradigme de la « science normale » dans ce domaine. Pour ma part, je voudrais montrer ici qu’une lecture kuhnienne de l’histoire de la tradition grammaticale arabe (désormais TGA) semble fournir un cadre d’interprétation particulièrement éclairant de son développement.

Les débuts de la grammaire arabe

2Nul ne conteste que le Kitāb de Sībawaywi (mort vers 796) soit le premier ouvrage complet et authentique de grammaire arabe qui nous soit parvenu. Pourtant, une lecture attentive de cet ouvrage suffit à établir que Sībawayhi n’est pas le « premier grammairien arabe ». Deux ordres de fait permettent d’étayer cette conclusion. D’une part le fait que Sībawayhi cite dans le Kitāb de nombreuses autorités auxquelles il se réfère, non seulement pour vérifier l’acceptabilité des données qu’il utilise, mais aussi pour étayer des hypothèses explicatives sur les principes de grammaire qu’il formule. Parmi ces autorités, deux se détachent particulièrement, Yūnus Ibn Ḥabīb (mort vers 799) cité plus de 200 fois dans le Kitāb, et surtout Al-Ḵalīl Ibn ʼAḥmad (mort vers 791) cité plus de 400 fois par Sībawayhi, et qui apparaît plus comme un maître que comme un simple informateur de ce dernier. D’autre part et surtout, le fait que, dans le Kitāb, Sībawayhi fasse mention à plusieurs reprises (20 fois au moins, largement distribuées dans l’ouvrage), d’un groupe collectivement désigné comme « les grammairiens » (al-naḥwiyyūn) et qu’il cite le plus souvent pour contester leur point de vue sur des questions relatives à l’acceptabilité de certaines données ou, et le point mérite d’être souligné, sur des points de métalangage et/ou d’analyse grammaticale.

3C’est en partant de ce constat que Raphaël Talmon (1982) a été amené à formuler l’hypothèse qui nous servira de point de départ. Selon cette hypothèse, il existait à l’époque de Sībawayhi, et même selon toute vraisemblance avant, un groupe de gens intéressés par des questions de grammaire arabe et qui s’étaient suffisamment spécialisés dans ce domaine pour mériter d’être désignés comme « les grammairiens ». Nombre de passages du Kitāb où ils sont cités montrent qu’ils avaient développé une terminologie technique et des vues sophistiquées en la matière, et Sībawayhi les cite souvent sur un ton polémique pour contester leurs analyses et les conclusions qu’ils se croient autoriser à en tirer. Talmon montre ainsi que le Kitāb a été rédigé dans une atmosphère d’intense controverse théorique. S’intéressant ensuite plus en détail à certaines des analyses attribuées aux « grammairiens » et qui ont suscité l’ire de Sībawayhi, Talmon (1984, 1985, 1987) arrive à montrer que la plupart, sinon toutes, font usage de concepts et d’outils d’analyse ayant pour origine des compendiums d’ouvrages de logique grecque circulant depuis longtemps en Iraq dans la littérature savante syriaque ou persane. Talmon (2003) en conclut qu’avant que les conceptions grammaticales de Sībawayhi et de son maître Al-Ḵalīl n’arrivent à cristalliser en un système suffisamment cohérent celui qu’expose le Kitāb, il avait existé en Iraq un système concurrent, assez développé et cohérent pour donner lieu à la constitution d’une communauté de « grammairiens » qui le défendaient et l’enseignaient. C’est ce système « pré-ḵalīlien » qu’il baptise « The Old Iraqi School of Grammar ». Lorsque le nouveau paradigme défendu par Al-Ḵalīl et Sībawayhi finira par s’imposer, ce qui aura survécu de l’ancienne conception de la grammaire, à savoir des bribes de terminologie et d’analyses, sera rejeté dans « l’enfer grammatical » que l’on baptisera « L’École Kūfienne » dont on nous dira qu’elle fut la rivale malheureuse de « L’École Baṣrienne », celle d’Al-Ḵalīl et de Sībawayhi, laquelle s’imposa parce que c’était la plus cohérente, la plus rigoureuse, bref la meilleure. Pas un seul ouvrage complet de l’ancienne théorie ne nous est parvenu. Tout ce dont nous disposons, ce sont des recueils de « questions controversées entre grammairiens baṣriens et kūfiens », rédigés des siècles après la victoire du paradigme ḵalīlien par des auteurs comme Ibn Al-ʼAnbārī (xiiie siècle), formés au sein de ce paradigme et qui instruisent, lors du traitement de chacune de ces questions, le procès en carence théorique et méthodologique des adversaires défaits.

4Étant donné la pauvreté des éléments qui nous sont parvenus des conceptions pré-ḵalīliennes de la grammaire, il est difficile de dire si, comme semblait le penser Talmon, la pensée grammaticale pré-ḵalīlienne constituait véritablement une « école » au sens fort du terme (un « paradigme » au sens de Kuhn) ou seulement un foisonnement émergent d’idées plus ou moins coordonnées et peut-être contradictoires (ce que Kuhn nomme « pre-paradigm stage »).

Le « paradigme ḵalīlien »

  • 1 Pour tenir compte des mises au point apportées à La Structure des révolutions scientifiques dans le (...)
  • 2 Une présentation plus systématique de l’organisation de la matrice disciplinaire de la TGA demander (...)

5Quoi qu’il en soit de la nature exacte de l’activité théorique des naḥwiyyūn, il ne faire guère de doute que la nouvelle façon d’analyser les faits linguistiques qu’instaurent Al-Ḵalīl et son disciple Sībawayhi mérite pour sa part d’être qualifiée de « paradigme » au sens de Kuhn1. En effet, il n’est guère difficile d’y mettre en évidence les éléments essentiels d’une « matrice disciplinaire ». Parmi les plus significatifs on peut citer, pour fixer les idées2 :

    • 3 En tout cas dans les ouvrages fondateurs. Plus tard, des ouvrages comme ceux d’Al-Zağğāğī ou d’Ibn (...)
    • 4 Ces flexions, de cas pour les noms et de mode pour un paradigme verbal, sont englobées dans la TGA, (...)

    d’abord des principes théoriques sinon explicitement énoncés3, du moins systématiquement mis en œuvre dans l’analyse des données. Le plus fondamental est celui qui recevra plus tard le nom de « théorie du ʽamal ». Il stipule que tout mot exhibant une marque flexionnelle4 la reçoit d’un assignateur de flexion (ʽāmil) spécifique et unique, dont la présence, en amont du mot fléchi dans la chaîne de l’énoncé, est réelle ou virtuelle. D’autres principes théoriques stipulent quels types d’assignateurs de flexion peuvent affecter quelles catégories de mots, et selon quelles modalités ;

  • ensuite des procédures systématiques permettant d’appliquer les principes théoriques généraux à tous les types possibles de configurations de données, comme par exemple les procédures qui règlent les conflits de préséance des assignateurs de cas (tanāzuʽ), ou spécifient les positions possibles du mot fléchi par rapport à son assignateur de flexion (rutba) ;

    • 5 Ce principe n’est « métaphysique » (pour reprendre le terme de Kuhn) que dans le contexte intellect (...)

    on y trouve aussi des présupposés « métaphysiques » très généraux dont l’acceptation comme axiomes est attendue de quiconque travaillera dans le nouveau cadre conceptuel. Le plus fondamental de ces principes est celui qui pose que le phénomène essentiel dont doit rendre compte toute analyse grammaticale est l’assignation des marques flexionnelles5. Ce principe orientera tout le développement ultérieur de la TGA. Mais de nombreux autres principes « métaphysiques » vont structurer, généralement de façon implicite, la recherche en grammaire arabe, comme par exemple celui selon lequel certains éléments de la langue (sons, parties du discours) sont plus « légers » que d’autres et que la « recherche de la légèreté » (ṭalab al-ḵiffa) dirige de manière constante l’activité linguistique des locuteurs. Ces présupposés permettront de donner une justification (ʽilla) à toute bonne règle de grammaire en révélant, en dernière analyse, que la langue arabe est dotée d’un agencement parfait manifestant la sagesse (ḥikma) de celui qui l’a instituée (wāḑiʽ) ;

  • enfin on y trouve des directives méthodologiques globales censées orienter l’activité heuristique du grammairien. La plus importante est peut-être celle qui définit les conditions de validité du recours à l’analogie (qiyās), processus à la fois explicatif des formes grammaticales attestées et génératif de nouvelles formes. D’autres règles de méthode structurent de façon détaillée l’activité du grammairien, comme par exemple celle selon laquelle on ne doit s’écarter de la forme primitive (ʼaṣl) que si cet écart est justifié par un argument incontestable (dalīl).

6Précisons ici que si, comme Talmon, nous associons le nouveau système de conceptualisation et d’analyse des faits linguistiques au nom d’Al-Ḵalīl plutôt qu’à celui de Sībawayhi, c’est que, outre le fait que le premier apparaît manifestement, dans le texte même du Kitāb, comme le maître du second, d’autres réalisations scientifiques fondant la lexicologie et la métrique selon des principes foncièrement analogues à ceux de la grammaire sont attribuées à Al-Ḵalīl. Cela n’enlève rien au très grand mérite de son disciple, Sībawayhi, qui assumera la lourde charge de donner, dans son ouvrage fondateur, une formulation magistrale à la nouvelle grammaire.

Le développement de la TGA comme « science normale »

  • 6 Voir là-dessus Bernards (1993).

7L’histoire mythique de la grammaire arabe que nous a transmis la tradition veut que le Kitāb ait été immédiatement et unanimement reconnu et adopté par la communauté des grammairiens. En réalité, ni de son vivant, ni dans le premier siècle après sa mort, Sībawayhi n’a joui d’une notoriété particulière6. Certes, de pieux disciples ont assemblé et recopié les pages de ce qui sera nommé « Le Livre » faute d’un titre choisi par son auteur, et l’ont enseigné à ceux qui voulaient bien s’y intéresser. Mais c’est en fait un bon siècle après la mort de Sībawayhi que son enseignement a commencé à s’imposer comme la référence en matière d’analyse de la langue arabe. Significativement, le premier grammairien qui a « percé » en faisant profession d’enseigner le contenu du Kitāb, Mubarrid (mort en 898), a commencé sa carrière de grammairien en critiquant Sībawayhi, avant de faire du Kitāb la principale matière de son enseignement. Ce choix, fait par conviction ou par opportunisme, fera de lui le père spirituel de la longue lignée des grammairiens qui formeront la TGA proprement dite.

8L’historien de la grammaire arabe Ramzi Baalabaki (2008, p. 257) écrit : « Tout comme Al-Ḵalīl dans le domaine de la lexicographie, Sībawayhi (aidé par Al-Ḵalīl lui-même) libéra les auteurs postérieurs du fardeau de proposer un système complet d’analyse grammaticale ; ainsi ils purent se concentrer sur des questions de présentation et d’organisation, le développement de certains problèmes, l’examen des énoncés témoins (šawāhid), etc. ». On ne saurait mieux exprimer la thèse qui est ici la nôtre, à savoir qu’Al-Ḵalīl et son disciple Sībawayhi ont jeté les fondements d’un nouveau paradigme de recherche en linguistique arabe, laissant à leurs successeurs le soin de consolider ce paradigme en approfondissant la théorie à travers l’activité de « résolution d’énigmes » posées par la multitude de problèmes linguistiques particuliers auxquels la nouvelle théorie permettait de donner une formulation technique claire et des procédures raisonnablement consensuelles de solutions.

  • 7 L’expression est de moi (DEK). Baalabaki parle plutôt de prise en compte de la relation entre locut (...)

9Le penchant formaliste qui va caractériser tout le développement ultérieur de la TGA est déjà clairement inscrit dans les œuvres des fondateurs. Dans les travaux d’Al-Ḵalīl, qu’il s’agisse de métrique ou de lexicologie, on constate une nette tendance à produire des modèles dont la capacité générative outrepasse nettement les données observables en raison de la puissance des mécanismes combinatoires qui y sont à l’œuvre. Quant au Kitāb, même si on y trouve, comme l’a bien montré Baalabaki, les éléments d’une approche plus « énonciative7 » des faits linguistiques, et un souci fréquent de tirer ses énoncés témoins de sources empiriques attestées, il n’échappe pas toujours à la tentation de « faire tourner » le modèle sur des données forgées de toutes pièces et proprement inattestables, même si elles sont « grammaticales ».

10Mais c’est surtout avec le développement ultérieur de la TGA que vont se développer pleinement les tendances formalistes du paradigme ḵalīlien. Mubarrid déjà, le premier propagateur systématique de l’enseignement de Sībawayhi, manifeste, dans le Muqtaḑab, son grand traité de grammaire, un goût prononcé pour la fabrication d’exemples controuvés destinés à montrer le jeu des règles générales et la puissance de l’analogie (qiyās).

11Cependant, il faut attendre le xe siècle pour que se développe pleinement le « tournant formaliste » de la TGA. Cette inflexion va s’affirmer entre autres grâce à l’influence de la logique grecque, rendue disponible par les traductions du syriaque puis du grec, et popularisée chez les intellectuels, malgré l’opposition des milieux les plus conservateurs. Elle finit par s’imposer comme le canon méthodologique de tout travail scientifique. Dans le champ des études linguistiques, elle fait son entrée grâce à Ibn Al-Sarrāğ (mort en 928), ami du philosophe Fārābī (mort en 950), et qui aurait appris de lui les bases de la logique grecque en échange de cours de grammaire. Il rédige un des ouvrages majeurs de la TGA, le Kitāb al-ʼUṣūl fī l-Naḥw (livre des fondements de la grammaire) où il met en œuvre, pour la première fois, un exposé systématique de la grammaire arabe fondé sur un plan méthodique organisé autour des parties du discours et de la théorie de la flexion. Cette méthode, qui rompt avec la démarche de Sībawayhi, essentiellement guidée par des associations d’idées, sera progressivement adoptée par tous les grammairiens.

  • 8 C’est par exemple le cas du traitement de l’état construit (ʼiḑāfa) entre deux noms, où Sībawayhi c (...)

12Sous l’influence de la logique, l’expression de plus en plus systématique des règles de grammaire et des principes théoriques qui les fondent vont amener à affiner le paradigme ḵalīlien et même à rejeter certaines des solutions proposées par Sībawayhi mais désormais jugées incompatibles avec un strict respect des postulats fondateurs de la TGA8.

13La grammaire arabe progressivement façonnée par les raisonnements de plus en plus formalistes des grammairiens devient un formidable édifice déductif, où les exemples, devenus conventionnels, ne sont plus que les faire-valoir de règles de plus en plus abstraites, et d’où les locuteurs, si souvent évoqués par Sībawayhi à l’appui de ses analyses, sont finalement totalement expulsés.

14En même temps, il faut le reconnaître, la description des faits linguistiques s’est trouvée progressivement prise dans un réseau de plus en plus fin d’observations, et des distinctions extrèmement subtiles, souvent hors de la portée du commun des locuteurs, y ont été établies. Par contre, les aspects sémantiques et pragmatiques du fonctionnement de la langue, très présents dans le Kitāb de Sībawayhi, ont été occultés dans les grammaires élaborées dans le cadre de la TGA, où la langue arabe n’apparaît plus comme un outil de communication entre locuteurs réels dans des situations concrètes, mais comme un pur système logique aux rouages compliqués dont seuls les grammairiens maîtrisent les arcanes.

  • 9 La lecture du Hamʽ al-Hawāmiʽ de Suyūṭī (fin du xve siècle), compilation de toutes les opinions déf (...)

15Notons en passant que le caractère de plus en plus formaliste et systématique de l’évolution de la TGA ne signifie nullement qu’il s’y tenait un discours unifié et monolithique. La lecture des nombreux traités de grammaire rédigés dans le cadre de la TGA9 montre que des divergences existaient entre grammairiens sur des questions plus ou moins importantes mais très nombreuses. Ces divergences ne remettaient pas en questions les postulats fondamentaux de la théorie, mais concernaient des différences d’interprétation de certains principes ou des solutions concurrentes à certains problèmes. Ces solutions étaient jugées également compatibles avec le cadre théorique général de la TGA, mais plus ou moins complexes ou élégantes.

Les tentatives de « révolution » et leurs échecs

  • 10 On pourrait certes évoquer d’abord le nom d’Ibn Ğinnī (mort en 1002) qui, le premier, souligne que (...)

16La première contestation sérieuse10 de la TGA vient d’un grammairien pourtant nourri dans le sérail, Al-Ğurğānī (mort en 1078). Auteur de nombreux ouvrages de grammaire de facture « classique », il s’avise du danger d’une approche purement formaliste du fonctionnement de la langue lorsqu’il se met à l’exégèse du Coran. Il réalise alors que les solutions que propose la TGA à de nombreuses questions de grammaire entraînent, pour l’interprétation du texte coranique, des conséquences catastrophiques, occultant souvent, contredisant même parfois, l’intention communicative des versets du Livre Sacré. Il s’engage donc, dans un ouvrage fondateur, Dalāʼil al-ʼIʽğāz (les preuves de l’inimitabilité [du Coran]), dans l’entreprise ambitieuse d’élaborer une nouvelle démarche d’analyse grammaticale fondée sur la mise en évidence systématique de la dimension sémantique de toute construction linguistique. Dans l’esprit de Ğurğānī, cette sémantique grammaticale devait être une véritable nouvelle grammaire destinée à remplacer l’ancienne, héritée du paradigme ḵalīlien. Mais c’était compter sans le poids sociologique de la puissante confrérie des grammairiens et de leur influence considérable dans l’édifice culturel et idéologique de la société islamique. La sémantique grammaticale de Ğurğānī, sans être totalement rejetée (elle avait montré sa capacité explicative dans l’exégèse coranique), sera reléguée au rang de discipline subalterne, la rhétorique (balāḡa), complémentaire de la grammaire mais subordonnée à celle-ci dans le cursus de formation des élites.

  • 11 Par exemple, pour lui, le nominatif du sujet a pour signification sous-jacente l’agentivité (fāʽili (...)

17Évoquons rapidement, comme une seconde tentative de réformer l’édifice conceptuel de la TGA, l’ouvrage du grammairien andalou Suhaylī (mort en 1185), Natāʼiğ al-fikr fī l-naḥw (résultats de la réflexion grammaticale). Cet ouvrage n’a ni la dimension ni la structure d’un traité visant à refonder la discipline, mais l’idée directrice qui le traverse est néanmoins novatrice, puisqu’elle consiste à soutenir que la forme linguistique (lafẓ) doit être subordonnée au sens (maʽnā). Suhaylī voit dans la nature sémantique des parties du discours l’origine de leur comportement concernant l’assignation de flexion : les noms signifiant par eux-mêmes n’ont aucun effet flexionnel, alors que verbes et particules ayant une dimension syncatégorématique ont un effet flexionnel sur les mots qui en dépendent et en complètent le sens. Il considère en outre que toute marque flexionnelle manifeste une signification qui en est la véritable cause11. Il formule également l’idée, nouvelle dans la tradition arabe, que les marques du verbe sont distinctes des cas du nom et manifestent des significations spécifiques.

18Malgré le caractère modéré des idées de Suhaylī, ses propositions seront reçues avec dédain, sinon avec hostilité, par les grammairiens de son époque, manifestant que le paradigme de la TGA était totalement rigidifié et fermé à toute remise en cause.

19La dernière tentative, la plus radicale, de contestation de la TGA, viendra d’Ibn Maḑā’ (mort en 1196), juriste andalou appartenant au courant théologique « littéraliste » (ẓāhirī), lequel n’accepte comme seule source de la loi que le texte coranique. À partir de ces prémisses théologiques et surtout de leurs conséquences, comme le rejet de la subtile casuistique élaborée par les écoles juridiques sous le nom de « justifications » (ʽilal), Ibn Maḑā’ s’attaque à ce qui fait le cœur de la TGA, la théorie du ʽamal et l’explication des phénomènes grammaticaux par des « causes » (ʽilal) articulées en divers niveau d’abstraction. Dans un ouvrage décapant, Al-Radd ʽalā l-Nuḥāt (la réfutation des grammairiens), Ibn Maḑāʼ entreprend de démolir l’ensemble de l’édifice conceptuel de la TGA. Il commence par l’idée-même de la flexion (ʽamal) envisagée comme résultant de l’action de mots assignateurs (ʽawāmil). Reprenant à son compte, mais de façon encore plus radicale, l’idée d’Ibn Ğinnī selon laquelle cette assignation n’est rien d’autre que l’effet d’une action du locuteur, il montre qu’une grande partie des complications de la grammaire élaborée par la TGA résulte de la postulation d’éléments abstraits ou élidés dont la seule fonction est de justifier les marques flexionnelles. L’idée que ces éléments « abstraits » ont une existence réelle dans le fonctionnement de la langue est une idée qu’il rejette catégoriquement. La grammaire « concrète » qu’il propose, refusant tout « sous-entendu », n’a aucun besoin de l’empilement des « causes » chères à la TGA. Il n’accepte, dans sa construction, que des règles strictement descriptives comme celle qui stipule qu’un verbe a un sujet au nominatif et éventuellement un objet à l’accusatif.

  • 12 Longino suggère en effet que pour qu’une communauté parvienne à assumer un développement rationnel (...)

20Compte tenu de ce qui a été dit du sort réservé à des tentatives bien plus modérées de réforme de la grammaire, il est inutile de dire que les propositions d’Ibn Maḑā’ n’ont pas eu d’écho dans l’histoire de la grammaire arabe. On conclura donc ce rapide survol de l’histoire de la TGA en constatant qu’après la révolution ḵalilienne, et malgré de réelles tentatives de remise en cause du paradigme qu’elle a instauré, aucune nouvelle « révolution scientifique » n’a réussi à s’imposer dans ce domaine. Les raisons sont sans doute à chercher, comme le suggèrent les intéressantes réflexions de Longino (199012), dans le processus de rigidification progressive des sociétés arabo-islamiques, processus qui s’est opposé à tout renouvellement des activités scientifiques que ces sociétés, dans leur premier élan, avaient réussi à susciter. L’analyse de ce processus, même s’il est, plus que jamais, à l’ordre du jour, sort du cadre de cette esquisse.

Bibliographie

Références primaires

Al-Mubarrid (Abūl-ʽAbbās), (mort en 898), Al-Muqtaḑab, Wizārat al-ʼAwqāf, Le Caire, 1994.

Al-Ḡurḡānī (ʽAbd al-Qāhir), (mort en 1078), Dalāʼil al-ʼiʽğāz, Dār al-Maʽrifa, Beyrouth, 1978.

Al-Suhaylī (ʼAbū l-Qāsim), (mort en 1185), Natāʼiğ al-Fikr fI l-Naḥw, Dār al-Kutub al-ʽIlmiyya, Beyrouth, 1992.

Al-Zağğāğī (ʼAbū l-Qāsim), (mort vers 948), Al-ʼĪḑāḥ fī ʽilali l-Naḥw, Dār al-Nafāʼis, Beyrouth, 1979.

Ibn Al-ʼAnbārī (ʼAbū l-Barakāt), (mort en 1181), Al-ʼInṣāf fī masāʼil al-ḵilāf bayna l-naḥwiyyīn al-baṣriyyīn wa-l-kūfiyyīn, Al-Maktaba l-Tiğāriyya, Le Caire, 1955.

Ibn Ğinnī (ʼAbū l-Fatḥ), (mort 1002), Al-Ḵaṣāʼiṣ, Dār al-Kutub al-Miṣriyya, Le Caire, 1952-1955.

Ibn al-Sarrāğ (ʼAbū Bakr), (mort 928), Kitāb al-ʼUṣūl fī l-Naḥw, Muʼassasat al-risāla, Beyrouth, 1985.

Ibn Maḑāʼ (ʼAbū l-ʽAbbās), (mort 1196), Kitāb al-Radd ʽalā l-Nuḥāt, Dār al-Maʽrifa, Le Caire, 1947.

Sībawayhi (ʼAbū Bišr), (mort vers 796), al-Kitāb, Maktabat al-Ḵānğī, Le Caire, 1966-1977.

Suyūṭī (Ğalāl al-Dīn), (mort en 1505), Hamʽal-Hawāmiʽ fī Šarḥ Ğamʽ al-Ḡawāmiʽ, Dār al-Kutub al-ʽIlmiyya, Beyrouth, 1998.

Références secondaires

Baalabaki, R., 2008, The Legacy of the Kitāb, Leiden, Brill.

Bernards, M., 1993, Establishing a Reputation: The reception ofSibawayh’s Book, Leiden, Brill.

Bohas, G., Guillaume, J.-P. et Kouloughli, E. D., 2006, The Arabic Linguistic Tradition, Georgetown, Georgetown University Press (première édition : Routledge, 1990).

Kouloughli, D. E., 1995, « La phrase dans la tradition grammaticale arabe », Mémoires de la Société de linguistique de Paris, t. 3, p. 81-91, Paris, Klincksieck.

Kouloughli, D. E., 1999, « Y a-t-il une syntaxe dans la tradition arabe ? », Histoire Épistémologie Langage, 21/2, p. 45-64.

Kuhn, T., 1970, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press.

Longino, H. E., 1990, Science as Social Knowledge: Values and Objectivity in Scientific Inquiry, Princeton, Princeton University Press.

Talmon, R., 1982, « Naḥwiyyūn in Sībawayhi’s Kitāb », Zeitschrift für Arabische Linguistik 8, p. 12-38.

Talmon, R., 1984, « Arabic grammatical thinking before Sibawaihi’s Kitab », Al-Karmil : Studies in Arabic Language and Literature 5, p. 37-53 (en arabe).

Talmon, R., 1985, « Who was the first Arab grammarian – A new approach to an old question », Zeitschrift fur Arabische Linguistik 15, p. 128-145.

Talmon, R., 1987, « musnad, musnad ’ilayhi and the early History of Arabic grammar: A reconsideration », Journal of the Royal Asiatic Society 2, p. 207-222.

Talmon, R., 2003, Eighth-century Iraqi Grammar: ACritical Exploration of pre-Ḵalîlian Arabic Linguistics, Winona Lake, Indiana, Eisenbrauns.

Notes

1 Pour tenir compte des mises au point apportées à La Structure des révolutions scientifiques dans le post-scriptum de l’édition de 1970 de son ouvrage, il faudrait plutôt parler de « matrice disciplinaire » que de « paradigme », terme jugé après coup comme beaucoup trop général, mais dont on sait le succès...

2 Une présentation plus systématique de l’organisation de la matrice disciplinaire de la TGA demanderait de rentrer dans beaucoup plus de détails, mais ce n’est pas ici notre propos. Pour plus de détails, voir par exemple Kouloughli 1995 et 1999.

3 En tout cas dans les ouvrages fondateurs. Plus tard, des ouvrages comme ceux d’Al-Zağğāğī ou d’Ibn Ğinnī donneront à ces principes théoriques des formulations explicites et leur consacreront des analyses détaillées.

4 Ces flexions, de cas pour les noms et de mode pour un paradigme verbal, sont englobées dans la TGA, en raison d’une analogie formelle, sous la dénomination unique dʼiʽrāb.

5 Ce principe n’est « métaphysique » (pour reprendre le terme de Kuhn) que dans le contexte intellectuel de la théorie grammaticale. Dans le contexte plus large de l’histoire socio-linguistique et politique de la langue, il reflète le processus d’instauration d’une variété d’arabe richement dotée de marques flexionnelles, celle du Coran et des élites tribales traditionnelles, comme seule langue légitime du nouvel État arabo-musulman, alors même que cette variété était de moins en moins en usage.

6 Voir là-dessus Bernards (1993).

7 L’expression est de moi (DEK). Baalabaki parle plutôt de prise en compte de la relation entre locuteur et auditeur et du contexte de communication. Sur la présence d’une dimension énonciative dans le Kitāb de Sībawayhi, voir aussi Bohas, Guillaume et Kouloughli (1990/2006).

8 C’est par exemple le cas du traitement de l’état construit (ʼiḑāfa) entre deux noms, où Sībawayhi considère que le premier nom assigne le génitif (ğarr) au second, ce que la TGA rejettera en raison du principe théorique selon lequel la catégorie nominale n’est pas assignatrice de flexion.

9 La lecture du Hamʽ al-Hawāmiʽ de Suyūṭī (fin du xve siècle), compilation de toutes les opinions défendues au sein de la TGA durant des siècles sur tous les aspects de la grammaire arabe, est à cet égard révélatrice.

10 On pourrait certes évoquer d’abord le nom d’Ibn Ğinnī (mort en 1002) qui, le premier, souligne que c’est le locuteur et lui seul qui est le véritable ʽāmil, le véritable responsable de l’assignation des flexions, lesquelles reflètent ses intentions sémantiques. Mais Ibn Ḡinnī, malgré l’incontestable portée de ses intuitions, reste prisonnier du cadre conceptuel de la TGA.

11 Par exemple, pour lui, le nominatif du sujet a pour signification sous-jacente l’agentivité (fāʽiliyya) du nom qui en est affecté.

12 Longino suggère en effet que pour qu’une communauté parvienne à assumer un développement rationnel des connaissances scientifiques, elle doit ménager des instances et des procédures reconnues de réception de critiques des théories existantes, et que ces instances et procédures permettent de réellement intégrer les critiques et non pas de seulement les tolérer tout en les ignorant.

Auteur

Université Paris Diderot, HTL, CNRS, PRES Sorbonne Paris-Cité

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search