Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

Première partie. Histoire, épistémologie, langage

L’invention linguistique de la « préhistoire »

Claude Blanckaert

Texte intégral

1On ne saurait surfaire la productivité du vocabulaire des sciences humaines dans la stabilisation des paradigmes. Les mots qui les désignent, en particulier, participent d’un processus complexe de certification, de choix collectifs et de remaniements subséquents. C’est un élément régulateur et identitaire. Fortement valorisée dans le cas de disciplines récentes, peu représentées ou en voie de différenciation, la nomination d’une science relève à la fois de l’état civil – c’est un enregistrement – et du « label » académique. Elle définit un territoire, se fait connaître et d’abord reconnaître.

2L’histoire de la préhistoire, « science dans l’enfance » comme on le dit vers 1860, obéit idéalement à ce canon. Elle s’écrit ordinairement dans le style agonistique, défiant d’un côté des représentations familières – i.e. religieuses – de la création de l’homme, de l’autre des « domaines divers dont les marques de frontière doivent souvent être reculées ou élargies » (Vogt 1868, p. 57). La préhistoire est une science-carrefour, d’une démarche éclectique, revendiquant longtemps les méthodes d’analyse du géologue et du linguiste, l’évolutionnisme des ethnographes et le goût patrimonial des antiquaires d’ancienne facture. En 1867, lors de la deuxième session du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, le zoologiste genevois Karl Vogt en retrace les diverses filières naturelles et sociales. Une science « bien née », ajoute-t-il, n’est pas pour cela « faite, arrêtée et reconnue » :

Nous nous appelons préhistoriques [sic], Messieurs, mais nous ne répudions pas pour cela les enseignements de l’histoire et des branches voisines. […] La philologie comparée doit rétablir avec nous, par l’étude des langues, l’histoire des races et leur filiation ; rien ne doit être négligé dans l’étude des mœurs et des habitudes des peuples actuels ; car tous ces faits, souvent en apparence si minimes et sans valeur aucune, gagnent une haute importance lorsqu’ils peuvent être mis en corrélation avec des faits datant de plus loin (Vogt 1868, p. 59-60).

3La naissance de la préhistoire, son « invention » selon le terme consacré, est devenue l’objet de travaux historiques depuis le xixe siècle. Tel qu’il est défini par Sylvain Auroux (1987), l’horizon de rétrospection fait ici office de système d’échanges qui rend commensurables ou réduit activement à un substrat commun – ce n’est pas dire homogène – des traditions de recherches développées séparément les unes des autres. La préhistoire, pour s’affirmer, avait besoin de ce concours, tant elle « grandit par l’intérêt de tous ». Néanmoins, à notre distance plus que séculaire, ces origines multiples ont perdu leur fonction référentielle. Elles sont rejetées dans la brocante du passé, dans ce que Gaston Bachelard (1965, p. 25) dénommait avec dédain la « paléontologie d’un esprit scientifique disparu ». La « co-présence » des connaissances, leur confrontation ne sont plus requises. La caractéristique traversière de la préhistoire n’a pas résisté à l’« oubli » créateur et à l’effet de censure engendré par les réorientations de la recherche.

4Depuis les années quatre-vingt, l’histoire s’est recadrée sur ses seules assises archéologiques. Cette vision tronquée, correspondant à leur refus réitéré d’affiliation aux sciences naturelles, alimente dorénavant la mémoire vive des préhistoriens. Elle se voit confirmée par un fort courant lexicographique (Chippindale 1988 ; Clermont et Smith 1990 ; Kehoe 1991 ; Welinder 1991 ; Rowley-Conwy 2006). Sans qu’il soit utile d’en percer l’intention critique, on constate que les mots et les datations qui jalonnent l’établissement de la préhistoire sont un enjeu institutionnel. J’aimerais revenir sur ces particularités pour mettre à l’épreuve la place réelle, puis déniée, qu’y tient la linguistique. Cette contribution se présente aussi comme le commentaire suivi d’un jugement énigmatique de Ferdinand de Saussure prononcé lors de sa première conférence de novembre 1891 à l’université de Genève :

J’aurais ici à rappeler le nom genevois, dont nous sommes fiers à d’autres égards encore pour notre patrie, d’Adolphe Pictet, d’Adolphe Pictet qui le premier conçut méthodiquement le parti qu’on pouvait tirer de la langue comme témoin des âges préhistoriques, et qui, tout en se fiant peut-être trop – comme il était inévitable dans le premier enthousiasme que provoquait la révélation subite d’un monde insoupçonné – en la vérité, la valeur absolue des indications que peut donner la langue, n’en a pas moins été le fondateur d’une sérieuse branche de recherches encore actuellement cultivée avec toute raison par une série ininterrompue de savants… (Saussure 2002, p. 143-144).

5Érigé en fondateur par ce Tombeau inattendu, Pictet nous invite à faire retour sur quelques inventions linguistiques de la « préhistoire ».

La concurrence des spécialités

6Marquée durablement par le sentiment d’un combat émancipateur, l’histoire de la science préhistorienne s’est souvent écrite sur le mode héroïque et hétérodoxe. La fonction mémorielle des recherches lexicographiques, même récentes, garde une allure performative. En effet, elle donne des titres d’ancienneté appréciables à une science dont on répète à l’envi qu’elle est « jeune » et controversable. Vice-président du Congrès de 1867, Karl Vogt soulignait avec une feinte humilité que tous marchaient encore « sous une bannière nouvellement confectionnée et dont l’emblème, pour l’avouer franchement, n’est pas encore fixé » (Vogt 1868, p. 57). Officialisée par son titre, l’archéologie préhistorique répond en apparence de son objet. L’œuvre en devenir a d’autant plus besoin de signes fédérateurs qu’elle peut craindre la nature dispersive d’une recherche durablement subordonnée au bon vouloir et aux capacités financières d’un lourd contingent d’« amateurs », peu ou mal formés. Il y faut prendre conscience de soi mais également conscience d’autrui. C’est à quoi correspond l’acte symbolique d’une dénomination. En interne, celle-ci devrait favoriser l’intégration de tous les « travailleurs » de bonne volonté et la convergence des pratiques dans un cadre de pensée cohérent.

7L’objectif des congrès, l’accroissement et le partage des connaissances, est indissociable d’un effort de structuration du champ. Cependant, sans nier aucunement cette part lexicale des savoirs, la genèse d’un vocabulaire spécialisé n’en dit ni les usages ni l’appropriation. D’un côté, les analyses historiographiques vérifient l’importance des congrès internationaux d’archéologie préhistorique sur les débats d’orientation ou les conventions terminologiques. D’un autre côté, comme le montre Arnaud Hurel (2007) dans une remarquable étude, les prérogatives des fouilleurs occasionnels de grottes et autres gisements de plein air n’en sont pas si aisément canalisées. En France particulièrement, la fronde des « préhistoriens » de province, leur refus du centralisme institutionnel ou des empiètements administratifs, la quasi-absence de professionnels et d’enseignements de niveau universitaire constituent des données récurrentes de la fin de siècle, loin de l’image irénique de la « cristallisation » de 1859 (voir Laming-Emperaire 1964, 4e partie et, pour une réévaluation, Blanckaert 2010). Ainsi, les mots ne préjugent pas des réalités. On imagine à tort que le coefficient d’homologation d’un lexique commun, fruit d’un « consensus », rythme l’accession de la préhistoire au rang des sciences majeures en dessinant son « pré-carré ». Mais une science ne s’institue pas par simple nomenclature. Elle doit remanier à son avantage le cadastre des connaissances, bousculer des frontières admises et justifier en externe son droit à l’existence. Tout cela ne va pas sans dissensus, sans « lutte et combat » comme le résume Karl Vogt.

8Or l’étude de la « préhistoire », ainsi nommée après 1870, n’est pas seulement le produit d’une division des spécialités déjà existantes. Prise pour borne chronologique, elle enracine dans le « sombre abîme du temps » un récit à prétention universelle des origines humaines. Par ses méthodes croisées, elle nécessite la coopération de sciences rivales, ou du moins peu partageuses, tantôt « naturelles », géologie et paléontologie en tête, tantôt « humaines », selon nos divisions tardives : archéologie, histoire, anthropologie, etc. Enfin, à l’heure des clivages politiques et religieux, elle touche par capillarité aux représentations de l’univers et de la nature de l’homme traditionnellement ordonnées aux annales bibliques. Ses dimensions normatives sont indissociables d’une « quête ontologique » (Hurel 2007, p. 9-10) qui accentue sa réelle popularité parmi les « gens du monde ». Néanmoins, la compénétration des travaux requis pour son élucidation n’a jamais facilité les relations de voisinage. Chaque science constituée l’a réclamée pour dû, et comme relevant en propre de sa juridiction. La « période préhistorique des nations », expliquait l’antiquaire écossais Daniel Wilson (1851, p. xi), appartient à la « science de la Nature ». Joseph Prestwich la situait en 1859 sur le « territoire neutre » où collaboreraient le géologue et l’antiquaire, quelque part entre paléontologie et archéologie (Gamble et Moutsiou 2011, p. 50). John Lubbock l’assignait plus directement à l’archéologie, formant un lien naturel « entre la géologie et l’histoire » (Lubbock 1867, p. 2), Sven Nilsson (1868) à l’« ethnographie comparée ». De leur côté, les anthropologues l’ont très tôt revendiquée comme l’une de leurs conquêtes épistémologiques. Comme s’en justifie Eugène Dally (1875, p. 4),

L’anthropologie est une époque de l’humanité intellectuelle. En donnant une base anatomique à la préhistoire, elle en a défini la portée, l’intérêt, la valeur. Que seraient nos silex taillés, si nous n’avions quelques notions des êtres qui les taillaient ? En fondant la préhistoire, que l’archéologie eût été, à elle seule, impuissante à constituer, l’anthropologie a, du même coup, remanié l’histoire elle-même.

9La manœuvre est habile. Elle coupe court aux velléités séparatistes des archéologues ou recentre sur la paléontologie humaine et le « point de vue ethnique » le bien-fondé de leurs démonstrations.

10Au demeurant, le congrès de 1867, puis les suivants, sont institués sur base binomiale, à parité d’importance pour la science de l’homme. Ils sont, rappelons-le, d’« anthropologie et d’archéologie préhistoriques ». La première est en situation dominante et ses porte-parole se défieront toujours des « dilettantes ». La dénomination voudrait, dans l’idéal, assurer l’indépendance programmatique d’une « science spéciale » (Mortillet 1883, p. 15). Elle accentue au contraire la disparité des choix méthodologiques. Les termes proposés se chevauchent sans s’équivaloir. L’« anthropologie préhistorique » (Dally 1868, p. 343) peut recouvrir la « paléoanthropologie » (Topinard 1885, p. 177) sans rencontrer les critères définitionnels de la « palethnologie », valorisée par Gabriel de Mortillet et toujours en vogue à la fin du xixe siècle. L’Ethnogénie, néologisme repris d’Ampère et qui garde ses partisans, n’a pas les mêmes dénotations que l’archéo-géologie de Jacques Boucher de Perthes ([1847-1864], t. II, p. viii ; t. III, p. 96, note), ce « nom un peu barbare que les préhistoriens », assure l’abbé Hamard (1883, p. 157), « donnent aujourd’hui à leur science ».

11Voilà beaucoup de dissidences et autant de confusion. À la recherche d’un dénominateur commun excluant la concurrence des spécialités, les préhistoriens ont beaucoup erré. Il y a donc lieu de s’étonner que leurs lexicographes se soient si peu interrogés sur ce tissu langagier hétérogène préludant à la caractérisation tardive de ce que, faute de mieux, Mortillet appelait encore en 1865 « l’étude des temps anté-historiques ». À cela plusieurs raisons d’actualité. L’« invention » de la préhistoire bénéficie, depuis les années quatre-vingt, d’une attention soutenue de la part des archéologues eux-mêmes. Ils s’adressent prioritairement à leurs pairs, publient leurs enquêtes dans leurs revues professionnelles. Ils participent, ce faisant, d’un combat libérateur que mènent dans ces dates les préhistoriens contre les classements universitaires qui les affectent toujours à l’organigramme naturaliste. Ils vont alors redéfinir leur plan d’objets en l’inscrivant, grâce à l’histoire des mots, dans la cohérence finale de la science contemporaine : l’archéologie préhistorique sera pour eux, et d’origine, une science de la culture, une science sociale. Elle vaut donc pour elle-même et non comme le contrepoint, ou le parent pauvre, d’une paléontologie humaine mieux reconnue par le public et par la communauté académique.

12Ainsi révisé, l’horizon de rétrospection relève d’une tactique connue de requalification. L’histoire sélective de l’« archéologie préhistorique » a, du reste, l’avantage de gommer les aspects heurtés, stochastiques, d’une trajectoire disciplinaire dont j’ai montré, fût-ce rapidement, bien des contradictions. L’occultation de la paléoanthropologie, en particulier, n’est nullement anecdotique. Elle produit, ici comme ailleurs, un « effet de cadrage » de l’écriture historiographique sur les résultats escomptés d’une recherche d’archives. Autrement dit, cette histoire orientée du « préhistorique » contribue activement à faire advenir ce qu’on décrit sur un mode à la fois neutre et érudit. Preuve, s’il en fallait, que l’étude de « mots-valeurs » ne peut se satisfaire d’un simple étalonnage. Il s’agit désormais de les contextualiser et d’en appréhender, quand elle existe, la résonance discursive.

La philologie aux avant-postes

13Le prisme disciplinaire fournit à bon compte l’illusion de continuité que promet, sur un plan heuristique, l’apparition de vocables et bientôt de concepts rassembleurs. L’« antédiluvien », dit-on, précède l’« antéhistorique », lequel se transmue en « préhistorique » par l’opiniâtreté des affinages sémantiques. Il est d’ailleurs patent qu’ils se succèdent dans l’unité d’un corpus construit qui se fixe par la répétition. Mais ce processus linéaire, faussement additif, fait l’impasse sur leur coexistence. Il fait, d’autre manière, peu de cas du nomadisme langagier qui rapproche, au xixe siècle, bon nombre de sciences de l’homme basées sur le comparatisme, la stratigraphie, la typologie et le paradigme historique (Blanckaert 2011). On sait pourtant que la « divination du passé » dont s’éblouit Littré (1873, p. 131) à propos de Cuvier ou Champollion trouve bien des illustrations en linguistique. La « paléontologie du langage » occupe même une place de choix dans la littérature préhistorique. En 1879, Nicolas Joly (1879, p. 293) en attend encore de singulières révélations sur ce qu’Honoré Chavée (1862, p. 9), de son point de vue, appelle « l’archéologie psychologique » des races. À la fin des années 1850, alors que Boucher de Perthes ([1847-1864], t. III, p. 367, 482) se compare au grand Cuvier ressuscitant des faunes éteintes, Michel-Hyacinthe Deschamps (1857-1859, p. 179) conclut que la philologie appliquée aux origines des peuples « détermine une nouvelle ère en histoire naturelle ; là se trouve le fil d’Ariane qui doit nous diriger encore dans le dernier labyrinthe de la formation des sociétés humaines ».

14La linguistique remonte le temps et accède même à des strates « paléontologiques » par la « reconstitution des formes organiques, communes et primordiales » (Chavée 1862, p. 12). Comme le résume Jacob Grimm (1859, p. 53), « l’histoire primitive du genre humain gît enfouie dans la nuit des temps, ainsi que la langue des premiers âges ; l’étude du langage peut seule jeter quelques lueurs sur ces matières ». La connexion généalogique des langues dites « indo-européennes », œuvre collective des orientalistes du siècle, en fournit le modèle. Grimm suggère de fait, en poursuivant ce raisonnement, que la comparaison des formes védiques indiquerait « pour le sanscrit lui-même un état plus ancien », peut-être originel, dont « aucun vestige n’est d’ailleurs parvenu jusqu’à nous » (ibid., p. 34-35). Cependant, les « débris pétrifiés », épars (Pictet 1859, p. vi, 10, 21), de l’esprit des anciens âges atténuent le mutisme de l’histoire. Pour qui sait les déchiffrer, ils offrent de sûrs indices, dit Adolphe Pictet (1859, p. 6) de « l’existence préhistorique d’un peuple arien [sic] », inconnu des traditions « mais révélé en quelque sorte par la science philologique ». Une science inédite, la « paléontologie linguistique » se proposera de soulever le voile qui « recouvre les temps préhistoriques » : son but, poursuit Pictet (ibid., p. 7), est de « faire revivre, en quelque sorte, les faits, les choses et les idées d’un monde enfoui dans les ténèbres du passé », de « reconstruire l’édifice d’une civilisation perdue » (ibid., p. 10). Dans le double sens de l’expression, les philologues ont une grande familiarité avec le « vocabulaire préhistorique » (ibid., p. 45).

15Symptôme et agent de cette reconnaissance précoce, l’épithète « préhistorique » (forhistorik) paraît en première attestation connue dès 1834, dans un article du philologue et historien danois Christian Molbech (Rowley-Conwy 2006, p. 106-110) pour évoquer, selon la formule courante, une période indéterminée précédant tout enregistrement. En français, ce terme rare, tant convoité des archéologues ultérieurs, se retrouve déjà en 1837 dans les notes d’un mémoire linguistique d’Adolphe Pictet consacré à la parenté des langues celtiques avec la famille indo-européenne. L’ouvrage a été couronné par l’Académie royale des inscriptions et belles lettres en mai 1836. En multipliant les analogies remarquables de racines et de composition qui rapprochent d’Asie en Occident deux groupes de langues aux affinités encore contestées, le linguiste se compare au géologue. Tous deux ont affaire à des époques reculées et à des questions obscures d’interprétation, d’étiologie et de parenté. Le schéma indiciaire, l’induction patiente leur sont communs. La filiation des racines ou l’étymologie rendent témoignage de l’« état de civilisation », tant matérielle que spirituelle, « qu’avait atteint le peuple-père de toute la race indo-européenne » avant sa dispersion. Aussi bien, enchérit Pictet (1837, p. 172-176), semblables rapprochements « suffiront pour montrer tout le parti que l’on tirera de l’étude des idiomes celtiques, pour la solution des problèmes obscurs de l’époque préhistorique ».

16Pictet utilise par deux fois ce terme dans son mémoire de 1837 (ibid., p. 175, p. 176). J’ai naguère signalé cette référence inaperçue dans un colloque centré sur l’histoire de l’archéologie pour manifester l’unité d’ensemble des sciences dites « palétiologiques » – et littéralement « paléo-ontologiques » – de l’époque romantique et la pensée de la longue durée qu’elle rend possible (voir Blanckaert 2011, p. 69-70). Depuis lors, j’ai trouvé la mention d’un « culte à cette époque pré-historique [avec tiret] » dans une longue lettre de Pictet à August Wilhelm von Schlegel parue en 1836 dans le Journal asiatique. Elle annonce la matière de l’annexe de son mémoire (Pictet 1836, p. 461). Le mot et l’idée du « préhistorique » lui sont donc acquis très tôt et presque contemporains de l’indexation scandinave. De tels repérages ne valent pas pour élucidation, et l’on doit prévoir bien d’autres découvertes du même type.

17Un autre fait connu des lexicographes mérite mention. À partir de 1841, le polygraphe saint-simonien Gustave d’Eichthal propose à la Société ethnologique de Paris une série de longues monographies postulant l’existence d’une « civilisation préhistorique » autonome dont il situait le berceau soit en actuelle Polynésie, soit sur un continent « aujourd’hui détruit » de la même région océanienne. Rayonnant de ce foyer antédiluvien, la famille Hamite migra aux quatre points cardinaux. Sur la foi du comparatisme linguistique, de l’étude des mythes et des rites funéraires, Eichthal tissait un étonnant réseau sémiologique. La langue africaine des Peuls [ « Foulahs »], qui le retint initialement, confessait des affinités avec les dialectes malais, preuve sensible que dans « la nuit des siècles, il y a eu des migrations de peuples, peut-être des commotions politiques, qui se sont étendues entre des points du globe très-distants l’un de l’autre » (Eichthal 1841, p. 147 ; voir Williams 1988, p. 367-369). En janvier 1843, Gustave d’Eichthal commence la lecture de nouvelles études généralisant ses premières conclusions. Il tentera alors de rapprocher le ouolof du Sénégal des langues de la Caraïbe, certains dialectes d’Amérique du Sud du copte, celui-ci partageant un certain nombre de traits de vocabulaire avec la langue des Delawares et des Algonquins du Nord américain, etc. Enfin, cette race brune Hamite, essaimant ses colonies, gagna la vallée du Nil où elle formerait le fond ethnique de l’ancienne Égypte. D’évidence, Gustave d’Eichthal reproduisait pour les « langues à particules », et comme le faisaient au même moment les philologues anglais en faveur du groupe « touranien », le geste intégrateur de la « paléontologie aryenne ». Mais il allait plus loin, ou plus profondément dans l’épaisseur du temps. Puisque Humboldt, disait-il, avait retrouvé des éléments polynésiens à l’état de superstrat dans le sanskrit, il convenait d’admettre un contact bien antérieur. L’histoire des relations primitives des peuples s’en voyait bouleversée.

18C’est dans ce contexte d’imparable cohérence que surgit inopinément l’adjectif « préhistorique », dans son acception « antédiluvienne » :

Nous aurions désiré pouvoir donner quelque indication probable sur l’âge de cette civilisation préhistorique, dont nous avons reconnu les traces. – Mais il règne à cet égard une obscurité qu’il nous a été impossible de percer. Seulement, à en juger par la dispersion et la répartition actuelle de ses éléments, cette civilisation doit remonter à une époque où la distribution des races humaines sur la terre différait beaucoup de ce que nous la voyons être aujourd’hui. – Il semble aussi que l’origine de cette civilisation soit antérieure aux dernières grandes révolutions qui ont changé la face du globe habité, et dont le souvenir s’est conservé dans les traditions de la plupart des peuples. Quelques-uns des faits ethnologiques que nous avons cités sont très-difficiles à comprendre, à moins d’admettre que la configuration de la surface terrestre a été autrefois différente de ce qu’elle est maintenant (Eichthal 1845, p. 154-155 ; voir Clermont et Smith 1990, p. 98-99).

19Disciple de la première heure d’Auguste Comte puis de la secte mystique de Prosper Enfantin, exégète biblique et banquier, Eichthal rêvait de la réconciliation définitive de l’Orient et de l’Occident (Ratcliffe 1976). Dans cet esprit œcuménique, poursuivant la « grande œuvre religieuse de notre temps, l’organisation de la famille humaine » (Eichthal et Urbain 1839, p. 67 ; voir Lemaire 2002), il intégra la Société ethnologique de Paris en octobre 1839. Gustave d’Eichthal n’est nullement « archéologue » comme le portraiturent certains historiens récents de… l’archéologie (Rowley-Conwy 2006, p. 104). Il utilise seulement la dimension métahistorique d’un récit racial fondé sur les « restes mutilés » des étymologies. « Plus on étudie les diverses races humaines, et plus on découvre chez elles les traces d’une histoire antérieure même à leurs traditions, et dont les vestiges ne subsistent que dans leurs langues et leurs civilisations » (Eichthal 1845, p. 158). Pour lui comme pour le jeune Pictet, le passé est co-présent dans ces vestiges et il importe surtout de les articuler pour leur redonner sens, les revivifier.

20Quelles que soient les limites, aujourd’hui reconnues, d’un tel exercice, les thèses de Gustave d’Eichthal relatives à la grande radiation polynésienne seront discutées – ce n’est pas dire acceptées – jusqu’à la fin du siècle. Elles n’étaient donc pas méconnues. Ajoutons que l’innovation lexicale de Gustave d’Eichthal ne date pas de 1845. Son mémoire sur l’histoire primitive des races d’Océanie fut présenté en 1843 à l’Académie des sciences morales et politiques et résumé la même année dans ses comptes rendus. Le texte diffère, sinon dans sa teneur, du moins dans l’énoncé, plus affirmatif qu’hypothétique, et de même sa conclusion. Dans cette dernière, passée inaperçue des historiens du vocabulaire savant, l’auteur présente ses vues novatrices sur la « préhistoire » océanienne. C’est la première des occurrences modernes que l’on connaisse en français :

Une même conclusion nous paraît ressortir des faits que nous venons d’exposer. C’est qu’une civilisation, une vie plus ancienne, avait précédé celle de nos temps historiques. Pour nous servir des expressions d’un des ethnologues les plus distingués de l’Allemagne, « si l’histoire est ancienne et longue, il y aurait cependant une préhistoire plus longue et plus ancienne encore ». À en juger par les faits qui ont passé sous nos yeux, la Polynésie semblerait être le plus important foyer de cette civilisation primitive, dont les migrations polynésiennes auraient ensuite dispersé les germes sur les rivages de l’Asie et de l’Afrique. Peut-être serait-ce un de ces germes qui, déposé dans la vallée du Nil, aurait suscité ou développé [la] vieille civilisation de l’Égypte.

Deux peuples, qui sont aujourd’hui des peuples américains, auraient eu aussi leur part dans ces événements préhistoriques ; événements dont la date ne peut être même conjecturée, mais qui, en tout cas, remontent à une haute antiquité, et semblent même avoir dû précéder les dernières révolutions géologiques dont le souvenir s’est conservé dans les traditions des peuples, et qui ont modifié la surface du monde déjà habité (Eichthal 1843, p. 269).

  • 1 Cette recherche à l’aveugle est hérissée de difficultés, la moindre n’étant pas que le concept de « (...)

21La citation l’indique, la vie souterraine des mots ne s’épuise pas dans la circularité des sources déjà signalées ni dans son ressort néologique. L’« ethnologue distingué » auquel fait référence Gustave d’Eichthal n’est pas identifié1. Mais l’emprunt suggère encore d’autres filières érudites, d’autres certifications nationales, pour la naissance avérée de la « préhistoire » ou du « préhistorique ». N’accordons pas plus d’importance que nécessaire à ce code langagier. Un mot ne détermine pas une science ni une « révolution intellectuelle ». Il est d’ailleurs difficile de retracer les voies de traduction, de diffusion, voire d’invention simultanée de tous ces termes qu’on s’efforçait, voici peu, d’associer au paradigme strict des archéologues. Simplement, leur valeur d’usage se décide au fil de publications en nombre croissant après les années 1830. Elles relèvent de domaines professionnels devenus indépendants. L’oubli mutuel de la « communauté de démarche de l’anthropologie, de la linguistique et de l’archéologie, toutes trois structurées autour du concept de Type » (Coye 1997, p. 189) doit alerter l’historien sur la faiblesse, ou la trop grande force, des perspectives monodisciplinaires. Elles conduisent, comme il fut souvent dénoncé, à une vision « en tunnel », jalonnée par autant de prises de date rétrospectives.

22Le discours de légitimation de la Préhistoire court tout au long du xixe siècle, avec une accélération marquée passé 1860. Cependant, l’affranchissement définitif de la narration biblique a préludé à une « ontologie du temps perdu » (Vašiček 1994), sans dessiner vraiment les contours unifiés d’une « science des sources non verbales ». À la mode buffonienne, ses propagandistes prenaient le bon partout où il se trouve. Le vocabulaire restera la pierre angulaire du dispositif herméneutique, Boucher de Perthes lui préférant le langage crypté des « pierres-figures » qu’il assimilait à des « hiéroglyphes » ([1847-1864], t. III, p. xiv et chap. xiii). Ce mouvement d’intégration de méthodes constituées en parallèle (comparatisme, déchiffrement, périodisation macrohistorique, etc.) pose le problème de la circulation des connaissances ou de la linéarité disciplinaire dans des termes inédits. Nombre d’érudits comme Eichthal sont inclassables selon nos divisions objectivées. Ethnologue, secrétaire de la Société de géographie, amateur féru de vocabulaires, il dialogue avec Comte, Hegel et traduit, nul hasard, L’Idée d’une histoire universelle du point de vue cosmopolitique de Kant (Régnier 1988, p. 233-235).

23D’autre manière, si les mots sont signes d’investissement et de clarification, alors les linguistes peuvent réclamer à leur avantage certaine antériorité dans l’invention de la « préhistoire ». En l’état des sources, l’originalité d’Adolphe Pictet fait peu de doute. Car non seulement s’abstrait-il de l’histoire pour en dire l’excès (précisément le « préhistorique », selon le substantif tardif de Gabriel de Mortillet) dès 1837, mais encore est-il facile de prouver que sa « paléontologie aryenne » de 1859-1863, célébrée en son temps, popularisa le terme et la notion d’une humanité archaïque parmi les anthropologues. Son grand ouvrage s’apparente ici à l’une de ces médiations culturelles dont la force tactique et la notoriété abattront, pour une génération pionnière, les cloisons disciplinaires. Capitale pour l’ethnogénie européenne, la linguistique aryenne passa pour « l’une des plus importantes conquêtes de l’esprit humain » (Dally 1875, p. 5) avant d’être relayée par les antiquités du Nord, « que tous les faits nous signalent comme ayant été témoin de l’époque préhistorique de l’humanité » (Vogt [1863], p. 434). La séquence des mots répond des idées dominantes.

Bibliographie

Références

Auroux Sylvain, 1987, « Histoire des sciences et entropie des systèmes scientifiques. Les horizons de rétrospection », Zur Theorie und Methode der Geschichtsschreibung der Linguistik, Peter Schmitter dir., Tübingen, Gunter Narr, p. 20-42.

Bachelard Gaston, 1965, L’activité rationaliste de la physique contemporaine, 2e éd., Paris, PUF.

Blanckaert Claude, 2010. « Les “Trois Glorieuses de 1859” [Broca, Boucher de Perthes, Darwin] et la genèse du concept de races historiques », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 22/1-2, p. 3-16.

Blanckaert Claude, 2011, « Chrono-logiques. Le tournant historiciste des sciences humaines », Dans l’épaisseur du temps. Archéologues et géologues inventent la préhistoire, Arnaud Hurel, Noël Coye dir., Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, p. 53-95.

Boucher de Perthes Jacques, 1989 [1847-1864], Antiquités celtiques et antédiluviennes, Jean-Yves Pautrat éd., 3 vol., Paris, Jean Michel Place.

Chavée Honoré, 1862, Les langues et les races, Paris, Chamerot.

Chippindale Christopher, 1988, « The invention of words for the idea of “prehistory” », Proceedings of the Prehistoric Society, 54, p. 303-314.

Clermont Norman et Smith Philip E. L., 1990, « Prehistoric, prehistory, prehistorian... Who invented the terms ? », Antiquity, 64, p. 97-102.

Coye Noël, 1997, La préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950), Paris, L’Harmattan (Histoire des sciences humaines).

Dally Eugène, 1868, « Analyse des travaux anthropologiques du Congrès international paléo-anthropologique tenu à Paris du 19 au 30 août 1867 », appendice dans Thomas Henry Huxley, De la place de l’homme dans la nature, trad. Eugène Dally, Paris, J.-B. Baillière et Fils, p. 321-354.

Dally Eugène, 1875, « Discours d’ouverture », Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 2e série, t. X, p. 2-9.

Deschamps Michel-Hyacinthe, 1857-1859, Études des races humaines. Méthode naturelle d’ethnologie, Paris, Leiber et Comelin.

Eichthal Gustave d’, 1841, « Histoire et origine des Foulahs ou Fellans », Mémoires de la Société ethnologique de Paris, t. I, 2e partie.

Eichthal Gustave d’, 1843, « Mémoire sur l’histoire primitive des races océaniennes et américaines », Séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, t. IV, p. 243-269.

1 Eichthal Gustave d’, 845, « Études sur l’histoire primitive des races océaniennes et américaines », Mémoires de la Société ethnologique de Paris, t. II, p. 151-320.

Eichthal Gustave d’ et Urbain Ismayl, 1839, Lettres sur la race noire et la race blanche, Paris, Paulin.

Gamble Clive et Moutsiou Theodora, 2011, « The time revolution of 1859 and the stratification of the primeval mind », Préhistoric Minds : Human Origins as a Cultural Artefact, 1780-2010, vol. 65/1 des Notes and Records of the Royal Society, p. 43-63.

Grimm Jacob, 1859, De l’origine du langage, trad. Fernand de Wegmann, Paris, Librairie A. Franck.

Hamard Pierre-Julien, 1883, L’âge de la pierre et l’homme primitif, Paris, René Haton.

Hurel Arnaud, 2007, La France préhistorienne de 1789 à 1941, Paris, CNRS éditions.

Joly Nicolas, 1879, L’homme avant les métaux, Paris, Germer Baillière et Cie.

Kehoe Alice, 1991, « The invention of prehistory », Current Anthropology, 32/4, p. 467-476.

Laming-Emperaire Annette, 1964, Origines de l’archéologie préhistorique en France. Des superstitions médiévales à la découverte de l’homme fossile, Paris, A. et J. Picard et Cie.

Lemaire Sandrine, 2002, « Gustave d’Eichthal, ou les ambiguïtés d’une ethnologie saint-simonienne : du racialisme ambiant à l’utopie d’un métissage universel », Études saint-simoniennes, Philippe Régnier dir., Lyon, PUL, p. 153-175.

Littré Émile, 1873, La science au point de vue philosophique, Paris, Didier et Cie.

Lubbock John, 1867, L’homme avant l’histoire étudié d’après les monuments et les costumes retrouvés dans les différents pays de l’Europe suivi d’une description comparée des mœurs des sauvages modernes, trad. Edmond Barbier, Paris, Germer Baillière.

Mortillet Gabriel de, 1883, Le préhistorique. Antiquité de l’homme, Paris, Reinwald.

Nilsson Sven, 1868, Les habitants primitifs de la Scandinavie. Essai d’ethnographie comparée. 1re partie. L’âge de la pierre, trad. sur le manuscrit de la 3e éd., Paris, Reinwald.

Pictet Adolphe, 1836, « Lettres à M. A. W. de Schlegel, sur l’affinité des langues celtiques avec le sanscrit. Troisième et dernière lettre », Journal asiatique, 3e série, t. II, p. 440-466.

Pictet Adolphe, 1837, De l’affinité des langues celtiques avec le sanscrit, Paris, Benjamin Duprat.

Pictet Adolphe, 1859. Les origines indo-européennes ou les Aryas primitifs : essai de paléontologie linguistique. première partie ; Paris/Genève, Joël Cherbuliez.

Ratcliffe Barrie M., 1976, « Saint-Simonism and messianism: The case of Gustave d’Eichthal », French Historical Studies, ix/3, p. 484-502.

Régnier Philippe, 1988, « Les saints-simoniens et la philosophie allemande ou la première alliance intellectuelle franco-allemande », Transferts culturels franco-allemands, 2, 4e série, de la Revue de Synthèse, p. 231-245.

Rowley-Conwy Peter, 2006, « The concept of prehistory and the invention of the terms “prehistoric” and “prehistorian” : The Scandinavian origin, 1833-1850 », European Journal of Archaeology, vol. 9, p. 103-130.

Saussure Ferdinand de, 2002, Écrits de linguistique générale, Simon Bouquet et Rudolf Engler éd., avec la collaboration d’Antoinette Weil, Paris, Gallimard.

Topinard Paul, 1885, Éléments d’anthropologie générale, Paris, Delahaye et Lecrosnier.

Vašiček Zdeněk, 1994, L’archéologie, l’histoire, le passé. Chapitres sur la présentation, l’épistémologie et l’ontologie du temps perdu, Sceaux, Kronos B.Y. Éditions.

Vogt Carl [1863], Leçons sur l’homme. Sa place dans la création et dans l’histoire de la terre, trad. Jean-Jacques Moulinié, Paris, C. Reinwald, 1865.

Vogt Carl, 1868, « Discours », Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques (2e session, Paris, 1867), Paris, Reinwald, p. 55-60.

Welinder Stig, 1991, « The word förhistorisk, “prehistoric”, in Swedish », Antiquity, 65, p. 295-296.

Williams Elizabeth A., 1988, « Ethnology as myth: A century of French writing on the Peuls of West Africa », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 24, p. 363-377.

Wilson Daniel, 1851, The Archæology and Prehistoric Annals of Scotland, Édimbourg/ Londres, Sutherland and Knox-Simpkin, Marshall and Co, J. H. Parker.

Notes

1 Cette recherche à l’aveugle est hérissée de difficultés, la moindre n’étant pas que le concept de « préhistoire » peut se décliner de plusieurs manières différentes en allemand. Je remercie chaleureusement Pascale Rabault-Feuerhahn et Céline Trautmann-Waller pour leurs précisions et leurs investigations, fussent-elles pour l’heure infructueuses.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search