Version classiqueVersion mobile

Penser l’histoire des savoirs linguistiques

 | 
Sylvie Archaimbault
, 
Jean-Marie Fournier
, 
Valérie Raby

L’externalisme appliqué : penser, construire

Jacques Deschamps

Texte intégral

L’externalisme : un nouvel empirisme

1Dans « La philosophie dialoguée » (Le rationalisme appliqué, chap. i), Bachelard réfléchit aux obligations philosophiques qui fondent la synthèse de la théorie et de l’expérience dans la physique contemporaine, synthèse dont il donne la formule en prescrivant : « Pas de rationalité à vide, pas d’empirisme décousu ».

2Il nous semble que l’externalisme de Sylvain Auroux et l’empirisme transcendantal de Gilles Deleuze sont les seuls systèmes, dans le champ de la philosophie contemporaine, qui ont su reprendre la tradition empiriste en appliquant, de façon « engagée », mais chacun selon sa propre perspective, la formule bachelardienne. Je ne suis pas sûr que Sylvain Auroux voie forcément d’un très bon œil ce compagnonnage philosophique que je lui prête, même s’il s’agit bien de distinguer les formes philosophiques dans lesquelles l’un et l’autre inscrivent leur positionnement empiriste. Mais dans ce qu’il appelle lui-même « l’épuisement » d’une certaine philosophie (Auroux 1990, p. 192), j’aime à penser que lui et Deleuze partagent au moins cette même vitalité intellectuelle dont Nietzsche disait qu’elle nous permet d’éviter l’inclination essentielle de la pensée à penser bassement. Ce qu’il pourra m’accorder, au moins amicalement…

  • 1 Anne Sauvagnargues, dans l’ouvrage qui constitue la réflexion la plus consistante sur la question : (...)

3Ce n’est pas le lieu, ici, de reprendre les termes de la refondation « transcendantale » de l’empirisme. Rappelons simplement que lorsque Deleuze définit la philosophie comme une activité qui crée des concepts, il donne comme tâche première à l’empirisme transcendantal de comprendre la nature créative du concept, d’« explorer la formidable inventivité de la pensée au contact de l’expérience1 ». Car le sens n’est jamais principe ou origine, il est toujours produit. C’est précisément cette volonté d’aller « au contact de l’expérience », vers les conditions matérielles de la production de sens, qui anime la démarche proprement empiriste de Deleuze et d’Auroux, chacun reprenant, selon une méthodologie spécifique, l’injonction bachelardienne de trouver sa voie entre une « rationalité à vide » et un « empirisme décousu ».

  • 2 Voir Auroux 1998. Nous reprenons ici les thèses exposées dans l’Introduction, p. 4 et suiv.

4Auroux s’inscrit dans une tradition de l’empirisme qui va de Hobbes et Locke jusqu’à Carnap et Quine, en passant par Condillac, et dont il constate, malgré son histoire vénérable, qu’il n’est plus trop à la mode de s’en réclamer. Le cognitivisme et son hypothèse computationnelle semblent, en effet, avoir définitivement réfuté l’« empirisme logique », forme la plus moderne de l’empirisme philosophique, en imposant l’idée que le rationalisme serait la seule théorie de la connaissance validant le développement scientifique contemporain2. Dans le débat en cours, la question du statut du langage apparaît déterminante, la grande question métaphysique posée aujourd’hui en matière de langage revenant à savoir, selon Auroux, si le modèle computationnel suffit à expliquer le comportement linguistique humain. La question, qui relève d’abord de la philosophie de la linguistique, a aussi pour effet de redistribuer les termes du débat classique, en théorie de la connaissance, entre rationalisme et empirisme. Le rationalisme, fondé sur le principe d’une distinction de nature entre les données sensibles et leurs procédures de traitement, et sur la thèse selon laquelle le phénomène cognitif relèverait de l’individu, toute connaissance étant localisée dans le sujet, a pour conséquence de réduire la théorie de la connaissance aux activités subjectives d’un sujet surplombant le monde – comme dans l’idéalisme cartésien, la subjectivité transcendantale kantienne ou même l’égo phénoménologique.

  • 3 Auroux résume ainsi les quatre thèses de l’externalisme : 1) la « sous-détermination grammaticale » (...)

5Auroux oppose au rationalisme le fait que « la connaissance est un processus tout à la fois matériel, social et collectif, jamais limité, enfermé, préservé ou produit par des compétences individuelles qui n’en concernent que des moments et des fragments ». L’externalisme est une nouvelle forme d’empirisme qui soutient « le caractère originellement artificiel et externe de l’intelligence humaine », c’est-à-dire la « facticité irréductible de l’intelligibilité ». L’ontologie externaliste se définit comme un « réductionnisme fonctionnel » qui permet de débarrasser l’empirisme de sa connexion avec le « sensationnisme » (pour lequel la connaissance aurait sa source dans des sensations élémentaires issues du donné) dont le rationalisme a fait une critique justifiée3.

6L’interprétation externaliste de l’empirisme montre donc qu’il y a une histoire culturelle, sociale et matérielle des procédures cognitives : « la thèse ultime de l’externalisme, c’est que l’esprit lui-même est d’essence historique et empirique ». Là où Deleuze travaille à repenser, dans le donné, les conditions constituantes de la pensée, Auroux part de l’idée qu’il existe « des structures cognitives externes à l’individu, l’intelligence étant originairement externe et artificielle ». Si l’homme est d’abord une structure biologique qui interagit sans cesse avec son environnement et les autres corps, le phénomène fondamental est alors la constitution d’outils. Ce qui implique, souligne Auroux, l’instrumentalisation autant de l’environnement que du corps propre.

7Depuis ses premiers travaux sur les Encyclopédistes jusqu’à ses réflexions les plus récentes sur la philosophie du langage, en passant par la monumentale Histoire des idées linguistiques (1989-2000), Auroux montre comment le développement de ces structures a été déterminé par la « technologie intellectuelle de l’écriture », l’apport d’instruments externes (livres, bibliothèques, instruments de calcul et d’observation, etc.) – et les structures sociales de production et de cumulation des connaissances (encyclopédies, sociétés savantes, réseaux culturels de production et reproduction du savoir). Il nous semble qu’il retrouve là, dans la spécificité même de son interprétation externaliste de l’empirisme, la conception « nominaliste » de la structure, soutenue par Deleuze. Quand Auroux conçoit les entrées d’un dictionnaire de philosophie comme des listes d’étiquettes ou d’adresses pointant vers des notions elles-mêmes conçues comme domaines de pratique, de mots, d’institutions, de problèmes, de théories, etc., l’idée de structure n’est plus pensée comme un système dans lequel on unifierait les démarches dites structurales de disciplines diverses, mais comme un nom général sous lequel ranger des agencements théoriques divers et qui permet seulement de définir des critères d’usage du concept, selon la formule de Deleuze.

Le Dictionnaire des notions philosophiques, une « nouvelle donne philosophique »

  • 4 Auroux (dir.) 1990, Avant-propos, p. vii-xx. Dans les analyses qui suivent, nous reprendrons les th (...)

8Considéré dans cette perspective, le Dictionnaire des notions philosophiques, conçu et dirigé par Sylvain Auroux dans le cadre de l’Encyclopédie philosophique universelle (paru aux PUF en 1990), apparaît comme un véritable objet paradigmatique de la démarche externaliste. Théorie matérialisée, ou « théorème réifié », pour reprendre les termes de Bachelard dans Les intuitions atomistiques, le Dictionnaire des notions nous permet de comprendre, en acte, la thèse externaliste fondamentale selon laquelle les processus cognitifs ne se passent pas dans les individus mais entre eux. Défini de façon fonctionnelle, un « dictionnaire » est un « objet empirique », son mode d’existence est celle d’un véritable objet technique, « sorte de mémoire externe, dont ni le contenu ni la forme n’existent et n’existeront jamais dans la mémoire d’aucun individu. Il est à lui seul un nouveau savoir, inaccessible sans cette technologie, et que produisent, pour une large part, le rassemblement et la mise en connexion de compétences cognitives dispersées. Comme il faut constituer ce nouveau savoir, et que, sous sa forme de matériaux primitifs, il n’existe que dans la dispersion des compétences individuelles»4, on comprendra la valeur déterminante accordée, dans l’approche externaliste, à la base sociale de toute entreprise de ce type.

  • 5 « La base sociale du dictionnaire de Lalande, dans son aspect actif, était composée par quelques me (...)

9La notion de « base sociale » nous donne une des formes objectives de l’extériorité des processus cognitifs, postulée dans la « conjecture sociologique » et dans l’idée que la temporalité est créative, deux des thèses générales de l’externalisme. Si le Lalande (Vocabulaire technique et critique de la philosophie), le dictionnaire de référence en la matière depuis 1926, reflète parfaitement la structure sociologique du champ philosophique français de la première moitié du xxe siècle5, la base sociale du Dictionnaire des notions, comme celle d’ailleurs de toute l’Encyclopédie philosophique universelle, est quantitativement incomparable, comptant plusieurs centaines de rédacteurs et responsables de secteurs, et totalement originale dans sa structure qui prend appui sur toute la francophonie ; elle mobilise donc des compétences différemment constituées sous l’effet des traditions académiques et nationales aussi bien que des situations culturelles, en donnant une image réaliste de la communauté philosophique francophone.

10Dans sa composition, le dictionnaire montre comment l’idée d’une « détermination externe », expression de domaines d’activités ou de disciplines cognitives sur lesquels aucune définition philosophique ne peut avoir de juridiction a priori, remet en question l’image traditionnelle de la philosophie comme « reine des sciences » ou « fondement rationnel de toutes les disciplines ». Elle oppose à la spécialisation de l’activité philosophique des raisons qui ne lui viennent pas d’elle-même, nous dit Auroux, mais du mode d’existence du savoir moderne : « Pratiquement, nous n’avions pas d’autre choix possible que de respecter ce mode d’existence et de considérer les différents secteurs (en dehors de ceux qui relèvent directement de l’histoire de la philosophie) comme de véritables domaines de la philosophie. Nous avons systématisé ce point de vue en supprimant tout recours aux partitions traditionnelles au profit de ce qu’on peut nommer « la philosophie du génitif » (la philosophie de {… }) ». La psychologie, les mathématiques, l’épistémologie, par exemple, ne sont plus des parties de la philosophie, mais la philosophie de la psychologie, la philosophie des mathématiques ou celle de l’épistémologie sont des domaines de la philosophie. Une « philosophie domainiale » qui a rendu possible ce que le Lalande ne pouvait structurellement pas faire : l’ouverture encyclopédique du dictionnaire vers des domaines de savoirs aussi divers et « extérieurs » à la philosophie traditionnelle que la démographie, le féminisme, la géographie, l’informatique, les affaires militaires, etc., ou encore vers les modes de pensées non occidentaux (Inde, Chine, Japon) et, encore plus, vers des approches de ce que le dictionnaire désigne comme conceptualisation des sociétés traditionnelles.

11Cette forme inédite de dictionnaire, en tout cas en langue française, est adossée au modèle de « l’architecture moderne des banques de données » dont la particularité tient à un fait de structure déterminant selon lequel « les items linguistiques qui définissent l’extension et les modes d’utilisation du dictionnaire y sont considérés comme des étiquettes ou des adresses qui localisent une information en pointant vers le contenu d’une entrée ». L’erreur du Lalande qui a consisté, selon Auroux, à intégrer un contenu encyclopédique à la forme d’un dictionnaire de langue, a donc pu être contournée en concevant le texte de l’entrée comme la signification d’un élément du lexique. « Dans le fond, la philosophie est une façon de se représenter et de gérer la multiplicité des activités intellectuelles sous l’idée de l’unité. L’unité c’est l’espace du dictionnaire et le réseau des renvois ; le multiple, c’est l’ensemble de ces points de l’espace que constituent les adresses. »

12Le dictionnaire consiste donc en un ensemble de listings de notions croisés par le système des renvois, chaque notion étant présentée comme « un domaine de pratique, de mots, d’institutions, de problèmes, de théories, etc. », et non pas classiquement dans sa seule signification lexicale. À considérer, par exemple, les grandes notions de la philosophie dite occidentale (pour la distinguer des philosophies indienne, chinoise et japonaise qui font l’objet d’une présentation démarquée), on mesure à l’évidence l’importance déterminante de la dimension historique des notions : « L’unité notionnelle n’a pas la calme évidence de la stabilité des objets du monde sensible. Elle est de nature conventionnelle, quelle que soit la variété des raisons, des motivations et des cohérences conceptuelles qui la justifient. Dans bien des cas, ce qu’il faut considérer comme une notion, c’est un développement, et ce développement n’est pas un donné, mais une construction, parce qu’il n’y a pas un “quelque chose” qui se développe, identique sous la mutabilité du temps ». Pour la plus grande partie des notions, et plus particulièrement pour celles qui structurent le champ de pensée philosophique classique, « l’histoire est tout simplement constitutive, elle est la trame sans quoi leur unité est impensable ».

13La philosophie est une discipline qui a pour caractéristique, selon Auroux, de devoir redéfinir constamment sa place dans la société. Ce qu’elle a fait, dans la plus grande partie de son histoire, par des écrits proprement ésotériques destinés exclusivement à l’intention des philosophes. Mais dans « la parcellisation culturelle qui caractérise la société moderne », son avenir va dépendre de sa capacité à initier et soutenir une véritable négociation sociale concernant sa place et sa fonction. Le dictionnaire des notions devait être, pour son directeur, une façon d’entamer cette négociation et d’en collecter les premiers résultats : « À notre sens nous n’aurons réussi à raviver le projet séculaire de la philosophie que si, par sa technologie de mise en relation des réseaux conceptuels, il est susceptible de fournir à tous une entrée dans le savoir et les problèmes de la modernité et un enracinement de la réflexion dans l’une des plus fortes et des plus libres traditions intellectuelles de l’humanité ».

14De cette nécessaire modernité de la philosophie, et plus largement des sciences humaines, en tant qu’elles sont engagées dans cette « modification de l’écologie de la communication humaine » dont parle la troisième thèse externaliste, c’est-à-dire aussi de notre capacité à agir collectivement en vue du bien commun, nous voudrions maintenant montrer en quoi la reconstruction (délocalisation à Lyon) et la rénovation de l’École normale supérieure (ex-Fontenay-Saint-Cloud), pensée et réalisée sous la direction de Sylvain Auroux constitue une démonstration puissante, en donnant à voir matériellement la valeur hautement heuristique de l’hypothèse externaliste.

Un pari sur l’avenir du redéploiement intellectuel : la refondation de l’École normale supérieure

15La politique de délocalisation, initiée en 1955, avait pour objectif d’enrayer l’hypertrophie parisienne et de lutter contre la congestion démographique, économique et industrielle de la plus grande agglomération française. Si les premières mesures concernaient essentiellement l’industrie, plusieurs services d’administration centrale et d’organismes scientifiques seront transférés en province, dans les années soixante, principalement vers les grandes métropoles.

16La région Rhône-Alpes, validée en 1994 comme pôle d’excellence « Formation supérieure et recherche », comptait, vers la fin des années quatre-vingt-dix, 9 universités, 21 écoles d’ingénieurs, l’ENS de Lyon (Sciences, ex-Fontenay-Saint-Cloud), de nombreux laboratoires CNRS et INSERM, et l’École normale supérieure des arts et techniques du théâtre récemment délocalisée. Elle avait donc particulièrement vocation à présenter sa candidature pour l’accueil de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud.

  • 6 L’ensemble des données et documents utilisés dans cette partie proviennent d’un mémoire sur la délo (...)

17Dans une note demandée par le directeur de l’ENS (1997), Rémy Boyer, chargé de mission à la délocalisation, soulignait que le Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la technologie avait été l’un des départements ministériels les plus actifs dans le domaine des délocalisations depuis 1990 (CNDP, CNED, CNOUS, ONISEP, ENSATT, etc.). Il concluait en soulignant : « La délocalisation de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud apparaît à cet égard comme l’une des réalisations les plus ambitieuses dans l’histoire des délocalisations, par son prestige, son image, son ampleur (personnel, budget) et son impact sur la région d’accueil »6.

  • 7 Rappelons que depuis janvier 2010 l’ENS de Lyon regroupe en un seul établissement Lettres (ENSLSH) (...)

18Lorsqu’il prend, en 1995, la direction de ce qui n’est pas encore l’ENS Lettres et Sciences humaines (ENS LSH), mais encore l’ENS Fontenay-Saint-Cloud7, Auroux fait l’analyse suivante :

19« L’établissement résultant, en 1987, de la fusion des ENS de Fontenay (filles) et de Saint-Cloud (garçons) et de la séparation des scientifiques (ENS Lyon) et des littéraires, présente une nouvelle configuration dans l’histoire des ENS. Il s’agit, en effet, de la première ENS qui soit uniquement consacrée aux lettres, langues et sciences humaines. On pourrait juger cet état de fait comme un accident historique regrettable par rapport à l’ancien concept qui a présidé à la naissance des ENS et a développé une thématique interdisciplinaire entre littéraires et scientifiques avec le succès que l’on sait. De fait, les temps ont changé et la configuration actuelle, pour accidentelle qu’elle soit au départ, correspond à la modernité même ».

20Le décret de 1987 constitue, selon Auroux, l’un des évènements les plus décisifs dans l’histoire des ENS, depuis la création de la première École normale (Ulm) par la Convention en 1795 : « Il consacre l’idée d’une ENS vouée spécifiquement aux lettres et sciences humaines, à une époque où ces dernières doivent être envisagées comme la nouvelle frontière scientifique et comme le noyau des interventions rationnelles dont dépend l’avenir de nos sociétés ».

  • 8 Voir par exemple Auroux 1996.

21On ne peut comprendre la place et la fonction propre des lettres et sciences humaines dans le champ des savoirs si l’on ne part pas de leur profondeur historique. Les redéfinitions modernes (postérieures au xixe siècle) des lettres et sciences humaines ont largement rapproché leurs problématiques et leurs méthodes de celles des sciences de la nature, ce qui les a fait paraître, souvent dans l’ambiguïté, comme des disciplines jeunes. Mais il s’agit en fait de disciplines très anciennes, disposant d’une histoire et de méthodes qui leur sont propres. Auroux a souvent montré8 comment, dans toutes les sociétés sédentarisées, et pour peu qu’elles aient disposé de l’écriture, on voit se former, vers le début du second millénaire avant notre ère, les embryons de quatre disciplines cardinales : les mathématiques, l’astronomie, le droit et la grammaire. L’ancienneté des sciences humaines est liée à leur importance technologique dans l’histoire de l’humanité, souligne Auroux : « l’organisation sociale des groupes humains, les techniques de communication, l’outillage linguistique (grammaires et dictionnaires), la gestion du territoire et des biens, les mécanismes de reproduction du savoir, etc. correspondent à des technologies riches et complexes qui ont eu largement autant d’efficacité que la maîtrise de l’environnement naturel, laquelle, au reste, n’aurait pas été possible sans elles ». Et c’est donc bien cette ancienneté des sciences humaines qui fait leur nécessaire mais problématique actualité : « Il est probable que, dans notre avenir immédiat et à moyen terme, les grands enjeux en matière de savoir et de nouvelles technologies se situeront dans le domaine des sciences humaines. Dans ces conditions, il est clair, compte tenu des besoins en matière de formation et de recherche, que le concept d’une ENS centrée sur une culture spécifiquement lettres et sciences humaines est porteur d’un véritable projet. Il ne s’agit pas de s’isoler des autres disciplines, mais de préparer les bases solides d’un véritable partenariat. »

22Au-delà des enjeux (réels) d’aménagement du territoire et de la nécessité (urgente) d’une modernisation matérielle, la relocalisation lyonnaise de l’ENS se donnait donc comme l’occasion à ne pas manquer parce qu’unique peut-être (au sens fort du kairos de la philosophie grecque) d’une véritable refondation. Depuis 1987, l’ENS s’était construit une identité rénovée en devenant la seule ENS exclusivement consacrée aux lettres et aux sciences humaines, et en proposant une formation où s’harmonisent création littéraire, réflexion philosophique, apprentissage des langues et sciences humaines. Toute la philosophie du projet développé par Auroux reposait sur l’hypothèse que les enjeux de la demande sociale et de la nouvelle frontière scientifique se situaient en ce point précis de la mutation des sciences humaines : « Les problèmes que notre société doit affronter concernent, notamment, la créativité, la reproduction des connaissances, l’organisation du travail, l’aménagement du territoire, l’apprentissage linguistique. Refonder l’ENS, c’est construire le milieu intellectuel qui, appuyé sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication, permettra de donner leur essor aux générations de normaliens et d’auditeurs aptes à affronter ces questions ».

23On comprendra que les « humanités » ne soient pas réduites, dans une approche externaliste, à un simple supplément d’âme destiné à rendre acceptables les productions des sciences dites « dures ». Ou, et c’est la tendance forte, à une petite rente assurant quelques strapontins aux philosophes et autres sociologues de service dans tel ou tel « comité », un modeste étal dans les « petites boutiques » de la pensée (l’expression est de Deleuze, dans son Abécédaire) qui alimentent l’univers médiatique. Elles ont toujours été, bien au contraire, profondément reliées à des technologies. L’époque moderne se caractérise par de profonds changements technologiques portant sur la recension des données, la taille des corpus manipulés, la communication, la numérisation de l’image, etc. L’enjeu était donc clair, il fallait penser le cadre dans lequel les sciences humaines d’aujourd’hui pourraient prendre appui sur ce développement pour s’enraciner dans les nouvelles technologies.

  • 9 Il nous faut à ce propos rappeler l’ampleur architecturale du projet, et les enjeux de réaménagemen (...)

24Pour que ce projet aboutisse, ce qu’on peut vérifier avec dix années de recul9, il a donc fallu réunir trois conditions intellectuelles, qui définissaient le cadre méthodologique du programme de refondation : 1) la tentation d’un recentrage sur le noyau proprement littéraire des sciences humaines et sociales mènerait à l’échec, pensait Auroux, il fallait donc constituer une véritable continuité entre ce qui relève du domaine propre de la littérature et ce qui se rapproche davantage de méthodes de type mathématiques, comme la linguistique, la sociologie et l’économie, ou d’une connaissance plus complexe de l’environnement non humain, comme la géographie ; 2) il fallait ensuite s’efforcer d’enraciner ce continuum dans les nouvelles technologies en matière de communication et de construction des représentations ; 3) il fallait enfin se montrer capable d’articuler le développement des sciences humaines et sociales aux besoins de l’environnement social, et donc résister à la tentation du repli sur soi, de l’auto-fermeture de l’école sur la pratique classiquement universitaire de ses disciplines.

25Le projet de refondation reposait ainsi sur l’idée que l’école puisse appuyer fortement ses actions d’enseignement et de recherche, d’accueil et de rayonnement international sur la mise en œuvre des nouvelles technologies de l’information et de la communication, le transfert géographique depuis la capitale impliquant par ailleurs la mise en place d’un ensemble d’outils et de méthodes reprenant et amplifiant les fonctionnalités existant sur les sites parisiens. Ce qui supposait de concevoir et installer sur le site lyonnais les moyens techniques d’une intégration entre les pôles d’enseignement et de recherche, les ressources documentaires et les productions éditoriales. Il fallait retrouver, disait Auroux, l’esprit qui avait présidé à la création, à Saint-Cloud, de l’ancien Centre audiovisuel (CAV, 1956) et du laboratoire d’informatique (1968). C’est ce qui sera réalisé dans la conception et l’implantation d’un système dit « Voix-données-images-multimédia » (VDIM), absolument unique et pionnier dans un établissement dédié aux sciences humaines, mettant à disposition des outils permettant de développer la formation dans les usages des NTIC, par la maîtrise des outils informatiques et multimédia de base, et l’initiation aux nouveaux modes de représentation et de valorisation du savoir.

Sur une politique externaliste

  • 10 Voir Macpherson 1971 et Foucault 2004.

26Si nous revenons à la « conjecture sociologique » formulée par Auroux, ce n’est pas dans les individus mais entre eux que se passent les processus cognitifs, nous pouvons voir comment, dans l’effectivité de cette double expérience du dictionnaire et de l’école, se donnent à voir, mais sans être postulés comme tels, les principes d’une intervention politique permettant de penser de façon inédite les problèmes humains cruciaux qui se posent aux sociétés de ce début de troisième millénaire. Le constat étant largement établi de la domination idéologique de la pensée néo-libérale, dont les principes philosophiques renvoient aux postulats implicites d’une anthropologie individualiste pour laquelle l’essence de l’individu serait donnée dans sa « nature » de propriétaire et ses capacités d’appropriation10, la question déterminante de la pensée politique confrontée à la crise générale du système dominant est donc celle des conditions de possibilité de nouvelles formes de communauté, c’est-à-dire de dispositifs dans lesquels les individus mettraient d’abord en commun leurs modes spécifiques d’appartenance à une humanité dont Kant affirmait qu’elle trouve son fondement juridique dans la déduction des « conditions de l’hospitalité universelle » (Kant 1947). Il ne s’agit pas d’opposer de façon sommaire une logique de l’appropriation à une logique inverse de l’appartenance, mais de décider de penser à partir de cette dernière les problèmes auxquels nous sommes dangereusement confrontés aujourd’hui, puisque la première fait désormais défaut, ayant perdu toute rationalité dans l’exaspération de ses propres contradictions.

27C’est à cette urgence d’une nouvelle pensée politique que la conception externaliste de la philosophie nous pousse à répondre activement. Dans le chapitre intitulé « Pour une nouvelle donne philosophique », qui clôt Barbarie et philosophie, Auroux rappelle que selon Diderot, l’encyclopédie telle qu’il l’a conçue « n’a pas à être sue par un sujet et encore moins à être réalisée par un sujet, ce qui est impossible. Il lui suffit d’être et que tout sujet puisse y accéder par un bout quelconque [souligné par nous] ». Cette généralité de l’encyclopédie, paradigme d’une véritable communauté de savoir, c’est-à-dire de la mise en commun d’une universalité de pensée, ne réside pas dans une quelconque unité abstraite et transcendante mais dans l’immanence d’une « technologie des réseaux conceptuels » qui consiste à manipuler des concepts et à construire des réseaux de communication, comme on l’a vu avec le Dictionnaire des notions. Auroux assigne donc comme première tâche à la philosophie de penser le travail de connexion que suppose la mise en commun des savoirs et d’agir en vue de sa mise à disposition effective, « tant que nous serons capables d’encyclopédie, c’est-à-dire de penser, fût-ce pas à pas, aveuglément, par la médiation de collaborations indéfinies, un ordre encyclopédique quelconque, la philosophie et la science existeront ».

28Le champ de la pensée, à la fin des années quatre-vingt-dix, a été progressivement occupé et déterminé par le thème, hautement idéologique, de la « fin de la philosophie », « fin » non pas comme visée ou finalité mais comme clôture, c’est-à-dire achèvement dans un mode de pensée dont la domination indéfinie et immobile exclurait désormais toute forme de devenir. À quoi Auroux répond que c’est un certain type de philosophie qui est non pas achevée, comme si elle avait réalisé la totalité de son essence, mais « tout simplement épuisée ». Il s’agit donc de nous mobiliser pour une œuvre commune de construction, de « parier sur une croissance et de déployer toutes nos forces pour y parvenir. Cette fin de siècle réunit les éléments pour que se développe une activité philosophique sans précédent ». Depuis Pascal, le pari est aussi une forme intellectuelle de réponse au scepticisme qui est la tendance naturelle de la pensée devant les incertitudes de ce qui est à venir. L’externalisme, philosophie de la mise en commun, est une des formes les plus probables du pari philosophique que nous avons à soutenir devant l’extrême gravité de ce qui nous advient maintenant.

Bibliographie

Auroux Sylvain, 1989-2000, Histoire des idées linguistiques (1989, t. I : La naissance des métalangages en Orient et en Occident, Liège, Mardaga ; 1992, t. II : Le développement de la grammaire occidentale, Liège, Mardaga ; 2000, t. III : L’hégémonie du comparatisme), Sprimont, Mardaga.

Auroux Sylvain, 1990, Barbarie et philosophie, Paris, PUF.

Auroux Sylvain dir., 1990, Les notions philosophiques, t. II de l’Encyclopédie philosophique universelle, Paris, PUF.

Auroux Sylvain, 1998, La raison, le langage et les normes, Paris, PUF.

Auroux Sylvain, 1996, « Qu’est-ce que la philosophie du langage ? », dans La philosophie du langage (avec J. Deschamps et D. Kouloughli), Paris, PUF (réédition 2004 PUF/Quadrige).

Bachelard Gaston, 1949, Le rationalisme appliqué, Paris, PUF.

Bachelard Gaston, 1933, Les intuitions atomistiques : essai de classification, Paris, Boivin.

Deleuze Gilles, 1973, « À quoi reconnait-on le structuralisme ? », t. VIII de l’Histoire de la philosophie de F. Chatelet, Paris, Hachette.

Foucault Michel, 2004, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Hautes Études/Gallimard-Seuil.

Kant Emmmanuel, 1947, Projet de paix perpétuelle, Paris, Vrin.

Macpherson C. B., 1971, La théorie politique de l’individualisme possessif [1962], trad. fr. M. Fuchs, Paris, Gallimard.

Sauvagnargues Anne, 2009, Deleuze. L’empirisme transcendantal, Paris, PUF.

Notes

1 Anne Sauvagnargues, dans l’ouvrage qui constitue la réflexion la plus consistante sur la question : Deleuze. L’empirisme transcendantal, Paris, PUF, 2009, p. 33.

2 Voir Auroux 1998. Nous reprenons ici les thèses exposées dans l’Introduction, p. 4 et suiv.

3 Auroux résume ainsi les quatre thèses de l’externalisme : 1) la « sous-détermination grammaticale » : aucun système de règles ne peut engendrer l’ensemble des énoncés émis par les locuteurs d’une langue donnée ; 2) « l’hypothèse de l’histoire » : la temporalité est créative ; 3) « l’hypothèse des outils linguistiques » : grammaire et dictionnaire sont des outils qui modifient l’écologie de la communication humaine ; 4) la « conjecture sociologique » : ce n’est pas dans les individus mais entre eux que se passent les processus cognitifs.

4 Auroux (dir.) 1990, Avant-propos, p. vii-xx. Dans les analyses qui suivent, nous reprendrons les thèses essentielles exposées dans cet Avant-propos qui constitue selon nous un véritable manifeste externaliste.

5 « La base sociale du dictionnaire de Lalande, dans son aspect actif, était composée par quelques membres de la Société française de Philosophie. Il s’agissait de personnalités de sexe masculin, souvent brillantes, pour la plupart professeurs d’université. Toutes appartenaient à un milieu intellectuellement homogène par sa formation et ses préoccupations, essentiellement parisien. Ces personnalités étaient capables, sans problème majeur de communication, de discuter entre elles et de fonder le projet de constituer, par leur accord, une “langue” philosophique qui leur soit commune, et puisse avoir valeur de norme. » Avant-propos, p. viii.

6 L’ensemble des données et documents utilisés dans cette partie proviennent d’un mémoire sur la délocalisation de l’ENS que m’a demandé S. Auroux en 2005, en ma qualité de chargé de mission à la délocalisation. Les nombreuses citations renvoient à différents textes élaborés par Auroux dans le cadre de l’opération (Programme pour le concours de la maîtrise d’œuvre, plaquettes pour la Mission ENS du Grand-Lyon, documents d’information à destination interne, etc.) que je me contente ici de suivre à la lettre. Ce mémoire n’est pas édité, mais je le tiens à disposition (deschampsjacques1@gmail.com).

7 Rappelons que depuis janvier 2010 l’ENS de Lyon regroupe en un seul établissement Lettres (ENSLSH) et Sciences (ENS-Lyon, établissement créé en 1990 à Lyon après le départ des scientifiques de Fontenay-Saint-Cloud).

8 Voir par exemple Auroux 1996.

9 Il nous faut à ce propos rappeler l’ampleur architecturale du projet, et les enjeux de réaménagement urbain qu’il entraînait : l’ensemble du programme d’implantation de l’ENS comportait des bâtiments d’une superficie totale de 54 000 m2, le site retenu couvrant une surface d’environ 7,5 ha délimité en façade par l’avenue Jean-Jaurès, au nord par la rue André Bollier et au sud par l’avenue Debourg. Le projet comprenait la construction de trois édifices distincts : l’école proprement dite, avec des structures d’enseignement et de recherche, d’administration, de production et de logistique, d’équipements sportifs, de restauration et d’hébergement (18 logements d’hôtes et trois logements de fonction), d’une superficie d’environ 24 000 m2 ; la bibliothèque associée entre l’ENS et les universités Lyon II et Lyon III, d’une superficie d’environ 15 000 m2 pouvant accueillir 1,5 millions de volumes ; la résidence des élèves, d’environ 12 000 m2, 352 chambres regroupées en modules de 2, 3, 4 ou 5 chambres autour d’une pièce commune ; 376 places de stationnement mises à disposition des occupants, en parkings sous les bâtiments. S’ajoutaient à cette opération un ensemble d’actions de réaménagement urbain : la création d’une voie publique reliant l’avenue Debourg et la rue Bollier, le « mail de Fontenay », sur le tracé de l’ancienne voie ferrée à l’arrière du site ; la réhabilitation des autres voiries de desserte de l’école : avenues Debourg et Jaurès, et rue Bollier, et la création d’une place publique de 7 000 m2 à l’angle des deux axes structurants des avenues Jaurès et Debourg, le « parvis René Descartes » qui distribue la station de métro Debourg et les entrées de la bibliothèque et de l’école.

10 Voir Macpherson 1971 et Foucault 2004.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search