Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préambule

p. 7-8


Texte intégral

1La diversité des intérêts scientifiques qui animent Sylvain Auroux impressionne. Elle rend malaisée une quelconque synthèse. En effet, depuis la soutenance de sa thèse de troisième cycle en 1972, Sylvain Auroux a participé activement à l’élaboration de la réflexion intellectuelle dans trois grands champs de recherche : l’histoire des savoirs linguistiques, les conceptions théoriques et philosophiques sur le langage, l’épistémologie et l’histoire des sciences.

2Il est l’homme des grands chantiers, éditoriaux, scientifiques, institutionnels. On retiendra la fondation de la revue Histoire Épistémologie Langage en 1979 et le pilotage de vastes synthèses : au premier chef le Dictionnaire des notions philosophiques en 1990, mais aussi l’Histoire des idées linguistiques (1989, 1992, 2000), et la série History of Linguistic and Communication Science (HSK), co-dirigée avec Konrad Koerner, Hans-Joseph Niederehe et Kees Versteegh (2000, 2001, 2006). Son activité institutionnelle s’est illustrée par le transfert de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud et la refondation de l’École normale supérieure des lettres et sciences humaines à Lyon. Dans le même temps et pendant onze années, de 1991 à 2002, il a dirigé l’unité de recherche d’histoire des théories linguistiques (HTL, URA CNRS 381 devenue en 1997 UMR 7597), qu’il a durablement installée dans le paysage de la recherche française et internationale1. L’article de Jacques Deschamps, « L’externalisme appliqué : penser, construire », que nous avons retenu en introduction du volume, rend bien compte de cette cohérence entre la vision programmatique et l’action.

Image

3Au travers de ses différentes activités, Sylvain Auroux a collaboré avec des linguistes, mais aussi des philosophes, des logiciens, des historiens. Beaucoup d’entre eux, aujourd’hui, ont répondu à notre appel et accepté de témoigner de leur estime et de leur amitié pour lui, ainsi que d’un compagnonnage intellectuel et scientifique stimulant.

4Les contributions ont été regroupées en trois parties. La première, Histoire, épistémologie, langage rassemble des articles qui interrogent les modèles présents et passés des sciences du langage et de leur histoire. Dans la deuxième partie, Grammatisations, outillages et descriptions des langues, les auteurs ont choisi de mettre à l’épreuve des notions élaborées par Sylvain Auroux, bien au-delà de la seule linguistique française, la comparaison des traditions de savoirs sur les langues étant l’une des caractéristiques de son engagement scientifique. La troisième partie, Histoire et singularités, regroupe des études de cas, dédiées à l’inscription particulière d’un grammairien, linguiste ou philosophe dans l’histoire.

5Malgré l’importance du présent volume, celui-ci est volontairement centré sur l’histoire de la pensée linguistique. À sa lecture, on sera en mesure de se persuader que l’apport de Sylvain à la philosophie du langage a été constant dans les différents aspects de son travail. Gageons qu’il le sera encore à l’avenir.

Notes de bas de page

1 Pour cet engagement scientifique et institutionnel, Sylvain Auroux a reçu les distinctions suivantes : Prix Broquette-Gonin de l’Académie française (1980), Médaille de bronze du CNRS (1983), Chevalier de l’ordre national du Mérite (1998), Chevalier de la Légion d’honneur (2004), Médaille d’argent du CNRS (2004).
L’ensemble du volume a bénéficié de la lecture attentive de Geneviève Clerico, qui a soutenu le principe de sa publication et nous a permis de rectifier bien des imperfections. Bernard Colombat, co-directeur de la collection « Langages », a fait plus qu’accompagner l’élaboration de l’ouvrage depuis le début jusqu’à l’impression. Il a apporté son concours en maintes occasions et assuré de façon constante le dialogue avec ENS Éditions. Que tous deux trouvent ici l’expression de tous nos remerciements.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.