Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie 3. Le bon usage : traditions nationales

Normes et imaginaires linguistiques dans l’élaboration des langues française et hongroise

Anne-Marie Houdebine et Ferenc Fodor

Texte intégral

  • 1 Prescriptif est adjoint à norme, car ce terme est ambivalent : il peut avoir le sens de normal, con (...)

1Dans toute langue on relève une capacité de « mise à distance » métalinguistique engendrant, ou engendrée par, une aptitude analogue chez les sujets parlants, dite épilinguistique. Cette mise à distance de sa propre parole et de celle d’autrui se rencontre chez les remarqueurs. Ils jugent les usages et les hiérarchisent comme les sujets parlants, mais se culpabilisent moins que ces derniers. Il convient donc de s’interroger sur le devenir plus ou moins normatif de ces remarques, favorisant la standardisation linguistique, et leurs causalités, historiques et sociales, également subjectives sans doute, puisqu’on les retrouve chez les sujets, insécurisés par ces normes prescriptives.1

  • 2 Les exemples cités sont des relevés réels.

2Dans les années 1970, lors des recherches pour le doctorat d’État, sur les variétés d’un français régional, auprès de 1200 locuteurs, les enquêtes relevaient régulièrement les difficultés des sujets à l’égard de la langue française. Sans cesse ils stigmatisaient leurs façons de dire, leur « mauvais français » avec des exemples souvent improbables : par exemple la prononciation *cahiè de cahier leur paraissait plus belle ou ils se plaignaient de « faire des fautes », de ne « pas parler assez bien l’orthographe »!2 Etc. On entend dans ces quelques remarques des arguments, rationalisations d’ordre divers, esthétique pour le premier exemple, confondant oral et écrit pour les deux autres où se relève également une idéalisation de l’orthographe et de sa culpabilisation (cf. le vocable faute régulièrement utilisé scolairement pour des erreurs en français, et non en mathématiques).

3Il convenait donc de prendre en compte de tels phénomènes, et selon l’objectif de l’étude linguistique, synchronique et dynamique, de chercher à dégager leurs influences potentielles sur l’évolution linguistique. Pour ne pas les réduire à des causalités sociales puisqu’ils pouvaient être relevés chez des locuteurs de milieux et de régions identiques ou analogues, il devenait nécessaire de s’intéresser à des causalités plus subjectives, comme le demandait Alain Rey (1972), dans un bel article s’interrogeant sur les normes objectives (propres à la langue, normes fonctionnelles selon l’école linguistique de Prague), et les normes subjectives (les jugements des locuteurs).

  • 3 Voir Houdebine-Gravaud 2002 et l’entrée « Imaginaire linguistique », dans Moreau 1998.

4Ces remarques d’Alain Rey, les observations opérées dans les enquêtes ainsi que la prise en compte de la notion d’imaginaire social de Castoriadis, sociologue et psychanalyste, sont à l’origine d’une première théorisation de l’Imaginaire linguistique, alors simplement défini comme « le rapport des sujets à la langue »3 en tentant d’approfondir et partant de catégoriser les arguments repérés chez les sujets en termes de norme aux deux sens de normal et de normatif ; le premier révélant un fonctionnement interne, le second une prescription légiférante. Deux exemples pour étayer cette opposition : en français l’article est toujours placé avant le nom et cet usage est tel qu’il n’est pas nécessaire d’énoncer une règle pour les locuteurs de langue première française (norme systémique) ; en revanche l’usage de la négation varie avec un seul morphème (pas) ou deux (ne… pas) et seul le dernier est conçu comme correct au sens où il est celui qui s’écrit (norme prescriptive). Ainsi peuvent être différenciées des normes objectives, dégagées par les descriptions des comportements des locuteurs et des normes subjectives relevées grâce à leurs commentaires évaluatifs sur leurs productions ou celles d’autrui. Selon la qualité des arguments proposés, les normes subjectives ont été catégorisées en normes communicationnelles (lorsque les locuteurs acceptent une tournure populaire ou régionale pour « être compris », « parler comme » la communauté, s’homogénéiser dans le groupe), normes fictives (les jugements renvoient alors à des valeurs esthétiques comme on l’a vu plus haut avec la prononciation de cahier ou des rationalisations historiques, écrites) et normes prescriptives (relevant le plus des prescriptions sociales ; référence aux dictionnaires, aux grammaires, aux discours scolaires voire à un purisme supposé académique). Les normes objectives ont également été catégorisées selon les formes majoritaires relevées (fortes convergences linguistiques), révélatrices des impositions du système linguistique en normes systémiques, alors que les variétés, divergences de productions ou formes minoritaires, décrites en termes d’usages ont été nommées normes statistiques. Au fur et à mesure des travaux descriptifs menés le modèle s’est précisé et les interactions entre les diverses normes approfondies selon la perspective dynamique. On saisit ainsi aujourd’hui plus clairement les rapports entre les normes systémiques et les normes prescriptives (entre système et prescription), soit les façons de cerner une langue et de la figer en stigmatisant certaines de ses actualisations. Il en va de même entre les normes statistiques (ou d’usages) et les normes communicationnelles, autrement dit les usages réels et l’acceptation des formes désignées de « français avancé » par Henri Frei. Les normes fictives étant celles qui restent les plus soumises aux fictions des locuteurs, à leur idéalisation.

5Comme on le voit, dans les catégorisations présentées comme dans les méthodes utilisées (enquêtes in vivo), la théorisation reste très linguistique, bien que le concept d’Imaginaire soit en l’occurrence empruntée à la psychanalyse lacanienne (Réel, Symbolique, Imaginaire). C’est sur cet imaginaire que nous allons maintenant revenir puisque tout sujet parlant en est tissé ; ce qui sans aucun doute opère dans le collectif comme le relèvent Freud et Castoriadis avec sa notion d’Imaginaire social instituant c’est-à-dire favorisant des actions.

  • 4 Bárczi 1963, p. 238.

6Mais avant de le faire, évoquons l’exemple de l’élaboration du hongrois, sur laquelle nous allons revenir, du point de vue de l’influence mutuelle entre normes objectives et subjectives qui montre l’importance de cet Imaginaire social instituant favorisant l’action. En effet, les circonstances géopolitiques et historiques ne sont pas favorables au développement de cette langue à partir du XVIe siècle, début de l’occupation turque : le processus de valorisation et d’enrichissement du hongrois n’a pu être mené à bien (causalités externes historico-politiques) comme ce fut le cas en France à partir de Du Bellay. Même si le langage populaire atteint un niveau de développement considérable grâce aux procédés de composition et de dérivation et aux emprunts, dès qu’il s’agit d’un texte scientifique ou juridique, les auteurs de l’époque ne se servent plus du hongrois : le vocabulaire adéquat n’existe pas ou ne suffit pas.4 L’empereur Joseph II (1780-1790) qui vise à organiser une monarchie absolue et unifiée proclame alors son édit de 1784 qui rend l’allemand langue officielle de la Hongrie. Le développement insuffisant du vocabulaire du hongrois pendant des siècles (normes objectives) et l’image d’un idiome (normes subjectives) incapable de remplir toutes les fonctions d’une langue officielle dans le contexte socio-politique de la domination des Habsbourg conduisent à cette décision d’exclusion du hongrois (imaginaire dysphorique du hongrois) d’une part et à la mise en marche de la réforme de la langue par quelques individus issus de l’élite hongroise (imaginaire euphorique d’un renouveau linguistique et national possible), d’autre part. Cet imaginaire euphorique (normes fictives identitaires) qu’illustre le dicton hongrois « c’est dans sa langue que vit la nation » prendra le dessus et après un long travail d’enrichissement de la langue, le hongrois devient effectivement la langue officielle de la Hongrie en 1844.

7Un exemple d’interaction concret entre normes objectives et subjectives pendant la réforme de la langue hongroise concerne les procédés d’enrichissement du vocabulaire. On trouve en grand nombre dans le vocabulaire hongrois des termes motivés (motivation secondaire au sens saussurien). Cela provient de la structure linguistique hongroise de type agglutinant qui permet d’analyser les syntagmes pour pouvoir en dégager les différents morphèmes. Ainsi préfère-t-on en hongrois un élément comme újságírás (« journalisme », újság- « journal », -írás « écriture ») à l’emprunt français zsurnalisztika, terme immotivé pour un hungarophone ne connaissant pas le français. Pour éviter, dans la mesure du possible, le recours à des termes étrangers pour des raisons relevant des normes fictives, une capacité intrinsèque de la langue a été favorisée (normes objectives). Le vocabulaire hongrois s’est ainsi enrichi de nombreux termes motivés non seulement parce que le fonctionnement de la langue le permettait mais aussi pour des raisons idéologiques, esthétiques, et subjectives, à la fois collectives (d’une communauté) et individuelles (s’inscrivant en chacun).

  • 5 Voir 1re partie de cet ouvrage.

8En effet, parce que la langue première touche au corps en constituant le sujet, comme parlêtre, selon la belle formule du psychanalyste français Jacques Lacan, chacun y tient intimement ; chaque enfant y joue, y rêve. Dans ce temps d’enfance se forge « l’amour de la langue » ou sa crainte, selon l’accueil de la parole infantile, puisque celle-ci très vite doit quitter le babil poétique et jouissif, varié, pour entrer dans la langue d’échange avec les autres, ce qui implique des façons de dire normées. Selon l’évolution de l’idiome en question se sont constituées des règles fixes d’agencement des termes : la grammaire ; souvent également des formes spécifiques de prononciation, qui s’imposent sous l’instance de l’interaction langagière, dans la famille, puis la communauté scolaire. Cela avec plus ou moins de diversité selon les milieux sociaux comme nombre de psycholinguistes ou sociolinguistes l’ont montré, ou selon les régions comme l’avaient relevé bien avant eux les dialectologues, et bien avant encore nombre de remarqueurs traitant non seulement du « bon usage » mais d’usages divers en les hiérarchisant plus ou moins, comme le montrent ici même diverses contributions.5

9Pour être « instrument de communication » comme la définissait le linguiste André Martinet (1969, p. 32), permettre des échanges d’informations entre locuteurs, une langue en effet doit avoir des constances lexicales, grammaticales, phonétiques ; ainsi chaque sujet doit-il parler comme les autres s’homogénéisant dans la langue de la communauté pour s’y intégrer gommant quelque peu sa singularité, son hétérogénéité, qui subsiste cependant dans quelques traces lexicales, phonologiques et moindrement syntaxiques – ce que les linguistes nomment idiolecte (système linguistique individuel). Car une langue singulière, unique, ne permettant aucun échange est toujours déclarée délire, même chez les poètes, qu’on songe aux éructations d’Antonin Artaud.

  • 6 Notons que la notion de langue maternelle vient masquer cette succession d’usages à acquérir dans l (...)

10L’école, lieu même de la socialisation pour l’enfant, est l’endroit par excellence de cette imposition de la langue de communication, orale et écrite, et par là refoulement de la langue première intime, infantile et familiale. Sans que jamais cela ne soit dit6, même quand l’enseignant reprend une formulation de l’élève pour la « dire mieux » ; c’est-à-dire pour qu’elle puisse être écrite, comme on peut l’observer dès les classes maternelles. Car la langue écrite, celle qu’on consulte dans les grammaires ou dictionnaires, paraît être La Langue, et non celle qui est parlée et ses variétés. Il ne s’agit pas alors de hiérarchisation sociale mais d’un imaginaire culturel et linguistique, largement partagé, qui construit – sans le savoir clairement – « un bon usage » ou « un bel usage » ; non seulement celui de la langue écrite, mais celui d’une langue une, commune, forgeant ainsi une « identité linguistique » locale, régionale, nationale, venant historiquement de loin, sans doute de rencontres de langues. Le contact de deux idiomes joue comme celui de coutumes différentes, le sujet relève la différence et la plupart du temps s’inquiète de cette étrangeté alors que le semblable rassure comme une origine connue. Quand il s’agit de la « même » langue, l’effet peut être pire, qui installe insécurité voire culpabilité linguistique (R. Lafont), ainsi qu’on les rencontre trop souvent chez des élèves et des adultes parlant français.

  • 7 « C’est dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet parce que le langage seul fonde (...)

11L’aspect social et historique mis en évidence, un autre facteur peut être avancé, différent d’un désir de hiérarchisation sociale ou d’une construction identitaire nationale, celui d’un désir plus intime, non moins identitaire mais d’une identité propre. Puisque la langue a construit le sujet, il en fait un idéal comme de son moi ; moi idéal imaginairement unifié dans le stade du miroir (Wallon, Lacan) et dans sa langue, sa lalangue, écrit Lacan pour témoigner de l’intime de la langue unifiant imaginairement le sujet7, figé dans une identité de « carte nationale », ou de nom propre, oublieux de sa pluralité. Tout aussi illusoire est cette langue idéale, unifiée, devenant obligation, prescriptivité, surnorme « féroce » comme disent les psychanalystes du surmoi. Indice de cela : la « faute » et ses connotations morales. L’illusion fonctionne ; elle rassure comme toute fiction d’identité comme toute idéalité, d’autant que toute langue par ses « cartes forcées linguistiques » (Saussure), ses règles syntaxiques, une partie de son vocabulaire et de ses prononciations présente en effet cet aspect d’imposition (normes systémiques), dans lequel se coule et se protège le parlêtre. Se souvient-on de ce temps pas si lointain où l’on déniait l’intérêt du bilinguisme comme Grégoire et ses successeurs faisant la guerre aux dialectes au nom de l’idéal universaliste et de l’idéalisation révolutionnaire que porterait au peuple et bientôt dans le monde la « belle » et « claire » langue française.

  • 8 La loi de défense de la langue française du 31 décembre 1975 contre les emprunts à l’anglais a été (...)
  • 9 Là interviennent les remarqueurs.
  • 10 Les châteaux, la douceur des pays de Loire, les poésies la vantant, autant de critères renforçant l (...)

12Cette idéalisation prescriptive persiste, ignorant sauf exception, l’effervescence orale. Ne dit-on pas encore aujourd’hui LE dictionnaire, LA grammaire, comme s’il n’en était qu’un pour représenter la langue. De même qu’un groupe, une communauté, se définit et se reconnaît à sa différence et son ipséité (Ricœur) et qu’un individu s’y intègre en s’y homogénéisant, quoique singulier, une langue se gère en se différenciant d’une autre (le francien du latin, le français de l’italien, aujourd’hui de l’anglais8) et en définissant son corps propre, c’est-à-dire ce qui la constitue et ses contours9, en excluant ce qui apparaît comme ses scories : ce qui ne doit ni la « corrompre » ou l’« abâtardir » ainsi qu’on l’entend souvent dans des métaphores, manifestant la comparaison sinon l’analogie sujet/langue. Il est vrai qu’on pourrait la poursuivre plus ou moins fictivement, au fil de l’Histoire : tel l’enfant détaché du corps maternel mais encore dépendant, accédant au langage, y jouant, accueillant tous les vocables, toutes les prononciations, puis entrant dans une langue perdant une partie de ses possibles, mais forgeant et sa langue et son identité linguistique et subjective (temps du non) etc., une langue se détache peu à peu de ce qui l’originait ; se constituant elle s’oppose à l’autre langue, s’enrichit de ses variétés (ainsi le proposèrent Montaigne, La Pléiade), s’organise – ou est organisée – comme langue juridique (spécificité française, 1539, édit de Villers-Cotterêts). Avec la grammatisation et le colinguisme (Renée Balibar), l’écrit normalisé, prescriptif est là qui jouera de plus en plus comme langue idéale, à fondement littéraire et brillance économique et culturelle10 (XVIIe) puis politique (XVIIIe), refoulant les variétés qui constamment résistent et la vivifient, malgré les imaginaires prescriptifs, jouant bien au-delà des clivages politiques gauche droite, comme souvent en matière de réforme linguistique, qu’il s’agisse de l’orthographe ou de la féminisation des noms de métiers. Ainsi le 30 mars 1950, une loi, dite Deixonne, fut votée – « en catimini » dit un opposant – qui devait permettre l’entrée des dialectes à l’école. Des querelles éclatèrent dans les journaux (voir le Monde du 31 mars 1950). Le Français moderne (avril 1950), revue se voulant universitaire, quelque peu scientifique, s’engagea dans la lutte en rappelant les principes fondamentaux présents dans la proposition de loi Lempereur (du 12 juin 1947, repoussée) : « L’école nationale ne peut connaître que la langue nationale de la République une et indivisible », « premier élément de compréhension et d’unité entre tous les hommes d’une même nation », etc.

13Les deux mouvements contradictoires, on le voit, jouent constamment au fil des époques, même si les imaginaires culturels les figent quelque peu, et si l’illusion identitaire (norme fictive) est dominante ; illusion dont se soutient le sujet tiraillé entre singularité et mimétisme, sauf s’il se désire cosmopolite – qualification plus ou moins acceptée comme l’Histoire l’a montrée.

14L’interventionnisme de divers ordres paraît donc caractériser l’histoire de la langue française ; la situation de la langue hongroise relève d’autres modalités que nous avons décrites ci-dessus et que nous allons préciser cette fois en comparant par époque les situations française et hongroise. On verra alors que la prise en charge institutionnelle de la langue française est antérieure de deux siècles par rapport à la langue hongroise.

15En effet, les débuts de la standardisation du hongrois remontent au XVIe siècle. Pendant la première moitié de ce siècle, le hongrois est un ensemble de dialectes sans la prédominance d’une seule variété linguistique. Jusqu’aux années 1560-1570, la plupart des écrivains semblent composer leurs ouvrages dans leur dialecte. Néanmoins, une tendance à une certaine standardisation linguistique plus ou moins spontanée est observable pour l’écrit. En effet, de plus en plus d’écrivains veulent s’adresser à un public aussi large que possible. Ils sont soutenus dans leurs efforts par les imprimeurs qui trouvent également leur compte dans une distribution plus importante des livres. Mais, pour y arriver, une langue facilement accessible à tous les locuteurs, quels que soient leurs dialectes, est nécessaire. On voit ainsi apparaître dès le milieu du siècle des traités d’orthographe dont le but principal est la formation d’une orthographe commune ; pensons surtout à l’ouvrage de Mátyás Dévai, Orthographia Ungarica (1549). Certains imprimeurs ou éditeurs retravaillent même les textes originaux, non seulement du point de vue de l’orthographe mais d’une façon plus générale selon leur idéal de langue afin de rendre les textes plus compréhensibles à chaque lecteur (normes communicationnelles). C’est le cas de l’éditeur-imprimeur Heltai qui introduit des modifications systématiques dans les manuscrits. Il n’était pas de langue maternelle hongroise, ses interventions ne reflètent donc l’influence d’aucun dialecte. Il garde tout ce qui est commun aux différents dialectes hongrois et rejette les particularismes qui pourraient rendre difficile la lecture des livres.

16Ces tentatives n’auraient pas suffi à elles seules pour créer une langue littéraire commune. D’une façon paradoxale, l’invasion d’une grande partie du pays par les Ottomans a également contribué à l’apparition d’une norme littéraire commune. En effet, nombreux sont les habitants des territoires occupés qui quittent leur lieu d’habitation pour aller s’installer dans les régions non occupées. Ainsi des hommes de lettres de diverses origines géographiques se retrouvent-ils dans les villes, dans les châteaux des régions occidentales et nordiques du pays et en Transylvanie. Les contacts entre ces locuteurs d’origines diverses de même que le sentiment commun que la patrie est en danger, qu’il ne reste pratiquement rien d’autre que la langue comme symbole de l’identité commune, participent certainement beaucoup au renforcement de l’idée qu’une norme supradialectale est indispensable.

17La langue parlée dans les territoires non occupés joue un rôle de premier plan dans l’élaboration d’une norme supradialectale écrite. Les historiens de la langue hongroise (comme Géza Bárczi (1963) en Hongrie ou Aurélien Sauvageot (1971) en France) constatent ainsi que ce sont les dialectes du Nord et du Nord-Est de la Hongrie qui servent de modèle dans le processus de l’édification de la norme littéraire hongroise : la fusion de plusieurs dialectes conduit à la création et à l’imposition d’une norme prescriptive « commune » caractéristique d’abord de la forme écrite de la langue. Il s’agit de la sélection, par les hommes de lettres, des traits communs aux principaux dialectes hongrois. Ce n’est donc pas un mouvement organisé (difficilement réalisable dans les conditions historiques données) et ce n’est pas non plus un organisme d’État (le pays, l’État, est divisé en trois parties pendant l’occupation turque) qui se charge de ce travail. La standardisation de la langue littéraire hongroise s’effectue ainsi d’une façon relativement spontanée, non organisée.

  • 11 Plurimi certe recte loqui hungarice ignorant, etiam nati Hungari.

18 La période qui s’étend du XVIIe siècle jusqu’aux années 1770 (le lancement de la réforme linguistique) se caractérise par un certain ralentissement du développement de la norme littéraire. Des interrogations normatives font également leur apparition ; les questions concernant le bon usage (norme prescriptive) paraissent devenir de plus en plus importantes. Ainsi István Geleji Katona, dans sa Petite grammaire hongroise de 1645, déclare-t-il nécessaire la composition de traités de grammaire pour ses contemporains afin que ces derniers sachent éviter les « incorrections » de langage. György Csipkés Komáromi parle également de l’ignorance linguistique des locuteurs de Hongrie (« Il est certain que beaucoup ne savent pas bien parler même s’ils sont nés en Hongrie »11) ; c’est pour cette raison qu’il souhaite mettre au jour les règles « universelles » de la langue qui sont donc valables sans distinction des particularités dialectales. Ce travail semble indispensable à cet auteur pour la « gloire » de sa patrie. On trouve également des exemples à la mise en valeur des spécificités internes du hongrois dans la grammaire de Komáromi. Il parle de la « fécondité étonnante » des verbes par rapport à l’hébreu par exemple qui ne connaît, selon lui, que sept formes verbales principales tandis que le hongrois en compte quatre-vingts, selon le calcul assez naïf de cet auteur. En ce qui concerne la distinction entre le « bon » et le « mauvais » usage, Komáromi condamne ceux qui utilisent des formes « moins à la hongroise » comme il dit. La référence au « bon » langage populaire, aux expressions bien hongroises (magyaros) est récurrente. L’usage populaire n’est pas le « mauvais » usage dans la tradition grammaticale normative hongroise, comme c’est le cas en France. Bien au contraire, une certaine union des traits communs des principaux dialectes est à la base de la langue littéraire commune normée.

19L’émergence de deux grandes normes littéraires est le phénomène le plus important pendant les XVIIe et XVIIIe siècles. Il s’agit de la norme orientale (dans l’Est, surtout dans la partie Nord-Est du pays) et de la norme transdanubienne (ou occidentale). On constate au cours du XVIIIe siècle que la norme orientale gagne du terrain et se généralise. Les dialectes hongrois peuvent être répartis dans deux grands groupes géographiques (occidental et oriental y compris la Transylvanie dont les caractéristiques ne sont que légèrement différentes du groupe oriental).

20Une certaine évolution est donc observable pour la période que nous venons d’esquisser. La standardisation de la langue littéraire est un événement de grande importance durant cette période même si ce développement n’est pas tout à fait progressif et n’est pas entièrement accompli non plus. Cette norme littéraire écrite supradialectale influence également l’usage oral de la langue mais les différences dialectales restent marquées aussi bien aux niveaux phonétique que lexical.

21Malgré le développement de leur langue, les Hongrois restent obligés d’utiliser le latin dès qu’il s’agit de s’exprimer hors des frontières du pays et ils s’en servent souvent même à l’intérieur de la Hongrie. En effet, le hongrois ne possède pas à cette époque un vocabulaire adapté à l’expression des réalités scientifique, technique, juridique comme on l’a déjà évoqué. Dès qu’un hungarophone souhaite aborder de tels sujets, il est obligé de changer de langue et de parler en latin ou en allemand. C’est aussi l’une des raisons de la connaissance répandue du latin. Ainsi, en lisant les œuvres des écrivains comme Miklós Zrínyi ou Kelemen Mikes, on découvre une langue relativement facile à lire même aujourd’hui. En revanche, les textes scientifiques écrits par János Apáczai Csere par exemple sont très peu compréhensibles de nos jours, même pour un spécialiste, non à cause de leur contenu mais à cause de la langue. En effet, les efforts personnels d’Apáczai pour créer un vocabulaire spécialisé n’ont eu que peu de succès. Il était isolé et aucun organisme n’existait pour le soutenir. On constate donc que le développement du hongrois est très inégal durant la période qui précède la réforme linguistique. Le lancement de cette dernière se présente ainsi comme une véritable nécessité.

22En ce qui concerne son lexique, le hongrois a puisé dans le vocabulaire des langues environnantes d’origine indo-européenne mais aucune langue d’origine finno-ougrienne n’a pu lui fournir d’exemple. Il n’avait pas la facilité d’une autre langue de même origine comme le français par exemple qui pouvait s’épauler sur l’italien, l’espagnol et surtout sur le latin.

23Les conditions historiques ne sont pas les mêmes. La langue française est devenue le moyen d’expression d’un État puissant, très centralisé, gouverné par un monarque absolu. La Hongrie par contre est un pays divisé en trois jusqu’à la fin du XVIIe siècle : la Hongrie royale, gouvernée par la Maison d’Autriche, la Hongrie occupée par les Turcs et la Transylvanie, vassale des Ottomans. Des guerres perpétuelles ravagent le pays et il n’existe pas non plus d’unité religieuse entre catholiques et protestants qui ont d’ailleurs deux conceptions linguistiques, bien différentes, sur la nouvelle orthographe hongroise au XIXe siècle. Après l’occupation turque suit l’oppression des Habsbourg qui empêche de nouveau le développement d’une véritable vie culturelle et littéraire de langue hongroise.

24La langue officielle de l’État hongrois demeure le latin. Ce choix doit avoir plusieurs raisons : premièrement, il s’agit d’un pays multinational où la langue hongroise n’est pas la langue d’une véritable majorité, une langue véhiculaire est donc nécessaire ; de plus le hongrois ne disposant pas d’un vocabulaire juridique, politique et scientifique suffisamment développé, le latin sert de moyen d’expression dans ces domaines qu’il s’agisse de textes écrits ou de discours oraux (normes communicationnelles) ; deuxièmement, le maintien du latin est un moyen d’écarter l’introduction de l’allemand comme langue officielle de l’État ; troisièmement, le royaume de Hongrie se maintient au sein de l’Occident à travers le latin, symbole de la civilisation occidentale. L’éternel désir de la nation d’appartenir à cette civilisation s’exprime clairement dans le choix de la langue officielle du pays.

25En même temps l’empereur autrichien Joseph II voit dans le maintien du latin comme langue officielle du pays la preuve que la nation hongroise n’est pas capable de développer une langue nationale propre. L’édit de 1784 de l’empereur sur l’emploi de la langue allemande dans l’administration et dans l’enseignement est ressenti dans le pays comme une mesure extravagante, un coup mortel porté à la langue et à la nation hongroises. La date de la publication de cet édit coïncide avec les premières années d’une formidable période de développement de la langue hongroise pendant laquelle elle s’enrichit dans son vocabulaire d’une manière extraordinaire et devient une véritable langue nationale, le moyen d’expression unique de la culture hongroise. Il s’agit du mouvement pour la rénovation et le perfectionnement de la langue, de la nyelvújítás qui donnera naissance au hongrois moderne.

26C’est le XVIIe siècle qui marque le début de la période prescriptive dans l’histoire du français. La langue devient alors, d’une façon beaucoup plus prononcée qu’auparavant, objet d’évaluation, de jugement, d’interprétation. Pendant longtemps, le français est analysé en fonction d’une ou de plusieurs langues placées en parallèle. Les normes fictives évaluatives jouent un rôle d’importance majeure pendant toute la période de la constitution du français en tant que langue nationale. Ce n’est qu’au XVIIe et surtout au XVIIIe siècle que l’on constate la prise de conscience de l’autonomie du latin et du français par exemple qui sont descriptibles pour eux-mêmes.

27En Hongrie par contre la fusion des principaux dialectes et la sélection de leurs traits communs constituent les éléments essentiels de la norme supradialectale qui s’élabore dans la langue littéraire d’abord et qui devient la langue commune par la suite. Les registres populaires sont beaucoup plus valorisés en hongrois qu’en français. En effet, la réutilisation de termes archaïques et populaires constitue l’un des moyens d’enrichissement lexical le plus souvent utilisé dans la langue hongroise.

28De plus, la prise en charge institutionnelle du hongrois ne se réalise que deux siècles après la fondation de l’Académie française. Ces différences s’expliquent, d’une part, par des causalités externes, les circonstances historiques et géopolitiques qui ont empêché la formation d’une Cour royale hongroise forte à partir du XVIe siècle. D’autre part, les différences entre les dialectes hongrois, causalité interne, sont beaucoup moins importantes que celles qui existent entre les dialectes français. À la différence de la situation française, la codification de la langue littéraire hongroise, jusqu’à la réforme linguistique, se fait d’une manière spontanée, non organisée.

29Malgré ces évolutions divergentes, les langues française et hongroise sont aujourd’hui des langues nationales qui remplissent pleinement leur rôle dans tous les domaines. Néanmoins, les différences mises au jour dans les imaginaires linguistiques de ces deux cultures ont une influence certaine sur les attitudes et les productions linguistiques partiellement divergentes que l’on observe même de nos jours : plus grande créativité lexicale et imaginaires linguistiques moins prescriptifs en hongrois, prescriptivisme en français, malgré la persistance de variétés (géolectes, sociolectes, registres discursifs, etc.).

Notes

1 Prescriptif est adjoint à norme, car ce terme est ambivalent : il peut avoir le sens de normal, conforme, ou celui de normatif, contraire aux règles, impliquant jugement, voire sanction (anormal).

2 Les exemples cités sont des relevés réels.

3 Voir Houdebine-Gravaud 2002 et l’entrée « Imaginaire linguistique », dans Moreau 1998.

4 Bárczi 1963, p. 238.

5 Voir 1re partie de cet ouvrage.

6 Notons que la notion de langue maternelle vient masquer cette succession d’usages à acquérir dans la « même » langue.

7 « C’est dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet parce que le langage seul fonde dans sa réalité qu’est celle de l’être le concept d’ego [… qui] se constitue tel qu’il aspire à être » (Benveniste).

8 La loi de défense de la langue française du 31 décembre 1975 contre les emprunts à l’anglais a été votée à l’unanimité par l’Assemblée nationale.

9 Là interviennent les remarqueurs.

10 Les châteaux, la douceur des pays de Loire, les poésies la vantant, autant de critères renforçant l’illusion du « beau » français de Touraine, selon Gueunier 1978, Les français devant la norme.

11 Plurimi certe recte loqui hungarice ignorant, etiam nati Hungari.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search