Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie 3. Le bon usage : traditions nationales

Du bon usage à la culture linguistique : la persistance d’une norme de langue littéraire en Russie

Sylvie Archaimbault

Texte intégral

1La réflexion sur le bon usage en Russie s’est développée de façon ininterrompue depuis le début du XVIIIe siècle. Le perfectionnement de la langue a été le fruit du labeur et l’objet de la sollicitude de nombreux grammairiens, linguistes, écrivains et poètes. Cette langue s’est forgée, dès ses débuts, en croisant des préoccupations stylistiques. La permanence d’une équation entre bon usage et langue littéraire est en effet remarquable, sur trois siècles de distance, comme nous essaierons de le montrer. Dès lors qu’une langue unique, aux multiples fonctions, allait réussir à s’imposer comme langue nationale, elle se calerait sur un standard élevé, proche de la littérature. C’est ce parcours d’émergence, puis de stabilisation de la langue russe que nous voudrions retracer à grands traits, en nous arrêtant sur quelques étapes jugées significatives du développement de cette question.

  • 1 Pour une synthèse des efforts de définition de cette norme, voir Archaimbault (2000).
  • 2 Ludolf 1959 [1696], Préface, p. 1-2.
  • 3 Pour plus de détails sur la perception du russe et du slavon dans l’ancienne Russie moscovite, on p (...)

2La tâche majeure à laquelle s’est confronté le XVIIIe siècle russe a été d’entrer durablement dans le concert des nations européennes avec lesquelles il fallait compter. Ce dessein, poursuivi par les grands tsars du siècle, de Pierre le Grand à Catherine II, s’entendait aussi en matière de langue. Il fallait fixer une norme de langue unique et dépasser ainsi la situation de diglossie qui avait prévalu dans quasiment toutes les contrées de la chrétienté orientale : une langue écrite, sacrée, suffisamment éloignée de la langue parlée pour être employée dans la conversation, et une langue couramment parlée qui ne bénéficiait pas de la pleine reconnaissance d’un statut écrit.1 La situation linguistique avait été décrite ainsi par Henrikh-Wilhelm Ludolf, un piétiste allemand auteur d’une grammaire éditée à Oxford en 1696 : Loquendum est russice & scribendum slavonice (Ils parlent en russe et écrivent en slavon).2 Nous pouvons garder en mémoire cette phrase de Ludolf, même si elle est réductrice. Car la situation était en fait plus complexe que cela, on ne peut pas dire que le russe vulgaire n’ait pas été écrit, il l’était, de façon limitée, comme en témoignent les chartes rédigées sur écorce de bouleau. Inversement, le slavon était parlé par les érudits.3

3Il s’agissait donc de rapprocher la norme de l’usage. Les réformes successives, qui rencontrèrent nombre de résistances politiques autant que linguistiques, mirent plus d’un siècle à entrer vraiment dans les faits, connaissant autant de progressions que de régressions, mais au final, cette grande œuvre d’élaboration d’une norme de langue unique peut être considérée comme achevée au tout début du XIXe siècle.

1. Dépasser la diglossie

4En 1708, Pierre le Grand promeut une réforme de l’alphabet qui vise à éliminer un certain nombre de graphèmes et à en simplifier d’autres. Cette simplification, menée pour des raisons techniques, à savoir favoriser le développement de l’imprimerie, visait aussi assez nettement à limiter le pouvoir de l’Église orthodoxe, qui bénéficiait d’un monopole dans les domaines de l’édition et de l’éducation. L’usage des graphèmes anciens allait être interdit par l’instruction de 1708, sauf dans l’imprimerie du Saint-Synode à Moscou, seule autorisée désormais à éditer les livres religieux. Partout ailleurs, l’alphabet civil s’imposait et le recours à l’alphabet précédent était interdit. Il est notable également que la simplification allait dans le sens d’un rapprochement des graphèmes avec ceux de l’alphabet latin.

5Dans les années 1720, alors que Fedor Polikarpov travaille à sa Tekhnologija (2000 [1721]), véritable grammaire du texte slavon, composée à partir des grammaires préexistantes de Meletjus Smotrickij et de Maxime le Grec, et comprenant une explication grammaticale linéaire du Notre Père, plusieurs auteurs se prononcent en faveur de l’abandon du slavon comme langue de culture.

  • 4 Cité par Unbegaun (1969) en préface à Anfangs-Gründe der Russischen Sprache, 1731, p. XI.
  • 5 Voir Berkov (1958) et Mazon (1958).

6C’est le cas de Vasilij Adodurov (1709-1780) et de Vasilij Trediakovskij (1703- 1769). Le premier, germaniste, est nommé auprès de l’Assemblée de Russie, société savante liée à l’Académie, traducteur de l’allemand vers le russe, au moment même où le second est nommé traducteur du français vers le russe. Adodurov veut réduire les slavonismes, « dans la mesure où maintenant tout slavonisme provoque un son hideux aux oreilles de nos contemporains ».4 Ces termes évoquent évidemment tout de suite ceux-là mêmes qu’emploie Trediakovskij, dans sa préface au lecteur de la traduction du Voyage de l’Isle d’amour de Paul Tallemant. Trediakovskij a vécu à Paris près de deux ans, de septembre 1727 à l’automne 1729, où il a fréquenté la Sorbonne, et suivi les cours de Charles Rollin qui, chassé de la Sorbonne, continuait à enseigner au Collège Royal de France ; il a bien connu l’abbé Gabriel Girard, qui en tant que traducteur auprès du régent pour le russe et l’esclavon, connaissait bien les Russes vivant à Paris et, manifestement, les prenait volontiers sous son aile.5

  • 6 Les citations de Vasilij Trediakovskij, issues de K čitatelju, dans Sočinenija, Tom 3 [Adresse au l (...)

7Trediakovskij explique ainsi, dans sa préface, les raisons qui l’ont poussé à choisir, pour sa traduction, le russe plutôt que le slavon6 :

Veuillez, je vous en prie humblement, ne pas vous fâcher contre moi (si vous restez fidèle au slavon solennel), si je l’ai traduit non en langue slavonne, mais presque dans la plus simple langue russe, c’est-à-dire celle dans laquelle nous parlons entre nous.
La langue slavonne est à présent dure à mes oreilles, bien qu’autrefois non seulement je l’ai écrite, mais je l’ai parlée avec tous.

  • 7 Trediakovskij, traduit par Breuillard 1994, t. I, p. 367 [Au lecteur, dans Œuvres]. Trediakovskij r (...)

Premièrement, la langue slave est chez nous la langue de l’Église, et ce livre est profane. Deuxièmement, la langue slave est devenue dans notre siècle très obscure, et beaucoup de ceux qui veulent la lire ne la comprennent pas ; or ce livre traite de la douce amour, aussi doit-il être compris de tous.7

8Comme l’a magistralement montré Jean Breuillard dans sa thèse de doctorat d’État (1994), cette évolution se fait en lien avec le sentimentalisme, dans la mesure où la langue psychologique, l’analyse des sentiments et l’expression amoureuse ouvrent un nouveau champ à la langue, profane et mondain, qui s’affranchit de la littérature religieuse solennelle marquée par le slavon.

9Cette nouvelle langue doit refléter l’Usage (Upotreblenie). Mais encore faut-il pouvoir définir celui-ci. Et l’on voit bien ici la perplexité de Trediakovskij, qui doit faire face à l’absence d’un groupe social de référence. Ainsi, en 1735, ouvrant les travaux de l’Assemblée de Russie, il précise l’orientation sociale de la norme qu’il appelle de ses vœux : « ce sont les sages ministres qui nous apprendront à la parler ». Reprenant les buts que se fixe l’assemblée dans une lettre à Stählin en 1736, il lui assigne la tâche « d’écrire la grammaire dont nous sommes privés jusqu’à présent, qui doit être fondée sur le meilleur usage de la Cour et des habiles gens » [lettre rédigée en français]. Mais dans une société qui n’est pas une société de Cour, il est difficile de tenir un tel objectif. Trediakovskij en tire quelques conclusions dans son ouvrage postérieur, Razgovor meždu čužestrannym čelovekom i rossijskim ob ortografi starinnoj i novoj i o vsem čto prinadlezhit k sei materii (Conversation avec un étranger sur l’orthographe), publié à compte d’auteur en 1748, constitué d’une suite de réflexions à haute voix menées avec un étranger, et dans lesquelles sont définis les principes d’une adéquation de la lettre et du son comme fondement de l’orthographe, mais où sont aussi consignées maintes réflexions sur l’Usage :

– Quel usage, Monsieur ? Je sais bien que tous, savants et ignorants, ne cessent de parler de l’usage ; mais quant à savoir en quoi il consiste et dans quelle mesure son empire sur la langue est légitime, cela, nul ne le définit. Si l’on se contente de parler de l’usage seul, alors, celui des crépiers [blinnikovo upotreblenie] doit être tenu pour important.
– Il faut, Monsieur, se demander si un usage dégradé [vyrodošnoe, dégénéré, abâtardi] ne cherche pas à se couvrir du masque de l’Usage ; et s’il ne se donne pas ce grand nom, tout en étant lui-même vulgarité et bassesse ridicule ; ou ignorance aveugle et épaisse ; si je soupçonne que la langue abrite un usurpateur, qui se fait appeler Très-honorable Usage, c’est parce qu’on entend sonner son nom partout et sur toutes les lèvres, alors que nul ne dit mot de son origine. (Ibid., p. 372)

10L’Usage avec un grand U n’est pas celui « des cordonniers et des cochers », ni encore celui des rustres (derevenskie mužiki), mais celui de ceux qui « ont reçu une bonne éducation ou qui fréquentent la Cour » et, encore plus, de ceux qui « se sont exercés avec succès dans les sciences et la lecture de livres » (ibid.).

11Ainsi, son locuteur est-il une abstraction, l’homme cultivé, instruit, conscient de la nature de la langue. Tel qu’il est mis en scène dans cette Conversation […], c’est un locuteur idéal, pour qui l’usage est un maître, garant de l’usage de la langue vivante, et même davantage, il est la personnification, l’incarnation de la langue. Il représente l’usage lui-même, qui est le maître de la langue, et s’exprime d’ailleurs à la première personne :

  • 8 Trediakovskij, 1748, Razgovor meždu čužestrannym čelovekom i rossijskim ob ortografi starinnoj i no (...)

Immense est mon pouvoir sur toutes les langues et, pour ainsi dire, illimité ; car je ne fais que parler comme je veux, seulement conformément à la nature de la langue ; j’en ai le droit indiscutable, moi seul suis la règle selon laquelle je dois me tenir dans la langue. Grâce à cela, c’est moi que l’on doit préférer à toutes les règles, posées par les grammairiens, qui ne seraient plus d’accord avec mon usage : car ce ne sont pas les règles qui font l’usage, mais de moi vient l’usage dans les langues vivantes.
Toutefois, je ne suis pas aussi universel, ni même en accord avec moi-même pour qu’il n’y ait pas en moi des variantes [raznosti], petites ou même insignifiantes. Dans ce cas, je considère comme la règle ce qui est conforme à la raison et peut être approuvé par elle, car je ne suis pas un être irréfléchi, mais raisonnable.8

12Ce locuteur universel est humain, exposé au doute, à l’erreur et aux idiosyncrasies, mais il est guidé par la Raison. Il recherche la concision et la clarté de l’expression et la conformité avec la nature de la langue. Il sert également sa patrie, ayant à cœur de transmettre aux générations futures des écrits de toutes sortes, compositions, narrations, instructions, en langue naturelle. À l’inverse, il critique ceux qui traiteraient leur langue naturelle avec mépris.

13Trediakovskij est connu pour avoir promu une orthographe répondant à un principe phonétique, et faisant un usage modéré de l’étymologie. Il ne voit pas les choses en termes d’héritage à intégrer, contrairement à Lomonosov. L’usage s’inscrit dans la synchronie, Trediakovskij cherchant à élaborer de nouveaux outils, de nouvelles règles, simples, pratiques, aisément diffusables, conformes au goût de l’époque, euphoniques, comme en témoigne son vers syllabo-tonique, qui tient compte de l’accentuation autant que de la syllabe, ce qui est plus conforme à la nature de la langue.

14Il cherche à limiter le poids de l’étymologie dans l’orthographe, considérant que les personnes savantes peuvent sans doute être tentées de retrouver dans l’orthographe les traces de l’étymologie, mais que ce n’est pas là la justification de l’orthographe :

  • 9 Ibid., p. 123-125 (traduction de Sylvie Archaimbault).

Admettons que les personnes savantes recherchent l’origine des mots. Mais l’orthographe n’est pas faite pour les seuls savants mais bien pour l’acquisition de tous, dont la force consiste en le fait de savoir quelle lettre mettre dans quelle syllabe, et à quel endroit, quant à la syllabe, à quelle place la mettre dans le mot.9

15Même si ses conceptions esthétiques vont être amenées à changer au cours de sa vie, et que la préoccupation étymologique va devenir une réelle urgence pour lui, pour des raisons tant nationales que linguistiques, cet attachement à l’idée d’une langue neuve se maintiendra.

16Chez Lomonosov, le poids de l’héritage pèse bien davantage. Car le russe moderne tire sa dignité de son ancienneté, mais aussi de sa pérennité tant temporelle que spatiale. C’est dans sa Predislovie o pol’ze cerkovnyx knig v rossijskom jazyke (Préface sur l’utilité des livres d’Église dans la langue russienne) qu’il développe le plus son approche :

Le peuple russien, vivant sur un grand espace, en dépit des vastes distances, parle en tout endroit, dans les villes et les villages, une langue compréhensible à chacun. Ceci à l’inverse de nombre d’autres états, par exemple en Allemagne, où un paysan bavarois peinera à en comprendre un du Mecklenbourg, de même un Brandebourgeois et un Souabe, bien qu’ils soient du même peuple allemand.

Ce privilège qui est le nôtre vaut pour les peuples de la génération slave vivant au delà du Danube, car tout séparés qu’ils soient de nous par des langues d’ethnies différentes, ils parlent pour l’usage des livres religieux slaves, une langue suffisamment compréhensible aux Russiens bien plus proche de notre dialecte que ne l’est le polonais, avec qui nous avons pourtant une frontière ininterrompue.

Si l’on en juge par la durée, nous voyons que le russe, depuis la règle de Vladimir jusqu’à notre siècle, soit plus de sept cents ans, n’a pas changé tant que l’on en puisse comprendre l’ancien [i.e. le russe ancien] : il n’en va pas ainsi pour de nombreux peuples, qui, faute d’étude, ne comprennent pas la langue dans laquelle parlaient leurs ancêtres quatre cents ans auparavant, ce en raison des grands changements qui sont intervenus entre temps. (Lomonosov 1952a, p. 590)

17La langue moderne doit s’inscrire dans ce continuum temporel et spatial, assumer cet héritage sans rupture. Car à cette pérennité s’ajoute le fait que la langue slavonne est dépositaire des remarquables potentialités linguistiques et rhétoriques de la langue grecque, puisque c’est à partir du grec que s’est faite l’évangélisation des Slaves :

Dans les temps anciens, lorsque le peuple slave ne connaissait pas encore l’usage [upotreblenie] de représenter par écrit ses pensées, celles-ci étant alors étroitement limitées par l’ignorance de nombreux objets et actions connus des peuples savants, la langue elle-même ne pouvait s’enrichir d’un grand nombre de mots et d’expressions de la raison, tels que nous les lisons aujourd’hui. Cette richesse s’est constituée plus que tout avec la loi chrétienne grecque, lorsque les livres religieux furent traduits du grec en slavon pour la divine liturgie. La beauté parfaite, l’abondance, l’importance et la force du discours hellénique sont évaluées au plus haut, comme en témoignent amplement les amateurs des sciences du verbe. (Ibid.)

  • 10 Voir Vinokur 1947, p. 119.

18C’est dans ce même texte que Lomonosov essaie de codifier ce que j’appellerai cette « sortie de la diglossie ». En adaptant la théorie des trois styles reprise à Quintilien, il transpose les styles élevé, moyen et bas, suivant une hiérarchisation des styles calquée sur les genres, ce qui convenait bien pour le classicisme, mais le style élevé – bien que représenté par le slavon-russe métissé, enrichi d’éléments issus des livres d’Église, et non pas limité à la langue d’Église10 – devait se trouver rapidement en décalage par rapport à la nouvelle demande d’une classe cultivée plus large, qui s’était formée sous le règne de Catherine II principalement, et dont l’érudition n’allait pas forcément jusqu’à la connaissance du slavon.

19Lomonosov a conscience de cette tension entre la fidélité à une tradition établie et les nécessités d’accompagner des évolutions devenues incontournables. Il la met en scène dans une saynète humoristique intitulée Sud rossijskix pis’men, pered razumom i obyčaem ot grammatiki predstavlenyx (Les graphèmes russes, présentés par la Grammaire au jugement de la Raison et de l’Us [obyčaj]). Le choix de Lomonosov y apparaît clairement : l’usage doit assumer l’héritage ancien et ne pas se réfugier dans ce que préconise la nouveauté, dont la frivolité cherche à ébranler la vieille langue livresque. Ainsi, Lomonosov en appelle à la raison pour calmer les ardeurs de Dame la mode :

  • 11 Lomonosov 1952b, Sud rossijskix pis’men, pered razumom i obyčaem ot grammatiki predstavlenyx (Les g (...)

[…] ce qui est mauvais ne saurait tenir longtemps. Et l’ancien reprendra vite sa place, s’il vaut mieux que le nouveau.11

20Il est d’ailleurs significatif que Lomonosov n’emploie pas ici le terme upotreblenie, usage, qui était celui de Trediakovskij, mais qu’il ait recours à un terme plus fruste, obyčaj, que nous préférons rendre par us.

21Concilier dans l’usage l’ancien et le nouveau, l’intemporel de la langue russe, en une grande synthèse. Concilier aussi le général et le particulier et intégrer la diversité contrôlée des dialectes, telle est finalement la grande tâche à laquelle va s’atteler Lomonosov dans sa Rossïjskaja grammatika (Grammaire russienne) de 1755.

22Dans la Rossïjskaja grammatika, Lomonosov considère certes le dialecte moscovite comme préférable, « non seulement à cause de l’importance de la capitale, mais aussi en raison de son excellente beauté » (1755, § 111 (115)), mais n’en admet pas moins l’idée d’une différenciation dialectale du russe :

  • 12 Littéralement, le dialecte du Pomorié, régions côtières de la Russie septentrionale, dont était ori (...)
  • 13 Voir Lomonosov 1952c, p. 608.

On peut diviser la langue russienne en trois idiomes principaux : 1) le moscovite, 2) l’idiome littoral12, 3) le petit-russien. Le premier − le plus important − est utilisé à la cour et parmi la noblesse et particulièrement, dans les villes situées aux environs de Moscou. Le deuxième est un peu plus orienté vers le vieux-slave et a conquis une grande partie de la Russie. Le troisième est celui qui se distingue le plus et est mâtiné du polonais.13

  • 14 Voir Diderot et d’Alembert 1751-1765, t. 17, p. 517.

23Cette question du rapport entre l’usage, entendu dans son acception large, et les variantes dialectales est, on le sait, centrale pour la réflexion linguistique de l’époque, pas seulement en Russie. Car, si « la totalité des usages propres à une nation pour exprimer les pensées par la voix » était censée constituer une langue, comme le résume l’Encyclopédie14, cette définition comportait nombre d’ambigüités dès qu’on l’appliquait à des langues particulières existant dans des conditions historiques, politiques et sociales concrètes, ce qui découlait de l’opposition, courante depuis la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal (Arnauld et Lancelot 1660), entre raison et usage. On peut dire qu’à la fin du XVIIIe siècle, des bases ont été posées pour répondre à ces exigences divergentes. La multiplicité des fonctions dont peut se charger la langue russe a progressé ; elle est devenue langue d’enseignement, jusques et y compris au niveau de l’université, grâce à l’engagement de personnalités comme Anton Barsov (1730-1791), grand grammairien, professeur de mathématiques et de rhétorique à l’université de Moscou. Toutefois, si ce vaste chantier est bien entamé, il est cependant loin d’être achevé.

2. Consolider une langue unique en assumant sa diversité

24Le grand défi du XIXe siècle fut certainement d’imposer véritablement et sans retour une langue nationale unique pour toutes les sphères de l’activité. Une langue dont la diversité fonctionnelle serait la meilleure garante de son unité.

25Les nouveaux besoins d’expression sont devenus plus larges et plus hétérogènes, et le recours à la langue russe est bien loin d’être systématique. Ainsi en est-il des documents tels que mémoires, correspondance, qui sont rédigés couramment en français ; cette langue restant aussi la langue de la conversation mondaine.

  • 15 Cité par Vinokur 1947, p. 114.

26Ce qui fait dire à Nicolas Karamzine (1766-1826), qui songeait à une langue idéale capable de supplanter le français, que l’écrivain ne peut faire autrement que de créer la langue dont manque la littérature15 :

Le candidat au métier d’écrivain russe ne doit pas se contenter des livres ; son devoir est de les fermer et d’écouter parler autour de lui pour mieux connaître sa langue. Mais là, nouveau malheur : dans les meilleures de nos maisons, c’est en français qu’on parle le plus souvent. Alors, que peut faire notre écrivain ? Inventer des expressions, en fabriquer.

  • 16 Sur l’élaboration de cette réflexion, on se reportera à l’article de Jean Breuillard (2010).

27Nicolas Karamzine, grand connaisseur des théories françaises, fera évoluer de façon décisive la prose russe vers le sentimentalisme. La prose, simple et élégante, devait être à même de traduire les pensées, les sentiments, les inflexions humaines, et Karamzine se consacra avec constance à l’élaboration d’une véritable stylistique de la langue russe, qu’il voulait sobre et élégante, à la création d’une langue unique, tant écrite que parlée, rendant définitivement caduque la diglossie et alignant ainsi la Russie sur la situation des autres grands pays occidentaux. C’est un vaste programme qu’il propose à la génération cultivée de son temps, et aux écrivains, au tout premier chef. L’objet de ses attentions excède le mot, les mots ; c’est la phrase, et notamment, l’ordre des éléments marqué de l’intentionnalité du locuteur. Cette mise en évidence du focus par l’ordre des mots est évidemment essentielle pour la phrase russe, marquée par la flexion nominale et l’absence d’article.16

28Une querelle restée fameuse, relative au bon usage, s’engage entre les tenants de la prose nouvelle dont Karamzine est un célèbre représentant et les tenants d’un purisme linguistique menés par l’amiral Alexandre Šiškov [Chichkov] (1754-1841), ennemi des emprunts de mots étrangers, mais aussi de la dérivation abusive à laquelle peuvent donner lieu les calques. Paul Garde (1963) a fort bien mis en valeur les enjeux linguistiques de cet important débat, dont Pouchkine s’est volontairement tenu à l’écart. La place de la mémoire de l’héritage ancien y joue un grand rôle. L’ancien style, dont Šiškov compile des exemples glanés au cours de ses lectures, dans sa Dissertation sur l’ancien et le nouveau style, publiée en 1803, a les faveurs de Šiškov, alors que le nouveau style motive ses critiques. Une grande partie des exemples cités et critiqués sont justement repris à Karamzine qui, s’il n’est pas cité nommément, est bien, au final, la cible de Šiškov. Il s’agit de formation de mots à partir de racines françaises, de l’emploi de métaphores, du recours dans le même texte au concret et à l’abstrait…, autant de traits qui dénaturent, selon Šiškov, l’esprit de la langue.

29D’un point de vue linguistique, il est intéressant de voir que la quête d’une langue slavo-russe (slaveno-rossijskij jazyk), assumant la filiation avec la langue ancienne et travaillant dans l’épaisseur historique du parler slave, entre en convergence avec le développement de l’étude comparée des langues slaves et la prise en compte des formes d’expression culturelles traditionnelles, comme le folklore. Cette langue slavo-russe est une langue qui combine unité et diversité. Unité historique, mais aussi logique : l’ensemble des éléments qui la constituent s’intègrent en un système harmonieux. Quant au lien étymologique, il est le signe sensible du lien logique entre les idées, car, dit-il, il n’y a pas de lien plus fort que celui qui existe entre le mot et la pensée.

  • 17 Dans « Quelques remarques sur la proposition d’une nouvelle rédaction du Dictionnaire russien », l’ (...)

30On trouve des traces fortes de ces débats dans la production de dictionnaires. Même s’il y eut, bien sûr, des prolongements idéologiques à ces débats linguistiques, il importe de ne pas superposer trop hâtivement la position des chichkoviens et la pensée slavophile. Car derrière les positions contraires, apparaît un but commun, le dépassement de la diglossie. Pour les chichkoviens, ce dépassement se fait par une stratification langue écrite / langue parlée. D’un côté, la langue livresque dans un lien renouvelé à son ancêtre slavonne, ce qui a pour effet de la rattacher bien fermement au rameau slave17, de l’autre, la bonne langue russe, parlée, vivante, dans la diversité de ses usages non urbains. Pour le premier versant, le versant mémoriel, intégrant l’histoire et les monuments de la littérature, l’Académie russe, dont Šiškov a été longtemps le président, édite en 1834, sous l’autorité de l’un de ses membres, P. I. Sokolov, un Obščij cerkovno-slavjano-rossijskij jazyk (Dictionnaire général russe / slavon en deux tomes), qui sera suivi en 1847 d’un dictionnaire de la langue slavonne et russe, en quatre tomes et réunissant près de 75000 mots. Pour le second versant, celui d’une large prise en compte de la variété des parlers, le recueil systématique d’une langue vivante, non urbaine, diversifiée, colorée, vivante, folklorique, le dictionnaire de Vladimir Dal’Tolkovyj slovar’ živago velikorruskago jazyka (Dictionnaire raisonné de la langue grande russienne vivante). Le corpus de référence de la langue qui sert de base à ces différents dictionnaires s’élargit de l’usage aux usages, tant quotidiens que de spécialité, tant actuels et passés. Il s’agit de recueillir le vaste trésor de la langue russe dans la diversité de ses usages, en synchronie comme en diachronie.

3. Bon usage et littérature

31Au milieu du XIXe siècle, s’installe l’idée selon laquelle celui qui a su le mieux représenter la variété de la langue russe dans la diversité de ses usages, ainsi qu’en affirmer l’élégance, la richesse, c’est Pouchkine. Reprenant les mots que Gogol consacrait au poète, le critique Vissarion Belinskij (1811-1848) associe à la langue de Pouchkine les vertus inhérentes à la langue :

De la langue russe, Pouchkine a fait un miracle. Gogol était fondé à dire qu’« en Pouchkine, comme dans un dictionnaire, se trouvait enfermée toute la richesse, la souplesse et la force de notre langue ». Il a introduit dans l’usage de nouveaux mots, il a redonné aux mots anciens une vie nouvelle ; son épithète est aussi audacieux, original, qu’aiguisé et précis et mathématiquement défini. (Belinskij 1841, t. VII, p. 33-35)

  • 18 Vinokur 1947, p. 128.

32Ainsi, selon Belinskij, Pouchkine a su résumer dans sa prose l’esprit de finesse et l’esprit de géométrie qui ont révélé la langue russe à elle-même. L’idée que la prose pouchkinienne représente la quintessence des propriétés et des qualités de la langue russe va devenir une composante importante du roman national russe, et, par le truchement de l’enseignement qui tend à l’enraciner, le viatique de tout locuteur russe, conscient de sa responsabilité personnelle vis-à-vis de sa langue. Cette vision sera réactivée de façon cyclique par les politiques linguistiques dans une permanence assez remarquable, puisqu’elle vient jusqu’à nos jours. C’est l’un des fondements de ce que l’on peut nommer « la langue russe standard » (russkij literaturnyj jazyk), conçue en rapport à un standard élevé, tributaire de son arrimage à la littérature. Un brillant exemple de cette permanence nous est fourni par Grigorij Vinokur, stylisticien et théoricien de la langue des œuvres d’art (1896-1947), qui, même s’il revendique une autonomie de la langue artistique par rapport à la langue nationale, n’en voit pas moins en Pouchkine le « symbole de la langue nationale commune ».18 Nous voudrions maintenant nous arrêter sur le devenir d’une telle conception.

4. Langue de la révolution et révolution de la langue

33La révolution d’octobre 1917, avec ses bouleversements politiques et sociaux, entraîne son lot de questionnements sur la langue. Que devient la norme de langue ? Est-elle menacée ? Qu’en est-il des néologismes ? Des abréviations ? De nombreux débats, y compris écrits, s’engagent autour de ces questions. En 1921, Roman Jakobson publiait à Prague un article consacré à l’influence de la révolution sur la langue russe. En 1923, c’est Serge Karcevski qui publiait à Berlin une brochure intitulée « La langue, la guerre et la révolution », dans laquelle il affirmait l’existence d’une langue de la révolution, avec sa profusion lexicale, mais rejetait l’idée que la Russie vive une révolution linguistique, « l’esprit d’une langue étant défini par sa grammaire, non par son lexique ».

  • 19 Cette approche du bon usage sera largement partagée en Europe centrale et orientale durant tout le (...)
  • 20 Vinokur 1925, p. 4-5.

34C’est dans le creuset du Cercle linguistique de Prague, que l’on a cherché à théoriser la notion de « culture linguistique », ou « culture langagière »19 (en russe, kul’tura jazyka, qui deviendra par la suite kul’tura reči). Comment faire avancer l’idée d’une culture linguistique, tout en se dégageant d’un purisme dont l’élitisme ne serait pas dénué de connotations politiques et idéologiques ? Grigorij Vinokur tente une voie médiane dans son ouvrage Kul’tura jazyka (La Culture linguistique), en posant en introduction la nécessité d’une éducation linguistique généralisée à la société, cette dernière devant emprunter non la voie du prêche, mais celle de la science.20 Il promeut au passage l’idée d’une langue vue non comme un organisme, mais comme une organisation, conforme à l’idéologie productiviste de l’époque :

Il n’est pas inutile de se soucier de la pureté du langage ni insensé de parler de sa correction, dès lors qu’il ne s’agit pas de défendre un dogme, une tradition pour une tradition, mais bien un principe culturel et une loi des significations. En ce sens, la seule voie possible pour le purisme, pour la pureté de la langue, etc. […] est la voie que nous avons appelée la culture linguistique. (Vinokur 1929, p. 113-114)

35Il ne faut pas perdre de vue que Vinokur a été l’un des animateurs du cercle linguistique de Moscou, aux côtés de Roman Jakobson. Il n’est donc pas étonnant que les thèses que développe Vinokur, où, tout au moins, partie d’entre elles, se retrouvent dans les thèses du cercle linguistique de Prague, datant de la même période, comme on s’en convaincra avec l’extrait de la thèse no 9 donné ici :

  • 21 Thèse no 9, dans Travaux du Cercle linguistique de Prague, no 1 (1929), p. 29.

La sollicitude pour la pureté de la langue a sa place dans la culture de la langue, ainsi qu’il ressort des explications précédentes, mais tout purisme exagéré nuit à la véritable culture de la langue écrite, que ce purisme soit à tendances logiques, historiques ou folkloristes. La culture de la langue est très nécessaire à la plupart des langues slaves littéraires à cause de leur tradition relativement récente ou de leur développement soit interrompu, soit hâtif.21

  • 22 Ibid, p. 7.

36Selon Vinokur, le purisme n’a plus de raison d’être, dès lors que grandit « une conscience linguistique collective. À chaque but, ses moyens, tel doit être le mot d’ordre d’une société linguistiquement cultivée ». Cette dernière phrase fait elle-même écho également à un extrait de la thèse no 1, « la langue est un système de moyens d’expression appropriés à un but ».22

  • 23 Pour donner au lecteur une idée de l’inconsistance du propos de Lénine, nous donnons ici en traduct (...)

37Le débat excède rapidement la sphère des linguistes. Il gagne la sphère publique avec le premier anniversaire de la mort de Lénine, et la décision prise au niveau politique d’ériger Lénine en héros national, en penseur génial. Une petite note, griffonnée lors d’un meeting politique et intitulée « La purification de la langue russe », est publiée dans la Pravda du 3 décembre 1924. Ce texte, dont la teneur est sans aucun rapport avec la célébrité qui sera la sienne23, sert de point de départ à un large débat dans une revue d’Agitprop, Žurnalist (Le Journaliste), en 1925. La discussion prend, dès le départ, une tournure idéologique appuyée, avec l’intervention d’un responsable politique, Ja. Šafir, qui avait été envoyé en 1921 à la tête d’une commission spéciale pour saisir toutes les archives abandonnées par le pouvoir géorgien en fuite. Celui-ci, s’appuyant sur la phrase de Lénine qui pointe l’entrave à l’influence bolchévique sur les masses, propose des listes de mots à censurer. Il s’agit le plus souvent d’emprunts de mots étrangers, à remplacer par des calques, ce qui serait susceptible, au contraire, d’élargir cette influence. Des linguistes de renom interviennent très vite pour essayer de redonner un peu de hauteur à ces réflexions qui fleurent un peu la police linguistique. Ces linguistes partagent l’idée que la langue doit être vue comme un système complexe, et que l’on ne peut proposer ainsi une liste de mots mis à l’index. On voit que les atteintes à la norme pointées sont liées prioritairement au lexique, et notamment aux néologismes.

5. La reconnaissance institutionnelle de la culture linguistique

38Le terme de culture linguistique se généralise, en même temps que se banalise la réflexion linguistique qui y est liée. Après la deuxième guerre mondiale, celle-ci se replie dans une démarche visant à perfectionner l’usage de la langue et à lui apporter une aisance et un raffinement qui peuvent aussi bien confiner à la bien-pensance. Le lexicographe Sergeï Ožegov, célèbre pour son dictionnaire unilingue en un volume, équivalent du Petit Larousse russe, et qui ornait les étagères de toute famille russe, est chargé de créer un département de la culture linguistique à l’Académie des sciences de Russie.

39Il revivifie le canon de la langue normée, dont l’étalon est la prose pouchkinienne. Cette fiction, assez solidement ancrée, vise à promouvoir l’idéal d’une langue partagée vue comme une symbiose parfaite entre la langue des grands auteurs et le russe parler vivant, riche de sa diversité. Ožegov (1962) justifie cette juxtaposition par la pérennité de cette norme :

Une période particulièrement riche du développement de notre langue normée est l’époque de Pouchkine, lorsque s’est achevé le processus de formation de la langue russe comme langue de la nation. C’est à cette époque qu’ont été fixées les normes fondamentales de la langue littéraire, qui caractérisent toujours la langue de notre temps.

40Au travers d’une publication périodique qu’il crée et dirige à cette époque et jusqu’à sa mort, et de petits ouvrages qui décrivent la « correction du discours russe » Ožegov tente de définir la culture linguistique, en essayant toutefois de la dégager du purisme, car il s’agit d’une norme largement diffusée et partagée :

Qu’est-ce qu’une haute culture linguistique ? Une haute culture linguistique, c’est l’aptitude à rendre de façon correcte, précise et expressive ses pensées par les moyens de la langue. Une langue correcte est une langue dans laquelle sont respectées les normes de la langue contemporaine. Les normes de langue sont les règles de prononciation, de grammaire et d’usage largement acceptées dans la pratique linguistique sociale (dans la littérature, le discours des personnes cultivées, au théâtre, à la radio, etc.). (Ožegov 1962, p. 4)

41Le travail de ce département est orienté vers des actions de type institutionnel et didactique, touchant à la formation des enseignants, mais aussi vers une diffusion large des normes à destination des professionnels de la parole, notamment les parlementaires, les journalistes et présentateurs de radio et de télévision.

6. La fin du communisme : une nouvelle révolution linguistique ?

  • 24 L’ensemble de ce dossier est publié dans deux numéros consécutifs de Russkaja reč’, publiés en 1992 (...)

42En mai 1991, en pleine période de reflux de la perestroïka et quelques mois avant l’éclatement de l’URSS, qui devait advenir en décembre de cette même année, une conférence se réunissait à Moscou, sous l’égide de l’Académie des sciences (Département de littérature et langue russe), conférence intitulée « Langue russe et temps présent. Problèmes et perspectives du développement des études russes » (littéralement : de la russistika). La préparation de cette conférence allait donner lieu à un travail d’enquête auprès des linguistes les plus en vue, pour recueillir leur point de vue sur « l’état de la langue russe ». L’ensemble des réponses devait être publié dans la revue Russkaja reč’24, la revue de vulgarisation fondée par Sergej Ožegov et éditée par l’Académie des sciences, dédiée aux problèmes de la compétence linguistique des sujets parlants et de la norme linguistique du russe moderne.

43Le promoteur de cette enquête, l’académicien Jurij Karaulov, spécialiste reconnu des questions de norme linguistique, exprime en introduction un profond désarroi, dû à un état des lieux alarmant des atteintes portées à la langue russe. Les qualificatifs employés sont forts : « mauvais état », « étiolement », « appauvrissement », et même « dégénérescence de la langue russe ».

  • 25 Je pense par exemple aux ouvrages de Duličenko (1994), Zemskaja (2000) ou encore Savelëva (2000).

44Cette initiative n’était pas isolée. Elle prenait place dans une série de publications, émanant de linguistes représentant des courants fort différents, qui essayaient d’entrevoir l’ampleur des modifications sur l’usage linguistique engendrées par des bouleversements radicaux, qu’ils soient économiques, politiques, sociaux ou culturels et de décrire la langue russe en cette fin de XXe siècle.25 Elle allait également donner l’impulsion à des interventions de linguistes envers les pouvoirs publics, pour obtenir des mesures de soutien à la langue russe normée, sovremennyj russkij literaturnyj jazyk, (la langue contemporaine normée), le terme russe indiquant que cette norme tire sa légitimité des œuvres littéraires du XIXe siècle. L’appel est même lancé par certains à une ingérence forte du politique dans ces questions d’ordre linguistique.

45Il est intéressant de constater que l’une des initiatives prises par cette conférence a été de revenir aux sources du débat sur la culture linguistique, dont nous avons rendu compte plus haut, celui des années 1924-1925.

46Et bien des réflexions en reviennent à une redéfinition de la culture linguistique. Ainsi en est-il de Jurij Apresjan, linguiste réputé, auteur d’un grand dictionnaire russe/anglais, ainsi que d’un dictionnaire combinatoire sémantico-syntaxique russe (en collaboration avec Igor Meltchouk), qui précise que, lorsque l’on parle d’une dégradation de la langue russe, on veut en fait parler d’un « déclin de la culture linguistique » (padenie rečevoj kul’tury) : « Lorsque l’on parle de dégradation de la langue, on pense, bien sûr, non à la langue elle-même, mais au déclin de la culture langagière. Le niveau de culture langagière d’une société est déterminé par le poids relatif des différents types de maîtrise de la langue ». Il définit cinq types de maîtrise de la langue, qui correspondent à des genres de discours différents :

  1. Le grand art du verbe (Vysokoe iskusstvo slova) [littérature, source inépuisable d’enrichissement de la langue]

  2. Bonne maîtrise qualifiée [artisanale] de la langue [journalisme, traduction de littérature étrangère]

  3. Maîtrise cultivée [norme de langue, celle des personnes instruites]

  4. Maîtrise à moitié instruite (poluobrazovannoe vladenie jazykom) [alliée à une pensée et une logique défaillante]. Lieux communs, stéréotypes…

  5. La langue urbaine populaire, argots des jeunes et des voyous. Contient à la fois des éléments destructeurs et salutaires.

  • 26 Apresjan, Russkaja reč’, 1992/2, p. 51-52.

47Pour Apresjan26, les types 4 et 5 ont fleuri et tendent à envahir tout l’espace. Le type 1 a complètement disparu sous l’effet des 70 ans d’hégémonie d’une pensée stérilisante pour les artistes et les écrivains. Il faut rééquilibrer la situation linguistique au profit des types 1 et 2.

48On note que ces 5 types évoquent la théorie des trois styles que Lomonosov avait adaptée de Quintilien pour élaborer une norme de langue cohérente au XVIIIe siècle (style élevé, moyen et bas), mais aussi la théorie des styles fonctionnels élaborée par Viktor Vinogradov, qui s’appuie sur le présupposé d’une existence objective des styles langagiers, comme l’a montré Konstantin Dolinin (2003). Vinogradov lui-même le reconnaissait :

  • 27 Vinogradov cité par Dolinin 2003, dans la traduction d’Elena Simonato-Kokoshkina.

À la place des trois styles de langue se forme graduellement un ensemble fonctionnellement diversifié de styles de parole. Auparavant, ces styles particuliers de parole ne pouvaient se développer que dans le cadre de l’un des trois grands styles de la langue […] ; mais à l’époque de Pouchkine et à celle qui a suivi, les styles de parole se généralisent, se forment et se développent sur la base du système de la langue nationale.27

49À quoi pense exactement Apresjan lorsqu’il parle de chute de la culture langagière ? Difficile de le savoir exactement. Car, dans les années 1950 à 1970, la culture langagière a justement servi la cause de la pensée stéréotypée qu’il dénonce. Ce qui se joue ici, avec la culture langagière, c’est le fait de faire prendre en charge par la langue elle-même ce qui ressortit en fait à la parole, c’est-à-dire à la prise en charge par les locuteurs. Il s’agit de codifier les usages de la langue, de les homogénéiser, de les lisser. C’est pourquoi Konstantin Dolinin, dans l’article évoqué plus haut, où s’exerce l’esprit libre que l’on lui connaissait, a pu dresser un parallèle entre la théorie des styles fonctionnels et le réalisme socialiste.

50En 1995 (décret du 07/12) avait été créé un Conseil pour la langue russe auprès du Président de la Fédération de Russie, qui sera transformé en 1997 en un Conseil auprès du gouvernement de la Fédération. Il subsistera jusqu’en 2003, mais, piloté par des politiques, il était dépourvu de moyens d’action. Les linguistes présents dans ces conseils ont toutefois déployé de grands efforts pour aboutir à l’élaboration d’une loi. De façon complémentaire à ce travail politique, la Société des amateurs de la langue russe, créée en 1811, mais dispersée dans les premières années du pouvoir soviétique, se reconstitue en 1992, sous l’autorité de Dmitri Lixačëv, grand érudit, conscience intellectuelle et morale unanimement reconnue en Russie. Cette société savante intervient dans les débats, organise des campagnes de sensibilisation, des concours, mène d’intenses campagnes de surveillance des moyens audio-visuels. Un ouvrage collectif que dirigent Gorbanevskij, Karaulov et Šaklein, intitulé Ne govori šeršavym jazykom (Ne parlez pas rugueusement), paraît en 1999, qui fait le recensement des erreurs et incongruités relevées dans les médias (presse écrite, audiovisuel, internet).

51L’adoption de la loi de 2005, qui vise explicitement la protection de la culture linguistique, est considérée par un certain nombre de linguistes comme un pas en avant, un signe de la mobilisation des autorités politiques en faveur de la défense d’un standard de langue. Ainsi, dans la revue Russkaja reč (1/2007), Sirotinina salue-t-elle une loi appelée à protéger la langue russe littéraire de la « barbarisation » et de la « jargonisation ». Elle constate que les obscénités (mat) ont disparu de la télévision et que le mot teenager a été à peu près évincé des journaux, remplacé par podrostok, adolescent (ce qui redonne du même coup son actualité au roman éponyme de Dostoïevsky). Norme de langue et langue littéraire ayant, là aussi, partie liée.

*

52En guise de conclusion, nous voudrions revenir à la survivance d’un idéal pérenne de la langue russe, appuyé sur une culture linguistique des sujets parlants, culture qui se veut aussi vaste, profonde et liée à la littérature. La poursuite de cet idéal s’exprime aujourd’hui sur les sites internet dédiés à la norme de langue. Ceux-ci sont assez nombreux, ils peuvent être, ou non, animés par des linguistes, des enseignants.28 Nous avons retenu parmi eux le site Gramma, animé par Svetlana Drugovejko-Dolžanskaja, enseignante à la faculté de philologie de l’université de Saint-Pétersbourg, et qui contient un véritable cours de perfectionnement à la langue russe, une bibliothèque virtuelle d’extraits de la littérature russe, des références bibliographiques, des conseils pour la rédaction de manuscrits, des documents officiels comme le texte de la loi de mai 2005 ou des sujets d’examen, etc.

53Deux choses nous paraissent être relevées, qui s’inscrivent en parfaite continuité avec ce que nous avons développé dans cet article : il s’agit de la définition qui est donnée de la langue russe contemporaine d’une part, et de l’exemple, qui vient illustrer les possibilités d’inversion de l’ordre des mots en russe moderne d’autre part. Il se trouve que cet exemple est pris chez Pouchkine.

54Le site s’ouvre sur la définition suivante du russe contemporain :

Le russe contemporain est la langue nationale du peuple russe, forme de la culture nationale russe. Il se présente comme une communauté linguistique historiquement constituée et rassemble toute une variété de moyens linguistiques du peuple russe, parmi lesquels tous les parlers et dialectes russes, ainsi que différents argots. La forme la plus élevée de la langue nationale russe est la langue russe normée [russkij literaturnyj jazyk] qui possède une série de signes la distinguant des autres formes d’existence de la langue : le polissage [obrabotannost’], la normativité, l’ampleur de son fonctionnement social, son caractère obligatoire pour tous les membres du collectif, la variété des styles de discours employés dans différentes sphères de la communication.

55Concernant l’ordre des mots, qui est l’objet d’une attention particulière de la part des grammairiens et linguistes depuis le XVIIIe siècle, il est ici traité rapidement, hors de tout ancrage théorique, mais c’est l’illustration que nous retiendrons :

L’ordre des mots en russe est libre. Il peut être linéaire [prjamoj] et inverse [obratnyj], en fonction de la position du sujet et du prédicat dans la proposition. « Les lueurs du couchant dans l’abîme s’éteignaient, Sur la ténébreuse Elbe régnait le silence… (A.S. Puškin) ». Dans cette phrase complexe, la première proposition connaît un ordre des mots linéaire, la seconde un ordre inverse. Nous pouvons déplacer aussi les éléments de second rang à d’autres places. Du couchant les lueurs, s’éteignaient dans l’abîme […] Mais une telle variation ne peut se prolonger infiniment, car les éléments de second rang de la proposition se placent généralement à côté des mots dont ils dépendent, par le sens ou bien grammaticalement.

56L’exercice de transposition auquel nous sommes conviés nous montre bien qu’il s’agit d’un exemple grammatical, dans sa matérialité, échantillon illustratif du fonctionnement syntaxique du russe en ce début de XXIe siècle. Mais il s’agit en même temps d’un fragment du célèbre poème d’Aleksandr Puškin [Pouchkine], Napoléon sur l’île d’Elbe – même si le titre n’en est pas donné –, décrivant Napoléon assis sur son rocher, perdu dans ses pensées, à l’heure où la revanche de l’Europe entière sur la Gaule a sonné. Et c’est bien aussi ici, avec cet exemple, la pérennité de la belle langue russe, souple et riche de ses potentialités, telle qu’elle a été forgée par Pouchkine, qui est célébrée, elle-même magnifiant le geste du peuple russe qui fit tomber le tyran !

Notes

1 Pour une synthèse des efforts de définition de cette norme, voir Archaimbault (2000).

2 Ludolf 1959 [1696], Préface, p. 1-2.

3 Pour plus de détails sur la perception du russe et du slavon dans l’ancienne Russie moscovite, on pourra se reporter à l’ouvrage de Lotman et Uspenskij (1990), et plus particulièrement, au chapitre intitulé « Situation et conscience linguistique dans la Rous’ moscovite, Comment le russe et le slavon étaient perçus », p. 364-384.

4 Cité par Unbegaun (1969) en préface à Anfangs-Gründe der Russischen Sprache, 1731, p. XI.

5 Voir Berkov (1958) et Mazon (1958).

6 Les citations de Vasilij Trediakovskij, issues de K čitatelju, dans Sočinenija, Tom 3 [Adresse au lecteur], apparaissent dans la traduction qu’en a faite Jean Breuillard (1994). Les autres citations sont traduites par Sylvie Archaimbault.

7 Trediakovskij, traduit par Breuillard 1994, t. I, p. 367 [Au lecteur, dans Œuvres]. Trediakovskij recourt à l’expression slavenskij jazyk pour désigner la langue slavonne, traduite ici langue slave par Jean Breuillard.

8 Trediakovskij, 1748, Razgovor meždu čužestrannym čelovekom i rossijskim ob ortografi starinnoj i novoj i o vsem čto prinadlezhit k sei materii (Dialogue sur l’orthographe), p. 218-219.

9 Ibid., p. 123-125 (traduction de Sylvie Archaimbault).

10 Voir Vinokur 1947, p. 119.

11 Lomonosov 1952b, Sud rossijskix pis’men, pered razumom i obyčaem ot grammatiki predstavlenyx (Les graphèmes russes, présentés par la grammaire au jugement de la raison et de l’us), p. 382.

12 Littéralement, le dialecte du Pomorié, régions côtières de la Russie septentrionale, dont était originaire Lomonosov lui-même.

13 Voir Lomonosov 1952c, p. 608.

14 Voir Diderot et d’Alembert 1751-1765, t. 17, p. 517.

15 Cité par Vinokur 1947, p. 114.

16 Sur l’élaboration de cette réflexion, on se reportera à l’article de Jean Breuillard (2010).

17 Dans « Quelques remarques sur la proposition d’une nouvelle rédaction du Dictionnaire russien », l’Amiral Šiškov subordonne les différents dialectes (narečija) slaves à une langue unique, Slovenskij jazyk, qui les coiffe tous : « La langue slave est parlée par de nombreux peuples, répartis à la surface de la terre hors de la Russie : les Illyriens, les Moraves, les Serbes, les Polonais, les Bohêmes, les Ukrainiens, les Vendes, etc. Bien que leurs dialectes soient différents du nôtre, nous n’en avons pas moins une même langue » (« Někotorija zaměčanija na predlagaemoe vnov’ sočinenie rossijskago slovarja », Šiškov 1825, p. 4).

18 Vinokur 1947, p. 128.

19 Cette approche du bon usage sera largement partagée en Europe centrale et orientale durant tout le XXe siècle. Elle est portée par le Cercle linguistique de Prague, pour l’ensemble des langues slaves, en ce qui concerne le tchèque, par Bohuslav Havránek ou Miloš Weingart. Ils ont dirigé un recueil d’articles issus des séances de travaux du CLP, sous le titre : Spisovná čeština a jazyková kultura (Le tchèque écrit et la culture linguistique), 1932. Pour le russe, ces questions ont été traitées en tout premier lieu par Vinokur (1925, 21929). Par ailleurs, je tiens à remercier chaleureusement Madame Anna Bochnakowa de m’avoir communiqué l’article de Teresa Giermak-Zielińska (2009), de l’Université de Varsovie, article consacré à la norme du polonais et que l’on lira avec profit.

20 Vinokur 1925, p. 4-5.

21 Thèse no 9, dans Travaux du Cercle linguistique de Prague, no 1 (1929), p. 29.

22 Ibid, p. 7.

23 Pour donner au lecteur une idée de l’inconsistance du propos de Lénine, nous donnons ici en traduction française le texte complet de la note :
« Nous gâtons la langue russe. Nous utilisons des mots étrangers sans nécessité. Et nous les utilisons de façon incorrecte. A quoi bon dire defekty (défauts), quand on peut dire nedočëty (défauts), ou nedostatki (carences), ou probely (manques) ? Évidemment, lorsqu’un homme novice en lecture, des journaux en particulier, se prend à lire avec application, il s’imprègne involontairement des tournures des journaux. Or la langue des journaux se met à se dégrader. Si l’on peut pardonner à quelqu’un qui sait lire depuis peu d’employer des mots étrangers, comme des nouveautés, on ne le pardonnera pas à un homme de lettres. N’est-il pas temps de déclarer la guerre au recours abusif à des mots étrangers ? Je reconnais que si l’emploi inutile de mots étrangers m’irrite (car cela entrave notre influence sur les masses), il est certaines erreurs commises par les gens qui écrivent dans les journaux qui me mettent carrément hors de moi. Par exemple, on emploie le mot budirovat’ dans le sens de donner de l’élan, exacerber, éveiller. Mais le mot français bouder signifie se fâcher, faire la tête. C’est pourquoi budirovat’ signifie en réalité se fâcher, faire la tête. Transposer l’emploi d’un mot français à la mode des faubourgs veut dire copier le pire du pire des représentants de la classe des marchands russes ayant appris le français, certes, mais à moitié seulement, et qui en plus estropient la langue russe. N’est-il pas temps de déclarer la guerre à l’estropiement de la langue russe ? »

24 L’ensemble de ce dossier est publié dans deux numéros consécutifs de Russkaja reč’, publiés en 1992, no2 et no3.

25 Je pense par exemple aux ouvrages de Duličenko (1994), Zemskaja (2000) ou encore Savelëva (2000).

26 Apresjan, Russkaja reč’, 1992/2, p. 51-52.

27 Vinogradov cité par Dolinin 2003, dans la traduction d’Elena Simonato-Kokoshkina.

28 Voir le site gramma.ru : http://www.gramma.ru/RUS.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search