Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie 3. Le bon usage : traditions nationales

Le Survey of English Usage de Randolph Quirk

Usage et prescription

Jacqueline Léon

Texte intégral

1Lorsqu’il commence à rassembler son Survey of English Usage (désormais SEU) en 1959, Randolph Quirk (né en 1920) se donne pour objectif d’examiner les différentes facettes de l’usage de façon à construire des grammaires qui soient à la fois descriptive et prescriptive : l’usage attesté des corpus, l’usage découvert à l’aide de tests d’élicitation, l’écart entre usage perçu et usage prescrit, les différences introduites par les variations libres, enfin les variations de l’anglais à travers le monde. Dans mon article, je vais examiner les conceptions de l’usage, de la grammaire et des corpus qui accompagnent l’approche de Quirk dans le SEU. Celles-ci, ancrées dans la tradition empirique britannique, mettent à l’épreuve les notions de performance et d’acceptabilité proposées par la grammaire générative récemment apparue. On se demandera enfin ce que peuvent signifier, dans un tel cadre, les notions de norme, d’anglais standard et de bon usage.

1. Randolph Quirk

2La formation universitaire de Quirk (Brown et Law 2002) constitue un élément important pour comprendre ses options linguistiques. Cette formation, de même que son intérêt pour la grammaire, est assez singulière au sein de sa génération. Après un degree (licence) en vieil anglais et un PhD en philologie allemande à l’University College of London, Quirk passe une année de post-doc (1951-1952) aux États-Unis, où il rencontre des bloomfieldiens, Bernard Bloch (1907-1965) à Yale, Freeman Twaddell (1906-1982) à Brown, Charles Fries (1887-1967) à Ann Arbor, ainsi que Roman Jakobson (1896-1982) à Harvard, et Kenneth Pike (1912-2000). À l’exception de R.H. (Bobby) Robins (1921-2002) qui obtient une bourse à l’université de Californie en 1951, et de Sidney Allen (né en 1918) qui participe aux travaux de la Rockefeller Foundation sur les langues amérindiennes en 1953, Quirk est le seul de sa génération à avoir complété sa formation aux États-Unis.

  • 1 Voir sur ce point le témoignage de David Crystal (2009) que Quirk, en 1959, incite à se former en p (...)

3Une autre particularité concerne sa focalisation sur la syntaxe alors que ses collègues linguistes, inscrits dans la tradition britannique, sont plus intéressés par la phonétique, la prosodie, la sémantique ou le lexique, comme Michael Halliday (né en 1925) et Frank Palmer (né en 1922). Comme eux, toutefois, il tient la formation en phonétique comme essentielle.1 Il considère en effet les données orales comme aussi importantes que les données écrites, et accorde un rôle déterminant à la prosodie comme facteur de variation. C’est pourquoi, dans son article « Towards a Description of English Usage », publié en 1960, apparaissent différentes options issues à la fois de la tradition empiriste britannique et du structuralisme américain.

2. De la grammaire descriptive à la grammaire prescriptive fondée sur l’usage

  • 2 Quirk (1957, p. 95) reproche aux grammaires descriptives du début du XXe siècle, comme la Modern En (...)

4Le Survey of English Usage était destiné à la fabrication de grammaires pour faire face à la demande croissante d’enseignement de l’anglais au lendemain de la seconde guerre mondiale. Pour Quirk, la grammaire doit être à la fois descriptive et prescriptive, contrairement aux grammairiens qui se contentent de prescrire le bon usage au lieu de le décrire.2 Il affirme la nécessité d’une analyse descriptive – aussi systématique et complète que possible – de l’usage grammatical de l’anglais, afin, dit-il, d’avoir à disposition un corpus de données (« a body of data ») permettant une démarche prescriptiviste objective. C’est à partir de données descriptives que peut émerger un ensemble structuré et fiable de règles prescriptives (Quirk 1958a, p. 110-112).

5Ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas utile d’examiner les prescriptions (voir section 6 ci-dessous), mais la priorité est donnée à la description fondée sur l’étude de l’usage attesté (« actual usage »). Sur ce point, Quirk dit s’inscrire dans la tradition britannique de la confection des dictionnaires, élaborés à partir de l’enregistrement de l’usage, comme le New English Dictionary de James Murray (1882), en l’appliquant à la grammaire.

6Les grammaires ne doivent pas s’appuyer sur des exemples inventés ou construits, comme ceux de Bloomfield (« Poor John ran away »), de Bloch (« John stumbled »), ou plus récemment de Chomsky (« the man hit the boy »). Pour l’établissement de ces grammaires, il faut aussi proscrire l’utilisation sporadique de l’usage, celle d’exemples enregistrés qui ont alors le statut de simple illustration. Dans les deux cas, exemples construits et utilisation sporadique de l’usage, le grammairien ne décrit que ce qu’il s’attend à trouver en fonction de ses connaissances grammaticales antérieures (« what is grammatologically received », Quirk 1960, p. 42). En fait, Quirk préconise une approche empiriste à l’opposé d’une conception du langage en termes de structures a priori. Il faut rendre compte des faits attestés (« actual facts »). La linguistique descriptive n’a pas pour objectif de décrire la structure du langage, mais de décrire une langue.

3. Quirk et la conception de l’usage

7La conception de l’usage chez Quirk englobe l’idée d’usage ordinaire (« ordinary usage »), d’usage de l’anglais éduqué (« Educated English usage ») tel que l’anglais standard (« Standard English »). Elle repose sur l’importance accordée aussi bien à l’anglais oral qu’à l’anglais écrit, appréhendé à travers des corpus. Enfin, elle est associée à l’étude de la variation qui suppose des modes d’appréhension multiples. Le nom complet du Survey of English Usage reflète ces différentes facettes : « Étude de l’usage de l’anglais éduqué : comprenant les différentes variétés et couches de l’anglais éduqué, parlé et écrit contemporain » (Survey of Educated English Usage : full range of co-existing varieties and strata of educated English, spoken as well as written at the present time).

  • 3 Firth, rappelle Quirk, avait suggéré dès 1935, lors d’une discussion sur les objectifs du New Oxfor (...)

8L’usage ordinaire pour Quirk constitue la partie centrale de l’étude de l’usage. Le langage est ancré dans les événements ordinaires de la vie et dans l’usage des hommes ordinaires. C’est son imprécision même qui garantit sa grande adaptabilité et sa capacité à généraliser et à abstraire (Quirk 1962, p. 66). Ce rôle central de l’usage ordinaire et du langage parlé s’inscrit en droite ligne dans la tradition britannique héritée de Henry Sweet (1845-1912), Daniel Jones (1887-1967) et John Rupert Firth (1890-1960).3 Par ailleurs, Quirk s’inspire aussi des travaux de Fries, qu’il a rencontré aux États-Unis en 1951, pour lequel la description de l’anglais se fonde sur l’analyse d’un corpus de conversations téléphoniques. L’étude de l’usage ordinaire implique donc la prise en compte de conversations informelles entre amis.

4. Le Survey of English Usage, un projet de corpus

  • 4 En 1957, le corpus comprenait seize heures de parole continue d’hommes et de femmes anglais, éduqué (...)
  • 5 Voir Léon (2008) sur les sources britanniques de la linguistique de corpus.

9Les corpus de textes (au sens de données attestées) sont au cœur de la linguistique empirique. Firth parle de corpus inscriptionum (de textes) à propos de l’analyse du langage parlé (Firth 1968 [1957], p. 32) ; les corpus d’énoncés constituent un outil de base pour les anthropologues linguistes pour l’analyse des langues amérindiennes non écrites, puis, à leur suite, pour les distributionnalistes, dont Charles Fries et son corpus de conversations téléphoniques. Quirk collabora avec Twaddell, et l’organisation du Brown corpus, généralement considéré comme le premier corpus informatisé, est totalement calquée sur celle du SEU (Kucera et Francis 1967). Le SEU est composé de 200 extraits de textes d’anglais attesté, écrits ou parlés, de 5000 mots chacun, pour un total d’un million de mots. Contrairement au Brown Corpus, exclusivement constitué d’extraits de textes écrits, le SEU comprend pour moitié des enregistrements de conversations spontanées.4 Outre les conversations informelles, il inclut des textes extraits de différentes sources : romans, pièces de théâtre, poésie, critique ; psychologie et sciences sociales, philosophie physique et autres sciences expérimentales ; biologie ; droit ; politique ; religion ; arts ménagers (dont recettes de cuisine) ; journaux. De sorte que l’organisation du SEU est celle d’un corpus échantillonné à partir de genres.5 Par ailleurs, l’attention portée à l’oral comme facteur de variation conduit Quirk à transcrire phonétiquement les conversations informelles, y compris la prosodie.

10L’utilisation d’un corpus pour étudier l’usage conduit Quirk à introduire l’idée de norme conçue comme entité statistique. La tâche du linguiste consiste à examiner toute réalisation grammaticale, à rendre compte de tout écart par rapport à la norme, statistiquement déterminée à partir de corpus, et à expliquer pourquoi l’usager (« the user of the language ») s’écarte de cette norme (Quirk 1960, p. 53).

11Se met ainsi en place la notion de « total accountability » qui guidera toute son entreprise, selon laquelle le linguiste doit rendre compte de la moindre variation dans la mesure où celle-ci a nécessairement une explication linguistique. Ainsi, les plus petites hésitations peuvent avoir leur intérêt et doivent être transcrites au même titre que la prosodie. Dans « but it was essential that they [t] should try », ce qui est intéressant, c’est le lapsus du locuteur [t] dans la mesure où il permet au linguiste de se demander quel syntagme aurait été réalisé si le locuteur avait utilisé « try » ou « tried » et ce qui l’a conduit à rejeter l’une et l’autre forme en faveur de « should try » (Quirk 1984, p. 185).

5. Variations, variations libres et grammaire

12Le SEU permet à Quirk de traiter différents types de variation : variation de genres et de registres à l’intérieur de l’anglais éduqué, variation entre écrit et oral (grâce notamment à la transcription phonétique et prosodique). Les variations de genres rejoignent la question des langages restreints (« restricted languages ») mis au jour par Firth et dotés de micro-glossaires et de micro-grammaires. Pour Quirk, il s’agit de rendre compte des traits grammaticaux spécifiques des langages restreints, par exemple la différence entre l’usage ordinaire « eight furnaces, of a fixed type with open hearth, for the melting of steel » et l’usage dans l’industrie « eight fixed open hearth steel melting furnaces » (Quirk 1962, p. 164).

  • 6 « It is an important feature of a language’s ‘style reservoir’ that there should be a periphery of (...)

13L’étude des variations libres au sein de l’anglais éduqué constitue sans doute l’aspect le plus original de la démarche de Quirk. C’est là qu’est mis en œuvre le principe de « total accountability ». Les variations individuelles, considérées comme des variations stylistiques, l’intéressent peu. Il en arrive même à en qualifier certaines d’« usage douteux », montrant ainsi que le seul critère d’attestation ne peut constituer une norme, celle-ci devant être déterminée statistiquement à partir d’un corpus.6

14Il définit les variations libres de la façon suivante. La grammaire de l’anglais est très spécifique et complexe. Elle comporte une petite zone de variations libres, où la forme préférée fait l’objet d’opinions divergentes au sein de la même communauté de locuteurs. Quirk consacre un certain nombre d’articles, rassemblés dans son ouvrage de synthèse de 1995, à l’étude des variations. La plupart sont d’ordre grammatical : ordre des mots, position des adverbes, modalités, aspects, relatives, formes du participe passé (« dreamed »/ « dreamt »).

15Alors que l’ordre SOV est admis par la tradition poétique britannique, les occurrences de OSV doivent, dit Quirk, s’appuyer sur des probabilités lexicales et une structuration grammaticale (« patterning »). Dans l’exemple extrait de l’Iliad (Book IV) de Pope, l’ordre OSV (« the victor seized the lance ») plutôt que SOV (« the lance the victor seized ») repose sur l’hypothèse que les animés sont plus souvent en position S que les inanimés, ce qui est corroboré par le pronom anaphorique he qui suit (Quirk 1960, p. 59).

The Lance yet sticking through the bleeding eye,
The victor seized ; and, as aloft he shook
The gory visage, thus insulting spoke.

6. Usage attesté, usage perçu et usage prescrit7

  • 7 Nous traduisons ici les termes de actual usage, believed usage et de preceptive usage utilisés par (...)
  • 8 « There must be some investigation of what beliefs and precepts obtain ; they cannot be sneered or (...)

16Quirk constate que les locuteurs de l’anglais éduqué ne font pas la différence entre who et that en position sujet d’une relative ayant des animés en antécédents. Pourtant, les résultats d’une étude statistique montrent qu’ils sont très différenciés. On trouve 200 cas de who pour 19 cas de that (Quirk 1958b). Fort de cette observation, Quirk considère que l’étude des variations libres comporte celle de l’écart entre « usage attesté », « usage perçu » et « usage prescrit ». Ce qu’une personne dit réellement peut être différent de ce qu’elle croit dire, et de ce qu’elle pense qu’elle devrait dire. L’usage prescrit mérite particulièrement d’être examiné. Quirk parle à ce propos de « moralité linguistique ». Il faut reconnaître, dit-il, à quel point sont répandus et fermement ancrés chez le public éduqué les concepts de vrai et faux, bon et mauvais à tous les niveaux de l’usage du langage.8 Les variations libres, à l’intérieur d’une même variété d’anglais, sont étroitement liées à l’usage prescriptif et doivent être étudiées de façon spécifique.

7. Questions de méthode : corpus et tests d’élicitation

17Les conséquences méthodologiques impliquées par l’étude des variations libres sont importantes et l’examen d’un corpus (en l’occurrence le SEU) ne peut constituer la seule méthode d’étude de l’usage. Il faut également mettre en œuvre des tests d’élicitation.

18En 1995, Quirk ajoutera que les réflexions spéculatives et théoriques, donc le recours aux exemples construits, restent incontournables ; une telle démarche, qui allait probablement de soi dans les années 1960, même dans le cadre d’une démarche empiriste, mérite probablement d’être réaffirmée à l’ère du « tout corpus ».

  • 9 Sur les arguments de Chomsky contre les corpus voir Léon (2007).

19Les corpus, selon Quirk, sont insuffisants. Les études sur corpus tendent souvent à vérifier des hypothèses théoriques préétablies. Par ailleurs, un corpus, nécessairement fini, ne permet pas une description détaillée et complète (comprehensive) de l’anglais. Des formes rares peuvent ne jamais y apparaître, comme par exemple le verbe dare en anglais. L’utilisation complémentaire de tests d’élicitation permet à Quirk de se démarquer de l’utilisation des corpus par les néo-bloomfieldiens et des critiques de Chomsky à leur encontre, à savoir qu’elle fournit des règles exclusivement destinées à générer un corpus identique.9

20Les tests d’élicitation permettent d’étudier un point précis mis en évidence par les deux premiers modes d’investigation (études théoriques et corpus). Ils permettent de choisir la bonne focale d’observation, de contrôler l’ensemble des facteurs, enfin de rendre les hypothèses explicites et la procédure visible et répétable. Ils permettent aussi de tester de façon groupée des points en général traités séparément.

8. Élicitation, performance et acceptabilité

  • 10 Dans ses travaux des années 1970, Quirk a étudié les conditions d’apparition des deux formes de pré (...)

21Alors que Quirk manifeste un intérêt pour les tests d’élicitation dès le début des années 1960, ce n’est qu’en 1966, suite à la publication par Chomsky d’Aspects of the Theory of Syntax (1965) qu’il commence à les implémenter en collaboration avec Jan Svartvik et Sidney Greenbaum. Il suggère plusieurs types de tests d’élicitation : les tests de sélection (à choix multiples) et les tests (of completion) où les sujets complètent une phrase librement, les contraintes grammaticales et contextuelles étant implicites ; enfin les tests de sélection à choix forcé (forced-choice selection) que Quirk considère comme les plus adaptés à l’étude des variantes libres : une fois qu’il a choisi un item pour une des formes grammaticales testées, le sujet est obligé de choisir l’autre pour la seconde forme. Ces tests permettent de déterminer les traits sémantiques « latents » dans l’usage d’une forme, à savoir ceux qui sont susceptibles d’être activés dans certains contextes et supprimés dans d’autres.10

  • 11 « Les transformations négligent l’usage, le contexte dans lequel une forme active est préférée à un (...)

22Dans Aspects, ce qui retient l’attention de Quirk ce ne sont pas les transformations, attribuées aux deux auteurs Harris et Chomsky sans distinction, et qu’il critique sévèrement.11 Ce qui l’intéresse ce sont les oppositions entre compétence et performance et entre grammaticalité et acceptabilité, en privilégiant l’étude de la performance et de l’acceptabilité dans l’élicitation de l’usage. Il reprend les tests psycholinguistiques de George Miller sans toutefois adopter la stricte opposition entre phrases bien formées et non phrases. Il a plutôt une conception graduelle de l’acceptabilité et demande aux sujets si une phrase donnée leur semble parfaitement normale, complètement anormale ou douteuse. Les résultats montrent que rares sont les phrases considérées comme complètement acceptables ou complètement inacceptables. La plupart sont situées entre les deux, montrant l’importance de la gradience (Quirk et Svartvik 1966).

23La gradience est un trait important de la tradition empiriste britannique. La notion de lexicosyntax, introduite par Henry Sweet, suppose que certaines formes, comme le verbe to get, peuvent être décrites soit comme lexicales soit comme grammaticales sur une échelle graduelle. Cette idée sera reprise notamment par Halliday qui parle de lexicogrammar. Pour Quirk, la gradience est un des traits les plus saillants des faits grammaticaux. Entre in spite of qui constitue une quasi-préposition et on the table near the door, complètement libre, il y a différentes réalisations, in spite of the hotel, at the sight of the hotel et in the lounge of the hotel qui se situent sur un continuum et qui conduisent à ranger, à partir d’une dizaine de traits distinctifs, une classe grammaticale, les prépositions, parmi les classes ouvertes en anglais (Quirk 1964, p. 149).

24À partir d’un point soulevé par Chomsky dans Syntactic Structures (1957, p. 16), Quirk utilise la prosodie pour tester les variantes libres. Pour les phrases acceptables, le locuteur change la prosodie, montrant ainsi qu’il les intègre à son propre idiolecte, alors que pour les phrases peu acceptables, il répète telle quelle la prosodie, dans une sorte de mimétisme qui indique qu’il est réticent à les intégrer dans son idiolecte (Quirk 1995, p. 155).

9. La notion d’anglais standard

25On peut se demander ce que signifie la notion de Standard English, et si cette notion a même un sens, dans une approche comme celle de Quirk qui met l’accent sur l’usage ordinaire, le langage parlé et les variations. En fait, Quirk mène continuement une réflexion sur cette question depuis les années 1960. La question n’est pas posée dans l’absolu, mais par rapport à des communautés de locteurs et en relation avec l’enseignement de l’anglais et les enjeux de politique linguistique. De ce fait, il rejoint tout à fait la tradition empiriste britannique où linguistique appliquée et linguistique théorique sont indissociables.

26Dans son ouvrage de 1962, la notion d’anglais standard est associée généralement à l’anglais écrit – donc l’anglais éduqué, et ce sont les maisons d’édition qui en sont le meilleur garant. Sont ainsi exclus les usages dialectaux, régionaux ou non-éduqués. En fait, l’anglais standard, c’est l’usage de la plus grande communauté de locuteurs. Cette définition implique que le standard varie selon les grandes communautés : en anglais britannique, I have gotten est dialectal, donc non-standard, alors qu’en anglais américain, cette forme a le statut de grammaire standard (Quirk 1962, p. 99).

  • 12 « Standard English is… ’normal English’ ; that kind of English which draws least attention to itsel (...)

27La réflexion comporte ainsi deux volets. Elle conduit tout d’abord à définir l’anglais standard comme une sorte de mode d’expression idéal utilisé lorsqu’on cherche à communiquer au-delà de sa communauté immédiate, avec des membres d’une communauté plus vaste, voire avec l’ensemble des locuteurs de l’anglais. De plus, elle aboutit à l’idée que l’anglais standard est un anglais « normal » : le type d’anglais qui attire le moins l’attention par-delà la zone la plus vaste possible et la plus grande étendue d’usage.12 C’est ainsi que Quirk prône l’enseignement de l’anglais standard, non seulement dans les pays ENL (English as a Native Language), mais dans les pays où l’anglais est la seconde langue, les pays ESL (English as Second Language). En Grande-Bretagne, dit-il, l’anglais standard est un facteur de promotion sociale, s’opposant ainsi à ceux (en grande partie des enseignants) qui veulent enseigner les variétés locales de l’anglais, considérant que l’idée d’usage correct ou incorrect d’une langue est un affront à la liberté individuelle.

28En Inde, la notion de Indian English, réservée aux écrivains indiens de langue anglaise, recouvre des variétés très différentes qui peuvent difficilement être enseignées. Le gouvernement de Singapour considère explicitement l’anglais comme une passerelle (« a bridge »), comme un instrument neutre que tous les groupes sociaux, quels que soient leur appartenance et leur dialecte d’origine, peuvent apprendre sans biais de façon à avoir un accès direct aux connaissances et à la technologie des pays occidentaux. Quirk signale que la plupart des gouvernements et industries des pays ESL préfèrent que soit enseigné et utilisé le native-speaker-based Standard English, déjà mondialisé et exoglossic, plutôt qu’une variété d’anglais locale, non partagée par une communauté suffisamment vaste, et parfois instable.

  • 13 Le SEU, au départ, a été compilé sur papier, sous forme de milliers de fiches comprenant des annota (...)

29Le second volet de la réflexion conduit Quirk à ne pas négliger les variétés d’anglais dans le monde. Il parle alors de « standards » au pluriel, différents selon l’espace, le temps et les contextes d’emploi. Cette question avait été abordée par Firth (1968 [1956]) pour lequel les grandes langues, comme l’anglais et le français, parlées par des communautés de locuteurs dans des contextes géographiques ou climatiques extrêmement différents, sont soumises à d’importantes variations locales. Alors que le SEU avait opté pour l’étude des variations internes à l’anglais britannique éduqué des années 1950-1960, la prise en compte de l’usage de l’anglais dans les grandes communautés de locuteurs a débouché sur la construction de corpus des différentes variétés d’anglais dans le monde. Le SEU a ainsi servi de modèle à un certain nombre de corpus informatisés de l’anglais.13 Les premiers, comme le London Lund Corpus et le Lancaster-Oslo / Bergen Corpus ont été élaborés en Scandinavie dans les années 1970. Le projet ICE (International Corpus of English) est lancé dans les années 1990. À l’heure actuelle, quinze équipes de recherche dans le monde sont chargées de développer les corpus de leur propre variété d’anglais, toujours sur le modèle du SEU.

*

  • 14 Les auteurs admettent toutefois ne pas utiliser directement les exemples bruts extraits des corpus, (...)

30L’étude de l’usage avait un objectif concret pour Quirk, celui de réaliser des grammaires qui soient à la fois descriptives et prescriptives. Deux grammaires, l’une publiée en 1972, A Grammar of Contemporary English (Quirk, Greenbaum, Leech et Svartvik 1972), la seconde en 1985, A Comprehensive Grammar of the English Language (Quirk, Greenbaum, Leech et Svartvik 1985), sont élaborées à partir de corpus, le SEU pour l’une, les corpus Brown et Lancaster-Oslo / Bergen pour l’autre.14 Ces grammaires s’inscrivent dans la tradition britannique d’un continuum entre lexique et grammaire envisagé par Henry Sweet et du « patterning » proposé par Harold Palmer (1938).

  • 15 Article repris dans Quirk 1995, p. 11-20.
  • 16 Par comparaison, Le Bon Usage ne définit pas l’usage de façon explicite. Dans la préface à la 12e é (...)

31Pour conclure sur la notion d’usage, Quirk a une conception de l’usage fondée à la fois sur l’attesté et sur des expérimentations cherchant à découvrir les traits latents à l’œuvre dans les variations libres. Dans ce cadre, la notion de norme ne peut être que construite, à partir d’études statistiques sur des corpus, et celle d’anglais standard doit être reliée à des questions sociolinguistiques de communautés de locuteurs. En 1988, Quirk écrit un article intitulé « Variance and the Concept of Good Usage », dans lequel la notion de good usage est associée à celle de standard.15 Les règles du bon usage que l’on pourrait souhaiter simples, ne le sont pas et ne peuvent l’être : les standards sont différents selon l’espace, le temps et les contextes d’emploi. Un usage réussi, dit-il, est une combinaison de règles de grammaire et de sens lexicaux acceptables dans un contexte donné et en fonction des personnes à qui l’on s’adresse.16

Notes

1 Voir sur ce point le témoignage de David Crystal (2009) que Quirk, en 1959, incite à se former en phonétique, invoquant Henry Sweet, « […] phonetics was the indispensable foundation ».

2 Quirk (1957, p. 95) reproche aux grammaires descriptives du début du XXe siècle, comme la Modern English Grammar (1909) de Jespersen de s’intéresser davantage à l’histoire de la langue qu’aux structures descriptives (patterns).

3 Firth, rappelle Quirk, avait suggéré dès 1935, lors d’une discussion sur les objectifs du New Oxford Dictionary, que la Philological Society promeuve des recherches sur l’anglais contemporain et la confection d’un dictionnaire de l’usage parlé et des idiomes.

4 En 1957, le corpus comprenait seize heures de parole continue d’hommes et de femmes anglais, éduqués, de niveau universitaire, âgés de 25 à 50 ans.

5 Voir Léon (2008) sur les sources britanniques de la linguistique de corpus.

6 « It is an important feature of a language’s ‘style reservoir’ that there should be a periphery of relatively dubious usage which the timid avoid, the defiant embrace, and the provocative exploit ; we may compare our mild fun with ‘he didn’t ought to have ate it’ or ‘who-done-it’ » (Quirk 1960, p. 51).

7 Nous traduisons ici les termes de actual usage, believed usage et de preceptive usage utilisés par Quirk (1960).

8 « There must be some investigation of what beliefs and precepts obtain ; they cannot be sneered or shrugged away as the inheritence of prescriptivism, as though this were to demonstrate that they lack significance or influence. They are features of our linguistic morality, as deeply and as complicatedly entrenched as our licensing laws […] » (Quirk 1960, p. 61).

9 Sur les arguments de Chomsky contre les corpus voir Léon (2007).

10 Dans ses travaux des années 1970, Quirk a étudié les conditions d’apparition des deux formes de prétérit de to wet (wet, wetted), celle d’un infinitif plutôt qu’un participe présent, les paires de quasi-synonymes, etc. (voir Quirk 1995).

11 « Les transformations négligent l’usage, le contexte dans lequel une forme active est préférée à une forme passive, et ce qui incite à choisir une forme plutôt que l’autre. On nous propose His meeting us comme transformée de He met us […]. Ce ne sont que des acrobaties, pas des descriptions […]. On aimerait connaître les relations, les correspondances, le degré d’équivalence entre I know that he met us, I know about his meeting us, et I know about him meeting us ; on aimerait connaître les facteurs qui promeuvent l’une ou l’autre forme dans l’usage naturel » (Quirk 1960, p. 48) [traduction de l’auteur].

12 « Standard English is… ’normal English’ ; that kind of English which draws least attention to itself over the widest area and through the widest range of usage » (Quirk 1962, p. 99).

13 Le SEU, au départ, a été compilé sur papier, sous forme de milliers de fiches comprenant des annotations grammaticales détaillées et une transcription phonétique. Il ne fut informatisé que dans les années 1980. Entre-temps, il servit de modèle au Brown Corpus considéré comme le premier corpus informatisé.

14 Les auteurs admettent toutefois ne pas utiliser directement les exemples bruts extraits des corpus, mais de les adapter pour des raisons de présentation.

15 Article repris dans Quirk 1995, p. 11-20.

16 Par comparaison, Le Bon Usage ne définit pas l’usage de façon explicite. Dans la préface à la 12e édition de 1986, André Goosse, qui propose une refonte complète de l’ouvrage, précise que son objectif est le maniement d’une bonne langue écrite et de registre soutenu. Cette langue est celle des écrivains, dont Grevisse est, selon les préfaciers, le remarqueur (le Vaugelas du XXe siècle) ou le greffier. Il n’y a aucune indication de construction systématique de corpus sinon la mention que les exemples sont tirés de la littérature (500 auteurs) auxquels Goosse a ajouté des exemples en langue écrite non littéraire, extraits d’essais d’historiens, folkloristes ou musiciens. Goosse signale également qu’il a tenu compte des parlers régionaux (pays francophones et régionalismes français) et a ajouté quelques exemples tirés de l’oral ; mais là encore, aucune indication de méthode.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search