Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie 3. Le bon usage : traditions nationales

Quel usage ? Les normes de correction langagière de l’anglais au xviiie siècle

Ingrid Tieken-Boon van Ostade
Traduction de Adrien Méli

Texte intégral

  • 2 Les citations prises des critiques modernes sont traduites dans le texte ; les éditeurs de ce volum (...)

1Le premier guide du bon usage anglais fut les Reflections on the English Language in the Nature of Vaugelas’s Reflections on the French (Réflexions sur la langue anglaise à la manière des réflexions de Vaugelas sur le français) de Robert Baker (1770). Un guide du bon usage est un manuel prodiguant des conseils sur des problèmes de correction langagière, tels que la question de savoir quelle construction est correcte entre different to, from ou than, ou quelle orthographe convient pour proceed ou precede. Le meilleur exemple de guide du bon usage anglais est le Modern English Usage de Fowler, publié pour la première fois en 1926, révisé en 1965 par Sir Ernest Gowers, et revu à nouveau en 1996 par Robert Burchfield. La popularité de Fowler fut immédiate : d’après McMorris, « il s’en vendit 10000 exemplaires au cours des trois premiers mois, et 60000 au cours de la première année » (2001, p. 178).2 L’ancêtre du XVIIIe siècle de Fowler accéda lui aussi à une certaine popularité, bien qu’elle fût plus modeste : une deuxième édition des Reflections de Baker parut en 1779, et, à la différence de la première édition, elle ne fut plus publiée anonymement. Les Reflections influencèrent même les grammairiens postérieurs, car Vorlat (2001) note qu’« un certain nombre de ses règles et exemples furent reproduits (directement ou indirectement) par des grammairiens tels que James Wood (1777), John Hornsey (1793), Alexander Bicknell (1796), John Knowles (1796) et William Angus (1800) ». Mais cela reste un ouvrage singulier. Constitué de 127 règles sur des questions lexicales ou syntaxiques, il est complètement désordonné, et les lecteurs cherchant des conseils sur une question d’usage n’avaient d’autre option que de lire le livre de bout en bout. Il se peut que telle fût l’intention de Baker, et son approche ne diffère guère de celle de Vaugelas (Ayres-Bennett 2002, p. 355), mais à la différence de son prédécesseur français, il n’offre aucun index à l’intention de ses lecteurs (Willems 2010).

2Ainsi que l’indique le sous-titre des Reflections, Vaugelas fut pour le livre une source d’inspiration forte, mais ce fut la seule source de Baker. Ceci apparaît clairement dans sa préface de la première édition, où il s’excuse de n’avoir jamais consulté le célèbre Dictionary of the English Language (Dictionnaire de la langue anglaise) de Samuel Johnson (1755) :

  • 3 Dans l’original : « It will undoubtedly be thought strange, when I declare that I have never yet se (...)

À n’en pas douter on considérera bien étrange que je déclare n’avoir encore jamais vu l’édition in-folio du dictionnaire de M. Johnson : mais ne connaissant personne qui le possède, je n’ai jamais pu l’emprunter, et je ne possède moi-même aucun livre ; à tout le moins n’en ai-je pas plus que les ouvrages pieux qu’on peut supposer qu’une femme âgée et pratiquante possède sur le manteau de sa cheminée ; car, ayant toujours eu de maigres revenus, il n’a pas été en mon pouvoir de me constituer une collection sans sombrer dans le besoin. Je n’avais pas même vu l’abrégé de ce dictionnaire jusqu’à quelques jours tantôt lorsque, avisant son ajout au catalogue de la bibliothèque publique à laquelle je suis inscrit, je le fis demander. (Baker 1770, p. iv-v)3

3Baker ne connaissait pas non plus un autre ouvrage de référence, la Short Introduction to English Grammar (Brève introduction à la grammaire anglaise) de Robert Lowth qui, bien que publiée en 1762 seulement, était tellement renommée que même la bibliothèque publique de Baker devait en posséder un exemplaire (voir Auer 2008). Il présenta ses excuses de la même manière pour ses défaillances en la matière, encore qu’il ne le fît que dans la préface de la deuxième édition de ses Reflections :

  • 4 Dans l’original : « I here declare, as in the Preface to the first edition, that the performance is (...)

Je tiens à déclarer ici, comme je le fis dans la préface de la première édition, que cette œuvre est mienne uniquement. Je n’ai eu d’aide d’aucun ami ; et je n’ai emprunté d’aucun autre travail. J’ignorais même, jusqu’à ce que feu le docteur Salter me montrât l’Introduction à la grammaire anglaise, qu’aucun ouvrage de la sorte fût jamais paru. (1779, p. xxiii)4

4Baker commente ici aussi la remarquable similitude qui existe entre la grammaire de Lowth et ses propres Reflections, tout en soulignant, à mon sens de manière correcte, qu’elles n’étaient le fruit d’aucun plagiat :

  • 5 Dans l’original : « I then perceived that some (not many) of the observations I had made, had been (...)

Puis je m’aperçus que quelques-unes (non pas beaucoup) des observations que j’avais faites avaient déjà été traitées par l’auteur de cet ouvrage. Et d’un autre côté, il y a des observations dans une édition postérieure de l’Introduction que j’avais moi-même faites dans ma première édition. Pourtant, à n’en pas douter, aucune d’entre elles n’a été empruntée de mon travail. Ainsi quiconque prendra la peine de comparer les deux livres sera de fait enclin à s’étonner de ne pas détecter plus souvent de concordances dans les corrections suggérées. (1779, p. xxiii)5

  • 6 Dans l’original : « […] our best Authors […] have sometimes fallen into mistakes, and been guilty o (...)

5Il existe beaucoup d’autres ressemblances entre Baker et Lowth : les deux travaux ont été publiés anonymement, la première édition de Baker, et toutes les éditions dites régulières, non contrefaites, de la grammaire de Lowth. Les deux présentaient une norme de correction langagière, en censurant des erreurs linguistiques relevées chez des auteurs faisant autorité même si, chez Lowth, ces commentaires figurent seulement dans les notes de bas de page de son chapitre sur la syntaxe. Tous deux ont d’ailleurs formulé explicitement cette approche dans leur préface, où Lowth a noté que « nos meilleurs auteurs […] ont parfois commis des erreurs, et se sont rendus coupables de fautes flagrantes au regard de la grammaire » (1762, p. ix), et Baker, « j’ai censuré même nos meilleurs hommes de plume lorsque ils s’écartaient de ce que je conçois comme le génie de notre langue, ou lorsque j’ai pensé qu’ils enfreignaient les règles de grammaire sans nécessité » (1770, p. iv).6

  • 7 Dans l’original : « The syntax ofthis language is too inconstant to be reduced to rules, and can be (...)
  • 8 Dans l’original : « Having therefore no assistance but from general grammar, I applied myself to th (...)

6À l’époque, il n’était guère courant en Angleterre de critiquer les « meilleurs auteurs ». De fait, voici ce que Johnson avait écrit dans son Plan of a Dictionary of the English Language (Projet pour un dictionnaire de la langue anglaise, 1747) : « La syntaxe de cette langue est trop inconstante pour être réduite à des règles, et elle ne peut qu’être apprise par l’examen séparé de mots particuliers dans leur usage par les meilleurs auteurs » (1747, p. 19 ; mon emphase, ci-dessous aussi).7 Ainsi qu’il est expliqué dans la préface de son Dictionary, cette idée a constitué le principe à suivre lors de la rédaction : « N’ayant par conséquent d’autre assistance que celle de la grammaire en général, je m’appliquai à lire nos auteurs ; et, prenant en note quoi que ce fut qui pût être utile pour certifier ou illustrer un mot ou une expression quelconques, j’accumulai avec le temps la substance d’un dictionnaire » (1755, sig. A2r).8 L’approche inverse de Lowth, consistant à recueillir les exemples d’erreurs grammaticales de ces mêmes auteurs, constitue une critique sévère de Johnson (Tieken-Boon van Ostade 2011). À cet égard, la conduite similaire de Baker ne lui a été inspirée ni par l’un ni par l’autre de ses prédécesseurs à l’autorité reconnue. Ignorant qu’il existait une tradition anglaise, il choisit sa propre méthode, fondée sur la méthode française.

7Dans cet article, je me demanderai quels auteurs ont servi de modèles de correction grammaticale aux grammairiens anglais du XVIIIe siècle ainsi qu’aux autres auteurs traitant du langage, et je procéderai en me concentrant sur les deux études de cas de Lowth et Baker, le premier en tant qu’auteur de ce qui devait devenir la grammaire de référence de cette période, et le second en tant qu’auteur du premier guide du bon usage anglais. Bien qu’elles aient été conçues indépendamment l’une de l’autre et qu’elles relèvent de types de textes essentiellement différents, la grammaire de Lowth et les Reflections de Baker – cette dernière plus particulièrement – annoncent l’émergence d’une tradition vieille de 250 ans maintenant et montrent d’intéressantes ressemblances avec la tradition française, tout en s’en différenciant de façon significative, ainsi que je vais maintenant le démontrer.

1. Lowth et Baker, experts du langage

  • 9 Une grammairienne antérieure est Ann Fisher, dont la grammaire compte parmi les quatre les plus ren (...)

8Les grammaires anglaises du XVIIIe siècle ont été écrites par des gens que nous ne considérerions pas aujourd’hui comme des experts en la matière. Les grammairiens étaient issus de différents domaines, des sciences naturelles dans le cas de Benjamin Martin (1705-1782) et de Joseph Priestley (1733-1804), du droit avec Noah Webster (1758-1843) et Lindley Murray (1745-1826), ou du clergé avec John Wesley (1703-1791) et Robert Lowth (1710-1787). Même des imprimeurs ont publié une grammaire : Alston (1965) mentionne John Binns (qui florit entre 1788 et 1797) ainsi qu’une grammaire anonyme publiée en 1796. Néanmoins, beaucoup d’auteurs de grammaire, hommes ou femmes, étaient enseignants. On peut trouver tout au long du siècle des enseignants hommes ayant publié une grammaire, mais Cajka (2008) signale l’émergence d’un groupe de femmes au milieu des années 1770 qu’elle dénomme les « enseignantes-grammairiennes ».9 Tandis que les grammairiens tenaient généralement leur savoir grammatical étendu du système scolaire existant, dont le but premier était d’enseigner le latin et parfois le grec, les grammairiennes, elles, possédaient une connaissance considérable non pas tant du fait qu’elles avaient été confinées à la grammaire latine à l’école, mais plutôt du fait de leur profession (voir Chapman 2008, p. 31).

9La somme réelle des connaissances de ces grammairiens variait considérablement, et Chapman (2008) présente un modèle d’après lequel elle peut être mesurée de manière assez objective. Ce modèle est composé d’une batterie de qualifications précises : la mesure de l’éducation primaire et secondaire, la détention ou non d’un diplôme ou d’un poste universitaire, la profession, l’appartenance à une société d’érudits, et la « notoriété obtenue par leurs publications » (Chapman 2008, p. 26). Passant en revue la carrière de plusieurs « grammairiens célèbres », dont Robert Lowth et Joseph Priestley, Chapman montre que c’est l’ensemble de qualifications de ces derniers qui était le plus solide, notamment en raison du manque de telles qualifications dans le cas de Johnson (1709-1784) (Chapman 2008, p. 28), dont le Dictionary incluait aussi une grammaire et qui peut donc à juste titre être comparé aux autres grammairiens de la période.

10Comment la compétence de Baker se mesure-t-elle face à celle de Lowth ? En tant que célèbre auteur dont on compte parmi les livres une grammaire anglaise influente et renommée et qui termina son existence dans la prestigieuse fonction d’évêque de Londres, l’histoire personnelle de Lowth est bien mieux documentée que celle de Baker. Lowth est né à Winchester, où il fréquenta le Winchester College, « l’un des meilleurs établissements du pays » (Chapman 2008, p. 27). D’après son entrée dans l’Oxford Dictionary of National Biography (Dictionnaire des biographies nationales d’Oxford, ODNB), il étudia à Oxford, au New College, et obtint une licence en 1730, et un magistère en 1737. Il devint par la suite Fellow de New College, et fut nommé professeur de poésie à Oxford en 1741, poste qu’il occupa pendant dix ans. Les cours qu’il donna dans cette université furent publiés en 1753 sous le titre de Praelectiones de Sacra Poesi Hebraeorum. D’après l’ODNB, ce recueil « devait faire sa renommée », et l’ouvrage lui valut le diplôme de Docteur ès théologie. Il s’était engagé entre-temps dans une carrière de robe, reçut une cure à Overton, Hampshire en 1735 et finit son existence en 1787 évêque de Londres. Lorsqu’il entreprit la rédaction de sa grammaire, il n’avait publié qu’un seul livre, ses Praelectiones, et il n’était pas non plus membre d’une société d’érudits : ce n’est qu’en 1765 qu’il fut nommé membre des Sociétés royales de Göttingen et Londres (Hepworth 1978, p. 14). Son Life of William of Wykeham (Vie de William of Wykeham), le fondateur des collèges où il avait été éduqué, fut publié par Robert Dodsley (1704-1764) en 1758 alors qu’il rédigeait déjà sa grammaire. Vingt ans plus tard, il publiait Isaiah, A New Translation (Isaïe, une nouvelle traduction), qu’il considérait lui-même comme sa plus importante publication (Tieken-Boon van Ostade 2011, chapitre V).

11Comme expert potentiel ès grammaire, Lowth n’obtint cependant de bons résultats que sur certaines des qualifications de Chapman. Sa grammaire fut entreprise comme un projet personnel afin de préparer son fils Thomas Henry, né en 1753, à l’étude du latin à l’école. Mais lorsque Lowth aborda son éditeur Robert Dodsley afin que ce dernier en imprimât quelques exemplaires à soumettre à des amis, Dodsley vit immédiatement l’intérêt potentiel qu’y pouvait porter un public plus large, et le publia en conséquence (Tieken-Boon van Ostade 2008). Ce n’est donc qu’après que la grammaire fut publiée que le statut de grammairien de Lowth fut établi : elle se révéla bientôt extrêmement populaire, et devint le véritable ouvrage de référence des grammaires anglaises pendant cette époque (Percy 2008). Une preuve supplémentaire du nouveau statut de Lowth est qu’il fut consulté sur la faisabilité d’une réédition du Grammatica Linguae Anglicanae de Wallis (1653) (Kemp 1972, p. 72). (La sixième édition de cette grammaire fut de fait publiée en 1765.)

12La compétence de Lowth comme grammairien provient de l’éducation traditionnelle des grammar schools qu’il reçut et de son statut ultérieur d’expert en hébreu. En tant que philologue, sa connaissance était intime des grammaires des langues anciennes. Il fut ainsi consulté par l’un de ses confrères, James Merrick (1720-1769), pour sa traduction des Psaumes. Les commentaires de Lowth sur cette traduction nous sont parvenus sous la forme d’une centaine de feuillets de notes manuscrites. Ces notes font surtout référence à la traduction et l’interprétation des Psaumes de Merrick, mais elles traitent aussi de la langue. Certains pans de la discussion entre les deux hommes ont même abouti dans une édition postérieure de la grammaire (Tieken-Boon van Ostade 2006). Lowth était par ailleurs un véritable érudit. Ceci apparaît de manière évidente dans ses lettres ainsi que dans le contenu de sa bibliothèque, qui, comme le montre son testament, comportait plus de 200 ouvrages au moment de sa mort. De plus, il échangeait régulièrement des exemplaires de présentation avec d’autres érudits, et souscrivait à beaucoup de nouveaux livres publiés. Sa correspondance et le contenu de sa grammaire indiquent tous deux qu’il avait connaissance de plusieurs des importantes publications sur la grammaire anglaise et la langue en général : on trouve des références à « Four Essays upon the English Language, by Professor Ward » (Quatre essais sur la langue anglaise, par le professeur Ward) et « An Introduction to Languages & c, by Mr. Bailey » (Introduction aux langues, par M. Bailey) dans une lettre à Dodsley (9 juin 1758 ; voir Tierney 1988, p. 361), et dans la grammaire elle-même, des références à Hermès de James Harris (1751), au Thesaurus Linguarum Septentrionalium (1703-1705) et à la Grammatica Anglo-Saxonica (1689) de George Hickes, ainsi qu’au Dictionnaire de Samuel Johnson (1755) ; il connaissait également la grammaire de Wallis (1653).

  • 10 Dans l’original : « [he] quitted the School at fifteen [and was] entirely ignorant of the Greek, an (...)
  • 11 Dans l’original : « I lodged, in my youth, for a considerable Time, in the House of an old Man in P (...)

13À la différence de Lowth, Baker n’a pas d’entrée dans l’ODNB. Tout ce que l’on sait de lui est fondé sur ses publications et sur ce qu’il écrit de lui-même dans sa préface des Reflections. Il nous y informe qu’il a « quitté l’école à quinze ans » et que par conséquent il « ignorait complètement le grec et n’était que banalement savant en latin » (1770, p. ii).10 Une compétence qu’il possédait bien était une connaissance intime du français, acquise, écrit-il dans sa préface, lorsque « je logeais, pendant ma jeunesse, et pour un temps considérable, dans la maison d’un vieil homme du nom de Montagne à Paris » (Baker 1770, p. xxv ; Willems 2010).11 C’est son intérêt pour le français qui a pu lui faire découvrir les Remarques sur la langue françoise (1647) de Vaugelas (Ayres-Bennett 2004a). C’est aussi ce livre qui lui a suggéré l’idée qu’un travail similaire pourrait intéresser un lectorat anglais. Reflections n’était pas le premier livre publié de Baker : ECCO possède de lui un livre antérieur, intitulé Witticisms and Strokes of Humour (Traits d’esprit et traits d’humour, 1766), et cinq ans plus tard il publiait Observations on the Pictures now in Exhibition… (Remarques sur les tableaux exposés en ce moment…, 1771), suivi en 1773 par The Merry Jester. Containing Great Variety of Comical Jests, Keen Waggeries, Smart Repartees, Funny tales, Brilliant Bon Mots, Queer Puns (Le fou joyeux. Contenant une grande variété de plaisanteries comiques, vives drôleries, habiles réparties, récits cocasses, bons mots brillants et jeux de mots étranges).

14Ainsi, Baker était un écrivaillon cherchant à gagner sa vie en publiant des livres dont il pensait qu’ils plairaient au public. En tant que tel, de son propre aveu, il était un amateur. Son score est bas dans toutes les qualifications précises définies par Chapman, et il s’oppose à cet égard en tout point à Lowth. Malgré tout, et à la suite de sa seule adhésion à la seule organisation dont nous ayons connaissance, une bibliothèque publique, Baker était un très fin lettré. De ses remarques dans les Reflections il apparaît que Baker connaissait les travaux des auteurs anglais majeurs tels que Shakespeare, Swift, Congreve et Pope, de même que William Warburton et William Melmoth, sans oublier ses références à Hermès de Harris (1751), Some Familiar Letters between Mr. Locke, and Several of his Friends (Quelques correspondances intimes entre Locke et plusieurs de ses amis, 1708), Oldcastle’s Remarks upon English History (Considérations d’Oldcastle sur l’histoire d’Angleterre, 1743) de Lord Bolingbroke et Essay on the Writings and Genius of Pope (Essai sur les écrits et le génie de Pope, 1756) de Joseph Warton. Qui plus est, il existe des citations de journaux populaires tels que The Rambler et Monthly Review. Lowth, lui aussi, lisait ce dernier. D’après Percy (2008, 2009), au milieu du XVIIIe siècle, le Monthly Review et le Critical Review étaient des lieux de discussion où l’on se précipitait régulièrement sur les erreurs linguistiques afin de critiquer les auteurs ; il n’est par conséquent pas impossible que ces journaux fussent l’endroit où Lowth et Baker, indépendamment l’un de l’autre, eurent l’idée de publier une collection de critiques linguistiques pour le bien du public instruit. Dans le cas de Lowth, ceci est confirmé par la bonne réception de sa grammaire presqu’immédiatement après sa parution. La critique linguistique que Lowth offrait dans sa grammaire était l’une des raisons principales de sa popularité, qui perdura quarante ans jusqu’à la publication de l’English Grammar (Grammaire anglaise, 1795) de Lindley Murray (Tieken-Boon van Ostade 2011).

15Avec une seule réédition, datant de 1779, les Reflections de Baker ne furent pas aussi renommées que la grammaire de Lowth. Malgré tout, elles eurent une critique deux fois en 1771, dans le Monthly et dans le Critical Review (Percy 2008), et influencèrent plusieurs grammaires ultérieures. Ainsi qu’il a été dit auparavant, la deuxième édition ne parut pas anonymement, et les Observations on the Pictures now in Exhibition de Baker (1771) sortirent avec la mention « BY THE AUTHOR OF THE Remarks ON THE English Language » (par l’auteur des Remarques sur la langue anglaise) sur la page de garde. Dès cette époque, le nom de Baker était auréolé d’une certaine autorité. Ses compétences d’écrivain du langage dérivaient essentiellement de son livre, plutôt que d’aucune autre compétence qu’il pût posséder auparavant. À cet égard Lowth et Baker ne diffèrent pas beaucoup non plus, même si Baker n’atteignit pas, loin s’en faut, les hauteurs de Lowth en termes de connaissance de la grammaire en tant que telle.

2. Les modèles de correction langagière de Lowth et Baker

  • 12 Dans l’original : the « Vulgar Translation of the Bible… is the best standard of our language » (17 (...)
  • 13 Dans l’original : « one of our most correct, and perhaps our very best prose writer » (1762, p. ii)

16Comme les deux auteurs récusent explicitement l’exemple des meilleurs auteurs comme norme de correction langagière, la question est donc de savoir quel usage constituait alors leur modèle linguistique, et dans quelle mesure leurs modèles respectifs se ressemblaient. Après tout, leur approche de la grammaire, bien que conçue indépendamment, était virtuellement identique, ainsi que le fit remarquer astucieusement Baker. Un index des auteurs auxquels Lowth fait référence dans sa grammaire et que j’ai compilé en 1997, montre que les auteurs qu’il a le plus critiqués sont Jonathan Swift (39 références), Edward Hyde, Earl of Clarendon (17), Joseph Addison (16), John Dryden (16), John Milton (15), Alexander Pope (14), Matthew Prior (14), Tillotson (12), Francis Atterbury (6), Sir Francis Bacon (6) et Henry St John, Viscount Bolingbroke (6). Apparaissent aussi Gay, Thomas Hobbes et John Locke, mais seulement une fois chacun. De plus, la langue utilisée dans la Bible est critiquée 21 fois au total, 6 fois pour l’Ancien Testament, 15 pour le Nouveau. Que Lowth critiquât la Bible est extrêmement intéressant, puisqu’il y faisait aussi référence comme modèle de correction. Ainsi soutient-il à la page 89 de sa grammaire que « la traduction vulgaire de la Bible est la meilleure norme de notre langue ».12 Que Swift apparût en tête de la liste ci-dessus est aussi frappant à la lumière du commentaire de Lowth dans la préface, selon lequel Swift était « l’un de nos écrivains les plus corrects, et peut-être le meilleur en prose » (1762, p. ii).13 La critique de Lowth du langage de Swift choqua même William Melmoth (1710-1799), auquel Robert Dodsley avait demandé de lire un brouillon de la grammaire (Tieken-Boon van Ostade 2000) :

  • 14 Dans l’original : « I was pleased to find several instances of gross inaccuracies produced from Swi (...)

C’est avec plaisir que j’ai trouvé plusieurs exemples d’inexactitudes patentes sous la plume de Swift, un écrivain que j’ai toujours considéré comme jouissant d’une réputation bien meilleure que celle qu’il mérite à beaucoup d’égards. J’ai la certitude, s’il avait prospéré à notre époque […] qu’il n’eût pas été tenu en grande estime comme écrivain en prose. Je reconnais son excellence en poésie toutefois. (Melmoth à Dodsley, 20 November 1759 ; Tierney 1988, p. 429)14

17Swift avait de toute évidence perdu son statut antérieur d’écrivain digne d’imitation. De plus, un élément est particulièrement frappant dans la liste de noms : tous les auteurs dont Lowth commente les erreurs étaient morts lorsque fut publiée la grammaire (Percy 1997, p. 134). Ceci peut être expliqué par le fait qu’en tant qu’homme dont la carrière dépendait de l’opinion favorable d’autres personnes, Lowth hésitait plutôt à risquer d’offenser quiconque en critiquant publiquement leur langue (Tieken-Boon van Ostade 2011, p. 65).

  • 15 Toute ma reconnaissance va à Kari Haugland pour avoir mis à ma disposition l’ouvrage dans sa forme (...)

18Baker ne nourrissait pas de telles craintes : parmi les auteurs les plus fréquemment critiqués dans les Reflections il y a William Melmoth (12 occurrences), William Warburton (3), James Harris (2) et Joseph Warton (1) qui étaient encore en vie. Parmi les autres figurent Bolingbroke (6), Swift (5), Congreve (2) et Locke (1). La liste de Baker recoupe celle de Lowth de façon intéressante. Cependant, il est particulièrement critique à l’égard de la langue de Melmoth, qu’il qualifie de « bad English » (mauvais anglais), « not English » (non anglaise) ou « very bad » (très mauvaise), « an unnatural way of writing » (de manière non naturelle d’écrire), « ha[ving] no grace » (dépourvue de grâce), trahissant une « Confusion of Sense » (confusion de sens), ou de « not [here] mak[ing] sense » (d’absurde) (deux fois). Il critique encore certaines expressions dont « l’emploi est agrammatical » ou qui « ne peuvent être utilisées dans ce sens » (« employ [ed] […] ungrammatically » or that « cannot properly be made use of in this sense »). Il corrige les phrases en question en disant que Melmoth « eût dû écrire […] », ou « eût dû dire […] », ou encore que « l’expression convenable eût dû être […] » (« ought to have written […] » or « ought to have said […] » or that « the proper Expression would have been […] »). De telles critiques explicites n’étaient pas rares à l’époque, comme le montre l’inventaire des commentaires métalinguistiques des grammaires du XVIIIe siècle de Sundby, Bjørge et Haugland (1991).15 Il est toutefois frappant de voir Melmoth subir l’essentiel des assauts linguistiques de Baker, et la question se pose donc de savoir s’il était justifié de la part de Baker de faire ainsi de Melmoth sa cible privilégiée. Le fait que Dodsley ait consulté Melmoth à propos de la parution de la grammaire de Lowth suggère le contraire, à savoir qu’il était estimé pour ses vues sur la grammaire. Qui plus est, Melmoth fut invité à contribuer au volume Select Fables of Esop (Sélection de fables d’Ésope, 1761) de Dodsley, et ce dernier lui paya une somme d’argent inhabituellement substantielle afin de détenir les droits d’auteur de sa traduction des Letters to Several of his Friends (Lettres à plusieurs de ses amis, 1753) de Cicéron (Tierney 1988, p. 521). En d’autres termes, pour Dodsley, Melmoth comptait parmi les auteurs les plus respectables.

  • 16 Lowth lui-même y apparaît, à la cinquante-troisième place.

19Sundby, Bjørge et Haugland ont compilé une liste des auteurs critiqués par ordre de fréquence dans les grammaires du XVIIIe siècle, et dans cette liste, qui compte plus de deux cents noms et en tête de laquelle se trouve Swift, Melmoth occupe la vingt-cinquième position.16 Cette place se justifie par vingt-trois occurrences de critiques à son endroit, dont douze proviennent de Baker, sept de Seally (1788) et les autres de Alderson (1795), Brittain (1788), Campbell (1776) et Rothwell (1797). Comme aucune de ces critiques n’a été directement influencée par Baker (voir Vorlat 2001), il est clair que l’usage de Melmoth a aussi attiré l’attention des autres grammairiens. Malgré cela, la critique de Baker à l’encontre de Melmoth semble injustement sévère. Étant donnée la présentation peu méthodique des points d’usage dans les Reflections, il est plus probable qu’il se trouvât en train de lire les Letters of Marcus Tullius Cicero de Melmoth alors qu’il rassemblait la documentation pour son livre, et que Melmoth en pâtît en conséquence.

20Si nous avons démontré quels auteurs ont été le plus critiqués par Lowth et Baker, la question se pose de savoir s’il existait des auteurs en particulier dont l’usage était considéré comme un modèle de correction langagière dans leur livre. J’ai déjà mentionné le statut équivoque à cet égard de la langue de Swift et de celle de la Bible aux yeux de Lowth. D’un autre côté, Baker rendait explicitement hommage à la langue de Shakespeare, Addison, et Johnson, ainsi qu’à celle de Bolingbroke, Congreve, Locke et William Molyneux. Comme il avait aussi critiqué ce dernier groupe d’auteurs, il ne semble pas qu’il ait tenu leur langue dans une estime aussi grande que celle des trois premiers. Mais qu’en est-il de Lowth ? Si Lowth n’a pas explicitement précisé son modèle idéal de correction langagière, est-il possible de mettre à jour ce que son modèle implicite de correction grammaticale a pu être ? Ceci était l’un des objectifs de mon étude sur Lowth et sur sa grammaire dans The Bishop’s Grammar (La Grammaire de l’Évêque, 2011). Dans ce livre, j’analyse les correspondances privées dans le but de découvrir si Aitchison (1981) a raison de lui reprocher d’avoir imposé sa propre langue comme norme de correction dans sa grammaire. À cette fin, j’ai analysé la compétence communicative de Lowth, en organisant l’ensemble de sa correspondance, au total presque 250 lettres écrites à quelque 50 destinataires, en fonction du degré de formalisme linguistique. Un tel classement montre que seules ses lettres les plus formelles destinées à ceux qui occupaient une position dominante dans l’échelle sociale, tels que les membres du haut-clergé et de la noblesse, s’accordaient avec les préceptes de correction grammaticale de sa grammaire. Lowth était un carriériste, dont l’ambition pendant une bonne partie de sa vie était d’obtenir une place en vue dans l’Église.

21Bien qu’il ne semble pas l’avoir connu personnellement, c’était la langue d’hommes tels que Sir Horace Walpole (1717-1797) qui servait à Lowth de modèle de correction. Lowth est bien connu chez les historiens de la linguistique pour avoir critiqué le phénomène connu sous le nom de rejet de la préposition, une construction typiquement anglaise dans laquelle la préposition, à la différence de langues telles que le latin et le français, est rejetée à la fin de la proposition à la place de sa position supposément correcte en tête du groupe nominal qu’elle modifie (Yáñez-Bouza 2008). Voici l’exemple que donne Lowth :

Horace is an author, whom I am much delighted with (« Horace est un auteur qui m’enchante », lit. « Horace est un auteur, lequel je suis très ravi avec », 1762, p. 127).

  • 17 Dans l’original : « Line 449, and line 452 [of the poem], should I think be corrected, as ending wi (...)
  • 18 Dans l’original : pied piping agrees « much better with the solemn and elevated Style » than prepos (...)

22Dodsley se fit un jour réprimander par Walpole pour avoir rejeté une préposition dans un poème : « La ligne 449, et la ligne 452 [du poème], doivent à mon sens être corrigées, parce finissant par des prépositions, séparées du cas qu’elles régissent » (Walpole à Dodsley, 4 novembre 1753 ; Tierney 1988, p. 161).17 Dans sa grammaire cependant, Lowth établissait une distinction stylistique entre l’usage de « pied piping » ou « l’hamelinage », qu’il considérait convenir « bien mieux au style solennel et soutenu » que le rejet de la préposition, écrivant de cette première construction qu’elle « prévaut dans la conversation courante, et convient très bien au style d’écriture familier » (Lowth 1762, p. 127-128).18 La langue poétique pouvant être considérée comme très différente de celle de la conversation courante, le commentaire de Lowth dans la grammaire est en plein accord avec la recommandation de Walpole à Dodsley. Son propre usage, ainsi que je l’ai analysé à partir de sa correspondance privée, montre même un pic inattendu d’occurrences de « pied piping » plutôt que de rejets de la préposition au moment où sa popularité d’auteur d’une grammaire anglaise influente était en train de s’établir (Tieken-Boon van Ostade 2011, p. 241). En se conformant, même dans son usage privé, à une norme reflétant celle de l’aristocratie, Lowth pratiquait en fait l’hypercorrection en s’adaptant à la langue de Walpole et de ses pairs. Il ne le fit que pendant une brève période, et j’ai attribué cette pratique à la conscience aiguë de son nouveau statut de grammairien.

3. Les meilleurs auteurs ?

23Walpole apparaît aussi dans la liste d’auteurs de Sundby, Bjørge et Haugland, mais une seule fois. La liste comprend par ailleurs d’autres membres de la noblesse, tels que James Burnett, Lord Monboddo (1714-1799), Henry Home, Lord Kames (1696- 1782), Lady Mary Wortley Montagu (1689-1762) et Anthony Ashley Cooper, troisième comte de Shaftesbury (1671-1713). Au total, cependant, avec 59 phrases mentionnées seulement, ces occurrences ne représentent que 3 % de toutes les occurrences du XVIIIe siècle critiquées (1783 en tout). Les travaux les plus critiques à l’égard de la langue des classes supérieures sont ceux d’Alderson (1795), de Brittain (1788) et de Priestley (1768), avec respectivement huit, sept, et six mentions. Les personnages les plus critiqués sont Home (16 mentions), Shaftesbury (12) et Lady Mary Wortley Montagu (10). Home est le plus critiqué par Brittain (1788) (6 commentaires) et Priestley (1768) (4), tandis que la plupart des commentaires négatifs à l’encontre de la langue de Lady Mary Wortley Montagu proviennent d’Alderson (1795). La langue de Shaftesbury est critiquée dans pas moins de huit grammaires différentes, dont celles de Lowth (1762) et de Baker (1770), encore que sur des points distincts. Le cas de Lady Mary Wortley Montagu n’est pas dépourvu d’intérêt ici : chacune des huit mentions dans Alderson apparaissent ensemble dans l’annexe, constituée d’une liste de phrases requérant un commentaire de la part du lecteur. Les phrases illustrent des erreurs grammaticales telles que l’utilisation de la forme begun pour le prétérit began, d’excessive à la place d’excessively, et de la forme indicative was dans un contexte subjonctif (if I was au lieu de if I were ; Alderson 1795, p. 132-133). Aucune instruction n’est donnée, et il n’est fait référence à l’annexe qu’une seule fois dans le corps du texte, de la manière suivante :

Le prétérit du verbe* est souvent improprement employée (par certains de nos meilleurs auteurs) à la place du participe passé, qui devrait toujours être employé dans les parfaits ; ainsi :
« I have begun, he had written, they should have spoken, » et non, « I have began, he had wrote, they should have spoke, »

  • 19 Dans l’original : « The preterite form of the verb* is (by some of our best writers) often though i (...)

Encore une fois, le participe passé est fréquemment utilisé, avec la même inexactitude, à la place du *prétérit ; comme dans :
« I begun, he drunk, they clung ; » à la place de, « I began, he drank, they clang. » (Alderson 1795, p. 20-21)19

24Les astérisques font référence à une note de bas de page indiquant de « voir l’annexe », où nous trouvons la phrase suivante parmi celles écrites par Lady Mary Wortley Montagu :

His Majesty begun to reflect on the ill consequences of leaving such a paper in her hands and desired to have it restored to him. (Ibid., p. 15)
Sa Majesté commencé à réfléchir aux funestes conséquences qui découleraient de l’abandon d’un tel document dans ses mains à elle, et désira qu’il lui fût rendu à nouveau.

25L’addition d’Alderson de « by some of our best writers » (par certains de nos meilleurs auteurs) sur ce sujet précisément suggère que dans son esprit, Lady Mary Wortley Montagu appartenait à cette catégorie. Tout ceci confirme que la langue de l’aristocratie était tenue dans la plus haute estime par les grammairiens du XVIIIe siècle.

26La comparaison des auteurs les plus critiqués dans l’annexe d’Alderson avec ceux de Lowth et Baker révèle des différences ainsi que des similitudes fort intéressantes. Le tableau 1 en présente un synopsis :

Tableau 1 : Liste par fréquence (de mention) des auteurs critiqués par Lowth (1762), Baker (1770) et Alderson (1795), comparée avec Sundby, Bjørge et Haugland (1991)

27La liste d’Alderson est dominée par les revues The Spectator et The Tatler, mais comme Addison et Steele en étaient les principaux rédacteurs, cette critique correspond au rang élevé occupé par Addison sur la liste de Lowth. Dans la liste d’Alderson, Swift brille par son absence : par comparaison avec la critique générale qui avait cours à l’époque à l’encontre de la langue de Swift, ainsi que le montre bien la liste de Sundby, Bjørge et Haugland, un tel résultat est inattendu. Il est aussi inhabituel de trouver Sterne aussi haut dans la liste d’Alderson : la langue de l’auteur des romans populaires Tristram Shandy (1759-1769) et A Sentimental Journey through France and Italy (Voyage sentimental à travers la France et l’Italie, 1768) ne fut critiquée par aucun autre grammairien du XVIIIe siècle. J’ai déjà commenté la présence de Lady Mary Wortley Montagu sur cette liste, et il est intéressant de constater qu’à l’instar de Baker, Alderson émet des critiques à l’encontre de la langue de Melmoth. D’autres points intéressants de la liste d’Alderson concernent les rangs élevés de Shakespeare, Pope, Dryden et Milton : à l’exception de Shakespeare, ils occupent tous une position élevée dans la grammaire de Lowth ainsi que dans celle rassemblée par Sundby, Bjørge et Haugland.

28Lowth n’était évidemment pas aussi critique vis-à-vis de la langue de Shakespeare qu’il ne l’était vis-à-vis d’autres auteurs, ou que d’autres critiques du XVIIIe siècle ne le furent, tandis que Baker, quant à lui, faisait même l’éloge explicite de la langue de Shakespeare, avec celles d’Addison, de Pope et de Johnson. À cet égard, les idées de Baker sur l’identité des auteurs qui représentaient à ses yeux des modèles de correction peuvent être considérées comme inhabituelles. Son éloge de Johnson est aussi intéressant, notamment lorsqu’on le met en relation avec le fait que parmi les grammaires du XVIIIe siècle critiquant le plus la langue de Johnson, on trouve la seconde édition des Reflections de Baker (1779) : il a ainsi changé d’avis lors de la préparation de la seconde édition de son livre. La grammaire la plus critique de la langue de Johnson après celle de Baker est la deuxième édition de la grammaire de Priestley (1768). Il est de plus frappant que Priestley (1768) ait aussi été le seul grammairien du XVIIIe siècle à avoir critiqué la langue de Walpole. Qui plus est, de tous les grammairiens analysés par Sundby, Bjørge et Haugland, Priestley est le plus critique de la langue de l’historien et philosophe David Hume (1711- 1776) (voir tableau 1). Avec 214 mentions, le nom de Hume apparaît en troisième position dans la liste de Sundby, Bjørge et Haugland, dont 117 peuvent être toutefois attribuées à Priestley (1768) et trois à Priestley (1761). D’autres grammairiens critiques de la langue de Hume sont Mennye (1785), Brittain (1788) et Baskerville (1765), encore qu’avec moins de trente mentions chacun. Tout ceci mérite clairement d’être approfondi.

*

29La discussion précédente a montré qu’à la différence du français, la tradition grammaticale anglaise au cours du XVIIIe siècle n’était pas une tradition du bon usage, mais du « mauvais » usage. Ceci émerge de l’analyse de Sundby, Bjørge et Haugland (1991), prenant en compte pas moins de 18 000 extraits de grammaires du XVIIIe siècle et d’autres travaux sur la langue anglaise. Cette tradition n’est pas seulement rendue évidente par l’approche de la grammaire adoptée par Lowth et Baker, mais aussi par la popularité d’un outil d’enseignement introduit à l’origine dans les grammaires anglaises par Ann Fisher ([1745] 1750), les « Examples of bad English » (Exemples de mauvais anglais) (Rodríguez-Gil 2002). Ces exemples comportaient des phrases que le lecteur devait corriger, à l’instar de celles de l’annexe d’Alderson (1795). Dans le cas de Lowth, sa décision d’inclure, dans les notes de bas de page de sa section sur la syntaxe, des exemples d’erreurs grammaticales tirés des auteurs les plus influents fut inspirée par son désaccord avec la pratique de Johnson, discutée dans l’introduction, d’utiliser la langue des meilleurs auteurs comme base de travail pour son Dictionary. La démarche de Lowth pour sa grammaire en est exactement l’inverse, car il croyait que le besoin de s’intéresser sérieusement aux règles de la grammaire anglaise ne pouvait qu’être révélé en démontrant la fréquence à laquelle ces mêmes auteurs les enfreignaient. Cette approche, comme je l’ai soutenu dans The Bishop’s Grammar, constitue une innovation importante dans la littérature de la grammaire anglaise, innovation qui, en raison de l’influence considérable exercée par la grammaire de Lowth sur les grammaires postérieures, devait avoir des conséquences non négligeables sur les comportements à l’égard de l’usage en anglais.

  • 20 Dans l’original : « the ancestor of those handbooks of abuses and corrections which were so freely (...)

30L’approche de Baker ressemblait à celle de Lowth, bien que sa décision de présenter le même type de documentation que Lowth n’ait été inspirée ni par Johnson ni par Lowth, deux auteurs dont il ne connaissait pas les travaux, mais bien par l’exemple des Remarques de Vaugelas. Il s’avéra que Baker avait raison de croire qu’un travail comme celui de ses Reflections aurait du succès auprès du public : il le rédigea à une période où les effets de la révolution industrielle commençaient déjà à se faire sentir en Angleterre. Entre autres choses, la révolution industrielle eut pour conséquence davantage de mobilité sociale, et par suite un besoin du public de conseils pour adapter sa langue à un nouveau statut social. Ceci explique aussi la popularité immédiate de la grammaire de Lowth, moins de dix ans auparavant, car c’étaient surtout ses notes de bas de page critiques qui plaisaient à ses lecteurs. La grammaire de Lowth annonce donc les commencements d’une nouvelle tradition, celle du guide anglais de l’usage, bien que cette nouvelle tradition ne commençât véritablement qu’avec Baker. Celui-ci fut avec raison surnommé « l’ancêtre de ces manuels d’abus et corrections qui furent si libéralement imprimés au XIXe siècle »20 (Leonard 1929, p. 35), et qui devaient l’être jusqu’à aujourd’hui encore. Mais même si ces manuels présentent une approche différente de celle que constituait un modèle anglais de correction grammaticale, il est intéressant, dans la perspective du présent volume, de constater que cette tradition nouvelle avait pour principale source d’inspiration un guide d’usage français.

Notes

2 Les citations prises des critiques modernes sont traduites dans le texte ; les éditeurs de ce volume ne jugent pas pertinent d’inclure la version originale en anglais. Par contraste, nous donnons dans les notes de bas de page la version anglaise des citations extraites des textes du XVIIIe siècle.

3 Dans l’original : « It will undoubtedly be thought strange, when I declare that I have never yet seen the folio Edition of Mr. Johnson’s Dictionary : but, knowing Nobody that has it, I have never been able to borrow it, and I have myself no Books ; at least, not many more than what a Church-going old Woman may be supposed to have of devotional Ones upon her Mantle-piece ; for, having always had a narrow Income, it has not been in my Power to make a Collection, without straitening myself. Nor did I ever see even the Abridgement of this Dictionary till a few Days ago, when, observing it inserted in the Catalogue of a Circulating Library where I subscribe, I sent for it » (Baker 1770, p. iv-v). Les citations de Baker et d’autres publications du XVIIIe siècle proviennent de la base de données Eighteenth Century Collections Online (Collections du XVIIIe siècle en ligne, ECCO).

4 Dans l’original : « I here declare, as in the Preface to the first edition, that the performance is entirely my own. I have had no assistance from any friend ; nor have I borrowed from any work. I even did not know, till the late Dr. Salter shewed me the Introduction to the English Grammar, that any thing of the kind had ever appeared among us » (1779, p. xxiii).

5 Dans l’original : « I then perceived that some (not many) of the observations I had made, had been already made by the author of that work. On the other hand, there are observations in a subsequent edition of the Introduction, which I had made in my first edition. But I have no suspicion that any of those observations were borrowed from me. Whoever will give himself the trouble to compare the two books will, indeed, be inclined to wonder that they do not oftener detect the same correctnesses than they actually do » (1779, p. xxiii).

6 Dans l’original : « […] our best Authors […] have sometimes fallen into mistakes, and been guilty of palpable errors in point of Grammar » (Lowth 1762, p. ix) et Baker « I have censured even our best Penmen, where they have departed from what I conceive to be the Idiom of our Tongue, or where I have thought they violate Grammar without Necessity » (Baker 1770, p. iv).

7 Dans l’original : « The syntax ofthis language is too inconstant to be reduced to rules, and can be only learned by the distinct consideration of particular words as they are used by the best authors » (1747, p. 19).

8 Dans l’original : « Having therefore no assistance but from general grammar, I applied myself to the perusal of our writers ; and noting whatever might be of use to ascertain or illustrate any word of phrase, accumulated in time the materials of a dictionary » (1755, sig. A2r).

9 Une grammairienne antérieure est Ann Fisher, dont la grammaire compte parmi les quatre les plus renommées publiées au XVIIIe siècle (Fisher 1745).

10 Dans l’original : « [he] quitted the School at fifteen [and was] entirely ignorant of the Greek, and but indifferently skilled in the Latin » (1770, p. ii).

11 Dans l’original : « I lodged, in my youth, for a considerable Time, in the House of an old Man in Paris, named Montagne » (Baker 1770, p. xxv).

12 Dans l’original : the « Vulgar Translation of the Bible… is the best standard of our language » (1762, p. 89).

13 Dans l’original : « one of our most correct, and perhaps our very best prose writer » (1762, p. ii).

14 Dans l’original : « I was pleased to find several instances of gross inaccuracies produced from Swift : a writer wm. I have always looked upon as enjoying a reputation much higher than he deserves, in many respects. I am persuaded, if he had flourished in these times […] that he wd. not have been held in much esteem as a prose writer. In poetry I acknowledge his excellence » (Melmoth to Dodsley, 20 November 1759 ; Tierney 1988, p. 429).

15 Toute ma reconnaissance va à Kari Haugland pour avoir mis à ma disposition l’ouvrage dans sa forme électronique, ce qui m’a considérablement simplifié la tâche de parcourir le texte à la recherche du genre de données présentées plus bas.

16 Lowth lui-même y apparaît, à la cinquante-troisième place.

17 Dans l’original : « Line 449, and line 452 [of the poem], should I think be corrected, as ending with prepositions, disjoined from the cases they govern » (Walpole to Dodsley, 4 November 1753).

18 Dans l’original : pied piping agrees « much better with the solemn and elevated Style » than preposition stranding, which « prevails in common conversation, and suits very well with the familiar style in writing » (Lowth 1762, p. 127-128).

19 Dans l’original : « The preterite form of the verb* is (by some of our best writers) often though improperly applied instead of the passive participle, which should always be used in all the perfect tenses ; as ;‘I have begun, he had written, they should have spoken, ’ not, ‘I have began, he had wrote, they should have spoke, ’Again, the passive participle is with equal impropriety frequently used for the *preterite ; as ;‘I begun, he drunk, they clung ;’ instead of, ‘I began, he drank, they clang.’ »

20 Dans l’original : « the ancestor of those handbooks of abuses and corrections which were so freely produced in the nineteenth century ».

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Liste par fréquence (de mention) des auteurs critiqués par Lowth (1762), Baker (1770) et Alderson (1795), comparée avec Sundby, Bjørge et Haugland (1991)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

Centre de linguistique, Université de Leyde

Adrien Méli (Traducteur)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search