Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie 3. Le bon usage : traditions nationales

Des guten Gebrauchs Wegzeigere1 : du bon usage dans la tradition allemande 1200-2000

Nicola McLelland

Texte intégral

  • 1 Schottelius 1663, p. 10. La traduction française du texte original (en anglais) a été faite par Adr (...)

1On peut retracer l’origine du thème du bon usage en allemand au moins jusqu’aux remarques de Gottfried de Strasbourg sur le bon style de son Tristan (vers 58-59), écrit vers 1210 (voir Chinca 1997). Voici ce qu’écrivait Gottfried de son confrère Hartmann von Aue (v. 4626-4628) :

  • 2 Dans l’original : « wir lûter und wie reine / sîne kristallînen wortelîn / beide sint und iemer müe (...)

Comme limpides et purs
Ses mots de cristal
Sont à la fois, ainsi et pour toujours.2

2Inversement, Gottfried a aussi critiqué l’un de ses contemporains, sans que celui-ci fût nommé (bien que nous sachions aujourd’hui qu’il s’agissait de Wolfram de Eschenbach), sur sa façon de virevolter dans une forêt de mots en utilisant des mots compliqués et peu courants. Dans un style humoristique plus affirmé, l’œuvre satirique de Wernher der Gartenaere Meier Helmbrecht, écrite aux alentours de 1280- 1290, jouait sur l’inconvenance situationnelle des propos du jeune fils du paysan éponyme Meier Helmbrecht, émaillés de latin à moitié correct et de barbarismes tchèques et flamands absolument incompréhensibles pour sa famille. Les idéaux de pureté, de clarté, d’intelligibilité, de style bon et mauvais, et de convenance situationnelle étaient donc déjà présents dans la littérature vernaculaire du XIIIe siècle. Pour l’essentiel, ce sont ces mêmes critères que l’on peut retrouver, encore que sous une forme différente, sur le site de Verein Deutsche Sprache (VDS, « Société de la langue allemande », fondée en 1997 ; voir Stukenbrock 2005a) :

  • 3 Dans l’original : « Wir halten es mit den Franzosen, die dem Grundsatz folgen : Ni laxisme, ni puri (...)

Nous sommes d’accord avec les Français, qui suivent le principe suivant : Ni laxisme, ni purisme. Nous ne voulons pas d’un allemand « pur ». Nous voulons en revanche bien repousser le flot de mots anglais superflus.3

  • 4 Le titre intégral est : Richtiges und gutes Deutsch. Wörterbuch der sprachlichen Zweifelsfälle. Ric (...)
  • 5 Horan, Langer, & Watts (2009) fait en anglais une synthèse accessible de ces thèmes dans l’histoire (...)
  • 6 Se référer à Jones (1995) pour une documentation exhaustive sur le purisme dans la première partie (...)

3Si les mêmes soucis de pureté, de clarté et d’intelligibilité ont persisté pendant des siècles, une autre continuité est la persistance de doutes, dans des cas individuels, sur ce qui est « correct » en allemand. Tandis que le nombre d’incertitudes perçues n’a probablement pas beaucoup changé, la prise de conscience des locuteurs du besoin d’une formulation correcte en allemand est une invention de l’époque moderne, commençant au XVIIe siècle et allant de pair avec l’importance attribuée à la maîtrise de la langue standard à des fins de promotions sociales ou professionnelles (Joseph 1987). Ce n’est pas un hasard si le volume de Duden sur ce qu’il appelle Richtiges und gutes Deutsch (« l’allemand bon et correct », Duden 1985, 1997, 2001) inclut en sous-titre « lettres de candidature et CV ».4 Le sujet du bon usage aborde inévitablement d’autres domaines proéminents dans les études récentes de l’histoire de la langue allemande : la normalisation de la langue (Deumert et Vandenbussche 2003, Linn et McLelland 2002, Mattheier et Radtke 1997), la question de la relation entre prescription et pratique (Takada 1998, Langer 2001, Schmidt-Wächter 2004, Elspaß 2005, Davies et Langer 2006, Elspaß et al. 2007 ; McLelland 2011b, p. 263-295) ; la relation entre culture de la langue et identité nationale (Gardt 2000, Stukenbrock 2005b, McLelland 2009), le rôle des vagues successives de sociétés linguistiques du XVIIe siècle jusqu’à nos jours (Wells 1987, Leweling 2005) ; et le purisme linguistique (Jones 1995, 1999, Langer et Davies 2005, McLelland 2009).5 De fait, le purisme, qu’il soit de motivation patriotique, nationaliste, rationaliste, xénophobe ou démocratique, est le fil d’Ariane parcourant l’histoire de la culture de la langue allemande de Gottfried à nos jours. Bien que cela soit apparemment un lieu commun chez les intellectuels français de nos jours que personne n’égale les Français en matière de purisme, Thomas (1991, p. 197) a tout de même suggéré que c’est en partant d’Allemagne que le purisme s’est répandu aux autres langues germaniques.6

4Je ne peux pas faire complètement le tour de la question ici, je me limiterai donc aux propositions suivantes : après avoir passé en revue les autorités et types de texte abordant le thème du bon usage dans la tradition allemande, je me tournerai vers quelques-uns des critères utilisés afin de définir le bon usage en allemand du XVIIe siècle à nos jours. Puis j’envisagerai deux « cas ambigus » connus de longue date – les structures polynégatives et la question du <-e> final inaccentué – afin d’illustrer comment différents critères ont été amenés à peser au cours des siècles sur les questions d’usage de la langue. Je terminerai avec une brève remarque sur l’orthographe allemande.

5C’est au XVe siècle qu’apparurent les premières tendances vers une normalisation de la langue en Allemagne, avec ce désir typique de minimiser les variations et de maximiser l’uniformisation (Milroy et Milroy 1999). Dès le XVIe et XVIIe siècles, ce désir de partager une langue allemande standard avait déjà bien pris forme, stimulé d’une part par les exigences matérielles d’une urbanisation et d’un développement croissants, l’utilisation du vernaculaire pour les documents officiels et les correspondances, et d’autre part par le désir patriotique de promouvoir le vernaculaire comme l’égal du latin – et d’autres langues vernaculaires.

  • 7 C’est à cette mutation (vers 500 après J.-C.) que l’on doit les différences entre les formes inchan (...)
  • 8 Faulstich (2008) retrace l’usage de l’expression Hochdeutsch dans le discours des normes de langage (...)

6Le concept clef qui en a émergé est celui de Hochdeutsch, le « haut allemand ». Faisant à l’origine référence à l’allemand des régions montagneuses du Sud qui avait subi la deuxième mutation consonantique, par opposition aux variétés de bas allemand parlées dans les plaines du Nord qui, elles, étaient demeurées inchangées7, Hoch- revêtait une signification métaphorique dès le XVIIe siècle, où « haut allemand » signifiait « haut langage » dans le sens de « registre soutenu », c’est-à-dire la forme correcte de la langue à utiliser à l’écrit, sens toujours employé aujourd’hui.8 Le Hochdeutsch était défini d’après le prestige des modèles régionaux, ainsi que par des autorités sociales, institutionnelles ou individuelles (Josten 1976 ; résumé dans Polenz 1994, p. 135-142), telles que :

  1. L’autorité individuelle : surtout de Martin Luther (1483-1546) et sa traduction de la Bible, comme dans la grammaire de Clajus (1578). Un autre exemple, plus tardif, est celui du poète et défenseur de l’allemand comme langue littéraire Martin Opitz (1597- 1639), de Silésie.

  2. L’autorité d’un livre en particulier ou d’une imprimerie, les « meilleurs auteurs ».

  3. L’autorité d’une institution en particulier, par exemple d’une ou plusieurs chancelleries, souvent la chancellerie impériale et ses décrets, ou l’autorité de la Cour.

7En pratique, ces instances se concurrençaient et se chevauchaient en même temps. Des chancelleries différentes pouvaient être désignées comme modèles en fonction d’allégeances régionales. La préférence pour l’allemand régional du Centre Est allait de pair avec l’autorité conférée par la langue de Martin Luther ; la variété méridionale du Gemein Teutsch était par contraste typiquement défendue par les catholiques.

8Les généralisations effectuées sur une variété prestigieuse annonçaient souvent des efforts pour prescrire les détails d’usage langagier. Les premières prescriptions orthographiques pour l’allemand remontent à la première moitié du XVIe siècle (extraits chez Müller 1969), tandis que les premières grammaires d’allemand prescriptives datent des années 1570 (Albertus 1573, Ölinger 1573, Clajus 1578). Dès le début du XVIIe siècle, des grammaires d’allemand à l’intention des écoliers étaient rédigées (Anonyme 1619, Kromayer 1986 [1618]), et 1641 vit la publication de deux grammaires allemandes rivales qui avaient vocation à être moins élémentaires et plus exhaustives que les précédentes (Gueintz 1978 [1641], Schottelius 1641). La grammaire de Schottelius, réimprimée dans des éditions révisées en 1651 et 1663, et dans une forme abrégée en 1676, eut une influence qui dura un siècle, jusqu’à la publication de la grammaire d’Adelung (1782) (McLelland 2010, McLelland 2011b, chapitre 7). Le premier dictionnaire d’allemand complet est celui de Stieler en 1691 (Greule 1997, Ising 2001 ; pour d’autres exemples de la lexicographie du XVIIe siècle, voir Jones 2000, Henne 2001, Ising 2001). Toutefois, et par contraste avec l’existence des remarqueurs dans la France du XVIIe siècle, ce n’est pas avant la seconde moitié du XIXe siècle que l’on trouve des textes offrant des conseils purement linguistiques à l’usage d’un public éduqué, tels que le fameux Sprachdummheiten (« bêtises linguistiques ») du directeur des archives de Leipzig, Gustav Wustmann, en 1891 (et plusieurs rééditions postérieures) (Ernst 2004, Schmidt-Wächter 2004, Law 2007). Davies et Langer (2006, p. 120-124) font un synopsis des principaux travaux de ce genre et donnent des indications quant à leur popularité.

9Outre les grammaires, les guides orthographiques et les dictionnaires qui constituent l’histoire de la normalisation de la langue allemande, une autre source prodiguant des conseils sur le bon usage était celle des manuels pour écrivains publics, des guides de rédaction de lettres et autres ouvrages similaires (se référer à Greule 1997 et Greule, Kessel et Brau s.d., pour d’utiles typologies des différents types de textes). La variété des différentes situations de communication pour lesquelles des conseils étaient prodigués s’est élargie vers la fin du XVIIe, puis au cours du XVIIIe siècle. De nouvelles théories rhétoriques émergèrent qui visaient à aborder le nouvel éventail de situations de communication, notamment l’art du compliment (Komplimentieren) et de la correspondance privée – des situations de communication pour lesquelles les traditionnelles systématisations de la rhétorique se montraient totalement inappropriées (Till 2004, p. 20-218). Dès les dernières décennies du XVIIe siècle, à partir de Christian Weise (1691), les manuels rejetaient la rhétorique traditionnelle, fondée sur des règles et désormais ressentie comme exagérément artificielle, et mettaient à la place l’accent sur l’idée de naturel, comme l’exemplifiait l’art du compliment à la Cour française. L’enthousiasme pour l’art du compliment illustre aussi un autre glissement de centre d’intérêt au cours de ce siècle, vers des interactions plus dialogiques que monologiques, un phénomène également observé dans l’attention portée à une conduite correcte dans les interactions dans beaucoup d’écrits du philosophe Christian Thomasius (1655-1728). Thomasius préconisait le développement des capacités à poser des questions pertinentes, à répondre promptement et spontanément, à être drôle et divertissant, à mener et enjôler une conversation, toutes qualités d’un bel esprit. Le bon goût devait se manifester dans des compétences de discrimination bien développées, mais sans pédanterie (Leweling 2005, p. 97-99).

10Le XVIIIe siècle finissant, et plus particulièrement le XIXe siècle, virent l’émergence de guides d’étiquette, comprenant force conseils d’usages linguistiques (pragmatiques) (voir Zillig 2000, Linke 2007, Schmidt-Wächter 2004), dont l’engouement est lié selon Polenz (1999, p. 60) à l’expansion économique de l’époque – il note un engouement similaire pendant le Wirtschaftswunder des années 1950-1980. De tels ouvrages comportaient des conseils sur les sujets de conversation convenables aux hommes et aux femmes. Pour les femmes, par exemple, ils préconisaient que les mots fussent choisis avec soin, que les particules fussent évitées, et que le ton de la voix fût agréable. Ci-dessous se trouve un exemple de conseils pour le genre communicatif « rendre visite » :

  • 9 Dans l’original : « Mit einem höflichen ‘Ich wollte mir erlauben, meine Aufwartung zu machen’ oder  (...)

Avec un poli « Je voulais vous rendre mes hommages », ou « Permettez-moi de me présenter », « J’espère que je n’arrive pas à un moment inopportun », « Puis-je entrer ? », vous présenterez l’objet de votre visite ; avec une expression telle que « J’ai déjà bien trop accaparé votre précieux temps », « je suis désolé de vous avoir accaparé », « il me semble que je vous ai déjà bien trop dérangé », vous vous apprêtez à prendre congé de votre compagnie. (cité d’un guide du XIXe siècle Wovon soll ich reden ? Die Kunst der Unterhaltung, par Linke 2007, p. 485).9

1. Critères employés pour juger du bon et du mauvais usage

  • 10 La systématisation de Gloy (1975) des motifs selon lesquels les normes linguistiques sont établies (...)
  • 11 D’un autre côté, le célèbre chroniqueur du Spiegel Bastian Sick (2004) utilise la brièveté comme ar (...)
  • 12 Typiquement, les caractéristiques relevées recouvraient des aspects lexicaux, morphologiques, synta (...)

11En ayant terminé avec l’expansion des différents types de textes répondant aux besoins de conseils sur le « bon usage », je me tourne maintenant vers les critères utilisés au cours des siècles pour justifier d’un usage comme étant « bon » ou pour le stigmatiser au contraire comme « mauvais ». En premier lieu, trois critères formulent des hypothèses sur les qualités inhérentes du système langagier lui-même : la pureté (de façon évidente dans la tradition du purisme à l’encontre des mots d’origine étrangère), le naturel et la rationalité, cette dernière paire étant particulièrement proéminente aux XVIIe et XVIIIe siècles. D’autres critères sont essentiellement rhétoriques, et évaluent les effets de l’utilisation de la langue sur le destinataire de la communication : clarté et intelligibilité, beauté (comprenant à la fois Zier, « ornement » et Wohllaut, « euphonie ») et brièveté.10 De nos jours, la brièveté est communément identifiée à une vertu spécifique des mots empruntés à l’anglais, par comparaison avec leurs homologues allemands natifs.11 Un autre arbitre du bon usage, qui n’a émergé, lui, qu’au XXe siècle, est l’idéologie politique et la tradition du Sprachkritik (littéralement, « critique du langage »), qui débuta avec les satires de la propagande impériale du journaliste autrichien Karl Kraus (1874-1936), puis continua plus tard avec Dolf Sternberger (1907-1989), le commentateur de la langue nazie (Dodd 2007). Cela lança une série de travaux sur les caractéristiques d’une langue « nazie », ou plus généralement « totalitaire », présumée12 ; bien que ceci soit sujet à controverse, il est indéniable que le mot Führer (guide) est encore évité en allemand parce qu’il est en un sens « contaminé » par ses connotations nazies.

12Beaucoup de travaux récents ont pris en compte la manière dont de tels critères réapparaissent comme topoi dans la tradition allemande (Leweling 2005, Stukenbrock 2005b, Faulstich 2008, Gardt 2008). Tandis que les critères eux-mêmes sont restés assez constants dans la tradition allemande (et beaucoup d’entre eux depuis l’Antiquité romaine, de fait), leur interprétation et leur application ont changé. Par exemple, Gardt (2008) a distingué cinq conceptions différentes du naturel linguistique du XVIe au XVIIIe siècle, appliquées de manière variable à la prononciation, à la formation des mots, au vocabulaire, à la syntaxe, et même à la macrostructure des textes : (i) religieuse ou mystique (la langue n’y est pas arbitraire, elle pointe vers une vérité mystique) ; (ii) philosophique (la langue y est en conformité avec la réalité et le monde naturel) ; (iii) idéologique (la croyance selon laquelle les mots allemands sont en harmonie avec la nature, d’une manière que les autres langues n’ont pas) ; (iv) structurelle (comme l’application aux mots transparents ou aux structures de phrases) ; et finalement (v) pragmatique, où le naturel était considéré comme l’équivalent du style simple (stilus simplex) de la rhétorique traditionnelle. De fait, dès le XVIIIe siècle, la notion de naturel exprimait les mêmes préoccupations que celles abordées par les maximes conversationnelles de Grice au XXe siècle : être aussi informatif que possible, mais pas plus que nécessaire ; éviter l’opacité, l’ambiguïté, le verbiage et l’absence de structure (Leweling 2005, p. 96-97 ; Gardt 2008, p. 419).

13Le cas de la « clarté » et de l’« intelligibilité » démontre aussi bien comment l’interprétation et l’application des critères a évolué. Pour Schottelius au XVIIe siècle, Deutlichkeit (« clarté » dans le sens d’absence d’ambiguïté) était garanti par-dessus tout par les racines monosyllabiques allemandes, qui étaient par définition maximalement concises, dont les sens étaient clairs, et qui pouvaient être combinés pour former des composés (prétendument) transparents (voir McLelland 2011a). L’allemand

  • 13 La transparence revendiquée ici était et est toujours une simplification exagérée, ainsi que le sai (...)
  • 14 Dans l’original : « [lest] also künstlich / kürtzlich und deutlich doppelen / daß man fast jedes un (...)

[permet] la composition de mots de manière si astucieuse, concise et claire, que l’on peut véritablement désigner chaque chose sans équivoque.13 (Schottelius 1663, p. 99 ; voir aussi p. 65)14

  • 15 Faulstich (2008, p. 467) interprète la domination du trio de critères deutlich – verständlich – kla (...)

14Ce souci de clarté à l’échelle du mot se poursuivit au XVIIIe siècle, alors que l’on fabriquait diligemment des expressions allemandes pour remplacer les emprunts étrangers qui réduisaient l’intelligibilité, comme dans le Verdeutschungswörterbuch de Campe (1801), un élément du mouvement plus large du Volksaufklärung, dont le but était de rendre le savoir accessible à ceux qui n’appartenaient pas à l’élite éduquée.15

15Cependant, intelligibilité et clarté constituaient de plus en plus des préoccupations non plus seulement à l’échelle du mot, mais aussi à l’échelle syntaxique. Les corrections faites par Elias Caspar Reichard (1714-1791), un adepte de la critique du langage appliquée (Sprachkritik), sur un article soumis à une revue érudite régionale dont il était rédacteur, illustre bien ce dernier point (Leweling 2005, p. 212 ; voir Cherubim 1993). La phrase d’origine de l’auteur était la suivante :

Allein es wird mir auch keiner können Verdencken, daß ich deßen Nachrichten hierin als ein Evangelium anzunehmen mich nicht könne überzeugen.

16Reichard écrivit des nombres au-dessus des mots afin de réordonner la phrase, qui lui semblait de manière évidente moins lisible qu’elle eût pu l’être (et il effaça aussi auch « aussi », considéré comme superflu). Voici la nouvelle version :

Allein keiner wird mir es Verdencken können, daß ich deßen Nachrichten hierin als ein Evangelium anzunehmen mich nicht überzeugen könne.

Mais nul ne pourra me reprocher que je ne puisse pas me convaincre d’accepter ses nouvelles comme évangile (Leweling 2005, p. 213).

17Voici un autre exemple (Leweling 2005, p. 214) :

[…] und hat das Eigenthum die Abtißin Sophia erst anno 1223 dem Bischofe zu Paderborn abgetreten.

Die Abtißin Sophia hat das Eigenthum erst anno 1223 dem Bischofe zu Paderborn abgetreten. […] l’abbesse Sophia céda la propriété à l’évêque de Paderborn en 1223.

18Dans ces deux exemples, Reichard semble préférer l’ordre sujet-verbe-complément dans la proposition principale, bien que cela ne fût pas l’ordre des mots « naturel » tel que l’avaient défini Arnauld et Lancelot (1660). Cet ordre indique plutôt de la façon la plus claire l’agencement principale/subordonnée. Conséquemment, le verbe conjugué de la subordonnée du premier exemple, könne (puisse), est aussi déplacé en fin de proposition, de telle sorte que la position finale du verbe signale clairement la fin de cette subordonnée. La réduction de la complexité syntaxique pour des raisons de clarté reste un idéal des textes éducatifs allemands des années 1930 (McLelland 2011b), et demeure une recommandation du Duden aujourd’hui. Duden (1985, p. 587) remarque :

  • 16 Dans l’original : « Man spricht von einem Schachtelsatz, wenn in einem Nebensatz ein weiterer oder (...)

On parle d’une Schachtelsatz [ « phrase emboîtée »] lorsqu’une ou plusieurs subordonnées sont insérées dans une autre subordonnée. Pour des raisons de clarté [littéralement « vision d’ensemble claire »], de telles constructions devraient être évitées.16

2. Deux Zweifelsfälle « cas douteux », 1600-2000

19Je me tourne maintenant vers deux domaines où l’incertitude perdure de longue date en allemand, et qui ont été soumis à des jugements rendus d’après les critères présentés précédemment : en syntaxe, le problème de la polynégation ; en morphologie, le fameux -e luthérien.

2.1 La polynégation

20La polynégation a une longue et respectable histoire dans la langue allemande, et était habituelle dans le moyen haut-allemand. Et même au XVIIe siècle, Schottelius (1663, p. 777) acceptait encore les doubles négations du type mit nichten nicht (en aucun cas ne pas) comme négations emphatiques ; de même, Gueintz (1978 [1641], p. 116), Stieler (1691) et Kramer (1694, p. 971-972). Pourtant, au cours des trois versions de la grammaire de Schottelius (1641, 1651, 1663), ce dernier semble avoir éliminé de telles polynégations emphatiques de ses propres écrits.

Tableau 1 : Doubles négations éliminées entre Schottelius (1641) et (1663)

  • 17 Wustmann (1903, p. 271), par contraste, considère que la lecture de deux négations dans un sens aff (...)

21Il est à supposer que Schottelius a supprimé ces formes en vertu d’un certain sentiment de malaise à leur endroit, pas encore formulé de façon explicite mais consistant probablement dans un certain sens à un risque d’ambiguïté, car il existe des preuves que deux négations s’employaient déjà à l’époque dans un sens affirmatif plutôt que dans un sens emphatique négatif (Lange 2008, p. 286). Dans les dernières décennies du XVIIe siècle, la grammaire de Bödiker (1690, p. 481-482) émet bien des objections à l’encontre de la polynégation, qu’il décrivait, à tort, comme une habitude du grec ou du latin importée en allemand, alors que Der Teutsche läßt Nein Nein und Ja Ja sein (pour un Allemand, oui, c’est oui, et non, c’est non ; Davies et Langer 2006, p. 246). Dès le milieu du XVIIIe siècle, Gottsched (1758, p. 388, cité par Davies et Langer, ibid.), portait un regard sur la polynégation comme vestige du siècle précédent (« qui estoit en usage au Siècle passé »), et plus tard les grammairiens lui emboîtaient le pas en condamnant la structure comme dépassée (Hemmer 1769, p. 188-189), dialectale (Adelung 1793, p. 484-85), à n’employer que dans les plaisanteries (Götzinger 1838, p. 44-45 : höchstens beim komischen Dichter « au plus chez l’auteur comique »), ou encore comme relevant davantage du latin que de l’allemand (Götzinger encore ; Becker 1836, p. 385-386). C’est Keller (1879, p. 182) qui fit glisser les motifs de rejet vers un argument fondé sur la rationalité, en arguant que la polynégation est pléonastique. Dès le XXe siècle, cet argument de la logique et du pléonasme avait apparemment gagné, tandis que Matthias (1914, p. 420) énonçait que Zwei Verneinungen heben sich auf (deux négations s’annulent) – une formulation faisant écho à la certitude mathématique selon laquelle deux valeurs négatives forment une valeur positive.17

22Plus tard au XXe siècle, une polynégation de nature différente fut perçue comme problématique. Le Richtiges und gutes Deutsch de Duden (1985, p. 489-90, 492-93), discute des constructions où une négation est implicite dans le verbe ou la proposition précédente, comme dans Sie bewahrte ihn davor, einen falschen Schritt zu tun / keinen falschen Schritt zu tun, littéralement « elle l’empêcha de faire un faux pas / de faire aucun faux pas » – la seconde version, avec la négation kein, étant jugée incorrecte, parce que le sens négatif est implicite dans bewahren (empêcher). L’un des exemples donnés est cependant hautement douteux : Er warnte ihn, nicht aufs Eis zu gehen est prétendument incorrect ; nicht devrait y être omis, et l’on devrait dire Er warnte ihn [davor ? NM], aufs Eis zu gehen. Sans le davor (du danger de), cette structure semble hautement ambigüe et plus susceptible d’une interprétation dans le sens « elle le prévint d’aller sur la glace » (voir Er warnte uns, pünktlich anzukommen « il nous prévint d’arriver à l’heure »). Cet exemple fut rejeté par quatre collègues germanistes de langue maternelle allemande comme « très mauvais allemand », « ambigu et très possiblement faux », « obscur », et « factuellement faux ».

  • 18 Par exemple : Die russische Regierung warnte dies nicht zu tun […] (le gouvernement russe a prévenu (...)

23Google n’est pas avare en liens vers des emplois de warnen (avertir, prévenir) suivis par un nicht dans ce genre de structure, encore que ceux-ci ne fussent pas présents dans la presse de qualité.18 L’exemple suivant fut toutefois trouvé dans le Berliner Zeitung : Niedersachsen warnt Schröder : Sparkurs nicht übertreiben, où la syntaxe comprimée du gros titre se développerait ainsi : Niedersachsen warnt Schröder, den Sparkurs nicht zu übertreiben (la Basse-Saxe prévient Schröder de ne pas aller trop loin dans l’initiative sur l’épargne). De cette évidence (un conseil dans le Duden, qui contredit et l’usage courant et les intuitions de natifs diplômés de l’enseignement supérieur), le doute séculaire sur la double négation semble avoir évolué d’un doute sur les particules négatives multiples à un doute sur la combinaison d’une particule négative avec une entité lexicale à sens négatif implicite, ainsi que le tableau 2 le résume. Il reste que l’argument est fondé sur la justification introduite au XIXe siècle : une entorse à la logique rationnelle.

Tableau 2 : La polynégation en allemand

2.2 Le -e final inaccentué optionnel (le « -e luthérien »)

24Mon deuxième exemple a une tradition encore plus vieille, et, à la différence de la polynégation, il reste un domaine avec une large zone de variation et d’incertitude pour beaucoup de locuteurs aujourd’hui : à l’article sur le -e, le guide du bon usage Duden (1985, p. 200-201) établit une liste de références aux points suivants :

i. -e à la fin d’un nom (des noms neutres comme Geschrei/Geschreie ; ou féminins comme Tür/Türe)
ii. -e à la fin d’adjectifs non déclinés (lang/lange, blöd/blöde)
iii. -e comme finale de datif de noms masculins ou neutres : im Sinn / im Sinne
iv. -e comme finale de verbe : à la première personne du singulier de l’indicatif, à la deuxième personne du singulier de l’impératif, et aux premières et troisièmes personnes du subjonctif

25Il n’y a pas de place ici pour discuter individuellement de ces trois catégories. Des locuteurs différents prendraient des décisions différentes pour chaque sous-catégorie, et ces sous-catégories elles-mêmes dépendent du lexème ou du contexte syntaxique (par exemple, prédicatif ou attributif, nuances de sens). Dans l’ensemble, ceci dit, la variation en -e est un cas intéressant. La variation, et puis l’incertitude qui en résulte, a émergé historiquement parce que l’accentuation typiquement germanique des mots sur la première syllabe menait à l’affaiblissement des inflexions finales vers -e, puis, dans de nombreux cas, vers l’élision. Le processus fut poussé plus loin dans les dialectes allemands du Sud que dans l’allemand du Centre, qui constituait la base de la langue standard. À lire l’histoire de la langue comme histoire culturelle (Gardt et al. 1999), les manières dont les locuteurs et les codificateurs ont abordé le problème du -e mettent en lumière le rôle de l’idéologie dans la description, la prescription et l’usage de la langue.

  • 19 Les débats bouillonnants se retrouvent dans la correspondance de la Fruchtbringende Gesellschaft (L (...)

26À partir du début du XVIe siècle, nous trouvons des observations selon lesquelles l’allemand se caractérise par ses racines monosyllabiques ; Schottelius fit de cette croyance la fondation de sa théorie grammaticale (voir supra). De plus, les racines monosyllabiques servirent d’indicateur de la pureté, de la brièveté, de la force et de l’originalité de l’allemand (McLelland 2011a, b ; notez ici l’application de qualités rhétoriques telles que pureté et brièveté non pas à un usage particulier de la langue, mais bien à l’allemand en termes absolus). Selon ces prémices, les finales en -e se répartissaient entre deux catégories. En premier lieu, elles pouvaient être reconnues comme des inflexions ou des dérivations légitimes ajoutées à la racine avec une fonction claire. Ceci est nettement le cas avec la marque de la première personne du singulier dans ich arbeit-e (je travaille), par exemple, ou die Läng-e (longueur) (où le -e est un suffixe dérivationnel substantivant l’adjectif ; Schottelius 1663, p. 69). Au motif du raisonnement analogique et à l’encontre de l’usage établi, on pouvait même défendre, comme le fit Schottelius, l’idée d’un marqueur de pluriel -e pour les noms où un tel marqueur n’existait pas dans l’usage courant, comme dans der Meister, die Meister-e (le maître, les maîtres), par analogie avec la plupart des noms, qui avaient bien, eux, un marqueur de pluriel explicite. De fait, la concurrence entre usage établi et analogie (interprétée en retour comme l’expression de la rationalité naturelle) caractérise les débats sur le bon usage du XVIIe siècle.19 Dans d’autres cas, cependant, le -e n’avait pas de fonction claire, et devait être rejeté comme superflu ; ainsi trouvons-nous dans la liste de mots racines de Schottelius de 1663 Käs plutôt que Käse (fromage), Taub plutôt que Taube (colombe), etc. De plus, la deuxième personne de l’impératif pour Schottelius était mach !, non mache ! (fais !), parce que c’était pour lui un acte de foi, conformément à une lignée remontant à Irenicus (1518), que la deuxième personne de l’impératif formât la racine monosyllabique du verbe. À l’inverse, Bödiker (1690, p. 264-265) – qui suivit avant les autres sa propre voie sur la double négation – retournait le raisonnement de Schottelius en soutenant que le -e représentait une avancée euphonique sur les origines monosyllabiques crues et rugueuses de la langue. Dans cette première étape de réflexion sur la présence ou l’absence de -e, donc, l’argumentation se teintait à l’excès d’idéologie culturelle patriotique sur l’apparence que devaient prendre les mots allemands.

27La deuxième étape de réflexion sur ce grand domaine d’incertitude fut l’alignement au XVIIIe siècle des formes en -e sur celles typiques de l’allemand du Centre-Est, c’est-à-dire la langue protestante, et même « luthérienne ». Le -e présent dans tous les contextes notés ci-dessus se fit connaître sous le nom de -e saxon, ou de manière plus provocatrice, de -e luthérien. Le grammairien du XVIIIe siècle Hemmer commentait : wie man von vielen Katholiken höret, lutherische Art zu reden (comme on entend chez beaucoup de catholiques la façon de parler lutherienne ; Hemmer 1769, p. 129-130, cité par Habermann 1997, p. 436). Braun (1765), un moine bénédictin écrivant un manuel scolaire de grammaire pour le bavarois, distinguait un -e superflu, un -e nécessaire et un -e décoratif (zierliches) à des fins euphoniques (Habermann 1997, p. 454). Il faisait appel aussi aux critères potentiellement opposés de raison et d’autorité (Ratio and Auctoritas, […] also Sprachrichtigkeit und der Gebrauch bei Vorbildern « c’est-à-dire, correction linguistique et l’usage [d’écrivains] modèles »). Dans l’ensemble pour les grammairiens de l’allemand supérieur, si le -e avait une fonction claire, alors il fallait l’insérer à l’écrit, indépendamment de ce que les gens disaient à l’oral (Habermann 1997, p. 457) ; certains l’autorisaient aussi pour l’euphonie ou l’usage établi. Attestation de la pratique linguistique quotidienne parmi les élites, il est intéressant de noter que les origines sud-allemandes de Goethe se révèlent dans son utilisation de formes apocopées telles que Gebirg, Seel, Ruh, die Stern, die Händ, ich hab, ich geb (chaîne de montagnes, âme, repos, les étoiles, les mains, j’ai, je donne) et des prétérits hypercorrects présents dans la langue écrite de l’allemand du Sud tels que ich sah-e, ich that-e « j’ai vu, j’ai fait », qui ne furent retirés que lors de la révision de ses travaux à Weimar au cours des années 1786-1787, pour laquelle il est connu qu’il eut recours au dictionnaire d’Adelung comme référence (Habermann 1997, p. 462).

28Dès le XIXe siècle, la question de la place du -e dans les conjugaisons verbales et les inflexions nominales (la plupart d’entre elles) était réglée. Les domaines de variation qui demeuraient tendaient à être regroupés sous l’étiquette de Wohlklang ou euphonie (Habermann 1997, p. 464). Bauer, qui traita de l’apocope du -e dans les plus grands détails, fut le premier à stipuler que le -e du datif (autrefois obligatoire) n’était qu’une question de Wohllaut « euphonie » (Bauer 1827-1833, t. II, p. 195, dans Habermann 1997, p. 466). Le Richtiges und gutes Deutsch de Duden de 1985 (1985, p. 173) autorise encore un nombre limité de cas où le -e datif relève du sens du rythme du locuteur ou de l’écrivain.

Tableau 3 : Approches du -e inaccentué dans la grammaire allemande depuis 1600

29Dans l’ensemble, en dépit d’une clarification sur le -e datif au XIXe siècle, il demeurait, et demeure toujours, une marge d’incertitude considérable. Sur le -e de la deuxième personne de l’impératif, Duden (1985, p. 347) soutient que Abgesehen von der gehobenen Sprache […] wird heute bei den meisten Verben die Formen ohne Endungs-e bevorzugt « à l’exception du langage soutenu, aujourd’hui pour la plupart des verbes les formes sans -e final sont préférées » – ce qui, avec les trois réserves formulées (à l’exception, la plupart, préférées) montre bien l’état des choses.

*

  • 20 Il est intéressant de noter qu’à la conférence de jubilé à Vienne en 2009 de l’Internationale Verei (...)

30Je ne puis conclure sans ajouter quelques mots sur l’orthographe, domaine inévitablement inclus dans les réflexions sur le bon usage depuis le XVIe siècle (il s’agit même du premier domaine dont le besoin de codification fut reconnu, au XVe siècle), et qui reste l’une des plus grandes zones d’incertitude de nos jours.20 La dernière réforme de l’orthographe (1996, avec force de loi depuis 2006) fut très mal accueillie, en partie parce que les acteurs concernés ne furent pas assez consultés, et qu’elle fut imposée d’en-haut par décret gouvernemental (Johnson 2000, 2005). Mais c’étaient aussi les détails de la réforme qui engendrèrent une insécurité et une confusion généralisées, même chez les locuteurs natifs éduqués. L’édition 2006 du dictionnaire d’orthographe de Duden qui fait autorité fit imprimer en rouge les formes nouvellement permises ; et là où des options étaient autorisées, la version recommandée était imprimée en jaune. Prenez l’entrée suivante du dictionnaire, sélectionnée au hasard, pour l’équivalent allemand de « profitable », où l’incertitude réside dans la question de savoir s’il faut écrire l’expression en un ou deux mots :

Gewinn bringend, gewinnbringend. ↑K58 : eine Gewinn bringende od. gewinnbringende Investition […]

31La première forme, Gewinn bringend, est en rouge chez Duden, signalant que c’est une forme autorisée par les nouvelles règles. La deuxième forme, gewinnbringend, est surlignée en jaune, afin d’indiquer que c’est la forme recommandée par Duden. Le lemme est suivi d’une référence à K58 (l’une des 133 règles au début de l’ouvrage), imprimé en bleu. Dans cet exemple particulier, nous sommes confrontés à trois avertissements apparemment sérieux, dans trois différentes couleurs. Donc :

  1. La réforme de l’orthographe introduit une nouvelle orthographe.

  2. C’est l’autre que recommande Duden.

  3. La règle K58 explique que le choix entre l’orthographe comme phrase ou mot composé dépend du contexte.

  4. Contrairement à 2. et 3., l’exemple donné illustre les deux orthographes dans exactement le même contexte.

32Dans les faits, la réforme de l’orthographe de 2006 autorise des choix judicieusement évalués en fonction des intuitions des locuteurs. Cependant, si des siècles de guides stylistiques et autres ont bien évalué leur clientèle, ce que précisément les locuteurs natifs ne veulent pas, c’est avoir à choisir. Ils veulent de la certitude. Et c’est bien pour cela qu’après tout, ces guides stylistiques et autres existent à l’origine…

Notes

1 Schottelius 1663, p. 10. La traduction française du texte original (en anglais) a été faite par Adrien Méli.

2 Dans l’original : « wir lûter und wie reine / sîne kristallînen wortelîn / beide sint und iemer müezen sîn ».

3 Dans l’original : « Wir halten es mit den Franzosen, die dem Grundsatz folgen : Ni laxisme, ni purisme – Weder Laxheit, noch Purismus. Wir wollen kein ‘reines’ Deutsch. Allerdings wollen wir die Flut überflüssiger englischer Wörter zurückdrängen. »

4 Le titre intégral est : Richtiges und gutes Deutsch. Wörterbuch der sprachlichen Zweifelsfälle. Richtiges und gutes Deutsch. Wörterbuch der sprachlihen Zweifelsfälle. Grammatische, stilistische und rechtschreibliche Zweifelsfälle – Abkürzungen – Fremdwortfragen – Anreden und Anschriften – Bewerbunggschreiben – Lebenslauf u.a. « L’allemand bon et correct. Dictionnaire des cas linguistiques douteux. Cas douteux grammaticaux, stylistiques et orthographiques – abréviations – questions sur les mots d’origine étrangère – formules de politesse – lettres de motivation – CV, etc. ».

5 Horan, Langer, & Watts (2009) fait en anglais une synthèse accessible de ces thèmes dans l’histoire de la langue allemande.

6 Se référer à Jones (1995) pour une documentation exhaustive sur le purisme dans la première partie de l’ère moderne, et à Jones (1999) pour une discussion. Voir aussi Langer et Davies (2005), Hohenhaus (2002).

7 C’est à cette mutation (vers 500 après J.-C.) que l’on doit les différences entre les formes inchangées eat, eten, pipe, ten, tien de l’anglais, du hollandais et du bas allemand et les cognats du haut allemand (aujourd’hui l’allemand standard) essen, Pfeife, zehn.

8 Faulstich (2008) retrace l’usage de l’expression Hochdeutsch dans le discours des normes de langage du XVIIIe siècle, et en examine les topoi utilisés dans sa définition.

9 Dans l’original : « Mit einem höflichen ‘Ich wollte mir erlauben, meine Aufwartung zu machen’ oder : ‘Ich bin so frei, mich vorzustellen’, oder ‘Ich weiss nicht, ob ich lästig falle’ oder : ‘Darf ich mir erlauben, einzutreten ?’ leitest du deinen Besuch ein, mit einem ‘Ich darf Ihre Zeit nicht länger in Anspruch nehmen’ – ‘Verzeihen Sie, dass ich Sie so lange aufhielt’ – ‘Ich fürchte, ich habe schon zu lange gestört ; – rüstest du dich, den Rückzug anzutreten.’ »

10 La systématisation de Gloy (1975) des motifs selon lesquels les normes linguistiques sont établies recoupe partiellement les critères donnés ici : 1. structures (en conformité avec le système langagier, cf. la rationalité) ; 2. Le topos « plus c’est ancien, mieux c’est » (ou les topoi de l’« âge d’or » Milroy & Milroy 1999 ; voir aussi Hohenhhaus 2002) ; 3. qualité morale du langage c’est-à-dire le devoir de parler l’allemand correct, peut-être particulièrement fort aux XVIIe et XVIIIe siècles, évident dans la résistance à l’emprunt à des mots étrangers conçu comme contaminant la culture et le caractère allemand, et, au XVIIIe siècle, dans la répréhension de toute communication affectée, fausse et non sincère, par opposition à la grâce naturelle, Anmut ; 4. intelligibilité, c’est-à-dire apte à son but ; 5. attestation dans l’usage courant.

11 D’un autre côté, le célèbre chroniqueur du Spiegel Bastian Sick (2004) utilise la brièveté comme argument pour rejeter la structure in 1987 (en 1987) adoptée par analogie avec la structure anglaise, ainsi que celles employées dans les pays limitrophes, en Hollande et en France, pour la structure normale 1987, sans la préposition in : Sick soutient que la forme non standard in 1987 est moins concise que l’expression allemande originelle. Cette structure stigmatisée, comme beaucoup d’autres aujourd’hui, est encore ressentie comme un emprunt récent, bien que son histoire remonte au moins au milieu du XIXe siècle (Davies et Langer 2006, p. 133-134).

12 Typiquement, les caractéristiques relevées recouvraient des aspects lexicaux, morphologiques, syntactiques et stylistiques, incluant notamment une tendance à la nominalisation, au recours à une syntaxe simple, à des répétitions, à des superlatifs fréquents, à un vocabulaire dynamique et à des termes clefs tels que Blut, Boden, Volk, souvent eux-mêmes inclus dans des mots composés (Müller 1994, Stevenson 2003, Townson 1992).

13 La transparence revendiquée ici était et est toujours une simplification exagérée, ainsi que le sait quiconque ayant été confronté aux mots composés allemands. Elle s’applique bien à Haustür « porte d’entrée » ; mais pour beaucoup d’autres mots (Kindergarten « garderie » ou aufhören « cesser », apparemment formé de « sur + entendre »), cela ne fonctionne pas.

14 Dans l’original : « [lest] also künstlich / kürtzlich und deutlich doppelen / daß man fast jedes und alles mit einem deutlichen Worte anzeigen künne. »

15 Faulstich (2008, p. 467) interprète la domination du trio de critères deutlich – verständlich – klar (sans équivoque – intelligible – clair) au XVIIIe siècle comme le « succès du principe de rationalité stylistique ». Le site Verein Deutsche Sprache attaque encore aujourd’hui l’exclusion sociale causée par l’utilisation de termes étrangers incompréhensibles tels que le (concis !) stroke unit (point de réanimation cardiaque) plutôt que l’allemand Rettungspunkt für Schlaganfälle (littéralement « point de sauvetage pour attaques cardiaques »).

16 Dans l’original : « Man spricht von einem Schachtelsatz, wenn in einem Nebensatz ein weiterer oder mehrere weitere Nebensätze eingefügt werden. Aus Gründen der Übersichtlichkeit sollte man derartige Sätze vermeiden ».

17 Wustmann (1903, p. 271), par contraste, considère que la lecture de deux négations dans un sens affirmatif est un accomplissement « récent » de l’éducation (Davies et Langer 2006, p. 252).

18 Par exemple : Die russische Regierung warnte dies nicht zu tun […] (le gouvernement russe a prévenu de ne pas faire cela) (http://community.bravo.de/boards/wissen-archiv/topic257059-10.html#p10103237, dernière consultation le 13 août 2013).

19 Les débats bouillonnants se retrouvent dans la correspondance de la Fruchtbringende Gesellschaft (La Société des fructifiants). La revue de Schottelius de la version manuscrite de la grammaire de Gueintz en 1640 soutient que le rechte pluralis (pluriel correct) de mots tels que Meister-e (maître-s) devait être préféré comme kreftig (fort), même s’il allait à l’encontre de l’usage, ou plutôt de l’abus, général den algemeinen misbrauch. Gueintz rétorqua que Der Gebrauch muß aber den Anschlag geben, unndt nicht die Regel dem gebrauch (mais l’usage doit être le guide, et ce n’est pas la règle qui devrait guider l’usage), Krause 1973 [1855], p. 249, 254, 365, 371, 374 ; voir Takada 1998, p. 22-24.

20 Il est intéressant de noter qu’à la conférence de jubilé à Vienne en 2009 de l’Internationale Vereinigung für Germanistik, l’association internationale de germanistes fondée en 1951, une session plénière devant des centaines de délégués a dégénéré en une rixe verbale fleurie sur l’orthographe, au grand étonnement des délégués ne provenant pas de pays de langue allemande.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Doubles négations éliminées entre Schottelius (1641) et (1663)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Tableau 2 : La polynégation en allemand
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Tableau 3 : Approches du -e inaccentué dans la grammaire allemande depuis 1600
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31840/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteur

Université de Nottingham

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search