Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie 2. Le bon usage : de 1700 à nos jours

« Bon usage », un concept protéiforme et fluent

Du Bon Usage (Grevisse, 1936) au… Bon Usage (Grevisse et Goosse, 2007)

Jean René Klein

Texte intégral

Je tiens à remercier mon collègue et ami, Jean-Marie Pierret, pour sa lecture attentive de ce texte. Il se peut que l’une ou l’autre remarque concernant la 14e édition du Bon Usage ne s’applique plus à la 15e édition publiée après le colloque, en 2011.

1« Enfin Vaugelas vint » (à propos des Remarques de 1647) ; « Enfin Grevisse vint » (à propos du Bon Usage de 1936). Ce clin d’œil à Boileau et à… Malherbe n’a d’autre but que d’attirer l’attention sur les ambiguïtés qui accompagnent certains parallélismes hâtifs. Bon Usage, deux termes simples, d’apparence anodine, mais lourds de polysémie, et ce n’est pas l’utilisation de la formule pour désigner une grammaire devenue célèbre au XXe siècle qui aura dissipé les malentendus. Il ne sera pas question dans ces lignes de décrire les diverses valeurs que « usage » et « bon usage » ont pu prendre pour caractériser un certain emploi du français depuis le XVIIe siècle. D’autres l’ont déjà très bien fait (voir Siouffi, dans Rey, Duval et Siouffi 2007, p. 457-957).

2Le propos s’articulera en deux volets :

  • de Vaugelas à Grevisse (1936)

  • de Grevisse (111980) à Grevisse et Goosse (142007)

1. De Vaugelas à Grevisse (1936)

3En se plaçant dans la lignée de Vaugelas, choix dicté par le souci de décrire l’« usage réel », Grevisse a, involontairement, suscité une analogie en partie inexacte avec son illustre prédécesseur, ne serait-ce que parce que les deux ouvrages se situaient dans des contextes langagiers et culturels assez radicalement différents.

4Comme Malherbe avant lui, Vaugelas a dû faire face à une langue française exubérante, bien peu réglée, à une créativité remarquable, héritage d’un XVIe siècle désireux d’exploiter au maximum les virtualités du français. Les partisans de cette liberté ne se sont d’ailleurs pas privés de critiquer les nouveaux « législateurs », de Marie de Gournay à La Mothe Le Vayer et Charles Sorel et bien d’autres encore. Ainsi, en 1654, ce dernier, l’auteur de la Vraie histoire comique de Francion manifeste des vues radicalement opposées à celles des Remarques :

Le bon usage des mots ne sera-t-il point connu ailleurs que parmi les gens d’épée pour la plupart ? Ne s’observera-t-il point dans les synodes des prélats et dans les conférences ordinaires de quelques ecclésiastiques, ou dans les sermons des prédicateurs ? Ne se trouvera-t-il pas dans les assemblées des parlements et autres juridictions où il se fait tant de harangues et de remontrances ?… Le bon usage ne se rencontrera-t-il point aussi dans les conversations de tant d’officiers ou de notables bourgeois et de tant d’honnêtes hommes qui habitent aux villes ? Quoi, le plus grand nombre ne doit-il pas l’emporter sur le moindre ? (Brunot 1909, p. 25, note 1)

5Même si le peuple, comme tel, n’est pas présent dans ces exemples, on assiste à un plaidoyer pour ce qui ressemble à une norme objective, bien loin de la vision élitiste qu’exprime Vaugelas dans sa définition du « bon usage ».

6Se réclamant de ce dernier à diverses occasions, Grevisse adopte, dès la deuxième édition (1939) et ce, jusqu’à la onzième, la dernière de son vivant, une définition adaptée du « bon usage », où la grammaire descriptive rejoint étrangement la grammaire normative :

La grammaire descriptive expose l’usage linguistique d’un groupement humain à une époque donnée. Elle se borne ordinairement à constater et à enregistrer le « bon usage », c’est-à-dire l’usage constant des personnes qui ont souci de bien parler et de bien écrire. C’est alors la grammaire normative ou, selon la définition habituelle, « l’art de bien parler et de bien écrire » (Grevisse 111980, p. 28).

7Ailleurs, dans des interviews ou dans certains écrits, il évoque « le bon usage actuel qui est le consentement des bons écrivains et des gens qui ont souci de bien s’exprimer » où il se rapproche plus de la célèbre phrase de Vaugelas en gommant évidemment la référence à la Cour. Grevisse ne va pas jusqu’à partager l’élitisme radical que montre Vaugelas dans sa définition beaucoup moins citée du « mauvais usage » qui « se forme du plus grand nombre de personnes, qui presque en toutes choses n’est pas le meilleur, & le bon au contraire est composé […] de l’élite des voix » (Vaugelas 1647, Préface II, 2). Si Vaugelas se défendait de vouloir fixer l’usage qu’il croyait très évolutif, il est tout de même à l’origine, à son corps défendant peut-être, d’une vague puriste qui va s’aggraver avec la dérive fixiste du XVIIIe siècle, purisme qui va survivre jusqu’au XXe siècle et qui se manifeste encore parfois de nos jours… On notera qu’à cet égard le patronage invoqué par Grevisse s’avère plus compromettant qu’éclairant, car la situation à laquelle Grevisse doit faire face dans les années 1930 est radicalement différente de celle du début du XVIIe siècle. Comme le rappelait récemment André Goosse (2008, p. 7), dans l’entre-deux-guerres, « les grammaires courantes ne parlaient guère de cela [c’est-à-dire de l’usage réel, vivant] ou, si elles en parlaient, c’était souvent en entérinant les prescriptions et proscriptions traditionnelles, Ferdinand Brunot mis à part ». La volonté d’introduire systématiquement des exemples démonstratifs, authentiques, attestant un usage réel était donc une très importante innovation. Il s’agissait d’une vraie révolution devant un océan d’a priori puristes charriant toujours les mêmes interdits surannés, que ce soit dans les chroniques de Lancelot d’Abel Hermant, qui contredisait parfois l’usage qu’il appliquait dans certains de ses textes, ou chez des remarqueurs déchaînés dénonçant le péril ou le massacre de la langue française ! À ce purisme ambiant venu de France, s’ajoutait l’acharnement des remarqueurs belges fustigeant tout écart régional par rapport à la norme parisienne (Klein 1992, 2004).

8En revanche, il est un aspect qui va rendre moins nette la rupture avec le passé chez Grevisse : la notion de bons auteurs ou écrivains, héritée sans doute de Vaugelas, mais aussi de la formation classique de l’auteur du Bon Usage, qui avait pensé, dans un premier temps, que sa grammaire s’adresserait à un public scolaire. Alors qu’il avait pour objectif de décrire l’usage de son temps, Grevisse a privilégié, au début, les auteurs du XVIIe siècle, paradoxalement parfois pour illustrer un emploi moderne. Heureusement, cela ne l’empêchera pas, au fil des rééditions, d’élargir le choix de ses auteurs, surtout pour les XIXe et XXe siècles (Goosse 2008, p. 14-16). Il n’en reste pas moins que son corpus d’exemples maintenait d’importantes restrictions ne permettant sans doute pas d’atteindre l’usage réel, au sens le plus large :

  1. les écrivains ne sont représentatifs que de la langue littéraire et ne peuvent rendre compte à eux seuls du français écrit ;

  2. les bons écrivains constituent une sous-catégorie impossible à définir concrètement, surtout pour la période contemporaine ;

  3. l’oralité ne trouve que peu son compte jusqu’en 1980, même si Grevisse ne l’ignorait pas tout à fait, comme le montre ce commentaire : « La langue populaire laisse tomber, tout à fait couramment, la négation ne et marque par le simple pas (ou point, ou plus…) le caractère négatif de la phrase ». Suit un commentaire de Jacques Pohl déclarant que « la déchéance de ne dans la langue parlée paraît se précipiter » (111980, § 2203, note 78).

2. De Grevisse 111980 à Grevisse-Goosse 142007

2.1 Une réelle évolution : du « bon usage unique » aux « usages différenciés »

  • 1 On trouvera dans l’article de Mok (1985-1986, p. 33-39) un certain nombre de considérations utiles (...)

9En trois éditions, de 1986 à 2007, le Bon Usage va subir une transformation profonde. Il ne sera pas question ici de la restructuration fondamentale de l’économie de l’ouvrage pour adapter des conceptions linguistiques, remontant à 1936, que Grevisse corrigeait parfois ponctuellement par des notes ou remarques introduisant plutôt une certaine incohérence dans l’édifice. Notre objet reste l’usage et la façon dont il est interprété dans les versions remaniées par André Goosse. Cette fois, ce n’est plus l’héritage de Vaugelas qui suscite un problème, mais le titre même que Grevisse a donné à sa grammaire et que portent toujours les trois dernières éditions. Cet intitulé, maintenu pour des raisons évidentes de notoriété, finit par introduire une nouvelle équivoque, dans la mesure où ces trois éditions reflètent une conception nettement moins restrictive d’un « bon usage constant » au profit d’un usage réel évolutif et diversifié.1 En outre, dépassant le cadre littéraire traditionnel, ces éditions intègrent de plus en plus la variation diatopique ainsi que de nombreux aspects de l’oralité. André Goosse précise sa façon de concevoir la norme et la variation dans les importants § 12 à 14, un éclairage essentiel sur sa conception de l’usage, qui était pratiquement absent dans les éditions antérieures. On peut donc s’attendre à ce que, dans un ouvrage élargissant la part descriptive et différentielle du corpus (écrits non littéraires, français parlé, variations diaphasiques et géographiques), le degré de normativité ne soit plus le même que dans les versions de l’ancien Bon Usage, ce que nous tenterons d’analyser par la suite. Là où une certaine normativité subsiste, l’usage éventuellement présenté comme le « meilleur » l’est presque toujours à côté d’autres qui ne sont pas nécessairement condamnés, pour des raisons d’ailleurs différentes.

  • 2 À titre indicatif, nous indiquons entre crochets l’un ou l’autre commentaire et les témoignages qui (...)

10Il s’agit d’une différence essentielle avec la pratique tout à fait regrettable de la neuvième édition en cours du Dictionnaire de l’Académie. Contrastant avec un effort réel de rajeunissement de sa nomenclature, la façon dont ce dictionnaire continue à émettre des proscriptions (en caractères gras, à la fin de certains articles) sans aucune justification en relation avec l’usage actuel, pourrait bien susciter quelque nouveau factum de la part d’un Furetière ressuscité ! Il en va ainsi d’emplois frappés d’indignité par tradition ou suspicion néologique de forme ou de sens, comme le montrent bien les exemples qui suivent.2 À partir de là, il devient très difficile de comprendre ce que signifie l’« usage », si même celui des écrivains membres de l’Académie, ne suffit pas à le cautionner :

CONCERNER : L’emploi de ce verbe à la forme passive est condamné par l’Académie depuis le XVIIIe siècle. On ne doit pas dire : Vous êtes directement concerné par cette mesure, mais : Vous êtes directement touché par cette mesure ou, à la forme active : Cette mesure vous concerne directement [exemples nombreux, notamment de Littré et d’académiciens dans le Bon Usage § 772, c, ainsi que dans la base Frantext].

CONTACTER : Prendre contact […]. L’emploi de ce terme est à déconseiller, en dehors du langage du commerce international, du renseignement ou de la clandestinité [exemples de Sartre, Fallet, H. Bazin, Pérec, Dolto, Sollers, etc., dans la base Frantext].

CONTRE (PAR) : à propos de par contre, utilisé au lieu de en revanche, il est dit que la locution condamnée par Littré d’après une remarque de Voltaire […] a été utilisée par d’excellents auteurs français [suit une liste importante avec un etc.!] Elle ne peut donc être considérée comme fautive, mais l’usage s’est établi de la déconseiller chaque fois que l’emploi d’un autre adverbe est possible.

DÉMOTIVER : Après la définition et un exemple, Ses échecs ont fini par le démotiver, On trouve : Néologisme déconseillé.

DÉSODORANT : [absent des dictionnaires récents, tels Le Petit Robert 2010, Le Petit Larousse 2005, Le Grand Robert 2001 !] Doit être préféré à l’anglicisme Déodorant.
Le terme sans doute le plus usuel, DÉSODORISANT, est attesté et donné comme adj., l’emploi substantivé étant inclus dans le corps de l’article.

DUPLIQUER : Dans tous les cas où ce sera possible, on doit lui préférer Reproduire.
FIXER : L’emploi elliptique Fixer quelqu’un est à éviter [usuel depuis la fin du XIXe siècle selon (Bon Usage §286, e) qui cite de nombreux auteurs, y compris des académiciens].

MALGRÉ QUE : Même si de nombreux écrivains ont employé Malgré que dans le sens de Bien que, quoique, il est recommandé de l’éviter [les écrivains sont effectivement assez nombreux, académiciens compris, comme l’illustrent le Bon Usage §1148, a et la base Frantext, avec une bonne centaine d’attestations depuis Balzac].
ETC.

2.2. Enquête sur la normativité et la variation diatopique dans le Bon Usage (Grevisse et Goosse 142007)

11L’apparition, en 2007, d’une version électronique de la quatorzième édition facilite non seulement les recherches pratiques du lecteur, mais permet aussi à l’analyste intéressé de mesurer la cohérence de l’ouvrage. Pour ce faire, nous avons effectué une première enquête à partir des dénominations des concepts de base définis dans les paragraphes préliminaires, afin de déterminer si cette recherche « plein texte » confirmait bien les objectifs descriptifs initiaux. Un certain nombre de mots-clés ont été choisis : norme(s), français commun (ou régulier), usage réel, régional et régionalisme(s), mais aussi les dénominations introduisant les spécificités diatopiques. À cela, ont été adjoints ce que l’on pourrait appeler des indicateurs de normativité, tels qu’incorrect(e)(s), incorrection(s), condamnable(s), etc. À l’exception des derniers cités, à caractère normatif strict, le nombre d’occurrences de la plupart de ces dénominations est impressionnant et donne une première mesure de l’étendue de la description. On ne rendra compte ici que de l’emploi des notions les plus significatives, ce qui permettra déjà d’estimer de façon assez fiable le degré de normativité et l’importance de la description de la variation géographique dans cette quatorzième édition.

Indicateurs « stricts » de normativité

incorrect(e) (s) : 30 (dont 6 cas seulement assumés, comprenant deux ou trois « cas-limites », tels cet exemple de la correspondance de Cézanne, au § 969 : « …M. Paul Alexis garçon très bien mieux » ou encore, au § 970 : plus bon pour meilleur…)

incorrection (s) : 9 (dont 1 seul emploi assumé, mais dans un contexte théorique, § 211 : « Une phrase reste une phrase, même si elle contient des incorrections, à condition que celles-ci ne touchent pas aux structures syntaxiques fondamentales. »)

français (pas) : 1 (§ 173, dans une citation de Faguet : « inlassable n’est pas français, je serai illassable à le dire ».)

rejeter (à) : 2 (1 seul cas assumé à propos d’une prononciation d’et cetera)
condamner (à) : 1 (§ 1154, b 2o, si pas, moins élégant [que sinon], mais difficile à condamner sévèrement [suivi d’une dizaine d’exemples d’écrivains français])
condamnable : 0

12Comme on peut le constater, la plupart de ces jugements prescriptifs apparaissent dans des citations que l’auteur ne reprend pas à son compte. Quant à norme, très peu utilisé (11 occurrences ; normatif, 0 occurrence), il intervient surtout dans des contextes théoriques.

Indicateurs diatopiques

  • 3 C’est la terminologie adoptée dans l’ouvrage collectif (Lamiroy 2009, p. 29-30), à propos des expre (...)
  • 4 Dans leur compte rendu substantiel de la 13e édition du Bon Usage, Poirier et Prévost (1994, p. 559 (...)

13Les syntagmes français standard (exclu explicitement par André Goosse, § 14) et français de référence (absent de l’ouvrage) ne sont pas utilisés à juste titre, car il s’agit d’une terminologie apparemment neutre qui implique en réalité des restrictions d’usage non déclarées. Le premier implique toujours quelque connotation normative, tandis que le second, qui se réfère aux dictionnaires français de France, ne décrit pas un vrai français « général ». En revanche, français commun, formule la plus objective, qui n’est pas défini explicitement au début, est effectivement utilisé dans le corps de l’ouvrage (au moins 56 occurrences) dans le sens « français partagé très généralement par l’ensemble des francophones natifs ».3 Deux réserves toutefois : il est un emploi où français commun est utilisé à la manière des lexicographes qui l’opposent à français spécialisé (§ 255) ; par ailleurs, et cela semble une des rares sources d’ambiguïté introduite dans les concepts essentiels définitoires de l’usage, lors de la présentation des symboles, à côté duo en exposant, se trouve l’explication suivante : « mot, tour, etc. n’appartenant pas au français commun ou régulier ».4 Si régulier est utilisé comme un vrai synonyme de « commun », ce qui est effectivement le cas de 12 occurrences sur un total de 16, il vaudrait mieux éliminer cette possibilité d’équivoque avec un autre emploi présent à quatre reprises dans la grammaire : il s’agit cette fois de désigner des formulations attestées, à la limite des règles habituelles de la syntaxe et qui pourraient très bien être marquées de l’astérisque ou du point d’interrogation (* ou ?) dans un corpus soumis au jugement intuitif de linguistes (voir les § 334, 772, 972 ou encore 1002, R1, avec un exemple de Maurras, daté de 1895, non « régulier », par rapport au cas des noms sans déterminant, construits parfois avec des adverbes de degré :o Il vous admire beaucoup, et c’est très l’ami de René Boylesve).

14La notion de « français commun », mène tout naturellement à celle de variation. Il n’est pas exagéré de dire que la prise en compte très généralisée de la variation sous ses formes diatopique, diaphasique ou diastratique est une des grandes différences avec l’œuvre originelle de Maurice Grevisse. Pour ce qui est du seul point de vue géographique qui a retenu notre attention, il suffit de compter les innombrables occurrences de termes tels que régional, régionalisme, belgicisme, helvétisme, québécisme, mais aussi les noms des pays en cause (Belgique, France, Québec, Suisse) où sont attestés les phénomènes, pour mesurer, ne serait-ce que superficiellement, l’ampleur de la description.

  • 5 Ce terme général semble surtout utilisé lorsqu’il y a hésitation sur la localisation précise ou la (...)

régionalisme5 :

46

belgicisme :

11

canadianisme :

3

québécisme :

2

helvétisme :

5

  • 6 On dénombre ainsi 150 occurrences de la seule mention Québec, concernant spécifiquement des faits d (...)

15À première vue, ces marqueurs spécifiques d’une variété peuvent sembler peu fréquents, ce qui s’explique par le fait que la variation est très souvent précisée par d’autres biais. Il en va ainsi des dénominations « nationales » (Belgique, France, Canada ou Québec6, Suisse) qui comptent chacune plus de 100 occurrences, mais dont certaines ne sont pas toujours pertinentes du point de vue de la variation (exemple : roi de France ! etc.). S’y ajoutent des localisations plus précises, par exemple, pour la Belgique : Brabant wallon, Hainaut, Liège, etc. ; pour la France : Lorraine, Picardie, Maine, etc. On remarquera aussi, au § 784, la description très détaillée de la variation pour une quinzaine de verbes impersonnels météorologiques, en Belgique, France, Québec et Suisse.

16Tout ceci ne va pas, comme le reconnaît lui-même André Goosse, jusqu’à l’ambition utopique de pouvoir décrire les usages dans leur totalité, soit leurs innombrables variations sur tous les plans (il n’existe d’ailleurs pas d’ouvrage lexicographique ou autre décrivant le « dénominateur commun » aux francophones natifs, de nature à servir de base à une vraie description de la variation). L’objectif visé explicitement est bien l’« usage réel » (§ 14, R1), sans condamnations a priori faisant fi du ou plutôt des français réellement attestés.

2.3 Le bon usage, grammaire de l’écrit ?

17Même si l’essentiel du corpus de l’ouvrage se fonde sur la langue écrite (à ne pas confondre avec la seule langue littéraire), l’oralité, qui n’était pas tout à fait absente des éditions de Grevisse (voir supra, la remarque sur le ne de négation, dans la onzième édition) a pris une place plus importante dans les trois dernières versions, comme le montrent les occurrences assez nombreuses des indicateurs tels

oral (e)

111

fr. parlé

25

usage parlé

23

18Des précisions utiles (par exemple § 387 b : l’introducteur est-ce que, tout à fait courant dans l’oral, n’est pas inconnu à la langue écrite, même soignée) mettent les choses au point, face à des affirmations parfois hâtives ; on relèvera aussi au § 387, R1, un mode d’interrogation utilisé en français parlé de Suisse oou bien, ainsi dans oje vous dérange ou bien ?, auquel s’ajoute l’expression figée oça va ou bien ? « tu perds la tête ! »). Pour ce qui est du Québec, est signalée la prononciation populaire du t final de debout (§ 322, R1) ou encore une réduction du verbe par haplologie, dans Avez-vous prononcé o[Avu] (§ 659, d, 3), etc.

19En guise de conclusion, soulevons une question souvent mal abordée : qu’en est-il des « intentions normatives » de cette édition récente ? André Goosse ne les dissimule nullement (§ 14) et les précise même. Au sein de la diversité des usages réels, il identifie une forme soutenue, ressortissant au français commun, qui serait celle qu’on est censé utiliser dans les situations formelles, où l’on surveille son langage, mais ajoute aussitôt que ce type de prescription n’a aucune valeur absolue, car : « Il n’y a pas un bon français dont les limites sont tracées au cordeau. Bien parler, c’est savoir s’adapter aux circonstances : il y en a où le langage familier est le seul adéquat, et d’autres où il faut un style soutenu » (§ 14 b). D’aucuns pourraient se demander pourquoi hiérarchiser la diversité des usages en se plaçant du point de vue d’un langage surtout écrit, parfois aussi oral, plus ou moins formel et pourquoi ne pas choisir un étalon plus « neutre », plus « standard » ? Le problème, et cela a déjà été dit souvent, est que ce niveau « standard », soit un usage sans relief ou spécificité de quelque nature que ce soit, est une sorte de construction artificielle fondée sur les dictionnaires ou… les manuels de grammaire ! Ne refléter l’usage de personne au lieu de l’usage réel serait alors le risque encouru.

20La méthode idéale serait peut-être de se donner les moyens de mesurer le degré de normativité d’un ouvrage, car il est utopique de croire à une absence totale de norme, même si elle n’est pas exprimée comme telle. C’est ce qu’avait bien compris Coseriu (1952) en proposant d’élargir la dichotomie traditionnelle de Saussure en langue, norme et parole. Tout groupe social génère des normes, qu’elles soient langagières ou non. Le tout est de les identifier, sans a priori ou « condamnation » d’aucune sorte. Cette préoccupation n’a rien à voir avec des manifestations de normativité aiguë, sinon pathologique, symbolisées par cette aberrante formule d’exclusion qualifiant parfois une production d’un francophone natif : « ce n’est pas français ! ». Il est significatif que dans la 14e édition du Bon Usage, les termes incorrect(e)(s) ou incorrection soient surtout présents dans des citations critiquées pour leur contenu puriste, et ne qualifient qu’à quatre ou cinq reprises des usages attestés que beaucoup n’auraient peut-être pas hésité à qualifier d’agrammaticaux…

21L’ensemble des usages de la langue n’est jamais qu’un choix, une partie des virtualités que le système offre. Décrire cet ensemble infiniment plus disparate qu’on ne l’imagine à travers nos compétences individuelles et au sein d’une synchronie dynamique, reste sûrement une gageure. Comme décrire, c’est aussi inévitablement choisir l’un ou l’autre point de vue, il est normal que le résultat engendre le débat. Mais en grammaire comme dans la vie, seuls les choix et décisions arbitraires sont intolérables.

Notes

1 On trouvera dans l’article de Mok (1985-1986, p. 33-39) un certain nombre de considérations utiles sur la conception du « bon usage », dans les onze éditions dues à M. Grevisse.

2 À titre indicatif, nous indiquons entre crochets l’un ou l’autre commentaire et les témoignages qui contredisent les assertions contenues dans cette 9e édition.

3 C’est la terminologie adoptée dans l’ouvrage collectif (Lamiroy 2009, p. 29-30), à propos des expressions figées du français BFQS (Belgique romane, France, Québec, Suisse romande) : le français commun est celui « que tout francophone appartenant à l’un des quatre domaines pris en compte reconnaîtra immédiatement comme faisant partie de son usage ».

4 Dans leur compte rendu substantiel de la 13e édition du Bon Usage, Poirier et Prévost (1994, p. 559) attiraient déjà l’attention sur ce point.

5 Ce terme général semble surtout utilisé lorsqu’il y a hésitation sur la localisation précise ou la nature de l’emploi, par exemple lorsqu’il est difficile de trancher entre entre archaïsme et régionalisme, phénomène assez fréquent.

6 On dénombre ainsi 150 occurrences de la seule mention Québec, concernant spécifiquement des faits de variation.

Auteur

Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search