Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie 2. Le bon usage : de 1700 à nos jours

Chroniques de langage dans Le Figaro (1996-2000)

Anna Bochnakowa

Texte intégral

1. Bref historique de chroniques de langage

1Les chroniques de langage dans la presse française ont une histoire remontant au début du XXe siècle. Une Bibliographie des chroniques de langage publiées dans la presse française, présentée en 1970 par Bernard Quemada contient des références de notices parues dans les quotidiens et périodiques non spécialisés en linguistique ainsi que leur classement par sujets (Quemada 1970, p. IX-XXVI). On y remarque l’imposante quantité des chroniques répertoriées et la richesse des problèmes relatifs à plusieurs aspects de la langue française. Jacques Cellard (1983), Claude Haezebrouck (1989), Geneviève Prévost (1996a), Teddy Arnavielle (2004), Charles Muller (2004) présentent les chroniques de langage publiées dans plusieurs journaux et hebdomadaires (Le Monde, La Croix, Le Temps, Midi Libre et autres). Charles Muller (2004, p. 243) constate que les années 1950 étaient un « âge d’or des remarqueurs » et encourage à la recherche sur les chroniques de langage, source précieuse de notre savoir sur l’usage du français.

2L’attitude des linguistes par rapport à ce type de textes n’est pas unanime. Robert Martin (1972, p. 60), par exemple, souligne leur importance :

Le phénomène sociologique des « chroniques de langage », leur prolifération, l’abondance du « courrier des lecteurs » qu’elles suscitent, démontrent à l’évidence la réalité de faits que l’on aurait tort de mépriser.

3Et Gilles Boulard (2000, p. 86) constate :

Sur les chroniques de presse dédiées à la langue française, il n’est guère besoin d’insister. La fréquence de ces dernières dans les quotidiens témoigne de l’intérêt des lecteurs pour le sujet et il suffit de lire les appréciations des rédacteurs pour se convaincre que le courrier ne manque pas. Disons-le rapidement, elles constituent un lieu d’échange traditionnel très dynamique qui, par sa seule présence, incite à la prise de parole.

4Une autre position est déclarée par Françoise Gadet (1999, p. 645-646) qui désigne des chroniques de langage d’un terme, quelque peu péjoratif de « linguisterie au quotidien » et qui en observe la disparition progressive. Un avis semblable est exprimé par Antoine Compagnon (2000, p. 196) qui note pourtant l’apparition des chroniques dans Le Figaro qui nous ont attirée.

2. Rubrique « Le bon français » dans Le Figaro

  • 1 Maurice Druon présente l’histoire de sa fondation dans le recueil de ses billets intitulé Le « Bon (...)
  • 2 Nous donnons la liste des auteurs avec leurs professions dans Bochnakowa 2005, p. 15-16.
  • 3 Le terme vient de Geneviève Prévost (1996a, p. 182) qui qualifie ainsi une partie des chroniques de (...)

5Le journal commence à publier des chroniques du langage dans la rubrique « Le bon français » à partir du 16 septembre 1996, à l’initiative de Maurice Druon.1 Leur particularité consiste en ce qu’elles sont rédigées par différents auteurs, en grande majorité non-linguistes, mais chercheurs dans différents domaines, journalistes, écrivains, souvent membres de l’Académie.2 Les chroniques respectives ne suivent pas un plan préétabli auquel on pourrait s’attendre si les textes naissaient sous une seule plume ; les sujets traités constituent « des études de cas »3, et paraissent selon le goût des auteurs, selon l’humeur, voudrait-on dire si l’on tenait compte du genre journalistique « billet d’humeur », qui désigne ce type de textes. Ainsi, ne faut-il pas s’attendre à une rigueur et aux méthodes scientifiques comme outils nécessaires à la recherche linguistique (enquêtes, statistiques, analyses, etc.).

3. Fonction de la rubrique

6Les chroniques témoignent de l’intérêt porté à la langue par les locuteurs (auteurs et lecteurs) et bien qu’elles se situent à la périphérie de l’activité linguistique, il ne faut pas, nous semble-t-il, négliger leur existence et leur contenu.

  • 4 Voir aussi Bochnakowa 2005.

7Nous avons examiné plus de 1200 feuilletons parus dès la fondation de la rubrique dans Le Figaro en 1996 jusqu’à la fin de l’an 2000 et nous avons constaté que certains faits de langue avaient occupé plusieurs auteurs, alors que d’autres n’étaient évoqués que ponctuellement. À la lecture de la rubrique « Le bon français » nous avions quelques difficultés à les situer dans le discours métalinguistique. Nous hésitons à appeler les chroniqueurs du Figaro (ou d’autres journaux) des « remarqueurs » dans le sens que les linguistes attribuent à ce terme, nous préférons les considérer comme des observateurs, vigilants, sensibles ou sensibilisés aux faits de langue et faisant partager leurs considérations et, pourquoi pas, leurs émotions parfois, à l’égard du français. Et nous voyons les auteurs du Figaro comme les observateurs de l’usage ou des usages qu’ils décrivent simplement ou condamnent, en se référant parfois à des « autorités » qu’ils prennent à l’appui. Si l’on reprend le sens que Vaugelas avait donné au « bon usage », il faudrait voir dans le titre de la rubrique la continuation de l’idée d’une langue d’élite, groupe social bien déterminé et, pour l’époque contemporaine, celui des gens cultivés, des intellectuels conscients de la qualité d’une certaine norme ou plutôt d’un modèle idéal du français. Mais en même temps, les mêmes chroniqueurs remarquent bien les tendances de l’évolution de la langue, ainsi que de ses variétés quand ils présentent, voire condamnent ou ridiculisent certains usages. De ce point de vue, les billets du Figaro donnent aussi un tableau du français actuel, varié et en mouvement. Nous essaierons de le montrer en présentant le contenu de quelques chroniques parues entre 1996 et 2000, dans la rubrique « Le bon français » du Figaro.4

4. Contenu des billets quotidiens

4.1 Entre l’explication et la règle

8Les billets se laissent classer non seulement d’après les sujets qu’ils traitent, mais aussi, d’une façon moins rigoureuse, en ceux de caractère purement didactique et neutre, c’est-à-dire qui expliquent seulement un détail : l’origine d’un mot ou d’une expression, le sens d’un terme rare ou oublié, la forme et le sens de mots empruntés, puis ceux dont le ton persuasif est très net et qui prennent ainsi le caractère prescriptif, et ceux finalement qui portent un jugement de valeur non seulement sur un fait de langue observé mais aussi sur les locuteurs représentant un usage précis.

  • 5 Les chiffres entre parenthèses indiquent la date de parution du numéro du Figaro.

9Ainsi, trouvons-nous comme illustrations des groupes de chroniques distingués, par exemple, celles qui apportent des éclaircissements sur les mots draconien (22/02/97)5, gêne (10/09/97), les expressions quart d’heure de Rabelais (22/12/98), faire long feu (07/02/98) ou qui expliquent la différence entre ambivalence et ambiguïté (11/04/00) ou fragrance et flagrance (25/05/99). Les billets mentionnés ne constituent que la présentation approfondie du sens ou de l’origine d’une unité lexicale précise et ils n’ont aucune intention sauf celle d’informer le lecteur sur certains aspects du français. L’appel à la règle et la recommandation de l’emploi correct sont formulés à propos, par exemple, du genre des mots espèce (dans plusieurs billets), algèbre (08/08/98), de l’emploi du mode après après que (05/10/96) ou de la place de l’auxiliaire dans les temps composés des verbes s’ensuivre et s’en aller (02/06/98). On peut déduire, d’après le répertoire des mots évoqués, quelles sont des questions épineuses dans l’usage actuel du français.

10Les « mauvais usages » lexicaux ou stylistiques observés dans des énonciations publiques, dans les médias ou dans les documents officiels (émanant, entre autres du ministère de l’Éducation, voir « Décevant ministère » 30/08/99) sont présentés souvent sur un ton ironique et fort critique. Les périphrases au lieu des termes précis, le détournement de sens ou même des fautes de grammaire, à l’oral comme à l’écrit semblent fortement déranger les chroniqueurs.

4.2 Grammaire révisée

11Notre second classement des billets s’appuie sur le domaine grammatical traité, entre la prononciation et l’orthographe, par la flexion et la syntaxe jusqu’au lexique, le mieux représenté. Nous allons donc passer en revue quelques phénomènes soulevés.

12Les chroniqueurs notent la disparition fréquente de la liaison autrefois observée ou encore des liaisons fautives, menant parfois à la déformation de sens (25/01/99). Une innovation dans la prononciation notée par Maurice Druon (16/11/96) et Louis Nucera (09/11/96) consiste dans l’addition d’un [ə] à la fin consonantique [dõkə, bõʒuRə] et même vocalique [uvatyə].

13L’hésitation dans la prononciation de ill dans million et milliard a été aussi remarquée (01/10/97, 14/01/99, avec le rappel de la prononciation correcte [lj]). Quand on constate l’apparition des fautes, voire des hésitations dans l’usage, on montre l’existence des variantes dans l’usage du français. La double réalisation phonique est observée pour Avoriaz, Chamonix, Bruxelles, Oyonnaz, Auxerre (19/05/99, 13/04/00, 12/05/00, 04/12/98, 06/11/97). Les chroniqueurs recommandent pourtant une seule : la finale vocalique dans les deux premiers mots et le [s] noté x entre voyelles.

4.3 Lexique

14Or, c’est le lexique qui reste le sujet le plus fréquent des billets. L’observation des emplois variés, de l’apparition des néologismes, de l’évolution sémantique attire l’attention des chroniqueurs. Et, d’après notre analyse, c’est cette dernière question qui est évoquée dans le plus grand nombre de billets : un mot employé dans un contexte inhabituel conduit au détournement de son sens exact et devient une atteinte à la précision de l’expression, ce qui est considéré par les chroniqueurs comme un abus. C’est ainsi qu’ils montrent l’évolution du sens des mots culte (17/11/97, 09/03/00), sensible (14/10/96, 02/07/97), glauque (17/10/98, 21/12/99, 05/04/00), convivial (01/08/00).

15Les chroniqueurs remarquent l’apparition des néologismes, formés souvent à l’aide des suffixes « à la mode » (-ité, -iser par exemple) et l’afflux des anglicismes qu’ils trouvent parfois absolument inutiles. Pourtant, quand les chroniqueurs du Figaro condamnent, voire ridiculisent parfois l’emploi trop fréquent à leur goût d’un mot ou d’une expression (performant, magique, vous n’êtes pas sans ignorer que, majorité plurielle) qui ou bien sont utilisés à la place de plusieurs synonymes ou bien relèvent d’une manière particulière d’expression et mènent à l’appauvrissement du vocabulaire, ils témoignent de l’usage qui n’est pas le leur, mais celui des milieux professionnels (sport, médias) ou des groupes sociaux précis, surtout des jeunes, dont le parler évolue rapidement et librement, surtout à l’oral. Une vision caricaturale de l’usage du français est résumée dans le billet d’André Jouette (30/05/97), intitulé « Traducteurs, s’il vous plaît » :

Échantillons de communication orale et familiale : « Le boss a eu pendant son brain-storming un problème de management parce qu’on voulait boycotter le time-snaring de son software », dit le père.
« Ni RAI ni NFS ; TA jamais prise. Début d’aigle par un OAP attribué à une HTA méconnue », dit la mère (qui est ORL).
« Après une attaque par o-soto-gari au judo, un swing slicé au golf et un passing-shot sur le court, j’ai pris l’allure bâbord amure pour rentrer », dit le grand frère sportif.
« Tout cela est dû à la dialectique transcendantale de l’ego, amenant une hypotonie consécutive à une dyscrasie » dit l’étudiante.
« C’est un ado branché sur des trucs supercool qui flippe un max vu qu’c’est la galère dans son bahut pourri. Les autres ont les boules, les glandes, la honte, j’te raconte pas. Les babas cool et les débilos f ’raient bien d’se recycler vite fait, parce que ça, c’est pas de la myrtille : une mégadétresse chez les craigneux », dit le plus jeune.
Et chacun a le sentiment de parler français.

16L’emploi des anglicismes, des sigles, le discours professionnel vague et l’argot des jeunes caractérisent l’expression actuelle des milieux respectifs : les cadres, les sportifs, les scientifiques et les adolescents. Ce n’est qu’un exemple construit, mais il montre la variété réelle d’usages du français, que cela plaise ou non au chroniqueur. Son attitude critique envers les propos ridiculisés attribués en fonction d’âge et de profession aux locuteurs présentés est évidente.

5. Points de référence des chroniqueurs

  • 6 Traditionnellement, en polonais on désigne par kultura języka toute activité dirigée vers la normal (...)

17Le caractère didactique des chroniques se fonde sur un subjectivisme intrinsèque des opinions formulées sur les faits de langue, mais pour appuyer leurs consignes d’usage, du « bon usage », les auteurs de billets se réfèrent tantôt aux recommandations de l’Académie française, tantôt aux nomenclatures de dictionnaires les plus courants (Le Petit Robert et Le Petit Larousse), aux manuels scolaires (d’antan, de préférence !) au Bon Usage de Maurice Grevisse. Ils rappellent les règles de grammaire apprises à l’école (d’autrefois, ajoutons immédiatement), ils évoquent « le bon usage » qu’ils voient parfois comme immuable, et pourtant, ils utilisent des formules : dans mon enfance, dans nos rédactions enfantines, certaines personnes d’âge se rappellent le temps où… ou bien une nouvelle mode agite la syntaxe, le mot X [glauque] connaît depuis quelques années une belle fortune, dans le parler nouveau que cette fin de siècle a formé qui signalent bien les changements dans l’usage observé le long de leur vie. Le ton prescriptif des chroniques se laisse percevoir, mais il se cache derrière un style léger, parfois plaisant (bien que nous trouvions quelques textes frôlant la méchanceté…). Les arguments des chroniqueurs en faveur de l’extension du « bon français » touchent souvent aux valeurs telles que la clarté, la précision, l’élégance de l’expression. Pourtant, le mot « norme » n’est pas souvent employé, pour garder, supposons-nous, le caractère de causerie sur la langue, de vulgarisation du savoir linguistique et de propagation, dirions-nous à la polonaise, de la « culture de la langue »6, dont les chroniqueurs se voient dépositaires. Leur propre usage et l’intuition linguistique sont appelés pour servir d’argument et d’exemple.

6. Image des variantes

18Plusieurs billets mettent en évidence des variantes du français qu’ils appellent, non sans mépris, le néo-français, le français de prestige ou même le charabia et dont les traits, à condamner, sont examinés dans la rubrique quotidienne. Et c’est à travers ces petits textes que nous apercevons les écarts par rapport à l’usage standard. Que les chroniqueurs les présentent selon leur choix et sans un plan structuré ne nous étonne pas, la formule de « billet d’humeur », même consacré à la langue, matière que les linguistes abordent avec leurs méthodes scientifiques, le permet sans aucun doute. Et les historiens de la langue peuvent en tirer quelques conclusions sur l’usage : la publication de Bernard Quemada (1970-1972), l’édition du recueil des chroniques de Jacques Cellard publiées dans Le Monde (1979) ou encore du livre de Maurice Chapelan (Aristide, chroniqueur dans Le Figaro littéraire) en 1989 et de la communication de Teddy Arnavielle (2004) sur les chroniques de Charles Camproux contribuent à l’établissement d’une liste des sujets traités par les chroniqueurs de journaux. Nous remarquons qu’il y a plusieurs questions évoquées auparavant qui reviennent dans les feuilletons du Figaro : l’emploi de la préposition à ou en devant le nom de la ville d’Avignon, le choix de mode après après que, le genre du mot espèce, l’emploi abusif de l’expression au niveau de, le néologisme (d’il y a quelques années déjà) optimiser, l’afflux subversif des anglicismes – toutes ces questions, et plusieurs autres, animent aussi la rubrique du Figaro. N’est-ce pas une preuve d’un usage persistant, étendu sur quelques décennies, des variantes qui ne sont toujours pas reconnues dans le « bon français », mais qui le seront peut-être dans quelque temps ?

7. Au-delà de la langue

19Un autre aspect qui nous paraît intéressant, c’est une image de la société française en transformation continuelle qui se reflète dans la langue décrite dans les chroniques. La formule des notices permet de dépasser le style d’ouvrages de grammaire ou de linguistique, leurs auteurs présentent des faits de langue, mais ils se lancent parfois dans des commentaires extralinguistiques, car les sujets de leurs textes suivent souvent la réalité. Si la féminisation des noms de métiers et de fonctions a donné lieu à tant de discussions et de prises de positions opposées, c’est qu’elle a touché un phénomène social important, à savoir l’accès des femmes aux postes qui pendant longtemps étaient réservés aux hommes. Et la question du genre grammatical et de la formation du féminin reste secondaire dans ce débat. Quand les chroniqueurs indiquent l’emploi de périphrases et d’euphémismes : compression des effectifs, restructuration pour nommer des licenciements du personnel, agent d’accueil ou auxiliaire de vie pour désigner des métiers de peu de prestige, frappe chirurgicale ou dommages collatéraux pour parler des bombardements et de leurs effets et toute une série de termes se rapportant aux handicaps physiques, à la vieillesse ou à la mort, ils montrent en même temps l’attitude envers le statut social de certains métiers et la condition de certains groupes, souvent défavorisés (immigrés, handicapés, personnes âgées) que l’usage linguistique tend à décrire d’une façon atténuée.

20Et bien que les faits de langue évoqués par les chroniqueurs du Figaro concernent le français, les procédés linguistiques évoqués et les faits sociaux qui se font voir au-delà sont ceux qui se laissent observer aussi dans d’autres langues, car ils appartiennent à notre époque de la mondialisation.

*

21En guise de conclusion, nous voudrions terminer par une réponse personnelle à la question de l’utilité, voire de la valeur des chroniques du Figaro (ou autres). Pour un étranger, elles constituent une source de connaissances sur l’usage (les usages) du français ainsi que sur certaines attitudes envers la langue actuelle. Les grammaires nous indiquent la ou les normes, les ouvrages linguistiques nous aident à comprendre le fonctionnement du français, les chroniques dans les journaux et toutes sortes de publications de vulgarisation du savoir sur le français, simplement descriptives ou même engagées dans le combat puriste, nous permettent non seulement de mieux connaître le français dans ses variantes, mais aussi d’admirer l’intérêt et la passion des Français pour ce moyen merveilleux de communication qu’est leur langue.

Notes

1 Maurice Druon présente l’histoire de sa fondation dans le recueil de ses billets intitulé Le « Bon français », publié en 1999 par les Éditions du Rocher.

2 Nous donnons la liste des auteurs avec leurs professions dans Bochnakowa 2005, p. 15-16.

3 Le terme vient de Geneviève Prévost (1996a, p. 182) qui qualifie ainsi une partie des chroniques de Maurice Blanchard publiées au début du XXe siècle dans quelques journaux canadiens.

4 Voir aussi Bochnakowa 2005.

5 Les chiffres entre parenthèses indiquent la date de parution du numéro du Figaro.

6 Traditionnellement, en polonais on désigne par kultura języka toute activité dirigée vers la normalisation de la langue, le prescriptivisme, la rédaction des ouvrages recommandant l’usage correct, la présentation des émissions sur la langue à la radio et à la télévision ainsi que la publication éventuelle des rubriques consacrées à la langue dans la presse. Voir Giermak-Zielińska 2009.

Auteur

Université Jagellonne, Cracovie

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search