Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie 2. Le bon usage : de 1700 à nos jours

De Vaugelas à Haase, ou comment un remarqueur devient un législateur malgré lui

Pei-Ying Chen

Texte intégral

1L’influence des Remarques sur la langue françoise (1647) de Vaugelas dans l’histoire de la langue française est indéniable, en témoigne la multitude de références et de citations dans les grammaires modernes, ainsi que son importance dans les recherches actuelles. Cependant, avec un décalage de plus de trois siècles, ses commentateurs semblent avoir durci ses observations, faisant ainsi passer Vaugelas du statut de simple remarqueur au statut de législateur ou de codificateur du bon usage.

2Nous essaierons d’analyser un exemple concret en comparant le recueil des Remarques de Vaugelas avec les reformulations qu’en fait Haase dans la Syntaxe française du xvııe siècle (1898) tout en nous posant la question suivante : le regard de Haase ne force-t-il pas parfois le caractère normatif de Vaugelas ?

3En se basant sur la problématique de la négation, cette étude se propose de faire un retour aux sources à partir d’une relecture minutieuse des Remarques de Vaugelas. Cela nous permettra de clarifier la notion de « bon usage » explicitée dans ce recueil et de vérifier si la reformulation qu’en propose Haase paraît fidèle ou si des distorsions sont apparues. Ensuite, nous examinerons les différentes possibilités de choix de « législateur de la langue » qui s’offraient à Haase à partir d’un tableau rétrospectif qui retrace les règles relatives au bon usage de la négation chez plusieurs auteurs du XVIIe siècle. Vaugelas était-il vraiment le seul choix à mettre en valeur ? Quels sont les critères qui lui ont permis de perdurer et d’être toujours cité en exemple plus de trois siècles après sa mort ? Nous essaierons ensuite, à partir de cette étude de cas, de généraliser nos observations afin d’arriver à une conclusion plus globale sur l’ensemble de la discipline.

1. De Vaugelas à Haase, transformation du discours

4Pour commencer, nous proposons de faire un rapide inventaire des différences relevées entre les deux ouvrages des auteurs que nous souhaitons mettre en parallèle. Vaugelas a fait une remarque sur les particules « pas & point » (1647, p. 405-409) qui précise qu’elle est, selon lui, la meilleure façon de les utiliser. Haase (1898, p. 263- 273) en a reformulé une partie.

  • 1 Dans l’original, le texte de la préface est en italique.

5Si nous comparons les deux discours, nous constatons que les opinions exprimées par Vaugelas subissent des distorsions et sont parfois exagérées par Haase. À plusieurs reprises, des intentions qui n’étaient pas celles de Vaugelas lui sont prêtées implicitement. Pour vérifier si ces divergences entre original et citation n’avaient pas été rectifiées ultérieurement, nous avons consulté une réédition plus récente, celle de 1965 (5e édition), sans noter de changement (p. 252-263). La grammaire a donc été republiée en n’apportant aucune modification sur les différences que nous voulons mettre en lumière dans le présent article. Cela signifie que les distorsions ont acquis un caractère permanent dans l’œuvre de Haase et qu’elles ont gagné en légitimité grâce à leur reconduite. Nous trouverons une illustration de cette affirmation dans le tableau de comparaison suivant :1

Tableau 1 : Comparaison des écrits de Vaugelas et leurs reformulations par Haase

6Le tableau ci-dessus nous permet de lister quelques termes employés par Haase comme établir les règles, blâmer, tolérer, et même condamner (voir cases a-e). Ce vocabulaire fort, qui appartient au champ de la morale, voire au champ lexical judiciaire, prête une certaine dureté au discours de Vaugelas qui n’était pas présente dans l’œuvre originale. En effet, dans les remarques de Vaugelas les termes sont plus nuancés, avec des emplois comme rendent une phrase fort vicieuse, tres-mal parler, ce n’est pas encore bien parler (voir cases 1-5). À aucun endroit, l’auteur ne s’exprime avec des termes aussi extrêmes que ceux de Haase. Le rôle de Vaugelas n’est en fait pas celui d’un législateur ou d’un juge de la langue, mais seulement celui d’un témoin du bon usage de son temps, comme il l’a proclamé dans sa préface en écrivant : « je ne pretens passer que pour un simple tesmoin […] » et « C’est pourquoy ce petit Ouvrage a pris le nom de Remarques, & ne s’est pas chargé du frontispice fastueux de Décisions, ou de Loix, ou de quelque autre semblable […] » (voir case 1). La différence de ton est flagrante si nous mettons en parallèle le discours de Haase qui présente Vaugelas : « Il établit dans ses traits principaux les règles fixant encore aujourd’hui l’emploi de la négation […] » (voir case a). Les deux présentations ne sont évidemment pas identiques et ne recouvrent pas le même rôle.

7Si nous examinons de plus près les citations, nous remarquons qu’entre blâmer (voir case b) et rendre une phrase fort vicieuse (voir case 2), la distorsion n’est pas très probante. Cependant, les expressions ne sont pas exactement synonymes, blâmer implique une nuance pourvue d’un ton plus fort, plus autoritaire, et plus net de reproche. En revanche, dans l’exemple suivant, entre le discours de Vaugelas, « ce n’est pas encore bien parler », « quand il faut le mettre, ou ne le mettre pas, il est assez difficile d’en faire une reigle generale » (voir case 3) et la reformulation de Haase, « blâme très particulièrement » (voir case c), la distorsion est manifestement plus forte.

8Ensuite, lorsqu’il affirme qu’avec les verbes pouvoir, savoir et oser, Vaugelas tolère (voir case d) l’emploi de ne sans l’adjonction de pas, la déformation des propos originaux est encore de rigueur. En effet, le discours de Vaugelas (voir case 4) se contente de hiérarchiser des usages en fonction du mieux ou du moins bien, et non pas en jugeant de ce qui est correct ou faux. Il n’est nullement question de tolérance, mais bien toujours d’usage plus élégant de la langue. Pareillement, Haase ajoute deux opinions en faveur de Vaugelas pour asseoir son propos et pour justifier une erreur dans l’analyse de la langue classique. Il ne les choisit pas au hasard, en prenant un auteur célèbre comme Thomas Corneille, et une institution comme l’Académie qui fait foi en ce qui concerne la langue, il tend à prouver que cette erreur était partagée, légitime, et n’entache donc pas la qualité de législateur de Vaugelas. Haase utilisera d’ailleurs ces deux autorités pour exprimer un soutien à Vaugelas sur un autre point. Cependant, le propos de Vaugelas est encore plus déformé que les précédents, lorsqu’il est écrit : « Vaugelas condamne point après sans et déclare que sans point de faute appartient au langage de la lie du peuple » (voir case e), tandis qu’il ne fait que souligner l’aspect archaïque de cet usage (voir case 5).

9Notons que si ces remarques sont en partie valables aujourd’hui, elles ne sont que de simples observations, et non pas des prévisions portant sur l’avenir de la langue. Nous pouvons nous demander si le fait que Haase connaisse déjà l’évolution de la langue n’a pas faussé son regard sur les observations de Vaugelas en transformant en écrit d’anticipation de simples descriptions.

10Nous voyons donc que les propos de Vaugelas ont été modifiés consciemment ou inconsciemment pour être mis en adéquation avec l’idée que Haase s’en faisait. Effectivement, il n’est pas aisé de ne pas se fourvoyer avec un corpus aussi ancien, les siècles passant l’objet d’études perd de sa netteté. Après une période aussi longue, il est facile de gommer les défauts et d’accentuer les qualités, ce qui participe à une mythification du personnage réel, qui se transforme en une sorte de référent idéal. La même erreur a été commise par Wagner et Pinchon dans leur Grammaire du français : classique et moderne (1991 [1962]) lorsqu’ils parlent des propos de Vaugelas en ces termes, « Vaugelas pose en règle que la négation du verbe doit s’effectuer au moyen de l’adverbe composé ne… pas, ne… point, mais ne donne pas une liste complète des cas où ne simple est toléré » (p. 424). Les reformulations de distorsions sont également présentes, par exemple « pose en règle », « ne donne pas une liste complète », et « être toléré ». En effet, « cette erreur a été commise par certains historiens de la langue », comme Ott (1962, p. 80) l’a déjà mis en valeur dans son étude sur « La Notion du bon usage dans les remarques de Vaugelas ». Ce chercheur souligne l’implication de nos savoirs modernes qui peuvent nous pousser à forcer les traits d’une œuvre ou pire à lui donner des intentions qu’elle n’avait pas.

11Ainsi, lorsque Haase a décidé de prendre Vaugelas comme point de référence, il a opéré un choix particulier parmi plusieurs auteurs possibles. Ce fait n’étant pas anodin, il nous faut à présent étudier quelques possibilités qui s’offraient à Haase et les comparer ainsi à son choix final, Vaugelas.

2. Le choix du législateur : études des possibilités

12Il existait, en effet, plusieurs grammairiens et remarqueurs au XVIIe siècle qui auraient pu, eux aussi, être mentionnés, comme par exemple ses prédécesseurs Maupas (1618) et Oudin (1632, 21640). Par souci d’homogénéité dans nos comparaisons, nous prendrons encore comme référent la négation :

Tableau 2 : Récapitulation des points de vue sur la négation des différents auteurs

13Pour l’aspect concernant la négation, Vaugelas, dans sa remarque sur pas et point a décrit dix points. Parmi eux, quatre étaient déjà présentés dans la grammaire de Maupas. Oudin en traite six dans la première édition de sa grammaire puis, dans la deuxième édition, il complète son analyse sur trois points déjà présents dans la première, auquel il en ajoute un quatrième. Finalement, si nous rassemblons les savoirs cumulés de ces deux grammairiens, nous arrivons à un total de huit aspects de la négation sur les dix présents dans la remarque de Vaugelas. Le choix de Haase aurait donc pu se porter sur Oudin ou Maupas, tout aussi précurseurs que Vaugelas. Par ailleurs, lorsque Haase évoque la question de l’emploi de ne sans l’adjonction de pas et point avec certains verbes modaux, les trois auteurs sont du même avis, même s’ils ne présentent pas la même liste de verbes. Pourtant pour ce point précis, Haase n’a cité que Vaugelas. De plus, dans la description de l’emploi de ne… ny… ny où Vaugelas et Oudin étaient rigoureusement du même avis, Haase a choisi de nouveau de ne citer que l’auteur des Remarques. S’il a toujours préféré Vaugelas à ses prédécesseurs, il aurait pu prendre un de ses successeurs comme Chiflet (1659) (voir le tableau 2 ci-dessus). Celui-ci reprend en effet entièrement les dix points évoqués par Vaugelas.

14Notons cependant que les discours de Maupas, Oudin et Chiflet sont assez distincts de celui de Vaugelas. Premièrement, la première personne du singulier employée comme sujet apparaît rarement, comme nous pouvons le voir chez Maupas :

Pas & point, ne sont que remplissage de negation. Et ne different gueres, Point convient mieux aux choses portans quantité. Je n’ay point d’argent, point de puissance, point d’esprit. Et nous sert souvent de negation absoluë. Pas, clost la negation simple, ou de qualité. Et ne nous sert jamais de negation absoluë, hormis ce dernier point, on les confond souvent. (1618, p. 168)

15ou dans les ouvrages d’Oudin :

Il faut aussi prendre garde de ne pas mettre la diction privative rien, en la place des negatives pas & point, avec les verbes qui ne regissent point d’accusatif : par exemple, nous ne disons pas, je n’ay rien parlé, pour, je n’ay pas parlé : il n’a rien travaillé, au lieu de, il n’a pas travaillé (1640, p. 290)

16pareillement dans celui de Chiflet :

Nostre Langue joint ordinairement deux Adverbes negatifs ensemble. Ne, est la premiere, qui se met devant le Verbe, & aprés le verbe on met Pas, ou Point, ou Rien, ou quelque autre semblable mot de signification negative : comme ; je ne veux pas estre ingrat. Je ne veux point souffrir cela. Je ne veux rien du vostre. Je n’en diray mot. Je ne vois goute. Je n’en parleray jamais. (1659, p. 112)

17Lorsque nous observons ces mêmes citations, nous pouvons faire une autre constatation : le ton utilisé par ces auteurs est assez proche de celui employé dans une grammaire actuelle, qui présente les usages plus en termes de juste et de faux comme le bon usage d’aujourd’hui, et non en termes de mieux et de moins bien comme le bon usage proposé par Vaugelas. Cela nous amène à conclure que ces trois auteurs semblent donc plus proches du rôle de législateur présenté par Haase que Vaugelas.

18Les quelques présentations d’auteurs que nous venons d’effectuer rapidement prouvent bien que d’autres possibilités de législateurs existaient. Certaines de ces possibilités pourraient même être jugées plus proches de ce que recherchait Haase. Cependant, Vaugelas a été sélectionné. Il y a donc évidemment des éléments qui ont poussé Haase à le choisir, lui plutôt qu’un autre.

3. Vaugelas, contexte d’un choix

19La première justification possible du choix de Vaugelas par Haase, qui nous vient à l’esprit, serait le fait que Vaugelas aurait généré un consensus général de ses contemporains. Cependant, nous n’ignorons pas qu’il a eu des détracteurs, citons par exemple :

La Mothe Le Vayer : Il se trompe apres avoir fait de fort bonnes observations. On dit tres-bien il ne le peut pas faire, & il ne pouvoit pas mieux faire, de sorte qu’ostant pas, il ne reste rien d’incomparablement meilleur, comme il pretend. (Streicher 1936, p. 703)

Ménage : […] Il est certain que c’est ainsi qu’on parle. Et ce seroit parler barbarement, que de dire, Je ne joue point qu’avec des gens de bien, […]. Mais cela n’empesche pas que la remarque de M. de Vaugelas ne soit tres-imparfaite. […] M. de Vaugelas a fait une autre Remarque touchant le pas & le point, qui n’est pas moins imparfaite que la precedente […]. (Streicher 1936, p. 704)

20Cette première hypothèse n’étant pas valable, il faut nous pencher sur son discours pour trouver d’autres indices. Nous pouvons suivre la piste ébauchée par Ott dans son article précédemment cité, lorsqu’il parle de caste : « Vaugelas est le seul à avoir fondé cette distinction sur un principe quantitatif, et c’est dans son ouvrage que l’esprit de caste semble avoir atteint son paroxysme » (1962, p. 80). La particularité de Vaugelas consisterait à avoir fondé son bon usage sur le parler de la Cour. D’ailleurs il écrit dans sa préface : « Voici donc comment on définit le bon usage : c’est la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’écrire de la plus saine partie des auteurs du temps ». Il nous semble que cette particularité se fonde plus sur une sorte d’influence politique que sur une vue particulière de la langue. En effet, comment ne pas penser qu’un livre, et donc son auteur, qui définit le bon usage comme étant celui du roi, donc du pouvoir, ne sait pas attirer les faveurs de la Cour ? De plus, si l’on considère à nouveau la question de la négation, l’Académie est unanimement d’accord, à l’exclusion d’un point seulement (Streicher 1936, p. 711). Le pouvoir, en reconnaissant la valeur de Vaugelas, qui le prend déjà comme modèle de son bon usage, ne fait que souligner sa propre influence. Nous pouvons penser que l’influence de Vaugelas est due, en partie, au jeu politique, qui vise à souligner la centralisation de la langue, avec pour objectif de refléter celle du pouvoir.

21Par ailleurs, en donnant les clés de compréhension de la Cour, Vaugelas s’attire l’intérêt des courtisans, et de ceux qui gravitent autour du pouvoir, et qui désirent y prendre part, tout en louant l’importance du cœur de la Cour. Nous pouvons déjà trouver plusieurs indices allant dans ce sens en lisant le sous-titre de son ouvrage qu’il a choisi : Remarques sur la langue françoise, utiles a ceux qui veulent bien parler et bien escrire, ou lorsqu’il dit dans sa préface :

[…] le bon [c’est-à-dire usage] au contraire est composé non pas de la pluralité, mais de l’élite des voix, et c’est véritablement celui qu’on nomme le maître des langues, celui qu’il faut suivre pour bien parler et pour bien écrire en toutes sortes de style.

22Cet aspect est aussi souligné par Ott :

[Les Remarques de Vaugelas] étaient, d’une façon très concrète également, une introduction à la vie de Cour. De la même manière que les nombreux traités de politesse de cette époque, elles devaient initier à la pratique de cette vie tous ceux qui se destinaient à la carrière de courtisan ou qui voulaient simplement se donner les airs du grand monde. (1962, p. 86)

23Vaugelas vise donc à donner les tendances de la Cour, et il est même lucide sur ce fait. En effet, il ne parle nullement du passé linguistique ni de l’évolution supposée de la langue, il se contente d’observer ce qui se dit à son époque, tout en sachant que ce qu’il écrit sera bientôt dépassé. Il indique aussi dans sa préface que sa description de la langue pourrait servir pour un espace de 25 à 30 ans, il ne fait que rendre compte de ce qui constitue une certaine mode linguistique, mais surtout qui correspond à ce que le pouvoir prescrit.

24Nous pouvons conclure que Haase, Wagner et Pinchon se sont mépris sur le rôle de Vaugelas, et ont forcé ses traits. Nous avons prouvé, en ce qui concerne la négation, que Vaugelas n’est pas le seul théoricien à avoir discuté de cette question. Il ne faisait pas non plus l’unanimité. Cette vision déformée est probablement due au fait que nous avons tendance à relire le passé pour y voir une anticipation de l’usage d’aujourd’hui. En effet, le chercheur regarde souvent l’histoire de la langue comme à travers une longue-vue qui ne vise qu’un petit morceau d’histoire dans lequel il ne cherche pas ce qu’il voit, mais cherche à démontrer ce qu’il croit déjà savoir, en ne prélevant dans le passé que ce qu’il voit en continuité avec le présent. Néanmoins, il est très difficile de ne pas se laisser influencer par ce que l’on sait de l’état présent de la langue et donc de ne pas regarder le passé avec des idées préconçues sur son devenir. Le chercheur, aussi talentueux soit-il, ne peut pas faire totalement abstraction de ses savoirs pour regarder son objet d’étude avec un œil neuf. Cette idéologie sous-jacente peut nous sembler proche du révisionnisme, pourtant il s’agit plutôt d’une illusion rétrospective qui nous montre une vision simplifiée du passé. Le passé doit être étudié pour lui-même et être maintenu dans un contexte qui lui est propre pour lui garantir une authenticité la plus grande possible.

25En tant que scientifique, il nous faudrait également garder présent à l’esprit une certaine vue plus large pour éviter ce genre d’erreur. L’erreur d’interprétation de Haase, Wagner et Pinchon a peut-être aussi une deuxième cause. Comme ils sont restés sur le point de vue de grammairien, ils n’ont pas pris en compte d’autres aspects. Par exemple, le contexte politique, comme nous l’avons évoqué, était lourd de sens à l’époque où la centralisation du pouvoir politique commence à se mettre en place à la Cour sous l’impulsion du roi Louis XIV qui compte ainsi asseoir son pouvoir de façon plus nette. Le livre de Vaugelas, qui a pour unique but de montrer la langue la mieux utilisée, se base sur ce qu’il nomme « la partie la plus saine de la Cour » (préface). Il associe donc le meilleur langage et la Cour du roi. Ce choix d’une élite représentative était peut-être fait pour plaire aux instances décisionnaires. Vaugelas pouvait s’attirer les bonnes grâces de personnes haut placées et se faire reconnaître plus aisément. Nous pouvons aussi penser que le choix de l’élite de la Cour comme base de description vient du contexte social personnel de Vaugelas et que ses raisons seraient à chercher dans sa vie en tant qu’individu. Peut-être encore des influences différentes sont-elles en jeu, comme son contexte familial ou ses origines. Ces quelques réflexions rapides nous montrent que plusieurs aspects peuvent entrer en ligne de compte et qu’une approche pluridisciplinaire serait peut-être plus appropriée. En effet, nous pouvons penser que chaque étude de chaque discipline apporterait une correction aux autres en permettant d’atténuer au maximum des distorsions que chaque discipline prise individuellement aurait.

26L’approche uniquement linguistique que Haase, Wagner et Pinchon ont choisie a abouti à une sorte de distorsion qui fait paraître le XVIIe siècle très proche de la langue française actuelle. Et ce n’est pas parce que la langue française du XVIIe siècle se rapproche de celle d’aujourd’hui, que les deux états de langue découlent de la même approche du bon usage. Le XVIIe siècle chemine en effet seulement lentement vers l’idée d’un usage commun du bon usage.

Notes

1 Dans l’original, le texte de la préface est en italique.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Comparaison des écrits de Vaugelas et leurs reformulations par Haase
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Tableau 2 : Récapitulation des points de vue sur la négation des différents auteurs
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31780/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteur

Université de Limoges

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search