Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie 2. Le bon usage : de 1700 à nos jours

Langage vicieux ou vicieux locuteurs ?

Du xixe siècle au premier tiers du xxe

Jacques-Philippe Saint-Gérand

Texte intégral

1L’institutionnalisation politique et scolaire de la langue française, dans la période 1790-1930, s’accompagne d’une floraison d’ouvrages destinés à stigmatiser les dévoiements de l’usage causés par des locuteurs encore étrangers à l’appareil linguistique d’état, ou à figer une norme d’expression socialement définie par le règne de la bourgeoisie, ou encore à préciser les conditions dans lesquelles les formes anomales peuvent se comprendre dans une certaine conception de l’économie linguistique. De la Grammaire des Grammaires de Girault-Duvivier (1811) au Péril de la langue française de l’abbé Claude Vincent (1910) en passant par la Grammaire générale des grammaires françaises de Napoléon Landais (1835), se développent alors une prophylaxie et une étiologie de la langue. Cependant Damourette et Pichon (1911-1940) n’hésiteront pas à recueillir comme exemples des témoignages oraux hétérodoxes issus de diverses classes sociales. Or c’est dans ce même laps de temps que, pour certains, la conception de la faute va se transformer du tout au tout grâce à la prise en compte des acquis de la linguistique. Dès lors se posent trois questions :

  1. Comment ces ouvrages s’insèrent-il historiquement, à la suite des remarqueurs du XVIIe siècle et des grammairiens mondains du XVIIIe siècle, dans l’évolution du discours grammatical ?

  2. Quelles sont leurs formes d’expression dans les différents genres entr’aperçus plus haut ?

  3. Et enfin, qu’en est-il des résultats — linguistiques, esthétiques et politiques — obtenus par ces ouvrages, au regard des objectifs affichés quand la langue, elle-même, devient un sujet d’observation et de recherche d’un autre type ?

1. Histoire et historicité de la langue

2La première de ces questions implique une vue transverse de l’histoire de la langue française et de l’histoire de ses commentaires ou de ses analyses, et une réévaluation du moment historique que constitue le XIXe siècle. Mais je ne m’étendrai pas sur ce point particulier, que j’ai traité ailleurs, même si mon hypothèse de travail est qu’il existe une corrélation sensible entre la constitution de l’histoire de la langue française, comme discipline académique, et le sens qu’il faut attribuer aux vices et aux fautes de langage. Au fur et à mesure qu’une certaine histoire de la langue s’institue en parallèle aux développements de la grammaire historique, la notion de faute s’éclaircit et ramène souvent à la prise en considération d’états passés de la langue, généralement considérés comme plus satisfaisants en raison d’une proximité plus grande de l’origine du français. Dont acte.

2. De quelques types de remarques, commentaires et critique

3La deuxième question appelle un traitement différent, car les modalités formelles d’expression de la correctivité et de la norme varient en fonction des différents genres dans lesquels elle s’exprime. C’est donc ici qu’il faut tenter de sérier la production dans la période qui nous concerne, car le XIXe siècle est assez riche et diversifié à cet égard.

4Les grammaires, sous leur forme habituelle, constituent la première catégorie de ces ouvrages. Entrent dans cette catégorie Girault-Duvivier, Noël et Chapsal, Bescherelle, Landais, Larousse, Brachet, Larive et Fleury (Casimir Hauvion et Nicolas Auguste Merlette), Chassang et bien d’autres encore, qui agrémentent leur énoncé de la correction linguistique de quelques exemples commentés de fautes stigmatisées. L’histoire de la langue sert ici de modulateur à la critique. Alexis Chassang, traitant de la syntaxe du pronom, note que ceux de la 3e personne ne peuvent remplacer un nom pris dans un sens indéterminé, mais ajoute incontinent :

[*Histoire — Cependant les meilleurs écrivains du XVIIe siècle, préférant la précision du style à la stricte correction, et aussi parce que la règle n’était pas bien établie, s’en sont quelquefois affranchis, même en prose. Ex. : […] Voulez-vous avoir grâce ? Faites-la. (Malherbe). Il pleut rarement en Egypte ; mais ce fleuve qui l’arrose toute par ses débordements réglés, lui apporte les pluies et les neiges des autres pays. (Bossuet). Un retour à la volonté de Dieu fait prendre patience ; prenez-la donc. (Mme de Sévigné). Etc. (Chassang 1882, p. 278)

5Une seconde catégorie d’ouvrages est constituée par les recueils de provincialismes corrigés, tradition inaugurée au XVIIIe siècle par les célèbres Gasconnismes corrigés de Desgrouais en 1766, et qui se perpétue au XIXe siècle avec la même proscription des régionalismes. La politique de la langue est là un facteur d’importance. La centralisation de plus en plus forte du pouvoir royal au XVIIIe siècle, puis l’avènement de la langue unique de la République lors de l’épisode révolutionnaire font que les formes d’expression régionales doivent se soumettre à l’étamine des idéologies, et au filtrage de la langue d’État. Saubinet publie en 1845 un Vocabulaire du bas langage rémois, qui présente sur deux colonnes les locutions vicieuses et leur corrigé, reprenant ainsi, à son tour, le modèle inauguré, vers 700, par l’Appendix Probi. Chez Saubinet cela donne : « Locution vicieuse : Patouiller, Corrigé : Marcher dans la boue, dans la fange. » Et ainsi de suite, sans commentaire. Un simple relevé.

6Mais cette seconde catégorie d’ouvrages ouvre sur une troisième catégorie à proportion des progrès réalisés par la philologie scientifique. Au fur et à mesure que la philologie romane s’imprègne des acquis de la linguistique historique et comparée, il devient plus délicat de se contenter de deux seules colonnes pour décrire la correctivité. Dans ses Souvenirs de la langue d’Auvergne, en 1861, Francisque Mège reconnaît le caractère pour le moins particulier de l’objet dont il va traiter :

Ce n’est pas une langue, à proprement parler ; c’est un assemblage de mots, une sorte de jargon. C’est un réceptacle d’épaves de toute espèce : mots romans ou patois francisés au moyen de terminaisons modernes ; mots de vieux français conservés, quoique quelquefois un peu tronqués, défigurés ou travestis ; locutions indigènes nées de quelque fait, de quelques circonstances particulières au pays ; mots français, mais de ceux qui ont été admis comme à la sourdine dans le Dictionnaire de l’Académie où ils sont stigmatisés par les épithètes malsonnantes de bas, trivial, peu usité ; locutions françaises estropiées et patoisées, ou accommodées de manière à contracter comme un goût de terroir ; tout s’y trouve mêlé, sans aucune règle, sans aucun ordre. C’est, en un mot, pour le langage, une sorte de Cour des miracles. (Mège 1861, p. 11-12)

7Et il souligne par là une restriction de la notion de vice de langage, dont la discrimination peut désormais s’effectuer sur une base philologique :

[…] nous avons rejeté de notre catalogue certains mots qui ne sont que des fautes de langage, de véritables vices de prononciation ou de grammaire. Citons par exemple, dans ce nombre, les mots Tomber, échapper, que l’on emploie activement tandis qu’ils sont neutres ; ainsi on dit presque toujours : j’ai tombé mon mouchoir, pour : j’ai laissé tomber. — J’ai échappé mon livre. — Citons encore les mots corrompus : Parepluie, Puresie, colidor, caneçon, dimi-heure, etc., qui sont des expressions sans originalité, des incorrections flagrantes, des locutions rendues vicieuses par une mauvaise prononciation. On comprend facilement que des mots de ce genre ne puissent trouver place parmi les derniers restes de notre vieille langue, restes arriérés, si l’on veut, mais non vicieux. (Mège 1861, p. 16)

8Même si dans sa propre recherche Mège s’appuie toujours sur le Glossaire de Ducange et Carpentier, ainsi que sur le Lexique roman de Raynouard, le Glossaire de la langue romane de Roquefort, ou le Glossaire du centre de la France du comte Jaubert, tous ouvrages datés, nous lisons dans ces lignes une évolution de la conception de la faute vicieuse qui permet de distinguer entre rémanences de l’histoire et récurrences d’anomalies ancrées dans un terreau socio-culturel.

9Émerge ainsi une quatrième catégorie d’ouvrages, celle des essais sur la langue qui fondent une part de leurs commentaires sur l’examen de quelques dévoiements de l’usage justifiés soit par l’évolution historique du matériau linguistique, soit par le constat que cette évolution résulte d’une transformation de la société. Ainsi, dans Des variations du langage français depuis le xııe siècle (1845), Génin note-t-il :

Que veut dire, je me repens ? est-ce qu’on se repent soi-même ? Les Latins disaient bien mieux, avec la tournure impersonnelle : Me pœnitet culpæ meæ ; ce que les Allemands ont retenu : Es reuet mich. Pœnitere actif serait un affreux barbarisme, quoique l’excellent dictionnaire de MM. Quicherat et Daveluy cite pœnitere de Plaute, et pœnitebunt de Pacuvius. Il n’est ni Plaute ni Pacuvius qui tienne ; le bon sens est plus fort que Pacuve et Plaute. La composition du verbe (pœna tenet) s’oppose à ce qu’il soit autre chose qu’impersonnel, comme l’ont fait tous les écrivains du bon temps. S. Jérôme ménageait toutefois davantage la logique en disant, pœnitor (pœna teneor). (Génin 1845, p. 427-429)

10On voit ici se mettre en place une critique étymologique, d’inspiration puriste pour sa justification, mais qui prend néanmoins en compte les dévoiements de l’usage et qui fait le pari ironique que l’Académie saura enregistrer et légaliser ces formes dans un avenir plus ou moins lointain. L’historien serait ici tenté de se faire devin… Mais il est vrai que l’historien de la langue, non content de jouer de la rétrospection, a toujours été tenté par les charmes de l’anticipation, ne serait-ce que pour guider a minima l’évolution souhaitée de la langue.

11Ce qui nous amène à reconnaître une cinquième catégorie d’ouvrages : les dictionnaires ou pseudo-dictionnaires recensant et classant les fautes de langue par ordre alphabétique. Parmi ces derniers, le Dictionnaire critique et raisonné du langage vicieux ou réputé vicieux par un ancien professeur (Louis Platt, de Concarneau), publié chez Aimé André en 1835, est un modèle du genre. Dans sa préface, l’auteur souligne l’importance de la maîtrise de la grammaire en corrélant celle-ci à l’importance sociale à laquelle peut prétendre le locuteur :

Oui, tout homme qui estropiera la grammaire, ne devra jamais se flatter d’exercer une grande influence intellectuelle sur ses concitoyens. Il verra, avec amertume, le rire dédaigneux effleurer les lèvres de ses lecteurs ou de ses auditeurs, et détruire peut-être le germe d’une pensée utile ou généreuse, qui, ornée d’une phrase correcte, eût laissé un ineffaçable et fécond souvenir. (Platt 1835, p. i-ii)

12Platt prend soin de se démarquer du célèbre Dictionnaire des difficultés grammaticales et littéraires de Laveaux, publié en 1818, dont il loue à la fois l’érudition — empruntée aux articles de Marmontel, Jaucourt et Dumarsais répertoriés dans l’Encyclopédie méthodique — et « le jugement sain, l’esprit délicat ». Et pour cela, il propose une sorte d’ouvrage inverse, qui s’adresse à un public bien particulier :

Laveaux a dit ce qu’on doit dire ; nous dirons, nous, ce qu’on ne doit pas dire. Laveaux s’est adressé aux gens déjà instruits, aux gens que le désir d’apprendre ne détourne pas de la lecture ardue d’un long article de grammaire en petit-texte, et à deux colonnes ; nous, au contraire, nous écrivons généralement pour les gens peu instruits (et qu’on ne s’y trompe pas, cette désignation comprend également des gens de toutes les classes de la société), pour ceux qu’une lecture de quelques minutes sur un sujet grammatical, fatiguerait bientôt, qui veulent de l’instruction, mais de l’instruction mâchée, pour ainsi dire, et qui désirent, en consultant le livre qu’ils auront choisi pour guide, pouvoir trouver le mot qu’ils cherchent, orthographié comme ils ont l’habitude de l’orthographier (ou plutôt de le cacographier), et, de plus, une opinion succinctement émise sur la valeur de ce mot. (Platt 1835, p. v-vi)

13Suit alors une exposition des difficultés auxquelles l’auteur a été confronté pour rédiger son ouvrage, notamment sous l’angle de la sélection des items fautifs. En effet, selon le degré d’instruction des lecteurs le curseur discriminant se place plus ou moins loin sur l’abscisse de la correctivité du langage. À chaque degré d’instruction correspondent ainsi des fautes typiques. Et Platt d’observer qu’en matière de langue l’observable ne donne naissance à un observé que par accommodation du regard de l’observateur, un peu à la manière dont l’idée regardée se comporte sous l’angle de vision que lui impose l’idée regardante. Cette manière singulière de travailler pose de façon détournée la question de l’histoire de la langue, puisque celle-ci permet de relativiser la notion de faute :

[…] presque toutes les fautes que fait aujourd’hui la partie la plus ignorante du peuple, et que les compilateurs de locutions vicieuses traitent dédaigneusement de barbarismes ou de solécismes, sont tout bonnement des archaïsmes ; c’est-à-dire que cette partie du peuple qui se trouve, pour ainsi dire, hors la loi grammaticale, a fait subir à la langue beaucoup moins d’altérations que l’autre partie qui possède l’instruction. Le bas langage est en effet plein de mots qui appartiennent au vieux français, et qui nous font rire lorsque nous les entendons prononcer, parce que notre manque de lecture des anciens auteurs ne nous permet de voir dans ces expressions que des mutilations ridicules, où, plus instruits, nous retrouverions des débris de notre vieil idiôme. Il arrive par là qu’en croyant rire de la bêtise de nos concitoyens illettrés, ce qui n’est pas fort généreux, nous ne faisons, le plus souvent, que nous moquer de nos aïeux, ce qui n’est pas trop bienséant. (Platt 1835, p. viii)

14Nous voyons là l’effet des premiers résultats d’une philologie scientifique à peine éclose, que les travaux de Francisque Michel, de Xavier Marmier et quelques autres aident à se constituer dans le droit fil des spéculations du XVIIIe siècle. Et l’on comprend mieux, alors, le type de remarques et d’analyses que Platt est en mesure de consigner dans son ouvrage. Dans l’article Savoyard s’expose un exemple net de discrimination sociale et de proscription langagière. La première se fonde sur l’observation d’une concurrence entre deux termes : savoisien et savoyard. Le premier est plutôt peu usité ; le second, en raison d’une particularité conjoncturelle, est vite affecté d’une connotation péjorative. C’est alors que la proscription prend le relais et qu’elle peut mettre en place, grâce à la répartition des emplois autorisés par l’usage, un processus sociolinguistique d’exclusion. En effet, ce n’est que le métier généralement exercé par les Savoyards, et pour lesquels ils sont connus en ville, nommément celui de ramoneurs de cheminées, qui vaut à ces autochtones leur dépréciation sociale et conséquemment au substantif sa valeur péjorative. On voit ici la langue profondément ancrée dans le terreau des activités humaines et l’importance en retour de celui-ci sur l’affectation de chaque terme à un registre de langue.

15Ceci nous amène à considérer une sixième famille d’ouvrages correctifs, ceux qui prennent pour objet de caractériser, critiquer et corriger les dictionnaires : l’Examen critique des Dictionnaires de la langue françoise de Nodier, en 1829, tout comme, en 1862, les Errata du dictionnaire de l’Académie française ou Remarques critiques sur les irrégularités qu’il présente avec l’indication de certaines règles à établir de Benjamin Pautex, etc. Dans la préface du premier, Charles Nodier explique combien, étant adolescent, était grande sa surprise de voir que les dictionnaires utilisés par les curés qui s’étaient intéressés à son instruction divergeaient fréquemment d’opinions. D’où l’idée de chercher dans ce discord des éléments qui puissent assurer sinon la vérité du moins une certaine harmonie. L’esprit de Nodier, et sa « méthode d’analyse, ou goguenarde ou acerbe » aidant, cet ouvrage a pu revêtir à certains endroits une forme à demi facétieuse, à demi hostile. Et nous découvrons ici une des dernières variations dont le thème de la correctivité est susceptible d’accueillir l’empreinte. Ainsi d’Inamusable, relevé dans le Dictionnaire universel de Boiste (1801-1827), note-t-il avec humour :

Néologisme qui n’a que deux autorités, lesquelles me paroissent équivalentes à rien : celle de Dorat et celle de Demoustier. Leurs comédies ont pu trouver souvent le public inamusable, mais que n’étoient-elles amusantes ! (Nodier 1829, p. 227)

16Ou, plus loin, à propos de Rabutinage, c’est plutôt une certaine conception du fonctionnement et du développement de la langue, qui est exposée au sujet de la figure d’antonomase :

Il faudra nous faire grâce une autre fois, dans tous les dictionnaires du monde, de ce substantif formé du nom de Rabutin ; car avec la faculté d’en faire autant sur tous les noms propres, les Dictionnaires n’en finiroient pas. Il a été employé par madame de Sévigné ; mais ce qui sied bien dans une lettre va très-mal dans un lexique. Ce n’est pas qu’un nom propre ne puisse fournir un bon substantif bien usité, comme un César, un Amphitryon, un Harpagon, un Cartouche ; mais il faut pour cela le sceau d’une grande autorité, celle du peuple, qui n’a lu ni l’Histoire amoureuse des Gaules, ni les Heures de la Cour. (Nodier 1829, p. 340)

17Le cas singulier d’une occurrence de type rhétorique ne peut entrer dans le lexique d’une langue que si cette occurrence trouve sa légitimité dans la récurrence de cas identiques. Lorsque Nodier développe sa critique, certains termes fournissent le prétexte à des développements audacieux dans lesquels s’exprime toute l’importance des clichés véhiculés par l’usage :

BOHÉMIEN. Le sens propre de ce mot, c’est habitant de la Bohème, et les Dictionnaires l’oublient.
Le sens figuré, c’est vagabond et voleur, sens injurieux et dénué de tout motif historique. Nous ne sommes pas plus réservés à l’égard des Arabes, du nom desquels nous affublons les usuriers, quoique les Arabes n’aient jamais fait l’usure. Ils volent plus franchement. Nous traitons encore plus mal les Juifs, quoique tous les saints personnages de l’Ancien Testament aient été Juifs. Nous trouvons mauvais que les Romains aient traité de barbare tout ce qui n’était pas Romain ; cela est absurde en effet ; mais nous ne sommes guère plus sages.
Nous entendons par Bohémiens de certains aventuriers basanés, que l’opinion la plus commune a fait venir de la Basse-Egypte, et dont le nombre est singulièrement diminué depuis quelque temps. C’étoient des charlatans fort laids, fort sales, fort superstitieux, fripons par-dessus toutes choses et qui ne diffèrent en presque rien des ambubaies d’Horace, dont ils étoient probablement descendus. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil, et c’est la chose la plus orthodoxe qu’on lise dans cet article : elle est tirée de Salomon. (Nodier 1829, p. 72)

18Par ce commentaire, qui expose sans fard toute l’idéologie d’usage qu’un dictionnaire est susceptible d’exprimer, Nodier dénonce l’irréflexion de locuteurs emportés par le flux de la parole, et l’on voit ici une critique portant en conséquence sur les conditions d’emploi de la langue.

19Dans les Errata du Dictionnaire de l’Académie française ou Remarques critiques sur les irrégularités qu’il présente…, Benjamin Pautex choisit en 1862 un autre angle d’attaque et dénonce les imperfections dont cet ouvrage est porteur afin d’éclairer ses utilisateurs qui sont aussi bien sûr des usagers de la langue. En effet, entre les deux ouvrages s’est progressivement constituée en France une philologie scientifique fiable, escortée de principes épistémologiques reflétant les modes contemporains de la rationalité. En conséquence, les commentaires peuvent désormais, soit directement porter sur les usages, soit, latéralement, sur les aspects métalinguistiques des ouvrages censés éclairer ces usages. Dans sa préface, Pautex est particulièrement clair. Quelque grand que soit le Dictionnaire de l’Académie, et quelque essentielle que soit sa fonction régulatrice de la langue française, celui-ci ne manque pas de présenter des imperfections qu’il serait judicieux de corriger. Parmi celles-ci, l’auteur note l’intérêt qu’il y aurait à retrancher un assez grand nombre de doubles emplois, et, plus précisément :

On retrancherait encore un certain nombre de mots qui nous semblent inutiles ; puis les proverbes ou les locutions qui pèchent contre la grammaire, contre le bon goût, contre l’usage actuel, etc. (Pautex 1862, p. ii)

20Ce sont bien ici des péchés, comme on disait alors, et des défauts de convenance qui sont reprochés à l’ouvrage de la commission. Outre cette sorte d’atteinte à la bienséance verbale, ce sont des fautes typographiques, des définitions erronées, des contradictions, des inconséquences, et des omissions qui sont reprochées aux membres de la commission. On voit d’ailleurs, nettement, par là, que ces derniers, tout législateurs en quelque sorte qu’ils soient, ne sont pas plus que leurs lecteurs à l’abri des vices de langage. Pautex est particulièrement vigilant à cet endroit dans quelques articles de son ouvrage. Ainsi à l’entrée « Crever » de la sixième édition du Dictionnaire de l’Académie (1835) :

CREVER, v. a., est aussi neutre, et signifie S’ouvrir, se rompre par un effort violent. Le canon creva dès le second coup. La bombe creva en l’air… — Fig. et par exagérat., Crever d’embonpoint, de graisse, être excessivement gras.
Voilà qui est bien ; mais comment dire ensuite : « Fig. et fam., Crever de faim, de soif » pour signifier Avoir une grande faim, une grande soif ? C’est une expression fausse, et l’Académie aurait mieux fait de ne pas l’admettre, puisqu’elle emploie le verbe mourir même en parlant des animaux : « Son chien est mort enragé. Son cheval vient de mourir. »
Le paragraphe suivant nous semble également peu digne de rester dans le Dictionnaire : « Subst., pop. et par mépris, Un gros crevé, une grosse crevée, un gros homme, une grosse femme. Manger, ronfler, rire, etc. comme un crevé, manger, ronfler, rire beaucoup. » (Pautex 1862, p. 80)

21La remarque touche à la fois ici une incohérence et un manquement à la politesse de langage. On trouverait un commentaire analogue à l’article « Fesse ». Manifestement, c’est bien ici la vulgarité de l’expression et de ses locuteurs potentiels qui est censurée par Pautex, mais ce dernier est probablement victime d’une illusion lorsqu’il propose de substituer à l’expression initialement incriminée une expression dans laquelle figure le substantif œil lui-même bien identifié dans l’argot depuis le début du XIXe siècle comme désignant l’anus… ainsi que le rappelle le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud (1978). Une vulgarité en cache une autre !

22Mais, en relevant une certaine persistance de ces faits dans le Dictionnaire de l’Académie, qui aurait pu passer inaperçue au crible de consultations ponctuelles, Pautex soulève la double question de la cohérence de ce dictionnaire et des troubles épilinguistiques qui apparaissent aux confins indistincts du langage soutenu et populaire. Pautex s’en prend donc tout autant à la méthode des membres de la commission et à son manque de rigueur qu’à la familiarité d’une expression populaire dont on aurait du mal à justifier l’emploi dans un registre soutenu. Dans de telles conditions, la responsabilité du locuteur, consultant l’œuvre académique, ne peut que se diluer et s’offusquer jusqu’à l’indécision. Bonnet blanc et blanc bonnet… C’est d’ailleurs là, en première approximation, le constat affectant l’usage de ces correctifs ou préservatifs de langage lorsqu’on les envisage dans la moyenne durée au regard de leur utilité effective.

3. Ambitions et résultats, les avancées de la connaissance

23Le parcours que j’ai esquissé parmi les ouvrages supposés rétablir la norme et la correction de l’expression au milieu des errances et des dévoiements de l’expression spontanée requiert de s’interroger sur l’impact de ces ouvrages auprès du public. Ce qui revient à poser la question de la flexibilité de la langue et de ses capacités de déformation et d’adaptation à de nouveaux états. À l’évidence, les ouvrages publiés du début à la fin du premier tiers du XIXe siècle ne ressemblent en rien à ceux publiés progressivement de cette date au premier tiers du XXe siècle. Les premiers s’inscrivent dans une épistémologie du langage qui relève encore de l’univers classique, avec une distinction tranchée entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. Les seconds, ayant appris de l’évolution des méthodes et des connaissances linguistiques un certain relativisme, sont plus enclins à disserter sur les zones d’ambiguïtés qui se dégagent de la confrontation des variantes observées. Voire à proposer une autre manière d’aborder les faits de correctivité. Ce partage n’est évidemment pas sans conséquences.

24Girault-Duvivier, Noël et Chapsal, Bescherelle, Landais se situent dans une perspective conservatrice propice à la préservation des valeurs statiques et intemporelles de la bourgeoisie. Ce statisme dicté par les formes des convenances permet à Napoléon Landais d’écrire dans la préface de la première édition de sa Grammaire générale des grammaires françaises :

[…] c’est en indiquant les lois ordinairement imposées par l’usage ; c’est enfin en donnant à tous le moyen de parler notre Langue comme on la parle dans un monde éclairé et poli, que nous parviendrons à prouver qu’elle est et qu’elle doit être, par sa perfection, la plus riche de toutes les langues. (Landais 1835, p. 7)

25A contrario, Auguste Brachet, tout vulgarisateur qu’il est plutôt que réel chercheur, met en œuvre dans sa Grammaire historique (1867) une méthode qui périme entièrement celle de ses prédécesseurs. C’est ce qu’il explique expressément dans la préface de l’ouvrage :

Quand la grammaire historique n’aurait pour résultat que de rendre les grammaires ordinaires plus logiques et plus simples, il faudrait déjà la tenir en haute estime. — Au lieu d’employer cette méthode d’observation si lumineuse, si féconde en résultats, au lieu d’étudier le passé pour mieux comprendre le présent, tous nos grammairiens, depuis Vaugelas jusqu’à M. Girault-Duvivier, n’étudient la langue que dans son état actuel, et tentent d’expliquer a priori (par la raison pure et la logique absolue) des faits dont l’histoire de notre langue et l’étude de son état ancien peuvent seules rendre raison. C’est ainsi qu’ils entassent, depuis trois siècles, de doctes et puérils systèmes, au lieu de se borner à l’observation des faits ; ils persistent à traiter la philologie comme Voltaire la géologie, lorsqu’il prétendait que les coquillages trouvés au sommet des montagnes provenaient des pèlerins de la première croisade. Aussi tout cela justifie le jugement sévère que portait récemment sur les grammairiens français un éminent professeur (M. Bréal) au Collège de France : « La grammaire traditionnelle formule ses prescriptions comme les décrets d’une volonté aussi impénétrable que décousue ; la philologie comparée fait glisser dans ces ténèbres un rayon de bon sens, et au lieu d’une docilité machinale elle demande à l’élève une obéissance raisonnable. » (Brachet 1867, p. 4)

26En se référant au Discours d’ouverture du cours de grammaire comparée que Bréal prononça lors de son entrée au Collège de France, Brachet place sa propre analyse sous l’égide d’une personnalité reconnue et rappelle la rupture introduite dans l’analyse des fautes et incorrections grammaticales et lexicales par l’usage des principes et méthodes de la philologie historique. D’où le relativisme de jugement que j’évoquais précédemment. Mais il est frappant de noter que celui-ci se trouve mis au service d’une certaine esthétique de la langue. Examinant l’évolution du vocabulaire dont la langue française est l’objet du XVe au XIXe siècle, Brachet note que les mots savants, par exemple, ont connu un statut particulier :

Ces mots, qui sont comme une langue à part dans la langue, sont plus nombreux que les bons et vieux mots, et beaucoup d’entre eux ont déjà passé des livres dans le langage commun. (Brachet 1867, p. 81)

27Mutatis mutandis, le même raisonnement s’applique aux mots vulgaires et aux tournures « incorrectes » que notent les critiques et grammairiens de la seconde moitié du XIXe siècle. C’est là, peut-être, le point paradoxal de l’évolution du sentiment linguistique à l’égard de la faute ou de l’incorrection que ne manque pas de souligner, par exemple, un Remy de Gourmont dans la section consacrée à « La Déformation » de son Esthétique de la langue française (1899). Il y révoque en particulier l’autorité des grammairiens classiques et post-classiques, n’ayant d’ailleurs pas à cet égard de mots assez forts pour stigmatiser les désastreuses conséquences de leurs exemples, et allant même jusqu’à justifier la valeur et les vertus de l’argot :

Un peuple qui ne connaît que sa propre langue et qui l’apprend de sa mère, et non des tristes pédagogues, ne peut pas la déformer, si l’on donne à ce mot un sens péjoratif. Il est porté constamment à la rendre différente ; il ne peut la rendre mauvaise. Mais en même temps que les enfants apprennent dans les prisons scolaires ce que la vie seule leur enseignait autrefois et mieux, ils perdent sous la peur de la grammaire cette liberté d’esprit qui faisait une part si agréable à la fantaisie dans l’évolution verbale. Ils parlent comme les livres, comme les mauvais livres, et dès qu’ils ont à dire quelque chose de grave, c’est au moyen de la phraséologie de cette basse littérature morale et utilitaire dont on souille leurs cerveaux tendres et impressionnables. L’homme du peuple ne diffère pas de l’enfant, mais, plus hardi, il se réfugie dans l’argot et c’est là qu’il donne libre cours à son besoin de mots nouveaux, de tours pittoresques, d’innovations syntaxiques. L’instruction obligatoire a fait du français, dans les bas-fonds de Paris, une langue morte, une langue de parade que le peuple ne parle jamais et qu’il finira par ne plus comprendre ; il aime l’argot qu’il a appris tout seul, en liberté ; il hait le français qui n’est plus pour lui que la langue de ses maîtres et de ses oppresseurs. (Remy de Gourmont 1899, p. 133-34)

28On ne saurait guère être plus explicite des conditions dans lesquelles les langues, et notamment la française, vivent leur vie dans la plus stricte indifférence à l’endroit de ceux qui voudraient s’en faire passer pour des législateurs. Dès lors il devient hors de propos de dénoncer des langages vicieux et de vicieux locuteurs. Par la force de la parole et du discours, la langue s’affranchit des chaînes de la correctivité et du joug que lui imposent les grammairiens, retrouvant dans sa fonction de communication sociale toute l’énergie qui lui permet de se survivre en se transformant, en évoluant et en s’adaptant aux nouveaux besoins de sociétés toujours en mouvement. Et c’est ainsi que Zazie, dans le métro parisien, des années 1950 peut s’exclamer : Médoukipudonktan ?…

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search