Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie 2. Le bon usage : de 1700 à nos jours

Dire et ne pas dire au xviiie siècle dans une région française frontalière

Chantal Rittaud-Hutinet

Texte intégral

  • 1 Dans cet article, j’ai restitué pour tous les exemples cités les graphies originales de cet ouvrage (...)
  • 2 « Brun (Marie-Marguerite de Maison-Forte, plus connue sous le nom de Mme), née à Coligny en 1713, u (...)
  • 3 Les habitants de la « Nation Comtoise » vus par François-Ignace Dunod de Charnage, historien du déb (...)

1Le corpus principal de cette recherche est un ouvrage de 36 pages, l’Essay d’un dictionnaire comtois-françois1, daté de 1753 et présenté, comme le serait un dictionnaire bilingue, sur deux colonnes titrées respectivement : On dit en Franche-Comté et : On doit dire. Son auteure, Mme Brun2, y répertorie vocables et tournures erronés ou « non français », mais qui sont utilisés en Franche-Comté, province alors rattachée à la France depuis à peine un siècle.3 Dans la première partie, j’analyserai les moyens employés par Brun pour faire ses recommandations, au sein desquelles se déclinent, explicitement ou implicitement, la censure et ce que je qualifierais de son envers, la prescription. En seconde partie, j’examinerai au travers de son regard sur ce parler régional les aspects sociolinguistiques qui sont liés aux jugements sévères qu’elle porte, par une mise en relation avec son sentiment du bien parler.

  • 4 « Si j’avois à faire un Dictionnaire, pour aider mes compatriotes à réformer leur langage, je divis (...)

2D’emblée, Brun affirme sa position critique et son but, qui est d’interdire un certain nombre de formes qu’elle considère comme non canoniques. L’entrée en matière précise avec une grande sobriété, mais très explicitement, l’objectif : « pour aider mes compatriotes à réformer leur langage ».4 Dans le corps de l’ouvrage se suivent trois séries de mots, locutions – et quelques énoncés –, qui pour la plupart semblent bien toucher l’emploi oral :

  1. Au sujet des « mots qui ne sont pas françois » (330 entrées), apparaissent parfois des appréciations (dans l’une ou l’autre colonne), un ou plusieurs synonyme(s), exceptionnellement un équivalent historique.

  2. Dans la liste des « mots françois que l’on prononce mal en Franche-Comté » (247 entrées), on trouve les expressions et termes régionaux souvent accompagnés de leur prononciation ou de leur signification, et : de la forme que l’auteure estime être la bonne (souvent, mais pas toujours) ; ici et là d’un commentaire phonétique décrivant l’erreur, ou expliquant pourquoi il y a faute, ou prescrivant ce qu’il est bon de dire ; et/ou de temps en temps d’une remarque grammaticale ou sémantique.

  3. Pour « Les tours de phrase qui sont contre la syntaxe, ou contre l’usage » (46 entrées), les correctifs apportés par Brun sont quelquefois assortis de synonymes, sporadiquement accompagnés d’explications grammaticales, ou sémantiques, ou phonétiques, les uns et les autres le plus souvent très courts, mais parfois assez développés.

  • 5 Sur ce point, une recherche spécifique reste à faire.

3Malgré sa petite taille, cet opuscule est d’une grande richesse par la variété des informations qu’il nous livre, par exemple : propositions de remédiation, conseils didactiques, ou encore explications qui semblent montrer la suppression quasi totale du « e muet » – selon la dénomination de Brun – ce qui, si l’hypothèse était confirmée5, amènerait à situer les locuteurs de la région franc-comtoise, à cette époque-là, aux avant-postes de l’évolution de ce point de langue, alors que dans la majorité des cas ce vernaculaire manifeste à l’inverse un grand conservatisme.

1. Les directives

4Bien que son aire géographique et/ou sociétale ne soit précisée nulle part, la notion de « bon usage » apparaît explicitement dans les définitions, gloses et prescriptions : à chaque forme est associé au moins un commentaire faisant ressortir le blâme. Cependant il est remarquable qu’elles ne sont pas toutes exprimées avec des mots. Ce qui renforce l’idée que, d’emblée, parler dans un français contenant des marques régionales est égal à mal parler, donc que celui qui est dans ce cas doit se corriger, sans qu’il soit besoin de le lui préciser.

1.1 Consignes implicites

5Elles se présentent de deux façons (voir ci-après en 3.2 celles qui sont complétées d’injonctions explicites) : pour le lexique et la grammaire traduction en français convenable, comme en (1) et (2) ; pour la phonétique la faute, dans la colonne de gauche, est affichée sous forme d’une modification de la graphie (accent, lettre supplémentaire), laquelle montre l’erreur, comme en (3) :

1.2 Consignes explicites

1.2.1 Consignes explicites simples

6Qu’elles s’appliquent à ce qu’on doit dire ou à ce qu’il faut éviter, elles sont exprimées soit par un jugement – dépréciatif – sur la forme régionale, soit par l’annonce (métalangagière) de la présentation de la bonne manière de parler, soit par une comparaison (au détriment bien sûr du régionalisme pointé), soit par une explication de ce qui est bien et de ce qui ne l’est pas, soit par l’ordre de choisir l’autre terme, soit encore par une interrogation qui sous-entend la bêtise contenue dans le régionalisme. Cela donne des injonctions structurées :

  • au travers d’une constatation lapidaire, comme en (4) :

(4) est / sont ; est toujours ; est inutile
     on dit
     c’est ainsi qu’on prononce
     n’a point de
     pour ; au lieu de

  • ou par une courte évaluation, remplaçant parfois, ou complétant un constat, comme en (5) :

(5) se dit de/pour ; on dit à la vérité… en parlant de
     il n’y a point/pas de
     on (ne) fait (point) sentir
     on / (il) se prononce (comme) (si) ; on (ne) prononce (pas)
     demande
     on allonge trop
     sans trop
     on ne distingue pas assez
     il est très-important pour la prononciation de les distinguer

  • ou au moyen d’un examen détaillé, comme en (6) :

(6) est… qui sert pour…, & dont le synonyme est
     veut dire… &… est le seul dont on puisse se servir pour
     ne se dit que d’… & allégoriquement de
     si l’on pouvoit dire… on pourroit dire aussi
     on ne distingue pas assez
     il est très important de
     se prononce comme s’il y avoit… sans… le mot… ne sonneroit presque point. On dit

  • ou avec une injonction, soit directe, comme en (7) :

(7) faites sentir (le) ; faire attention à
     prononcez ; (ne/n’en) prononcez
     doivent

7soit modalisée comme en (8) :

(8) il (ne) faut (pas) faire sentir ; on doit faire sentir
     on doit prononcer ; ne doit point être prononcé ; il faut prononcer ; il faut le prononcer comme si

  • ou même grâce à une question, en (9) – un seul exemple – :

(9) Voyons voir. [au lieu de] Voyons. Pourquoi deux fois le verbe voir ?

1.2.2 Consignes explicites doubles

8Parfois interdiction et prescription se côtoient, comme si l’auteure s’adressait à des lecteurs auxquels elle ne fait guère le crédit d’être à même de comprendre ce qu’ils doivent changer s’ils veulent se libérer de leur handicap, et donc auxquels il faut mettre deux fois les points sur les i, comme en (10) :

9Enfin, les indications de correction ont une valeur soit générale soit restrictive, qu’elles soient données avec ou sans ordre direct ou modalisé, comme en (11) :

(11) ne se dit que de/pour ; on ne dit… que de
     n’est… qu’avec ; n’est d’usage qu’en matiere de
     on dit cependant ; cependant on dit ; n’est… que
     ne/n’en prononcez ; ne doit pas être prononcé à moins que
     si ce n’est en parlant du… ou de.

1.3 Pour Brun, qu’y a-t-il à corriger ?

  • 6 S’agissant de la prononciation, je préfère habituellement la dénomination « français régional », à (...)

10Quelle qu’en soit la présentation, les remarques s’appliquent à plusieurs domaines de la langue et font ressortir divers points de vue. En effet, Brun ne se contente pas de prescrire, elle explique le comment et le pourquoi. Comme si elle estimait de son devoir non seulement de donner à ses lecteurs franc-comtois des recettes (le vocable ou la prononciation erronée vs la bonne), mais d’écrire un véritable manuel de prononciation et de grammaire, donc de décrire les règles qui président à l’utilisation de telle ou telle forme. Les instructions de type linguistique apparaissent souvent seules, les autres – variations diastratique/sociolinguistique, diaphasique/ situationnelle, diatopique6, souvent aussi nommée régionalisme, diachronique – sont toujours combinées.

11(a) La première série contient propositions et correctifs concernant tel ou tel constituant du système linguistique. Comme dans le cas précédent, on trouve des jugements, des explications sur l’erreur ou sur la règle et ses conséquences sur le discours, des comparaisons, des ordres, des précisions de type lexicographique, des informations sur l’extension de sens d’un mot et son histoire ou sur les synonymes. Ainsi en est-il pour la composante lexicale, comme en (12) ; sémantique, comme en (13) ; grammaticale, comme en (14), avec des explications assez diverses, de la plus simple pour midy à la plus détaillée pour Je n’ai rien soupé ; phonétique, comme en (15), là aussi avec des observations variées et plus ou moins complexes, de prononcez à l’article bannir, à ce qui est dit pour onze :

12À quoi s’ajoute, dans les conclusions : « J’ai entendu dire Peris au lieu de Paris, et Medeme au lieu de Madame ». Ce que le majordome du capitaine Haddock des albums de Tintin fera encore, au milieu du XXe siècle…

13(b) La deuxième série contient des explications et injonctions de nature intra-linguistique combinées : lexique et sémantique, comme en (16) ; lexique et phonétique, comme en (17) ; sémantique et grammaire, comme en (18) :

14Pour septante, il est à remarquer que Jean Masset signalait au contraire : « septante, octante, nonante, pour lesquels le commun dit soixante & dix, quatre vingts, quatre vingts dix » (Masset 1606, p. 6).

15(c) Dans la troisième série, on trouve les corrections combinant des aspects linguistiques et sociolinguistiques (avant la lettre !). Elles présentent évidemment pour nous un intérêt d’autant plus grand qu’elles nous renseignent sur la vision du monde linguistique de Brun, qui reflète sans doute au moins en grande partie le point de vue de ses contemporains. Les réflexions associent évolution de la langue, limites sémantiques d’un mot, syllabation en prose et en poésie, relation avec ce que l’on considère comme la « langue-mère » (latin), faute de prononciation d’un son. Brun mêle : ici lexique et variation diastratique, comme en (19) ; là, lexique et variation diatopique, comme en (20) ; ailleurs, lexique, sémantique et variation diatopique et/ou diastratique comme en (21), ou encore lexique et variation diachronique, comme en (22) ; parfois sémantique, grammaire et variation diachronique, comme en (23) ; enfin, phonétique et variation diachronique, comme en (24) ; et même phonétique et orthographe (un seul exemple), en (25) :

1.4 Métalangue de la prononciation

16Pour la métalangue de la prononciation, la terminologie va

  • du vocabulaire commun, avec les verbes de (26) :

(26) avoir : il n’y point / pas de
     dire : on dit
     faire sentir : on (ne) fait (point / pas) sentir ; faites sentir ; il (ne) faut (pas) faire sentir ; on doit
     faire sentir
     prononcer : c’est ainsi qu’on prononce ; on doit prononcer ; ne doit point être prononcé ; on
      (ne) prononce (pas) ; il faut prononcer ; il faut le prononcer comme si ; prononcez ; ne / n’en
     prononcez ; on prononce ; on le prononce (comme / comme si) ; il se prononce comme (si)

  • au vocabulaire spécialisé, avec l’acception phonétique des verbes relevés en (27) :

(27) appuyer : on ne doit pas apuyer autant… que si ; sans trop y apuyer
     aspirer : aspirée
     fermer : on ferme… parce que l’… est
     mouiller : on (ne) mouille (pas)
     ouvrir : on ouvre… (comme si)
     sonner : sans… ne sonneroit presque point

1.5 Objectifs du Dictionnaire

17Ces classements nous permettent de dégager les objectifs de Brun : au travers de ses divers types de formulations, nous avons vu la force injonctive de ses prescriptions ; la présence de restrictions d’emploi nous a fait percevoir sa capacité critique vis-à-vis des règles ; les éléments de classification de nature sociolinguistique témoignent de sa finesse d’observation.

2. Franc-comtois, ou français ?

  • 7 Il serait utile également de faire l’inventaire des mots qui sont considérés comme « canoniques » à (...)
  • 8 « Il est évident qu’une foule de mots qui pouvaient être des barbarismes en 1753 ont trouvé droit d (...)
  • 9 Pour la terminologie présente en a, b, c, d, voir le développement infra : 4.

18Sur quoi portent les reproches ? Très curieusement, on se rend compte qu’une partie des mauvaises prononciations et des items catalogués comme à ne pas dire7 au XVIIIe siècle correspondent, aujourd’hui : a) tantôt comme en (28) au français normé8 (ou niveau standard9), c’est-à-dire reconnu correct par la communauté linguistique de l’Hexagone ; b) tantôt, comme en (29), au niveau dénommé soutenu – correspondant surtout à l’écrit littéraire et au style de la conférence –, mais pas du tout régional ; c) tantôt au niveau de langue dit familier (même par exemple selon la qualification du Trésor de la langue française informatisé), mais sans être considéré comme régional, comme en (30) ; d) ou même au registre inférieur appelé populaire (méconnaissance de la règle), comme en (31) ; e) ou encore à la réalité dans une autre région, ou dans des pays francophones limitrophes, mais pas en Franche-Comté, comme en (32) :

19Trois remarques : pour admonester, l’influence de l’apprentissage écrit sur la prononciation a visiblement fait son œuvre entre le XVIIIe siècle et aujourd’hui… ; les équevilles est en revanche la forme actuelle habituelle dans le Rhône et dans le Sud du Jura ; huitante n’est à ma connaissance courant de nos jours que dans certains cantons romands de la Suisse et en Belgique.

3. Qu’en est-il de la transmission générationnelle ?

20Quel crédit peut-on accorder aux assertions de Brun et surtout comment apprécier la pérennité éventuelle du vocabulaire régional qu’il contient ? J’ai tout d’abord comparé son Dictionnaire à deux autres sources :

21(1) Le « Vocabulaire étymologique des provincialismes usités dans le département du Doubs », de Charles Beauquier. Paru dans les Mémoires de la Société d’émulation du Doubs en 1879-1880, il contient 1700 adresses dont, dit-il, « pas une seule ne figure dans le Dictionnaire de l’Académie, au moins avec le sens que lui donnent les habitants du Doubs ». Il signale d’un astérisque les mots qui « sont mentionnés dans le Dictionnaire de Littré avec l’indication de leur provenance comtoise » (p. 229). Notons qu’on ne trouve quasiment aucune considération phonétique dans cette étude.

22(2) Un article de Jean-Baptiste Mercier, « Le langage franc-comtois », paru en 1933 dans une revue de vulgarisation régionale. Aussi l’auteur a-t-il dû, comme il le dit en préambule, « faire un choix » : il ne recense que 170 mots et ne fait aucune allusion à la prononciation. Il est donc normal qu’on n’y remarque que peu de correspondances avec Brun.

23J’ai aussi fait quelques sondages autour de moi, et répertorié ce qui est confirmé dans l’usage de locuteurs actuels (dont moi-même). Grâce à ces rapprochements, nous pourrons constater d’une part qu’une quantité non négligeable des formes dénoncées au XVIIIe siècle est encore présente aujourd’hui, même dans le français régional urbain, ce que signalait déjà le Franc-Comtois Du Rizou, d’un ton fort dégagé, à la fin du XIXe siècle : « Elle n’a guère réussi, la bonne dame [Brun]. Nous avons conservé les barbarismes qu’elle voulait proscrire, et nombre d’entre nous s’obstinent à en faire usage » (Du Rizou 1889, p. 8). Mais, de l’autre, que seuls quelques rares traits phonétiques sont toujours d’actualité. Quant aux tours syntaxiques, ceux qui ont été conservés jusqu’à nos jours sont très souvent communs au français familier de tout l’Hexagone.

3.1 Termes toujours utilisés

24Bon nombre de termes sont toujours utilisés, donc parfaitement actifs – même s’il est difficile d’en évaluer le pourcentage réel, car beaucoup sont des termes agricoles, de cuisine, religieux ou de coutumes, qu’un citadin du XXIe siècle ignore, comme : Piéce ronde pour « Du veau entre deux plats ». Néanmoins, dans cette série, ils n’ont pas tous la même fréquence :

  • soit on ne les choisit que pour des échanges entre Francs-Comtois – on les ressent comme régionaux, aussi ne les utilise-t-on qu’entre pairs et en conversation familière –, comme en (33) :

25Pour ces mots, Beauquier notait :

brûle adj. pris substantivement : le brûle pour le brûlé. Cette forme se retrouve dans beaucoup d’autres cas, comme trempe pour trempé, gonfle pour gonflé, etc. ;
échaille s.f. : écharde.

  • soit on les emploie sans distinction d’interlocuteur, par ignorance de leur statut ou parce qu’on estime que rien, dans le français de référence, n’offre un contenu identique ou le même cadrage sémantique, comme en (34) :

26Pour ces mots, on trouve :

27Chez Beauquier (1881) :

gouillat s.m. : flaque d’eau

greviller v.a. : gratter, chercher en grattant comme font les poules, faire un petit bruit : « j’entends greviller les souris dans l’armoire », « greviller le feu », l’attiser

  • 10 Les commentaires entre crochets indiquent l’usage actuel du terme (à ma connaissance).

larmier s.m. : soupirail de cave [Aujourd’hui, on dit ou « larmier de cave », ou simplement « larmier »10]

réglisse (des bois) s.f. : nom de plante [Enfant, j’ai toujours dit ça de cette façon. Mais je n’ai pu vérifier si c’est le cas pour la jeune génération, en 2010]

28Chez les deux auteurs :

Beauquier (1881) : chenil s.m. : poussière, ordures ; Mercier (1933) : cheni, chenil s.m. : ordures, poussières, etc., qu’on ôte avec le balai [Actuellement, ce terme s’emploie plutôt au pluriel, exemples : une pelle à chenits, faire les chenits]

Beauquier (1881) : ticlet s.m. : loquet d’une porte ; Mercier (1933) : ticler v.n. : agiter le loquet d’une porte pour se la faire ouvrir [Le verbe m’est inconnu. Pour le nom, on se contente actuellement de : « ticlet »]

29Autres remarques :

30(1) de même que « fi » remplaçait « poui », on dit aujourd’hui « ouille ! » pour « aïe ! » ;

31(2) dans mon enfance, les écoliers se moquaient d’une fille laide en chantonnant autour d’elle : « Oh, la peu-eu-eu-eu-te-e-e-e ! » ;

32(3) la prononciation de « vingt » se fait toujours aujourd’hui avec t final quelle que soit sa position dans la phrase (final de phrase ou de groupe, intérieur suivi de consonne ou de voyelle). Elle ne connaît quasiment pas d’exception.

3.2 Mots qui ne sont plus employés mais qui sont encore connus

33Quelques-uns ne sont plus employés mais nous sont encore connus :

  • parce qu’ils font partie de notre histoire : nos parents, ou nos grands-parents les utilisaient, ou bien nous les avons entendus dans notre enfance à la campagne avec ce sens (pour bouquin par exemple), comme en (35) :

34Remarques :

35Chez Beauquier (1881) :

bouquin s.m. : petit bouton de fièvre qui vient à la lèvre
tilleux, tilleuse adj. : ligneux, filandreux, fibreux
tresir v.n. : sortir de terre. Se dit des plantes

36Chez les deux auteurs :

Beauquier (1881) : nailles s.f.pl. : les dragées qu’on jette aux enfants à l’occasion du baptême ; Mercier (1933) : nailles s.f.pl. : tout ce qu’il est en usage de jeter aux enfants et aux pauvres après un baptême, mais ce mot s’applique particulièrement aux dragées.

37Par ailleurs :

38(1) Enfle était déjà considéré comme de niveau assez familier du temps de mes parents ;

39(2) ma belle-mère prononçait l’s de las au masculin ;

40(3) mon père ne parlait de pantet que sur un ton de plaisanterie

  • ou parce qu’ils sont liés à nos connaissances culturelles, comme celui de l’exemple (36) :

41Il existe en effet une Crèche bisontine, pièce encore jouée aujourd’hui à Besançon au moment de Noël, et dont de nombreux personnages sont typiques de la région. Le Magnin y est l’étameur ambulant. Et en effet, on lit chez Beauquier (1881) : « magnin s.m. : chaudronnier, raccommodeur d’ustensiles de ménage, étameur », et, chez Mercier (1933) : « magnin s.m. : chaudronnier, étameur ambulant ».

3.3 Termes qui existent toujours, mais avec des changements

42D’autres termes existent toujours chez les locuteurs actuels, mais avec des changements :

43(a) Certains ont aujourd’hui un autre sens : parfois alors qu’ils avaient le même chez Beauquier que chez Brun, comme en (37) ; ou bien alors qu’ils étaient en cours d’évolution à l’époque de Beauquier, comme en (38) :

44À noter chez Beauquier (1881) :

cancoine ou cancoire s.f. : hanneton [Ce mot ne s’emploie aujourd’hui qu’en milieu rural, pour : bavarde, qui colporte des cancans]

écuit, part. passé de écuire : « être écuit » signifie avoir certaines parties de la peau enflammées, comme les ont les enfants trop gras, dans les plis des cuisses ou du postérieur [On le disait encore couramment chez ma belle-mère, pour les fesses talées, brûlantes par exemple, à cause d’escarres]

niflet s.m. : petit homme maigre, et aussi un nigaud ou niais. Signifie encore, dans le Jura, délicat, difficile sur le manger [Actuellement, signifie : difficile pour la nourriture. On dit aussi d’un niflet qu’« il pignouche », parce qu’il ne prend qu’une petite bouchée de tout ce qu’on lui présente et qu’il le mange d’un air inquiet, presque dégoûté].

45(b) Pour d’autres, il s’agit d’une différence axiologique, déjà présente chez Beauquier, comme en (39) :

46En effet, Beauquier précisait : « peinturluré part. adj. : peint de couleurs éclatantes, criardes ».

47Ce terme équivaut aujourd’hui à : mal peint, ou peint de couleurs criardes. Se dit aussi d’un enfant qui a joué avec les couleurs et « s’en est mis partout ».

48(c) Dans la dernière série, la modification concerne la classe d’emploi en même temps que de niveau de langue, comme en (40) :

49En argot, ce mot se disait encore dans la génération de mes parents, pour « femme ».

4. Une sociolinguiste avant la lettre ?

50Nous avons vu que Brun montre un élitisme certain lorsqu’elle juge tel ou tel terme ou tournure franc-comtois(e) (voir supra : 1.21, 1.22) ou encore lorsqu’elle écrit de ses contemporains : « on peut dire en général que la prononciation des Comtois est pesante, & souvent même niaise » ou pire « vicieuse » (p. 35) – au sens bien sûr de « qui va à l’encontre des normes », « des règles », ce qui signale donc simplement une prononciation fautive. Mais elle fait aussi preuve d’un regard avisé sur les locuteurs qui tentent de « se corriger de leur accent ». Dans les deux dernières pages de son livre, le plus surprenant est ce qu’elle nous dit de ceux qui veulent diminuer, ou mieux, effacer leurs traits non conformes. Car cela relève de ce que nous, aujourd’hui, nommons la sociolinguistique.

51Par exemple, la notion d’hypercorrection est tout entière dans cette mise en garde : « Les Comtois qui connoissent toute la pesanteur de leur accent naturel, & qui veulent s’en corriger, donnent souvent dans un excès oposé » ; cela fait irrésistiblement écho à ce que Pierre Bourdieu dira sur le sujet en 1984.

52Mais chez Brun, cette évaluation est immédiatement suivie d’un jugement sans appel : « Ils abrégent tout, ils ne parlent qu’à demi, & ils ont une affectation moins suportable encore que l’accent de la Province » ; là aussi on pense au point de vue de tenants de la langue dominante sur la façon dont les « dominés » (selon la terminologie de Bourdieu) leur parlent.

53Puis Brun pointe une autre réalité, qui se rencontre également encore de nos jours : « D’autres se forment une prononciation arbitraire ». Je pense par exemple aux étudiantes savoyardes, qui suppriment systématiquement l’opposition vocalique de quantité, pourtant phonologique dans leur parler régional. Aussi lorsqu’elles disent : « au RU, à midi, on a mangé des [pat] », je me demande s’il s’agit de poulet ou de spaghettis…, parce qu’en français de référence et dans mon français franc-comtois maternel, on fait encore la différence entre « patte » et « pâte ».

54Et lorsque les Francs-Comtois du XVIIIe siècle usent d’un tel moyen pour effacer des traits régionaux considérés d’emblée par eux-mêmes comme mauvais, en tout cas dévalorisants plus que n’importe quoi d’autre, Brun estime qu’ils se trompent lourdement et leur en fait reproche. Elle qualifie en effet cette tentative de « prononciation arbitraire qu’ils croyent meilleure que celle de la Province, mais que l’on ne connoit point dans les villes où l’on parle bien, & dont les gens sensés se moquent ». Il est intéressant à ce propos de noter que d’autres Franc-Comtois auront l’opinion opposée, ainsi Du Rizou à nouveau, commentant en 1889 le Dictionnaire de Brun : « Nous avons notre accent comtois ; que nous importe ! Le professeur Proudhon a enseigné le droit avec cet accent-là. L’accent comtois empêche-t-il nos représentants de se faire applaudir à la Chambre et au Sénat ? » (Du Rizou 1889, p. 9).

55Autre cas : certains des vocables et prononciations choisis par Brun pour signaler les formes rejetées et celles à adopter présentent les prémisses d’une analyse variationniste. On compte ainsi les dénominatifs et appréciatifs suivants :

  • six que l’on peut classer comme diatopiques, relevés en (41) :

(41) en Franche-Comté ; accent de la Province ; cette prononciation vicieuse leur est particulière ; dans les villes où l’on parle bien ; La fréquentation de ceux qui parlent bien, est le meilleur de tous les maîtres ; le vrai moyen de la corriger, serait de dépaïser les enfans de bonne heure

56Avec une réserve : on ne sait pas ce que signifie la Province, et une interrogation : qui peuvent être ceux qui parlent bien, quelles sont ces villes où l’on parle bien et où se trouve ce pays où les enfants devraient aller apprendre à parler correctement ? – trois qui ressortissent clairement à des niveaux de langue, en (42) :

(42) dans le familier ; dans le stile bas ; affectation

57Soulignons qu’il en va toujours de même dans la terminologie des ouvrages normatifs actuels (métalangue qui est, comme autrefois celle de Brun, fortement axiologique), le français standard y étant opposé entre autres à vulgaire, relâché, familier d’un côté, soutenu, recherché, affecté de l’autre.

  • un qui réunit les deux aspects – diatopique et diastratique – en (43) :

(43) une prononciation qu’ils croyent meilleure que celle de la Province

  • quatre, en (44) pour lesquels il est difficile de démêler le sens diatopique – en opposition avec franc-comtois ; province – du sens diastratique – en opposition avec familier ; stile bas ; affectation :

(44) ceux qui aspirent à bien parler ; les fautes les plus communes ; qui ne sont pas françois ; n’est françois qu’avec

58Car on doit se rappeler que ce que nous nommons français non marqué a en réalité deux significations : sans trait régional, et sans faute (lexicale, grammaticale ou phonétique). Le français de référence se définit donc non pas par un seul critère, mais par deux. De même, comme le montre la schématisation en (45), chaque parler régional possède autant de niveaux de langue qu’en répertorie tout manuel de bon usage à propos du français dit sans accent, et chaque point d’intersection d’un vernaculaire avec un niveau représente un ensemble particulier de phénomènes. Par exemple, en (45) on voit matérialisés le niveau soutenu en français de Besançon et le niveau familier en français de Tours.

59Dans ses conclusions, Brun porte un jugement, cette fois contre tous les locuteurs qui croient bien faire quand ils en font trop : « Toute affectation est ridicule, & dans le langage elle est insuportable. L’usage décide de la prononciation autant que des mots. » Mais cette affirmation nous laisse sur une question sans réponse : si c’est « l’usage » qui « décide », Brun ne nous dit nulle part celui auquel elle fait référence – à part que c’est le bon, naturellement.

60(45)

61Quant à sa comparaison finale, elle nous en dit long sur son sens de la norme et son opinion sur ce qui ne l’est pas. Brun s’inscrit ici dans un axe opposé à celui des grands orateurs, comme par exemple Quintilien, pour qui « une démonstration reste inefficace, quelle que soit sa solidité, si elle n’est pas étayée par la conviction du ton » (p. 2), notamment parce que « les convenances ne sont pas les mêmes devant le Prince, le Sénat, le peuple ou les magistrats, dans un procès civil ou dans un procès criminel, dans une simple demande de poursuite ou dans une action intentée » (p. 51). Il en va de même si on se réfère aux théoriciens, qui signalent tous l’importance de la manière de le dire, ainsi pour ne citer que Vaugelas : « Il ne faut pas croire [… qu’il] soit permis de dire en raillant un mauvais mot, & qui ne soit pas du bon usage, ou si on le dit, il faut avoir grand soin de faire connoistre par le ton de la voix & par l’action qu’on le dit pour rire » (1647, Préface VII, 3). En effet Brun, elle, affirme : « Il y a long-temps qu’on a comparé le langage à l’eau que l’on boit, ils sont bon l’un & l’autre, lorsqu’ils n’ont aucun goût », dévoilant sans équivoque le programme qu’elle s’est fixé et la force qu’elle veut imprimer aux diverses censures de son dictionnaire, dans l’espoir que les locuteurs franc-comtois acquerront une normativité langagière sans faille. Ce dont Du Rizou, franc-comtois lui-même, se moquera, un siècle plus tard : « J’aime mieux comparer le langage au vin qu’on aime d’autant plus qu’il a le goût de son terroir » (p. 9).

62En lisant cette réflexion de Brun, brutalement on se trouve rejeté hors de ce qui fait la spécificité de la communication orale, de toutes les contraintes et variations qu’elle entraîne comme de tous les actes perlocutoires que les énonciateurs veulent réaliser. Un retour à l’écrit ? En tout cas, un indice fort de sa primauté sur l’oral dans l’esprit de l’auteure du Dictionnaire comtois-françois. Il serait des plus intéressants de comparer cet ouvrage à d’autres de la même époque, en particulier pour comparer les points considérés comme les plus importants à corriger, et pour mesurer la force du sentiment de supériorité qu’ont leurs auteurs respectifs vis-à-vis du bon français face à ses variétés régionales.

Notes

1 Dans cet article, j’ai restitué pour tous les exemples cités les graphies originales de cet ouvrage (accents, ponctuation, majuscules, lettres redoublées ou non, etc.).

2 « Brun (Marie-Marguerite de Maison-Forte, plus connue sous le nom de Mme), née à Coligny en 1713, unissait aux grâces extérieures un esprit vif et des connaissances variées. Mariée au subdélégué de Besançon, sa maison devint le rendez-vous de toutes les personnes distinguées. Cette dame mourut en 1794. Outre l’Essai d’un dictionnaire comtois-français, 2e édition 1755, in-8, rare, on lui doit deux petits poèmes : l’Amour maternel, qui obtint une mention au concours pour le prix de l’Académie française en 1773, et l’Amour des Français pour leur roi, 1774, in-4 » (Weiss 1841, t. I, p. 535).

3 Les habitants de la « Nation Comtoise » vus par François-Ignace Dunod de Charnage, historien du début du XVIIIe siècle (du temps ou la Franche-Comté était Comté bourguignonne) : « Ils sont rudes & grossiers en plusieurs endroits, plus polis en d’autres, brusques presque partout. Portés à la médisance, à la raillerie & à la bonne chère, & si opiniâtres, que les Italiens ont mis un proverbe, ‘obstiné comme un Bourguignon’. Faciles à être menés par la douceur, mutins quand on les gourmande, sincères, officieux, hardis, très attachés à la Religion, dont les moindres traditions leur sont des lois inviolables » (1735-1737, t. X, p. 352).

4 « Si j’avois à faire un Dictionnaire, pour aider mes compatriotes à réformer leur langage, je diviserois ce Dictionnaire en trois parties. La premiére seroit pour les mots qui ne sont pas françois ; la seconde, pour les mots françois que l’on prononce mal en Franche-Comté ; la troisiéme, pour les tours de phrase qui sont contre les régles de la syntaxe, ou contre l’usage » (Brun 1753, p. 3).

5 Sur ce point, une recherche spécifique reste à faire.

6 S’agissant de la prononciation, je préfère habituellement la dénomination « français régional », à celle de « variation diatopique », car il s’agit de système, même si un certain nombre d’unités et de règles montrent une proximité, voire une identité, avec le français de référence. La formulation « français régional » établit le parler comme un système en soi, et non par rapport au français normé.

7 Il serait utile également de faire l’inventaire des mots qui sont considérés comme « canoniques » à une certaine époque alors qu’ils ne le sont plus à une autre. Ainsi menterie, qu’on lit chez Pierre Corneille (Le Menteur, 1642), ne fait plus partie aujourd’hui du français de référence (le Trésor de la langue française le qualifie de « Vx, pop. ou région. ». Il n’en situe l’usage que « dans le Centre, l’Ouest, le Canada »), mais il est encore en usage en Franche-Comté.

8 « Il est évident qu’une foule de mots qui pouvaient être des barbarismes en 1753 ont trouvé droit de cité parmi nous », écrivait déjà Du Rizou (1889, p. 8).

9 Pour la terminologie présente en a, b, c, d, voir le développement infra : 4.

10 Les commentaires entre crochets indiquent l’usage actuel du terme (à ma connaissance).

Auteur

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle – EA 1483

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search