Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie I. Le bon usage : les origines de la tradition française

Richelet, un dictionnaire non prescriptif : les variations phonologiques dans la première édition

Christine Cuet

Texte intégral

1Au XVIIe siècle, la France est plurilingue et dialectale, la définition du bon usage de la langue française est en construction. La variation sociolinguistique est décrite par les remarqueurs qui visent à établir les règles d’un « bon » et « bel » usage de la langue en évolution. La création de l’Académie française par Richelieu en 1635, l’augmentation de la production littéraire et philosophique, les nombreux ouvrages sur la langue française publiés par les grammairiens et enseignants, sont à l’origine d’une description fine et de l’invention d’une langue à vocation normative dont le premier exemple est pour le lexique, en 1694, la première édition du dictionnaire de l’Académie. Richelet (Dictionnaire françois, contenant les mots et les choses, plusieurs remarques nouvelles sur la langue françoise, 1680) comme Furetière (Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, et les termes de toutes sciences et des arts […], 1690) publient à l’étranger leurs dictionnaires, avant cette date.

  • 1 Datée du 4 avril 1677 et citée par l’abbé d’Olivet (Pellisson & d’Olivet 1858, t. II, p. 51).
  • 2 On sait que Despréaux, Maucroix et Tallemant des Réaux étaient très proches de Patru ; la « monnoie (...)

2La genèse du Richelet est racontée dans une lettre de Patru à Maucroix, chanoine de Reims.1 Cette œuvre collective, parue sous le seul nom de Richelet, est réalisée pour répondre à un besoin, né du sentiment que le dictionnaire de l’Académie ne serait pas publié avant longtemps et qu’il ne contiendrait aucune citation d’auteur, ce que désapprouvait l’académicien Patru. Outre Maucroix, les pères Bouhours et Rapin « qui s’y jettent à corps perdu », Richelet a été aidé activement par Nicolas Boileau (Dépréaux), Tallemant des Réaux2 et Roger de Rabutin (le comte Bussi) dont les citations parsèment le Dictionnaire. Richelet ne partait pas de rien, il avait à sa disposition les nomenclatures du Dictionnaire de rimes de Frémont d’Ablancourt (1648 et 1667) qu’il avait toutes deux révisées et avait publié un traité de poétique, La versification françoise (1671) dont il reprend souvent des extraits.

3Il est difficile d’évaluer la part précise de la contribution de Richelet pendant le temps de préparation de l’ouvrage qui a duré un peu moins de deux ans : la méthode étant empirique (dépouillement des auteurs), ce sont des milliers de citations qu’il a fallu recopier, ordonner et classer ; de nombreux copistes et auteurs ont dû travailler à l’ouvrage, ce qui explique un manque d’uniformisation de la présentation et des erreurs de typographie ou de citations. Il est légitime de penser qu’en dehors du dépouillement des œuvres de Perrot d’Ablancourt, Richelet a revu l’ensemble en ajoutant des remarques personnelles sur les niveaux de langue et l’usage, la prononciation et l’orthographe, ce qu’il explique dans l’avertissement au lecteur.

  • 3 Voir Cuet 2009 pour les précisions historiques et les citations.

4Le Dictionnaire de Richelet paraît en 1680 en Suisse, à Genève, étant donné l’interdiction de publier en France sans privilège du roi autorisant l’impression et la vente d’ouvrages, soit près de quinze ans avant celui de l’Académie française (1694) qui avait obtenu un privilège exclusif. Les tirages de la première édition, les rééditions ou contrefaçons « suivant la copie imprimée à Genève » sont cependant nombreuses et se répandent, malgré les saisies et les destructions, ce qui montre combien un tel ouvrage était attendu.3

1. Le bon usage des « honnêtes gens »

  • 4 Pour une évaluation plus positive, voir la contribution de Bonhomme et Horak dans ce volume. Les ou (...)

5Le public visé par le Dictionnaire françois est celui des « honnêtes gens qui aiment notre langue ». Afin de le satisfaire, Richelet s’appuie, d’une part sur des citations d’auteurs, d’autre part sur l’usage, en faisant la synthèse des remarqueurs, de ses propres observations et enquêtes sur le terrain parisien. De nombreuses remarques de langue reprennent et réactualisent les Remarques sur la langue françoise de Vaugelas (1647), les Remarques nouvelles de Bouhours (1675) ainsi que les Observations de Monsieur Ménage sur la langue françoise (t. 11675 [1672], t. 21676). Contrairement à Vaugelas, ce dernier est rarement cité, sauf le plus souvent pour être critiqué, la raison en est sans doute son conflit avec Bouhours qui s’exprime à travers leurs ouvrages sur la langue française.4

  • 5 « C’est la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’escrire de (...)

6Sur le plan lexical, l’originalité du dictionnaire de Richelet est d’aller au-delà d’un répertoire du « bon usage » ou « bel usage », tel que Vaugelas l’avait défini dans la préface des Remarques.5 Le Richelet s’appuie sur Vaugelas dans cet extrait de la définition du mot « usage » :

Ce mot se dit en parlant de langage, & en ce sens, il n’a point de pluriel. Il y a deux sortes d’usage, le bon, & le mauvais, le mauvais se forme du plus-grand nombre des personnes qui ne parlent ni bien, ni exactement, mais le bon usage est la façon de parler de la plus-saine partie de la Cour conformément à la façon d’écrire de la plus-saine partie des auteurs du tems. Le bon usage est le tiran, ou le roi, l’arbitre, le souverain, ou le maître des langues. Vau. Rem.

7Il reprend aussi les valeurs essentielles de Vaugelas concernant la pureté, la netteté et la clarté de la langue :

Pureté. Ce mot se dit du stile & du langage. Elle consiste aux mots, aux phrases, aux particules & en la sintaxe. Vau. Rem. La pureté est une éxactitude en matiere de langage, c’est l’observation des régles qu’on doit garder pour écrire correctement & éxactement, sans barbarisme & sans faute. Il y a une grande pureté de langage dans Pascal, & dans Vaugelas.
Netteté. Ce mot se dit du langage & signifie l’arrangement des mots & ce qui rend l’expression claire & nette. La netteté est une des plus grandes vertus du stile, Vau. Rem.
Clair, claire. Ce mot se dit du stile, & et il signifie qui est clair & sans obscurité. Voiture a le style clair et aisé.

  • 6 Il semble que Richelet utilise comme synonymes « bon usage » et « bel usage », au fil du Dictionnai (...)
  • 7 Sous Auteur : « Ablancourt, Pascal, Voiture & Vaugelas sont d’excelens auteurs françois. » La liste (...)

8Cette reprise de valeurs morales et esthétiques, dans le domaine du langage, s’adresse aux « honnêtes gens », les locuteurs parisiens cultivés qui pratiquent le « bon usage », qu’ils soient nobles ou roturiers. Richelet fait rarement référence à l’usage de la Cour. Il n’a pas été élu à l’Académie française et n’a jamais obtenu de rente royale pour ses travaux de grammairien. Cette quasi-absence de référence au parler de la Cour peut peut-être s’expliquer par une forme de rancœur, bien que Richelet n’ait jamais été inquiété quand le Dictionnaire françois était frauduleusement introduit en France, probablement grâce au soutien indéfectible de ses amis académiciens ou parce que le Dictionnaire était une œuvre collective à laquelle participaient des académiciens et des écrivains renommés, c’était sans doute un secret de polichinelle. Le bon usage6 est ainsi partagé avec d’autres catégories sociales comme celles des bourgeois, savants, gens de robe et d’épée, marchands, artisans, femmes du monde et auteurs7 : « Trop heureux si la peine qu’on a prise peut être utile & agreable aux honnêtes gens. »

9Quelle est la conception du « bon usage » selon Richelet ? Le doute en est une composante, ce dont témoignent les nombreuses variations langagières et scripturales, tout au long de l’ouvrage. Environ 250 remarques concernent les alternances vocaliques et consonantiques, l’usage est parfois « plus fort que la raison », notamment en ce qui concerne l’étymologie et la prononciation, parfois aussi contre les « bons auteurs » des siècles précédents ou actuels et les modes de la Cour. Il se pose donc en témoin, comme l’avait fait Vaugelas avant lui, et est beaucoup moins prescriptif que Ménage dans la formulation de ses jugements sur la prononciation (voir infra).

10Richelet, dont la source principale de revenus fut le préceptorat et l’enseignement du français aux étrangers souligne aussi dans la préface que ses remarques concernant la prononciation et l’orthographe sont à destination des étrangers ; on peut sans doute y englober les provinciaux et les « honnêtes gens » parisiens qui se trompent quelquefois et souhaitent parfaire leur langage.

2. La variation sociolinguistique

11Richelet constate et décrit la variation sociolinguistique, recommande ou déconseille en fonction du mot « le plus usité », mais sans trancher ni prescrire sauf quand un nouvel usage lui semble s’imposer comme consensuel, ce qu’il exprime alors par « il faut dire ». Il recueille cette variation sans pour autant être prescriptif : « l’un et l’autre se dit », « l’usage est pour… mais », « tous les bons auteurs disent & écrivent », « ceux qui parlent le mieux disent » sont les formulations qui reviennent en majorité dans les remarques de prononciation, pour les alternances vocaliques et consonantiques que nous avons étudiées. Elles portent sur les domaines d’utilisation (terme de philosophie, terme de mer, terme de charpentier…), les registres de style (style bas et burlesque, style noble…) et les utilisateurs. Le classement des remarques permet de mesurer la contribution de Richelet à la description sociolinguistique de la langue française des années 1670-1680, en particulier du point de vue diastratique ; les gens savants : les scientifiques et les grammairiens ; les habiles gens : les spécialistes, notamment des corps de métier ou de la langue ; les dames qui parlent bien : en particulier celles qui tiennent salon ou enseignent ; le peuple de Paris : les personnes cultivées de la bourgeoisie marchande et de robe et de la noblesse parisienne (qui englobe parfois le « peuple » et le « petit peuple ») ; le petit peuple de Paris côtoyé au quotidien : les personnes non cultivées (voire la lie du peuple). Ces distinctions globales seraient à affiner, en fonction des domaines, des registres de langue et du lexique de la vie quotidienne.

12Richelet différencie le parler du peuple de Paris qui est celui du « bon usage » recommandé et le parler provincial qui « écorche les oreilles ». Il y a « ceux qui parlent mal » et ceux qui ont le « bel usage ». En fait, il apparaît que Richelet cherche surtout à relever le « mauvais usage » du « petit peuple de Paris » et les traits de parlers dialectaux afin de permettre à la bourgeoisie et à la noblesse, les « honnêtes gens » auxquels s’adresse le dictionnaire, d’éviter les fautes qui pouvaient être commises, suite à la fréquentation au quotidien du « petit peuple » ou des provinciaux. Par ailleurs, Richelet apporte aussi beaucoup de soin à la graphie et aux remarques de prononciation qui, tout au long de l’ouvrage, facilitent la lecture des mots et normalisent leur prononciation.

2.1 Les variantes phonologiques

13Richelet recense les alternances vocaliques et consonantiques et préconise l’usage des « honnêtes gens » comme variante valorisée à privilégier, sauf quand celle des « gens de métier » ou du « peuple » ou « petit peuple » lui semble plus répandue, y compris chez les « honnêtes gens » et s’impose. Il s’agit le plus souvent dans ce dernier cas du langage spécialisé des artisans ou du langage familier de la vie de tous les jours (voir infra). Le Dictionnaire ressemble parfois à un recueil empirique de ce qui se dit où ne se dit pas, notation du « plus-usité », du « grand usage » ou « vrai usage » et donc de cette variante à privilégier qui n’est ni justifiée ni commentée. On peut supposer que les choix de Richelet proviennent non seulement d’une lecture attentive des remarqueurs mais aussi d’une perception personnelle et subjective de la forme la plus répandue, suite à ses propres enquêtes et observations :

  • 8 Définition sous Badaut : « homme sot & niais ».

Amétiste, amatiste. L’un & l’autre se dit, mais amétiste est le plus doux & le plus-usité.
Guitarre, guiterre. On dit l’un & l’autre, mais guitarre est incomparablement plus en usage que guiterre.
Benitier, benetier. Il n’y a que le prémier de ces deux mots en usage.
Ozeille, oizeille. Le bel usage est pour ozeille & il n’y a que le badaut8 qui dise oizeille.
Heureux, heureuse. Prononcez üreux – Heureusement. Prononcez üreusement.

  • 9 Les alternances s’expliquent par des évolutions phonétiques, par exemple l’ouverture de /ɛ/ en /a/ (...)

14Beaucoup de ces mots à la prononciation fluctuante9 ont déjà été relevés et commentés par d’autres grammairiens. Leurs ouvrages ont été manifestement compilés voire plagiés, sans que les sources soient citées : les Remarques de Vaugelas, les Remarques nouvelles de Bouhours et les Observations de Ménage qui sont souvent simplement réactualisées, mais aussi probablement d’autres auteurs, peut-être Marguerite Buffet (1668), enseignante comme Richelet ou Nicolas Bérain (1675), avocat ; on peut supposer que Richelet connaissait ces derniers auteurs, ou du moins leurs ouvrages.

15Nous avons comparé quelques-unes de leurs remarques à celles de Richelet. Pour le mot tabac, la référence à l’étymologie espagnole corrige la fausse étymologie italienne de Ménage, et Richelet opte pour le dérivé tabatière, alors que Ménage préfère tabakiére, peu conforme au système graphique du français, d’où probablement ce choix. Pour le mot avoine, Richelet préfère la prononciation de Paris « aveine » à celle de la Cour « avoine », la possibilité étant d’ouvrir /wɛ/ en /wa/ ou de fermer en /ɛ/ ; la prononciation en /wa/ était meilleure pour Buffet, dix ans plus tôt.

M. de Vaugelas veut qu’on prononce avoine avec toute la Cour, & non pas aveine avec toute la Ville. Il n’est pas vray que toute la Cour prononce avoine, ny tout Paris aveine. On dit en ces deux lieux avoine & aveine presque indifféremment. Ménage.
Il s’en trouve sur la debte, par exemple, qui disent ; je dais bien de l’argent, il dait beaucoup, il faut prononcer je dois, il doit. Comme plusieurs qui disent aveine pour avoine, qui est meilleur. Buffet.
Aveine, avoine. Aveine est le plus en usage. Richelet.

16Dans un intervalle d’environ trente ans, les remarques des auteurs témoignent des fluctuations de prononciation qui concernent, le plus souvent, les mots du lexique quotidien, ainsi pour le mot armoire (non cité par Bérain). Alors que Ménage et Buffet condamnent la prononciation populaire et dialectale au moyen de la formulation déontique « il faut dire », Richelet la relève comme variante et note le bon usage :

Armoire. Ouvrage de menuiserie – Ormoire. Presque tout le petit peuple de Paris, & même quelques honêtes gens disent ormoire, mais ils disent mal. L’usage de ceux qui écrivent & parlent bien est pour armoire. Richelet.

17Un exemple comme celui du mot tomber permet de comparer les remarques chez ces quatre auteurs : différenciation du parler parisien et provincial chez Vaugelas, usage parallèle des deux prononciations à Paris (Buffet) dont l’une l’emporte malgré l’étymologie (Bérain). Richelet rejette la prononciation stigmatisée comme celle du « petit peuple », voire des « honnêtes gens » qui se trompent, s’appuie sur le bel usage et les bons auteurs :

Il faut dire tomber ; & non pas tumber, comme on dit en plusieurs provinces, & comme dit le peuple de Paris. Il faut dire aussi tombereau avecque les parisiens, & non pas tumbereau avecque les provinciaux. Ménage.
Tomber ou tumber, l’un & l’autre peuvent estre recus, estans en usage. Buffet.
Il faut dire & écrire tomber, tombau, tombe, & non pas tumber, tumbeau, tumbe, quoique ces deux derniers mots viennent de tumulus. Bérain.
Tomber, tumber. Le petit peuple & ceux qui ne parlent pas bien disent tumber, mais le bel usage & tous les bons auteurs disent & écrivent tomber. Richelet.

2.2 Les variantes métadiscursives

18Beaucoup de remarques métadiscursives renvoient à des mots antérieurement commentés ou qui ont pu faire l’objet de discussions entre Richelet et ses informateurs ; ces derniers ont dû être très nombreux, étant donné l’importance du réseau de ses relations amicales et mondaines dans le cercle de Patru. Elles sont classables en quatre catégories. Les exemples infra témoignent de la précision concernant les données, quels que soient les remarqueurs ou les personnes anonymes consultées :

  • Variation diatopique, relative aux lieux géographiques, en général une opposition entre Paris et la province, le plus souvent sans précision puisque c’est sans objet, « tout Paris dit », « on dit à Paris » qui est le lieu où se « fait et se défait le langage » :

Groseille, groiselle. Quelques uns disent & écrivent groiselle, mais tout Paris dit groseille. C’est le fruit du groselier – Groselier, groiselier. L’usage déclaré est pour groselier. Richelet.

Groiselle, groseille. Les parisiens prononcent groseille, & les provinciaux groiselle. Marot dans un de ses rondeaux a dit groiselle. Ménage.

  • Variation diastratique, relative aux personnes et aux couches sociales. Ce sont de loin les remarques les plus nombreuses, elles concernent les prononciations parisiennes différenciées selon des critères sociolinguistiques qui visent essentiellement à distinguer la prononciation des personnes cultivées ou spécialistes d’un domaine qui pratiquent le « bon usage » et la prononciation populaire ou dialectale à éviter. La remarque au mot abreuver est intéressante, l’expression « petit peuple de Paris » souligne la prononciation des personnes non cultivées et la référence inhabituelle à la Cour pourrait être un exemple d’imitation à la manière de Vaugelas, étant donné que Richelet est le seul à relever cette alternance :

Girofleé. Quelques-uns disent gérofleé, mais mal. Les fleuristes & autres gens qui parlent bien disent & écrivent girofleé.

Abreuver, abruver. Quelques uns prononcent, abruver, & principalement le petit peuple de Paris ; mais les personnes de la Cour, & les honnêtes gens de Paris prononcent & écrivent abreuver.

  • Variation diachronique, relative à l’évolution linguistique, et aux mots « vieux ». La remarque ironique à propos de plier synthétise un long développement de Vaugelas qui distingue le sens propre (plier du linge), le sens figuré (céder, obéir) et explique quelques proverbes. Richelet ne conserve pas la variante ployer ; selon Ménage (1676), l’évolution vers /we/ chez les dames pour adoucir la prononciation a abouti à la confusion des deux mots ; Buffet conserve cette différence, contrairement à Richelet :

Plïer, ploier. On dit l’un & l’autre, mais plier est incomparablement plus doux & plus-usité que ploier qui est si vieux qu’il n’en peut plus (ploïer. Voiez plier). Richelet.
Plier & ployer semblent estre de mesme, ce sont deux choses differentes, il faut dire ployer les genouils, & parlant de linge, plier le linge. Buffet.

  • Variation diaphasique, relative à la situation de communication et au style, en particulier la poésie et le style oratoire dans les prêches et les plaidoiries ; l’exemple infra montre encore l’emprunt aux Observations de Ménage qui sont réactualisées :

Christ. Jesus-Chrit. C’est le nom du sauveur des hommes. – Christofle, Chretofle. Nom d’homme. En parlant familiérement on dit Chretofle, & en écrivant ou prêchant, on se sert de Christofle. Mais quoi qu’on parle publiquement, ou familierement on dit toujours Christofle Colom & jamais Chretofle Colom. Richelet.

On dit Jesu-Chrit, & non pas Jesu-Christ […] Mais on dit Christ, & non pas Chrit […] En preschant, en plaidant on dit Christophle. Mais en parlant familiérement on dit Chretofle […] On dit Christophle Colomb. Ménage.

3. La variation phonologique /o/ - /u/

  • 10 Pour une discussion brève de la querelle des ouistes / non-ouistes, voir Ayres-Bennett 2004b : 193- (...)

19Le corpus étudié comprend tous les mots avec double entrée (et renvois éventuels) qui font l’objet de remarques dans le Richelet ainsi que les mots dont la prononciation fluctuante a été ultérieurement fixée autrement, quand ils sont notés à une seule entrée de la nomenclature. Cette hésitation de timbre s’explique par de multiples facteurs, phonétiques, graphiques, analogiques, mais surtout par la variété des prononciations dialectales et idiolectales. Elle est à la base de la longue querelle entre ouistes et non-ouistes qui prend fin au début du XVIIe siècle, quand le timbre /o/ se distingue nettement du timbre /u/, le son intermédiaire où chacun pouvait suivant ses origines ou ses préférences entendre et donc écrire o ou ou ayant disparu.10 Meigret (1542, f. c3, ro) insistait sur la difficulté à distinguer les deux phonèmes, entre lesquels « autant y à il (sic) de difference en leur prononciation qu’il y a entre deux gottes d’eau » ; Ronsard préconisait en poésie d’écrire ou pour faire une rime « plus riche et plus sonante » (1566, f. c2, ro).

3.1 Les variantes selon les remarqueurs

20Au XVIIe siècle, les grammairiens essaient de fixer les formes en o et en ou, souvent par rapprochement étymologique, mais aussi de façon arbitraire, parfois en fonction de l’usage le plus répandu. La prononciation /u/ pour /o/ (ouvert ou fermé, bref ou long), ou inversement, devient désormais le propre des illettrés et/ou un trait de phonologie populaire ou dialectale des « gens qui parlent mal », qui ne confondent pas en écoutant et en parlant /o/ avec /u/, mais les prononcent mal à propos, l’un pour l’autre. Vaugelas (1647) précise que :

C’est ainsi [arroser] qu’il faut dire, & non pas arrouser, quoy que la plus part le disent, & l’escrivent, cette erreur estant nee lors que l’on prononçoit chouse pour chose, cousté pour costé, & foussé pour fossé. Il est tellement vray qu’il ne faut pas dire arrouser qu’on ne permettroit pas mesmes à nos poètes de rimer arrouse avec jalouse […] Il faut dire portrait, & non pas pourtrait avec un u, comme la plus part ont accoustumé de le prononcer, & de l’escrire […]. Mais depuis dix ou douze ans, ceux qui parlent bien disent arroser, fossé, chose sans u […] foussé & chouse sont devenus insuportables aux oreilles delicates. (p. 219-220, 340)

21Il ajoute, pour justifier sa remarque, que le mot chose prononcé chouse ne peut rimer en poésie avec rose, « cela estoit egalement importun au lecteur & au poëte ». Ménage (1675) propose, dans un chapitre qui fait trois pages, une longue liste de mots qui visent à fixer o et ou :

Il faut dire, indubitablement, chose & non pas chouse : aujourdhui, & non pas aujordhui : portrait, & non pas pourtrait : profil, & non pas proufil, ny pourfil : porcelaine, & non pas pourcelaine : arroser, & non pas arrouser : fossé et non pas foussé : froment, & non pas froument : colonne, & non pas coulonne : colombe, & non pas coulombe. Mais on dit Sainte Coulombe […] Rome et lionne, & non pas Roume & lioune […] M. de Balzac a pris toute la Saintonge pour la France. (p. 180-181)

22Buffet (1668) reprend les exemples de Vaugelas :

Il s’en trouve encore qui ne sçavent s’il faut dire un portrait ou un pourtrait, il faut prononcer portrait et portraire […] D’autres pensant rafiner disent les foussés, un foussé, il faut dire les fossés & un fossé. D’autres diront aussi la chouse, les chouses, arrouser, on ne se sert plus de ces vieilles prononciations qui ne servent qu’à corrompre la plus belle de toutes les langues, qui est la françoise, il faut dire la chose, les choses & arroser. (p. 128-129)

23Pour porcelaine et promener, elle conteste Vaugelas, mais pas sur la prédominance du /o/ comme marque de l’usage préférable à /u/ ressentie comme populaire :

Il faut dire & escrire, promener, & non pas pourmener. (Vaugelas 1647, p. 20)
Plusieurs prononcent pourceleine, il faut dire porceline […] Pour la promenade l’on dit pourmener & l’autre pormener, il faut dire pormener. (Buffet 1668, p. 134, 137)

  • 11 Remarque 34, p. 36 « S’il faut dire & écrire […] porcelaine, pourcelaine ou porceline. Dites et écr (...)

24Richelet note à une autre entrée (mais sans renvoi) porceline, terme des « faienciers » et du « petit peuple », qu’il a relevé lui-même et/ou emprunté à Buffet ou Bérain11, l’alternance /o/ - /u/ reprend celle de Ménage :

Porcelaine, pourcelaine. L’un & l’autre se dit, mais le prémier est le plus usité – Porceline. La plupart des faienciers de Paris & presque tout le petit peuple dit porceline, mais c’est le mauvais usage. Le bel usage veut qu’on dise pourcelaine, ou plutôt porcelaine. Richelet.

Promener, pourmener. Quelques-uns disent pourmener, mais mal. Le bel usage est pour promener. Richelet.
Il faut dire, indubitablement […] porcelaine, & non pas pourcelaine […] promener, & non pas proumener, ny pourmener. Ménage.

  • 12 Dans l’édition de 1676, Ménage explique p. 399 l’utilisation de fuie « la fuie est le refuge des pi (...)

25Ménage, très prescriptif dans le chapitre 85 des Observations (1675), répète trois fois « il faut dire, indubitablement » ; les mots concernés sont : chose, aujourd’hui, profil, porcelaine, arroser, fossé, froment, colonne, colombe, costé, fromage, profit, maletoste, hommage, porphyre, ormeau, pomme, pommade, pommeau, corvée, boëtte, promener, Rome et Lionne pour la prononciation avec /o/, Thoulouse, Boulogne, troupe, croupe, croupion, le mois d’oust, fourmi, poëte « pouëte, & non pas poëte, quoyqu’on écrive poëte », nourir, nourice, retourner, mouelle « & non pas moëlle », Doay, Louis, Louise, tourment, fourniture et outarde, pour la prononciation avec /u/. Ménage cite ensuite les « mots controversez » peu nombreux : maltostier – maltoûtier, poteaux – pouteaux, Bordeaux – Bourdeaux, Cologne – Coulogne, Pologne – Poulogne, serpolet – serpoulet, colombier – coulombier.12

26La liste de mots est identique dans la première (1672) et la seconde (1675) édition, mais, dans cette dernière, la reformulation diffère parfois légèrement et Ménage ajoute en fin de texte « On dit aussi colombier & coulombier », alternance qui n’est pas notée dans l’édition de 1672. Bérain précise (remarque 61) : « Je demeure d’acord avec Monsieur Ménage que boulins est le mot usité par les parisiens ; mais il doit demeurer d’acord d’un autre coté qu’ils disent colombier, & non pas coulombier, c’est donc comme il faut écrire & parler. » Bérain, avocat au parlement de Rouen puis de Paris, justifie sa remarque par un article de la « Coutume de Paris », ce qui explique son choix, différent de celui de Richelet qui préfère la prononciation courante (voir infra).

3.2 Les variantes dans le Dictionnaire de Richelet

  • 13 Dans les Remarques sur le Dictionnaire, plusieurs sources sont nommées, ce qui n’est pas le cas dan (...)
  • 14 En première entrée : coulombier, froment, maltotier, nourrisse, mourriture, porcelaine.

27Certains mots sont à une seule entrée de l’ordre alphabétique du Dictionnaire. Il ne sert plus à rien d’en parler, ils sont définitivement en usage ; ce sont les mots cités par Vaugelas. D’autres sont à une double entrée quand une prononciation fautive courante est relevée par Richelet. Ce dernier est cependant moins prescriptif que Ménage dans sa formulation, quand « l’un & l’autre se dit ». Il recueille et explique parfois la cause de la variété, conseille à partir de l’usage des auteurs modernes, de sources13 orales authentiques et de ses propres observations. Six mots14 étaient déjà recensés par Ménage (voir supra) :

  • 15 C’est le peuple qui prononce o, peut-être une imitation affectée de l’ancienne prononciation des «  (...)

Coulombier, colombier. On ne dit plus présentement que coulombier, & tel est le bon plaisir de l’usage. Le coulombier est un reduit […] où couvent & se retirent les pigeons. Colombe – Colombier. Ce mot se trouve ainsi écrit dans Félibien, mais l’usage veut qu’on dise & qu’on écrive coulombier. Voiez coulombier.
Nourriture, norriture. L’usage est pour nourriture & non pas norriture qui ne se dit que par le petit peuple.15

  • 16 En première entrée : encoulûre, brossailles, fourbu, nouvelles, joüalier, pozzolane, solandres, tou (...)

28Richelet ajoute onze autres mots16 dont la prononciation est douteuse, plusieurs relèvent du lexique des métiers, auquel Richelet attache beaucoup d’importance. Pour faciliter la recherche du lecteur, il existe de nombreux renvois :

Sournois, sournoise, sornois, sornoise. L’un & l’autre se dit, mais sournois & sournoise sont les mots d’usage (Sornois, sornoise. Voiez sournois).
Moraille, mouraille. Quelques-uns disent & écrivent mouraille, mais plusieurs habiles maréchaux que j’ai vus sur ces mots m’ont tous dit moraille. Je dirois donc moraille, sans pourtant condanner mouraille.

29Deux mots courants font l’objet d’une remarque de prononciation qui reprend la fin du chapitre 85 de Ménage. La formulation de Richelet est ici injontive puisque l’orthographe traditionnelle conservée peut induire en erreur. Pentecouste, rejeté par Ménage, est écrit pentecôte par Richelet :

Les prédicateurs disent plus communément Moïse : mais tout le peuple dit Mouise : & c’est comme je voudrois parler dans le discours familier […] Noel, Nouel. Nouel est le plus usité. Ménage.
Noël. Prononcez Nouël
Moise. Prononcez Mouïse.

  • 17 À noter que le mot poétesse est oublié et qu’aucune écrivaine n’est citée dans la Table des auteurs(...)

30Deux mots montrent que la prononciation en /u/ pouvait rester vivace, quoique qu’en disent les remarqueurs. Il existe une entrée Carousse. Voiez carrousse. Or ce mot n’existe pas à l’ordre alphabétique et carosse est écrit avec r simple entre carriere et carrousel écrits avec rr double ; il s’agit manifestement d’une faute de copiste ou d’une faute typographique puisque les exemples sont écrits avec rr double. C’est une attestation qu’à l’époque de Richelet, carousse existait à côté de carosse. Quant au mot poète, la remarque « Poëte. Prononcez poüête » est plutôt curieuse et va dans le même sens, puisqu’habituellement une remarque générale vient d’abord en tête de la racine qui serait ici poésie.17

31Enfin, Richelet préconise la prononciation qui est celle d’aujourd’hui dans les mots nourrisse, nourriture, sournois, coussin, fourbu, froment, porcelaine… En revanche, il préconise la prononciation plus usitée dans les mots encoûlure, coulombier, coucon « peloton de soie que fait le ver à soie », joüalier, rocoler « le pigeon rocoule », cofin « panier d’osier », brosailles, ritornelle… La prononciation de ces mots changera comme celle des trois noms propres Bordeaux, Noël et Moïse ; Bourdeaux est la prononciation régionale sous lande : « Les landes de Bourdeaux sont renommées ».

*

32Richelet recueille et/ou analyse les alternances vocaliques, conseille la prononciation la « plus-usitée » par les « honnêtes gens » ou celle qu’il pense être la meilleure, car la plus répandue. Il affirme dans la préface qu’il s’efforce de rendre compte de la langue de ses contemporains et d’aider les honnêtes gens parisiens et provinciaux ainsi que les étrangers à parfaire leur langage, leur prononciation et leur écriture. Outre la valeur du dictionnaire sur le plan lexicographique qui s’appuie sur les remarqueurs et les citations d’auteurs modernes, Richelet apporte beaucoup à la connaissance des variétés du français. Il s’inscrit dans une perspective sociolinguistique moderne par ce mélange de citations et de références à la langue courante, en analysant, en enquêtant et en observant tout ce qui se dit ou s’écrit afin de clarifier cette somme importante de données et de délimiter précisément les différents usages, tout en étant le moins possible prescriptif, à une période où les querelles entre grammairiens sur le « bon usage » sont souvent virulentes.

Notes

1 Datée du 4 avril 1677 et citée par l’abbé d’Olivet (Pellisson & d’Olivet 1858, t. II, p. 51).

2 On sait que Despréaux, Maucroix et Tallemant des Réaux étaient très proches de Patru ; la « monnoie » de Patru, ruiné à la fin de sa vie, pour rétribuer Richelet et Cassandre (respectivement lecteur et secrétaire) était son soutien pour publier le dictionnaire (à son initiative ?) et son expertise en matière de langage. On peut supposer que Patru a dépouillé Vaugelas qu’il avait secondé pour la rédaction des Remarques et Racine dont il relisait les pièces de théâtre avant publication ; Cassandre avait déjà composé un répertoire des mots scientifiques. À notre connaissance, il n’existe pas de documents permettant de confirmer la participation d’autres auteurs « vivants », ni de savoir qui a dépouillé les œuvres des jansénistes ; à noter que les conflits qui perdurent entre jésuites et jansénistes sur le plan idéologique n’ont pas d’influence sur le choix des « bons auteurs », de nombreux exemples des grammairiens et éducateurs de Port-Royal illustrent le lexique et la syntaxe.

3 Voir Cuet 2009 pour les précisions historiques et les citations.

4 Pour une évaluation plus positive, voir la contribution de Bonhomme et Horak dans ce volume. Les ouvrages consultés et cités pour cet article sont en accès libre sur les sites Europeana, Gallica et Google Books. Les transcriptions ne tiennent pas compte des majuscules des substantifs ni de la typographie originale, quand elle s’écarte des normes modernes, comme l’espace avant la virgule.

5 « C’est la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’escrire de la plus saine partie des Autheurs du temps. Quand je dis la Cour, j’y comprens les femmes comme les hommes, et plusieurs personnes de la ville où le Prince réside, qui par la communication qu’elles ont avec les gens de la Cour participent à sa politesse. »

6 Il semble que Richelet utilise comme synonymes « bon usage » et « bel usage », au fil du Dictionnaire, « bel usage » étant souvent accolé à « bons auteurs ».

7 Sous Auteur : « Ablancourt, Pascal, Voiture & Vaugelas sont d’excelens auteurs françois. » La liste des auteurs cités dans la Table du dictionnaire est une liste composée majoritairement d’auteurs « modernes » du XVIIe. Des remarques négatives concernant les « raffineurs » font manifestement référence à la Cour qui cherche à se démarquer, voire à des écrits concernant la langue.

8 Définition sous Badaut : « homme sot & niais ».

9 Les alternances s’expliquent par des évolutions phonétiques, par exemple l’ouverture de /ɛ/ en /a/ devant /R/ (guitarre), le phénomène de dissimilation /e/ - /i/ (benitier), la fermeture de /oe/ en /y/ (hurler/heurler)… Certains de ces traits sont caractéristiques des prononciations dialectales ou des prononciations affectées en réaction au parler populaire par la Cour ou les femmes, comme l’alternance /a/ et /ɛ/ qui rend le mot plus « doux », prononciation qui devient ensuite à la mode et se répand à la ville.

10 Pour une discussion brève de la querelle des ouistes / non-ouistes, voir Ayres-Bennett 2004b : 193-196.

11 Remarque 34, p. 36 « S’il faut dire & écrire […] porcelaine, pourcelaine ou porceline. Dites et écrivez […] porcelaine. »

12 Dans l’édition de 1676, Ménage explique p. 399 l’utilisation de fuie « la fuie est le refuge des pijons » pour colombier, mais dans la Table, ce mot est écrit coulombier.

13 Dans les Remarques sur le Dictionnaire, plusieurs sources sont nommées, ce qui n’est pas le cas dans le corps de l’ouvrage, elles proviennent des « honnêtes gens » auxquels on peut faire confiance pour s’exprimer selon le « bon usage » ; ces sources seront plus précises dans l’édition de 1693.

14 En première entrée : coulombier, froment, maltotier, nourrisse, mourriture, porcelaine.

15 C’est le peuple qui prononce o, peut-être une imitation affectée de l’ancienne prononciation des « honnêtes gens » et de la Cour qui, par réaction, se sont mis à prononcer nourrice et nourriture avec ou.

16 En première entrée : encoulûre, brossailles, fourbu, nouvelles, joüalier, pozzolane, solandres, tourillon, verbouquet.

17 À noter que le mot poétesse est oublié et qu’aucune écrivaine n’est citée dans la Table des auteurs, l’avis des « dames » ou leur prononciation « plus douce » fait cependant l’objet de quelques remarques, puisqu’elles font exister la mondanité à Paris et créent des néologismes reconnus.

Auteur

Université de Nantes – IRFFLE (Institut de recherche et de formation en FLE)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search